Carnet de voyage de création littéraire sur les pas d’Hugo Pratt

Dans le cadre de la formation au Master 2 MEEF à l’INSPE Bordeaux, est proposée une option d’éducation artistique et culturelle. Chaque année, j’envisage l’exploitation d’une exposition ou d’une collection muséale, mais cette année de restrictions sanitaires dues au COVID n’a pas permis aux enseignants stagiaires de découvrir l’exposition « Hugo Pratt, lignes d’horizon » au Musée d’Aquitaine de Bordeaux. Aussi je leur propose un projet EAC intitulé « Le voyage créatif de Pratt : des voyages vécus, rêvés, tracés et imaginés » à destination de scolaires. L’objectif vise la réalisation d’un carnet de voyage imaginaire à travers une narration transmédia sur les pas du dessinateur italien Hugo Pratt (1927-1995).

En premier lieu, il s’agit de définir les étapes de cette production à la quête du trésor de la différence culturelle. Comme Hugo Pratt était féru de cartes et d’atlas, je propose la création d’une carte imaginaire sur un continent vu par Pratt à partir de son parcours autobiographique : donc du lieu de départ (lieu de vie) à un point d’arrivée (lieu de publication de l’album BD). Ensuite, il s’agit de mentionner quatre à six étapes afin de déterminer un itinéraire au carnet de voyage en suivant les quatre types de voyage différents à l’origine de l’inspiration artistique et de la création littéraire : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé.

Pour chacune des étapes, dans le carnet de voyage en textes et images, l’enseignant stagiaire propose des activités ludiques ou d’enquête en vue de l’exploitation de l’exposition : énigmes, jeux de mots, observations, dessins…Dans la production transmédia, il est possible de mentionner des ressources complémentaires (voir celles sur le cours MOODLE) via des liens numériques (interviews, vidéo, photos, cartes…). Afin que l’élève devienne un enquêteur voyageur de ressource en ressource sur les pas d’Hugo Pratt, il est pertinent de raconter et de scénariser une histoire à partir de la biographie de l’écrivain.

Le carnet de voyage “de création littéraire” doit déboucher sur la quête du trésor, celle du héros Corto Maltese dans chacune de ses aventures, et celle qui a guidé la vie de Pratt : certainement la richesse de la différence culturelle et le goût pour l’ethnologie. Nous décidons en effet que cet apprentissage est central dans le projet pédagogique : en référence aux programmes d’enseignement, “On les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose.” Aussi, l’élève pourrait-il alors découvrir un trésor caché au CDI (cf à la bibliothèque personnelle d’Hugo Pratt qui s’élève à 20 000 livres) à définir : celui de la connaissance d’un peuple ou d’une culture du continent étudié. Donc, nous lui demandons de choisir un carnet de voyage édité sur la région géographique étudiée : soit au CDI, soit dans la nouvelle librairie des voyages de l’Espace Darwin, Géolibri, ou lors de la manifestation bordelaise Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde début décembre (sortie scolaire projetée après la visite de l’exposition au musée d’Aquitaine mais les deux événements culturels ont été annulés à cause des restrictions sanitaires dues au COVID).

Nous avons défini quatre équipes d’enseignants afin de réaliser quatre carnets de voyage imaginaires et numériques sur les pas d’Hugo Pratt : un carnet de voyage dans l’Afrique de Pratt, un carnet de voyage dans le Pacifique de Pratt, un carnet de voyage dans l’Amérique selon Pratt de l’Amazonie à San Salvador de Bahia, un carnet de voyage dans les deux villes d’Hugo Pratt que sont Venise (dix ans de 1927 à 1937) et Buenos Aires (dix ans de 1950 à 1960).

L’itinéraire de la carte imaginaire ou carte créative sert de chemin de fer au carnet de voyage et croise quatre types de voyage (vécu, rêvé, tracé et imaginaire). Il s’agit d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues (lieux de vie, voyages, rencontres). La créativité est en effet à l’œuvre à partir d’une sensibilité, d’un regard critique et d’un vécu enrichissant. Ce carnet de voyage est donc un itinéraire vers la gestation littéraire, notamment des albums « Les aventures de Corto Maltese » réalisés par Hugo Pratt.

Exposition “Hugo Pratt, lignes d’horizon” au musée d’Aquitaine :

http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/exposition-hugo-pratt-lignes-dhorizons                              

Site de l’exposition http://www.expositionpratt.fr/

L’ histoire de Corto Maltese : https://cortomaltese.com/fr/mon-histoire/

Catalogue d’exposition édité par le musée des Confluences de Lyon https://www.museedesconfluences.fr/fr/editions-de-lexposition-hugo-pratt-lignes-d%E2%80%99horizons

Albums “Corto Maltese” chez l’éditeur Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/corto-maltese

Invitation au voyage : Venise va bien bien à Corto Maltese, ARTE, 2019. https://www.arte.tv/fr/videos/093907-000-A/venise-va-si-bien-a-corto-maltese/

Invitation au voyage : Corto Maltese, gueule d’argentin, ARTE, 2019. https://www.arte.tv/fr/videos/090769-000-A/corto-maltese-gueule-d-argentin/

Hugo Pratt : un portrait en référence à Robert Louis Stevenson, FR3 Thalassa,1990. https://fresques.ina.fr/europe-des-cultures-fr/fiche-media/Europe00174/hugo-pratt.html

Film documentaire : Hugo Pratt, trait pour trait, un film de Thierry Thomas. Quark Productions, 2016. http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/50163_1

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La carte sensible, la cartographie créative et l’itinéraire dans le carnet de voyage

Le carnet de voyage rassemble des images composées et combinées qui allient tous types d’images et différents arts graphiques. Sa lecture est complexe, sans langage propre comme la bande dessinée. Le lien texte-image est une caractéristique et parfois le texte rentre dans la composition de l’image. Aussi, en créant un carnet de voyage, comment penser la création d’une image comme narration visuelle? Quel type d’image peut accompagner le cheminement du voyage? Comment intégrer l’image didactique dans la composition d’un carnet de voyage ? Puisque l’image est centrale dans la narration « carnet de voyage », quelques réflexions émergent en tant que carnettiste : Comment penser la production à la fois visuelle et graphique ? Comment élaborer sa pensée visuelle ? Comment se projeter dans le voyage et organiser la narration centrée sur l’itinéraire et le cheminement mental et physique ?

Nous pensons à plusieurs hypothèses de transcriptions narratives :

  • L’itinéraire du voyage part du point de départ au point d’arrivée, comme le propose le chemin de fer de l’ouvrage
  • L’itinéraire peut suivre un cheminement sur les pas de…un écrivain, un artiste, un savant…
  • Il se traduit par la mention du lieu ou de la date (journal de bord) 
  • Il se montre en image grâce à la carte de l’itinéraire ou la géolocalisation.

Or, la carte dans toute sa diversité typologique, accompagne les trois stades de la narration du voyage :

  •  Avant le voyage : la carte des imaginaires pour travailler sur les représentations mais aussi la carte mentale de ses représentations à partir d’une démarche heuristique propre à la médiation en vue de l’apprentissage (pédagogie).
  • Pendant le voyage : la carte sensible pour percevoir par les 5 sens et retranscrire son expérience personnelle voir intime.
  • Après le voyage : le sketchnote pour expliciter sa pensée visuelle, pour exercer son esprit critique et vérifier l’information.

« Il n’y a pas de cartographe qui n’imagine le monde avant de le représenter » comme le souligne Gilles A. Tiberghien. C’est donc à travers le mapping, la pratique et l’invention des procédures cartographiques que l’imaginaire constructif du cartographe est le plus performant. C’est le propre de toute représentation d’opérer sur les deux registres cognitif et fictif. Ainsi, la carte sensible est une forme de cartographie « libérée » des codes habituels de représentation (échelle, couleurs des légendes, orientation, etc). A partir de l’observation in situ, de la mémoire du lieu et des ambiances saisies, des impressions et du ressenti se réalise la « carte sensible » qui est une synthèse complexe et multidimensionnelle (l’habitat, le quartier, le paysage urbain, les perceptions). Elle utilise à la fois les méthodes de la géographie, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’art. Les « cartes mentales » sont issues de déplacements dans des villes, donc du déplacement du corps dans l’espace pour fixer la mémoire du trajet.

La prise de notes visuelles, sous forme de dessins, de schémas, de graphismes et de textes, est une manière efficace de s’approprier une information, donc afin d’expliciter et d’analyser l’expérience vécue sur le terrain ou en voyage. Le Sketchnoting est une méthode de prise de notes mêlant l’écrit et le dessin, utilisée le plus souvent « en live », c’est à dire réalisée en direct lors d’un événement (une conférence, une interview, un concert, une réunion etc.). Cette technique est appelée « facilitation graphique » comme le scribing (ou graphic recording), le mindmapping, etc. Des études scientifiques dans le domaine de la créativité mettent l’accent sur la visualisation comme essentielle à la créativité car elle inclut la capacité à « manipuler mentalement les images et les idées » (Davis, 2004, p. 101).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Créations de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives

« Créations de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010, p. 64-69 (6 pages).

http://www.intercdi-cedis.org/spip/index.php3

Les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans (2007 à 2010)sont tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste[1]. Dans le prolongement des actions menées dans l’académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons ainsi expérimenté cet outil avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[2]de Bordeaux dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté puis la sensibilisation au patrimoine et à l’environnement ou au développement durable.

1. Du livre d’artiste et du voyage comme parcours initiatique et professionnel (2008-2009)

2. Un carnet de patrimoine européen pour favoriser les échanges européens Coménius et Léonardo (2009-2010)

3. Un carnet sur l’histoire familiale pour l’insertion des migrants dans le cadre du projet « Interculturalités et vivre ensemble » (2009-2010)

4. Un échange interculturel entre Anglais et Indiens pour comprendre l’autre (2007-2008)

5. Un carnet de voyage numérique et multimédia pour l’apprentissage des langues (2008-2010)

A la rencontre des arts et des sciences, le carnet de voyage semble un outil pédagogique créatif qui allie la démarche documentaire à la démarche artistique afin de forger un esprit d’innovation et un regard sensible sur le monde. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. Cette diversité des approches éducatives en fait l’intérêt pédagogique. Comme le dit le sculpteur Rodin « Je ne crée pas, je vois, et parce que je vois, je peux créer » , une belle maxime pour la démarche créative du carnet de voyage. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs[1].


[1] Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la poste de Paris. Pascale Argod. Musée de la Poste, novembre 2010.


[1]Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique thèse soutenue en 2009 (Pascale Argod, Dir. Thierry Lancien, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 790 pages).

[2] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet Carnet de patrimoine européen)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet Livre d’artiste)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet Interculturalités)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet Inde du Sud)

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts