De l’orientalisme : E. Delacroix (1798-1863) et P. Gauguin (1848-1903) tournés vers l’ethnographie

Le carnet ethnographique et orientaliste d’Eugène Delacroix (1798-1863) : « Album en Afrique du Nord »

Dans la vogue de l’Orientalisme, Delacroix part en 1832 pour le Maroc[1] puisqu’il est nommé peintre officiel au sein de la délégation diplomatique de Charles de Mornay. Quatre carnets sur sept de Delacroix nous sont parvenus[2] : trois sont conservés au musée du Louvre et un au musée de Condé à Chantilly, parmi eux l’Album de Croze  en 1855 et Album de Charente en 1822. Le Maroc offre à Delacroix des sujets ethnographiques qui seront l’objet de ses carnets[3], d’abord aux environs de Tanger qui inspirera l’aquarelle « La Mariée juive de Tanger », puis Meknès après treize jours de traversée puis l’Andalousie, puis Oran, Alger qui inspirera « Femmes d’Alger dans leurs appartements » et enfin Marrakech. Ce carnet rassemble des études « qui désignent à partir du XVIIe siècle une représentation graphique constituant un exercice, un essai : préparation générale ou de détail, d’une œuvre d’ensemble, recherche graphique de composition ou de réalisations de détails » [4]. Les deux doubles pages des croquis de « l’Album d’Afrique du Nord » [5] qui représentent d’une part une « foule de Marocains devant une grande porte encombrée, cour et prison, porte du Juif ; cheval et arabes devant fontaine » et d’autre part un « paysage avec mosquée dans le fond et personnages » méritent d’être analysées de par leur composition originale où le texte manuscrit de notes, les croquis, les personnages, les différents plans et les détails se juxtaposent en donnant ainsi de la profondeur et une lecture particulière de l’image. Le premier exemple offre un découpage de la page en trois vues successives, du plan général extérieur à la déambulation vers l’intérieur de la médina, le deuxième exemple plus confus proposent deux vues principales agrémentées de détails et d’angles de vues plus restreints. Comme une caméra, Delacroix guide son pinceau qui est bien l’aboutissement de son regard scrutant. Il avance, s’arrête sur tel aspect, recule, découvre, déambule…ce sont des notes visuelles qui étudient le cadrage, la composition, les éléments afin de réunir l’ensemble des esquisses dans une œuvre picturale postérieure en atelier. Il semble par moment que le carnet annonce « le story-board » [6], tant la notion de déplacement et d’angle de vue est importante, parfois si proche du « travelling ». Ces carnets traduisent un déplacement, une pérégrination et une approche ethnographique qui définissent « le carnet de voyage » comme un témoignage croqué sur le vif d’un parcours et d’une expérience exotique vécue et comme une trace ethnographique de rencontres. Du point de vue ethnographique, les scènes de la vie quotidienne sont retranscrites avec tous les détails ; ceux-ci concernent les objets, les ustensiles, les éléments de décoration, les costumes, les bijoux…Les études aquarellées préalables à la réalisation du tableau «Les femmes d’Alger » y sont nombreuses et elles sont annotées de légendes précisant les couleurs et les matières qui ne peuvent pas apparaître sur un simple croquis sur le vif. Sur certaines pages, comme « cavaliers arabes, bouquet d’arbres et mer dans le fond »[7], le texte manuscrit s’intègre au dessin, se superpose, se mélange et entre dans la composition de l’image. Dans la lignée des Frères Goncourt, il s’agit d’un carnet de voyage où l’espace de l’image rencontre celle de l’écrit pour s’intégrer dans une plastique qui tient de l’immédiateté, de la rapidité d’exécution, de l’instantanéité des émotions et du regard. Dans cet exemple, l’oeuvre de Delacroix est paradoxalement une version aboutie du genre « carnet de voyage » où ni l’image ni le texte ne priment : ils se combinent dans un parcours spatial ; le déplacement du voyage est visible dans la composition de la page autant que l’instant saisi et retranscrit Delacroix serait le créateur du « carnet de voyage » qu’il a renouvelé dans une frénésie de découverte, de recherche et d’étude plastique suscitée par la quête orientaliste des impressions, des sensations et des émotions dues à l’Ailleurs à travers une démarche ethnographique.

Récapitulatif des caractéristiques du genre “genre carnet de voyage” lancé par Delacroix :

– Déambulation au fil du périple à travers le paysage du plan général au plan particulier (portraits des rencontres).

– Esquisses sur le vif ou technique du rough : rapidité et instantané du vécu (comme une sorte d’appareil photographique à la main).

– Insertion du texte dans l’image : notes visuelles accompagnées des annotations sur les couleurs, les textures, la lumière….

– Un carnet d’étude artistique et de notes visuelles pour mémoire afin d’aboutir à une gestation de l’œuvre picturale qui est composée à posteriori et qui rassemble en une synthèse de nombreux éléments du voyage.

– Ambiance du «pittoresque» mémorisée comme «digne d’être peint» avec des éléments ethnographiques annotés afin de réaliser le tableau chef d’œuvre à posteriori en atelier au retour du voyage.

– Notes écrites sur des précisions visuelles : couleurs, détails de la décoration, motifs, indications sur l’esquisse qui fait du carnet un dessin préparatoire.

– Le carnet de voyage permet à l’historien d’art d’appréhender l’acte créatif du chef d’œuvre pictural : source primordiale, une sorte de brouillon de l’artiste qui créée, en somme l’acte d’inspiration, genèse de l’oeuvre d’art.

Le carnet d’ethnologue de Paul Gauguin (1848-1903)

Après ses essais de carnets en Bretagne[8] et influencé par le journal de Delacroix, Gauguin part vers un nouvel « Orient », « topos » de la littérature orientaliste, du côté du Pacifique. Dès 1892 à Tahiti, le peintre recherche « l’Ancien culte Mahorie » totalement disparu sous l’influence de la colonisation et ceci à partir de sa lecture du  Voyage aux îles du Grand océan[9]. Il illustre à l’aquarelle le récit de la genèse du monde selon les Maoris en la comparant au culte chrétien révélant ainsi sa passion pour l’histoire comparée des religions. Il compile des croquis sur les arts décoratifs indigènes : sculptures ou tikis, tatouages et motifs. Gauguin a écrit plusieurs carnets de voyage dont Noa Noa : Voyage de Tahiti[10] est le plus intéressant car il ressemble à un « roman-aquarelle » qui décrit « la nouvelle Cythère » ou « l’île paradis » dans sa géographie imaginaire[11] et son retour à la nature :

“La civilisation s’en va petit à petit de moi. Je commence à penser simplement à n’avoir que peu de haine pour mon prochain – mieux, à l’aimer. J’ai toutes les jouissances de la vie libre, animale et humaine. J’échappe au factice, j’entre dans la nature [12]“.

Il y fait un réquisitoire contre la culture et la société européenne et un plaidoyer en faveur des traditions polynésiennes. Charles Morice, écrivain symboliste, apporte sa contribution à la réécriture de son recueil de notes et décide de le publier en 1901. Cette première version est complétée par Gauguin au fil des deux années restantes jusqu’en 1903 par une seconde composée de tous les procédés graphiques juxtaposés que Victor Segalen découvre lors de son arrivée à Papeete peu de temps après son décès :

“Le texte, dont l’encre brun pâle est d’une harmonie complète avec le papier bruni est ça et là, interrompu d’aquarelles – la plupart lavées sur papier séparé, découpé, collé. Il y a traces de tout ce qui faisait à ce moment la vie quotidienne du maître aux prises avec l’existence impitoyable des tropiques – splendeur de lumière, grands efforts et abandon. Noa Noa » est en effet un manuscrit en cuir avec une aquarelle gouachée sur le plat de devant qui comprend cent-quatre-vingt-deux feuillets sur lesquels sont collés cinquante neuf aquarelles et bois colorés dont dix-huit en bois noir, ainsi que des gravures, des photographies et des documents de toutes sortes accompagnant un texte écrit tantôt à l’encre noire, tantôt à l’encre bleue (1891 à 1893) » selon l’inventaire du département des arts graphiques du Louvre[13].

D’après Farid Abdelouahad[14] :

“Mélange des genres et des techniques, éclatement de la chronologie et des règles d’usage, abondance des styles, contrastes et décentrages : la spontanéité créative de Gauguin aboutit à une véritable révolution de la perception visuelle. Les possibilités offertes par les nouvelles techniques de l’image, photographie et cinéma, ne sont pas étrangères à son entreprise, qui ouvre le chemin pour un nouveau domaine des beaux-arts où peut s’exprimer la liberté du collage hétérogène[15]“.

Le carnet de voyage contemporain est né de la rencontre de l’anthropologie- ethnologie et des arts combinés et métissés. Gauguin vivant lui-même le phénomène de métissage à travers une forme d’acculturation qui révèle sa créativité, le carnet de voyage est un récit autobiographique tourné vers une recherche ethnologique aidée de sa rencontre avec la jeune Tahitienne avec qui il vit à Mataïea. A travers une démarche d’ethnologue, il utilise tous les arts graphiques et les objets culturels dont il s’imprègne. Son originalité signe la naissance du carnet de voyage contemporain autant littéraire que picturale ou graphique. A noter que Delacroix est aussi un peintre du livre, artiste plus qu’illustrateur notamment pour « Faust » de Goethe en 1828.


[1]  Delacroix, un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie. Maurice Arama. Non lieu, 2006.

Delacroix et le Maroc. Guy Dumur. Hersher, 1988.(lieux d’artsite).

[2]  Le manuscrit de « l’Album de voyage en Espagne, au Maroc et en Algérie » par Eugène de Delacroix est conservé à la bibliothèque du château de Chantilly.

[3]  Le journal de Delacroix. Eugène Delacroix. De vive voix limited, Musée du Louvre, 2005 (1 disque-compact).

Anthologie du Journal. Eugène Delacroix. Mille et une nuits, 2002 (La petite collection, n° 389)

Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

Souvenirs d’un voyage dans le Maroc. Eugène Delacroix. Gallimard, 1999 (art et artistes).

[4] Voir l’article : Etude. In Dictionnaire de l’image. Dir. Françoise Juhel. Coord. Francis Vanoye.Vuibert, 2006.

[5]     A la page 34 et détails de 35 à 37 puis en page 54 et détails de 55 à 57 des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[6] Voir la partie 3 en 1.3.1. La « littérature dessinée » (« littératures graphiques ») ou la narration par l’image : album iconotextuel, le roman graphique ou « novel graphic », story-board ou livre d’artiste ?

[7] A la page 48 et détails en 49, des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[8]     Carnet de Bretagne. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2002.

Il se compose de notes synthétiques qui ont inspiré ses tableaux de 1884 à 1887.

[9]     Paru en 1837 et écrit par l’ancien consul d’Océanie Jacques-Antoine Moerenhout.

[10]    Il devait contenir des poèmes du poète symboliste Charles Morice (1860-1919).

[11]    Géograhies de Gauguin. Jean-François Staszack. Bréal , 2003.

Gauguin voyageur : du Pérou aux îles Marquises. Jean-François Staszack. Bréal , 2003. Géo Solar, 2006 (culture).

[12]    Noa, Noa. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Carnet de Tahiti. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Gauguin écrivain: Noa, Noa, Diverses choses, ancien culte mahorie. Paul Gauguin. Réunion des musées nationaux, 2003 (cédérom).

[14]    Ecrivain et historien de l’art et de la photographie, Commissaire d’expositions et scénographe qui a publié plusieurs anthologies sur les carnets de voyage et ouvrages sur la photographie depuis 1998.

[15]    Ces merveilleux carnets de voyage. Farid Abdelouhab. Reader’s Digest, 2004.p. 116.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’enquête socio-géographique et du carnet de voyage à l’aménagement urbain ou naturel.

Mener une enquête socio-géographique[1] à partir d’un corpus de carnets de voyage tous supports -audio-visuel, blog et site web- serait pertinent afin de travailler sur l’espace perçu et vécu pour déterminer l’aménagement urbain ou naturel. A titre d’exemples, en référence au corpus proposé ci-dessous, nous pourrions étudier l’image des villes françaises véhiculées dans les carnets de voyage intermédia de l’album au film ou encore étudier la dimension ethnographique et anthropologique d’un territoire régional comme la Provence ou encore la Bretagne[2], deux destinations françaises privilégiées par les carnettistes : la première car elle est une cible du tourisme international grâce à l’éditeur Equinoxe (publications en anglais) et la deuxième car elle est le lieu de résidence de carnettistes renommés dans la filiation de Mathurin Méheut et plus récente d’Yvon Le Corre, la plupart passionnés par la navigation : Titouan Lamazou, Sophie Ladame, Gildas Flahaut, Marie-Marin…L’image de la Bretagne ou du « Midi » et la notion de territoire ou de région seraient alors intéressantes à circonscrire, à définir et à imager à partir d’un corpus de carnets de voyage et de patrimoine mais surtout d’un ensemble de sources différentes en arts graphiques (affiches, cartes postales, design de communication, brochures touristiques….). L’image de la Bretagne à travers le carnet de voyage médiatiserait un topos des artistes relativement contemporain et une esthétique propre au Romantisme lancé par les premiers aquarellistes anglais à la quête de pittoresque ; en somme le corpus de carnets de voyage valoriserait un tourisme du pittoresque à appréhender et à essayer de définir.

Corpus de carnets de voyage afin de valoriser le tourisme régional

Sur la Bretagne et son pittoresque :

–  Grisée de mer. Sophie Ladame. Moea éditions, Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), 2011.

–  Bretagne : carnet de bord d’un pêcheur d’images. Philip Plisson & Yann Queffélec. Chêne, 2009.

–  Dialogue avec la mer : retour en terres de Bretagne. Raphaëla Le Gouvello, illustrations Sophie Ladame. Edition du Toucan, 2007.

–  Carnets de voyages de peintres chinois : dans les petites cités de caractère de Bretagne. Ouest-France, 2007.

–  Rêverie bretonne : terres et Finistère. Thomas Héritier. Riom : Ed. De Borée, 2006 (carnet de voyage).

–  Carnets de voyages de peintres russes dans les petites cités de caractère de Bretagne. Igor Kamyanov, Nadezhda Krestinina, Olga Pluzhnikova-Orlova et al. sous la direction de Florence Le Thérisien, texte René Le Bihan, traduit par des notes personnelles des artistes Oxana Bobrovitch. Ouest-France, 2006.

–  Rêverie bretonne. Thomas Héritier. Romagnat : Ed. De Borée, 2006 (Carnet de voyage).

–  Armoriques : balades de Corto Maltese en Bretagne. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2004.

–  La ballade de la mer salée. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2002.

–  L’âme des maisons bretonnes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2002 (L’âme des maisons).

–  Un carnet de croquis et son devenir : François-Hippolyte Lalaisse et la Bretagne. Jean Cuisenier, Denise Delouche, Simone Lossignol. Ouest-France, 2002.

–  Entre Loire et Atlantique. Denis Clavreul. Equinoxe, 2001 (Carrés de Bretagne).

–  Sur les chemins de l’île d’Yeu. texte Maurice Esseul, illustrations Erich Kasper. Laval : Siloé, 2001 (Foramt à l’italienne).

–  En Bretagne avec Lizzie Napoli. Lizzie Napoli.  Equinoxe, 2000 (Carrés de Bretagne).

–  Carnet de Bretagne : balade de l’Armor à l’Argorat. Marie Le Glatin-Keis. Equinoxe, 2000 (Carrés de Bretagne).

–  Carnets naturalistes à la pointe de Bretagne. Guermeur, Yvon, illustrations Denis Clavreul. Nathan, 1995.

–  Escale à Saint-Malo : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993.

Sur le Midi et ses traditions :

–  Itinéraires niçois : encre de Chine et aquarelles. Sylvie T. Nice : Serre, 2003. Avec un cédérom qui présente un itinéraire pédestre de douze jours alliant art contemporain et sauvegarde du patrimoine dans l’Est de Digne.

–  Gordes et l’abbaye de Sénanque : mes carnets. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1996.

–  Mon voyage à Sète. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1995.

–  Escale en Corse : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1994.

–  Provence, carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993.

–   Carnets de voyage en Provence. Lizzie Napoli. Rivages 1987.

Sur des villes françaises :

–  Clermont-Ferrand absolu. François Taillandier, Bernard Deubelbeiss. Page Centrale, 2011 (Carnets du Massif Central, n°2).

–  Bayonne : voyage intérieur. Sylvie Forestier. Biarritz : Atlantica, 2006.

–  Vauban maritime. Arnaud d’Aulnay. Gallimard loisirs, 2006 (carnet de voyage).

–  Souillac : portes du Midi. Christoff Debusschere (peintre officiel de la Marine avec la collaboration de Georgette Delpech, Denis Kerjean et Karine Meuzard). Ed. des Riaux, 2006 (spiral).

–  Sète, surprenant voyage. Cathy Beauvallet. Editions Jalan, 2005.

–  Banlieue nomade : carnets de voyage autour de Paris. Les carnettistes tribulants. Alternatives, 2006.

–  Lyon, ville ouverte. Régis Neyret, Micheline Colin. Lyon : S. Bachès, Beaux-Arts, mars 2003, n°6.

–  Arrêts sur Brest : la ville de Brest vue et dessinée à partir de son réseau de bus. Commentaires de Brestois. Erwan Le Bot. Brest : Ed. Océaniques, 2002.

–  Les 36 ponts de Paris : promenade sur les ponts, les passerelles et les viaducs, le long de la Seine et du canal Saint-Martin, Claude Agnelli. Magellan, 2001 (Coups de crayon).


[1]     Le tourisme à l’épreuve de l’enquête, à moins que cela soit l’inverse. Saskia Cousin. Espacestemps.net, 2011. http://www.espacestemps.net/document8210.html

[2]     Articles de recherches soumis en vue d’une publication dans une revue de géographie ou d’anthropologie.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts