Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne

Carnets de voyage. Pascale Argod. SCEREN - CRDP d'Auvergne

ill. de la carnettiste Sophie Ladame (Carnets d'eole vers les Caraïbes. Editions Cacimbo, 2002)

Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. Pascale Argod. SCEREN – CRDP d’Auvergne, 2005. (Argos Démarche), 271 p.

Fondé sur l’expérience de la pédagogie documentaire au CDI et de la formation des enseignants au CAPES, le livre explore la réalisation de carnets de voyage en classe dans le cadre de projets pédagogiques pluridisciplinaires en sciences, en sciences sociales et en arts visuels à travers 29 fiches pratiques. Retraçant l’historique du carnet de voyage depuis le journal de bord des explorateurs géographes, naturalistes et anthropologues, il invite à découvrir le rôle initiatique du voyage à travers l’expression artistique, le design et la quête ethnographique. Cet outil pédagogique pour l’éducation à l¹interculturel ouvre également aux questions que suscitent le carnet de voyage en ligne et les critères d¹évaluation d’un site web et pose finalement la problématique d’uneproduction hypermédia qui doit valoriser l¹interactivité. Les parties qui composent cet ouvrage correspondent aux trois champs disciplinaires qui caractérisent en même temps l’évolution du carnet de voyage : les sciences qui sont à l’origine des explorations et des voyages, les arts et l’ethnologie qui sous-tendent sa réalisation pédagogique, l’interactivité et les hypermédias qui permettent sa production en ligne. Ce livre souhaite donc proposer des pistes de projets pédagogiques pluridisciplinaires et, en regroupant vingt-neuf fiches pédagogiques enrichies de treize bibliographies en annexes, constituer un guide pratique pour le carnet de voyage en classe ou au CDI.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de l’artiste en voyage : l’art du carnettiste du terrain à l’atelier

L’art du carnettiste du terrain à l’atelier : du croquis à la diffusion éditoriale

Le carnet de voyage est fonction du voyage, du regard de l’artiste-voyageur et du rendu artistique du voyage qui est un déplacement et qui nécessite une pratique artistique adaptée au contexte. Au-delà du regard porté sur le pays et de l’apport à la connaissance d’une culture, le carnet de voyage semblerait se résumer à son rendu iconographique, celui d’un déplacement dans l’espace, voire d’un regard sur le voyage, défini comme un parcours initiatique vers l’Autre et vers la différence. Ainsi, nous pourrions nous demander si le carnet de voyage peut être considéré comme une création de l’esthétique pour traduire « la poétique du voyage » et s’il peut être envisagé comme le témoin des valeurs symboliques d’une civilisation pour transmettre une vision projetée. En effet d’après Ernst Gombrich[1] : « Le peintre ne fixe pas ce qu’il voit mais ce qu’il sait d’une réalité » (regard social et culturel) et  « L’art n’existe pas ; seuls les artistes existent, il faut passer par l’intermédiaire de la culture pour découvrir le Beau ». De plus, le métissage artistique de l’image traduit la vision métissée du voyage, le collage est la technique la plus courante, c’est à dire une composition artistique obtenue par la juxtaposition d’éléments hétérogènes par leur source ou leur nature. Il sert l’hybridité du carnet de voyage, produit du croisement de deux éléments de genre et d’espèce différents. Mais le carnet de voyage n’est qu’une vision de l’ailleurs et de l’errance parmi d’autres manifestations en arts plastiques ou réalisations artistiques[2]. Les notions complexes, qui oscillent entre l’ailleurs imaginé, projeté, fantasmé, et le déplacement physique ou le cheminement intellectuel, sont propices à la création artistique nourrie par les voyages  sous toutes leurs formes. Les artistes contemporains redécouvrent-t-ils, avec la peinture sur le motif, l’art en plein air prôné par les aquarellistes anglais et les impressionnistes ? En fait, au-delà de l’introduction d’éléments naturels dans la création, la nature elle-même est objet d’inspiration et d’interventions sur et dans le paysage. En fait, plus que le voyage lui-même, l’exotisme serait porteur de créativité parce que la confrontation à d’autres repères géographiques et culturels change le mode de pensée et le regard de l’artiste. Il retranscrit autant la vision du monde, son regard bouleversé sur le monde, que le bouleversement de sa perception et le changement intérieur. L’artiste majorquais Miquel Barcelo, de renommée internationale[3], fait de son installation voyageuse, une « pirogue-atelier », le cœur de sa création à la découverte du fleuve Niger qu’il remonte vers le Nord-Est sur mille quatre cent kilomètres. Son atelier voyageur lui permet de réaliser de nombreux carnets de voyage, qui signent son œuvre. Cependant, plus qu’un carnet de voyage, c’est le voyage qui devient œuvre d’art puisque l’atelier-pirogue est le support artistique du voyage.

Pour saisir le temps et métamorphoser l’instant de l’esquisse (pendant le voyage) le rough est indispensable à la réalisation du carnet de voyage qui retrace un périple vécu. Formés à technique du rough, la plupart des carnettistes ont commencé comme « roughman », anglicisme qui définit l’homme du croquis, le virtuose du dessin en agence de communication ou de publicité. Le rough semblerait un pré-requis professionnel car il transcrit l’effet visuel d’une campagne de publicité sur des boards ou planches à dessin avec des croquis destinés à proposer un projet au client. Si l’agence est sélectionnée par ce dernier, le créatif se sert du travail « en rough » pour dessiner la campagne et changer de style en fonction du produit et des idées du directeur artistique. La plupart des carnettistes comme Cathy Beauvallet, Elsie Herberstein, Damien Roudeau, Troub’s, Simon, par exemple, se servent au quotidien de carnets de croquis, d’esquisses ou d’études qui permettent d’exercer continuellement cette aptitude et de prendre en notes graphiquement ou visuellement des idées.

Les deux temps, celui du terrain et celui de l’atelier, peuvent se compléter mais aussi s’exclure. Certains carnettistes, privilégiant le rough en voyage, évitent de retoucher leur création ultérieurement afin de préserver ainsi la valeur de témoignage, chère à leur déontologie de voyageur et d’artiste qui vit le voyage comme le processus de la démarche artistique. Pour eux, l’art du carnet de voyage s’exerce le temps du voyage et se termine avec lui : tels que Cathy Beauvallet, Jean-Loup Eve, Elsie Herberstein, Giancarlo Iliprandi, Philippe Lorin, Reno Marca, Bertrand De Miollis, Damien Roudeau… D’autres préfèrent revenir sur leur création en atelier pour prolonger les bénéfices de l’ailleurs avec la distance critique, le filtre de la mémoire et la maturité du voyage qui changent et métamorphosent l’artiste dans sa créativité : Stefano Faravelli, Gildas Flahault, Cloé Fontaine, Geneviève Hué, Sophie Ladame, Simon, Gwenaëlle Trolez…Leur travail créatif s’accompagne de lectures, de recherches, de réflexions pour approfondir le regard du voyageur, le regard de l’artiste se situant dans le prolongement de celui du voyageur. L’artiste offre alors l’expression différée de ses impressions de voyage. Pour eux, deux temps sont indispensables : celui de la captation du réel et de l’extériorité lors du voyage, ensuite, celui de l’imprégnation et de l’intériorité en atelier qui offre alors l’œuvre d’art. Ses deux démarches semblent ouvrir le genre sur deux notions différentes du temps et de la gestation de l’œuvre : l’immédiateté ou la durée. Les premiers se situent dans la lignée des dessinateurs-reporters et du reportage graphique mais aussi des photographes ; ils estiment que la perception et le rendu se doivent d’être au plus proche de l’authenticité du vécu, alors que les seconds se nourrissent de l’héritage des peintres et des plasticiens qui métamorphosent leurs impressions et leur ressenti pour se sentir au plus proche de la sincérité de leur création et de leur interprétation artistique à partir du réel.


[1] Chercheur en historien de l’art et Directeur l’Institut Warburg de Londres en 1959, il occupe la chaire d’Histoire de la Tradition classique de l’Université de Londres en 1959. Il fut anobli en 1972 et reçut l’ordre du mérite en 1988 ainsi que de nombreuses récompenses et distinctions internationales. Son ouvrage « Histoire de l’art » est paru en 1986 chez Flammarion ; il est l’ auteur d’une douzaine d’ouvrages d’histoire de l’art traduits en français.

[2] Visions de l’ailleurs. Dir. Dominique Berthet. L’Harmattan, 2009 ; Figures de l’errance. Dir. Dominique Berthet. L’Harmattan, 2007.

[3] Ses oeuvres exposées dans différents musées français (CAPC de Bordeaux, musée des Arts Décoratifs de Paris, Centre Georges-Pompidou, musée du Jeu de Paume, Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence) et dans de nombreuses autres galeries et musées américains et européens.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts