Le carnet de voyage musical

Plusieurs projets pédagogiques ont émergé depuis peu autour du carnet de voyage musical en vue de l’éducation artistique et culturelle (EAC). La formation nationale “Chantons l’opéra de 3 à 18 ans” au PREAC Opéra des ministères de l’éducation nationale et de la culture des 30 – 31 janvier et 1er févier 2019, qui s’est déroulée à l’Opéra de Bordeaux, a initié de nombreux projets collectifs de création vocale afin de développer la sensibilité et la pratique artistique de l’enfant, comme le préconisent les instructions officielles sur “Le développement du chant choral à l’école” (BOEN n°5 du 31 janvier 2019). Aussi, nous semble t-il opportun de récapituler les projets autour du carnet de voyage musical, à la fois comme genre artistique mais aussi comme outil pédagogique pluridisciplinaire et inter arts au service de l’EAC dans les 1er et 2e degrés d’enseignement.

En partenariat avec l’Opéra de Bordeaux, le programme départemental de l’Action Culturelle de l’Education Nationale du Lot et Garonne a initié en 2014-2015 le projet Sur les traces de Marco Polo, mis en scène et écrit par Sally Galet. Les conseillers pédagogiques que sont Carole Maso, Lise Micheloni, Sylvie Pénidon et Frédéric Solbes ont lancé l’action afin de développer une pratique artistique de création dans l’un des domaines suivants : Education musicale : pratique du chant choral et polyphonique,  improvisations vocales, Arts visuels : découverte de matériaux, travail en volume pour la réalisation d’objets scéniques, Danse : danse avec les autres, pour les autres ; traduction corporelle d’un récit. De façon générale, vivre une expérience artistique et humaine unique en rencontrant des musiciens et une plasticienne et en se produisant avec eux dans de véritables salles de spectacle, face à un public, dans des conditions quasi-professionnelles. https://www.sallygalet.com/sur-les-traces-de-marco-polo

A Aulnay-sous-Bois, le CREA, Centre de création vocale et scénique, a réalisé un opéra pour enfant intitulé Marco Polo et la Princesse de Chine, d’Isabelle Aboulker sur un livret de Christian Eymery. Avec l’expérience de Didier Grojsman, la mise en scène est époustouflante : https://www.lecrea.fr/spectacles/marco-polo-et-la-princesse-de-chine/. Le livret de la chorale est disponible pour les classes : http://blog.ac-versailles.fr/euterpe/public/Chorale/livret.pdf ou  http://www.amadeus974.re/dossiers/livret_opera_marco_polo-acteurs.pdf

A Nantes, la Folle Journée 2019 est consacrée aux “Carnets de voyages” et à tous ces compositeurs qui ont créé des œuvres intemporelles à l’occasion de leurs voyages. À toutes les époques, les compositeurs en quête de nouveaux langages se sont aventurés sur des terres étrangères pour intégrer dans leur création nombre d’éléments puisés dans d’autres cultures. Mozart à Paris et à Prague, Haydn à Londres, Liszt et Berlioz parcourent l’Italie, Mendelssohn voyage en Angleterre et en Italie. Des compositeurs italiens affluent vers Paris, tels que Cherubini, Spontini, Rossini, et bouleversent l’histoire de l’Opéra. Le voyageur infatigable qu’était Saint-Saëns se montre fasciné par l’Orient : Orient et Occident Grand Marche pour Grande Harmonie, Op. 25. D’autres compositeurs contemporains grands voyageurs sont à redécouvrir à travers le prisme de la source inspiratrice de leurs voyages : http://www.follejournee.fr/new/theme-2019-carnets-de-voyage

Carnet de voyage d’Edouard Fouré Caul-Futy est une émission sur France Musique diffusée en 2016 en compagnie des ethnomusicologues à la découverte des cultures musicales les plus surprenantes à travers le monde entier. Soit presque une cinquantaine de carnets de voyage musical à écouter : https://www.francemusique.fr/emissions/carnet-de-voyage

Orients, spectacle et concert musiques du monde : infatigables voyageurs sur les routes des musiques orientales – de la Méditerranée jusqu’aux confins de l’Asie, Emmanuelle Troy et Luc Girardeau, réunis sous le nom de Trans-Eurasiens, se font les ambassadeurs et les passeurs de traditions aussi magnifiques que mal connues. https://arkhan-asso.com/spectacle-vivant/orient-s/

De nombreuses activités pédagogiques sont proposées pour la classe en ateliers de pratique artistique par l’association Ar’khan localisée sur Bordeaux : https://arkhan-asso.com/interventions-pedagogiques/ateliers-art-et-cinema-creation-video/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage sonore : l’intermédialité du genre

Du carnet de voyage sonore : première intermédialité du genre

            Le premier carnet musical a été réalisé en 1994 par Yvon Le Corre, professeur de dessin de Titouan Lamazou, à destination des enfants : Irlande : les demeures du grand souffle (Gallimard-Jeunesse, 1994) accompagné d’un CD de musique irlandaise de Per Tallec. Ensuite cette mélodieuse idée ne réapparaît que dix ans après, en 2004, avec Eric Roux-Fontaine qui voyage aux sources gitanes à partir des textes et des musiques de Thierry « Titi » Robin et de Sergio G. Mondelo pour le carnet intitulé Rajasthan (Editions du Garde-temps, 2004). Pendant trois ans, Philippe Lansac et Laurent Granier ont parcouru 120 000 km et traversé vingt-hui  pays de Paris à Tokyo qu’il relate dans leur ouvrage Paris-Tokyo : carnet de route (Ed. Garde-Temps, France Bleue, 2004) et dans leur carnet de route sonore, sous la forme d’un CD audio, composé d’interviews et de sons, bruits, musiques, captés tout au long de la route. La même année, Muriel Lameignère, styliste – désigner, avait exposé son carnet d’opéra où l’imaginaire voyage au son de la partition de La flûte enchantée de Mozart. Depuis 2001, le compositeur Bruno Letort s’inspire du voyage et de la ville mais c’est en 2004 dans Ea(s)t (Sonagramme, 2004)qu’il rend compte de ses multiples voyages, sources de collectes sonores, et de rencontres plurielles aux gré des pérégrinations en Russie, en Biélorussie, en Ukraine et en Slovénie. Retraçant un voyage le long de la Volga, jusqu’à la ville de Saratov ce périple multimédia, réunit des pièces musicales (pour quatuor à cordes et field recording) et des documents photographiques. En 2008, la musicologie indienne a inspiré un autre voyage dans le Nord de l’Inde, objet d’un récit de voyage à travers le raga : Au rythme du raga : de Calcutta à Bombay de Philippe Puget et de Marc Ingrand (Bachari, 2008) qui est accompagné d’un CD d’enregistrements de concerts. Bruno Blum est parti, quant à lui, sur la piste du reggae en Jamaïque au fil des montages, des tournages vidéo ou de la production de disques (Ad. Scali, 2007). Nadine Marchal, plasticienne créatrice de tissus, et Stanislas Pierrel, guitariste et compositeur, ont eu l’idée originale d’un carnet bilingue autour du monde (Mali, Etats-Unis, Russie, Mauritanie, Cuba…) composé des textes de chansons, des entretiens des autochtones rencontrés agissant pour la protection de l’environnement et d’un CD musical : Graines de rencontres, Seeds of encounters (Bichromia-Armonia, 2007).

            L’ouvrage Un opéra pictural : Aichi 2005, Urbicande 2004, Portrait d’Axel Wappendorf 2003 de François Schuiten, Benoît Peeters, Bruno Letort (Editions du Point d’exclamation, 2006) regroupe la scénographie imaginée pour l’exposition universelle d’Aichi en 2005 et le Portrait d’Axel Wappendorf, une série de croquis sur les machines fantastiques imaginées par le savant. Le DVD contient le film de S. Bucher réalisé sur Urbicande et des oeuvres musicales diverses dont le Portrait d’Axel Wappendorf. Cet album – CD – DVD – intermédia intutilé « Opéra pictural » ouvre sur l’inter arts et inaugure une collection de sept titres publiés par l’éditeur Point d’exclamation en 2006 et 2007 qui croisent l’image dessinée avec la musique. A la marge du carnet de voyage, en combinant photographies et sons, l’album photographique et multimédia Mégalopoles d’Isao Tanaka, Charles René, Julie Heath et Valérie Anisimov (Editions du point d’exclamation, 2007) est un ouvrage innovant issu de la collaboration de cinq artistes de domaines différents (photographie, vidéographie, illustration, scénographie et musique). Le carnet musical est réalisé par Bruno Letort qui retranscrit les impressions sonores de cinq mégalopoles revisitées à des moments simultanés (New-York, Londres, Paris, Moscou, Bombay et Tokyo); la composition musicale repose sur les éléments sonores urbains en fonction du décalage horaire de chaque ville, en quelque sorte des « cartes postales sonores » illustrées par les images de l’album intitulé La fièvre d’Urbicande de Schuitten.

            D’autres médias s’emparent du genre, en version reportage, comme l’émission radiophonique intitulée Aux détours du monde sur Radio-France réalisée par Sandrine Mercier qui a consacré un de ces enregistrements aux carnets de voyage. Très pionnière, elle a lancé en 2009 un concours du Carnet de voyage sonore d’une durée de dix minutes organisé par Radio France, Allibert, la société Courrier international-Ulysse et la société Place des éditeurs éditrice des guides Lonely Planet. Ce « carnet de voyage sonore » s’inscrit dans une interactivité avec l’auditeur : « À votre disposition toutes les ressources de la création radiophonique : reportage, bruitage, ambiance… Votre seul objectif est de nous prendre par les oreilles pour nous faire découvrir un pays, une région, une ville, des gens et surtout de nous faire rêver dans notre fauteuil ». Depuis 2010, le site Voyages Libération.fr a relancé cette initiative sous l’impulsion de Fabrice Drouzy.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts