Co-création de l’expérience touristique sensitive et du désir des lieux

Communication intitulée « Le carnettiste, touriste co-créateur de l’offre, de l’expérience touristique sensitive « slow » et du désir des lieux ». Pascale Argod. 5e Colloque international pluridisciplinaire ASTRES Observer les touristes pour mieux comprendre les tourismes  à l’université de La Rochelle du 9 au 12 juin.
https://apps.univ-lr.fr/cgi-bin/WebObjects/Colloque.woa/1/wa/colloque?code=1281

Le carnet de voyage permet d’appréhender les rapports des touristes aux lieux et favorise un voyage personnalisé dans lequel le participant s’implique et devient actif par sa démarche créative, donc attentif au monde. Avec un carnet de voyage à la main, un rapport différent au temps et au voyage s’installe pour observer le lieu et en faire un rendu dessiné. Le voyageur accepte de prendre le temps de découvrir et de s’approprier l’espace, de dialoguer avec l’autochtone. La collection de films Carnets de voyage : exploration aventure permet de suivre le parcours d’un artiste-voyageur, à travers un pays et son cheminement artistique, pour réaliser un carnet de croquis. Les carnets de voyages audio-visuels Dans tes yeux de Sophie Massieu, journaliste aventurière non-voyante, proposent de faire et de ressentir : l’expérience est retracée dans son carnet de voyage sonore Dans mes yeux et retranscrit la perception sonore, puis tactile et olfactive des pays qu’elle visite au plus près du contact humain et du ressenti de la journaliste. Le carnettiste se fait aussi routard comme Antoine de Maximy, dans la série J’irai dormir chez vous, qui opte pour le carnet de routard avec sa caméra sur l’épaule, ciblée sur la rencontre de l’Autre dans son quotidien, pour apprécier l’hospitalité du pays visité. Le blog offre un espace de création interactif avec le feedback : le carnettiste peut faire évoluer sa création, témoigner dans le dialogue avec d’autres voyageurs, comme l’évoque Julie Sarperi sur son blog Carnets de traverses.com. Cette voyageuse médiatise pour le compte d’offices de tourisme étrangers ses périples en vue de promouvoir l’image de la destination auprès des touristes français, d’apporter un service profilé et d’« humaniser » de la communication web.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, médium de l’expérience touristique enrichie

Le carnet de voyage intermédia (ouvrage et blog), médium de l’expérience touristique enrichie : séduction de l’image artistique et communication d’un tourisme d’apprentissage

Communication au colloque « Le tourisme et sa communication ou comment théoriser la communication touristique à l’époque des technologies de l’information et de la communication ? »  à l’IUT Robert Schuman de l’Université de Strasbourg  en collaboration avec LISEC (Université de Strasbourg), le CRIT (Institut Universitaire Kurt Bösch, Suisse) et la revue Mondes du tourisme (Paris) du 16 au 18 mai 2013.

http://iutrs.unistra.fr/iut-illkirch/colloque-tourisme.html

Axe 4 : La communication du côté des touristes et l’usage des NTIC :

« Certains blogs prennent des formes qui ne sont pas sans rappeler celles des carnets de voyage (Argod 2010), photos ou croquis à l’appui. Ce supplément d’informations enrichit-il le voyage et l’expérience touristique ou bien renforce-t-il la dimension « parcours imposé » que le touriste doit faire ? Laisser une trace au monde, prouver son existence, le tourisme a des motivations beaucoup plus profondes que ne le laisserait supposer son apparence anodine ».

Parmi les dix prix remis lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, nous remarquons combien le carnet de voyage est un médium de communication touristique[1] recherché. En effet, les guides Lonely Planet et Le Routard ont tour à tour offert le « Grand Prix du carnet de voyage » qui, depuis deux ans, a été remplacé par le « Grand Prix Michelin Cartes et Guides ». Le prix du public remis par Atalante voyages a été remplacé par Nouvelles Frontières. Les agences de voyage l’utilisent comme outil de communication dans leur brochure de voyages ou dans offres de voyages – ateliers de pratique artistique animés par un artiste-carnettiste. Certaines voyagistes en ligne ont tissé des partenariats avec des plate-formes de carnets de voyage[2] qui émanent parfois d’éditeurs de guides touristiques. Le carnet de voyage est donc bien un outil marketing qui vend le voyage et l’évasion. C’est justement grâce à ces notions d’exotisme, d’ailleurs rêvé et de vacances que le carnet de voyage se retrouve dans de nombreuses campagnes publicitaires ou placardées sur des affiches qui vendent le voyage, en oubliant le carnet. L’image résume alors le tout, le carnet ; c’est un raccourci plutôt rapide mais efficace : seule l’image du paradis sublimé reste synonyme de carnet de voyage. Cette représentation des clichés « vahinés » de Cythère et du nouvel Eden des vacances s’est abstraite de tout lien avec le reportage et avec la réalité du monde. Par contre, les notions d’authenticité, d’artisanat et d’humanité qualifient « le carnet » lorsque celui-ci est mis en avant dans l’affiche publicitaire à travers l’illustration et le croquis manuel. La séduction de l’image artistique est au cœur de cet engouement pour le carnet de voyage.

         Qu’apporte le carnet de voyage à l’expérience du voyage ? Comment les agences de tourisme et les éditeurs touristiques se servent-ils de l’image « Carnet de voyage » ? Comment la créativité du carnet de voyage est-elle détournée au profit du tourisme et d’un marketing de l’authentique ? A travers trois notions « carnet », « voyage » et « carnet de voyage » comment se tissent les liens avec le marketing touristique ? En quoi serait-il une niche expérimentale de la communication touristique ?

         Aussi en réponse à « la relation de séduction et d’enchantement » (Winkin, 1998) qu’est le tourisme, le carnet de voyage offrirait toutes les caractéristiques pour en faire son outil de valorisation marketing, voir son médium afin de promouvoir une autre vision du tourisme et du voyage plus authentique et proche de l’Autre. Le carnet de voyage valorise-t-il une expérience touristique enrichie ou un « parcours imposé » pour le touriste ? Ce genre éditorial est-il concurrence ou complémentarité du guide touristique ? Favorise-t-il l’exotisme ou la quête initiatique ?


[1]les études sur la communication touristiques sont rares : Jaworksi/Pritchard (2005), Luger (2000), Boyer et Viallon (1994) font partie des quelques exceptions.

[2]tels que uniterre.com, carnetsvoyages.free, expedia.fr, blog-de-voyage.fr, abm.fr, (Le) routard.com…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage audio-visuel et de la promotion de « l’authentique »

Un médium pour valoriser le voyage ou le tourisme « authentique »

Sur support DVD, la collection Exploration Aventure de dix carnets de voyage audio-visuels édités par Gédéon Programmes propose de suivre un artiste en voyage qui élabore son carnet au fil du périple. Elle nous permet d’appréhender à la fois cette autre façon de voyager et une expressivité des lieux au prisme de la mobilité de l’artiste et de la gestation de son œuvre. Selon la quatrième de couverture du DVD : « Six illustrateurs-voyageurs parcourent et dessinent le monde…Carnets de voyage nous invitent à découvrir un pays à travers le regard, les croquis, dessins et aquarelles, d’un reporter-dessinateurs. Une découverte loin des sentiers battus et une invitation personnelle au voyage avec pour guide l’œil de l’artiste nomade ». La valorisation des lieux touristiques comme la cité d’Angkor à travers le regard et le trait de Bertrand de Miollis se veut témoignage et voyage vécu « hors des sentiers battus » du touriste classique : l’artiste reporter préfère découvrir les alentours du site inscrit au patrimoine de l’humanité que de parcourir le heut-lieu touristique afin d’éviter de tomber dans les clichés du touriste. Il mentionne cependant la cité comme un lieu admirable à ne surtout pas manquer. D’après la présentation du DVD, la rencontre et l’inattendu sont surtout valorisés : « Des trésors architecturaux d’Angkor aux marchés animés de la capitale Phom Penh, l’illustrateur Bertrand de Miollis nous fait découvrir quelques facettes méconnues du « pays du sourire. Les Cambodgiens n’ont rien perdu de leur légendaire hospitalité malgré les épreuves endurées ». Aussi comment ne pas céder à l’appel du haut lieu touristique qui illustre d’ailleurs la couverture du DVD ? Nous pourrions alors nous demander quel est l’enjeu prescriptif du carnet de voyage ? Serait-il une référence pour le voyageur ? Cette collection se démarque par son originalité éditoriale comme « reportage sur un artiste en voyage » et non comme guide touristique à finalité marketing. Elle rejoindrait la notion d’« écotourisme » ou de « voyage ou tourisme authentique » qui offre pourtant des atouts marketing au voyage personnalisé et « customisé » tel que le reflète si bien le carnet autobiographique du voyage, mémoire artistique et intime du périple. Le voyage personnalisé dans lequel le participant s’implique et devient actif par sa démarche créative, donc attentif au monde, est la promesse de rencontres authentiques donnée par le voyagiste. Des agences de voyage telles que Atalante ou Orients voyages l’utilisent comme outil de communication et propose des voyages pour initier à la réalisation d’un carnet de voyage à travers des ateliers de pratique artistique animés par un artiste-carnettiste.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, niche marketing pour l’édition du tourisme

Le carnet de voyage est une niche marketing pour le guide de voyage et expérimente des cibles de l’édition du tourisme

L’édition de tourisme et de voyage optimise leur collection et développe une offre sur Internet[1]. Le secteur éditorial du tourisme, notamment des guides, est un marché très compétitif qui se porte bien en 2007 et cible donc sur les destinations hors des sentiers battus et des collections à la conception originale ciblée sur les désirs des lecteurs qui font des excursions à la journée, des séjours courts dans des villes européennes en prenant le temps de profiter de leurs passions plutôt qu de consommer le plus de visites possibles. Ainsi, Hachette propose les collections intitulées « Evasion en ville » et « Evasion en France » et Gallimard vise le guide pratique avec « Géoguide » et « Spiral » dans le style magazine. Le succès des « city-guides » correspond à une forte demande qu’illustre le succès de la collection « Cartoville » de Gallimard, soit 84 % de progression de 2005 à 2007 ; elle s’ouvre d’ailleurs à des villes moins connues comme Dubaï ou Tanger. « Le Guide Vert » de Michelin suit la vague d’engouement vers les destinations citadines, tout comme la collection « Wallpaper City » de Phaïdon qui cible sur le design et l’art. Par ailleurs, les destinations hors des sentiers battus sont en constante augmentation chez les éditions Marcus, reconnues comme pionnières avec Cuba, le Yémen et la Colombie, puis chez « Le petit futé » avec plus soixante-dix titres de destinations ciblées. Lonely planet pousuit dans cette veine avec des destinations telles que l’Algérie, les Canaries et Israël et les territoires palestiniens. D’autres choisissent la carte du régionalisme comme les éditions Ouest-France, Edisud ou Mondéos. Nous remarquons que la même tendance est perceptible du côté des carnets de voyage qui ont inauguré, avant le guide de voyage, les destinations ciblées, hors des sentiers battus, comme Cuba, le Laos, le Cambodge, l’Algérie qui est le sujet de quatre carnets de voyage sortis entre 2007 et 2009. Le régionalisme tourné vers le tourisme vert a eu ses heures de gloire avec les collections naturalistes et notamment la collection des « Carnets du littoral » [2]. Le carnet de voyage, version guide patrimonial pour valoriser le tourisme régional est toujours d’actualité dans le style « le carnet citadin » sur les villes françaises, suite à des commandes éditoriales réalisées par les offices de tourisme ou les municipalités[3]. De plus, certains illustrateurs de carnets de voyage, comme Alain Bouldouyre ou Florine Asch, ont aussi illustré des guides touristiques, en 2001, de la collection «Vacances secrètes » de l’éditeur Arthaud : Rome et sa région, illustré par Florine Asch, L’Ecosse et sa région, Moscou et sa région et Berlin et sa région, illustrés par Alain Bouldouyre. La tendance actuelle de l’édition du carnet de voyage s’oriente vers les carnets de voyage régionaux ou de villes ; elle suit ainsi l’édition du guide touristique marqué par un engouement pour les destinations de type week-end prolongé, plutôt citadins et de proximité, sur le modèle de l’édition du guide touristique, phénomène renforcé récemment par la crise économique.

Ainsi, le carnet de voyage serait bien une niche et expérimenterait les cibles de l’édition du tourisme. Voyageurs hors-normes, les carnettistes recherchent l’authenticité et l’originalité, sources de créativité et donc ouvrent, sans s’en douter, vers « les niches du tourisme». De plus, leur créativité dans le domaine de l’objet-livre peut initier des thèmes originaux : par exemple, Hachette a publié Paris énigmes, Jeux de pistes et énigmes à Paris, Paris 0…d’autant plus que certains carnettistes sont directeurs artistiques d’entreprises culturelles ou de communication dans la vie professionnelle et s’inspirent donc de leurs goûts dans leur travail. En 2009, plusieurs guides se sont inspirés du carnet de voyage dans un esprit de créativité et de renouveau du guide classique : «Ouest-France» lance la collection « Autour de » qui associe un auteur et un peintre qui croisent leur regard notamment sur Perros-Guirec, Phaidon étoffe sa collection sur le design et l’art, Dakota se tourne vers le livre-objet avec Intramuros sur des idées de balades, Lonely Planet s’intéresse aux lieux de tournage avec Destination et un portrait de ville à travers des citations et la rencontre de personnalités dans  En bonne Compagnie, Le Petit Futé mise sur le jumelage guide et DVD, pour sa collection « Country guide », et le Guide du Routard, sur la collection « G’palémo », regroupant des carnets dessinés de scènes de la vie quotidienne pour pouvoir communiquer sans frontières de langues. L’éditeur Jean-Louis Pagès de Solilang propose depuis 2006 l’angle original de l’exploration du quotidien d’un pays étranger propre au carnet de voyage ; pour lui « l’aventure au coin de la rue, même si la rue est au bout du monde ». Mais qu’adviendra-t-il du carnet de voyage, au regard du « tourisme face à la crise »[4], touché par une baisse de 10 % en décembre 2008 qui s’est répercutée par un recul de 2% des ventes de guides de voyage? Toutes les maisons d’éditions se recentrent en effet sur le tourisme régional français et sur le tourisme citadin. Un ouvrage hybride, issu autant du carnet de voyage que du guide touristique, intitulé Ma Bretagne autour de Perros-Guirec de Dominique Corbasson, est paru en avril 2009 chez l’éditeur «Ouest-France». Il allie la découverte originale d’un itinéraire en fonction du moyen de locomotion (à pied, à vélo et en bateau), la peinture à travers soixante-dix œuvres à l’acrylique et un contenu informatif de conseils pratiques (tels que les restaurants, les plages, les marchés, les indications de mouillage…) apparentés au guide touristique. Preuve en est que le carnet de voyage influence l’édition du guide touristique qui se doit d’innover en temps de crise économique dans le tourisme.


[1]  Voir l’article intitulé « Tourisme », Libre Hebdo, 29 février 2008, Supplément au n°723.

[2]     Des dessinateurs naturalistes et les collections de carnets de voyage dès 1991

[3]     Le carnet de voyage, version guide patrimonial pour valoriser le tourisme régional

[4]     Voir l’article intitulé « Le tourisme face à la crise», Libre Hebdo, 13 mars 2009, Supplément au n°768.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts