Le carnet de voyage de « l’extime » au transmédia

Canal Psy,  n°99, janvier-mars 2012

ill. de Caroline Bartal, Canal Psy, n°99, janvier-mars 2012

« Le carnet de voyage de « l’extime » au transmédia », Pascale Argod, Canal Psy, n°99 « Voyager, partir, (se)découvrir », Trimestriel de l’université Lumière de Lyon 2, n°99, janvier-février, mars 2012 (4 pages).

http://psycho.univ-lyon2.fr/rubrique-279-Parutions.html

Dès 1999, la première Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand s’inscrit dans « une éthique et une esthétique du voyage » à laquelle nous pourrions jouter la rencontre de l’Autre et de la diversité culturelle : Faire un carnet de voyage, c’est prendre le temps d’écouter, de ressentir, d’observer. C’est passer du statut de voyageur à celui de découvreur. Et ça change tout dans l’échange et le regard porté sur les autres. A ce titre le carnet de voyage est aussi un formidable support pour renforcer une certaine éthique du voyage qui remplace l’urgence et l’a priori par la tolérance et le respect. Il permet de passer du jugement à l’analyse ».

Le terme de « safar » exprimerait selon l’artiste Stefano Faravelli le propre du carnet de voyage qui est le dévoilement de soi, de l’Autre et du monde. Médium de communication, il permet la rencontre avec l’autre par le langage universelle de l’art et du dessin. Il ouvre à l’observation du monde et à la méditation en exerçant le regard et en initiant une quête de sens et d’authentisme. Paradoxalement dans un monde des flux et du mouvement, le carnet de voyage renoue avec la rareté du témoignage devenu oeuvre d’art : le lecteur privilégié découvre le regard original voir unique d’un artiste peintre sur un pays; le carnet intime de l’artiste est révélé au grand public privilégié de cette lecture. Les arts graphiques donneraient une vision plus artistique et poétique du voyage que l’unique usage de la photographie mais aussi plus authentique. Aussi le carnet de voyage représenterait une matérialité du voyage dans un monde mondialisé et virtuel et prolonge le voyage comme mémoire, esthétique, poétique. Le goût pour l’expression personnelle n’est que le reflet du scrapbook ou du blog qui valorise la composition mosaïque propre à l’image composite du carnet de voyage.

La notion « l’extime » (extérieur-intime), d’imploration-exploration ou de dehors- dedans a été formulée par Michel Tournier à propos de son ouvrage intitulé Journal Extime, publié en 2002 chez La Musardine et est transférable au carnet de voyage qui éduque autant à l’interculturel qu’au regard. Ce journal d’extime s’apparente au livre de raison qui s’écoule au gré des jours, des actualités locales et des événements personnels et sociaux. Les carnettistes tiennent souvent des carnets de croquis sur leur quotidien et sur l’actualité. Michel Tournier déclare. Le voyage propice à l’introspection suscite l’envie d’écrire cette intimité reliée à l’extérieur, puisque insérée dans une dialectique de communication avec l’Autre, différent qui renvoie alors à soi, à sa propre culture dans le décalage avec l’Autre et à son mode de pensée étranger. Pour Gaston Bachelard dans sa  Poétique de l’espace[1], « dehors et dedans forment une dialectique d’écartèlement ». Serge Tisseron définit l’extimité comme « le mouvement qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime, autant physique que psychique », voire « surexposée ». Cette notion de l’extime a été également évoquée par Lacan, Michel Butor et André Malraux à travers « l’exploration » et « l’imploration ». La relation intérieur-extérieur, étudiée par Gaston Bachelard dans sa Poétique de l’espace, nourrit la créativité et l’expression par confrontation du moi à l’autre, l’autre qui renvoie à son vécu. Phlippe Antoine[2] définit d’ailleurs le récit de voyage du XIXe siècle comme une écriture du moi aussi bien que du monde. La promenade des Romantiques est définie comme une manière d’être au monde, de le voir mais surtout de le dire dans cette combinaison qui créée un espace paradoxal où dehors et dedans se confondent. L’espace du blog selon Anne Kerebel[3] joue de cette extériorité et le carnet de voyage, qui parle d’intimité et d’ouverture sur l’horizon du monde et de l’autre, semble être similaire.


[1]    Poétique de l’espace. Gaston Bachelard. PUF, 1972. (Chapitre IX, La dialectique du dehors et du dedans, p.191-207).

[2]     Dehors et dedans indifférenciés : la promenade. Philippe Antoine. L’extime / l’intime. A. Mura-Brunel, F. Schurewegen. CRIN, Cahiers de recherches des institut Néerlandais d langue et littérature Française, 41, Amsterdam- New York, 2002.

[3]     Claviers intimes : les journaux en ligne comme nouvel espace d’intimité ?, Anne Kerebel, RiLUne, n°5, 2006, p. 107-120.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques

Une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage

Communication au colloque  Les cultures du déplacement : Mobilités et requalifications des lieux et des territoires, 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon – Université de Nîmes – 14-16 juin 2012.

Le phénomène éditorial du carnet de voyage, expression visuelle de la mobilité de l’artiste et aboutissement d’une démarche artistique à partir du voyage, s’explique probablement par ses atouts médiatiques que sont la proximité, l’émotion, le retour à l’enfance et la ressemblance avec le réel. Preuve du vécu, témoignage de la main, du geste et donc du corps, le croquis offre une empreinte intemporelle qui marque la page et le reportage de son sceau d’authenticité. Aussi comment est mise en valeur une culture du déplacement dans les arts graphiques, l’album, les sites web et les blogs de voyage ? quelle est son influence sur la redéfinition médiatique des lieux ? Quel est son enjeu de communication et de valorisation touristique ? Les voyages touristiques des lecteurs de carnets de voyage s’opposent-ils aux voyages hors-normes des auteurs carnettistes ? Le carnet de voyage serait-il le médium d’un tourisme créatif et innovant, et d’une autre forme de voyage valorisant l’expérience ? L’esthétique de la médiation touristique est un enjeu de longue date depuis la veduta[1]du XVIIe, mémoire picturale de la ville romaine, et l’engouement pour la carte postale, souvenir partagé du site, cependant, avec le carnet de voyage, la notion de témoignage d’un voyage d’exception, original et unique exige des acteurs du tourisme l’offre d’un « autre » voyage ou d’un voyage tourné vers l’Autre, authentique, expérientiel et créatif. La redéfinition médiatique des lieux se jouerait à travers une mise en valeur esthétique et plastique pour valoriser un tourisme de l’expérience et de l’authentique. Les atouts de cette redéfinition reposeraient sur cinq caractéristiques de cette démarche de voyageur se revendiquant comme « non touriste » et pour qui le voyage serait une « philosophie de la mobilité » :

Un rapport différent au temps et au voyage : rester de longues heures en un lieu pour l’observer et en faire un rendu dessiné (/ instantané de la photographie), vivre un voyage « non touristique ».

Une quête intime du voyage : or la production de carnets est réalisée surtout par des voyageurs étrangers de passage. Le carnet de voyage est-il la finalité d’une quête ? Laquelle ?

Une vision parcellaire et déformée : le carnettiste est un voyageur occidental influencé par ses codes culturels d’étranger au pays qu’il visite et dont le séjour est souvent réduit à un mois dans le pays : sa vision sera parcellaire et déformée, voire exagérée.

La valorisation du voyage comme moyen d’apprentissage et le voyage authentique, voire solidaire, comme moyen de découvrir le monde et de rencontrer l’Autre, loin des tours opérateurs.

La notion de témoignage du vécu et de son expérience à travers le voyage : il s’agit en effet d’accepter la perte du corps à corps avec sa terre et son lieu d’origine, le dépaysement et le changement de repères dans le temps et dans l’espace puis de mettre à distance (cf au « regard éloigné » de Claude Levi Strauss) son groupe d’appartenance et sa culture afin de se confronter à d’autres mœurs qui risquent de remettre en cause ses représentations et ses opinions, voire sa propre culture.

 

 

 

 

 


[1] Peinture détaillée d’un paysage urbain ou d’un panorama de paysage qui est apparue chez les Flamands dès le XVIe siècle avec Paul Bril. La peinture flamande du XVIIe siècle se spécialise dans la vue urbaine telle que « La vue de Delft » de Vermeer.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts