Mathurin Méheut, carnettiste reporter : une palette de carnets de voyage

Mathurin Méheut, carnettiste reporter à l’origine du genre éditorial du carnet de voyage et de sa palette thématique (carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs, carnet de guerre)

Les écrivains-voyageurs, avec le « Grand Tour », ouvrent la voie à la quête de l’Orientalisme qui attire les artistes et notamment les Peintres de la Marine. Les dessinateurs utilisent le carnet de relevé dessiné dans les missions archéologiques, et les photographes tendent peu à peu à remplacer ces derniers pour l’inventaire du patrimoine. Dans la vogue de l’Orientalisme, le carnet du peintre Delacroix, Album d’Espagne et d’Afrique du Nord, est un hymne à la découverte ethnographique. Il inspire ainsi Gauguin dans sa quête d’un nouveau topos, la Polynésie, qui engendre l’essai illustré Noa Noa, œuvre féconde du primitivisme où convergent l’art et l’ethnographie. Dans leur filiation l’artiste Mathurin Méheut fait reconnaître le carnet de voyage dans sa diversité créative au fil de ses découvertes, témoignages et voyages du proche au lointain, de l’ethnographie régionale de la Bretagne à la quête de l’exotisme et de l’orientalisme au Japon. Son talent artistique pluriel et son goût pour l’ethnographie en font un précurseur du genre. L’artiste Mathurin Méheut offre en effet une palette de talents : à la fois peintre, décorateur, céramiste, sculpteur et graveur, il est surtout dessinateur-illustrateur sur le vif, voire peintre ethnologue.

Le reportage dessiné sous forme de croquis offre la première tentative de carnet de voyage publié qui daterait des années 50 et s’inscrit dans la lignée des réalisations des « Peintres de la marine »[1] dont est membre, depuis 2002, Titouan Lamazou à qui nous devons la médiatisation du genre en 1998, suite à la publication de ses carnets de voyage. Ce premier carnet de voyage, publié en 1957 chez l’éditeur breton de la ville de Dinard Vue sur mer, s’intitule Pêcheurs des quatre mers ; son succès lui a valu d’être réédité en 1995. En effet, il s’agit d’un reportage, sur la pêche dans les années 50, rédigé par Roger Vercel et croqué sur le vif par des peintres de la marine dont l’illustre Mathurin Méheut (1882-1958). Mathurin Méheut en en effet au fil de sa carrière d’artiste et illustrateur expérimenté toutes les formes de carnets de voyage et de reportages dessinés  : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs et carnet de guerre.

Du carnet naturaliste ou l’observation sur le terrain

Le breton Mathurin Méheut, l’autre précurseur du carnet de voyage, commence aussi par être sensibilisé à la nature pour devenir de 1910 à 1930 un dessinateur naturaliste pour cinq publications dans lesquelles figurent ses planches : Etudes d’animaux  en 1911,  Encyclopédie artistique et documentaire de la plante  en 1913,  Etude de la mer ; Flore et faune de la Manche et de l’Océan en 1913,  Etude de la forêt  en 1927 puis  La plante exotique  en 1931. L’exposition Méheut, le monde de la nature de 2010 a mis en valeur son regard sur la nature :

     « L’intérêt pour les animaux, les plantes, la mer, la forêt est une constante dans son oeuvre. Depuis son séjour à Roscoff en 1910, jusqu’à Monaco, en passant par le Japon, il accumule  une documentation qui sera la base de ses oeuvres. Des livres illustrés aux compositions  décoratives très élaborées réalisés par l’artiste, la faune et la flore sont pour lui une source d’inspiration inépuisable. Sa démarche scientifique d’abord et son regard d’ethnographe le pousse à fixer au plus vite ce qu’il voit avant que cela ne disparaisse». [2]

L’ouvrage Etude de la mer, Manche et Océan, a pour l’objectif de renouveler les sources d’inspiration des décorateurs et artisans d’art à partir du règne végétal et animal, selon la thèse d’Eugène Grasset qu’illustre Mathurin Méheut dans cette étude documentaire. Livre fondateur de toute sa carrière il s’appuie de ses dessins naturaliste de Roscoff entre 1910 et 1912.

Du carnet ethnographique ou la Bretagne[3] dessinée sur le vif

Formé à l’école des Beaux-arts de Rennes, puis à l’école nationale des arts décoratifs de Paris puis à l’école normale d’enseignement du dessin, il devient peintre décorateur pour les prestigieuses revues Art et décoration, L’illustration puis La Bretagne touristique et collabore avec des écrivains tels que Genevoix, Colette, Loti pour l’illustration de l’ouvrage Pêcheurs d’Islande  ou comme Roger Vercel pour  Pêcheurs des quatre mers, publié en 1957. Ces deux ouvrages s’inscrivent dans la filiation du récit maritime de voyage et dans le cadre d’un travail de reportage dessiné sur le vif si cher à Mathurin Méheut.

Epris de vérité, Mathurin Méheut dépeint des scènes de la vie quotidienne bretonne dès 1944 et participe à la publication de l’ouvrage  Vieux métiers bretons  de Florian Le Roy qu’il illustre de trois cent cinquante dessins. Sa vision ethnographique fait d’ailleurs, de nos jours, l’objet de rétrospectives et d’analyses critiques :  Mathurin Méheut, la Bretagne rurale  de Jacques Burel (Chasse-Marée-Estran, 1986),  Bretagne au bout du monde : types et coutumes  de Pierre Guégen (Ouest-France, 1998),  La Bretagne de Mathurin Méheut  d’Anne de Stoop et Patrick Le Tiec (Bibliothèque de l’image, 2000 et Edition Langlade, 2005) ou encore  Mathurin Méheut et la Cornouailles  (Editions Palantines, 2008). Mais il se fit d’abord connaître grâce à l‘illustration naturaliste de 1910 à 1930, suite à un séjour à Roscoff au sein de la station Biologique où il accompagna pendant deux ans des chercheurs. Issues de cette expérience, les planches naturalistes qu’il crée, sont regroupées dans trois publications dont l’ouvrage suivant publié en 1913, intitulé  L’étude de la mer, de la fore et faune de la manche et de l’océan .

Du carnet sur l’ailleurs : du dessinateur reporter au Japon

Afin de mener une vaste enquête sur les religions du Japon, Félix Régamey, dessinateur renommé enseignant à l’Académie de dessin de Chicago est engagé par Emile Guimet, industriel lyonnais, grand collectionneur des arts asiatiques. Ils passent deux mois au Japon entre Tokyo, Ise, Kyoto, Osaka et Kobe et Félix Régamey écrit à son frère en 1876 :

« Je t’écris du pays des rêves…c’est un enchantement perpétuel –le nu dans toute sa splendeur – le costume aussi beau que l’antique avec la variété de coupe et de couleur en plus. Un paysage merveilleux, enfin tout…L’âge d’or, ni plus, ni moins  »[4].

Ils publient ensemble le premier tome de leur récit qui relate leur séjour à Yokohama et à Kamakura, Les promenades japonaises [5] en 1878, puis le deuxième en 1880 publié sous le titre Tokio-Nikko. A l’origine de la vogue du japonisme, Guimet et Régamey font connaître le Japon à travers des conférences que Régamey illustrait[6] par la réalisation simultanée de dessins[7] et administrent « la Société franco-japonaise » qu’ils créent. Ils font des émules parmi les artistes qui partent au Japon et font des carnets de voyage : Georges Ferdinand Bigot (1860-1927) y part en 1882 et y demeure dix-huit ans comme caricaturiste.

Par la suite, Mathurin Méheut part cinq mois au Japon en 1914, doté de la bourse « Autour du monde », financée par la fondation Albert Kahn dans le cadre du projet des Archives de la planète fondé par le banquier en 1909. Il en rapporte de nombreuses aquarelles qui font l’objet aujourd’hui d’un carnet de voyage – rétrospective qui confronte deux regards à presque un siècle de distance, celui du peintre et celui de ses arrières-petites-filles : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914  (Ouest – France, 2004). Il livre ses impressions enthousiastes sur le Japon :

«Tout a été réuni, concentré, pour la joie du peintre, de l’architecte ou du littérateur. Immédiatement, nous songeons à Hokusai prodigieusement vrai, prodigieusement moderne ; les mêmes gréements, les mêmes accessoires, les mêmes types que dans ses vues du Fuji. »[8]

Du carnet de guerre sur le Front

Mobilisé par la première guerre mondiale, il interrompt son voyage et participe à la guerre des tranchées dont il rapporte une quantité de dessins : il devient ainsi un peintre combattant au service d’un travail documentaire qui témoigne de la vie de ses camarades soldats. Certains d’entre eux sont consultables dans l’ouvrage intitulé  Méheut et la Grande guerre, des ennemis si proches  de Patrick Jude (Ouest-France, 2001). Il rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis, en 1951, « Peintre honoraire de l‘Armée ». Il est enfin reçu à l’Académie de Marine en 1956, deux ans avant son décès, en 1958. Ainsi, pour le cinquantenaire de sa mort, une rétrospective sous la forme de deux expositions est proposée dans les musées bretons de Morlaix et de Lamballe, dont le catalogue est diffusé sous le titre Mathurin Méheut, de Bretagne et d’ailleurs (Ouest-France, 2008).

La reconnaissance du genre par les Peintres de la Marine

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M. Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

En conclusion, cet artiste breton renommé aux talents artistiques multiples, devenu  « Peintre de la Marine », a lancé le genre éditorial du carnet de voyage dans les années 50 et  a su décliner le carnet de voyage sous toutes ces facettes de carnet de reportage graphique : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et carnet de guerre. L’exposition Mathurin Méheut [9] proposée par le Musée de la Marine révèle des extraits de la diversité de ses carnets de voyage mais elle pourrait aussi être prolongée par une nouvelle exposition sur « le carnet de voyage » qui se déclinerait alors, par exemple, en regards comparés de carnettistes sur la Bretagne ou sur le Japon de Mathurin Méheut aux carnettistes contemporains. Elle pourrait porter aussi sur les carnets de voyage des marins, des carnettistes aux Peintres de la Marine ou sur la quête du pittoresque, de l’exotisme et de l’ailleurs dans les carnets de voyage mais aussi s’orienter sur les découvertes géographiques des carnets de voyage conservés dans les fonds anciens[10] de différents musées – Muséum d’Histoire naturelle, Musée de l’Homme ou Musée du Quai Branly, Musée Guimet, Musée de la Marine (Archives de la Marine), Musée d’Histoire contemporaine, la BPI du Centre Georges Pompidou, le Musée d’Orsay, Musée du Louvre Département Arts graphiques), d’autres sont inventoriés par le département des Manuscrits occidentaux et de La réserve des livres rares de la BNF, Bibliothèque nationale de France, dénommé Des incunables aux livres d’artiste.

Le peintre de la vie sous-marine : Mathurin Méheut, L’Illustration, 20 décembre 1913.

Un fils de la mer bretonne : Mathurin Méheut, L’illustration, n° 3689, 8 novembre 1913.

Un artiste combattant: Mathurin Méheut. Armand Dayot, L’Illustration, 26 août 1916.

Au Front (1914-1915). Armand Dayot, L’art et les artistes, numéro spécial, mai 1915.

Les croquis de guerre de Mathurin Méheut. Henri Menabrea. Art et Décoration, juillet 1915

Lettres illustrées à Jeanne Duthil, marraine de guerre 1917.

Croquis de voyage : temples japonais de Mathurin Méheut. François de Tessan. L’Illustration, 23 avril 1921.

Oeuvres littéraires :

La mer. Michelet, 1914

Le gardien du feu. Anatole Le Braz, 1923.

La brière. Alphonse de Chateaubriant, 1924.

Rabolliot. maurice Genevoix, 1928.

Mon frère Yves. Pierre Loti, Méheut. Editions Mornay, 1928.

Les artistes du livre. Mathurin Méheut, Raumond Hesse, Maurice Genevoix, 1929.

Regard…Colette et Méheut. J.G. Deschamps, 1929.

Bretagne au bout du monde : types et coutumes. Pierre Guéguen. Horizons de France, 1930.

Filles de la pluie : scènes de la vie ouessatine, 1934.

Chan’nik. François Gryffol, 1934.

Au pays des corsaires, 1935.

Pêcheurs d’Islande. Pierre Loti, 1936.

Au pays des pardons. Anatole Le Braz, 1937.

Florilège. Saint-Pol Roux, 1945.

Sous le pied de l’Archange. Roger Vercel, 1947

Mers bretonnes. Jean De Varende, 1950.

Une porte de l’Europe : Nantes, 1951.


[1] La médiatisation des expéditions scientifiques : une rencontre des arts et des sciences avec le journal de bord en ligne.

[2] Catalogue de l’exposition Mathurin Méheut et le monde de la nature présentée au musée Mathurin Méheut, Lamballe – Côtes d’Armor (1er avril – 31 décembre 2010). http://www.musee-meheut.fr/fr/exposition-nature.html

[3] A noter que la Bretagne a inspiré Gauguin à la recherche du primitivisme et que Victor Ségalen, né à Brest en 1878, a passé son enfance dans le Finistère.

[4] Quand le Japon s’ouvrit au monde. Emile Guimet et les arts d’Asie. Keiko Omoto, Francis Macouin. Gallimard, 1990. (découvertes Gallimard).

[5] Promenades Japonaises. Emile Guimet. Dessins d’après nature (dont six aquarelles reproduites en couleur) par Félix Regamey. Paris, G. Charpentier, 1878; in-4, 212 pp., 21 planches en noir et 6 planches coloriées h.t., cart. décoré de l’éditeur.

Voir les reproductions aux pages 86 à 89 de l’ouvrage « Carnets de voyages des peintres de la Marine », François Bellec. Editions Ouest-France, 2002.

Voir la bibliographie sur la photographie ancienne du Japon, BNF :  http://expositions.bnf.fr/socgeo/grosplan/biblio.htm

[6]  Les esquisses et les romans de Félix Régamey de 1883 à 1900 sont les trésors du fonds du « Touring Club de France » actuellement intégré à la « Bibliothèque du tourisme et des voyages » du Trocadéro de la ville de Paris.

[7] Voir les pages 100 et 101 de l’ouvrage cité précédemment.

[8] En référence avec la naissance éditoriale du genre dans les années 80, un album original : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914. Elisabeth Jude, Hélène Jude, Patrick Jude. Ouest-france 2004.

[9] Mathurin Méheut (1882, Lamballe – 1958, Paris) au Musée de la Marine à Paris du 27 février au 30 juin 2013 : http://www.musee-marine.fr/expo_paris_mmeheut.htm

[10] Communication dans le séminaire « Altérité et géographie » de l’ENS, Ecole normale Supérieure de Paris, le 28 mars 2012  : http://geographie.ens.fr/Seance-du-28-mars.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Carnet de société, de reportage graphique et d’ethnographie

Le carnet engagé et ethnographique à la marge de la société à travers « l’observation participante »

Dans la même lignée éditoriale que « Dans le sillage des boat-people » de Noëlle Herrenschmidt, carnet de voyage précurseur chez Albin Michel en 1993, Elsie Herberstein a publié un carnet sur les sans-abri intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri (Jalan Publications, 2004). Pour elle, le carnet favorise « la transmission de témoignages humains surtout lorsque le drame social se banalise »; c’est dans un lieu d’accueil, au cœur de Paris, qu’elle recueille les témoignages des plus démunis, sur le modèle du travail mené par Jean-Louis Courtinat de 1993 à 1995 autour du documentaire social. La méthode est celle de « l’observation participante » prônée par Bronislaw Malinowski et l’école de sociologie de Chicago des années 20, qui étudie l’homme dans son environnement industriel et urbain. Le chercheur ou l’artiste s’immerge dans la vie sociale en partageant le mode de vie des communautés afin de mieux les comprendre. Il prend des notes quotidiennes, sous la forme d’images ou de textes, qui favorisent une relation d’immédiateté. L’ethnologue les fond dans un groupe dont il apprend la langue et les usages afin de les transcrire tels quels, « bruts » en quelque sorte, de manière à rassembler le matériau le plus objectif possible. Dans cette position, l’ethnologue devient presque un membre de la société qu’il étudie et c’est ainsi, peut-être, qu’il se dépouille de tous ses a priori. A cette démarche, peut s’ajouter le rendu du documentaire qui transmet le ressenti au moyen de la trame narrative ; c’est à dire « ce que le spectateur aurait ressenti à être un témoin véritable de la scène ». La tentation est alors forte pour l’auteur de se tourner vers le photojournalisme, parfois perçu par le lecteur dans certains carnets de voyage. Damien Roudeau[1], récompensé par le Prix Grand Reportage en 2002 à la Biennale du carnet de voyage, explicite en effet sa démarche :

« Le fil conducteur de ma démarche continue à se tisser dans cet espace en marge où je m’efforce d’exister, avec toujours ce doute inhérent à l’observation participante : est-ce que je témoigne de ce que je vis, ou est-ce que je vis la marge afin d’en témoigner ? Envisager la marge, c’est révéler certaines zones de vérité, des zones fréquemment négligées ou considérées comme connues ».

Il fait en effet partager la vie des membres de la communauté des chiffonniers d’Emmaüs dans son carnet intitulé De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage (Parole et silence, 2006). Dans le cadre de cette filiation, le carnet de voyage suit l’évolution de l’anthropologie devenue non exotique et qui s’oriente donc vers des milieux proches[2] ; l’ethnologie porte en effet aujourd’hui sur l’altérité sociale, culturelle ou économique située dans notre pays, c’est-à-dire sur les phénomènes de marginalisation, d’exclusion intégration et d’immigration. Il s’agit pour l’artiste d’être avant tout un médiateur qui rend le réel caché visible, qui met en lumière le témoignage des exclus, le médiatise pour être perçu de tous. Son travail est alors ethnographique et circonscrit à un art à visée documentaire et réflexive, consacré à l’autre, considéré dans le cadre de sa culture, de sa différence ou de sa marginalité. D’ailleurs, dans la plupart des carnets, souvent des portraits, le statut d’auteur est partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs[3].

Autre lieu aux marges de la société, celui du centre d’accueil de Sangatte dans lequel Denis Lecat et François Saint Remy proposent un journal illustré de leurs rencontres : En regard de Sangatte : refuge(s  (Sansonnet, 2002). Le journal-carnet de route Kingsley : carnet de route d’un immigré publié par Olivier Jobard et Florence Saugues (Marval, 2006) rend compte du long voyage de l’exilé comme en témoigne d’ailleurs Kingsley Abang Kum, jeune camerounais de 22 ans, qui traverse clandestinement l’Afrique pour rallier la France. Dominique Meyer, Prix Vulcania 2008, évoque dans  Voyage aux Comores  les voyages maritimes pour l’immigration depuis certaines îles des Comores. Autre sujet brûlant, la prostitution en Asie qui fait l’objet d’une enquête réalisée par le photographe-journaliste Nicolas Lainez, dans une douzaine de villes d’Asie du Sud-Est. Manon Ott et Grégory Cohen rendent compte de la vie des Birmans livrés à une dictature mais aussi des formes de résistance qui s’organisent : Birmanie, rêves sous surveillance  [1] (Autrement, 2008). Le collectif de photographes et de cinéastes documentaristes intitulé « Les yeux dans le monde » [2], fondé en 2003, tente de réfléchir aux images sur les enjeux contemporains de nos sociétés, la place du regard, du spectateur et de son rapport à l’Autre. L’association « Les yeux dans le monde » organise régulièrement des manifestations alliant réflexion citoyenne et expression artistique et souhaite soutenir et diffuser la création documentaire[3].


 


[1] Les yeux dans le monde, collectif d’artistes pour la création, les ateliers et la diffusion de documentaires : http://www.lesyeuxdanslemonde.org/

[2] en référence au Voyage des interstices, selon Jean-Didier Urbain.

[3] Sur le modèle du cinéaste anthropologue Jean Rouch à l’origine de l’anthropologie visuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet d’observation et le reportage graphique, médiums de l’ethnologie du proche

« Le carnet de voyage d’ethnologue-anthropologue », numéro de la Revue 303 Arts, recherches, créations de Nantes sur l’histoire des carnets de voyage, septembre 2010, 72-77 (6 pages).

http://www.revue303.com/catalogue/article.asp?arid=2146

L’héritage des sciences de l’homme, de l’anthropologie et de l’ethnographie explique la  diversité des approches sociologiques du carnet de voyage contemporain dans ses dernières tendances, tournées vers le reportage. Les thèmes des carnets de voyage édités portent sur des  champs de l’ethnologie, proches de la sociologie : sites particuliers, témoignages de tranches de vie, utilisation du reportage instantané, donc ethnographique, croquis descriptifs de l’intérieur de l’habitat et des objets usuels sur l’exemple des deux carnets de Karine Huet[1] sur l’Atlas, enquête de terrain digne d’un ethnologue en immersion, sur le modèle du carnet sur les sans-abris intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri d’Elsie Herberstein ou dans la ville d’Alger, à travers une galerie de portraits, qui est le reflet de la diversité de la population algérienne : l’échantillonnage et le questionnaire d’entretien seraient en effet à comparer avec les méthodes de l’ethnologie. Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie  et pour la sociologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Le carnet de voyage aux frontières de l’anthropologie visuelle[1], de l’enquête ethnographique et de l’observation

Le carnet de voyage pourrait être une technique au service de l’enquête de « terrain », une originalité de l’ethnographie basée sur l’observation participante qui pose autant de problèmes qu’il y a d’ethnologues et de cultures. Aussi la partialité est-elle une problématique tant de l’ethnographie que du carnet de voyage puisque l’ethnologue se doit de rester neutre en exerçant un sens critique et d’être accepté par ses interlocuteurs, fondements de la qualité de l’information recueillie. La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie[2] liée à « La méthode photographique »[3]. L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie » [4] publié en 1947.

Le carnet de voyage investit l’ethnologie contemporaine du proche

Face à une uniformisation du monde, l’ethnologie s’est tournée vers le ruralisme puis vers les ensembles urbains, les ségrégations géographiques et a investi les sociétés modernes, les quartiers, les associations, les minorités ethniques, les phénomènes de religiosité populaire, les organismes d’état, notamment avec la mission du patrimoine ethnologique[5]. C’est le quotidien de la modernité qui intéresse l’ethnologue chargé d’introduire une distance par rapport aux objets familiers et quotidiens et dont la pratique ethnographique[6] apporte la valeur du témoignage et brouille les frontières entre ethnologie et sociologie. Marc Augé[7] préconise une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien »[8] qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994[9]. Le carnet de voyage contemporain semblerait s’inscrire dans cette dimension sociologique. Ainsi c’est à partir du reportage dessiné et du relevé de témoignages que Noëlle Herrenschmidt s’est intéressée aux lieux emblématiques tels que le tribunal, l’hôpital, le Vatican, la gendarmerie. Cathy Beauvallet la rejoint dans son regard, puisqu’elle s’est penchée sur l’assemblée nationale. La visée ethnologique est illustrée par Elsie Herberstein (Chez les sans–abris), par Troubs (chez Les bouilleurs de crus) et Damien Roudeau (dans la communauté Emmaus avec les compagnons du partage). Diversifier les reportages sociologiques, les études ethnographiques régionales et les documentaires sur des pratiques artistiques et culturelles pourrait être un enjeu du carnet de voyage. Ainsi, les éditeurs pourraient orienter leurs publications de documentaires d’ethnologie-ethnographie régionale vers le style « carnet de voyage » au lieu de privilégier le documentaire formaliste.

De l’observation et du reportage graphique.

Le type d’observation[1] sur le terrain lors du voyage détermine en effet la qualité du rendu ethnographique du carnet dans la mesure où on distingue quatre formes d’observation participante (Buford H. Junker[2]): la participation totale, l’observation du participant, la participation de l’observateur et la simple observation. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?

La photographie[3] s’est substituée au carnet de croquis pour l’explorateur, le peintre et l’ethnologue depuis 1850 où il servait à conserver les témoignages archéologiques ou les éléments du patrimoine ethnologique : c’était le cas, pour Maxime Du Camp, par exemple, en l’Egypte. Pour la sociologie visuelle, la question de la vérité de l’image n’est pas centrale, il s’agit davantage de s’intéresser à la valeur de l’image en tant que point de vue et d’apprécier la contextualisation de l’image produite, comme le souligne l’article fondateur d’Howard Becker intitulé « Photography & sociology » daté de 1974[4]. Ces deux aspects semblent faire du reportage graphique, comme outil de l’ethnographie, l’essentiel du carnet. Il possèderait les mêmes intérêts que la photographie : mettre en images des concepts abstraits, la puissance de désignation des images, la possibilité d’une observation « hors-terrain » et différée. L’image est un support de médiation et d’échange entre enquêteurs et enquêtés[5]. Jean Malaurie utilise dans ce but ses carnets afin de faciliter la communication avec les Inuits. L’image révèle l’intime et l’indicible et constitue ainsi un support qui, par sa suggestion, permet de délier la parole. Le dessin ou le croquis sont aussi convaincants, et même peut-être davantage car, du fait de la simplification des traits et du rendu qui va à l’essentiel, la part de subjectivité projetée est plus grande. La notion de reportage et la dimension documentaire et patrimoniale de l’image, notamment de la photographie documentaire, ont été envisagées et réexaminées dans le cas du film ethnographique et du « cinéma vérité »[6], outils spécifiques  de l’anthropologie visuelle.


[1]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[2] Idem.

[3] Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[4] Photography and Sociology. Howard S. Becker,. Studies in the Anthropology of Visual Communication 1, 1974, p.3-26. [mis en ligne] http://www.americanethnography.com/article_sql.php?id=69 ou http://lucy.ukc.ac.uk/becker.html

[5] «La photo-interview : dialogue avec des japonais». Fabienne Duteil-Ogata. In Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[6] Voir le carnet de note de l’ethnologue Jean Rouch.

 


[1] Voir l’atelier des doctorants en SIC de l’université de Bordeaux III du 9 mars 2009, dirigé par Mme Hong-Marcier sur le thème « Les usages de ressources visuelles comme outils de recherche en sociologie ».

[2]     La description ethnographqiue. François Laplatine. Dir. François de Singly. Editions Nathan, 1996.

[3]    Ethnologie et photographie, Revue L’ethnographie, numéro spécial, 1992.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1992_num_10_53_1985

Comme l’illustre par exemple l’ethnologue, ethnographe-photographe, Pierre Verger, chargé du laboratoire de photographie du Musée d’ethnographie, soit six milles clichés réalisés par le chercheur au Brésil.

[4] Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observations. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux,  Marcel Mauss. Payot, 1947. (Bibliothèque scientifique).

[5] http://www.culture.gouv.fr/mpe/ et PortEthno, le réseau des recherches et des ressources en ethnologie de la France de la direction de l’architecture et du patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/mpe/portethno.htm

[6] Ethnologue, mais pas trop : ethnologie de proximité, voyages secrets et autres expéditions minuscules. Jean-Didier Urbain. Payot, 2003 (Petite bibliothèque Payot, n°465).

[7] Anthropologue, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et président de l’EHESS de 1985 à 1995. Suite à de nombreux terrains en Afrique (sur la sorcellerie, les prophètes-guérisseurs, le fétiche…), il souhaite étendre l’anthropologie à l’étude des sociétés occidentales, et plus largement, aux «mondes contemporains».

[8]  Domaines et châteaux. Marc Augé. Seuil, 1989.

Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité. Marc Augé. Seuil, 1992.

Un ethnologue dans le métro. Marc Augé. Hachette, 2001. (Hachette Littérature).

[9]  Pour une anthropologie des mondes contemporains. Marc Augé. Aubier, 1994. (Critiques).

 


[1] Un hiver berbère. Karin Huet, Titouan Lamazou. Editions Jeanne Lafitte, 1990.

Sous les toîts de la terre. Karin Huet, Titouan Lamazou. EditionsBelvisi-Publiaction, 1988

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage « Carnet de voyage sans frontières »

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs

ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts