Le carnet de reportage et la bande dessinée en sciences

Depuis la rentrée 2022, l’équipe pédagogique de l’UE d’ouverture transversale « Arts & Sciences, le carnet de recherche » portée par le Service Culture de l’Université de Bordeaux (sous la responsabilité d’Alexandre Hadade et Mathilde Benoist) s’est penchée sur la médiation des sciences par la bande dessinée et le carnet de reportage.

  • Comment la pratique du dessin et la narration en bande dessinée ou en roman graphique facilitent-elles la vulgarisation scientifique ?
  • Quels sont leviers sémiologiques et communicationnels ?
  • Dans quelles mesures l’étudiant pourrait-il, dans son cursus d’initiation à la recherche, utiliser les moyens du dessin et de la narration afin de mieux communiquer son sujet de recherche ?
  • Quels sont les enjeux de la médiatisation d’une recherche universitaire ?
  • La pratique du dessin et des méthodes visuelles enrichit-elle la réflexion de la recherche ?
  • Comment les arts et les sciences peuvent-ils nourrir la démarche de recherche ?

Les communications sur « le carnet ethnographique » et sur « le carnet naturaliste »  proposées le 1er décembre 2017 puis le 30 novembre 2018, a motivé ma réflexion sur les relations entre la pratique dessinée et les sciences, celle-ci débutée en janvier 2017 (voir le billet sur ce blog « Le carnet dessiné et les usages du dessin en recherche » et la carte mentale publiée en vue de la Revue Française des Méthodes visuelles). De plus, la conférence « Dessine-moi les sciences sociales ? Bande dessinée et sciences sociales », organisée le jeudi 27 février 2020 à l’EHESS, ouvre aux enjeux de la pratique du dessin pour l’auteur de bande dessinée. Dans notre UE d’ouverture transversale « Arts & Sciences, le carnet de recherche » portée par le Service Culture de l’Université de Bordeaux, nous accompagnons la réflexion pour l’étudiant chercheur débutant. A la rentrée ce dispositif d’enseignement s’ouvre au Collège des Sciences de l’Université de Bordeaux Montesquieu et le propos de recherche sera vers les Sciences, celles de l’environnement ou de l’ingénieur (notamment les sciences physiques et les mathématiques). La réflexion pédagogique portée cette année auprès des étudiants d’Anthropologie et de Droit sera donc enrichie par l’expérimentation auprès des étudiants en Sciences. La pratique du carnet de recherche fédère toutes les disciplines et le croisement de points de vue estudiantins entre SHS, sciences humaines et sociales, et sciences dites « exactes » portés sur la notion « arts & sciences », plus précisément sur les démarches artistique et scientifique pour cheminer dans sa recherche.

Le corpus (non exhaustif) des six albums dessinés (ci-dessous) permet d’enclencher l’analyse sémiologique, l’étude de la narration et la réflexion sur le croisement arts et sciences. Nous avons choisi une palette de genres, du carnet de voyage au roman graphique et à la bande dessinée. 

  • Graines nomades, Cyrille Chatelain, Equinoxe, 2007.
  • Des monde oubliés, carnets d’Afrique, Christian Seignobos, IRD, Parenthèses, 2017.
  • Le monde sans fin, miracle énergétique et dérive climatique, Christophe Blain, Jean-Marc Janvici, Dargaud, 2021.
  • L’esprit critique, Isabelle Bauthian, Gally, Delcourt, 2021.
  • Algues vertes, l’histoire interdite, Inès Léraud, Pierre Van Hove, Delcourt, 2019.
  • Les fées scientifiques, Zoé Sauvage, éditions Cambourakis, 2022.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Arts & sciences, le carnet de recherche

L’UE d’ouverture transversale « Arts & Sciences, le carnet de recherche » a été porté par le Service Culture de l’université de Bordeaux, sous la responsabilité d’Alexandre Hadade et Mathilde Benoist, à la rentrée 2022 en vue d’une mise en œuvre en janvier 2023. Les neuf membres de l’équipe ont souhaité proposer un dispositif de pédagogie universitaire innovante, avec l’accompagnement d’un artiste cartographe et d’une anthropologue. Cet essai expérimental s’est avéré ultra pertinent pour les étudiants qui doivent s’inscrire dans un projet de recherche dès leur cursus de L3. Le questionnement est en effet la clé de la recherche et la démarche de cette UE allie l’esprit critique et la créativité, les deux soft skills (compétences) du 21e siècle. Nous avons été surpris par la qualité des présentations orales et l’implication de chaque étudiant dans un essai de projet créatif qui démontre le croisement « arts et sciences ». Dans un esprit « fablab » ou « design thinking », cette UE transversale a des atouts formatifs certains : créativité, recul critique mais surtout appropriation de son sujet de recherche dans un esprit de curiosité et d’éveil à la démarche heuristique. Les activités proposées au fil des cours se sont avérées une source de transformations pour les chercheurs débutants.

Le déploiement conjoint pour les étudiants de Licence 3 « Sciences de l’homme – Anthropologie » et pour les étudiants de Master « Histoire du droit et des institutions » a été porteur de projets originaux et très créatifs. Lors de la présentation orale d’évaluation, le croisement des regards entre les deux disciplines a ouvert l’esprit à la nouveauté et a valorisé une prise de risque créatif ou une pratique artistique. Nous espérons renouveler cette initiation « Arts & Sciences » pour le Collège des sciences à la rentrée 2023.

Volume horaire : 24h d’enseignement (programme en construction et répartition des heures d’enseignement) + 12h de travail personnel étudiant (recherche-création).

Description sommaire : introduction au carnet de recherche, expérimentation d’un cas pratique de recherche arts-sciences, sensibilisation à la créativité, méthodologie de projet de recherche arts-sciences, initiation à une discipline d’expression artistique, accompagnement à la restitution d’une démarche d’expression scientifique, créative et réflexive des résultats d’une recherche croisée.

Objectifs :

  1. Explorer le potentiel créatif et réflexif du carnet de recherche (outil combinant texte et visuels de notation, d’information, d’analyse, de visualisation, de communication, de médiation, de transmission, de valorisation) pour aborder son environnement sociétal par le prisme de l’interdisciplinarité « arts et sciences » et faire dialoguer enjeux scientifiques, artistiques et sociétaux.
  2. Développer et stimuler sa créativité (individuelle et collective) grâce à une initiation à une discipline d’expression artistique et son application autour d’un cas pratique de recherche « arts et sciences ».
  3. S’approprier le sujet du cas de pratique de recherche proposé, les objectifs, le terrain d’étude, les similitudes entre démarches de recherche scientifique et artistique, l’approche artistique enseignée, pour préparer et mener une recherche croisée « art et sciences ».
  4. Valoriser son expérimentation d’un processus de recherche scientifique et artistique de terrain et les résultats à travers la restitution d’un carnet de recherche de manière créative.

Méthodologie de projet Arts & sciences :

  • Démontrer les similitudes entre démarches de recherche scientifique et artistique. Aborder la démarche scientifique transversalement (apports transverses des sciences humaines, sciences juridiques, sciences de la communication, …)
  • Préparer une démarche de recherche : observation, recueil, inventaire, investigation, distanciation critique, exploration active, interprétation, cognition, organisation de la pensée, déconstruction de sa pensée, interrogation (envisager de ne pas trouver).
  • Choisir un fil rouge : sujet, problématique, arts et sciences étudiés, périmètre, rapport au territoire et appréhension de la société.
  • Mener une démarche de terrain : Recueillir, écouter, analyser avec l’outil du carnet (prise de notes, suivi du processus terrain, vulgarisation, représentation, visualisation).
  • Construire une démarche partagée art et sciences : créer les conditions de la rencontre, entrer en coopération, carnet comme outil de collaboration, méthode créative de recherche.
  • Activer une posture professionnelle: face à l’autre / au groupe, lever les obstacles investissement dans un sujet de recherche, prise de recul, émancipation, appropriation du terrain avec curiosité, favoriser l’investissement par un sujet de recherche personnel à chaque étudiant/groupe d’étudiants, faire des liens vers les opportunités de prolongation de recherche.
  • Mettre en oeuvre une pratique créative ou artistique et réaliser un « carnet de recherche » via les méthodes visuelles et des cartographies: qu’il soit compilation de notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, le carnet de recherche se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire en vue de la publication, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel, des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. A travers l’enquête sur le terrain, il est aussi un outil de formation professionnelle pour les métiers de la médiation, de l’animation, de l’éducation – enseignement, de la culture et du patrimoine, entre autres… (DUT, Licence Pro, Master Pro). Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue du chercheur au praticien ou au professionnel.
  • Atelier de cartographies par Thierry Lafollie: https://thierrylafollie.com/

Evaluation : présentation orale individuelle d’un projet « carnet de recherche » ou d’une démarche « arts & sciences » en lien avec son sujet de recherche / mémoire.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet polaire transmédia et développement durable

L’enjeu de l’EDD, éducation au développement durable :

L’action nationale « L’appel des pôles » du Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse sensibilise au développement durable et à la protection de l’environnement, c’est à dire aux enjeux de ces « sanctuaires blancs à l’heure de la mondialisation », notamment dans le cadre des parcours éducatifs citoyen et artistique et culturel, PEAC. « Les élèves sont invités à mettre en rapport ces lointaines réalités jusqu’alors ignorées avec les enjeux de développement durable abordés en classe. Ils découvrent dans le cadre de cette action l’économie bleue, la transition énergétique, la climatologie et certains aspects des relations internationales sur l’Antarctique qui s’organisent dans le cadre d’un dispositif unique, le traité sur l’Antarctique. »

Trente et une thématiques éducatives ont été identifiées dans toutes les disciplines d’enseignement et sont assorties de noms et de contacts d’experts ayant accepté d’intervenir et d’accompagner le travail des élèves. Pour l’enseignement de l’anglais, deux thèmes sont proposés en anglais et bénéficient de l’appui d’experts anglophones; pour l’enseignement des lettres, l’étude de l’œuvre littéraire de l’explorateur polaire Jean-Baptiste Charcot est préconisée.

Favoriser la lecture, grande cause nationale et initier à la culture scientifique :

Dans le cadre de la formation des enseignement (Master MEEF), nous nous sommes interrogés sur le dispositif d’enseignement et le type de projet à monter en classe, notamment pour favoriser la lecture, grande cause nationale.

  • Comment croiser l’EAC et l’EMI et favoriser une ouverture à la culture scientifique?
  • Quel projet transmédia imaginer sur le thème “L’appel des pôles” ?
  • Comment développer un projet EAC basé sur les trois piliers de l’EAC ?
  • Comment inciter à la lecture et au goût de lire au CDI ?
  • Quelles actions académiques (découvrir les actions DAAC) pourraient valoriser le  projet “L’appel des pôles” ?
  • Comment participer à une action nationale à visée culturelle à partir de ressources locales ?
  • A quel moment du projet envisager la sortie scolaire et initier un partenariat culturel ?

Nous avons proposé aux stagiaires un projet PEAC qui concilie l’ouverture à la culture scientifique et l’incitation à la lecture autour du thème “L’appel des pôles”.  Les exigences d’exploitation d’une sortie scolaire et de la production transmédia valorisent les trois piliers de l’EAC. Mais d’autres objectifs ont été priorisés :

  • Inscrire l’action dans le local et trouver un partenaire culturel régional.
  • Sélectionner une diversité de ressources sur tous supports : de l’écran aux livres.
  • Expliciter les enjeux contemporains géographiques, environnementaux et géopolitiques.
  • Définir ce qu’est une expédition scientifique, un carnet de voyage, un reportage “graphique” et leurs intérêts dans la diffusion du savoir.
  • Confronter plusieurs regards et les caractériser : scientifique / aventurier / journaliste / écrivain / carnettiste / dessinateur de BD…
  • Expliciter les atouts éducatifs de l’outil pédagogique “carnet de voyage” (distingué par le Label Européen des langues 2011, Conseil de l’Europe).

En somme, il s’agit de penser une production transmédia “carnet de voyage” comme une narration transmédia (“transmédia storytelling” selon Jenkins) qui implique des élèves dans une production médiatique. Cinq actions DAAC potentielles ont été choisies : « Changement climatique », « Jeunes en librairies », « Prix du livre : sciences pour tous », « Partage ta lecture » fin janvier et « Concours scolaire Médiatiks du CLEMI ». La sortie scolaire à Cap Sciences repose sur le spectacle « Réchauffe l’ambiance, pas la planète ! », une expérience immersive à vivre, puis propose de regarder la projection cinématographie « L’Odyssée Antarctique » au musée de la Mer à Bordeaux. En classe inversée à la maison, la réflexion se poursuit avec les contenus éducatifs à découvrir sur LUMNI (« Arctique, enjeux politiques et défis climatiques ») ou sur Arte (« Stories of Conflits »). Ensuite, nous avons choisi de croiser les points de vue, les regards et de découvrir des ressources intermédia qui interrogent l’implication du narrateur, dans la lignée des grands explorateurs cités par le Festival Etonnants Voyageurs,

 

 

De plus, le Traité sur l’Antarctique fait de ce territoire une zone d’exception ultra-protégée (podcast de radio France). Il constitue un exemple unique au monde de gouvernance internationale d’une région dédiée à la paix, à la science et à la protection de l’environnement. Aussi, l’Académie de Rennes a-t-elle choisi de proposer un concours scolaire de production collaborative sur le thème :

« L’Antarctique, terre de paix et de sciences ; oui mais jusqu’à quand ? ».

 

Du projet transmédia à la production immersive en réalité virtuelle

Sur l’exemple « A trip to the North Pôle », il s’agit de réaliser une production immersive et d’utiliser la réalité virtuelle. Les outils « Google Expeditions » et « Google Tour creator » facilitent la réalisation de parcours virtuels immersifs, des carnets de voyage numériques virtuels immersifs à l’aide de la réalité virtuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage des fruits exotiques au carnet de commerce équitable

Découvrir l’origine géographique de fruits et de légumes est un projet que nous menions avec mes élèves chaque année dans le cadre de projets en SVT, Sciences de vie de la terre, et en Histoire. Que de souvenirs pédagogiques passionnants (il y a 25 ans déjà dans l’Académie de Reims) ! La carte des fruits et des légumes évoque en effet un voyage à l’échelle du monde et l’histoire des découvertes des Terrae Incognitae autant que des échanges culturels et commerciaux. Une passionnante rencontre pour l’Europe !

Aborder l’histoire par le sensoriel, ici le sens du goût, est un objectif fort motivant pour de jeunes élèves, notamment en école primaire. L‘éducation à l’alimentation et au goût y est privilégiée, en abordant les différentes dimensions de l’alimentation (nutritionnelle, sensorielle, environnementale et écologique, culturelle et patrimoniale) afin de consommer responsable (voir l’ouvrage publié par Canopé en 2019). Croiser l’histoire et les SVT, Sciences et vie de la terre, est fort pertinent. En effet, au contact de l’Orient avec la route de la soie et des croisades, les fruits d’Extrême-Orient sont arrivés en Europe via le monde arabe : par exemple, l’abricot originaire de Chine et les agrumes venus des contreforts de l’Himalaya dont l’orange introduit par les Portugais. Lors des Grandes Découvertes, de nombreux fruits ont été rapportés des Amériques Centrale et Latine : l’ananas de Guadeloupe, le cacao et l’avocat et la tomate du Mexique, la fraise du Brésil. L’avocatier originaire du Mexique est cultivé et apprécié à travers le monde entier pour son apport en vitamine D. Quant à la banane originaire du Sud-Est asiatique puis cultivée en Afrique (Madagascar en premier), elle s’est répandue comme un aliment nutritif lors les guerres mondiales européennes afin de nourrir les troupes de soldats sur les fronts de guerre. Mais on pourrait demander à nos élèves de découvrir un fruit endémique de nos belles Antilles, de Martinique ou de Guadeloupe, via une recherche sur l’Internet ou une correspondance e-Twinning avec une classe antillaise : corossol, pomme cannelle, ti-coco, cachiman, pomme-jardine… Que de fruits à déguster !

Les carnets de voyage deviennent alors des carnets d’échanges commerciaux, des carnets des plantes vivrières qui voyagent au fil des siècles mais aussi des carnets de commerce équitable, souvent solidaire, selon le suivi de règles et de valeurs. Il s’agit d’une initiation à l’économie et aux enjeux contemporains de l’agriculture et du marché alimentaire.

Le PPN, Projet pédagogique numérique carnet de voyage intitulé « L’incroyable voyage de Marjo, la fève de cacao » d’Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige retrace le voyage d’une fève de cacao de la culture, de la transformation à sa consommation sous diverses formes, en somme du champs à l’assiette. Il se finalise par la visite du musée du chocolat en Dordogne et l’étude de la CIDE (Convention internationale des droits de l’enfant) au sujet du travail des enfants dans les cultures de cacao. Différents écrits spécifiques (une interview, un récit de voyage et de compte-rendu) retracent les étapes de la culture de la fève de cacao, sa composition et les différentes étapes de sa transformation en vue de sa distribution commerciale. La narration met en scène le personnage de Marjo qui conclue l’épilogue du carnet, selon les propos des enseignants stagiaires  :“Je vous ai rencontrés les CE2 ! Vous attendiez ma venue dans l’atelier avec impatience ! Grâce à vous, je me suis transformée en un magnifique chocolat délicieux. Je suis en vitrine et tout le monde m’admire. Je brille de mille feux ! Quel beau voyage ! Que de belles rencontres ! Et me voilà resplendissante ! Je vous le dis les amis : voyager donne bonne mine ! Quelle vie incroyable on mène quand on est une si petite fève de cacao comme moi“. Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige expliquent la plus-value de l’outil pédagogique : “Le carnet de voyage permet de construire une valeur citoyenne : le vivre ensemble. Le carnet de voyage invite à partager sur la vie de l’autre et une culture différente. De plus, le vivre ensemble permet aux élèves de comprendre les enjeux écologiques cachés derrière la consommation, notamment pour la fève de cacao, et également les enjeux éthiques (emploi d’enfants dans les champs de cacaoyer) tout en appréhendant l’importance d’un commerce équitable et responsable.”

En effet, au fil du projet, les apprentissages pluridisciplinaires sont multiples :

  • Identifier les espaces géographiques de culture des fèves de cacao à partir de douze de documents vidéo au TBI et d’autant de questionnaires à partir du planisphère.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le cultivateur de cacao. Tablettes : filmer et photographier le processus de création et la trame de la rédaction.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différents moyens de transports de la fève de cacao du point de culture jusqu’à son arrivée en France métropolitaine.
  • Identifier les questions environnementales
  • Réaliser le schéma d’une cabosse.
  • Identifier les principales problématiques et les principaux enjeux écologiques de la culture (et de la consommation) de la fève de cacao.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le chocolatier.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différentes étapes de fabrication du chocolat.
  • Reconnaître les bienfaits et méfaits du chocolat.
  • Rédiger le texte du carnet de voyage de Marjo la fève de cacao.
  • Réaliser les vignettes mettant en scène Marjo la fève.

Bibliographie :

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Expéditions du bout du monde

L’exposition Les visages de l’exploration au 19e siècle qui a lieu à la BNF et propose des séances de projection de carnets de voyage intitulées Expéditions au bout du monde, comme par exemple celle du journal d’Ella Maillart.

La Bibliothèque nationale de France célèbre le bicentenaire de la Société de géographie, dont elle conserve les archives, en consacrant une exposition à l’exploration au XIXe siècle. S’appuyant sur le fonds exceptionnel de la Société de géographie et sur d’importants prêts extérieurs (musée du Quai Branly, Muséum national d’histoire naturelle, musée de l’Armée, musée Guimet, etc.), l’exposition rassemble carnets de notes et de croquis, cartes et photographies, instruments de mesure, objets et spécimens collectés sur le terrain… soit près de 200 pièces qui permettent d’offrir un nouveau regard sur la curiosité savante et les « découvertes » de l’époque. Le parcours proposé aux visiteurs met particulièrement en valeur toutes les figures – femmes exploratrices, guides, interprètes, etc. – qui ont été les actrices et acteurs invisibles dans le récit et l’iconographie officiels de l’exploration européenne.

Dans le cadre du congrès célébrant le centième anniversaire de l’Union géographique internationale, la BnF accueille une session scientifique intitulée « Quelle place pour le temps en géographie ? ».

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de recherche et de terrain à l’université

La démarche ethnographique repose sur l’enquête, l’interview, le carnet de reportage, le carnet de terrain…Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans le Manuel d’ethnographie publié en 1947 par Marcel Mauss. Ses Instructions d’ethnographie descriptive proviennent de son cours : «Il s’agit aujourd’hui de mener des études précises et profondes sur des données étroites, avec des méthodes rigoureuses, et non d’aboutir, à une sorte de petit panthéon des faits sociaux bien choisis, curieux, exceptionnels ou typiques où les sociologues puiseront pour leurs besoins d’exemplification ».

L’ethnographie est la méthode spécifique à l’ethnologie. Elle consiste à observer et décrire un environnement. 

  • Enquête par distanciation : à s’étonner de ce qui semblait le plus familier (ce que nous vivons quotidiennement dans la société où nous sommes nés ou qui nous accueille depuis longtemps).
  • Enquête par dépaysement : à rendre plus familier ce qui paraissait originellement étrange et étranger (les comportements, les croyances, les coutumes des sociétés qui ne sont pas les nôtres).

Telle est l’expérience même de l’ethnographie qui s’appuie sur diverses techniques : l’écriture, la photographie, la cartographie, la vidéo, l’entretien, etc.

Le chercheur François Laplantine explicite la description ethnographie« Un regard si ce n’est inquiet, du moins questionnant, qui part à la recherche de la signification des variations. C’est la raison pour laquelle il convient sans doute maintenant de différencier deux termes dont l’un est sans doute mieux qualifié que l’autre pour désigner l’entreprise ethnographique : voir et regarder. »

Pourquoi proposer une formation au carnet de recherche intermédia à l’université ? Qu’apporterait sa pratique à l’étudiant ? 

  • Evoquer une réalité sociale ou un fait de société à partir d’un ancrage dans le réel à partir d’un voyage vécu, proche ou lointain.
  • Observer et prendre le temps pour s’approprier un savoir, construire et faire sienne une observation.
  • Questionnement en situation : poser une question c’est utiliser ce que l’on sait pour la concevoir et la formuler. Changer de questionnement et de situation permet d’évoluer.
  • Favoriser une distanciation critique et questionner les représentations, le changement de repères et d’autres référents culturels issus de la confrontation à l’Autre.
  • Susciter la recherche d’information et l’investigation sur le terrain par l’écriture (interview, enquête…) et par l’image (dessin d’observation, croquis sur le vif, photographie, film…).
  • Mener une recherche qui est personnelle : tâtonnements, pistes, hypothèses, vérifications, conclusions. Cet état d’esprit du chercheur éveille à la découverte de son environnement.
  • Mettre en exergue un angle et un point de vue personnel afin de réaliser une œuvre originale.
  • Appréhender sur son cheminement, son fonctionnement et l’analyse de ses modes d’apprentissage : dispositif de métacognition. Permet de mieux mobiliser ses savoirs et ses compétences.

Nous pourrions élargir notre réflexion sur les apports de cet outil à la formation universitaire. En effet, comment un carnet (intermédia) ouvre t-il le champs disciplinaire enseigné à l’université ? Cette ouverture est-elle un enjeu pour l’enseignement universitaire ? Comment investir le terrain et la recherche par l’écriture, le dessin, l’audio-visuel et surtout le numérique ? En quoi les arts graphiques seraient-il un médium pour la recherche ? Comment les outils numériques (tablette graphique, SIG, mindmap…) facilitent-ils la prise de notes et le rendu de la pensée du chercheur in situ ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Projet Label E3D et formation des éco-délégués

Dans le cadre de la formation au Master 2 MEEF, les Conseillers principaux d’éducation stagiaires ont travaillé sur “les éducations à”. Nous souhaiterions que les stagiaires se projettent dans une mise en situation professionnelle afin d’investir la formation d’éco-délégués et d’envisager de devenir “référent EDD” (cf : circulaire du 24 septembre 2020). Le programme d’actions à échéance 2030, adopté par l’ONU en septembre 2015, vise à atteindre 17 objectifs du développement durable articulés les uns aux autres. Il porte une vision de transformation globale du monde pour rendre nos activités et relations plus soutenables, plus équitables, au service de la transition écologique. Cette feuille de route est partagée par l’ensemble des acteurs mondiaux, déclinée en politiques locales et s’applique également dans le cadre scolaire au travers des circulaires sur l’Education au développement durable.

La désignation d’élèves délégués au Développement Durable est mentionnée pour la première fois dans la circulaire EDD du 4 février 2015 afin de «favoriser la sensibilisation des élèves par les pairs et encourager l’engagement civique des élèves». La circulaire EDD du 27 août 2019 s’inscrit dans la continuité de cette dynamique d’engagement citoyen des élèves, incitant à la généralisation de ces pratiques. Elle demande la désignation d’au moins deux éco-délégués par établissement et dans l’idéal d’un représentant par classe. Des ambassadeurs de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique sont les missions valorisées. La mise en place d’un référent Education au Développement Durable (EDD) dans chaque établissement scolaire est encouragée depuis la circulaire du 24 septembre 2020. Le référent EDD contribue à la dynamique globale de développement durable de son établissement. Il peut être un appui du chef d’établissement, propose et coordonne des actions EDD, accompagne les éco-délégués dans leurs actions. L’objectif de la charte académique E3D (17 écoles, 12 collèges et 4 lycées labellisés E3D pour l’Académie de Bordeaux) est de construire l’autonomie des élèves et leurs compétences sociales et civiques par leur participation active à la mise en place de la démarche de développement durable de leur école ou établissement, et au travail collaboratif mené avec les acteurs internes et les partenaires externes associés. La charte de labellisation valorise quatre domaines qui sont évalués dans le dossier de candidature : la place de l’élève dans la démarche, la nature des projets mis en œuvre, l’organisation du pilotage et l’évaluation du processus engagé.

Dans le cadre de la Semaine européenne du développement durable en début d’année, les stagiaires CPE ont imaginé un projet EDD qui intègre la formation d’éco-délégués et se finalise par une campagne d’information à destination de la communauté éducative. Ils ont pu choisir l’un des thèmes d’actualités 2021 :  les énergies renouvelables, le réchauffement climatique, la biodiversité ou encore les océans. En trinôme, six projets ont été mis en place : deux sur le jardin pédagogique, trois sur le nettoyage des plages et des océans telles que les titres des actions l’évoquent (“Eviter les sacs plastiques pour protéger les océans” ou “Océanisons-nous au collège !”) et une sur la nutrition intitulée “Mangez végé, boudez carné”. La fiche de labellisation E3D a été complétée et participera peut-être à cette démarche d’établissement le plus souvent portée par le CPE, conseiller principal d’éducation, devenu “référent EDD”. Nous espérons que la Vie Scolaire portera de nombreux projets d’action des éco-délégués distingués par le prix de l’Académie de Bordeaux 

Actions éducatives 2022 :

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Créer un carnet de marin virtuel pour enseigner les sciences

Au fil des années, de plus en plus d’enseignants stagiaires ou d’étudiants de Master 2 MEEF (INSPE Bordeaux) investissent le carnet de voyage en sciences, que ce soit pour enseigner la géographie, les sciences de la vie et de la terre, l’environnement, les sciences physiques…Les sorties scolaires non envisageables (à cause des mesures sanitaires) ont lancé un défi pédagogique à relever. La réalisation d’un carnet de voyage « virtuel » permet à partir du numérique, de proposer une trame narrative qui prolonge le réel. Ainsi, le suivi d’expéditions scientifiques ou d’aventures de marins ancre le projet « carnet de voyage » sur le terrain, disons plutôt dans le « virtuel ». Ceci soulève la problématique de la place de la réalité virtuelle dans les apprentissages : comment envisager l’observation, la sensorialité, l’expérimentation et le relevé scientifique ? La démarche d’investigation scientifique via le virtuel et la virtualisation de la médiation questionnent les enseignants. Selon les quatre propositions de PPN, Projet pédagogique numérique, nous envisageons le carnet de voyage comme un outil original et adaptable à la médiation des sciences et des techniques. Le marin skippeur ou le savant est le médiateur du projet, celui qui accompagne la classe au fil de la découverte du monde, comme un relai de l’enseignant.

Le PPN « À la découverte du monde maritime avec Energy Observer » (Mallory Branjonneau et Marion Choublier) valorise une pleine pluridisciplinarité en croisant sciences, arts et EDD. L’objectif est la réalisation d’un carnet de bord de marin afin de découvrir les différents écosystèmes sous-marins ainsi que l’impact du réchauffement climatique en cinq escales.

  • Les coraux en Mer Rouge en Israël : le réchauffement climatique sur les océans
  • La clinique des tortues à Valencia : la chaîne alimentaire marine
  • Les icebergs du Spitzberg lien avec la banquise : les états de l’eau avec des expériences sur la transformation de l’eau
  • Les sargasses de l’Ile de St Barthélémy : la prolifération d’algues
  • Au Bahamas, une plongée avec les requins de Tiger Beach : le rôle des super prédateurs dans la vie océanique.

Le projet débute par la réalisation de deux maquettes qui ancre le carnet dans l’expérimentation : chaque élève réalise son catamaran (liège, bois, allumettes) et une éolienne avec un circuit d’électricité renouvelable. Un reportage vidéo (outil : i-movie) conclut le carnet et revient sur toutes les étapes du voyage, en demandant à chaque élève d’expliciter son travail, ses découvertes et ses choix de pagination. Ce feedback vidéo envoyé aux parents est envisagé comme un bilan pour chaque élève. Les gestes pour l’EDD via une action exemplaire comme « Zéro plastique » ont conclu le projet.

Les deux PPN sur le « Vendée Globe » (Amélie Teyssot, Mathilde Alba et Maud Martin) propose un carnet de marin à bord d’un catamaran. Le premier suit la skippeuse Samantha Davies via son blog, le deuxième propose à trois classes de créer leur régate virtuelle comme un défi inter classes. A partir du tableau TNI en classe, six séances ont permis d’étudier l’itinéraire, le fonctionnement du bateau, la météo et la communication à bord, la chanson « le vent dans les voiles » et la découverte du Cap Horn. Dans le second PPN, la tache finale du projet porte sur la réalisation d’un carnet individuel « mon journal de bord de skippeur ». Cette personnalisation du scénario pédagogique garantit la motivation sur le long terme. Chaque élève choisit en effet son type de bateau pour sa régate virtuelle et décrypte son classement sur la cartographie virtuelle en ligne. Tous les matins, le rituel quotidien porte sur l’avancée des skippers (à l’aide des vidéos du site) et permet de décrypter la position du catamaran en fonction de la ligne d’horizon, de la vitesse en nœuds et de la force du vent… L’explication des techniques de voile aboutit à un schéma légendé du bateau et complété à l’aide du glossaire numérique disponible sur le site. Dans la peau du skippeur, chaque élève décrit le 1er jour du départ (rédaction) et travaille sur les cartes interactives (continents, faune, flore…) selon les étapes de la navigation. Les arts visuels prolongent les activités scientifiques : l’estampe « La Vague » d’Hokusai et l’illustration d’une poésie.

A partir d’un carnet de voyage fictif intitulé “La petite goutte d’eau autour du monde” (Elodie Bence), les états de l’eau sont explicités au fil de cinq escales : Paris, Tanzanie, Chine, Pôle Nord, New York. Après avoir imaginé une « histoire à écrire » à partir d’images, les élèves ont créé un livre audio pour narrer le scénario de la petite goutte d’eau. De plus, un livret numérique rassemble les productions réalisées en groupe : en arts visuels sur les couleurs chaudes et froides, en sciences sur l’état de l’eau et le climat, lors des séances en anglais. La diffusion numérique des deux carnets est destinée aux parents d’élèves.

Ainsi, les arts et les sciences sont complémentaires dans la production d’un carnet de voyage scientifique, qu’il soit virtuel ou fictif. L’expérimentation permet la démarche d’investigation. La sortie scolaire sur le terrain est plus pertinente que le virtuel dans l’acquisition des apprentissages. Nous attendons le retour du carnet de voyage « in situ » !

Pour en savoir plus :

L’Odyssée Energy Observer

Les ressources d’Energy Observer

Article de presse : une sortie en mer sur l’Energy Observer

Avec le Vendée Globe, partez à la découverte des océans

La carte interactive du Vendée Globe junior

Dossier pédagogique du Vendée Globe, réalisé par l’Académie de Nantes

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage scientifique et muséum d’histoire naturelle virtuel

Au fil des promotions d’étudiants de Master 2 MEEF en SVT, Sciences de la vie et de la terre, dix-neuf productions numériques (travail en groupe) ont été réalisées sur les pas d’explorateurs naturalistes afin d’exploiter les collections muséales du Muséum de Bordeaux. Ces livrets numériques d’exploitation du musée prennent la forme d’un carnet de voyage destiné à l’élève devenu explorateur naturaliste. Notre exigence pédagogique a porté sur une pédagogie du projet pensée en amont et en aval de la sortie scolaire et qui intègre la pluridisciplinarité. Nos conseils porteraient sur trois niveaux : la mise en projet, le scénario pédagogique au fil des activités proposées à l’élève, puis la narration du carnet de voyage numérique pensée par l’enseignant.

Au muséum, trois espaces sont porteurs de questionnements : la grande galerie du vivant par continent (Afrique + Madagascar, Amérique, Asie, Océanie, Europe, Pôles), l’évolution des espèces depuis la scola naturae (l’échelle des êtres) dans l’antiquité réaffirmée par Charles Bonnet en 1745, l’évolution de la définition des scientifiques au fil des siècles : Buffon (1749), Linné (1758), Cuvier (1797 à 1830), Pyrame de Candolle (1809), Lamarck (1809), Darwin (1859), Mayr (1942), Lecointre (2004). Mais, cette année, nous avons du remplacer la visite du muséum (fermé à cause des mesures sanitaires liées au COVID) par de nombreuses ressources numériques, préalablement sélectionnées et accessibles via notre plateforme universitaire d’e-learning.

Puisque la mise en projet vise un engagement pour la préserver la biodiversité, l’objectif final pourrait alors être une campagne de sensibilisation pour préserver la biodiversité, qui serait lancée avec l’enseignant-documentaliste au CDI. De plus, l’ouverture culturelle doit favoriser les apports de la recherche en ligne, la découverte de carnets de voyage et la consultation de sites web sur la biodiversité. En effet comme préconisé dans le Bulletin Officiel n°31 du 29 août 2019 sur la transition écologique, l’EDD est une éducation renforcée dans les programmes d’enseignement. Il s’agit de « mener, au sein de chaque école ou établissement au cours de l’année 2019-2020, une action pérenne en faveur de la biodiversité ».

Le scénario pédagogique doit valoriser l’activité de l’élève, donc mettre en œuvre une pédagogie active. Aussi, l’expression personnelle est-elle au cœur du dispositif pédagogique : à partir de l’observation, elle vise la réalisation de textes, croquis, photographies et la mise en situation grâce à des exercices ludiques. Il est proposé des activités d’observation, de comparaison, d’explicitation, de production par les arts graphiques, de créativité et d’éveil des sens. Il s’agit de déterminer les étapes de la démarche naturaliste : observer in situ, questionner, inventorier, collecter…La personnalisation facilite l’entrée dans les activités et le maintien de la motivation. La référence à l’exploration et à l’aventure s’appuie sur la carte de l’itinéraire et le style graphique du livret d’exploitation pédagogique « carnet de voyage ». Ce dernier est envisagé comme un « journal de bord » avec la mention des lieux, des dates, des escales, des relevés sur le terrain…Le jeu de plateau ou le serious game pourraient combiner l’escape game (jeu d’évasion) au carnet de voyage.

La narration sur les pas d’un explorateur naturaliste s’exprime au fil du chemin de fer du carnet numérique qui retranscrit les étapes de l’expédition historique. Que soit Lamarck, Bonpland, Humboldt, Darwin…la référence au récit de ces grandes expéditions scientifiques est indispensable afin d’ancrer la narration dans le réel. Plusieurs pistes sont envisageables : la confrontation passé / présent / avenir pour chaque espèce animale, la réécriture des pages disparues ou détériorées du journal du savant, l’explication du rapport d’incident et de la cause de la disparition d’un animal, la mission sous la forme de jeu (par exemple, au lycée pour la théorie et en mission scientifique sur le terrain dans un parc national), la rédaction de fiches spécifiques à propos de l’adaptation de l’animal au milieu d’adaptation, la réalisation d’affiches de sensibilisation pour la sauvegarder d’une espèce en danger, la confrontation de deux enquêtes (celle d’un journaliste scientifique du National Geographic à celle d’un militant du WWF), le processus muséal depuis le spécimen récolté dans la nature à sa naturalisation au muséum…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de marin et d’écologie : Le Vendée Globe

Le Vendée Globe est l’occasion de suivre les voiliers dans leur tour du monde. Les journaux de marins ont été à l’origine du carnet de voyage et nous en profitons pour renouer avec les circumnavigations, même virtuellement. Le navigateur Fabrice Amadéo propose un kit pédagogique en partenariat avec la Fondation de la Mer et le Ministère de l’éducation nationale : “Cétacé, l’ocean boit la tasse” permet aux jeunes de mieux connaître l’océan et les enjeux liés à sa protection. Les enseignants peuvent donc lancer dans leurs classes des projets de l’éducation au développement durable. Fabrice Amadéo répond aux questions des classes au fil de son périple maritime.

Inspirés par cette expédition scientifique et marine, les professeurs des écoles lancent en effet un PPN, projet pédagogique numérique “Carnet de voyage au long cours”, dans le cadre de la formation Master 2 MEEF à l’INSPE Bordeaux. Les élèves vont faire de la géographie au fil de l’avancée du voilier de Fabrice Amadéo : découvrir les océans traversés, les continents contournés, les zones climatiques, les courants…mais aussi réflêchir aux enjeux de la protection des océans face au changement climatique.

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Cycle_3/97/5/CETACE_livret-enseignant_1322975.pdf

 

Kit pédagogique Vendée Globe – avec Fabrice Amedeo

Projet pédagogique

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets zoologiques (sur l’évolution animale) au Muséum

Dans le cadre de la formation au Master MEEF, une action de formation est proposée à l’INSPE Bordeaux afin de réaliser un projet pédagogique pluridisciplinaire Arts & Sciences à partir des collections natualisées et des expositions du Muséum de Bordeaux. Les enseignants stagiaires ont initié des carnets zoologiques (sur l’évolution animale) afin de permettre aux élèves d’exploiter leur visite. Plusieurs espèces animales ont été plus particulièrement étudiées dans leur évolution : la diversité des primates ou des oiseaux d’Amérique du Nord et d’Amazonie (strates), l’adaptation de la famille des camelidés selon l’aridité du climat dans le monde, la famille des félinidés sur plusieurs continents. Pour chacune des espèces, l’élève mènera une enquête scientifique afin de prendre conscience de la menace humaine qui pèse sur leur disparition et de protéger les orangs-outans de Bornéo due à la déforestation et les lémuriens malgaches dans la réserve de Nocibé.

https://www.museum-bordeaux.fr/accueil

La narration doit amener à la découverte de quelques carnets de voyage à l’aquarelle :

  • Sur les oiseaux : Les cigognes noires (carnet de voyage en Afrique) d’Alan Johnston, Les oiseaux disparus d’Amérique : dans l’oeuvre de Jean-Jacques Audubon, Henri Gourdin, Alain Joveniaux, Les oiseaux d’Amérique d’Audubon en 1830.
  • Sur les primates : lémuriens dans extraits de Madagascar, stupeur verte de Stefano Faravelli ou sur les gorilles : Des Gorilles, des hommes au Congo de A. Dan.
  • Sur les félins : extraits de La fin d’un monde de Peter Beard, Africa, carnets d’artiste de Kim Donaldson, Magie d’Afrique de Denis Clavreul, Féroces et fragiles, les félins dans l’oeuvre de Robert Gallet (exposition 2017).

La narration doit évoquer la prise de conscience écologique contemporaine à partir de diverses ressources en ligne : articles du National Geographic ou Reporterre…, expéditions scientifiques du Muséum MNHN et du CNRS, actions d’associations comme WWF sur les espèces prioritaires, reportages audiovisuels (Arte, Universscience.TV + films documentaires au cinéma), cartes et graphiques, créations artistiques engagés, images choc….

En fait, il s’agit de lancer un projet pluridisciplinaire sur la forêt dense tropicale, réserve de biosphère, à partir par exemple de l’expédition scientifique Tous les matins du monde en Papouasie avec l’artiste Stéphanie Ledoux (2018).

Les objectifs pédagogiques en sont les suivants :

  • comprendre l’intérêt des  expéditions scientifiques d’inventaire en Amazonie, à Madagascar, en Indonésie, dans le bassin du Congo en Afrique Centrale…
  • lister quelques nouvelles espèces animales découvertes aujourd’hui.
  • sensibiliser aux réserves de biosphère et aux actions de sauvegarde de la forêt tropicale primaire.
  • découvrir les actions médiatiques de sensibilisation militante pour la préservation de la biodiversité animale.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets d’invention sur les pas de Léonard de Vinci

Dans le cadre de la formation au Master MEEF, une action de formation est proposée à l’INSPE Bordeaux afin de réaliser un projet pédagogique pluridisciplinaire Arts & Sciences à partir des ressources du Musée Mer, Marine de Bordeaux. Les enseignants stagiaires y découvrent l’exposition temporaire sur les inventions de Léonard de Vinci. Son exploitation pédagogique aboutirait à l’élaboration d’un projet pluridisciplinaire en EAC (éducation artistique et culturelle ciblée sur la culture scientifique) sur “les inventions et recherches de Léonard de Vinci” dans l’établissement scolaire et les modalités de valorisation au niveau académique, national ou européen.

https://www.mmmbordeaux.com/que-voir/exposition-temporaire-da-vinci/

En équipe de trinôme, les enseignants stagiaires ont pour objectif d’imaginer ce projet pluridisciplinaire et les étapes successives vers la mise en oeuvre : la mise en projet via la carte mentale avec la répartition pluridisciplinaire des activités selon la discipline ou les objectifs transversaux, l’organisation du travail en équipe via des sketchnotes, le lancement du projet sur la plateforme e-twinning, le démarrage du projet en classe à partir d’une image commentée (Thinglink). En fait, le travail de l’enseignant stagiaire s’élabore en trois étapes : l’appropriation de l’exposition, le questionnement du projet pédagogique, l’élaboration du projet pluridisciplinaire et ensuite la mise en oeuvre concrète en classe ou au CDI avec l’aide de l’enseignante- documentaliste.

La démarche scientifique et les liens entre le carnet de recherche et le carnet d’observation (les différents codex de Léonard de Vinci), entre le croquis d’observation et le croquis de projet / d’invention sont au coeur de la réflexion pédagogique. En effet, nous nous sommes questionnés : Comment s’élabore la pensée scientifique et la création d’invention ? Quelle méthode inventive Léonard de Vinci a t-il initiée ? Comment la science s’en inspire t-elle depuis 500 ans ?

Chaque équipe a choisi un thème parmi les quatre suivants :  

  1. L’anatomie et le dessin d’observation : vers la démarche scientifique
  2. La nature botanique et le dessin d’observation : vers le biomimétisme
  3. Les machines volantes et le dessin de projet : vers le biomimétisme,
  4. Le génie hydraulique et le dessin de projet : vers la démarche d’investigation pour réaliser une invention.

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de Léonard da Vinci, de nombreuses ressources sont exploitables en classe et complémentaires à l’exposition afin d’envisager une narration transmédia. De nombreux articles scientifiques ont été publiés…dont l’accès aux différents Codex :

https://inventionsdevinci.wordpress.com/2015/04/24/lacces-au-codex-pour-tous/

J’ai personnellement été enthousiasmée par l’exposition Léonard 3 à Milan que j’ai pu découvrir l’an dernier, tout comme celle des Inventions de Léonard au Clos Lucé.

Viva Léonard 2019 en Pays de Loire : https://www.vivadavinci2019.fr/

Vidéo les inventions de Léonard au Clos Lucé : https://www.youtube.com/watch?v=j97UuUulrIE

Léonardo 500 en Lombardie : https://www.in-lombardia.it/fr/que-faire-en-lombardie/leonardo-500

Léonard 3 à Milan : http://www.leonardo3.net/en/the-museum/

Vidéo Léonard 3 : https://www.youtube.com/watch?v=Df623obnTZk&feature=youtu.be

Exposition à Buckingham : https://www.rct.uk/collection/themes/exhibitions/leonardo-da-vinci-a-life-in-drawing/the-queens-gallery-buckingham

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets marins pour sensibiliser à la biodiversité marine

Dans le cadre de la formation au Master MEEF, une action de formation est proposée à l’INSPE Bordeaux afin de réaliser un projet pédagogique pluridisciplinaire Arts & Sciences à partir des ressources du Musée Mer, Marine de Bordeaux. Les enseignants stagiaires y découvrent l’exposition permanente sur l’océan mais aussi l’espace de l’artiste carnettiste Titouan Lamazou. L’idée de faire connaître l’artiste et les carnets de voyage a émergé. En travail d’équipe, il s’agit pour les stagiaires de mettre en oeuvre une pédagogie de projet pour l’exploitation des ressources du musée, avec l’aide de l’enseignante-documentaliste au CDI. A partir d’une démarche heuristique de mise en projet, une carte mentale ou heuristique est réalisée sur la biodiversité marine et croise le programme de SVT, les enjeux écologiques contemporains et les items de l’exposition du musée bordelais mais aussi les productions éventuelles dans plusieurs disicplines (arts visuels, EMI, Français…).

https://www.mmmbordeaux.com/

L’objectif final vise l’élaboration d’une campagne de sensibilisation à la biodiversité marine dans son établissement scolaire. L’exploitation pédagogique fait émerger plusieurs questions :

  • En quoi et pourquoi la biodiversité marine est-elle menacée ?
  • Quelles ressources proposeriez-vous à vos élèves pour appréhender cette biodiversité ?
  • Quelles actions éducatives sont menées après des jeunes pour la protection des mers et des océans ?
  • Comment l’atelier – bateau de Titouan Lamazou pourrait-il participer à une action de préservation de la biodiversité ?
  • Quel héritage relie le carnet de voyage au journal de bord de marin ?
  • Quelles expéditions maritimes ont fait l’objet de carnets de voyage ou de blogs de voyage ?

Le travail en trinôme a pour consigne d’imaginer un projet pluridisciplinaire sur la biodiversité marine via la carte mentale ainsi que les modalités de réalisation d’une campagne de sensibilisation (nuage de mots, affiche, journal scolaire en ligne…). Il s’agit alors d’établir la feuille de route du projet pluridisciplinaire avec les différentes étapes de la mise en projet jusqu’à sa valorisation médiatique.

            Certains ont choisi de suivre la voie maritime de bateaux ou de marins qui sensibilisent à la préservation des océans comme la Fondation Tara Océan (Mission microplastiques en Europe 2019) ou la Fondation Maud Fontenoy (Changer le monde en imitant la mer : comment l’océan peut nous inspirer des solutions ?) ou le voilier de Géraldine Danon et Philippe Poupon (une expédition pour la protection des océans à bord de Fleur Australe). D’autres ont préféré partir des carnets de voyage disponibles au CDI comme “Grisée de mer” de Sophie Ladame, “Va’a” de Benjamin Flao et Troubs ou encore le carnet de bord “Petit Tour du monde illustré” de Loïc Peyron afin de tisser des liens avec le programme de Français et d’arts visuels. D’autres encore, ont préféré l’approche scientifique à travers des chiffres et des articles issus de plateformes environnementales : Ocean et Climate Platform, Géolittoral (portail des données sur la mer et le littoral du ministère en charge de l’environnement et de la mer) et l’IFREMER.

            L’objectif de la campagne d’information dans l’établissement peut sensibiliser à l’appel de la 2e conférence des Nations Unies sur la préservation des océans, planifiée en juin 2020 à Lisbonne et aux priorités d’action pour la biodiversité marine. L’inscription des Terres et mers australes au Patrimoine mondial de l’UNESCO par le Comité français de l’UICN (réseau des organismes et des experts de l’union internationale pour la conservation de la nature) peut-être une autre piste… L’étude d’actions locales motive une prise de conscience environnementale et offre un point de départ à la campagne : par exemple l’IFRECOR pour la préservation des Récifs Coralliens (ICRI) ou encore les programmes scientifiques d’Expédition MED lors de circum-navigations autour de la Méditerranée.

Cette campagne d’information peut déboucher sur une opération de nettoyage citoyen du littoral comme le propose “ReMed Zero plastique” pour les établissements scolaires ou sur la gestion participative d’une zone littorale. Les aires marines éducatives (AME) permettent à des élèves et leur enseignant de gérer de manière participative une zone maritime littorale de petite taille. Cette démarche pédagogique et écocitoyenne a pour but de sensibiliser le jeune public à la protection du milieu marin mais également de découvrir ses acteurs.

Concernant la production numérique, plusieurs questions se sont posées afin réaliser cette campagne de sensibilisation favorisant l’adhésion des adolescents :

  • Quelles exigences / objectifs pour faire passer le message de la manière la plus efficiente auprès des jeunes ?
  • Quels médias / objectifs de communication, cette campagne pourrait investir ?
  • Quels outils numériques de création et de diffusion envisagez-vous ?
  • Comment mettre en mots et en images avec une force de persuasion ?
  • Comment scénariser la campagne de sensibilisation ? Quel scénario “captivant” pourriez-vous imaginer avec vos élèves ?
  • Comment valoriser l’action éducative à l’extérieur de l’établissement ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de géographe et carnet de recherche : la force du dessin

Lors de la manifestation “Carnet de voyage, une écriture du monde” du 1er décembre 2019, la rencontre avec Victor Gurrey et Christian Seignobos, animée par Stéphanie Pichon autour des livres Une saison de chasse en Alaska et Des mondes oubliés, a mis en lumière la démarche ethnographique. Ainsi, quelques questions ont guidé le fil de la conférence : 

Comment garder la mémoire du patrimoine immatériel ? Comment un carnet ethnographique évoque t-il la vie quotidienne et les pratiques culturelles des peuples autochtones ? Comment le carnettiste devient-il anthropologue et pourquoi ? Pourquoi publier un carnet de voyage? De la recherche au reportage, comment retranscrire son point de vue sur la disparition de pratiques culturelles ?

Géographe, Christian Seignobos travaille sur de nombreux thèmes de recherche. Sa démarche historique et anthropologique le positionne comme l’un des spécialistes des grandes mutations environnementales et géopolitiques en Afrique centrale et comme un expert reconnu de la situation de crise dans la région du lac Tchad. Par ailleurs, dessinateur accompli et passionné, il a toujours rempli ses carnets de terrain de plans, croquis et portraits.

Ce chercheur a publié son carnet de recherches accumulées pendant cinquante ans passés au coeur du bassin du Lac Tchad. Cette véritable Thèse de Doctorat en géographie – ethnologie démontre la force du dessin et du relevé. La précision des détails au crayon permet d’expliciter le propos et de démontrer l’importance de la représentation visuelle dans un travail ethnographique et de géographe sur le terrain. La force intemporelle du dessin apporte une valeur mémorielle à ce carnet de récolte (Théodore Monod) mais aussi au témoignage du vécu et du terrain de recherche. Aussi, une part d’intime se glisse t-elle dans la recherche scientifique sur ces “mondes oubliés d’Afrique”. Le médium du dessin est adapté au contexte afin de constituer une trace et non de capturer l’instant comme la photographie le permet. Dessiner in situ c’est créer son corpus de recherche et le penser comme objet d’étude et d’analyse dès l’observation. Les détails mis en avant sont ceux qui guideront la réflexion à postériori. https://www.editions.ird.fr/auteur/61/Christian%20Seignobos

Victor Gurrey est dessinateur et s’est intéressé avec Zoé Lamazou à l’Alaska car la fonte de la banquise attise la convoitise des acteurs de l’industrie pétrolière, qui se lancent dans des campagnes de forage exploratoire. La vie des Inupiat qui pratique la chasse est bouleversée. Comme un reporter, Victor Gurrey a élaboré un travail d’investigation afin de réaliser un reportage, en textes et en images (dessins et photographies) intitulé Une saison de chasse en Alaska. Un webdocumentaire permet médiatiser ce patrimoine culturel immatériel en mutation.

https://www.revue-boutsdumonde.com/web-doc-de-zoe-lamazou-victor-gurrey/

http://awhalingseasoninalaska.com/fr/#0-INTRO

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts