Le carnet de l’artiste en voyage : l’art du carnettiste du terrain à l’atelier

L’art du carnettiste du terrain à l’atelier : du croquis à la diffusion éditoriale

Le carnet de voyage est fonction du voyage, du regard de l’artiste-voyageur et du rendu artistique du voyage qui est un déplacement et qui nécessite une pratique artistique adaptée au contexte. Au-delà du regard porté sur le pays et de l’apport à la connaissance d’une culture, le carnet de voyage semblerait se résumer à son rendu iconographique, celui d’un déplacement dans l’espace, voire d’un regard sur le voyage, défini comme un parcours initiatique vers l’Autre et vers la différence. Ainsi, nous pourrions nous demander si le carnet de voyage peut être considéré comme une création de l’esthétique pour traduire « la poétique du voyage » et s’il peut être envisagé comme le témoin des valeurs symboliques d’une civilisation pour transmettre une vision projetée. En effet d’après Ernst Gombrich[1] : « Le peintre ne fixe pas ce qu’il voit mais ce qu’il sait d’une réalité » (regard social et culturel) et  « L’art n’existe pas ; seuls les artistes existent, il faut passer par l’intermédiaire de la culture pour découvrir le Beau ». De plus, le métissage artistique de l’image traduit la vision métissée du voyage, le collage est la technique la plus courante, c’est à dire une composition artistique obtenue par la juxtaposition d’éléments hétérogènes par leur source ou leur nature. Il sert l’hybridité du carnet de voyage, produit du croisement de deux éléments de genre et d’espèce différents. Mais le carnet de voyage n’est qu’une vision de l’ailleurs et de l’errance parmi d’autres manifestations en arts plastiques ou réalisations artistiques[2]. Les notions complexes, qui oscillent entre l’ailleurs imaginé, projeté, fantasmé, et le déplacement physique ou le cheminement intellectuel, sont propices à la création artistique nourrie par les voyages  sous toutes leurs formes. Les artistes contemporains redécouvrent-t-ils, avec la peinture sur le motif, l’art en plein air prôné par les aquarellistes anglais et les impressionnistes ? En fait, au-delà de l’introduction d’éléments naturels dans la création, la nature elle-même est objet d’inspiration et d’interventions sur et dans le paysage. En fait, plus que le voyage lui-même, l’exotisme serait porteur de créativité parce que la confrontation à d’autres repères géographiques et culturels change le mode de pensée et le regard de l’artiste. Il retranscrit autant la vision du monde, son regard bouleversé sur le monde, que le bouleversement de sa perception et le changement intérieur. L’artiste majorquais Miquel Barcelo, de renommée internationale[3], fait de son installation voyageuse, une « pirogue-atelier », le cœur de sa création à la découverte du fleuve Niger qu’il remonte vers le Nord-Est sur mille quatre cent kilomètres. Son atelier voyageur lui permet de réaliser de nombreux carnets de voyage, qui signent son œuvre. Cependant, plus qu’un carnet de voyage, c’est le voyage qui devient œuvre d’art puisque l’atelier-pirogue est le support artistique du voyage.

Pour saisir le temps et métamorphoser l’instant de l’esquisse (pendant le voyage) le rough est indispensable à la réalisation du carnet de voyage qui retrace un périple vécu. Formés à technique du rough, la plupart des carnettistes ont commencé comme « roughman », anglicisme qui définit l’homme du croquis, le virtuose du dessin en agence de communication ou de publicité. Le rough semblerait un pré-requis professionnel car il transcrit l’effet visuel d’une campagne de publicité sur des boards ou planches à dessin avec des croquis destinés à proposer un projet au client. Si l’agence est sélectionnée par ce dernier, le créatif se sert du travail « en rough » pour dessiner la campagne et changer de style en fonction du produit et des idées du directeur artistique. La plupart des carnettistes comme Cathy Beauvallet, Elsie Herberstein, Damien Roudeau, Troub’s, Simon, par exemple, se servent au quotidien de carnets de croquis, d’esquisses ou d’études qui permettent d’exercer continuellement cette aptitude et de prendre en notes graphiquement ou visuellement des idées.

Les deux temps, celui du terrain et celui de l’atelier, peuvent se compléter mais aussi s’exclure. Certains carnettistes, privilégiant le rough en voyage, évitent de retoucher leur création ultérieurement afin de préserver ainsi la valeur de témoignage, chère à leur déontologie de voyageur et d’artiste qui vit le voyage comme le processus de la démarche artistique. Pour eux, l’art du carnet de voyage s’exerce le temps du voyage et se termine avec lui : tels que Cathy Beauvallet, Jean-Loup Eve, Elsie Herberstein, Giancarlo Iliprandi, Philippe Lorin, Reno Marca, Bertrand De Miollis, Damien Roudeau… D’autres préfèrent revenir sur leur création en atelier pour prolonger les bénéfices de l’ailleurs avec la distance critique, le filtre de la mémoire et la maturité du voyage qui changent et métamorphosent l’artiste dans sa créativité : Stefano Faravelli, Gildas Flahault, Cloé Fontaine, Geneviève Hué, Sophie Ladame, Simon, Gwenaëlle Trolez…Leur travail créatif s’accompagne de lectures, de recherches, de réflexions pour approfondir le regard du voyageur, le regard de l’artiste se situant dans le prolongement de celui du voyageur. L’artiste offre alors l’expression différée de ses impressions de voyage. Pour eux, deux temps sont indispensables : celui de la captation du réel et de l’extériorité lors du voyage, ensuite, celui de l’imprégnation et de l’intériorité en atelier qui offre alors l’œuvre d’art. Ses deux démarches semblent ouvrir le genre sur deux notions différentes du temps et de la gestation de l’œuvre : l’immédiateté ou la durée. Les premiers se situent dans la lignée des dessinateurs-reporters et du reportage graphique mais aussi des photographes ; ils estiment que la perception et le rendu se doivent d’être au plus proche de l’authenticité du vécu, alors que les seconds se nourrissent de l’héritage des peintres et des plasticiens qui métamorphosent leurs impressions et leur ressenti pour se sentir au plus proche de la sincérité de leur création et de leur interprétation artistique à partir du réel.


[1] Chercheur en historien de l’art et Directeur l’Institut Warburg de Londres en 1959, il occupe la chaire d’Histoire de la Tradition classique de l’Université de Londres en 1959. Il fut anobli en 1972 et reçut l’ordre du mérite en 1988 ainsi que de nombreuses récompenses et distinctions internationales. Son ouvrage « Histoire de l’art » est paru en 1986 chez Flammarion ; il est l’ auteur d’une douzaine d’ouvrages d’histoire de l’art traduits en français.

[2] Visions de l’ailleurs. Dir. Dominique Berthet. L’Harmattan, 2009 ; Figures de l’errance. Dir. Dominique Berthet. L’Harmattan, 2007.

[3] Ses oeuvres exposées dans différents musées français (CAPC de Bordeaux, musée des Arts Décoratifs de Paris, Centre Georges-Pompidou, musée du Jeu de Paume, Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence) et dans de nombreuses autres galeries et musées américains et européens.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Soumission pour publication : un historique du carnet de voyage

Souhait de publier sous la forme d’un ouvrage illustré de fonds iconographiques de musées  ou de la BNF (Estampes) la première partie de ma thèse de Doctorat « Aux origines du carnet de voyage : la rencontre des sciences de l’homme et des arts » (200 pages)

Il s’agit de définir et de circonscrire le genre éditorial de ce que l’on entend par « carnet de voyage », c’est à dire une production à la croisée des genres. En effet, l’édition actuelle offre un panorama très large qui parfois se situe aux limites du récit, de la littérature de voyage et de l’autobiographie, du guide touristique et du documentaire, de l’album photographique et du livre-objet création esthétique…Ainsi, il m’a semblé opportun de dresser, dans une première partie, une recherche historique aux origines de l’ethnographie et aux sources de l’oeuvre picturale à travers l’esquisse. Elle semble bien approprié au sein des recherches menées par le laboratoire IMAGINES sur la culture visuelle mais aussi sur les mutations, les médiations et les objets culturels. Le carnet de voyage est lié à l’histoire de l’ethnographie et donc de la discipline de l’ethnologie-anthropologie mais aussi au voyage d’exploration (XVIe siècle) ou de formation artistique et humaniste (XVIIe siècle). Dépendant de l’histoire du livre d’artiste et de l’esquisse de l’œuvre picturale, l’héritage est marqué par des peintres illustres dont certains ont une vision ethnographique de l’ailleurs (Delacroix et Gauguin). Le genre prend naissance avec « le livre imagé » et « le livre d’artiste » qui ouvrent réciproquement sur l’illustration et l’art du collage aux sources des arts graphiques. De nombreuses tendances artistiques innovantes du XXIe siècle et fort diversifiées formeraient le creuset d’un art d’expérimentation en arts plastiques (le mouvement Fluxus, notamment) et lanceraient les prémisses du carnet de voyage, comme œuvre d’art à part entière ; les recherches historiques relient donc le creuset anthropologique à l’histoire de l’art, de l’art pictural aux arts graphiques et plastiques et posent la problématique du genre entre création artistique et production documentaire.

Aussi pour mener ce travail d’enquête historique sur l’histoire du carnet de voyage, j’ai consulté les bases documentaires en ligne des bibliothèques et des musées, mon sujet relevant autant du livre que des arts graphiques. Situer l’objet dans sa dimension historique a permis de vérifier les ébauches de caractéristiques sémiologiques. Cette enquête historique m’a semblé apporter une valeur scientifique à une définition de cet album, qui se dérobait au fil des nouveautés éditoriales, de plus en plus innovantes et surtout hybrides. Les anthologies de Farid Abdelouahab m’ont permis de cerner quelques auteurs illustres –explorateurs, aventuriers ou artistes– et d’en découvrir d’autres au fil des recherches. J’ai essayé de mener mon travail en complémentarité du sien et d’apporter des éléments nouveaux. Aussi j’ai omis volontairement certains des exemples qu’il cite pour essayer d’en découvrir d’autres et d’axer mon propos de manière chronologique et donc à partir d’une histoire de l’art du carnet de voyage. J’ai essayé de circonscrire le sujet par d’autres approches afin de situer le genre dans une vision globale, historique et culturelle, de l’image fixe de type « illustration de l’ailleurs » et de définir certains enjeux historiques, techniques et culturels qui permettent d’appréhender l’engouement ou le désintérêt, fluctuant au fil de l’histoire, pour le genre lié au voyage d’exploration, à l’art pictural et aux arts graphiques ainsi qu’aux évolutions du livre. Ainsi, mes approches historiques et sémiologiques ont été les suivantes : la diffusion livresque des découvertes scientifiques, les carnets des naturalistes voyageurs à la quête de spécimens botaniques ou zoologiques, les voyages d’exploration au XXe siècle liés à la naissance de l’ethnologie-anthropologie, la source de l’œuvre picturale et les techniques artistiques, les caractéristiques des premiers carnets de voyage de peintres, l’apogée du « livre imagé », l’illustration et l’art du pittoresque, la naissance du reportage géographique, les prémisses de l’album de voyage, la naissance du livre d’artiste, les mouvements artistiques du XXe siècle, de l’art du collage des dadaïstes à l’art hétérogène du Pop-Art, la place de certains peintres ou illustrateurs contemporains aux limites du genre, les héritages de la littérature viatique (récit de voyage illustré) mais aussi des photographes voyageurs. Les deux ouvrages généraux sur l’image que sont le Dictionnaire de l’image, publié sous la direction de Françoise Juhel et sous la coordination de Francis Vanoye (Vuibert, 2006), et le Dictionnaire mondial de l’image, publié sous la direction de Laurent Gervereau (Nouveau monde éditions, 2006), m’ont été d’une aide précieuse pour compléter ou vérifier les recherches que j’avais commencées afin d’éviter d’oublier une étape dans la chronologie culturelle.

Esquisse du plan (détaillé dans la thèse) :

Chapitre 1 : Aux origines ethnographiques du voyage

1.1. La diffusion livresque des découvertes scientifiques et leur incidence sur le genre

1.2. Les origines lointaines du carnet et de l’ethnologie-anthropologie

Chapitre 2 : Aux sources artistiques du carnet de voyage

2.1. De l’oeuvre picturale : esquisses et inspiration

2.2. Caractéristiques et spécificités des six premiers « carnets de voyage » de peintres illustrés

2.3. Naissance du « livre imagé » sur le voyage au XIXe siècle pour « voir » l’ailleurs

2.4. Aux prémisses de l’album de voyage

Chapitre 3 : Du livre d’artiste au témoignage du voyage

3.1. Le livre d’artiste, oeuvre d’art selon les mouvements artistiques du XXe siècle

3.2. Des livres d’artistes ou des carnets de voyage ?

3.3. Sur la route, rendre compte du voyage, des héritages de la littérature vers l’image : du métissage des arts visuels et des lettres.


 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts