Le carnet d’observation et le reportage graphique, médiums de l’ethnologie du proche

« Le carnet de voyage d’ethnologue-anthropologue », numéro de la Revue 303 Arts, recherches, créations de Nantes sur l’histoire des carnets de voyage, septembre 2010, 72-77 (6 pages).

http://www.revue303.com/catalogue/article.asp?arid=2146

L’héritage des sciences de l’homme, de l’anthropologie et de l’ethnographie explique la  diversité des approches sociologiques du carnet de voyage contemporain dans ses dernières tendances, tournées vers le reportage. Les thèmes des carnets de voyage édités portent sur des  champs de l’ethnologie, proches de la sociologie : sites particuliers, témoignages de tranches de vie, utilisation du reportage instantané, donc ethnographique, croquis descriptifs de l’intérieur de l’habitat et des objets usuels sur l’exemple des deux carnets de Karine Huet[1] sur l’Atlas, enquête de terrain digne d’un ethnologue en immersion, sur le modèle du carnet sur les sans-abris intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri d’Elsie Herberstein ou dans la ville d’Alger, à travers une galerie de portraits, qui est le reflet de la diversité de la population algérienne : l’échantillonnage et le questionnaire d’entretien seraient en effet à comparer avec les méthodes de l’ethnologie. Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie  et pour la sociologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Le carnet de voyage aux frontières de l’anthropologie visuelle[1], de l’enquête ethnographique et de l’observation

Le carnet de voyage pourrait être une technique au service de l’enquête de « terrain », une originalité de l’ethnographie basée sur l’observation participante qui pose autant de problèmes qu’il y a d’ethnologues et de cultures. Aussi la partialité est-elle une problématique tant de l’ethnographie que du carnet de voyage puisque l’ethnologue se doit de rester neutre en exerçant un sens critique et d’être accepté par ses interlocuteurs, fondements de la qualité de l’information recueillie. La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie[2] liée à « La méthode photographique »[3]. L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie » [4] publié en 1947.

Le carnet de voyage investit l’ethnologie contemporaine du proche

Face à une uniformisation du monde, l’ethnologie s’est tournée vers le ruralisme puis vers les ensembles urbains, les ségrégations géographiques et a investi les sociétés modernes, les quartiers, les associations, les minorités ethniques, les phénomènes de religiosité populaire, les organismes d’état, notamment avec la mission du patrimoine ethnologique[5]. C’est le quotidien de la modernité qui intéresse l’ethnologue chargé d’introduire une distance par rapport aux objets familiers et quotidiens et dont la pratique ethnographique[6] apporte la valeur du témoignage et brouille les frontières entre ethnologie et sociologie. Marc Augé[7] préconise une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien »[8] qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994[9]. Le carnet de voyage contemporain semblerait s’inscrire dans cette dimension sociologique. Ainsi c’est à partir du reportage dessiné et du relevé de témoignages que Noëlle Herrenschmidt s’est intéressée aux lieux emblématiques tels que le tribunal, l’hôpital, le Vatican, la gendarmerie. Cathy Beauvallet la rejoint dans son regard, puisqu’elle s’est penchée sur l’assemblée nationale. La visée ethnologique est illustrée par Elsie Herberstein (Chez les sans–abris), par Troubs (chez Les bouilleurs de crus) et Damien Roudeau (dans la communauté Emmaus avec les compagnons du partage). Diversifier les reportages sociologiques, les études ethnographiques régionales et les documentaires sur des pratiques artistiques et culturelles pourrait être un enjeu du carnet de voyage. Ainsi, les éditeurs pourraient orienter leurs publications de documentaires d’ethnologie-ethnographie régionale vers le style « carnet de voyage » au lieu de privilégier le documentaire formaliste.

De l’observation et du reportage graphique.

Le type d’observation[1] sur le terrain lors du voyage détermine en effet la qualité du rendu ethnographique du carnet dans la mesure où on distingue quatre formes d’observation participante (Buford H. Junker[2]): la participation totale, l’observation du participant, la participation de l’observateur et la simple observation. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?

La photographie[3] s’est substituée au carnet de croquis pour l’explorateur, le peintre et l’ethnologue depuis 1850 où il servait à conserver les témoignages archéologiques ou les éléments du patrimoine ethnologique : c’était le cas, pour Maxime Du Camp, par exemple, en l’Egypte. Pour la sociologie visuelle, la question de la vérité de l’image n’est pas centrale, il s’agit davantage de s’intéresser à la valeur de l’image en tant que point de vue et d’apprécier la contextualisation de l’image produite, comme le souligne l’article fondateur d’Howard Becker intitulé « Photography & sociology » daté de 1974[4]. Ces deux aspects semblent faire du reportage graphique, comme outil de l’ethnographie, l’essentiel du carnet. Il possèderait les mêmes intérêts que la photographie : mettre en images des concepts abstraits, la puissance de désignation des images, la possibilité d’une observation « hors-terrain » et différée. L’image est un support de médiation et d’échange entre enquêteurs et enquêtés[5]. Jean Malaurie utilise dans ce but ses carnets afin de faciliter la communication avec les Inuits. L’image révèle l’intime et l’indicible et constitue ainsi un support qui, par sa suggestion, permet de délier la parole. Le dessin ou le croquis sont aussi convaincants, et même peut-être davantage car, du fait de la simplification des traits et du rendu qui va à l’essentiel, la part de subjectivité projetée est plus grande. La notion de reportage et la dimension documentaire et patrimoniale de l’image, notamment de la photographie documentaire, ont été envisagées et réexaminées dans le cas du film ethnographique et du « cinéma vérité »[6], outils spécifiques  de l’anthropologie visuelle.


[1]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[2] Idem.

[3] Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[4] Photography and Sociology. Howard S. Becker,. Studies in the Anthropology of Visual Communication 1, 1974, p.3-26. [mis en ligne] http://www.americanethnography.com/article_sql.php?id=69 ou http://lucy.ukc.ac.uk/becker.html

[5] «La photo-interview : dialogue avec des japonais». Fabienne Duteil-Ogata. In Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[6] Voir le carnet de note de l’ethnologue Jean Rouch.

 


[1] Voir l’atelier des doctorants en SIC de l’université de Bordeaux III du 9 mars 2009, dirigé par Mme Hong-Marcier sur le thème « Les usages de ressources visuelles comme outils de recherche en sociologie ».

[2]     La description ethnographqiue. François Laplatine. Dir. François de Singly. Editions Nathan, 1996.

[3]    Ethnologie et photographie, Revue L’ethnographie, numéro spécial, 1992.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1992_num_10_53_1985

Comme l’illustre par exemple l’ethnologue, ethnographe-photographe, Pierre Verger, chargé du laboratoire de photographie du Musée d’ethnographie, soit six milles clichés réalisés par le chercheur au Brésil.

[4] Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observations. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux,  Marcel Mauss. Payot, 1947. (Bibliothèque scientifique).

[5] http://www.culture.gouv.fr/mpe/ et PortEthno, le réseau des recherches et des ressources en ethnologie de la France de la direction de l’architecture et du patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/mpe/portethno.htm

[6] Ethnologue, mais pas trop : ethnologie de proximité, voyages secrets et autres expéditions minuscules. Jean-Didier Urbain. Payot, 2003 (Petite bibliothèque Payot, n°465).

[7] Anthropologue, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et président de l’EHESS de 1985 à 1995. Suite à de nombreux terrains en Afrique (sur la sorcellerie, les prophètes-guérisseurs, le fétiche…), il souhaite étendre l’anthropologie à l’étude des sociétés occidentales, et plus largement, aux «mondes contemporains».

[8]  Domaines et châteaux. Marc Augé. Seuil, 1989.

Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité. Marc Augé. Seuil, 1992.

Un ethnologue dans le métro. Marc Augé. Hachette, 2001. (Hachette Littérature).

[9]  Pour une anthropologie des mondes contemporains. Marc Augé. Aubier, 1994. (Critiques).

 


[1] Un hiver berbère. Karin Huet, Titouan Lamazou. Editions Jeanne Lafitte, 1990.

Sous les toîts de la terre. Karin Huet, Titouan Lamazou. EditionsBelvisi-Publiaction, 1988

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts