Carnet au musée, un outil de médiation : de l’exposition à la pratique artistique

Le carnet, qu’il soit de patrimoine ou de voyage, est un outil de médiation des collections muséales et un outil pédagogique pour les services éducatifs de musées. Entre autres exemples, les carnets naturalistes et les carnets d’architecture semblent avoir une place de choix dans les musées parisiens en cette rentrée 2016 : de l’exposition de carnets patrimoniaux à la pratique artistique, la médiation « du voir au faire » rend le visiteur acteur de ses découvertes dans le lieu de médiation des savoirs que représente le musée.

1. Carnets naturalistes : le cabinet d’histoire du Muséum d’histoire naturelle de Paris

  • Exposition Précieux velins : trois siècles d’illustration naturaliste, du 28 septembre 2016 au 2 janvier 2017 : la collection des vélins du Muséum compte près de 7000 illustrations représentant fleurs et animaux. L’art et la science se partage ce patrimoine exceptionnel qui traduit l’importance de l’observation et de la description dans les sciences de la nature. La technique est invariable : une représentation à l’aquarelle ou à la gouache sur une peau de veau mort-né.
  • Exposition Orchidées sur vélins, jusqu’au 4 décembre 2016 : pour la première fois, sous la forme de reproductions l’intégralité des représentations d’orchidées peintes du 17e au 19e siècle conservées dans la collection des vélins du Muséum.
  • Exposition Aventures botaniques en Orient jusqu’au 12 septembre : les herborisations réalisées depuis Pitton de Tournefort au début du 18e siècle jusqu’à Théodore Monod, en passant par la Campagne d’Egypte enrichirent notre connaissance de ces flores lointaines et permirent la réalisation de nombreux herbiers.

2. Carnets d’architecture : la pratique du dessin d’architecture (à partir de 17 ans) à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris.

  • Carnet de voyage: ponctué d’illustrations du dessinateur Jerémy Soheylian, ce livret est conçu comme un carnet de voyage afin de découvrir l’ouevre de Viollet-le-Duc, fondateur du Musée des monuments français ainsi que sa technique de dessin.
  • Le dessin d’architecture, axes, proportions, lumière : Eric de Fontenay, Professeur de dessin, aider à appréhender la construction d’un dessin d’architecture avec ses axes , ses proportions et ses nuances à partir des oeuvres et maquettes de la galerie des moulages et de la galerie d’architecture moderne et contemporaine.
  • Dessiner l’architecture : le dessinateur Jérémy Soheylian invite à explorer les différentes façons d’aborder le dessin d’architecture, avec le regard du peintre d’une part et avec celui de l’architecte d’autre part.
  • Croquis et portraits : Charles Szlakmann, ancien dessinateur – portraitiste au journal Le Monde propose un stage pour saisir par le dessin l’expression du visage et le mouvement des corps, grâce à un travail sur le trait et les ombres en s’inspirant de la statuaire du musée.

Voir la collection Carnets de croquis urbain. Eyrolles, 2016 : Dessiner l’architecture : trucs et techniques pour dessiner sur le vif de Gabriel Campanario.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Une palette de carnets de voyage, de reportage, de patrimoine et de mobilité

Extrait de la deuxième partie de thèse de Doctorat intitulée « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique » (790 pages et corpus de 800 titres). sous la direction de M. Le Professeur Lancien, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, équipe de recherche GRESIC-MICA (EA 44 26), réalisée en quatre ans de 2005 à 2009  (mention « Très honorable avec félicitations à l’unanimité du jury).

Au carrefour des influences artistiques, des arts graphiques aux arts plastiques, mais aussi des types d’albums ou d’ouvrages illustrés, le carnet de voyage connaît un réel engouement tant de la part des artistes illustrateurs que des lecteurs à la quête de nouveautés. Il offre une palette de regards sur le monde et sur l’Autre qui révèle la richesse et la variété de ce médium, apparu il y a plus d’une  vingtaine d’années, dans le monde de l’édition. Cet album oscille entre le guide touristique et le livre d’art et cherche une voie originale dans le monde du livre et de l’édition. A travers un inventaire de quelque six cents carnets de voyage, non répertoriés comme tel dans les bases de données, et au fil des neuf années de Biennale, j’ai pu appréhender l’étendue thématique des sujets abordés par le carnet de voyage qui s’intéresse autant au voyage lointain qu’au voyage proche. Des caractéristiques ont pu en être dégagées, d’une part concernant les regards portés sur l’environnement et le monde et d’autre part l’inscrivant dans le genre du reportage graphique.

A travers une géographie à la fois vécue et perçue, le rayonnement thématique du carnet de voyage est étendu : le regard sur un pays, l’inventaire de la nature, la médiatisation des expéditions scientifiques, la mémoire patrimoniale en architecture et en archéologie, la valorisation du tourisme régional. Quel que soit le style de voyage, maritime, expédition polaire, voyage au long cours, l’expérience sur le terrain et l’étude de l’espace sont les fondements de la démarche du géographe ou de l’ethnologue carnettiste qui étudie l’espace à travers une géographie vécue et perçue au fil de la diversité culturelle. Les dessinateurs naturalistes fondent aussi leur science sur l’observation du terrain en dressant l’inventaire illustré de la nature afin de sensibiliser à la préservation de la biodiversité. Les carnettistes illustrateurs naturalistes voyagent à la quête des beautés naturelles et publient leurs carnets naturalistes dans des collections qui ont émergé dans l’édition à partir de 1991. Les naturalistes animaliers ont une préférence pour l’Afrique Australe et l’ornithologie est la spécialité plus répandue grâce au carnet d’observation. La médiatisation des expéditions scientifiques de chercheurs se fait à travers le journal de bord en ligne qui fait dialoguer les arts avec les sciences et qui diffusent les expéditions culturelles, anthropologiques et d’aventure ainsi que les expéditions environnementales d’enfants. Certains carnets de voyage contemporains se tournent vers l’architecture et l’archéologie afin de sensibiliser les lecteurs au patrimoine à travers les relevés d’architectes. Le carnet d’esquisse des architectes se présente sous la forme d’un carnet d’idées, de rough et de projets, parfois sous la forme d’un carnet de recherches expérimentales et graphiques. Des célèbres carnets de Le Corbusier, à propos de son Voyage d’Orient  vers Constantinople, aux projets d’architecture des jeunes architectes diplômés, le carnet de voyage semble avoir des émules. En effet, quelques carnettistes illustrateurs sont architectes et valorisent notamment le patrimoine urbain. Quant aux archéologues, leur carnet de fouille peut s’avérer un carnet de voyage, comme c’est le cas pour J.C. Golvin. Décliné comme un guide patrimonial, il valorise ainsi le tourisme régional et offre un intérêt marketing évident pour le monde de l’édition. D’ailleurs le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’humanité, qui s’inscrit dans la filiation du carnet de pèlerin, jouit d’un engouement éditorial.

La palette thématique du « reportage graphique » de voyage se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D.-reportage, carnet de dessin de presse, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition. Ainsi, comment caractériser chacun d’eux ? Les nomme-t-on carnet de voyage ou carnet de reportage ? Chacun des carnets a son langage, voire son médium iconographique propre : dessin, photographie, vignette et phylactère, dessin humoristique…Quels sont les points communs avec le carnet de voyage ? Seraient-ils des sous-genres du carnet de voyage ? Les chroniques, les journaux intimes et les carnets de guerre, inspirés du livre de raison de l’histoire familiale, se situent en effet aux limites du genre « carnet de voyage » puisque Renefer, Otto Dix et Mathurin Méheut laissent le témoignage poignant de la guerre des Tranchées, qui oscille entre la chronique et le journal intime illustré. Law Lariston, sous l’Occupation, et les carnets de déportés offrent une autre vision de l’horreur. Par ailleurs, comment situer l’album photographique de voyage par rapport au carnet de voyage ? C’est bien difficile dans la mesure où, pour le Prix de la Biennale du carnet de Clermont-Ferrand, ce type d’album n’a pas été accepté contrairement à ceux qui présentaient des techniques mixtes d’iconographie. Néanmoins, c’est le Prix Kodak organisé par La société des explorateurs français qui auraient lancé le terme « Carnet de voyage » en 1969. La tendance « Scrapbooking », destinée à  personnaliser l’album, s’inscrit-elle dans la filiation du carnet de voyage ? Comment qualifier le travail plastique de Peter Beard qui a fait connaître ses « diary » en France lors d’une exposition en 1996 au Centre national de la photographie ? Identifié comme le précurseur du carnet de voyage avec son art du collage, de la photographie au photomontage, Peter Beard livre pourtant une vision originale du genre. Les peintres photographes, tels que Tony Soulié, ou photographes voyageurs, comme Sylvain Tesson, trouvent-ils leur voie artistique dans le genre carnet de voyage ? D’autres photographes préfèrent dialoguer avec un aquarelliste et offrent un livre d’artiste qui croise deux regards. Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée et à travers le carnet de voyage. En effet, la B.D.-reportage est lancée avant le carnet de voyage, au début des années 80, et récemment redécouverte avec l’exposition rétrospective « BD Reporters » à Beaubourg. La plupart des dessinateurs reporters ont vécu, de 1990 à 2000, une dizaine d’années de succès qui ont ouvert la voie au carnet de voyage. La bande dessinée d’actualité et de reportage social a acquis sa reconnaissance depuis le festival d’Angoulême en 2004 l’attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. Quant au dessin de presse, il permet un regard critique sur la différence culturelle que Cabu, Patrick Chapatte et Wolinsky rehaussent d’un trait d’humour. Les carnets de voyage « reportage », signés de journalistes, soulignent l’actualité géopolitique et brûlante, notamment au Moyen-Orient, et dénoncent les conflits contemporains. La valeur du témoignage et la violence portée par le dessin donne alors une dimension particulière aux carnets qui rappelle celle des carnets de guerre. Les carnets engagés de reportage social, de mission ou d’expédition sont ethnographiques ou sociologiques et utilisent l’art du portrait pour favoriser la rencontre avec l’autre. Leur dimension peut être éducative s’ils favorisent la découverte des institutions politiques ou des missions humanitaires comme les « carnets de mission ». Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, en déployant sa palette de tons, ouvre à une vision plurielle et multiforme du monde et de l’ailleurs. Sa désinvolture formelle et sa liberté d’expression soufflent d’un vent de créativité sur le monde de l’édition.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet naturaliste pour l’étude de l’environnement et des écosystèmes

Des carnettistes illustrateurs naturalistes qui voyagent et publient leur carnet de voyage

Les naturalistes carnettistes ou illustrateurs naturalistes contemporains les plus renommés sont publiés dans la collection de référence « Carnets naturalistes » chez Nathan à partir de 1991 : Serge Nicolle, Jean Boutin, Denis Chavigny, Denis Clavreul, Eric Alibert, Patryck Vaucoulon, Alan Johnston, et Benoît Perrotin. A la suite de ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire, Denis Chavigny se spécialise en ornithologie avec la publication de trois ouvrages à partir de 2001. Quant à Denis Clavreul, il est conseiller scientifique et graphique pour la réalisation d’encyclopédies et de guides d’écologie dès 1989. Illustrateur, il participe à de nombreux ouvrages pédagogiques pour la protection de l’environnement dont huit carnets naturalistes et une douzaine d’expositions depuis 1980 en Europe. Après Serge Nicolle en 1991, pour l’Amazonie, et Denis Chavigny en 1994, pour la Loire, il est aussi à l’origine des premiers carnets de naturalistes toujours édités chez le même éditeur Nathan : Carnets naturalistes à la pointe de Bretagne avec Yvon Guermeur, en 1995. Depuis il publie chez Gallimard : Carnet du littoral : la Corse en 1995, Carnet de Tanzanie et Carnet du Lubéron en 1996 et Pour une Loire vivante en 1998 Magie d’Afrique en 2001 sur la faune et la flore africaine de Tanzanie, et récemment deux carnets chez Gallimard Loisirs dans la collection Carrés de jardin:  Les jardins ouvriers en 2006, Les jardins de Villandry en 2005.

Patryck Vaucoulon effectue des missions scientifiques sur l’île de Crozet dans l’Antarctique entre 1979 et 1981 pour étudier les manchots royaux, puis il effectue de nombreux voyages dans le Grand Nord : Scandinavie, Groenland, Canada, Spitzberg. Après l’exercice de son métier d’enseignant de sciences naturelles à Madagascar, il est retourné récemment aux Terres australes et antarctiques françaises : il a dessiné alors les manchots dans Voyage en aquarelle, de la terre Adélie aux Kerguelen chez l’éditeur grenoblois Libris en 2004. Eric Alibert, aquarelliste naturaliste reconnu, est auteur de quatre carnets de voyage naturalistes dont tout récemment en 2007 Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque chez Somogy. Alan Johnston, artiste naturaliste de terrain depuis vingt-cinq ans, est auteur-illustrateur de six ouvrages comptes-rendus de plusieurs expéditions scientifiques : en Nouvelle Guinée pour la botanique et en Afrique pour l’ornithologie. Quant à Eric Alibert, il publie des carnets en 1996 chez Nathan Carnets naturalistes autour du Mont-Blanc avec Daniel Ariagno et Jean-François Desmet et en 2000 Carnets naturalistes en Provence et en 2006 Carnet de voyage dans le Caprivi : Namibie, de l’Okavango aux chutes Victoria chez Slatkine et en 2007 Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque  chez Somogy.

Les expéditions en Amazonie ont motivé la publication de carnets de voyage. En 1992, l’Amazonie, haut lieu de la végétation tropicale et de la luxuriance, devient un sujet de prédilection de carnettistes naturalistes. Ainsi, Mario Carelli réalise chez Gallimard-Jeunesse   A la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence , une chronique de 1826 à 1829 d’un jeune peintre niçois sur l’expédition scientifique du baron de Langsdorf, patronnée par le tsar Alexandre 1er le long du fleuve Amazone. En 2002, s’est déroulée l’expédition Jules Verne de la traversée de l’Atlantique en voilier à la découverte des Açores, de l’Amazonie, de la Guyane et de la Martinique. Un carnet de voyage en rend compte chez Equinoxe : L’expédition Jules Verne à bord du trois mâts Belem  de Jean-Christophe Jeauffre et de Michel Bez. Le carnet de voyage de Claudie Baran intitulé Carnet d’Amazonie (Flammarion, 2004) est centré sur l’expédition d’une ethnologue dans le territoire des indiens Korubo, placée sous l’égide de la Fondation nationale de l’Indien du Brésil (FUNAI en 1996). Mêlant nervures de feuilles, écorces et insectes collectés aux expressions picturales ou photographiques, ce carnet livre la beauté envahissante et angoissante de la forêt tropicale. Cette année, un carnet de voyage du naturaliste Eric Alibert vient de paraître sur la préservation de la biodiversité en Amazo

Des naturalistes ornithologues et leurs carnets d’observation

A la suite de l’illustre Jean-Jacques Audubon[1], le grand peintre des oiseaux qui publie de 1827 à 1839 Birds of America, composé de 435 planches gravées et colorées qui restituent détail et comportements, l’Anglais John Gould a réalisé quelques milliers de plaques lithographiques d’oiseaux entre 1831 et 1881 qui l’ont amené à voyager en Asie, en Australie et vers les Indes Orientales. Il est l’auteur de The birds of Great Britain[2] qui couvre cinq volumes édités de 1862 à 1873.

Trois naturalistes ont pris pour spécialité l’ornithologie : Alan Johnston, Denis Chavigny et le Canadien Robert McLellan Bateman. Alan Johnston est un artiste naturaliste de terrain depuis vingt-cinq ans, auteur – illustrateur de six ouvrages. Il a participé à plusieurs expéditions scientifiques en Nouvelle Guinée pour la botanique et en Afrique pour l’ornithologie. Il publie des carnets en 1996 La baie du Mont-Saint-Michel chez Gallimard-Jeunesse (Carnets du littoral) en 2000 chez Nouveaux loisirs Au pays des cigognes noires : carnet de voyages d’Alan Johnston puis en 2001 Carnets d’un naturaliste en Normandie (Val d’Orne)  chez Nathan. A la suite de ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire, Denis Chavigny se spécialise en ornithologie avec la publication de trois ouvrages à partir de 2001 chez Delachaux et Nestlé en 2001 Un jour, un oiseau : mille croquis de terrain et L’album des oiseaux d’Europe et  en 2003 Le carnet de l’ornithologue : France, Suisse, Belgique. Quant à Robert McLellan Bateman, il est doté d’une double formation de naturaliste au Royal Ontario Muséum de Toronto et d’artiste avec le peintre Schaefer qui lui permet d’enseigner les arts et la géographie dans le secondaire. A travers l’art, il défend la cause écologiste partout dans le monde. Il s’oppose notamment à l’exploitation forestière et à la pêche intensive, messages manifestes dans ses peintures. Ses ouvrages témoignent de son engagement pour l’écologie et pour l’ornithologie : Portraits of nature en 1985, Thinking like a mountain en 2000 et Birds en 2002.

Les premiers carnets naturalistes pour sensibiliser à la préservation de la biodiversité

Le breton Mathurin Méheut, l’autre précurseur du carnet de voyage, commence aussi par être sensibilisé à la nature pour devenir de 1910 à 1930 un dessinateur naturaliste pour cinq publications dans lesquelles figurent ses planches : Etudes d’animaux en 1911, Encyclopédie artistique et documentaire de la plante en 1913, Etude de la mer, Flore et faune de la Manche et de l’Océan en 1913, Etude de la forêt en 1927 puis La plante exotique en 1931.

Théodore Monod, géographe, ichtyologue, géologue et ethnologue offre une « quête d’absolu » sur les 9000 Kilomètres parcourus. Reconnu au niveau international, il livre dans « Méharées » sa conception des sciences naturelles comme « connaissance systématique de notre planète et l’inventaire de ses sciences » : ichtyologie, carninologie, géologie, paléontologie, archéologie, botanique, ethnologie…Dès 1934, ses  Carnets de récoltes transcrivent sa méthode des relevés dans tous les domaines : géologie, faune, flore, étude d’objets quotidiens, vocabulaire de la langue du Tifinagh touareg…Un carnet de voyage Tais-toi et marche[1] a été édité et relate sa traversée de la Mauritanie. Il a cherché à découvrir les indices des touaregs qui leur servent à se repérer dans le désert. Les points stratégiques dessinent le chemin de l’eau autour duquel s’ordonnent la vie et l’espace nomades. Deux éléments, l’eau et le vent, créent des empreintes mobiles observables dans les ondulations du sable et les craquelures de l’argile. Elles révèlent les mouvements, le type de relief et la nature du sol qui servent à recomposer une topographie. Avec l’étude des rares végétaux, le chemin souterrain de l’eau est deviné. Ce travail à la quête de la survie fait alors la synthèse des sciences naturelles et montre que chaque peuple développe des savoirs géographies spécifiques à son environnement. L’exposition « le siècle de Théodore Monod » de 2002 au muséum national d’histoire naturelle consacre le savant[2]  de ses lieux à travers ses herbiers, ses carnets et ses cent cinquante articles.

En ce qui concerne la faune française, trois grands naturalistes, Paul Jouve, le Suisse Robert Hainard et Léon Méganck, ont publié des carnets naturalistes. Quant à Henri Fabre, il s’illustre comme entomologiste. Paul Jouve (1880-1973), peintre, sculpteur et dessinateur-illustrateur spécialisé dans l’art animalier, participe à des expositions dès l’âge de seize ans. Remarqué lors du salon des Artistes français, l’architecte Binet lui confie la décoration de la porte monumentale de l’exposition universelle de 1900. Il voyage ensuite à travers l’Europe et l’Afrique du Nord pour étudier la physionomie dans différents zoos et se passionne pour l’Extrême-Orient, Ceylan et l’Indochine. Reconnu pour pénétrer le caractère de chaque espèce animale, il a illustré les ouvrages de Kipling dont Le Livre de la jungle de Pierre Loti et Les Fables de La Fontaine.

Robert Hainard[3], graveur et sculpteur sur bois[4], se consacre, à partir de 1932, à l’observation de la nature, récapitulée dans  ses observations d’animaux dans les Cévennes et dans les Causses. Sa prise de conscience écologique sur la disparition de la nature est l’objet d’une publication en 1943 Et la nature ?. De1948 jusqu’à 1968, il multiplie alors les voyages d’étude de la faune à travers l’Europe : le loup en Tchécoslovaquie et en Laponie, les castors et les élans en Norvège et en Suède, le lynx et les bisons en Pologne, l’ours en Serbie, les chats sauvages en Yougoslavie…Macédoine, Pays de Galle, Bosnie, Angleterre, Ecosse, Belgique, Hollande…De 1968 à 1971, il voyage en Afrique orientale (Ouganda, Kenya, Tanzanie) et obtient en 1970 le titre de docteur es sciences de l’Université de Genève. Il part en Islande en 1976 et en Inde en 1977. Son ouvrage Les mammifères sauvages d’Europe fait autorité depuis plusieurs décennies et son œuvre d’illustrateur rassemble trente mille croquis de terrain puisqu’il publie plusieurs carnets naturalistes : Croquis de terrain chez Payot-Lausanne en 1975 puis Le monde sauvage de Robert Hainard chez Louvain-la-Neuve en 1988, Croquis d’Afrique en 1989 et Le cercle rouge : voyages naturalistes de Robert Hainard dans les Pyrénées avec Stéphan Carbonnaux (Hesse, 2002) et enfin Herbier alpin, herbier divin avec Stéphanie Corinna Bille et Germaine Hainard Roten (Slatkine,2004). Critiquant la croissance et la surpopulation, il prône le progrès technique pour sauvegarder la nature sauvage en diminuant la pression de l’humanité.

Léon Méganck est le tout premier naturaliste à éditer dès 1989, son carnet naturaliste intitulé Impressions radieuses dans les Alpes de lumière : le carnet d’un naturaliste en haute Provence chez Scriba à Aix-en-Provence. Très récemment, en 2004, il revient au carnet illustré mais à destination de la jeunesse, sous forme de bande dessinée-album intitulé Le maître de la taïga : la vie légendaire d’un tigre de Mandchourie. Textes adaptés d’après les récits de Nicolas Baïkov chez l’éditeur bruxellois Safran. Dès 1971-72, René Volot édite ses Carnets d’un naturaliste en 2CV[5] consacrés à sa traversée du Sahara sur les pas de Théodore Monod qui a publié de nombreux carnets de récoltes et de recherches ethnographiques conservés au Muséum d’Histoire naturelle. En 1980, les carnets naturalistes sur la nature dans différentes régions de France commencent à paraître; Henri Ulrich publie en effet ses Carnets d’un naturaliste sur l’Alsace intitulés Attentes nocturnes et Léon Meganck ses Impressions radieuses dans les Alpes de lumière sur la Haute Provence en 1989, Serge Nicolle et Jean Boutin, leurs Carnets d’un naturaliste en Camargue en 1991, Denis Chavigny, ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire en 1994.

Jean-Henri-Casimir Fabre écrit ses premiers souvenirs entomologiques[6] publiés en 1878 et organise des excursions botaniques au Mont Ventoux et se lie d’amitié avec le philosophe anglais John Stuart-Mil pour un projet sur la flore du Vaucluse. Précurseur de l’éthologie, la science du comportement animal et humain, cet «observateur inimitable», selon Darwin, voua sa vie à l’étude des insectes. Ses deux ouvrages sont disponibles : Souvenirs entomologiques : études sur l’instinct et les mœurs des insectes chez Sciences Nat en 1985 et Souvenirs d’un entomologiste : 1823-1915 chez Balland en 1986.


[1]     Tais-toi et marche : journal d’exploration – El Ghallaouya-Arafane-Chingetti de 1953 à 1954, Théodore Monod, Actes Sud, 2002 (archives privées).

[2]     Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception, Rolland Billard et Isabelle Jarry, Editions du Muséum national d’histoire naturelle, 1997.

[3]     Robert Hainard, chasseur au crayon. Stéphane Carbonnaux. Editions Hesse, 2006.

[4]     Il rentre à l’Ecole des Arts industriels de 1921 à 1926.

[5]     réédité par Le Coudray-Macouard, 2006 (Les inestimables).

[6]     Le fonds Fabre, de 1866 à 1873, est consultable au Musée d’Avignon, Esprit Requiem ; naturaliste avignonnais qui fit don au musée de l’intégralité de ses collections.

 


[1] Il est le symbole de l’écologie américaine ; « The Audubon Sociéty » est créée en 1886, ce dont témoigne le muséum qui lui est consacré à Nantes.

[2]     Extrait de cent quarante lithographies dans l’ouvrage intitulé Les Oiseaux d’Europe de John Gould John Gould. Bibliothèque de l’image, 2000.

nie : Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque (Somogy, 2007).

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts