Le carnet de voyage, niche marketing pour l’édition du tourisme

Le carnet de voyage est une niche marketing pour le guide de voyage et expérimente des cibles de l’édition du tourisme

L’édition de tourisme et de voyage optimise leur collection et développe une offre sur Internet[1]. Le secteur éditorial du tourisme, notamment des guides, est un marché très compétitif qui se porte bien en 2007 et cible donc sur les destinations hors des sentiers battus et des collections à la conception originale ciblée sur les désirs des lecteurs qui font des excursions à la journée, des séjours courts dans des villes européennes en prenant le temps de profiter de leurs passions plutôt qu de consommer le plus de visites possibles. Ainsi, Hachette propose les collections intitulées « Evasion en ville » et « Evasion en France » et Gallimard vise le guide pratique avec « Géoguide » et « Spiral » dans le style magazine. Le succès des « city-guides » correspond à une forte demande qu’illustre le succès de la collection « Cartoville » de Gallimard, soit 84 % de progression de 2005 à 2007 ; elle s’ouvre d’ailleurs à des villes moins connues comme Dubaï ou Tanger. « Le Guide Vert » de Michelin suit la vague d’engouement vers les destinations citadines, tout comme la collection « Wallpaper City » de Phaïdon qui cible sur le design et l’art. Par ailleurs, les destinations hors des sentiers battus sont en constante augmentation chez les éditions Marcus, reconnues comme pionnières avec Cuba, le Yémen et la Colombie, puis chez « Le petit futé » avec plus soixante-dix titres de destinations ciblées. Lonely planet pousuit dans cette veine avec des destinations telles que l’Algérie, les Canaries et Israël et les territoires palestiniens. D’autres choisissent la carte du régionalisme comme les éditions Ouest-France, Edisud ou Mondéos. Nous remarquons que la même tendance est perceptible du côté des carnets de voyage qui ont inauguré, avant le guide de voyage, les destinations ciblées, hors des sentiers battus, comme Cuba, le Laos, le Cambodge, l’Algérie qui est le sujet de quatre carnets de voyage sortis entre 2007 et 2009. Le régionalisme tourné vers le tourisme vert a eu ses heures de gloire avec les collections naturalistes et notamment la collection des « Carnets du littoral » [2]. Le carnet de voyage, version guide patrimonial pour valoriser le tourisme régional est toujours d’actualité dans le style « le carnet citadin » sur les villes françaises, suite à des commandes éditoriales réalisées par les offices de tourisme ou les municipalités[3]. De plus, certains illustrateurs de carnets de voyage, comme Alain Bouldouyre ou Florine Asch, ont aussi illustré des guides touristiques, en 2001, de la collection «Vacances secrètes » de l’éditeur Arthaud : Rome et sa région, illustré par Florine Asch, L’Ecosse et sa région, Moscou et sa région et Berlin et sa région, illustrés par Alain Bouldouyre. La tendance actuelle de l’édition du carnet de voyage s’oriente vers les carnets de voyage régionaux ou de villes ; elle suit ainsi l’édition du guide touristique marqué par un engouement pour les destinations de type week-end prolongé, plutôt citadins et de proximité, sur le modèle de l’édition du guide touristique, phénomène renforcé récemment par la crise économique.

Ainsi, le carnet de voyage serait bien une niche et expérimenterait les cibles de l’édition du tourisme. Voyageurs hors-normes, les carnettistes recherchent l’authenticité et l’originalité, sources de créativité et donc ouvrent, sans s’en douter, vers « les niches du tourisme». De plus, leur créativité dans le domaine de l’objet-livre peut initier des thèmes originaux : par exemple, Hachette a publié Paris énigmes, Jeux de pistes et énigmes à Paris, Paris 0…d’autant plus que certains carnettistes sont directeurs artistiques d’entreprises culturelles ou de communication dans la vie professionnelle et s’inspirent donc de leurs goûts dans leur travail. En 2009, plusieurs guides se sont inspirés du carnet de voyage dans un esprit de créativité et de renouveau du guide classique : «Ouest-France» lance la collection « Autour de » qui associe un auteur et un peintre qui croisent leur regard notamment sur Perros-Guirec, Phaidon étoffe sa collection sur le design et l’art, Dakota se tourne vers le livre-objet avec Intramuros sur des idées de balades, Lonely Planet s’intéresse aux lieux de tournage avec Destination et un portrait de ville à travers des citations et la rencontre de personnalités dans  En bonne Compagnie, Le Petit Futé mise sur le jumelage guide et DVD, pour sa collection « Country guide », et le Guide du Routard, sur la collection « G’palémo », regroupant des carnets dessinés de scènes de la vie quotidienne pour pouvoir communiquer sans frontières de langues. L’éditeur Jean-Louis Pagès de Solilang propose depuis 2006 l’angle original de l’exploration du quotidien d’un pays étranger propre au carnet de voyage ; pour lui « l’aventure au coin de la rue, même si la rue est au bout du monde ». Mais qu’adviendra-t-il du carnet de voyage, au regard du « tourisme face à la crise »[4], touché par une baisse de 10 % en décembre 2008 qui s’est répercutée par un recul de 2% des ventes de guides de voyage? Toutes les maisons d’éditions se recentrent en effet sur le tourisme régional français et sur le tourisme citadin. Un ouvrage hybride, issu autant du carnet de voyage que du guide touristique, intitulé Ma Bretagne autour de Perros-Guirec de Dominique Corbasson, est paru en avril 2009 chez l’éditeur «Ouest-France». Il allie la découverte originale d’un itinéraire en fonction du moyen de locomotion (à pied, à vélo et en bateau), la peinture à travers soixante-dix œuvres à l’acrylique et un contenu informatif de conseils pratiques (tels que les restaurants, les plages, les marchés, les indications de mouillage…) apparentés au guide touristique. Preuve en est que le carnet de voyage influence l’édition du guide touristique qui se doit d’innover en temps de crise économique dans le tourisme.


[1]  Voir l’article intitulé « Tourisme », Libre Hebdo, 29 février 2008, Supplément au n°723.

[2]     Des dessinateurs naturalistes et les collections de carnets de voyage dès 1991

[3]     Le carnet de voyage, version guide patrimonial pour valoriser le tourisme régional

[4]     Voir l’article intitulé « Le tourisme face à la crise», Libre Hebdo, 13 mars 2009, Supplément au n°768.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts