The ethnographic and orientalist diary of Eugene Delacroix (1798-1863) « Album in North Africa » : work of art

The ethnographic and orientalist diary of Eugene Delacroix (1798-1863) « Album in North Africa » : work of art

In vogue for Orientalism, Delacroix in 1832 for Morocco [1] since it is named official painter in the diplomatic delegation of Charles de Mornay. Four books in seven Delacroix reached us [2]: three are in the Musée du Louvre and the Museum of Condé in Chantilly, among them Album of Croze in 1855 and Charente Album in 1822. Morocco offers Delacroix ethnographic subjects are the object of his books [3], first around Tangier inspired watercolor « The Jewish Bride of Tangier, » then after thirteen days of Meknes and then crossing the Andalusia and Oran, Algiers that inspired « Women of Algiers in their Apartment » and finally Marrakech. This book brings together studies « which refers to the seventeenth century a graphical representation constituting an exercise test: general preparation or detail of the work as a whole, research graphic composition or achievements details » [4] . The two double pages sketches « Album of North Africa » [5] which represent the one hand a « crowd of Moroccans before a great door crowded court and prison door Jew and Arab horse to spring « and the other » landscape with mosque in the background and characters « deserve to be analyzed by their original composition where the handwritten notes, sketches, characters, different plans and details are juxtaposed giving and depth and a particular reading of the image. The first example provides a breakdown of page views in three successive general plan to wander outside to inside the medina, the more confused second example offers two main views embellished details and viewing angles smaller. As a camera, Delacroix guide his brush which is the culmination of his eyes staring. He argues, stops on that aspect, back, discovered wandering … are visual notes studying framing, composition, elements to bring together all the drawings in a painting workshop in rear. It seems at times that the book says « storyboard » [6], both the concept of displacement and angle of view is important, sometimes so close to the « traveling ». These books reflect a movement, a pilgrimage and an ethnographic approach that define the « carnet de voyage » as a testimony chewed on a bright background and experience exotic experienced as a trace and ethnographic encounters. The ethnographic point of view, scenes of daily life are transcribed with all the details, they deal with objects, utensils, decorative items, costumes, jewelry … watercolor studies prior to the completion of the table  » Women of Algiers « are numerous and are annotated with captions specifying colors and materials that can not appear on a simple sketch on the spot. On some pages, such as « Arab horsemen, of trees and sea in the background » [7], the text manuscript fits the drawing, overlays, blends and in the composition of the image. In line with the Brothers Goncourt, it is a travelogue where the image space that meets the writing to fit into a plastic holding immediacy, speed of execution, the immediacy of emotion and gaze. In this example, the work of Delacroix is paradoxically a completed version such as « travel diary » where neither the image nor the text prevail: they combine a course in space, moving the trip is visible in the composition of page as well as the time before and transcribed Delacroix is the creator of « travel diary » he repeated in a frenzy of discovery, research and study plastic generated by the orientalist quest impressions, sensations andemotions due to Elsewhere through an ethnographic approach.

Summary of features such as « kind Diary » launched by Delacroix :

– Wandering over journey through the landscape of the general plan specific plan (portraits meetings).

– Sketches on the spot or rough technique: speed and instantaneous experience (as a kind of camera in hand).

– Insert text in the image: visual notes accompanied by annotations on the colors, textures, light ….

– A Study Notebook artistic and visual notes to memory in order to achieve a pregnancy of the pictorial work is composed and subsequently bringing together a synthesis of many elements of the trip.

– Atmosphere of « picturesque » saved as « worthy of being painted » with ethnographic elements annotated in order to achieve the masterpiece painting workshop at a later return trip.

– Notes written on visual details: colors, decoration details, reasons, information on the sketch book is a preparatory drawing.

– The travel allows the art historian to understand the creative act of painting masterpiece: primary source, a kind of rough draft of the artist who created basically the act of inspiration, genesis of the artwork.

The ethnologist’s diary by Paul Gauguin (1848-1903)

After his essays of diaries in Britanny [8] and influenced by journal of Delacroix, Gauguin left to a new « Orient », « topos » of Orientalist literature, towards the Pacific Ocean. From 1892 at Tahiti, the painter searched « The old Mahori cult » which had totally disappeared under the influence of colonization and this from  reading ‘ The travel to the islands of the Big Ocean. [9] It illustrates the watercolor story of the genesis of the world by comparing Maori Christian worship revealing his passion for the comparative history of religions. It compiles sketches of decorative arts natives or tiki sculptures, tattoos and patterns. Gauguin wrote several travel books including Noa Noa: Voyage to Tahiti [10] is the most interesting because it looks like a « watercolor novel » which describes the « New Cythera » or « island paradise » in his imaginary geography [ 11] and its return to nature

« The civilization goes gradually from me. Beginning to think I just have little hatred for my neighbor – better to love. I have all the free enjoyment of life, animal and human. escapes I fake, I enter in nature [12].  »

There is an indictment against the European culture and society and advocacy Polynesian traditions. Charles Morice, Symbolist writer, contributes to rewrite his collection of notes and decided to publish it in 1901. This first version is completed with Gauguin over the remaining two years until 1903 by a second composed of all the graphic processes that juxtaposed Victor Segalen discovers upon his arrival in Papeete shortly after his death:

« The text, which is pale brown ink complete harmony with the paper is browned here and there interrupted watercolors – mostly washed separate paper, cut, pasted. Ago traces of everything that was to this time the master of life dealing with the existence ruthless tropics – splendor of light, great effort and surrender. Noa Noa « is indeed a manuscript leather with a watercolor gouache on flat front which comprises one hundred to four Eighty-two sheets which are glued on fifty-nine watercolors and colored wood with eighteen black wood, as well as prints, photographs and documents of all kinds sometimes accompanying text written in black ink, sometimes in blue ink (1891-1893) « according to the inventory of the Department of Graphic Arts at the Louvre. [13]

According to Farid Abdelouahad [14]:

« Mixing genres and techniques, burst timing and usage rules, plenty of styles, contrasts and offsets: the creative spontaneity of Gauguin led to a revolution in visual perception. Possibilities offered by new technologies image, photography and cinema, are not unrelated to his business, which opens the way for a new field of fine arts which can express the freedom of collage heterogeneous [15].  »

The travel was born contemporary meet anthropology, ethnology and art combined and mixed race. Gauguin himself living the phenomenon of mixing through a form of acculturation that reveals its creativity, the book is an autobiographical travel to a turned ethnological research helped his meeting with the young Tahitian with whom he lives in Mataiea. Through a process of ethnologist, he uses all the graphic arts and cultural objects which he immersed himself. Its originality marked the birth of contemporary travel book as literary pictorial or graphic. Note that Delacroix is also a painter book illustrator artist most notably for « Faust » by Goethe in 1828.

[1] Delacroix, a journey of Morocco, Andalusia, Algeria. Maurice Arama. No place, 2006.

Delacroix and Morocco. Guy Dumur. Hersher, 1988. (Artsite places).

[2] The manuscript of « Album of trip to Spain, Morocco and Algeria » by Eugène Delacroix is preserved in the library of the Château de Chantilly.

[3] The journal of Delacroix. Eugène Delacroix. Verbally limited, Louvre Museum, 2005 (1-disc compact).

Anthology of the Journal. Eugène Delacroix. Thousand and One Nights, 2002 (The small collection, No. 389)

Travel to Morocco watercolors. Delacroix. Alain Daguerre Hureaux. Image Library, 2000.

Memories of a trip to Morocco. Eugène Delacroix. Gallimard, 1999 (art and artists).

[4] See Article: Study. In Dictionary of the image. Dir. Françoise Juhel. Coord.Vanoye.Vuibert Francis, 2006.

[5] page 34 and details from 35 to 37 and page 54 and details of 55-57 selected reproductions Morocco Travel: watercolors. Delacroix. Alain Daguerre Hureaux. Image Library, 2000.

[6] See Part 3 in 1.3.1. The « comic literature » (« graphic literature ») or narration image: iconotextuel album, the graphic novel or « graphic novel », or storyboard artist book?

[7] On page 48 details and 49 reproductions of selected travel in Morocco watercolors. Delacroix. Alain Daguerre Hureaux. Image Library, 2000.

[8] Book of Britain. Paul Gauguin. Before and after. Papeete, 2002.

It consists of notes synthetic inspired his paintings from 1884 to 1887.

[9] Published in 1837 and written by former consul Oceania Jacques-Antoine Moerenhout.

[10] It should contain poems of Symbolist poet Charles Morice (1860-1919).

[11] Géograhies Gauguin. Jean-François Staszack. Breal, 2003.

Gauguin traveler: Peru to the Marquesas Islands. Jean-François Staszack.Breal, 2003. Geo Solar, 2006 (culture).

[12] Noa Noa. Paul Gauguin. Before and after. Papeete, 2001.

Book Tahiti. Paul Gauguin. Before and after. Papeete, 2001.

Writer Gauguin: Noa Noa, Various things, ancient cult mahorie. Paul Gauguin. RMN, 2003 (CD) http://arts-graphiques.louvre.fr/fo/visite?srv=mtr

[14] Writer and historian of art and photography, Curator and designer who has published several anthologies of travel journals and books on photography since 1998.

[15] These wonderful travel books. Farid Abdelouhab. Reader’s Digest, 2004.p. 116.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’orientalisme : E. Delacroix (1798-1863) et P. Gauguin (1848-1903) tournés vers l’ethnographie

Le carnet ethnographique et orientaliste d’Eugène Delacroix (1798-1863) : « Album en Afrique du Nord »

Dans la vogue de l’Orientalisme, Delacroix part en 1832 pour le Maroc[1] puisqu’il est nommé peintre officiel au sein de la délégation diplomatique de Charles de Mornay. Quatre carnets sur sept de Delacroix nous sont parvenus[2] : trois sont conservés au musée du Louvre et un au musée de Condé à Chantilly, parmi eux l’Album de Croze  en 1855 et Album de Charente en 1822. Le Maroc offre à Delacroix des sujets ethnographiques qui seront l’objet de ses carnets[3], d’abord aux environs de Tanger qui inspirera l’aquarelle « La Mariée juive de Tanger », puis Meknès après treize jours de traversée puis l’Andalousie, puis Oran, Alger qui inspirera « Femmes d’Alger dans leurs appartements » et enfin Marrakech. Ce carnet rassemble des études « qui désignent à partir du XVIIe siècle une représentation graphique constituant un exercice, un essai : préparation générale ou de détail, d’une œuvre d’ensemble, recherche graphique de composition ou de réalisations de détails » [4]. Les deux doubles pages des croquis de « l’Album d’Afrique du Nord » [5] qui représentent d’une part une « foule de Marocains devant une grande porte encombrée, cour et prison, porte du Juif ; cheval et arabes devant fontaine » et d’autre part un « paysage avec mosquée dans le fond et personnages » méritent d’être analysées de par leur composition originale où le texte manuscrit de notes, les croquis, les personnages, les différents plans et les détails se juxtaposent en donnant ainsi de la profondeur et une lecture particulière de l’image. Le premier exemple offre un découpage de la page en trois vues successives, du plan général extérieur à la déambulation vers l’intérieur de la médina, le deuxième exemple plus confus proposent deux vues principales agrémentées de détails et d’angles de vues plus restreints. Comme une caméra, Delacroix guide son pinceau qui est bien l’aboutissement de son regard scrutant. Il avance, s’arrête sur tel aspect, recule, découvre, déambule…ce sont des notes visuelles qui étudient le cadrage, la composition, les éléments afin de réunir l’ensemble des esquisses dans une œuvre picturale postérieure en atelier. Il semble par moment que le carnet annonce « le story-board » [6], tant la notion de déplacement et d’angle de vue est importante, parfois si proche du « travelling ». Ces carnets traduisent un déplacement, une pérégrination et une approche ethnographique qui définissent « le carnet de voyage » comme un témoignage croqué sur le vif d’un parcours et d’une expérience exotique vécue et comme une trace ethnographique de rencontres. Du point de vue ethnographique, les scènes de la vie quotidienne sont retranscrites avec tous les détails ; ceux-ci concernent les objets, les ustensiles, les éléments de décoration, les costumes, les bijoux…Les études aquarellées préalables à la réalisation du tableau «Les femmes d’Alger » y sont nombreuses et elles sont annotées de légendes précisant les couleurs et les matières qui ne peuvent pas apparaître sur un simple croquis sur le vif. Sur certaines pages, comme « cavaliers arabes, bouquet d’arbres et mer dans le fond »[7], le texte manuscrit s’intègre au dessin, se superpose, se mélange et entre dans la composition de l’image. Dans la lignée des Frères Goncourt, il s’agit d’un carnet de voyage où l’espace de l’image rencontre celle de l’écrit pour s’intégrer dans une plastique qui tient de l’immédiateté, de la rapidité d’exécution, de l’instantanéité des émotions et du regard. Dans cet exemple, l’oeuvre de Delacroix est paradoxalement une version aboutie du genre « carnet de voyage » où ni l’image ni le texte ne priment : ils se combinent dans un parcours spatial ; le déplacement du voyage est visible dans la composition de la page autant que l’instant saisi et retranscrit Delacroix serait le créateur du « carnet de voyage » qu’il a renouvelé dans une frénésie de découverte, de recherche et d’étude plastique suscitée par la quête orientaliste des impressions, des sensations et des émotions dues à l’Ailleurs à travers une démarche ethnographique.

Récapitulatif des caractéristiques du genre « genre carnet de voyage » lancé par Delacroix :

– Déambulation au fil du périple à travers le paysage du plan général au plan particulier (portraits des rencontres).

– Esquisses sur le vif ou technique du rough : rapidité et instantané du vécu (comme une sorte d’appareil photographique à la main).

– Insertion du texte dans l’image : notes visuelles accompagnées des annotations sur les couleurs, les textures, la lumière….

– Un carnet d’étude artistique et de notes visuelles pour mémoire afin d’aboutir à une gestation de l’œuvre picturale qui est composée à posteriori et qui rassemble en une synthèse de nombreux éléments du voyage.

– Ambiance du «pittoresque» mémorisée comme «digne d’être peint» avec des éléments ethnographiques annotés afin de réaliser le tableau chef d’œuvre à posteriori en atelier au retour du voyage.

– Notes écrites sur des précisions visuelles : couleurs, détails de la décoration, motifs, indications sur l’esquisse qui fait du carnet un dessin préparatoire.

– Le carnet de voyage permet à l’historien d’art d’appréhender l’acte créatif du chef d’œuvre pictural : source primordiale, une sorte de brouillon de l’artiste qui créée, en somme l’acte d’inspiration, genèse de l’oeuvre d’art.

Le carnet d’ethnologue de Paul Gauguin (1848-1903)

Après ses essais de carnets en Bretagne[8] et influencé par le journal de Delacroix, Gauguin part vers un nouvel « Orient », « topos » de la littérature orientaliste, du côté du Pacifique. Dès 1892 à Tahiti, le peintre recherche « l’Ancien culte Mahorie » totalement disparu sous l’influence de la colonisation et ceci à partir de sa lecture du  Voyage aux îles du Grand océan[9]. Il illustre à l’aquarelle le récit de la genèse du monde selon les Maoris en la comparant au culte chrétien révélant ainsi sa passion pour l’histoire comparée des religions. Il compile des croquis sur les arts décoratifs indigènes : sculptures ou tikis, tatouages et motifs. Gauguin a écrit plusieurs carnets de voyage dont Noa Noa : Voyage de Tahiti[10] est le plus intéressant car il ressemble à un « roman-aquarelle » qui décrit « la nouvelle Cythère » ou « l’île paradis » dans sa géographie imaginaire[11] et son retour à la nature :

« La civilisation s’en va petit à petit de moi. Je commence à penser simplement à n’avoir que peu de haine pour mon prochain – mieux, à l’aimer. J’ai toutes les jouissances de la vie libre, animale et humaine. J’échappe au factice, j’entre dans la nature [12]« .

Il y fait un réquisitoire contre la culture et la société européenne et un plaidoyer en faveur des traditions polynésiennes. Charles Morice, écrivain symboliste, apporte sa contribution à la réécriture de son recueil de notes et décide de le publier en 1901. Cette première version est complétée par Gauguin au fil des deux années restantes jusqu’en 1903 par une seconde composée de tous les procédés graphiques juxtaposés que Victor Segalen découvre lors de son arrivée à Papeete peu de temps après son décès :

« Le texte, dont l’encre brun pâle est d’une harmonie complète avec le papier bruni est ça et là, interrompu d’aquarelles – la plupart lavées sur papier séparé, découpé, collé. Il y a traces de tout ce qui faisait à ce moment la vie quotidienne du maître aux prises avec l’existence impitoyable des tropiques – splendeur de lumière, grands efforts et abandon. Noa Noa » est en effet un manuscrit en cuir avec une aquarelle gouachée sur le plat de devant qui comprend cent-quatre-vingt-deux feuillets sur lesquels sont collés cinquante neuf aquarelles et bois colorés dont dix-huit en bois noir, ainsi que des gravures, des photographies et des documents de toutes sortes accompagnant un texte écrit tantôt à l’encre noire, tantôt à l’encre bleue (1891 à 1893) » selon l’inventaire du département des arts graphiques du Louvre[13].

D’après Farid Abdelouahad[14] :

« Mélange des genres et des techniques, éclatement de la chronologie et des règles d’usage, abondance des styles, contrastes et décentrages : la spontanéité créative de Gauguin aboutit à une véritable révolution de la perception visuelle. Les possibilités offertes par les nouvelles techniques de l’image, photographie et cinéma, ne sont pas étrangères à son entreprise, qui ouvre le chemin pour un nouveau domaine des beaux-arts où peut s’exprimer la liberté du collage hétérogène[15]« .

Le carnet de voyage contemporain est né de la rencontre de l’anthropologie- ethnologie et des arts combinés et métissés. Gauguin vivant lui-même le phénomène de métissage à travers une forme d’acculturation qui révèle sa créativité, le carnet de voyage est un récit autobiographique tourné vers une recherche ethnologique aidée de sa rencontre avec la jeune Tahitienne avec qui il vit à Mataïea. A travers une démarche d’ethnologue, il utilise tous les arts graphiques et les objets culturels dont il s’imprègne. Son originalité signe la naissance du carnet de voyage contemporain autant littéraire que picturale ou graphique. A noter que Delacroix est aussi un peintre du livre, artiste plus qu’illustrateur notamment pour « Faust » de Goethe en 1828.


[1]  Delacroix, un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie. Maurice Arama. Non lieu, 2006.

Delacroix et le Maroc. Guy Dumur. Hersher, 1988.(lieux d’artsite).

[2]  Le manuscrit de « l’Album de voyage en Espagne, au Maroc et en Algérie » par Eugène de Delacroix est conservé à la bibliothèque du château de Chantilly.

[3]  Le journal de Delacroix. Eugène Delacroix. De vive voix limited, Musée du Louvre, 2005 (1 disque-compact).

Anthologie du Journal. Eugène Delacroix. Mille et une nuits, 2002 (La petite collection, n° 389)

Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

Souvenirs d’un voyage dans le Maroc. Eugène Delacroix. Gallimard, 1999 (art et artistes).

[4] Voir l’article : Etude. In Dictionnaire de l’image. Dir. Françoise Juhel. Coord. Francis Vanoye.Vuibert, 2006.

[5]     A la page 34 et détails de 35 à 37 puis en page 54 et détails de 55 à 57 des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[6] Voir la partie 3 en 1.3.1. La « littérature dessinée » (« littératures graphiques ») ou la narration par l’image : album iconotextuel, le roman graphique ou « novel graphic », story-board ou livre d’artiste ?

[7] A la page 48 et détails en 49, des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[8]     Carnet de Bretagne. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2002.

Il se compose de notes synthétiques qui ont inspiré ses tableaux de 1884 à 1887.

[9]     Paru en 1837 et écrit par l’ancien consul d’Océanie Jacques-Antoine Moerenhout.

[10]    Il devait contenir des poèmes du poète symboliste Charles Morice (1860-1919).

[11]    Géograhies de Gauguin. Jean-François Staszack. Bréal , 2003.

Gauguin voyageur : du Pérou aux îles Marquises. Jean-François Staszack. Bréal , 2003. Géo Solar, 2006 (culture).

[12]    Noa, Noa. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Carnet de Tahiti. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Gauguin écrivain: Noa, Noa, Diverses choses, ancien culte mahorie. Paul Gauguin. Réunion des musées nationaux, 2003 (cédérom).

[14]    Ecrivain et historien de l’art et de la photographie, Commissaire d’expositions et scénographe qui a publié plusieurs anthologies sur les carnets de voyage et ouvrages sur la photographie depuis 1998.

[15]    Ces merveilleux carnets de voyage. Farid Abdelouhab. Reader’s Digest, 2004.p. 116.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts