Carnet de voyage de publicités murales

Depuis la publication de l’ouvrage intitulé « Les publicités peintes de nos nationales » en deux tomes (Tome 1 et Tome 2) par Marc Combier (chez H&C Histoire & Collections) en 2014, nos rues et nos routes conservent un patrimoine commercial, industriel ou artisanal, haut en couleurs et en identités locales ou régionales. Marc Combier nous emmène sur les routes des publicités d’antan. Depuis cette publication, des municipalités lancent des appels collaboratifs à l’inventaire comme celui de la ville de Blois ou par exemple « Quand les publicités faisaient le mur ». Réaliser un tel inventaire in situ nous fait voyager dans l’espace en parcourant le territoire français, mais aussi dans le temps, au fil du XXe siècle.

Le patrimoine industriel est objet d’éducation depuis une trentaine d’années, notamment avec des projets lancés par l’Académie de Reims à la fin des années 1990. Aussi, nous avons envisagé un projet éducatif pluridisciplinaire, en histoire – géographie, en économie, en EMI (éducation aux médias et à l’information) et en arts, sur les traces de l’histoire de l’économie de notre région. Il s’agit de retracer un itinéraire illustré de publicités murales qui pourrait alors amener à cartographier l’économie locale des années 1970. Un carnet de voyage ou de patrimoine serait envisagé comme production finale qu’il soit artistique, médiatique ou numérique, et il pourrait être décliné sur tous les types de support.

L’éducation à l’image et à la publicité est préconisée depuis de nombreuses années lors de la Semaine de la presse et des médias dans l’école. Le CLEMI favorise les projets d’éducation aux médias et à l’information mais aussi à la publicité, surtout la publicité en ligne ou sur les réseaux sociaux, afin de décoder la publicité cachée (Canopé). Un projet sur l’éducation à l’image à travers la publicité est d’ailleurs valorisé par l’INSPE de Bretagne dans le cadre de la formation des enseignants. Il s’appuie sur une typologie de publicités :

  • la publicité persuasive et informative (convaincre) qui considère le consommateur comme un être rationnel dont les achats sont le fruit d’une décision mûrement réfléchie. Elle cherche donc à le convaincre en faisant appel à sa logique. Ce type de publicité démontre les qualités du produit vendu face à ceux des concurrents ou fait référence à un besoin à satisfaire.
  • La publicité projective ou intégrative (valoriser) inscrit le produit dans des codes sociaux et des modes de vie. Elle lui confère ainsi les marques d’un groupe social valorisant auquel appartient le consommateur. Le produit devient alors l’expression d’une appartenance.
  • La publicité mécaniste (matraquer) s’appuie sur le courant psychologique du behaviorisme. Elle considère donc que le consommateur n’est ni rationnel ni conscient. Son comportement est passif et soumis à un conditionnement. Ces publicités cherchent donc à créer des conditionnements qui rendent automatiques l’achat de leurs produits. Elles se fondent sur la répétition et essaient parfois de choquer le consommateur.
  • La publicité suggestive (séduire) exploite le désir du produit et sa dimension symbolique. Elle ne fait pas appel à la raison du consommateur mais à ses sens et ses sentiments. Elle cherche à le séduire et à satisfaire ses besoins fondamentaux par la suggestion.

A partir de sorties sur le terrain pour mener l’enquête et lancer un inventaire, les élèves photographient les affiches murales in situ et les regroupent sur un réseau social de partage d’images (Pinterest) dont ils pourront communiquer le lien à leur municipalité, mais aussi lancer un appel sur les réseaux sociaux afin d’approfondir l’inventaire.

Ce projet de reportage historique est intergénérationnel, dans le cadre d’un jumelage intergénérationnel avec une maison de retraite, afin de trouver des témoignages de l’histoire socioéconomique de la localité et de rédiger des textes analytiques qui commentent l’affiche. Les images interactives commentées (Genially) assemblées sont autant de pages numériques au fil de la déambulation dans la ville à partir d’un itinéraire (Google Earth). Cette initiative permettrait de concourir à la mise en œuvre du « plan d’action national visant à renforcer les solidarités intergénérationnelles dans les établissements scolaires et les lieux de vie des personnes âgées » et mettre les liens intergénérationnels au service des apprentissages et de la solidarité.

Une création artistique inter générations est envisagée à partir de l’art du collage, de la  typographie et du design graphique de l’époque choisie sur une spécificité artisanale ou économique toujours vivante, qui aurait traversé plusieurs générations et évolué pour s’adapter aux enjeux contemporains.

Ce carnet de voyage ou carnet de patrimoine est valorisé par le concours scolaire Mediatiks de création médiatique lancé par le CLEMI de Bordeaux. Une mise en voix  des témoignages recueillis pourrait aboutir à une classe Web radio, action nationale d’éducation aux médias et à l’information du Ministère de l’éducation nationale via le CLEMI. Penser l’intermédialité du carnet de voyage permet en effet d’envisager un projet ambitieux.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia

« Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia : identité du quartier, territorialité et « géocitoyenneté » à travers les arts graphiques et numériques ». Pascale Argod. In “L’animation socio-culturelle : quelle place dans le projet urbain ?”. Pascal Tozzi (Dir.). Carrières sociales Editions, 2014.

Couverture ASSC&Projet urbain

Les carnets de patrimoine, de l’ouvrage au site web, inventorient les patrimoine(s) et s’insèrent dans différents projets urbains. Carnet de terrain (Sanijan, 2008), carnet ethnographique ou carnet de relevés d’observations, le carnet de voyage – reportage est aussi un outil réflexif des sciences humaines, de la géographie à l’anthropologie, indispensables aux projets urbains. Outil de valorisation du patrimoine, il s’inscrit dans des projets urbains de communication à visée touristique mais aussi dans d’autres registres afin de faire évoluer les représentations. De plus, dans le cadre de l’animation socioculturelle, réaliser un carnet de voyage favoriserait la « fabrique » de l’habitant-citoyen : l’identité du quartier, la territorialité et la « géocitoyenneté » sont en jeu à travers les arts graphiques et l’image. Construire sa géographie dans ses déplacements permettrait d’appréhender le territoire dans sa complexité et dans les enjeux qu’il engendre afin de s’inscrire dans une démarche de citoyen géographe attentif à son environnement et de devenir un géo-citoyen. La diversité éditoriale des carnets de patrimoine sur la ville permet d’appréhender en quoi cet objet socio-culturel procède de la fabrication de l’habitant-citoyen et concilie la visée communicante et l’aspect ethnographique.

Quatrième de couverture de l’ouvrage collectif  “L’animation socio-culturelle : quelle place dans le projet urbain ?” sous la direction de Pascal Tozzi :

Cet ouvrage fait suite au 29ème colloque organisé à Bordeaux, en janvier 2013, par l’Institut Supérieur d’Ingénieurs-Animateurs Territoriaux (ISIAT) de l’IUT Bordeaux Montaigne et ses partenaires. Cette rencontre scientifique a accueilli une cinquantaine de communications sur le thème « L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? ». À travers une série de textes reprenant certains thèmes saillants du colloque, enseignants-chercheurs, doctorants, praticiens et concepteurs de l’urbain approfondissent ici leurs réflexions autour des interactions entre l’animation et la fabrique de la ville, questionnant le projet urbain en tant que projet social, culturel et socioculturel, mais aussi la dimension démocratique qu’il s’agit de donner à l’action aménageuse. Dans cette perspective, les contributions réunies analysent la place des projets d’animation dans les gouvernances urbaines, notamment leurs interactions avec les acteurs institutionnels et les dispositifs de politiques publiques. Place est ensuite faite aux apports de l’animation et de ses « experts militants » aux processus complexes d’appropriation urbaine et de participation citoyenne, notamment s’agissant de la mise en durabilité de la Cité. Le propos des auteurs met aussi en évidence la créativité socioculturelle et les modalités d’intervention socio-artistique qui animent le projet urbain, travaillant à ses scénographies, à sa pédagogie et à sa valorisation mais aussi parfois à sa contestation. Enfin, au travers des réflexions suscitées par cette rencontre entre la ville et l’animation, c’est aussi la question vive de l’axiologie de cette dernière qui est posée, celle de l’éthique et d’une recherche permanente du sens de l’action socioculturelle dans la fabrique urbaine.

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1268

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts