Pour les géographes, l’art comme représentation poétique et outil pour la recherche

  • Appel à projet Art & SHS 2017-2018 :

Le pôle recherche et prospective de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), apporte son soutien à la mise en œuvre de projets dédiés à des thématiques novatrices en sciences humaines et sociales (SHS) qui pour la période 2017-2018, porteront sur « Nouvelles conflictualités » et « Art et sciences sociales ».

« Les relations entre arts et sciences, spécialement entre arts et sciences humaines et sociales, sont manifestement en train d’évoluer. De distantes, voire antagoniques, elles sont aujourd’hui faites de rapprochements et de connexions qui vont bien plus loin que l’intérêt sociologique ou historiographique que les secondes ont su porter aux premières. Outre que nombre d’artistes recourent à des catégories ressortissant au langage scientifique ou empruntent au travail de recherche ses manières de faire, les œuvres iconographiques, musicales, littéraires, ou mêlant différents types de supports, constituent des modes d’accès au monde, à la connaissance de ses formes de vie comme à ses mises en question éthiques et politiques, qui rencontrent tout particulièrement les objets et les démarches des sciences humaines et sociales. »

http://www.fmsh.fr/fr/recherche/28265

  • Conférence intitulée « Engager l’art pour engager la recherche : pour une relecture critique et réflexive de l’engagement entre art et géographie » de Sylvain Guyot (professeur de géographie à l’UBM, Université de Bordeaux – Montaigne, UMR Passages) : http://www.passages.cnrs.fr/spip.php?article401
  • Des mondes oubliés. Carnets d’Afrique. Christian Seignobos. IRD éditions – Parenthèses, février 2017.

Extrait de la 4e de couverture :

« En près de cinquante ans passés au coeur du bassin du lac Tchad, le géographe Christian Seignobos a vu son terrain et son métier se métamorphoser. Nourri par ce parcours, cet ouvrage rassemble un vaste corpus de dessins et de textes originaux, comme autant de témoignages d’une pratique personnelle et professionnelle de la recherche. Architecture, agriculture, élevage, pêche, faune sauvage, mais aussi arrivée et progression des insécurités entre Cameroun, République centrafricaine et Nigeria : l’extrême variété des thèmes abordés traduit les différentes manières de faire et d’écrire les sciences humaines. Replaçant toujours l’homme au centre de son histoire et de son environnement, ces pages sont aussi et surtout, à travers les voix et les visages des informateurs et des interprètes, la chronique d’une Afrique qui se raconte. »

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/03/10/dans-le-bassin-du-lac-tchad-des-mondes-oublies-menaces-par-boko-haram_5092738_3212.html

Voir la collection « Architectures traditionnelles » des éditions Parenthèses:

La case obus, histoire et reconstitution. Christian Seignobos, Fabien Jamin, 2004

Fare et habitat à Tahiti. Catherine Orliac, illustrations Christian Seignobos, 2000

La Maison kanak. Roger Boulay avec la collaboration de Alban Bensa, Alain Saussol. illustrations Christian Seignobos. Parenthèses, 1991.

Le Burundi. Jean-Louis Acquier, illustrations Christian Seignobos en 1987.

  • Une géographie à l’école par la pratique artistique, Sophie Gaujal, Carnets de géographes [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016. URL : http://cdg.revues.org/623

 

  • Cartographier les récits. Mauricette Fournier. CERAMAC, n°35. PUBP, 2016.

Cartographier les récits témoigne de la richesse d’un thématique étudiée selon une grande variété d’approches émanant de nombreux contextes disciplinaires (littérature, cartographie, géographie, histoire, histoire de l’art, sciences de la communication). L’ouvrage illustre la diversité et la vitalité actuelle de la cartographie narrative, des diverses façons d’envisager les relations entre les cartes et les récits, les lieux et les mots.

Le carnet de voyage (intermédia), de l’esthétique géographique, de la cartographie sensible et de l’image composée à l’itinéraire culturel et touristique. Pascale Argod. In Cartographier les récits. Presses Universitaires Blaise Pascal, CERAMAC 35, 2016, p. 197 à 214.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de terrain et de recherche, une méthode visuelle de recherche en SHS

Le carnet de terrain et de recherche, une méthode visuelle du chercheur en sciences humaines et sociales

Le Réseau inter-MSH des Méthodes Visuelles vise à rassembler des individus et des communautés de pratiques qui, au-delà des cloisonnements disciplinaires, convergent à travers des questions méthodologiques. Il rassemble des acteurs de diverses Maisons des Sciences de l’Homme qui structurent l’ensemble sur le plan institutionnel. Cependant, ce réseau a vocation à être une communauté ouverte, accueillante et solidaire. Toute personne, quel que soit son statut, qui a un intérêt pour l’usage de l’image dans la recherche, doit pouvoir rejoindre ce réseau.

https://sites.google.com/site/reseauintermshdesmv/

Mon propos porte sur le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) qui est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche.

– Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article scientifique, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de « reporter » et de témoigner de faits, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ.

– Comprenant les fonctionsde l’image (explicative et informative)et déclinant un panel de techniques créatives (des arts graphiques aux arts visuels au service des sciences de l’homme), le carnet de recherche consigne textes et images, relevés, inventaires, représentations visuelles (carte, schéma, topogramme…),découvertes et observations issues du terrain mais aussi des réflexions au quotidien dans une pratique du carnet nécessaire à la démarche de recherche en sciences humaines et sociales.

– Il peut se décliner sur tous les supports – audio-visuel (cinéma) sonore et numérique (blogs, sites web, wikis…)- et écrans dans une intermédialité du carnet et évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue ou regards du chercheur au praticien ou professionnel. Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet qu’il soit de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation.

– L’objet d’étude pourrait s’étendre à différentes périodes historiques afin d’envisager le carnet de recherche, autant « carnet d’esquisses » comme source de créativité et poétique de l’oeuvre pour l’artiste, que « carnet de terrain » comme déclencheur d’innovation et palimpseste du raisonnement pour le scientifique. Il contribuerait, notamment à travers les relations entre le texte et l’image, à une épistémologie des disciplines, à la constitution des sciences de l’homme et à l’évolution des sciences humaines et sociales qui découlent de l’expérience vécue, de la relation à l’Autre et des types d’observation sur le terrain, déclinés notamment en sociologie, en anthropologie et en géographie.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts