Du carnet de voyage audio-visuel et de la promotion de « l’authentique »

Un médium pour valoriser le voyage ou le tourisme « authentique »

Sur support DVD, la collection Exploration Aventure de dix carnets de voyage audio-visuels édités par Gédéon Programmes propose de suivre un artiste en voyage qui élabore son carnet au fil du périple. Elle nous permet d’appréhender à la fois cette autre façon de voyager et une expressivité des lieux au prisme de la mobilité de l’artiste et de la gestation de son œuvre. Selon la quatrième de couverture du DVD : « Six illustrateurs-voyageurs parcourent et dessinent le monde…Carnets de voyage nous invitent à découvrir un pays à travers le regard, les croquis, dessins et aquarelles, d’un reporter-dessinateurs. Une découverte loin des sentiers battus et une invitation personnelle au voyage avec pour guide l’œil de l’artiste nomade ». La valorisation des lieux touristiques comme la cité d’Angkor à travers le regard et le trait de Bertrand de Miollis se veut témoignage et voyage vécu « hors des sentiers battus » du touriste classique : l’artiste reporter préfère découvrir les alentours du site inscrit au patrimoine de l’humanité que de parcourir le heut-lieu touristique afin d’éviter de tomber dans les clichés du touriste. Il mentionne cependant la cité comme un lieu admirable à ne surtout pas manquer. D’après la présentation du DVD, la rencontre et l’inattendu sont surtout valorisés : « Des trésors architecturaux d’Angkor aux marchés animés de la capitale Phom Penh, l’illustrateur Bertrand de Miollis nous fait découvrir quelques facettes méconnues du « pays du sourire. Les Cambodgiens n’ont rien perdu de leur légendaire hospitalité malgré les épreuves endurées ». Aussi comment ne pas céder à l’appel du haut lieu touristique qui illustre d’ailleurs la couverture du DVD ? Nous pourrions alors nous demander quel est l’enjeu prescriptif du carnet de voyage ? Serait-il une référence pour le voyageur ? Cette collection se démarque par son originalité éditoriale comme « reportage sur un artiste en voyage » et non comme guide touristique à finalité marketing. Elle rejoindrait la notion d’« écotourisme » ou de « voyage ou tourisme authentique » qui offre pourtant des atouts marketing au voyage personnalisé et « customisé » tel que le reflète si bien le carnet autobiographique du voyage, mémoire artistique et intime du périple. Le voyage personnalisé dans lequel le participant s’implique et devient actif par sa démarche créative, donc attentif au monde, est la promesse de rencontres authentiques donnée par le voyagiste. Des agences de voyage telles que Atalante ou Orients voyages l’utilisent comme outil de communication et propose des voyages pour initier à la réalisation d’un carnet de voyage à travers des ateliers de pratique artistique animés par un artiste-carnettiste.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques

Une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage

Communication au colloque  Les cultures du déplacement : Mobilités et requalifications des lieux et des territoires, 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon – Université de Nîmes – 14-16 juin 2012.

Le phénomène éditorial du carnet de voyage, expression visuelle de la mobilité de l’artiste et aboutissement d’une démarche artistique à partir du voyage, s’explique probablement par ses atouts médiatiques que sont la proximité, l’émotion, le retour à l’enfance et la ressemblance avec le réel. Preuve du vécu, témoignage de la main, du geste et donc du corps, le croquis offre une empreinte intemporelle qui marque la page et le reportage de son sceau d’authenticité. Aussi comment est mise en valeur une culture du déplacement dans les arts graphiques, l’album, les sites web et les blogs de voyage ? quelle est son influence sur la redéfinition médiatique des lieux ? Quel est son enjeu de communication et de valorisation touristique ? Les voyages touristiques des lecteurs de carnets de voyage s’opposent-ils aux voyages hors-normes des auteurs carnettistes ? Le carnet de voyage serait-il le médium d’un tourisme créatif et innovant, et d’une autre forme de voyage valorisant l’expérience ? L’esthétique de la médiation touristique est un enjeu de longue date depuis la veduta[1]du XVIIe, mémoire picturale de la ville romaine, et l’engouement pour la carte postale, souvenir partagé du site, cependant, avec le carnet de voyage, la notion de témoignage d’un voyage d’exception, original et unique exige des acteurs du tourisme l’offre d’un « autre » voyage ou d’un voyage tourné vers l’Autre, authentique, expérientiel et créatif. La redéfinition médiatique des lieux se jouerait à travers une mise en valeur esthétique et plastique pour valoriser un tourisme de l’expérience et de l’authentique. Les atouts de cette redéfinition reposeraient sur cinq caractéristiques de cette démarche de voyageur se revendiquant comme « non touriste » et pour qui le voyage serait une « philosophie de la mobilité » :

Un rapport différent au temps et au voyage : rester de longues heures en un lieu pour l’observer et en faire un rendu dessiné (/ instantané de la photographie), vivre un voyage « non touristique ».

Une quête intime du voyage : or la production de carnets est réalisée surtout par des voyageurs étrangers de passage. Le carnet de voyage est-il la finalité d’une quête ? Laquelle ?

Une vision parcellaire et déformée : le carnettiste est un voyageur occidental influencé par ses codes culturels d’étranger au pays qu’il visite et dont le séjour est souvent réduit à un mois dans le pays : sa vision sera parcellaire et déformée, voire exagérée.

La valorisation du voyage comme moyen d’apprentissage et le voyage authentique, voire solidaire, comme moyen de découvrir le monde et de rencontrer l’Autre, loin des tours opérateurs.

La notion de témoignage du vécu et de son expérience à travers le voyage : il s’agit en effet d’accepter la perte du corps à corps avec sa terre et son lieu d’origine, le dépaysement et le changement de repères dans le temps et dans l’espace puis de mettre à distance (cf au « regard éloigné » de Claude Levi Strauss) son groupe d’appartenance et sa culture afin de se confronter à d’autres mœurs qui risquent de remettre en cause ses représentations et ses opinions, voire sa propre culture.

 

 

 

 

 


[1] Peinture détaillée d’un paysage urbain ou d’un panorama de paysage qui est apparue chez les Flamands dès le XVIe siècle avec Paul Bril. La peinture flamande du XVIIe siècle se spécialise dans la vue urbaine telle que « La vue de Delft » de Vermeer.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts