Du croisement des langues et de l’anthropologie : le carnet interculturel

Nous avons lancé un séminaire de formation de deux jours, les 1er et 2 décembre 2023 sur le carnet interculturel. Il s’agissait de valoriser le cMOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire » publié sur la plateforme COURSERA. Il a été organisé dans le cadre des 50 ans de l’UPLEGESS, association des enseignants de langues des Grandes Ecoles, et de la manifestation bordelaise « Carnet de voyage, une écriture du monde » lancée par Lettres du Monde.

L’objectif était d’initier, de former et de mener une réflexion collective sur les enjeux de l’interculturel à partir du MOOC et des usages du carnet interculturel qui applique la démarche ethnographique mais aussi l’ethno-fiction en reformulant une expérience personnelle.

Le MOOC propose de croiser le récit de vie et le carnet de voyage afin d’amener au carnet interculturel et repose sur le croisement des disciplines universitaires des Langues & Cultures et de l’Anthropologie. C’est bien le propos de ce séminaire de formation intitulé « Rencontrer l’Autre dans un monde écartelé : de la conception du carnet de voyage à la transformation en carnet interculturel ». Nous avons évoqué en quoi la créativité et la pratique médiatique ou des arts visuels (en faisant réaliser un carnet personnel) facilitent la réflexion sur l’interculturel.

La journée du vendredi 1er décembre a été consacrée à la présentation de la réflexion pédagogique et le samedi 2 décembre a ciblé la mise en pratique, à partir d’un atelier intitulé « langues, ethno et créativité » avec un artiste, de la découverte des carnets de voyage présentés lors de la manifestation bordelaise à l’espace DARWIN et des échanges de points de vue. Ci-joint le programme détaillé sur le site de l’UPLEGESS.

Des prolongements ont été envisagés en lien avec le cMOOC, notamment la constitution d’une communauté de carnettistes interculturels et des liens possibles vers le 10e Prix universitaire du carnet de voyage (université de Clermont-Ferrand).

Pour approfondir :

Pour prolonger le séminaire, sera conseillée la lecture des publications de l’anthropologue François Laplantine, chercheur rattaché à l’unité de recherches (EA 44 26) MICA, Médiations, informations, Communication, Arts de l’université Bordeaux Montaigne.

LAPLANTINE François, La description ethnographique, Editions Nathan, 1996.

LAPLANTINE François, Je, nous et les autres : être humain au-delà des apparencesParis, Le Pommier, 1999.

LAPLANTINE François, NOUSS Alexis, Métissages : de Arcimboldo à Zombi, Pocket Agora, n°395, octobre 2016.

LAPLANTINE François, Penser le sensible, Pocket Agora, 2018.

ARGOD, Pascale, « Vers une communauté d’apprentissage : le carnet de voyage, outil d’évaluation de la mobilité », Actes du colloque international Education à la mobilité, ESPE de Caen, Université de Caen Normandie, les 23-24 novembre 2017, éditions Lambert-Lucas, décembre 2022.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Colloque EUTIC 2023 : cMOOC pour créer son carnet interculturel

Lors de la 18e Conférence internationale EUTIC 2023 sur le thème “Humanisme numérique et durabilité sociale” organisée par le MICAICIN à l’université Bordeaux Montaigne du 11 au 13 octobre 2023, nous avons été honorées de communiquer au sujet de notre MOOC. 

Titre de la communication : cMOOC pour créer son carnet interculturel : connectivisme et design thinking pour s’initier au « regard éloigné »

Le cMOOC intitulé « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire » (l’Institut Mines Télécom et la Fondation Drahi, sur COURSERA), a permis d’envisager la pratique médiatique et artistique et les méthodes visuelles pour l’apprentissage en ligne. L’apprenant retrace et interroge en même temps son expérience d’apprentissage linguistique et des découvertes culturelles, dans un carnet où textes et images, sons et vidéos se combinent. Il s’agit d’expérimenter et d’initier la production d’un carnet à vocation interculturelle qui engage un questionnement. Il fédère une communauté d’apprenants réalisant un « carnet interculturel ». Aussi, nous souhaitons expliciter en quoi la création de cet écosystème numérique d’apprentissage, qui repose sur le design thinking et le connectivisme, faciliterait la réflexion sur l’interculturel et la rencontre de l’autre, convergence d’intérêts de toute mobilité, et une formation au « regard éloigné » (Lévi-Strauss).

Comment « regarder loin » vers des cultures en devenant apprenant du MOOC ?

Mots clés: e-learning, interculturel, connectivisme, design thinking, pédagogie de projet

Teaser à découvrir

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Prix universitaire international du carnet de voyage

L’Université Clermont Auvergne et l’Association « Il Faut Aller Voir » ont lancé le 9ème Prix International du Carnet de Voyage Étudiant. Ouvert à toutes les personnes inscrites dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, ce concours unique offre une opportunité de retranscrire une expérience vécue lors d’un voyage permettant aux participants de laisser libre cours à leur sens de l’observation et à leur créativité.

Les carnets de voyage peuvent résulter d’un voyage personnel, d’une mobilité à l’étranger type Erasmus, d’un voyage d’études ou encore d’un déplacement dans le cadre d’un engagement. Les carnets de voyage doivent être réalisés en format « papier », les formats numériques ne seront pas acceptés. Les participant·e·s sont libres de choisir la ou les langues utilisées. La·e lauréat·e du Prix du Carnet de Voyage Étudiant recevra un prix de 500 € et sera invité·e à la cérémonie de remise de prix lors du prochain Rendez-vous International du Carnet de Voyage le 17 novembre 2023.

https://www.uca.fr/actualites/toutes-les-actualites/8eme-prix-international-du-carnet-de-voyage-etudiant

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Parution “Identités, inclusion et mobilités”

L’ouvrage intitulé « Identités, inclusion et mobilités en contextes éducatifs et professionnels », publié aux éditions Lambert-Lucas, est issu du colloque international « Éducation à la mobilité », organisé à l’INSPE de Caen les 23 et 24 novembre 2017 en clôture d’un partenariat stratégique Erasmus+. Il s’agit d’interpeler le concept de mobilité sous un angle pluridisciplinaire.

Ma contribution à l’ouvrage est intitulée « Compétences mobilitaires et carnet de voyage : vers une communauté d’apprentissage.

La manifestation culturelle et artistique du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand devient le lieu privilégié d’échange de savoirs mobilitaires consignés dans les carnets, donc de médiation de l’éducation à la mobilité. Elle favorise l’émergence d’une communauté de pratique et d’apprentissage du tourisme créatif. A partir du témoignage des primés du Prix universitaire international du carnet de voyage Etudiant mais aussi de voyageurs participants à stages de carnets de voyage à l’étranger proposés par des artistes carnettistes ou des touristes créatifs réunis par cette manifestation (21500 visiteurs), il s’agit de circonscrire l’éveil à l’altérité et les apprentissages informels à travers le médium du carnet de voyage et comprendre comment il retentit sur le voyage. En quoi l’usage d’un carnet de voyage est-il essentiel à la circulation de savoirs qu’il autorise, en partageant une expérience intime ? Des enquêtes menées auprès de différents niveaux carnettistes ou touristes créatifs – ceux qui encadrent (les experts), ceux qui font (les amateurs) et ceux qui découvrent (les novices) – explicitent la mise à distance du regard et l’émancipation identitaire mais aussi la circulation des apprentissages « hors-cadres ».

Le dispositif ERASMUS a, depuis une génération d’étudiants, porté cette idée d’éducation par le voyage et mobilise les enseignants pour ouvrir l’école sur une éducation aux voyages dont le carnet de voyage serait le passeport «sans frontières». C’est la mémoire vive de cet apprentissage informel, devenu apprentissage formel sous l’impulsion de prix, scolaire depuis 2001 et universitaire depuis 2012. La narration de la spatialité dans le carnet de voyage semble une compétence primordiale du rendu de l’expérience du voyage, qu’elle se manifeste à travers l’itinéraire parcouru ou la mise en forme de l’image. Cet apprentissage sensible de la spatialité et de la créativité au fil de la mobilité ouvre de nouvelles perspectives éducatives comme « méthode visuelle en SHS » qu’expérimente l’ESPE d’Aquitaine dans le cadre d’une formation semestrielle au carnet de voyage numérique dédiée aux étudiants en mobilité internationale. L’analyse du panel de ces productions ouvre de nouvelles pistes de recherche à investir dans le champ de l’éducation aux voyages et à la mobilité plus largement.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Une palette de carnets de voyage, de reportage, de patrimoine et de mobilité

Extrait de la deuxième partie de thèse de Doctorat intitulée « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique » (790 pages et corpus de 800 titres). sous la direction de M. Le Professeur Lancien, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, équipe de recherche GRESIC-MICA (EA 44 26), réalisée en quatre ans de 2005 à 2009  (mention « Très honorable avec félicitations à l’unanimité du jury).

Au carrefour des influences artistiques, des arts graphiques aux arts plastiques, mais aussi des types d’albums ou d’ouvrages illustrés, le carnet de voyage connaît un réel engouement tant de la part des artistes illustrateurs que des lecteurs à la quête de nouveautés. Il offre une palette de regards sur le monde et sur l’Autre qui révèle la richesse et la variété de ce médium, apparu il y a plus d’une  vingtaine d’années, dans le monde de l’édition. Cet album oscille entre le guide touristique et le livre d’art et cherche une voie originale dans le monde du livre et de l’édition. A travers un inventaire de quelque six cents carnets de voyage, non répertoriés comme tel dans les bases de données, et au fil des neuf années de Biennale, j’ai pu appréhender l’étendue thématique des sujets abordés par le carnet de voyage qui s’intéresse autant au voyage lointain qu’au voyage proche. Des caractéristiques ont pu en être dégagées, d’une part concernant les regards portés sur l’environnement et le monde et d’autre part l’inscrivant dans le genre du reportage graphique.

A travers une géographie à la fois vécue et perçue, le rayonnement thématique du carnet de voyage est étendu : le regard sur un pays, l’inventaire de la nature, la médiatisation des expéditions scientifiques, la mémoire patrimoniale en architecture et en archéologie, la valorisation du tourisme régional. Quel que soit le style de voyage, maritime, expédition polaire, voyage au long cours, l’expérience sur le terrain et l’étude de l’espace sont les fondements de la démarche du géographe ou de l’ethnologue carnettiste qui étudie l’espace à travers une géographie vécue et perçue au fil de la diversité culturelle. Les dessinateurs naturalistes fondent aussi leur science sur l’observation du terrain en dressant l’inventaire illustré de la nature afin de sensibiliser à la préservation de la biodiversité. Les carnettistes illustrateurs naturalistes voyagent à la quête des beautés naturelles et publient leurs carnets naturalistes dans des collections qui ont émergé dans l’édition à partir de 1991. Les naturalistes animaliers ont une préférence pour l’Afrique Australe et l’ornithologie est la spécialité plus répandue grâce au carnet d’observation. La médiatisation des expéditions scientifiques de chercheurs se fait à travers le journal de bord en ligne qui fait dialoguer les arts avec les sciences et qui diffusent les expéditions culturelles, anthropologiques et d’aventure ainsi que les expéditions environnementales d’enfants. Certains carnets de voyage contemporains se tournent vers l’architecture et l’archéologie afin de sensibiliser les lecteurs au patrimoine à travers les relevés d’architectes. Le carnet d’esquisse des architectes se présente sous la forme d’un carnet d’idées, de rough et de projets, parfois sous la forme d’un carnet de recherches expérimentales et graphiques. Des célèbres carnets de Le Corbusier, à propos de son Voyage d’Orient  vers Constantinople, aux projets d’architecture des jeunes architectes diplômés, le carnet de voyage semble avoir des émules. En effet, quelques carnettistes illustrateurs sont architectes et valorisent notamment le patrimoine urbain. Quant aux archéologues, leur carnet de fouille peut s’avérer un carnet de voyage, comme c’est le cas pour J.C. Golvin. Décliné comme un guide patrimonial, il valorise ainsi le tourisme régional et offre un intérêt marketing évident pour le monde de l’édition. D’ailleurs le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’humanité, qui s’inscrit dans la filiation du carnet de pèlerin, jouit d’un engouement éditorial.

La palette thématique du « reportage graphique » de voyage se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D.-reportage, carnet de dessin de presse, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition. Ainsi, comment caractériser chacun d’eux ? Les nomme-t-on carnet de voyage ou carnet de reportage ? Chacun des carnets a son langage, voire son médium iconographique propre : dessin, photographie, vignette et phylactère, dessin humoristique…Quels sont les points communs avec le carnet de voyage ? Seraient-ils des sous-genres du carnet de voyage ? Les chroniques, les journaux intimes et les carnets de guerre, inspirés du livre de raison de l’histoire familiale, se situent en effet aux limites du genre « carnet de voyage » puisque Renefer, Otto Dix et Mathurin Méheut laissent le témoignage poignant de la guerre des Tranchées, qui oscille entre la chronique et le journal intime illustré. Law Lariston, sous l’Occupation, et les carnets de déportés offrent une autre vision de l’horreur. Par ailleurs, comment situer l’album photographique de voyage par rapport au carnet de voyage ? C’est bien difficile dans la mesure où, pour le Prix de la Biennale du carnet de Clermont-Ferrand, ce type d’album n’a pas été accepté contrairement à ceux qui présentaient des techniques mixtes d’iconographie. Néanmoins, c’est le Prix Kodak organisé par La société des explorateurs français qui auraient lancé le terme « Carnet de voyage » en 1969. La tendance « Scrapbooking », destinée à  personnaliser l’album, s’inscrit-elle dans la filiation du carnet de voyage ? Comment qualifier le travail plastique de Peter Beard qui a fait connaître ses « diary » en France lors d’une exposition en 1996 au Centre national de la photographie ? Identifié comme le précurseur du carnet de voyage avec son art du collage, de la photographie au photomontage, Peter Beard livre pourtant une vision originale du genre. Les peintres photographes, tels que Tony Soulié, ou photographes voyageurs, comme Sylvain Tesson, trouvent-ils leur voie artistique dans le genre carnet de voyage ? D’autres photographes préfèrent dialoguer avec un aquarelliste et offrent un livre d’artiste qui croise deux regards. Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée et à travers le carnet de voyage. En effet, la B.D.-reportage est lancée avant le carnet de voyage, au début des années 80, et récemment redécouverte avec l’exposition rétrospective « BD Reporters » à Beaubourg. La plupart des dessinateurs reporters ont vécu, de 1990 à 2000, une dizaine d’années de succès qui ont ouvert la voie au carnet de voyage. La bande dessinée d’actualité et de reportage social a acquis sa reconnaissance depuis le festival d’Angoulême en 2004 l’attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. Quant au dessin de presse, il permet un regard critique sur la différence culturelle que Cabu, Patrick Chapatte et Wolinsky rehaussent d’un trait d’humour. Les carnets de voyage « reportage », signés de journalistes, soulignent l’actualité géopolitique et brûlante, notamment au Moyen-Orient, et dénoncent les conflits contemporains. La valeur du témoignage et la violence portée par le dessin donne alors une dimension particulière aux carnets qui rappelle celle des carnets de guerre. Les carnets engagés de reportage social, de mission ou d’expédition sont ethnographiques ou sociologiques et utilisent l’art du portrait pour favoriser la rencontre avec l’autre. Leur dimension peut être éducative s’ils favorisent la découverte des institutions politiques ou des missions humanitaires comme les « carnets de mission ». Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, en déployant sa palette de tons, ouvre à une vision plurielle et multiforme du monde et de l’ailleurs. Sa désinvolture formelle et sa liberté d’expression soufflent d’un vent de créativité sur le monde de l’édition.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts