Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques

Une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage

Communication au colloque  Les cultures du déplacement : Mobilités et requalifications des lieux et des territoires, 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon – Université de Nîmes – 14-16 juin 2012.

Le phénomène éditorial du carnet de voyage, expression visuelle de la mobilité de l’artiste et aboutissement d’une démarche artistique à partir du voyage, s’explique probablement par ses atouts médiatiques que sont la proximité, l’émotion, le retour à l’enfance et la ressemblance avec le réel. Preuve du vécu, témoignage de la main, du geste et donc du corps, le croquis offre une empreinte intemporelle qui marque la page et le reportage de son sceau d’authenticité. Aussi comment est mise en valeur une culture du déplacement dans les arts graphiques, l’album, les sites web et les blogs de voyage ? quelle est son influence sur la redéfinition médiatique des lieux ? Quel est son enjeu de communication et de valorisation touristique ? Les voyages touristiques des lecteurs de carnets de voyage s’opposent-ils aux voyages hors-normes des auteurs carnettistes ? Le carnet de voyage serait-il le médium d’un tourisme créatif et innovant, et d’une autre forme de voyage valorisant l’expérience ? L’esthétique de la médiation touristique est un enjeu de longue date depuis la veduta[1]du XVIIe, mémoire picturale de la ville romaine, et l’engouement pour la carte postale, souvenir partagé du site, cependant, avec le carnet de voyage, la notion de témoignage d’un voyage d’exception, original et unique exige des acteurs du tourisme l’offre d’un « autre » voyage ou d’un voyage tourné vers l’Autre, authentique, expérientiel et créatif. La redéfinition médiatique des lieux se jouerait à travers une mise en valeur esthétique et plastique pour valoriser un tourisme de l’expérience et de l’authentique. Les atouts de cette redéfinition reposeraient sur cinq caractéristiques de cette démarche de voyageur se revendiquant comme « non touriste » et pour qui le voyage serait une « philosophie de la mobilité » :

Un rapport différent au temps et au voyage : rester de longues heures en un lieu pour l’observer et en faire un rendu dessiné (/ instantané de la photographie), vivre un voyage « non touristique ».

Une quête intime du voyage : or la production de carnets est réalisée surtout par des voyageurs étrangers de passage. Le carnet de voyage est-il la finalité d’une quête ? Laquelle ?

Une vision parcellaire et déformée : le carnettiste est un voyageur occidental influencé par ses codes culturels d’étranger au pays qu’il visite et dont le séjour est souvent réduit à un mois dans le pays : sa vision sera parcellaire et déformée, voire exagérée.

La valorisation du voyage comme moyen d’apprentissage et le voyage authentique, voire solidaire, comme moyen de découvrir le monde et de rencontrer l’Autre, loin des tours opérateurs.

La notion de témoignage du vécu et de son expérience à travers le voyage : il s’agit en effet d’accepter la perte du corps à corps avec sa terre et son lieu d’origine, le dépaysement et le changement de repères dans le temps et dans l’espace puis de mettre à distance (cf au « regard éloigné » de Claude Levi Strauss) son groupe d’appartenance et sa culture afin de se confronter à d’autres mœurs qui risquent de remettre en cause ses représentations et ses opinions, voire sa propre culture.

 

 

 

 

 


[1] Peinture détaillée d’un paysage urbain ou d’un panorama de paysage qui est apparue chez les Flamands dès le XVIe siècle avec Paul Bril. La peinture flamande du XVIIe siècle se spécialise dans la vue urbaine telle que « La vue de Delft » de Vermeer.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Tendances actuelles du carnet de voyage

Le carnet de voyage et ses tendances actuelles comme oeuvre d’arts graphiques : du patrimoine, du témoignage et du reportage dessiné

Communication au Symposium organisé à Lille (Palais des Beaux-arts) en décembre 2011 intitulé « Dessiner-Tracer, 19e inventaire des Trésors des musées du Nord de la France »

Le carnet de voyage, hérité du carnet d’esquisses et de l’inventaire de sites « pittoresques », ne limite pas aujourd’hui ses frontières à une définition du genre qui serait remise en question par les carnettistes à la quête d’innovation et d’espaces dessinés. Quatre tendances éditoriales se distinguent : du reportage graphique au témoignage, du sensible au sensitif, du métissage des arts au livre d’artiste, de la diffusion sur support numérique à l’autoédition personnalisée. La définition du reportage, du témoignage et la notion même de documentaire se situe aux origines du « journalisme visuel ». Le carnet engagé et ethnographique, portant sur les marges de la société, met en œuvre « l’observation participante » et le carnet de vie, « la parole retranscrite ». Quant au carnet autobiographique et au journal intime dessiné, ils s’inscrivent dans la filiation de Peter Beard. Les carnets sensitifs, authentiques et originaux, ont pour objectif de recréer l’ambiance du voyage et la singularité des styles. Ils l’orientent vers l’objet livre, à supports multiples, comme création plastique du parcours géographique. Le métissage des arts le renvoie au livre d’artiste, voire à l’Artbook. En effet, la libre expression de l’album prône l’esthétique du patchwork, du collage et tend vers l’œuvre mosaïque composée d’assemblages et de montages pour tendre vers une géo-poétique du voyage. La combinaison d’arts complémentaires (aquarelle, photographie et écriture) semblerait dépasser le genre et l’insérer dans le livre d’art pluridisciplinaire. Ces distinctions sont encore compliquées par l’utilisation du support numérique ; l’autoédition personnalisée ouvre sur l’image protéiforme et ce genre intermédia conquiert de nouveaux supports.

Bibliographie

ABDELOUAHAB Farid. Ces merveilleux carnets de voyage. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2004.

ABDELOUAHAB Farid. Carnets de voyage en France. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2005.

ABDELOUAHAB Farid. L’aventure des pôles : carnets de voyage de grands explorateurs. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2006.

ABDELOUAHAB Farid. Les carnets de la mer. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2007.

ARGOD Pascale. Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. Paris : SCEREN-CRDP d’Auvergne, 2005. (Argos Démarche).

KORZILLIUS Jean-Loup (Dir.). Art et littérature : le voyage entre texte et image. Amsterdam : Rodopi, 2006. (Faux titre, n° 286)

MATHIEU Didier. Livres d’artistes. BBF, 2000, n°6.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Le livre et l’Artiste : actes de colloque. Paris : Le mot et le reste, 2007.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Le livre et l’artiste : tendances du livre, 1976, catalogue d’exposition. Paris : BNF, 1977.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Livres d’artistes. Paris : Hersher-Georges Pompidou, 1985.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Esthétique du livre d’artiste 1960 – 1980, catalogue d’exposition. Paris : J.M. Place-BNF, 1997.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Esthétique du livre d’artiste 1960 – 1980, thèse d’Anne Moeglin-Delcroix soutenue à Paris 1 en 1994.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Sur le livre d’artiste : articles et écrits de circonstances (1981-2005). Paris : Le mot et le reste, 2006.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts