De l’album sur l’interculturel

La littérature de jeunesse et le genre “carnet de voyage” : de l’album sur l’interculturel  à l’éducation interculturelle

Spécialité éditoriale typiquement française et unique au niveau international, la plupart des carnets de voyage sont exposés chaque année en novembre au « Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand »[1] qui reçoit quinze mille visiteurs dont mille deux cent élèves et enseignants pour découvrir mille documents originaux. Invitant des artistes voyageurs étrangers, elle souhaite faire connaître le genre à des éditeurs d’autres pays européens. A la vue de la diversité de cette production émergente depuis le milieu des années 80, nous pouvons alors nous demander quelles sont les raisons de cet engouement national et européen et comment évolue ce genre hybride depuis sa médiatisation en 1998 par Titouan Lamazou. Parmi les albums sur l’interculturel et l’ouverture sur l’Autre, le carnet de voyage  pourrait se définir comme « un récit autobiographique d’un déplacement où l’image est centrale, voire prédominante par rapport à l’écrit, un récit pictural de la découverte témoignant de la place du voyageur »[2] entre ce qu’il regarde et ce qu’il voit, et entre ce qu’il perçoit et ce qu’il appréhende, entre ce qu’il ressent et ce qu’il traduit.

Nous pourrions confronter l’édition du carnet de voyage à celle de la bande dessinée considérée comme « littérature dessinée » et qui élargit son rayonnement à la littérature et aux arts plastiques à travers des adaptations d’œuvres romanesques. Cette édition en quête de nouveauté et de renouvellement offre une grande variété de styles, de formats, de techniques artistiques et de thématiques. L’édition du carnet de voyage, qui a eu ses années de standardisation éditoriale, semblerait suivre le même esprit dans la quête d’une hybridité du genre, sous-tendue par un impact marketing qui tend à diffuser sur des supports combinés « livre-DVD-CD ». Ainsi le genre s’exporte vers d’autres médias et s’élargit à d’autres genres dans une notion d’intermédialité mise en oeuvre par l’album[3] et par la bande dessinée[4]. Le Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand mène depuis 2005 une réflexion similaire sur le carnet de voyage multimédia[5], intermédia et transmédia avec la création de trois prix numériques du carnet de voyage dont un est à destination des scolaires : le Prix Elève du carnet de voyage numériaue[6].Ainsi, de l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, un sous-genre des paralittératures et tendrait actuellement à devenir un genre médiatique.


[1] Nommée à l’origine « Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand » elle a eu un succès croissant avec 15 000 visiteurs en 2010 : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

[2]  Thèse de Doctorat soutenue en 2009 sur l’essai de définition du carnet de voyage : Le carnet de voyage : approches historiques et sémiologiques. Pascale Argod (Dir. Thierry Lancien). Université de Bordeaux III, 10 décembre 2009 (790 p + 800 titres de corpus).

[3]  Colloque La littérature de jeunesse à la scène comme à l’écran? du 30 juin au 1 juillet 2010 à Charleville-Mézières :  http://univ2010.wordpress.com/about/

[4]  Université d’été intitulée La bande dessinée trans-média,  cross-média, média global : de l’album singulier aux écrans multiples du 5 au 7 juillet 2010 à Angoulême : http://www.citebd.org/spip.php?article1399

[5] Interventions sur mes trois expériences de contribution multimédia : La route de la soie, du XIIIe siècle par 3001 Multimédia et par Art 3000 en 1999 et le cédérom La quête de l’eau édité par Strass Productions en 2001 et la collection Terres d’histoire de Renaudel Multimédia de 2001 à 2004.

Prolongements bibliographiques :

Communication « De l’image au mot : le carnet de voyage » au colloque international Le parti pris de l’album ou de la suite dans les images organisé par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) de l’Université d’Auvergne, à Clermont-Ferrand du 11 au 13 février 200. http://www.msh-clermont.fr/article1435.html

 « Du carnet de voyage et de reportage : hybridité d’un genre album émergent »,  introduction, Pascale Argod, Revue Nous voulons lire, CRALEJ, Centre régional Aquitain du livre, de la lecture et de la littérature d’enfance et de jeunesse (Denise Escarpit), bibliothèque municipale de Bordeaux, numéro de juin 2012.

« Carnets de voyage : regards et témoignages sur le monde et sur l’Autre », Pascale Argod, revue Hors Cadre, n°5, « Carnets et esquisses », édité par l’Atelier du Poisson Soluble, octobre 2009, p. 6-9 (4 pages). http://www.poissonsoluble.com/main.html

« Carnets de reportage graphique, de voyage et de société», Pascale Argod, InterCDI, numéro spécial sur « l’image documentaire », juillet-août 2008, p 26-32 (7 pages). http://www.intercdi-cedis.org/spip/intercdinumero.php3?id_rubrique=114

« De la B.D. reportage à l’origine du carnet de voyage ou le reportage graphique contemporain », Pascale Argod, article en ligne sur le site « l@BD » du CRDP de Poitiers en partenariat avec le CNBDI et SCEREN, PNR arts et culture « Bande dessinée », avril 2008 (16 pages d’article + 8 pages de bibliographie)http://www.labd.cndp.fr/

« Carnet de voyage, de l’image au mot : une création d’arts visuels et d’écriture pour une pédagogie de et par l’image », Pascale Argod, en ligne sur le site du CRDP d’Auvergne, Ministère de l’éducation nationale, janvier 2008 (10 pages)http://crdp.ac-clermont.fr/manifestations/carnets/carnet_2008/P_Argod.pdf

« Créer un carnet de voyage pour éduquer au regard interculturel », Pascale Argod, Cahiers Pédagogiques, n°450, février 2007, dossier « Images » [en ligne]. http://www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3?id_article=2870

«Eduquer à l’interculturel : de la diversité culturelle à l’anthropologie», Pascale Argod, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale – SCEREN – CRDP de Créteil, n° 41, décembre 2006, « Développer les relations Nord / Sud », CRDP de Créteil, p 35-42 (8 pages)http://www.crdp.ac-creteil.fr/argos/catalogue/welcome.html

 «Le carnet de voyage a le vent en poupe», Pascale Argod, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale -SCEREN – CRDP de Créteil, n° 37, avril 2005, intitulé «Vers une politique documentaire ? », p 34-40 (7 pages).

« Le carnet de voyage, une production pluridisciplinaire et créative », Pascale Argod, Lire au collège du CRDP de Grenoble, septembre 2005, p 26-32 (7 pages). http://www2.crdp.ac-grenoble.fr/scripts/vel/vel.dll/voir?CHOIX=2&CLE=380R2070

« Carnets de voyage : mémoire des échanges », Pascale Argod, InterCDI n° spécial 190 de juillet-août 2004 intitulé « Cultures et CDI », p 74-79 (5 pages).

« Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages : vers l’anthropologie et la créativité », Pascale Argod, InterCDI, n°177, mai- juin 2002, p. 17-24 (8 pages).

« Voyage interculturel sur la route de la soie », Pascale Argod, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale – CNDP – CRDP de Créteil, n°27 intitulé « des pratiques documentaires », avril 2001, p 81-84 (4 pages).

 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage “Carnet de voyage sans frontières”

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs

ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts