Le carnet de voyage et les Peintres de la Marine

Le carnet de voyage et les Peintres de la Marine : des peintres reporters à la mémoire ethnographique

Les carnets de mission des Peintres Officiels des Armées[1] marquent le genre de leur trait pictural. Descendants des peintres du dépôt de la guerre créé par Louvois en 1688, ils relatent les hauts faits militaires des armées des Rois, des Empereurs et des Républiques et exaltent la grandeur et l’étendue de notre pays au-delà des mers. Un décret de 1981 a refondé et actualisé le statut des peintres des Armées dans les spécialités Air et Espace, Marine et Terre afin qu’ils soient nommés et agréés pour une durée de trois ans renouvelables, par le Ministre de la Défense dans un contingent de vingt peintres par Armée. Les Peintres officiels de la Marine révèlent leurs témoignages artistiques, socioculturels et patrimoniaux sur les évènements et sur les peuples rencontrés au fil des voyages d’exploration auxquels ils ont participé. François Bellec de l’Académie de Marine a notamment médiatisé leurs œuvres depuis 1770 dans son ouvrage intitulé  Carnets de voyages des Peintres de la Marine  (Editions Ouest-France, 2002).

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M.Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

Les peintres de la Marine auteurs de carnets de voyage

Héritiers de cette tradition militaire et picturale, Marin-Marin est consacré peintre de la Marine en 1934, Jacques Boullaire en 1959, Michel Bez en 1987, Titouan Lamazou en 2002… Le fondateur de l’association des « Peintres officiels de l’armée », Michel Montigné, est reconnu comme carnettiste à travers ses trois ouvrages publiés : Carnet de voyage à Djibouti ,  Carnet de Guyane ,  Carnets de Mauritanie, Maroc, Brésil . Quant à Jacques Boullaire, il édite son  carnet de croquis  (Singapour, 1992) et  Tahiti : carnet de croquis  (Le Motu, 2006), compte-rendu de ses voyages dans les années cinquante en Polynésie Française. Michel Bez, lui aussi peintre de la Marine, a réalisé les aquarelles de la troisième expédition organisée par l’équipe de l’Expédition Jules Verne à bord du trois-mâts Belem, réunies dans un carnet d’ Esquisses d’un voyage Amazonie-Martinique-Açores : une aventure cinématographique et scientifique  (Equinoxe, 2002).

Une collection d’albums intitulée  Voiles , née chez Gallimard en 1990, fait déjà appel à des aquarellistes renommés, souvent « peintres officiels de la marine » comme Marin-Marie, M. Berthier…. Yvon Le Corre, carnettiste renommé avait réalisé dès 1990  Les Tavernes d’Alcina : voyage au Portugal et, dès 1992,  Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces, publiés tous les deux par Gallimard dans cette collection  Voiles . Il est aussi l’auteur du carnet  Cap Sizun, pointe du raz  publié en 1997 dans la collection « Carnets du littoral ». Yvon Le Corre est en fait l’initiateur du genre dès 1977-1978 avec son  Carnet Sieck  non édité. Ciblée sur les voyages d’aventure, une autre collection apparaît, en 1996, chez Glénat intitulée  Sillages  qui inaugure avec Gildas Flahaut trois carnets (Les carnets tempête : voyage aux îles Kerguélen  en 1996,  Carnets Mongols  en 1997,  Le phare du bout du monde  en 1999), ils sont suivis de celui d’Yvon Le Corre intitulé  Mali Malo : carnet d’un voyage au Mali  en 2000. Elle recense les grandes expéditions scientifiques : en 2002  Carnets de Sibérie : mammuthus expéditions  de Benjamin Flao et Bernard Buigues, en 2003  Les compagnons du Kon-Tiki  d’Erik Hesselberg et en 2006  Sur les traces de La Pérouse : carnets d’expédition à Vanikoro  de John Pendray.

Les carnets de la mer, mémoires ethnographiques du monde des marins

Selon l’ouvrage Carnets de la mer de Farid Abdelouahab (Sélection Reader’s digest, 2007) qui dresse une exceptionnelle anthologie des carnets de voyages maritimes ou de navigation, voici quelques grands  auteurs à découvrir :

« Anita Conti, Titouan Lamazou, Bernard Moitessier, Henry de Monfreid, Jacques Rougerie… quelques noms parmi les grands acteurs de la mer réunis ici, créateurs et témoins de leurs propres aventures sur tous les océans du globe. Explorateurs en route vers des continents aux reliefs mal connus, scientifiques perçant les secrets de la vie des abysses, navigateurs en quête d’absolu, architectes bâtissant des maisons aquatiques futuristes, tous ont en commun une flamme indéfectible et sans partage : celle de la passion océane. Du littoral breton aux plages malgaches, des rivages du Kenya aux baies de la Nouvelle-Zélande, ou bien au cœur de l’immensité des flots, Les Carnets de la mer nous font revivre leurs aventures exceptionnelles. Dans le sillage des prospections du prince océanographe Albert Ier de Monaco, des contrebandes d’Henry de Monfreid en mer Rouge, des interrogations de Bernard Moitessier dans ses tours du monde ou des rencontres d’Yvon Le Corre à Madagascar, ces vibrants témoignages nous lèguent une part de rêve, de liberté et de l’esprit de la traversée ». [2]

A noter dans les carnets de la mer, le journal de Paul-Emile Pajot (1873-1929), marin-pêcheur et peintre[3], figure marquante du port des Sables d’Olonnes et « imagier de la mer » pour avoir peint la flotte de pêche aujourd’hui disparue : dundees pour la pêche au thon, chaloupes, barques…Remarqué en 1925 par Jean Cocteau à cause de l’expression populaire de son art naïf, Paul-Emile Pajot a pu exposer à Paris et publier un catalogue d’exposition préfacé par Jean Cocteau. L’ouvrage, publié sous le titre  Mes aventures, le journal de Paul-Emile Pajot [4] révèle quelques pages du fac-similé de son conséquent journal autobiographique[5], réalisé de 1900 à 1922, qui comporte en effet deux mille cinq cents pages manuscrites et mille cent illustrations. L’originalité du manuscrit réside dans sa mémoire ethnographique des marins de l’époque, de l’évocation de la première guerre mondiale et de pays du monde non visités par l’auteur. Par ailleurs, le journal de bord, version cahier technique de marin, est un autre type de carnet de la mer que le navigateur Bernard Moitessier[6] illustre : en 1968, sur le voilier Joshua , il compile, dans un journal de bord, mille et un procédés de navigation ou de la vie quotidienne à bord lors de la navigation en solitaire.


[2] Extrait de la quatrième de couverture de l’ouvrage : Carnets de la mer. Farid Abdelouahab. Sélection Reader’s digest, 2007, 223 p.

[3] Paul-Emile et Gilbert Pajot : peintres et pêcheurs : exposition au Musée maritime de La Rochelle, du 15 juin au 15 septembre 1996.

[4] Ouvrage collectif de 256 pages, sous la direction éditoriale de Benoît Decron, Conservateur au Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, aux Sables d’Olonne, édité par l’association 303 / Arts, Recherches et Créations en coédition avec le Musée (éditions 303, hors série de la revue 303 Arts, recherches et création, n°102, 2008).

[5] Acquis en 2006 par le Musée de l’Abbaye Sainte-Croix avec l’aide de l’Etat, de la région et du Crédit Maritime de Vendée, l’œuvre est exposée à l’occasion de la course du Vendée Globe en 2008.

[6] Extraits des journaux illustrés dans l’ouvrage : Les carnets de la mer. Farid Abdelouahab. Sélection du Reader’s Digest, 2007.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Des aquarellistes aux origines du carnet de voyage : William Turner et Paul Signac

William Turner (1775-1861) et de Paul Signac (1863-1935) adeptes de l’aquarelle et du « liber studiorum »

Le carnet de voyage du Romantisme et du pittoresque de William Turner (1775-1861)

Qui mieux que William Turner peut consacrer Venise comme la muse des artistes peintres depuis Canaletto jusqu’à Monet[1] ? Venise est en effet « refuge romantique de 1830 à 1840 »[2] autant pour les peintres que pour les écrivains et les poètes comme Alfred de Musset (1810-1857) qui s’adonne aussi à l’esquisse[3]. Les trois voyages de William Turner en 1819, en 1833 et 1840 à Venise marquent des tournants dans sa peinture paysagiste et la période entre 1833 et 1840 témoigne de l’apothéose de ses œuvres qui intensifient la diffusion de la lumière, la spécificité aquatique de Venise et l’atmosphère de la rencontre de l’eau et du ciel, source de légèreté et de transparence, de variations colorées, de reflets le long des canaux et de dissolution des formes. Les évanescents et irréels paysages de lagune renvoient en fait au romantisme et au pré-impressionnisme. Selon Andrew Wilton, conservateur de la collection Turner à la Tate Gallery de Londres :

« Débutant par un splendide « hommage à Caneletto » dans son « Pont des Soupirs », « Palais des Doges » et Dogana, Venise : peinture à la caneletto » de 1833, Turner accéda peu à peu au cours de la décennie suivante à un univers de liberté éthérée où le chatoiement de la lumière et de l’air absorbe les formes de San Giorgo Maggiore, de l’église Santa Maria Della Salute ou du campanile de Saint-Marc »  [4].

Il laisse dix carnets de croquis et trente-cinq toiles réalisées entre 1833 et 1845 révélateurs de sa conception de l’art de paysagiste imprégné de « pittoresque » qui pourrait prolonger notre réflexion sur l’héritage du carnet de voyage : « choisir, combiner, concentrer ce qui est beau dans la nature et admirable en art est autant la tâche du peintre du paysage dans son domaine que dans les autres domaines de l’art ». Ses aquarelles au nombre de vingt mille sur papier et ses carnets en font le peintre le plus prolixe qui ait élevé l’aquarelle au rang d’art pictural majeur. Ses aquarelles de voyage sont publiées à partir de 1826 dans The Keepsake et des recueils de gravures,  The Turner’s annual tour, publiés à partir de 1831.

Les carnets de voyage paysagistes ou de marines de Paul Signac (1863-1935), marin et peintre

Paul Signac (1863-1935) est adepte de la peinture « sur le terrain » de paysages comme tous les impressionnistes et ces aquarelles instantanées permettent de saisir la lumière comme «des notes visuelles sur la couleur» selon « un art poétique de l’aquarelle avec économie de moyens et en proscrivant toue manipulation » comme le mentionne Charles Cachin[5]. Elles rappellent le carnet peint de Turner de la National Gallery de 1898 dont il s’inspire, « il se plaît à reproduire les tableaux des autres…accumule les documents comme les photographies ramenées d’Italie des œuvres des maîtres » [6]. Peintre et marin, Paul Signac a laissé, de ses séjours à Venise particulièrement remarquables[7], trente et un carnets parmi lesquels trois cents paysages côtiers de la France[8], des ports de la Méditerranée aux ports de Bretagne en commençant par Collioure en 1887, puis à Cassis en 1889 en rendant visite à Van Gogh interné à Arles qui l’influence dans son style à l’aquarelle de 1890 à 1895 dans ses paysages et ses vieux gréements puis en 1890 en Italie. Marin, en 1892, il se rend sur son bateau du Finistère à Saint-Tropez par le canal du Midi et découvre le Massif des Maures et de l’Esterel. En 1893 il expose au Salon des artistes indépendants ses « notations à l’aquarelle » et écrit dans son journal : « Il me semble beaucoup plus logique de ne prendre dans la nature, de n’emmagasiner —par un simple croquis, une simple note– que ce qui vous semble parfait de lignes et de couleurs… ». A partir de 1896, il effectue des voyages à l’étranger : en Hollande et sur la Riviera italienne, en1904, à Venise à partir de la Mer, en 1907 à Istanbul, en 1908 à Venise, en 1909 à Londres. Installé dans le Midi pendant vingt ans, à Saint-Tropez, à Sète, à Menton, il navigue le long des côtes bretonnes et de la Manche qui lui inspire un recueil de vues portuaires grand format et un carnet de son séjour à Barfleur en 1931 est aujourd’hui publié[9]. Il entreprend son dernier voyage en 1935 et laisse un ultime carnet sur la Corse[10] :

« L’aquarelle est le meilleur moyen de notation, une sorte de mémorandum, un procédé rapide et fécond, permettant à un peintre d’enrichir son répertoire d’éléments trop passagers pour être fixés par le procédé lent de la peinture à l’huile. Un ciel nuageux est un ensemble magnifique mais qui se déforme perpétuellement ».

Signac a réalisé, à partir de 1904, un catalogue aquarellé de ses œuvres où il ne mentionne pas comme Turner et Lorrain le nom de l’acquéreur.


[1] Voir l’exposition « Venise : de Canaletto à Turner et Monet » jusqu’au 15 février 2009 à la Fondation Beyerler à Bâle : http://www.beyeler.com/fondation/f/html_11sonderaus/35venedig/05_veranst.php?p=1&pos=15

[2] Venise un refuge romantique de 1830 à 1848. Florence Brieu-Galaup. L’Harmmattan, 2007 (espaces littéraires).

[3] Les photographies des dessins de l’album dessiné d’Alfred de Musset concernant son « Voyage en Italie » en 1833 avec Georges Sand ainsi que de « l’album de Venise » sont conservées à l’Institut de France.

[4] Extrait de la préface Andrew Wilton de l’ouvrage : Venise : aquarelles de Turner. Bibliothèque de l’image, 1995.

[5] Voir la préface : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000. Inventaire de département des arts graphiques du Louvre : http://arts-graphiques.louvre.fr/fo/visite?srv=mtr

[6] Signac aquarelliste. Marina Bocquillon-Feretti. A. Biro, 2001.

[7] Sélectionnées dans l’ouvrage : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000.

[8] Voir la carte des lieux évoqués par Signac dans l’ouvrage cité ci-dessus.

[9] Paul Signac, été 31, Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue : expositon du 29 juin au 30 septembre 2000. Musée national de la marine, Musée maritime de Tatihou, 2000.

[10] Dernier carnet de voyage de Paul Signac. Paul Signac. Charles Cachin. M.J. Jacomet, 1990.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts