L’artbook, du carnet d’inspiration et d’esquisses au carnet de recherche

L’artbook, du carnet d’inspiration et d’esquisses au carnet de recherche de l’auteur-illustrateur

Du côté de la bande dessinée, l’Artbook se définit comme le carnet des notes et des croquis préparatoires à l’album B.D., à la manga ou le dessin animé et surtout du côté de l’illustration d’album pour la jeunesse. L’ouvrage Carnets d’illustrateurs de Jean Perrot (Cercle de la Librairie, 2000) offre quelques extraits de réalisation plastique classés par illustrateur. Issu de l’expérience créative de l’artiste et de ses voyages vécus, Ailleurs… plus loin ! d’Emmanuel Lepage rassemble en effetles illustrations, les dessins d’atelier et les croquis de voyage de l’auteur qui les commente. Hugo Pratt dévoile aussi les dessous de sa création liée à ses voyages dans la publication intitulée Périples secrets (Casterman, mars 2009) tout comme Beb-Deum dans Face box : art of (Delcourt, 2008).

En fait, dès 1994, les dessinateurs novateurs du genre bande dessinée Dupuy et Berberian réalisent un journal de bord de la réalisation d’une bande dessinée Le journal d’un album chez l’éditeur L’Association mais ils ne traitent cependant pas du thème du voyage. Art Spiegelman publie aussi ses trois volumes de Sketchbook rassemblés dans Be, A Nose !exposé à la Galerie Martel à Paris. Le premier Be est la reproduction d’un petit carnet d’ébauches réalisées lors d’un voyage en Allemagne et en Pologne en 1979 et donc préparatoires à l’album Maus. Le second volume « A » rassemble le travail de 2007 à la recherche du trait perdu dans son projet Autophobia. Le troisième carnet Nose recèle des images d’avant-garde datant de 1983 tirées de la revue « Raw » créée avec sa femme. De plus, un livret d’accompagnement explicite son travail quotidien de croquis dans ses carnets. La vogue de l’édition du carnet de dessinateur ou d’illustrateur semble s’affirmer depuis 2005 et démontre l’intérêt du lecteur pour la gestation de l’œuvre afin d’appréhender le métier d’illustrateur. Mais, à travers ces deux exemples proposés, peut-on encore parler de genre « carnet de voyage » ?

La collection Dess(e)ins, publiée par l’association Les traces habiles, Dess(e)ins, un observatoire des dessins liés aux processus créatifs groupe un fonds inédit de dessins de créateurs et de chercheurs de toutes disciplines, constitué grâce à leurs dons. Elle permet de découvrir la richesse et la diversité des processus créatifs. Exercé comme un langage, le dessin élabore des hypothèses, construit des scénarios et consigne les étapes de projets en devenir. Reflet du cheminement de la pensée entre l’esprit et la main, le dessin permet de s’approprier, comprendre, restituer son projet artistique ou scientifique. Dans cette collection, chaque créateur invente sa propre écriture en fonction de son dessein ou de pratiques liées à l’image, l’espace, l’objet ou à un thème (http://les-traces-habiles.org/le-projet-desseins/).

Corpus :

Les traces habiles 1. Association Les traces habiles. Hersher, 2012. http://les-traces-habiles.org/

Voir les titres de la collection : http://les-traces-habiles.org/la-collection/

Be a nose ! : three sketchbooks by Art Spiegelman.Art Spiegelman. Bruxelles : Casterman, 2009. http://www.galeriemartel.com/espace_pro/files/cp_art_spiegelman.pdf

http://www.actuabd.com/Art-Spiegelman-a-Paris-cote-coulisses

Ailleurs… plus loin !. Emmanuel Lepage. Mosquito, 2009

Carnets d’illustrateurs de Jean Perrot. Cercle de la Librairie, 2000.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Créations de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives

« Créations de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010, p. 64-69 (6 pages).

http://www.intercdi-cedis.org/spip/index.php3

Les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans (2007 à 2010)sont tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste[1]. Dans le prolongement des actions menées dans l’académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons ainsi expérimenté cet outil avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[2]de Bordeaux dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté puis la sensibilisation au patrimoine et à l’environnement ou au développement durable.

1. Du livre d’artiste et du voyage comme parcours initiatique et professionnel (2008-2009)

2. Un carnet de patrimoine européen pour favoriser les échanges européens Coménius et Léonardo (2009-2010)

3. Un carnet sur l’histoire familiale pour l’insertion des migrants dans le cadre du projet « Interculturalités et vivre ensemble » (2009-2010)

4. Un échange interculturel entre Anglais et Indiens pour comprendre l’autre (2007-2008)

5. Un carnet de voyage numérique et multimédia pour l’apprentissage des langues (2008-2010)

A la rencontre des arts et des sciences, le carnet de voyage semble un outil pédagogique créatif qui allie la démarche documentaire à la démarche artistique afin de forger un esprit d’innovation et un regard sensible sur le monde. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. Cette diversité des approches éducatives en fait l’intérêt pédagogique. Comme le dit le sculpteur Rodin « Je ne crée pas, je vois, et parce que je vois, je peux créer » , une belle maxime pour la démarche créative du carnet de voyage. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs[1].


[1] Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la poste de Paris. Pascale Argod. Musée de la Poste, novembre 2010.


[1]Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique thèse soutenue en 2009 (Pascale Argod, Dir. Thierry Lancien, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 790 pages).

[2] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet Carnet de patrimoine européen)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet Livre d’artiste)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet Interculturalités)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet Inde du Sud)

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts