Le carnet de recherche et de terrain à l’université

La démarche ethnographique repose sur l’enquête, l’interview, le carnet de reportage, le carnet de terrain…Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans le Manuel d’ethnographie publié en 1947 par Marcel Mauss. Ses Instructions d’ethnographie descriptive proviennent de son cours : «Il s’agit aujourd’hui de mener des études précises et profondes sur des données étroites, avec des méthodes rigoureuses, et non d’aboutir, à une sorte de petit panthéon des faits sociaux bien choisis, curieux, exceptionnels ou typiques où les sociologues puiseront pour leurs besoins d’exemplification ».

L’ethnographie est la méthode spécifique à l’ethnologie. Elle consiste à observer et décrire un environnement. 

  • Enquête par distanciation : à s’étonner de ce qui semblait le plus familier (ce que nous vivons quotidiennement dans la société où nous sommes nés ou qui nous accueille depuis longtemps).
  • Enquête par dépaysement : à rendre plus familier ce qui paraissait originellement étrange et étranger (les comportements, les croyances, les coutumes des sociétés qui ne sont pas les nôtres).

Telle est l’expérience même de l’ethnographie qui s’appuie sur diverses techniques : l’écriture, la photographie, la cartographie, la vidéo, l’entretien, etc.

Le chercheur François Laplantine explicite la description ethnographie« Un regard si ce n’est inquiet, du moins questionnant, qui part à la recherche de la signification des variations. C’est la raison pour laquelle il convient sans doute maintenant de différencier deux termes dont l’un est sans doute mieux qualifié que l’autre pour désigner l’entreprise ethnographique : voir et regarder. »

Pourquoi proposer une formation au carnet de recherche intermédia à l’université ? Qu’apporterait sa pratique à l’étudiant ? 

  • Evoquer une réalité sociale ou un fait de société à partir d’un ancrage dans le réel à partir d’un voyage vécu, proche ou lointain.
  • Observer et prendre le temps pour s’approprier un savoir, construire et faire sienne une observation.
  • Questionnement en situation : poser une question c’est utiliser ce que l’on sait pour la concevoir et la formuler. Changer de questionnement et de situation permet d’évoluer.
  • Favoriser une distanciation critique et questionner les représentations, le changement de repères et d’autres référents culturels issus de la confrontation à l’Autre.
  • Susciter la recherche d’information et l’investigation sur le terrain par l’écriture (interview, enquête…) et par l’image (dessin d’observation, croquis sur le vif, photographie, film…).
  • Mener une recherche qui est personnelle : tâtonnements, pistes, hypothèses, vérifications, conclusions. Cet état d’esprit du chercheur éveille à la découverte de son environnement.
  • Mettre en exergue un angle et un point de vue personnel afin de réaliser une œuvre originale.
  • Appréhender sur son cheminement, son fonctionnement et l’analyse de ses modes d’apprentissage : dispositif de métacognition. Permet de mieux mobiliser ses savoirs et ses compétences.

Nous pourrions élargir notre réflexion sur les apports de cet outil à la formation universitaire. En effet, comment un carnet (intermédia) ouvre t-il le champs disciplinaire enseigné à l’université ? Cette ouverture est-elle un enjeu pour l’enseignement universitaire ? Comment investir le terrain et la recherche par l’écriture, le dessin, l’audio-visuel et surtout le numérique ? En quoi les arts graphiques seraient-il un médium pour la recherche ? Comment les outils numériques (tablette graphique, SIG, mindmap…) facilitent-ils la prise de notes et le rendu de la pensée du chercheur in situ ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Journée d’étude sur le carnet de voyage à l’université

Une Journée d’étude « Le carnet de voyage intermédia : pratique artistique, outil d’enseignement et médium pour la recherche » a été organisée le vendredi 3 décembre 2021 sur le Campus Bordeaux – Victoire dans l’amphi Durkheim.

Carnet de voyage intermedia_journée d’étude 031221 UB Victoire_Programme

A l’occasion de l’achèvement du MOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire réelle ou virtuelle » (lancement prévu en mai 2022 par l’IMT Institut Mines Télécoms Paris porteur du projet) et de la 7ème édition des Rencontres du carnet de Voyage organisées par Lettres du Monde à Bordeaux, cette journée d’étude invite à découvrir la richesse pédagogique de l’outil carnet de voyage (qu’il soit à visée de reportage, d’apprentissage ou de communication) dans l’enseignement mais aussi de circonscrire l’intérêt de ce médium pour la recherche. Ainsi, comment le carnet, les notes visuelles et les méthodes visuelles en générale, sont-ils investis dans l’enseignement supérieur ?

En effet qu’il soit réalisé de notes textuelles et visuelles comme recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, le carnet de recherche se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire en vue de la publication, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel, des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. A travers l’enquête sur le terrain, il est aussi un outil de formation professionnelle pour les métiers de la médiation, de l’animation, de l’éducation – enseignement, de la culture et du patrimoine, entre autres… (DUT, Licence Pro, Master Pro). Carnet de voyage, carnet de terrain, carnet d’enquête, carnet de recherche, carnet de mobilité, carnet interculturel sont autant de dénominations possibles de cette notion de “carnet” où l’image a autant d’importance que le texte et facilite la pensée réflexive, l’exercice de l’esprit critique et porte la créativité à travers des apprentissages formels ou informels. La problématique soulevée en recherche par ce médium est d’autant plus d’actualité, que le 2e colloque international « Méthodes Visuelles » en sciences humaines et sociales : de la captation à la diffusion des résultats. Données, méthodes, résultats, valorisation est organisé aux Canaries (Espagne), les 9 et 10 décembre 2021. Il porte sur divers objets : enregistrement par ordiphone, appareils dédiés (app photo, caméras, enregistreurs audio), caméra 360°, capture d’écrans (pour activités impliquant un ordinateur, pour de la   visiophonie…), eyetracking – lunettes / caméras, dispositifs de vidéosurveillance (en interrogeant l’éthique associée), captation graphique des informations scientifiques, création d’infographies et d’animations vidéographiques comme trace d’une recherche et pour la diffusion d’informations scientifiques. 

 “Le carnet de recherche : démarche, pensée et méthode visuelles” à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie. En référence à l’ouvrage La description ethnographique de François Laplantine, il me semble utile de retenir quelques citation de ce chercheur. Elles m’ont été indispensable à la réflexion sur titre choisi en lien avec les méthodes visuelles :

  • «  L’indissociabilité de la construction d’un savoir (anthropologie) à partir du voir et d’une écriture du voir (ethnographie) n’a rien d’une donnée immédiate ou d’une expérience transparente. C’est une entreprise au contraire extrêmement problématique qui suppose que nous soyons capables d’établir des relations entre ce qui généralement tenu séparé : la vision, le regard, la mémoire, l’image et l’imaginaire, le sens, la forme, le langage.»
  • « Un regard si ce n’est inquiet, du moins questionnant, qui part à la recherche de la signification des variations. C’est la raison pour laquelle il convient sans doute maintenant de différencier deux termes dont l’un est sans doute mieux qualifié que l’autre pour désigner l entreprise ethnographique : voir et regarder. »
  • « C’est la capacité de bien regarder et de tout regarder, en distinguant et en discernant ce que l’on voit.»

Mes collègues ont étayé, de par leurs recherches, la thématique retenue selon le programme ci-dessous :

9h à 10h : MOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire réelle ou virtuelle », Cécile Brossaud, enseignante de FLE, Français langue étrangère, et chargée d’ingénierie pédagogique à Télécom Paris, pilote du projet Mooc Interculturel financé par l’Institut Mines Télécom Paris (IMT Paris), Pascale Argod, enseignante en SIC, Sciences de l’information et de la communication à l’INSPE, Institut national Supérieur du Professorat et de l’Education, Bordeaux.

10h à 10h30 : Le carnet de recherche : démarche, pensée et méthode visuelles, Pascale Argod (enseignante en SIC à l’INSPE Bordeaux)

10h30 à 11h : Les carnets d’enquête anthropologique : une pédagogie de la créativité au service de la science, Emilie Fort-Ortet, professeure agrégée de Lettres modernes à l’IUT Bordeaux-Montaigne, Sarah Marchiset, doctorante en anthropologie (UPV Montpellier III, UMR SENS, doctorante associée UMR Passages, projet « Food2gather »), chargée de cours à l’IUT Bordeaux-Montaigne et des étudiants et anciens étudiants de l’IUT Bordeaux-Montaigne (inscrits à l’Université de Bordeaux en sociologie)

11h à 11h30 : Cartographies, spectres et géographie affective, Thierry Lafollie, illustrateur – Résident arts et sciences Facts 2019 « Urbis Hypermnesis » à l’Université de Bordeaux

11h30 à 12h : Présentation de la Revue Française des Méthodes Visuelles, Alain Bouldoires (MCF au MICA Médiations, Informations, Communication, Arts de Bordeaux-Montaigne)

12h à 12h30 : Le carnet de voyage, une écriture du monde, Cécile Quintin, Directrice de Lettres du Monde, Xavier Mouginet, Editeur des Editions Elytis, organisateurs des Rencontres du carnet de Voyage de Bordeaux qui s’installent à l’écosystème Darwin du 4 au 5 décembre.

12h30 à 13h : Temps d’échange sur les perspectives pour les étudiants de l’université de Bordeaux avec le public (étudiants et enseignants)

13h : Clôture avec invitations à la prolongation l’après-midi

Invitations à la prolongation, l’expérimentation et la rencontre :

Invitation à découvrir l’exposition « L’objet de ma culture » créé par les étudiants et enseignants de l’Espace Langues et du Parcours International en Sciences de l’Homme.

> 15h30 : échange autour de l’exposition par Purva Darole, lectrice (en anglais) – rdv Campus Bordeaux Victoire, Atrium.  Sur inscription

Initiation au carnet de voyage dessiné (Urban Sketching) proposée par Adrien Clairet et Maud Modjo, artistes du mouvement Urban Sketcher Bordeaux à destination des étudiants et personnels de l’Université de Bordeaux. 15h à 17h  Sur inscription

Invitation à l’inauguration des 7e Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde à Bordeaux 18h30 – rdv à l’Ecosystème Darwin

Programme du week-end des 4 et 5 décembre à découvrir sur le site de Lettres du Monde

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Un manuel créatif pour enseigner le français

“Une grande partie de notre conversation quotidienne reste de nature narrative” selon Jean-Louis Dessalles. La mémoire humaine a donc la prédisposition naturelle d’enregistrer toutes les expériences sous la forme d’une histoire, ce que nous appelons la mémoire épisodique. Aussi, nous avons souhaité appliqué cette théorie dans l’enseignement des langues étrangères : le récit personnel peut grandement faciliter le processus d’apprentissage du français.

Le manuel pour l’apprentissage de la langue française au niveau B1« Le carnet de voyage » vise à introduire la méthode narrative à travers la méthode du carnet de voyage dans l’enseignement de FLE. Grâce à cette méthode, nous avons souhaité éveiller le potentiel créatif des étudiants, stimuler leur expression authentique, atteindre un enseignement multidisciplinaire, mais aussi établir une communication bidirectionnelle entre la culture française et celle de l’étudiant. Les objectifs linguistiques ne sont pas négligés, néanmoins ils visent la valorisation de la pensée créative et l’expression libre des étudiants. Ce projet met le focus sur l’expression créative de l’apprenant, tandis que la langue française reste un moyen pour atteindre la créativité personnelle.

Le manuel comprend huit dossiers, composés d’éléments textuels et illustratifs sous la forme d’une leçon, d’un mini glossaire et d’une tâche finale qui est conçue selon la démarche pédagogique du carnet de voyage. Cette tache finale consiste en un projet créatif : écrire une recette, imaginer un dialogue entre les créatures mythologiques, faire un scénarimage pour un film, raconter une histoire d’un voyage imaginaire, décrire le tableau de peinture, dessiner un bâtiment, inventer un monument dédié à l’amour, etc. Dans la section “carnet de voyage”, le texte libre en tant que la stratégie d’apprentissage reste le pilier du projet. Le texte libre joue un rôle primordial dans l’enseignement de Célestin Freinet, pédagogue français, pour toutes matières scolaires. Le texte libre a permis aux apprenants de prendre l’initiative et de participer activement au processus d’apprentissage.

En ce qui concerne la thématique des textes, chaque dossier touche un aspect culturel de la France, que ce soit l’art, l’architecture, le cinéma, la gastronomie, la littérature, etc. Dans notre projet, la culture française part à la rencontre d’une autre culture. Ce manuel cherche à éliminer le caractère culturel à sens unique dans la classe de FLE et il vise plutôt à établir un lien entre la culture française et la culture de l’étudiant, à travers la narration de l’étudiant.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter l’auteur de ce manuel scolaire créatif, Nikolija Grozdanović : artnikolija@gmail.com

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du journal de bord au carnet de voyage, la mémoire d’un projet

Héloïse Caira, Clara Guillee, Olivia Mry et Sophie Speller, quatre étudiantes du Master DPEC ACTT de l’UCA, Université de Clermont-Ferrand, sous la responsabilité de Catherine Morgan-Proux, ont lancé le projet afin d’aider les étudiants à partir étudier à l’étranger.

Un site internet a donc été créé en vue de valoriser la mobilité étudiante au sein de ce cursus universitaire. Une rubrique est dédiée à la narration du projet et envisagée comme « un carnet de voyage », mémoire du projet au fil de son avancée : en somme, un carnet de bord numérique. L’objectif vise aussi l’actualisation de l’outil en y ajoutant des témoignages d’étudiants au fil des promotions avenir : à découvrir Before You Go Go  https://beforeyougogo540056644.wordpress.com/

« La situation sanitaire empêchant notre mobilité à l’étranger, nous avons dû nous adapter aux imprévus et persévérer dans notre parcours d’étudiantes internationales. Au fur et à mesure, nous avons développé des compétences tout d’abord techniques, dans ce contexte de conduite de projet à distance. Nous avons amélioré notre communication interne et externe en utilisant de nouveaux logiciels et découvert de nouveaux outils pour créer les contenus et les visuels du site. Nous avons également déployé des techniques pour construire notre propre carnet de bord inspiré par le genre « carnet de voyage » en l’adaptant au format numérique. Ce projet nous a enrichi sur un plan humain car ce fut l’occasion d’apprendre à s’organiser au sein du groupe, chacun avec nos missions et nos contributions propres mais aussi à cultiver la coopération en constituant un véritable réseau de professionnel. Ce site web nous a aussi permis d’accroître et d’assumer notre créativité. Maintenant, nous souhaitons que cet outil soit le plus utile possible aux étudiants futurs et que l’UCA continuera de l’actualiser et de le valoriser pour faire vivre cette initiative. » d’après les propos recueillis d’Olivia Mry.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’inspiration et carte imaginaire des continents littéraires de Pratt

Le carnet de voyage narre un itinéraire à travers l’espace géographique, aussi comprend-il diverses cartes (topographiques, thématiques, créatives, imaginaires, subjectives…) et compositions de collages d’images sur les pas d’Hugo Pratt, dessinateur italien Hugo Pratt (1927-1995) renommé pour ses littératures dessinées “Les aventures de Corto Maltese”.  Cette production artistique permet d’exploiter l’exposition intitulée “Hugo Pratt : lignes d’horizon” au musée d’Aquitaine de Bordeaux et de partir sur les pas de ce romancier – ethnologue.                                                                                                 

http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/exposition-hugo-pratt-lignes-dhorizons

La carte créative de l’Afrique selon Pratt ou des imaginaires de l’écrivain sur l’Afrique, croise les tracés de quatre voyages au fil du parcours autobiographique de l’écrivain : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé. Il s’agit en effet d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire (de type bande dessinée) qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues. La créativité est à l’œuvre à partir d’une sensibilité, d’un regard critique et d’un vécu enrichissant. Ce carnet de voyage sur les pas de Pratt est donc un itinéraire vers la gestation littéraire, notamment celle de l’album « Les aventures de Corto Maltese : Ethiopiques ». La naissance de l’oeuvre littéraire se jouerait dans la biographie de l’écrivain – voyageur – ethnologue.

  • Voyage vécu: l’adolescence de Pratt en Ethiopie. Quels sont ces lieux de vie en Ethiopie de 1937 à 1942 (5 ans) ?
  • Voyage rêvé : la lecture des poèmes ou Lettres d’Afrique d’Arthur Rimbaud (ill. Hugo Pratt ed. Vertige Graphic). Quelles sont les étapes de Rimbaud dans la Corne de l’Afrique ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels africains liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ?
  • Voyage imaginé : la création de l’album des aventures de Corto Maltese “Ethiopiques”. Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués ?

La carte imaginaire (créative, subjective…) de la Polynésie selon Pratt retrace son parcours autobiographique : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé. Il s’agit d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture mahorie et des expériences vécues en Polynésie. Ce carnet de voyage sur les pas de Pratt est donc un itinéraire sur la gestation littéraire, notamment celle qui concerne l’album « Les aventures de Corto Maltese : La balade de la mer salée ».

  • Voyage vécu : le voyage en Polynésie. Quel est l’itinéraire du voyage d’Hugo Prat en Polynésie ?
  • Voyage rêvé : la lecture de L’île au Trésor de Stevenson, extraits de Victor Segalen. Où se situerait l’île au Trésor ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels Maoris liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ?
  • Voyage imaginé : l’album – roman graphique avec Corto Maltese “La balade de la mer salée”. Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués ?

Une carte imaginaire (créative, subjective…) de l’Amérique selon Pratt retrace le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues à Buenos Aires ou à Salvador de Bahia. Le carnet de voyage aboutit à la gestation littéraire, notamment de l’album « Les aventures de Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » par Hugo Pratt.

  • Voyage vécu : le voyage de Pratt en Amérique Latine. Dans quels pays a vécu Hugo Pratt sur le continent américain entre 1950 et 1960 (10 ans) ?
  • Voyage rêvé : la lecture des poèmes de Borges, des albums de Milton Caniff “Terry et les pirates” en 1934 ou ceux de Steve Canyon en 1947, l’essai “En Patagonie” de Bruce Chatwin. Quels pays décrivent les écrivains latino-américains préférés de Pratt ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels amérindiens liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ? Lesquels proviennent de l’Amazonie ?
  • Voyage imaginé : les albums des aventures de Corto Maltese. Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués dans l’album “Sous le signe du Capricorne” ?

Une carte créative (imaginaire ou sensible ) retrace le vécu d’Hugo Pratt dans les deux villes, Venise et Buenos Aires, afin d’approcher la gestation d’une œuvre fictionnelle qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues à Venise jusqu’à l’âge de dix ans et à Buenos Aires comme illustrateur. Le carnet de voyage aboutit à la gestation littéraire, notamment de l’album « Les aventures de Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » par Hugo Pratt.

  • Voyage vécu : l’enfance de Pratt à Venise et de vie de jeune dessinateur à Buenos Aires. Quels sont ces lieux de vie à Venise de 1927 à 1937 (10 ans) puis à Buenos Aires de 1950 à 1960 (10 ans).
  • Voyage rêvé : La lecture d’écrivains argentins sur Buenos Aires et sur le tango, les films de Fédérico Fellini comme “Casanova de Fellini” ou très différent comme “Dick Tracy à Venise”. Quels lieux sont destinés au Tango à Buenos Aires ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels liés à des mythes. D’où proviennent les objets ou symboles ethnographiques.
  • Voyage imaginé : les albums des aventures de Corto Maltese “Fable de Venise”, “La maison dorée de Samarcande”, “L’enfance de Corto”. Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués dans l’album ?

Extrait du Bulletin officiel spécial n°4 du 29 avril 2010  : 6. Regards sur l’autre et sur l’ailleurs
« L’objectif est d’éveiller la curiosité des élèves pour les cultures, traditions et civilisations étrangères, et de les faire s’interroger sur les différents regards dont elles peuvent faire l’objet : celui de l’ethnologue, de l’anthropologue, du sociologue, du poète ou de l’écrivain, de l’explorateur, du reporter, de l’historien, du géographe, de l’archéologue.
On leur fait prendre ainsi conscience de différentes manières de rendre compte de réalités qui peuvent être éloignées dans l’espace ou dans le temps, et des diverses émotions et facultés qu’éveille et que mobilise en nous le contact avec l’autre et l’ailleurs.
Au-delà de la découverte de la diversité humaine, dont cet enseignement doit être l’occasion pour les élèves, on les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose. On aborde ainsi concrètement les notions de regard éloigné, d’altérité et d’identité culturelle, de patrimoine. »

Les albums de la collection “Corto Maltese” chez l’éditeur Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/corto-maltese

Catalogue d’exposition édité par le musée des Confluences de Lyon : https://www.museedesconfluences.fr/fr/node/2695

Nouveauté éditoriale : Corto Hero Book, un voyage de Géo dans le monde de Corto Maltese. Géo Magazine, Prisma Média, novembre 2020. https://cortomaltese.com/fr/corto-hero-book-geo/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage de création littéraire sur les pas d’Hugo Pratt

Dans le cadre de la formation au Master 2 MEEF à l’INSPE Bordeaux, est proposée une option d’éducation artistique et culturelle. Chaque année, j’envisage l’exploitation d’une exposition ou d’une collection muséale, mais cette année de restrictions sanitaires dues au COVID n’a pas permis aux enseignants stagiaires de découvrir l’exposition « Hugo Pratt, lignes d’horizon » au Musée d’Aquitaine de Bordeaux. Aussi je leur propose un projet EAC intitulé « Le voyage créatif de Pratt : des voyages vécus, rêvés, tracés et imaginés » à destination de scolaires. L’objectif vise la réalisation d’un carnet de voyage imaginaire à travers une narration transmédia sur les pas du dessinateur italien Hugo Pratt (1927-1995).

En premier lieu, il s’agit de définir les étapes de cette production à la quête du trésor de la différence culturelle. Comme Hugo Pratt était féru de cartes et d’atlas, je propose la création d’une carte imaginaire sur un continent vu par Pratt à partir de son parcours autobiographique : donc du lieu de départ (lieu de vie) à un point d’arrivée (lieu de publication de l’album BD). Ensuite, il s’agit de mentionner quatre à six étapes afin de déterminer un itinéraire au carnet de voyage en suivant les quatre types de voyage différents à l’origine de l’inspiration artistique et de la création littéraire : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé.

Pour chacune des étapes, dans le carnet de voyage en textes et images, l’enseignant stagiaire propose des activités ludiques ou d’enquête en vue de l’exploitation de l’exposition : énigmes, jeux de mots, observations, dessins…Dans la production transmédia, il est possible de mentionner des ressources complémentaires (voir celles sur le cours MOODLE) via des liens numériques (interviews, vidéo, photos, cartes…). Afin que l’élève devienne un enquêteur voyageur de ressource en ressource sur les pas d’Hugo Pratt, il est pertinent de raconter et de scénariser une histoire à partir de la biographie de l’écrivain.

Le carnet de voyage “de création littéraire” doit déboucher sur la quête du trésor, celle du héros Corto Maltese dans chacune de ses aventures, et celle qui a guidé la vie de Pratt : certainement la richesse de la différence culturelle et le goût pour l’ethnologie. Nous décidons en effet que cet apprentissage est central dans le projet pédagogique : en référence aux programmes d’enseignement, “On les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose.” Aussi, l’élève pourrait-il alors découvrir un trésor caché au CDI (cf à la bibliothèque personnelle d’Hugo Pratt qui s’élève à 20 000 livres) à définir : celui de la connaissance d’un peuple ou d’une culture du continent étudié. Donc, nous lui demandons de choisir un carnet de voyage édité sur la région géographique étudiée : soit au CDI, soit dans la nouvelle librairie des voyages de l’Espace Darwin, Géolibri, ou lors de la manifestation bordelaise Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde début décembre (sortie scolaire projetée après la visite de l’exposition au musée d’Aquitaine mais les deux événements culturels ont été annulés à cause des restrictions sanitaires dues au COVID).

Nous avons défini quatre équipes d’enseignants afin de réaliser quatre carnets de voyage imaginaires et numériques sur les pas d’Hugo Pratt : un carnet de voyage dans l’Afrique de Pratt, un carnet de voyage dans le Pacifique de Pratt, un carnet de voyage dans l’Amérique selon Pratt de l’Amazonie à San Salvador de Bahia, un carnet de voyage dans les deux villes d’Hugo Pratt que sont Venise (dix ans de 1927 à 1937) et Buenos Aires (dix ans de 1950 à 1960).

L’itinéraire de la carte imaginaire ou carte créative sert de chemin de fer au carnet de voyage et croise quatre types de voyage (vécu, rêvé, tracé et imaginaire). Il s’agit d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues (lieux de vie, voyages, rencontres). La créativité est en effet à l’œuvre à partir d’une sensibilité, d’un regard critique et d’un vécu enrichissant. Ce carnet de voyage est donc un itinéraire vers la gestation littéraire, notamment des albums « Les aventures de Corto Maltese » réalisés par Hugo Pratt.

Exposition “Hugo Pratt, lignes d’horizon” au musée d’Aquitaine :

http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/exposition-hugo-pratt-lignes-dhorizons                              

Site de l’exposition http://www.expositionpratt.fr/

L’ histoire de Corto Maltese : https://cortomaltese.com/fr/mon-histoire/

Catalogue d’exposition édité par le musée des Confluences de Lyon https://www.museedesconfluences.fr/fr/editions-de-lexposition-hugo-pratt-lignes-d%E2%80%99horizons

Albums “Corto Maltese” chez l’éditeur Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/corto-maltese

Invitation au voyage : Venise va bien bien à Corto Maltese, ARTE, 2019. https://www.arte.tv/fr/videos/093907-000-A/venise-va-si-bien-a-corto-maltese/

Invitation au voyage : Corto Maltese, gueule d’argentin, ARTE, 2019. https://www.arte.tv/fr/videos/090769-000-A/corto-maltese-gueule-d-argentin/

Hugo Pratt : un portrait en référence à Robert Louis Stevenson, FR3 Thalassa,1990. https://fresques.ina.fr/europe-des-cultures-fr/fiche-media/Europe00174/hugo-pratt.html

Film documentaire : Hugo Pratt, trait pour trait, un film de Thierry Thomas. Quark Productions, 2016. http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/50163_1

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’escape game au carnet de voyage et à la carte sensible

Dans le cadre de l’enseignement et d’une pédagogie de projet, j’ai envisagé d’articuler trois outils pédagogiques : l’escape game, la carte sensible et le carnet de voyage. Pourquoi envisager ces outils à des temps différents du projet pédagogique numérique ? Alors que la sortie scolaire est peu pratiquée à cause des restrictions sanitaires du COVID, il m’a fallu imaginer un voyage essentiellement virtuel et imaginaire. Plusieurs questions ont motivé mon intérêt pour cette association au fil de la démarche de projet.

Comment compenser auprès des jeunes la motivation du voyage sur le terrain et l’objectif de la sortie in situ qui ne pourra pas avoir lieu ? Comment penser un itinéraire qui est surtout un cheminement personnel et imaginaire et non vécu ? Comment sensibiliser à la cartographie alors qu’il ne peut pas y avoir déplacement sur le terrain ? Comment transcrire ses découvertes dans son carnet de voyage alors qu’elles sont virtuelles? Comment inscrire le carnet de voyage dans une démarche de projet qui repose sur des ressources numériques et des visites virtuelles ? En somme comment le voyage virtuel via les écrans pourrait-il “remplacer” (provisoirement durant cette année COVID car rien ne peut se substituer à l’expérience du réel) le voyage in situ ?

  • L’escape game permet de rentrer dans la narration imaginaire et d’aiguiser la curiosité des élèves avec des énigmes et l’émulation des équipes binôme dans la production finale du carnet de voyage. Ils sont les héros du jeu qui voyagent, recherchent et vont rendre compte de leur voyage virtuel. Chaque énigme ou résolution de problème est une épreuve du voyage et motive le questionnement.
  • La carte sensible ou imaginaire permet de mettre en contexte l’information et de la spatialiser. Le déplacement virtuel est matérialisé. La réalisation de la carte fait aussi appel à la pratique artistique.
  • Le carnet de voyage permet l’expression personnelle en textes et en images. Il s’agit de rendre compte de ses découvertes. La production finale du projet du carnet de voyage valorise la communication et l’échange avec ses pairs.

En somme, dans l’interaction de ces trois outils pédagogiques au fil du projet, il s’agit de résoudre l’énigme, de se déplacer et de raconter, donc de mener une recherche, de situer et de produire. Ces objectifs d’apprentissage sont transversaux et cette démarche pédagogique envisagée pourrait être corrélée à celle du parcours d’éducation artistique et culturel de l’élève qui se décline en trois temps : fréquenter, pratiquer et s’approprier.

Fréquenter (Rencontres)

  • Cultiver sa sensibilité, sa curiosité et son plaisir à rencontrer des œuvres
  • Echanger avec un artiste, un créateur ou un professionnel de l’art et de la culture
  • Appréhender des œuvres et des productions artistiques
  • Identifier la diversité des lieux et des acteurs culturels de son territoire

Pratiquer (Pratiques)

  • Utiliser des techniques d’expression artistique adaptées à une production
  • Mettre en œuvre un processus de création
  • Concevoir et réaliser la présentation d’une production
  • S’intégrer dans un processus créatif
  • Réfléchir sur sa pratique

S’approprier (Connaissances)

  • Exprimer une émotion esthétique et un jugement critique
  • Utiliser un vocabulaire approprié à chaque domaine artistique
  • Mettre en relation différents champs de connaissances
  • Mobiliser ses savoirs et ses expériences au service de la compréhension de l’œuvre

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La carte sensible, la cartographie créative et l’itinéraire dans le carnet de voyage

Le carnet de voyage rassemble des images composées et combinées qui allient tous types d’images et différents arts graphiques. Sa lecture est complexe, sans langage propre comme la bande dessinée. Le lien texte-image est une caractéristique et parfois le texte rentre dans la composition de l’image. Aussi, en créant un carnet de voyage, comment penser la création d’une image comme narration visuelle? Quel type d’image peut accompagner le cheminement du voyage? Comment intégrer l’image didactique dans la composition d’un carnet de voyage ? Puisque l’image est centrale dans la narration « carnet de voyage », quelques réflexions émergent en tant que carnettiste : Comment penser la production à la fois visuelle et graphique ? Comment élaborer sa pensée visuelle ? Comment se projeter dans le voyage et organiser la narration centrée sur l’itinéraire et le cheminement mental et physique ?

Nous pensons à plusieurs hypothèses de transcriptions narratives :

  • L’itinéraire du voyage part du point de départ au point d’arrivée, comme le propose le chemin de fer de l’ouvrage
  • L’itinéraire peut suivre un cheminement sur les pas de…un écrivain, un artiste, un savant…
  • Il se traduit par la mention du lieu ou de la date (journal de bord) 
  • Il se montre en image grâce à la carte de l’itinéraire ou la géolocalisation.

Or, la carte dans toute sa diversité typologique, accompagne les trois stades de la narration du voyage :

  •  Avant le voyage : la carte des imaginaires pour travailler sur les représentations mais aussi la carte mentale de ses représentations à partir d’une démarche heuristique propre à la médiation en vue de l’apprentissage (pédagogie).
  • Pendant le voyage : la carte sensible pour percevoir par les 5 sens et retranscrire son expérience personnelle voir intime.
  • Après le voyage : le sketchnote pour expliciter sa pensée visuelle, pour exercer son esprit critique et vérifier l’information.

« Il n’y a pas de cartographe qui n’imagine le monde avant de le représenter » comme le souligne Gilles A. Tiberghien. C’est donc à travers le mapping, la pratique et l’invention des procédures cartographiques que l’imaginaire constructif du cartographe est le plus performant. C’est le propre de toute représentation d’opérer sur les deux registres cognitif et fictif. Ainsi, la carte sensible est une forme de cartographie « libérée » des codes habituels de représentation (échelle, couleurs des légendes, orientation, etc). A partir de l’observation in situ, de la mémoire du lieu et des ambiances saisies, des impressions et du ressenti se réalise la « carte sensible » qui est une synthèse complexe et multidimensionnelle (l’habitat, le quartier, le paysage urbain, les perceptions). Elle utilise à la fois les méthodes de la géographie, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’art. Les « cartes mentales » sont issues de déplacements dans des villes, donc du déplacement du corps dans l’espace pour fixer la mémoire du trajet.

La prise de notes visuelles, sous forme de dessins, de schémas, de graphismes et de textes, est une manière efficace de s’approprier une information, donc afin d’expliciter et d’analyser l’expérience vécue sur le terrain ou en voyage. Le Sketchnoting est une méthode de prise de notes mêlant l’écrit et le dessin, utilisée le plus souvent « en live », c’est à dire réalisée en direct lors d’un événement (une conférence, une interview, un concert, une réunion etc.). Cette technique est appelée « facilitation graphique » comme le scribing (ou graphic recording), le mindmapping, etc. Des études scientifiques dans le domaine de la créativité mettent l’accent sur la visualisation comme essentielle à la créativité car elle inclut la capacité à « manipuler mentalement les images et les idées » (Davis, 2004, p. 101).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de géographe et carnet de recherche : la force du dessin

Lors de la manifestation “Carnet de voyage, une écriture du monde” du 1er décembre 2019, la rencontre avec Victor Gurrey et Christian Seignobos, animée par Stéphanie Pichon autour des livres Une saison de chasse en Alaska et Des mondes oubliés, a mis en lumière la démarche ethnographique. Ainsi, quelques questions ont guidé le fil de la conférence : 

Comment garder la mémoire du patrimoine immatériel ? Comment un carnet ethnographique évoque t-il la vie quotidienne et les pratiques culturelles des peuples autochtones ? Comment le carnettiste devient-il anthropologue et pourquoi ? Pourquoi publier un carnet de voyage? De la recherche au reportage, comment retranscrire son point de vue sur la disparition de pratiques culturelles ?

Géographe, Christian Seignobos travaille sur de nombreux thèmes de recherche. Sa démarche historique et anthropologique le positionne comme l’un des spécialistes des grandes mutations environnementales et géopolitiques en Afrique centrale et comme un expert reconnu de la situation de crise dans la région du lac Tchad. Par ailleurs, dessinateur accompli et passionné, il a toujours rempli ses carnets de terrain de plans, croquis et portraits.

Ce chercheur a publié son carnet de recherches accumulées pendant cinquante ans passés au coeur du bassin du Lac Tchad. Cette véritable Thèse de Doctorat en géographie – ethnologie démontre la force du dessin et du relevé. La précision des détails au crayon permet d’expliciter le propos et de démontrer l’importance de la représentation visuelle dans un travail ethnographique et de géographe sur le terrain. La force intemporelle du dessin apporte une valeur mémorielle à ce carnet de récolte (Théodore Monod) mais aussi au témoignage du vécu et du terrain de recherche. Aussi, une part d’intime se glisse t-elle dans la recherche scientifique sur ces “mondes oubliés d’Afrique”. Le médium du dessin est adapté au contexte afin de constituer une trace et non de capturer l’instant comme la photographie le permet. Dessiner in situ c’est créer son corpus de recherche et le penser comme objet d’étude et d’analyse dès l’observation. Les détails mis en avant sont ceux qui guideront la réflexion à postériori. https://www.editions.ird.fr/auteur/61/Christian%20Seignobos

Victor Gurrey est dessinateur et s’est intéressé avec Zoé Lamazou à l’Alaska car la fonte de la banquise attise la convoitise des acteurs de l’industrie pétrolière, qui se lancent dans des campagnes de forage exploratoire. La vie des Inupiat qui pratique la chasse est bouleversée. Comme un reporter, Victor Gurrey a élaboré un travail d’investigation afin de réaliser un reportage, en textes et en images (dessins et photographies) intitulé Une saison de chasse en Alaska. Un webdocumentaire permet médiatiser ce patrimoine culturel immatériel en mutation.

https://www.revue-boutsdumonde.com/web-doc-de-zoe-lamazou-victor-gurrey/

http://awhalingseasoninalaska.com/fr/#0-INTRO

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne

Carnets de voyage. Pascale Argod. SCEREN - CRDP d'Auvergne

ill. de la carnettiste Sophie Ladame (Carnets d'eole vers les Caraïbes. Editions Cacimbo, 2002)

Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. Pascale Argod. SCEREN – CRDP d’Auvergne, 2005. (Argos Démarche), 271 p.

Fondé sur l’expérience de la pédagogie documentaire au CDI et de la formation des enseignants au CAPES, le livre explore la réalisation de carnets de voyage en classe dans le cadre de projets pédagogiques pluridisciplinaires en sciences, en sciences sociales et en arts visuels à travers 29 fiches pratiques. Retraçant l’historique du carnet de voyage depuis le journal de bord des explorateurs géographes, naturalistes et anthropologues, il invite à découvrir le rôle initiatique du voyage à travers l’expression artistique, le design et la quête ethnographique. Cet outil pédagogique pour l’éducation à l¹interculturel ouvre également aux questions que suscitent le carnet de voyage en ligne et les critères d¹évaluation d’un site web et pose finalement la problématique d’uneproduction hypermédia qui doit valoriser l¹interactivité. Les parties qui composent cet ouvrage correspondent aux trois champs disciplinaires qui caractérisent en même temps l’évolution du carnet de voyage : les sciences qui sont à l’origine des explorations et des voyages, les arts et l’ethnologie qui sous-tendent sa réalisation pédagogique, l’interactivité et les hypermédias qui permettent sa production en ligne. Ce livre souhaite donc proposer des pistes de projets pédagogiques pluridisciplinaires et, en regroupant vingt-neuf fiches pédagogiques enrichies de treize bibliographies en annexes, constituer un guide pratique pour le carnet de voyage en classe ou au CDI.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts