Le carnet de voyage, un outil d’apprentissage et de recherche

Publication de l’article intitulé « Le carnet de voyage, un outil d’apprentissage et de recherche ». Pascale Argod, Revue InterCDI, n°254, mars-avril 2015.
http://intercdi.com/post/2015/03/30/Revue-N%C2%B0254

L’outil pédagogique « carnet de voyage » se décline selon quatre objectifs (recherche, professionnalisation, inspiration créative et éveil), qui parfois convergent, en fonction du niveau de mise en pratique et du point de vue de l’auteur qu’il soit chercheur, étudiant, artiste ou élève. Ainsi, l’outil de formation devient carnet de terrain, carnet d’apprentissage, carnet d’esquisse ou carnet album pour la jeunesse.
1- Pour le chercheur, le carnet de terrain et de recherche
2- Pour l’étudiant, le carnet d’apprentissages ou de professionnalisation
3- Pour l’artiste, le carnet d’esquisses ou d’inspiration créative
4- Pour la jeunesse, le carnet album ou d’éveil
De plus en tant que le genre éditorial il se définit comme intermédia et hybride, du livre d’artiste aux écrans, parfois de reportage ou de patrimoine. C’est l’ensemble de ces déclinaisons que propose d’illustrer l’ouvrage « L’art du carnet de voyage » édité par Gallimard – Alternatives et sorti lors 15e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand le 14 novembre 2014.

La revue InterCDI est la revue professionnelle des centres de documentation et d’information des établissements scolaires à destination des professeurs – documentalistes (CAPES de Documentation) : http://intercdi.com/

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets scientifiques, carnets de terrain et de recherche

Corpus de carnets scientifiques, de carnets de terrain, de recherche et de voyage : 

1- Carnets d’ethnologue et d’anthropologie :

HUET Karin, LAMAZOU Titouan. Onze lunes au Maroc : chez les Berbères du Haut-Atlas. Gallimard, 2012.

HUET Karin, LAMAZOU Titouan. Sous les toits de terre : éléments d’architecture traditionnelle et décoration picturale dans l’habitat berbère des hautes vallées. Ed. De Faucompret, 1988.

HUET Karin, LAMAZOU Titouan. Un Hiver berbère. J. Laffitte, 1990

LEVI-STRAUSS Claude. Saudades do Brasil. Paris : Plon, 1994 (réédité en2008)

MALAURIE Jean. Ultima Thulé. Paris : Bordas, 1990.

MALAURIE Jean. Les derniers rois de Thulé. Plon,1995.(Terre Humaine)

MONOD Théodore. Tais-toi et marche : journal d’exploration – El Ghallaouya-Arafane-Chingetti de 1953 à 1954. Paris : Actes Sud, 2002. (archives privées)

VICTOR Paul-Emile, ROBERT-LAMBLIN Joëlle. La civilisation du phoque.Volume 1, Jeux, gestes et techniques des Eskimaux d’Ammassalik. Armand Colin, R. Chabaud, 1989.

VICTOR Paul-Emile, ROBERT-LAMBLIN Joëlle. La civilisation du phoque. Volume 2, Légendes, rites et croyances des Eskimo d’Ammassalik. R. Chabaud, Armand Colin, 1993.

Carnets de Paul-Emile Victor : http://www.paulemilevictor.fr/chapitre10_fr_22.html

VICTOR Paul-Emile. Paul-Emile Victor, voyage(s) d’un humaniste : dessins, croquis et autres doudlinges. édition de Daphné Victor. Ouest-France, 2006.

2- Carnets d’archéologue et de paléontologie :

ADAM Catherine introduction Jean-Pierre Adam, photos Denis Rebord. Dans le sable de Saqqara. Catherine Adam. Editions Reflets d’ailleurs, 2012

CHUNIUAUD Kristell avec la contribution de Mathieu Carlier, aquarelles de Catherine Adam. Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand : carnet de fouille archéologique à Trémonteix. Kristell Chuniaud. Editions Reflets d’ailleurs, Ed. de l’INRAP, 2012

DELORD Philippe. Alexandrie : sur les pas de Louis-François Cassas. Nouveaux Loisirs – Gallimard, 2001.

DELORD Philippe. textes Christine Demillier. Regards croisés sur Chypre : sur les pas de Louis-François Cassas., Nouveaux Loisirs – Gallimard, 2004.

FLAO Benjamin, BUIGUES Bernard. Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions.. Glénat, 2002.

3- Carnets d’architecte et de paysagiste :

COSTE Pascal. Pascal Coste : toutes les Egyptes. Paris : Parenthèses, 1998.

COSTE Pascal, ARMOGATHE Daniel (Dir.), LEPRUN Sylviane (Dir.). Pascal Coste ou l’Architecture cosmopolite. Paris : L’Harmattan, 1990.

D’AUNAY Arnaud. Vauban, génie maritime. Arnaud D’Aunay. Gallimard loisirs, 2007.

JACQUES Annie. Les dessins d’architecture du XIX e siècle. Paris : Inter-Livres, Bibliothèque de l’Image, 1995.

JACQUES Annie, MIYAKE Riichi. Les dessins d’architecture de l’école des beaux-arts. Paris : Arthaud, 1998.

LAPRADE Albert. Architectures de France : à travers les croquis d’Albert Laprade. Edition Lagarde. Berger-Levrault, 1981.

LAPRADE Albert. Architectures de la Méditerranée : à travers les croquis d’Albert Laprade. édition Roger Bezombes. Berger-Levrault, 1983.

LAPRADE Albert. Les rues de Paris à travers les croquis d’Albert Laprade : édition augmentée de 12 planches. Berger-Levrault, 1995.

LAPRADE Albert. Les carnets d’architecture d’Albert Laprade. préface Vincent Barré. Kubik ed. , 2006

LAPRADE Albert. Les carnets d’architecture de la Méditerranée. Kubik ed., 2008

LE CORBUSIER. Le voyage d’Orient. Parentheses, 1987

RABEAU Daniel. Les dessins d’architecture au XVIII e siècle. Paris : Inter-Livres, Bibliothèque de l’Image, 2001.

TOMAS F., MERLIN B. Jean-Michel Dalgabio : Lyon, Athènes, Constantinople : les dessins du voyage de 1843. Saint-Etienne : Publications de Saint-Etienne, 2002. (Centre d’études foréziennes)

Fonds « Le Corbusier » ou « Charles-Edouard Jeanneret »(1887-1965) à la bibliothèque Chaux-de-Fonds de la ville de Lausanne depuis 1965

http://www.chaux-de-fonds.ch/services/bibliotheques-old/pages/pages/Fonds/LC.htm

http://www.chaux-de-fonds.ch/services/bibliotheques-old/pages/pages/Fonds/AJ.htm

Fonds « Albert Laprade» de la Cité de l’Architecture Chaillot et des Archives nationales à Paris : http://archiwebture.citechaillot.fr/awt/fonds.html?base=fa&id=FRAPN02_LAPAL_fonds-260

http://daf.archivesdefrance.culture.gouv.fr/sdx/ap/fiche.xsp?id=DAFANCH00AP_403AP

4- Carnets de botaniste et de naturaliste :

CHATELIN Yves. Audubon : peintre, naturaliste, aventurier. Paris : France-Empire, 2001.

CLAVREUL Denis. Le Mont Saint-Michel : quelques jours en été. Denis Chavanat. Equinoxe, 2010

CLAVREUL Denis. Le Mont Saint-Michel : quelques jours en hiver. Denis Chavanat. Equinoxe, 2010

CLAVREUL Denis. Carnets de Bretagne. Denis Chavanat. Equinoxe, 2013

CLAVREUL Denis. L’Agriate. Denis Chavanat. Albiana, 2014

DARWIN Charles (trad Ed. Barbier). Voyage d’un naturaliste autour du monde : fait à bord du navire Le Beagle de 1831 à 1836. Paris : La Découverte, 2006. (La Découverte poche, Littérature et voyages, n°152)

DUPLESSIS. Périple de Beauchesne à la Terre de Feu (1698-1701) : une expédition mandatée par Louis XIV. Paris : Transboréal, 2003.

JOHNSTON Alan La baie du Mont-Saint-Michel. Alan Johnston. Edition Conservatoire du littoral, Gallimard jeunesse, 1996

JOHNSTON Alan Au pays des cigognes noires : carnet de voyages d’Alan Johnston. Alan Johnston. Nouveaux Loisirs, 2000

JOHNSTON Alan Carnets d’un naturaliste en Normandie (Val d’Orne). Alan Johnston. Nathan, 2001

JOHNSTON Alan The marquenterre : from summer’s last swallow to spring’s first swallow. Alan Johnston. Equinoxe, 2012

JOHNSTON Alan Le Marquenterre : d’une hirondelle à l’autre. Alan Johnston. Equinoxe, 2012.

MUSEUM D’HISTOIRE NATURELLE. Alcide d’Orbigny, un voyageur naturaliste. Paris : Nathan, Muséum d’histoire naturelle, 2002.

MUSEUM D’HISTOIRE NATURELLE. Les planches inédites de foraminifères d’alcide d’Orbigny : à l’aube de la micropaléontologie. Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 2005. (des planches et des mots)

5- Carnets de géologue et de vulcanologie :

BRONNER Georges. Guide géonautique, de la rade d’Hyères à l’Esterel. Editions Jeanne Laffitte. 2004

BRONNNER Georges. Du delta du Rhône à la rade de Toulon : guide géonautique. Editions Jeanne Laffitte. 2006

BRONNNER Georges. De la Durance aux monts de Vaucluse : le Parc naturel régional du Luberon : géoballade, du paysage à la géologie. Editions Jeanne Laffitte, 2010

GLANGEAUD Philippe. Carnets géologiques de Philippe Glangeaud de 1899 à 1929 en Auvergne. Bibliothèque universitaire de Clermont-Ferrand

http://bibliotheque.clermont-universite.fr/glangeaud/collections

LAVERNE Christine. préface Philippe Pezard, postface Bruno Goffé. Forages sous le Pacifique : carnets de bord d’une géologue. Atlentica, 2008.

6- Carnets de géographe et d’urbanisme :

CERTU, PREVEL Anaïs (dir.), réd. Anaïs Lebois, Grazia Di Blasio, Biorana Paroucheva. Desseins du Mékong : paysages urbains. CERTU, 2006.

DRESH Jean. Carnets de voyage de Jean Dresh : 115 carnets manuscrits rédigés sur le terrain entre 1934 et 1990. Université Paris 8

http://www.bibliotheque-numerique-paris8.fr/fre/notices/104696-Les-carnets-de-voyage.html

TESSON Sylvain. photographies Thomas Goisque, illustrations Bertrand de Miollis, avec la collaboration d’Olivier Desvaux. Sibérie, ma chérie. Gallimard, 2012.

7- Carnets de sociologue ou de sociologie :

Carnettistes tribulants, préface de Farid Boudjellal. Bringuebalés : carnets de mémoires d’immigrés. La Boîte à bulles, 2014

Carnettistes tribulants, préface de Coline Serreau. Paysannes : carnet de rencontres avec des femmes engagées. La Boîte à bulles, 2013

Carnettistes tribulants, préface Roger Dadoun. Vivre vieux ! : carnets de rencontres. Alternatives, 2009

ROUDEAU Damien. Villiers rebelle : carnet de rencontres à la Cerisaie. La Boîte à bulles, 2014.

ROUDEAU Damien. De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage. Silence et partage, 2006.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’archéologue : carnet de fouilles et de chantiers archéologiques

Carnet d’archéologue au carnet de fouilles et de patrimoine

Le genre éditorial, du carnet de patrimoine au carnet de voyage

L’éditeur Albin Michel Jeunesse lance en 1991 la collection pionnière de carnets de voyage intitulée Carnets du monde sur des problèmes sociaux d’actualité à destination des adolescents. Elle propose en 1992 une collection spécialisée Carnets de monde : sciences et techniques[1] coéditée avec la Cité des Sciences et de l’Industrie. Le premier titre porte sur Un archéologie en Arabie de l’auteur Vincent Charpentier et il est « dessiné sur le vif par l’illustrateur » Marc Lacaze. Paradoxalement, peu de carnets de voyage contemporains dédiés à l’archéologie sont édités, aussi, nous citerons deux titres édités par Reflets d’ailleurs[2] : Dans le sable de Saqqara de Catherine Adam qui retrace une chronique d’un chantier de fouilles archéologiques tout en offrant une approche sensible de l’Egypte et Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteixde Kristell Chuniaud qui est un carnet de fouilles préventives à vocation de formation professionnelle. Dix ans auparavant, sont publiés deux carnets diffusés à la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand : Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas de Philippe Delord (Gallimard, 2001) et Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions de Benjamin Flao et de Bernard Buigues (Glénat 2002). Philippe Delord poursuit en 2004 ses investigations sur les pas de Louis-François Cassas à Chypre : Regards croisés sur Chypre (Gallimard, 2004).

Néanmoins, loin du monde de l’édition, quelques services éducatifs de musées archéologiques s’investissent dans la réalisation d’un carnet du parcours personnalisé de l’élève à la découverte des collections. Par exemple, Cap Archéo[3], centre d’éducation au patrimoine sur l’archéologie urbaine de Bordeaux, propose des ateliers d’exploration archéologique à partir d’une enquête documentaire, de fouilles en simulation de chantier, d’activités de laboratoire et de rencontres avec des chercheurs mais aussi une opération Reporters des sciences en archéologie. Autre initiative girondine, Louvre Estuaire[4] inscrit dans la charte Adopter son patrimoine, utilise le carnet de voyage à travers ses pôles de sensibilisation au patrimoine régional : l’architecture romane de Saintonge, l’environnement des marais et la culture poitevine ou saintongeaise.

Corpus decarnets de patrimoine archéologique

Dans le sable de Saqqara. Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, 2012. « La publication d’une fouille égyptologique constitue un travail incontournable et exhaustif, destiné au monde scientifique. Le quotidien de la vie d’un chantier, comme l’environnement humain et naturel du lieu, n’y trouvent pas leur place. Le carnet de voyage, tout en illustrant les découvertes d’une manière plaisante, prolonge le regard vers les hommes au travail, l’exotisme du décor, la faune libre ou domestique et offre une approche plus sensible que ne saurait le faire le texte ou le document rigoureux du chercheur. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/carnets-voyage/poussiere-descale/dans-le-sable-de-saqqara/

Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteix. Kristell Chuniaud. Avec la contribution de Mathieu Carlier, aquarelles de Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, INRAP, 2012. « Ce carnet de fouille explique à la fois le travail de recherche des archéologues et les méthodes employées au cours de leurs interventions. Mêlant les aspects techniques au vécu du terrain, il invite le lecteur à partager le lent processus d’émergence d’un site. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/autres-collections/carnets-de-patrimoine/mille-ans-dhistoire-aux-portes-de-clermont-ferrand/

Regards croisés sur Chypre, sur les pas de Louis-François Cassas. Philippe Delord. Gallimard, 2004. Pour la seconde fois, Philippe Delord emprunte le chemin de Louis-François Cassas, dessinateur français du XVIIIe siècle. Après Alexandrie, son travail se poursuit sur l’île de Chypre où il continue sa recherche des lieux dessinés par son prédécesseur. Au travers de l’enquête menée, son carnet de voyage révèle les influences multiples qui marquent Chypre au quotidien et, derrière l’image touristique des stations balnéaires, apparaît la réalité d’une île forte de 8 000 ans de civilisations entrant dans l’épopée européenne.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Albums-hors-serie/Regards-croises-sur-Chypre

Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions. Benjamin Flao et de Bernard Buigues. Glénat, 2002. « Un ouvrage scientifique et artistique pour découvrir le mammouth Jarkov, sorti des glaces de Sibérie, et partager l’aventure et les recherches de B. Buigues […]. Bernard Buigues poursuivait une idée fixe : faire dire à Jarkov ce qu’il savait de son époque en analysant les pollens qu’il avait emportés dans sa fourrure, et reconstituer sa chaîne ADN, dans la perspective, un peu folle celle-là, de le cloner. Afin que les caméras et les appareils photo ne témoignent pas seuls au risque de déformer ou de réduire la vie quotidienne des campagnes Mammuthus en Sibérie, il a voulu qu’un illustrateur saisisse cette réalité. Il imaginait qu’un artiste la restituerait de manière plus sensible, plus profonde et plus chaleureuse aussi. Il pensait aussi qu’art et science allaient bien ensemble. Là encore, il avait rudement raison, ce livre en témoigne.»

http://voyage.glenatlivres.com/livre/carnets-de-siberie-9782723439442.htm

Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas, Philippe Delord. Gallimard, 2001. « Sur les traces de Louis-François Cassas, dessinateur voyageur de la fin du XVIIIe siècle, Philippe Delord nous fait découvrir à travers ses croquis et aquarelles toutes le sfaces cachées de cette ville mythique qu’est Alexandrie. Il revisite les monuments d’alors, ou tente d’en retrouver des fragments qu’il consigne dans ses carnets. dans le sillage de sa bicyclette, il nous entraîne au coeur de la cité et s’attache à décrire les petits métiers, les artisans ou les gentils garnements d’une ville de plus en plus vouée au tourisme et à la mondialisation. »

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Carnet-de-voyages/Alexandrie

L’héritage du carnet de photographies des missions archéologiques

Pascal-Xavier Coste (1787-1879), architecte né à Marseille[5], dirige d’importants travaux de génie civil en tant qu’architecte et ingénieur en Egypte auprès du vice-roi durant une dizaine d’années à partir de 1817. Il écrit en 1839 un ouvrage de synthèse sur l’archéologie égyptienne de la région de Memphis intitulé Monuments du Kaire[6]qui impressionne Eugène Viollet-le-Duc : « le premier, il mettait en lumière, et d’une manière assez complète, l’architecture si remarquable de cette partie de l’Orient ». Ses carnets de voyage offrent un témoignage sur la vie quotidienne autant que sur l’art islamique à travers les dessins de mosquées. Il est choisi par l’Académie royale des beaux-arts pour partir en Perse afin d’y procéder avec Eugène Flandin au relevé architectural des monuments :Tabriz, Qazvin, Téhéran, Qum, Ispahan, Persépolis et Shiraz, Bagdad, Mossoul, Alep et Beyrouth ponctuent ce périple[7] entre 1839 et 1842. Etabli durant cinq mois dans la région du Fars, il s’attache aux vestiges de Pasargades, de Persépolis, de Naqsh-i Rustam, de Naqsh-i Radjab et des environs de Shiraz ; ces relevés sont rassemblés en 1867 dans la publication de l’ouvrage Monuments modernes de la Perse[8], apprécié de Viollet-le-Duc qui juge que « son second grand ouvrage sur les monuments modernes de la Perse est supérieur encore à celui qu’il publia sur Le Caire, et est fait pour célébrer bien des points obscurs de l’histoire architectonique de l’Orient ». Voyageur infatigable, de retour en France, il sillonne l’Europe -l’Italie, l’Allemagne, la Hollande, la Belgique, l’Espagne, l’Angleterre, l’Irlande, l’Écosse, la Suisse- et en 1872, à l’âge de quatre-vingt-cinq ans, il accomplit un dernier périple qui le conduit au Danemark, en Suède, à Saint-Pétersbourg et à Moscou, en Autriche et en Suisse.

Maxime Du Camp (1822-1894), journaliste et homme de lettres élu académicien en 1880, fut aussi l’ami des romantiques, de Gautier et de Flaubert, donc influencé par l’Orientalisme comme en témoignentses œuvres littéraires parmi les vingt-cinq ouvrages dont il est auteur : en 1848, Souvenirs et paysages d’Orient, en 1852, Egypte, Nubie, Palestine et Syrie, comme premier livre français illustré de photographies, en 1854, Le Nil ou lettres sur l’Egypte et la Nubie, en 1861, L’expédition des Deux Siciles, souvenirs personnels. Le salon de 1861, en 1868, Orient et Italie, pour exemples. Il documente durant un an, de 1849 à 1850, la mission archéologique qui lui est confiée par le ministère public à l’aide d’un appareil photographique ou daguerréotype pour rapporter « des images qui permettent une reconstitution exacte » des hiéroglyphes et du patrimoine égyptien. Sur les traces de Chateaubriand et de Champollion, son voyage en compagnie de Flaubert, le mène d’Alexandrie à Beyrouth via Jérusalem, étapes du « Grand Tour » des romantiques et des orientalistes. Il rapporte deux cent quatorze vues dont cent vingt-cinq sont publiées dans Egypte, Nubie, Palestine et Syrie : dessins photographiques recueillis pendant les années 1849, 1850 et 1851, accompagnés d’un texte explicatif et précédés d’une introduction par Maxime Du Camp, chargé de mission archéologique en Orient par le ministère de l’Instruction publique, chez Gide et Baudry en 1852[9]. L’exposition et le dossier en ligne de la BNF permettent d’approfondir le sujet : « Voyage en Orient : rêveurs d’Orient, les photographies d’Orients 1850-1880, exposition de la Bibliothèque nationale de France (2001-2002) »[10]réalisée par Jacques Lacarrière et Sylvinie Aubenas. De plus, le voyage en Egypte de Maxime Du Camp qui marque l’histoire éditoriale comme le premier livre de photographies, a été réédité plusieurs fois : en 1986, en 1987 et dans une anthologie en 1993[11]. D’ailleurs, l’exposition intitulée Miroirs d’Orients : dessins, photographies, autochromes, vidéo du XIXe au XXe siècle[12] en correspondance avec celle qui a été organisée par le Musée des beaux-arts de Lille « Istanbul traversée-Lille 3000 », propose un parcours d’images du Maroc à l’Iran, de 1830 à nos jours, du dessin orientaliste à la photographie, dans lequel Maxime Du Camp tient une place d’honneur pour fixer la trace de la mémoire égyptienne[13], notamment du carnet de voyage de photographies Egypte, Nubie, Palestine et Syrie  devenu carnet d’inventaire du patrimoine archéologique avec les fonctions du document : archiver, ordonner, moderniser les savoirs, illustrer et informer[14]. Au début du XXe siècle, le sinologue et philologue Paul Pelliot propose des carnets du voyage d’exploration archéologique[15] à travers l’Asie Centrale entre 1906 et 1908. Ils correspondent à une démarche documentaire mise oeuvre avec la collaboration de Louis Vaillant et du photographeCharles Nouette.

Désiré Charnay (Claude-Joseph Le, 1828-1915) est considéré comme le pionnier du reportage photographique à l’étranger depuis son expédition au Yucatan en 1857- 1860 et ses photographies archéologiques des sites de Mitla, Izamal, Chichen-Itza et Uxmal rassemblées dans l’album Cités et Ruines américaines publié en 1862 mais il a aussi publié un récit de voyage[16] au regard critique sur la société mexicaine déchirée par la guerre civile. L’exposition intitulée Le Yucatan est ailleurs : expéditions photographiques de Désiré Charnay[17] a permis de présenter le fonds photographique du Musée du quai Branly[18] qui détient d’ailleurs une collection unique sur la photographie en rapport avec le voyage ou l’anthropologie datée 1850 à 1870[19] mais aussi de la Société de géographie sur le corpus mexicain[20] détenu par la BNF, Bibliothèque nationale de France.Autant photographe qu’archéologue, il mène des campagnes de fouilles à Tula et à Teotihuacan, à Tenenepanco et à Nahualac, regroupées dans l’ouvrage Les anciennes villes du Nouveau Monde : voyages d’exploration au Mexique et en Amérique Centrale (Hachette, 1885 puis National Géographic, juin1937) tout en parcourant le monde : le Chili, Madagascar en 1863, Java et l’Australie en 1878[21]. Selon lui, «un pays est un livre que chaque voyageur a le droit de commenter à sa manière, en s’appuyant sur la vérité» et qui pourrait aussi définir le carnet de voyage.

Un carnet de fouilles d’archéologue : exposition « Sur les traces de J.C. Golvin » de l’Institut « Ausonius » de l’université de Bordeaux III.

L’Archéopôle d‘Aquitaine de l’Institut Ausonius[22] et de la Maison de l’Archéologie de l’université Michel de Montaigne à Bordeaux propose une exposition rétrospective de l’œuvre magistrale de Jean-Claude Golvin. Architecte, directeur de recherche au CNRS, auteur d’une thèse sur les amphithéâtres romains, Jean-Claude Golvin est spécialiste de la restitution des sites antiques par le dessin aquarellé. Des planches originales présentent les restitutions de villes antiques prestigieuses : Karnak, Amarna, Babylone, Persépolis, Delphes, Palmyre ; accompagnées des « Sept Merveilles » dont le tombeau de Mausole à Halicarnasse et l’Artémision d’Ephèse. Un carnet de voyage est en voie de publication chez Actes Sud Voyage avec l’Empereur qui illustre le luxe et la démesure des palais de l’époque romaine (http://ausonius.u-bordeaux3.fr/archeopole/). Sur le modèle des architectes du Prix de Rome du XIX e siècle, il représente ce qu’il découvre pour restituer et rendre une image pertinente d’un site qui permet alors de mieux comprendre le bâti et de préparer ainsi le travail de restauration. Un DVD intitulé Sur les tracés de Jean-Claude Golvin[23] présente la méthode de restitution de la villa Jovis de l’empereur Tibère (42 avJ.C. – 37 ap J.C.). Archéotransfert[24], cellule de transfert technologique et de valorisation d’Ausonius, permet de numériser, de restituer, de valoriser le patrimoine archéologique et culturel et facilite l’accès des entreprises et des collectivités territoriales aux dernières techniques d’imagerie 3D.


[1] Mention dans le titre de la périphrase « dessiné sur le vif par l’illustrateur » qui définit le carnet de voyage.

[2] Edité par « Reflets d’ailleurs », une maison d’édition clermontoise créée par M. Francillon, responsable de l’association « Tant qu’il y aura des livres » et organisateur de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

[3] Animé par à Cap Sciences, centre de culture scientifique, technique et industrielle en Aquitaine : www.cap-sciences.net

[4] animé par la communauté de communes de l’Estuaire de la Gironde à Saint-Ciers sur Gironde.

[5] Voir le fonds Pascal Coste à la Bibliothèque municipale à Marseille qui regroupe 6100 croquis de Marseille, de Provence, d’Egypte , du Maghreb, de Perse et de divers pays d’Europe. Pascal Coste ou l’Architecture cosmopolite.dirigé par Daniel Armogathe, Sylviane Leprun. L’Harmattan, 1990.

[6]  Pascal Coste : toutes les Egyptes. Parenthèses, 1998.

[7] Le manuscrit du « Voyage en Perse » de Pascal Coste est conservé à l’Institut de France.

[8]Voyage en Perse de MM. Eugène Flandin et Pascal Coste pendant les années 1840 et 1841. Paris : Gide et Baudry, 1843-1854, 6 vol. Originaux présentés dans l’exposition « l’art du carnet de voyage de 1800 à nos jours» du musée de la Poste à Paris du 20 avril au 12 septembre 2009. http://www.museedelaposte.fr/Expositions/L_art_du_carnet_de_voyage/index.htm

[9] Le manuscrit préparatoire à l’édition de 1852 de l’ouvrage à photos collées sur le voyage en Egypte fait le prestige de la Société de Géographie mais aussi du fonds « Du Camp » de l’Institut de France : http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/fonds/photographies.html et http://www.socgeo.org/19_photos.htm

[10] Titre de l’ouvrage de Jacques Lacarrière, Sylvinie Aubenas. Bibliothèque nationale de France, Hazan, 2001 et 1999. Voir la page sur Maxime Du Camp : http://expositions.bnf.fr/veo/photographes/ssindex01.htm

Les photographies d’Orients 1850-1880. Jacques Lacarrière, Sylvinie Aubenas. Bibliothèque nationale de France, Hazan, 1999.

[11] Egypte éternelle. Jean-Claude Simoën. Lattès, 1993. (à travers la photographie de 1840 à 1890 : Maxime Du Camp, Francis Frith ou Félix Bonfils). Un voyage en Egypte vers 1850. Maxime Du Camp. Sand, Conti, 1987. Voyage en Egypte : photographies de Maxime Du Camp. Gustave Flaubert. Entente, 1986 (Impressions de voyage).

[13] Pour fixer la trace : photograpie, littérature et voyage au milieu du XIX e siècle. Marta Caraion. Droz, 2003 (Histoire des idées et critique littéraire). Littérature et photographie orientaliste ou la mémoire égyptienne de Du Camp. Marta Caraion, Romantisme, année 2003, volume 33, numéro 120, p. 57-65.

[14] La photographie : entre document et art contemporain. André Rouillé. Gallimard, 2005 (Folio essais, n°450).

[15] Carnets de route 1906-1908. Paul Pelliot. Musée national des arts asiatiques-Guimet, Les indes savantes, 2008. (Mémoires sur l’Asie).

[16] Voyage au Mexique : 1858-1861. préface de et comment. Pascal Mongne. Désiré Charnay. Ginkgo, 2001 (Mémoire d’homme).

[17] Exposition « Le Yucatan est ailleurs »,expéditions photographiques (1857-1886) de Désiré Charnay. Exposition dossier « galerie suspendus Est », 13 février – 13 mai 2007, Christine Barthes. http://www.quaibranly.fr/uploads/tx_gayafeespacepresse/MQB-CP-Le-Yucatan-est-ailleurs-Desire-Charnay-FR.pdf

Le Yucatan est ailleurs : expéditions photographiques de Désiré Charnay. Pascal Monge, François Brunet, Sabrina Esmeraldo. Actes Sud, Musée du quai Branly, 2007 (Les dossiers du Musée du quai Branly). http://www.photographie.com/?prdid=117528&secid=2

[19] Fonds photographique du Musée du quai Branly avec une collection unique de 1850 à 1870 sur la photographie en rapport avec le voyage ou l’anthropologie. http://ymago.quaibranly.fr/La base de données Ymago permet d’avoir accès aux différents fonds photographiques du musée (téléchargement uniquement sur commande).

[20] Une collection de 20 000 images issues des conférences de la Société de géographie (à partir de 1875) dont 2107 plaques de verre concernant le continent américain ont été versées au catalogue de la BNF après numérisation : le corpus le plus important concerne le Mexique de Teobert Maler à Palenque en 1877 et de Désiré Charnay sur le Yucatan de 1881 à 1886, entre autres. Voir l’article p. 25 de la revue « Chroniques de la BNF », n°48.

[21] Fonds conservé au département cartes et plans de la BNF depuis 1942 : 100 000 photographies et 43 000 plaques de verre : Trésors photographiques de la Société de Géographie : communiqué de presse. BNF Galerie photographie, Louis Roederer Champagne. http://www.bnf.fr/PAGES/presse/dossiers/soc_geographie.pdf

[22] Unité Mixte de recherche (UMR 5607) du CNRS et de l’Université Michel de Montaigne créée en 1996 par le regroupement de centres de recherches sur l’Archéologie, l’Histoire de l’Antiquité (mondes grec et romain) et du Moyen-Âge.

[23] Produit par le CNRS Images : 1 place Aristide Briand 92 195 Meudon Cedex France (http://videotheque.cnrs.fr).

[24] http:/ /archeotransfert.cnrs.fr ; pour contact par courriel à : loic.espinasse@u-bordeaux3.fr, pascal.mora@u-bordeaux3.fr, robert.vergnieux@u-bordeaux3.fr.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet d’observation et le reportage graphique, médiums de l’ethnologie du proche

« Le carnet de voyage d’ethnologue-anthropologue », numéro de la Revue 303 Arts, recherches, créations de Nantes sur l’histoire des carnets de voyage, septembre 2010, 72-77 (6 pages).

http://www.revue303.com/catalogue/article.asp?arid=2146

L’héritage des sciences de l’homme, de l’anthropologie et de l’ethnographie explique la  diversité des approches sociologiques du carnet de voyage contemporain dans ses dernières tendances, tournées vers le reportage. Les thèmes des carnets de voyage édités portent sur des  champs de l’ethnologie, proches de la sociologie : sites particuliers, témoignages de tranches de vie, utilisation du reportage instantané, donc ethnographique, croquis descriptifs de l’intérieur de l’habitat et des objets usuels sur l’exemple des deux carnets de Karine Huet[1] sur l’Atlas, enquête de terrain digne d’un ethnologue en immersion, sur le modèle du carnet sur les sans-abris intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri d’Elsie Herberstein ou dans la ville d’Alger, à travers une galerie de portraits, qui est le reflet de la diversité de la population algérienne : l’échantillonnage et le questionnaire d’entretien seraient en effet à comparer avec les méthodes de l’ethnologie. Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie  et pour la sociologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Le carnet de voyage aux frontières de l’anthropologie visuelle[1], de l’enquête ethnographique et de l’observation

Le carnet de voyage pourrait être une technique au service de l’enquête de « terrain », une originalité de l’ethnographie basée sur l’observation participante qui pose autant de problèmes qu’il y a d’ethnologues et de cultures. Aussi la partialité est-elle une problématique tant de l’ethnographie que du carnet de voyage puisque l’ethnologue se doit de rester neutre en exerçant un sens critique et d’être accepté par ses interlocuteurs, fondements de la qualité de l’information recueillie. La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie[2] liée à « La méthode photographique »[3]. L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie » [4] publié en 1947.

Le carnet de voyage investit l’ethnologie contemporaine du proche

Face à une uniformisation du monde, l’ethnologie s’est tournée vers le ruralisme puis vers les ensembles urbains, les ségrégations géographiques et a investi les sociétés modernes, les quartiers, les associations, les minorités ethniques, les phénomènes de religiosité populaire, les organismes d’état, notamment avec la mission du patrimoine ethnologique[5]. C’est le quotidien de la modernité qui intéresse l’ethnologue chargé d’introduire une distance par rapport aux objets familiers et quotidiens et dont la pratique ethnographique[6] apporte la valeur du témoignage et brouille les frontières entre ethnologie et sociologie. Marc Augé[7] préconise une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien »[8] qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994[9]. Le carnet de voyage contemporain semblerait s’inscrire dans cette dimension sociologique. Ainsi c’est à partir du reportage dessiné et du relevé de témoignages que Noëlle Herrenschmidt s’est intéressée aux lieux emblématiques tels que le tribunal, l’hôpital, le Vatican, la gendarmerie. Cathy Beauvallet la rejoint dans son regard, puisqu’elle s’est penchée sur l’assemblée nationale. La visée ethnologique est illustrée par Elsie Herberstein (Chez les sans–abris), par Troubs (chez Les bouilleurs de crus) et Damien Roudeau (dans la communauté Emmaus avec les compagnons du partage). Diversifier les reportages sociologiques, les études ethnographiques régionales et les documentaires sur des pratiques artistiques et culturelles pourrait être un enjeu du carnet de voyage. Ainsi, les éditeurs pourraient orienter leurs publications de documentaires d’ethnologie-ethnographie régionale vers le style « carnet de voyage » au lieu de privilégier le documentaire formaliste.

De l’observation et du reportage graphique.

Le type d’observation[1] sur le terrain lors du voyage détermine en effet la qualité du rendu ethnographique du carnet dans la mesure où on distingue quatre formes d’observation participante (Buford H. Junker[2]): la participation totale, l’observation du participant, la participation de l’observateur et la simple observation. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?

La photographie[3] s’est substituée au carnet de croquis pour l’explorateur, le peintre et l’ethnologue depuis 1850 où il servait à conserver les témoignages archéologiques ou les éléments du patrimoine ethnologique : c’était le cas, pour Maxime Du Camp, par exemple, en l’Egypte. Pour la sociologie visuelle, la question de la vérité de l’image n’est pas centrale, il s’agit davantage de s’intéresser à la valeur de l’image en tant que point de vue et d’apprécier la contextualisation de l’image produite, comme le souligne l’article fondateur d’Howard Becker intitulé « Photography & sociology » daté de 1974[4]. Ces deux aspects semblent faire du reportage graphique, comme outil de l’ethnographie, l’essentiel du carnet. Il possèderait les mêmes intérêts que la photographie : mettre en images des concepts abstraits, la puissance de désignation des images, la possibilité d’une observation « hors-terrain » et différée. L’image est un support de médiation et d’échange entre enquêteurs et enquêtés[5]. Jean Malaurie utilise dans ce but ses carnets afin de faciliter la communication avec les Inuits. L’image révèle l’intime et l’indicible et constitue ainsi un support qui, par sa suggestion, permet de délier la parole. Le dessin ou le croquis sont aussi convaincants, et même peut-être davantage car, du fait de la simplification des traits et du rendu qui va à l’essentiel, la part de subjectivité projetée est plus grande. La notion de reportage et la dimension documentaire et patrimoniale de l’image, notamment de la photographie documentaire, ont été envisagées et réexaminées dans le cas du film ethnographique et du « cinéma vérité »[6], outils spécifiques  de l’anthropologie visuelle.


[1]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[2] Idem.

[3] Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[4] Photography and Sociology. Howard S. Becker,. Studies in the Anthropology of Visual Communication 1, 1974, p.3-26. [mis en ligne] http://www.americanethnography.com/article_sql.php?id=69 ou http://lucy.ukc.ac.uk/becker.html

[5] «La photo-interview : dialogue avec des japonais». Fabienne Duteil-Ogata. In Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[6] Voir le carnet de note de l’ethnologue Jean Rouch.

 


[1] Voir l’atelier des doctorants en SIC de l’université de Bordeaux III du 9 mars 2009, dirigé par Mme Hong-Marcier sur le thème « Les usages de ressources visuelles comme outils de recherche en sociologie ».

[2]     La description ethnographqiue. François Laplatine. Dir. François de Singly. Editions Nathan, 1996.

[3]    Ethnologie et photographie, Revue L’ethnographie, numéro spécial, 1992.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1992_num_10_53_1985

Comme l’illustre par exemple l’ethnologue, ethnographe-photographe, Pierre Verger, chargé du laboratoire de photographie du Musée d’ethnographie, soit six milles clichés réalisés par le chercheur au Brésil.

[4] Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observations. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux,  Marcel Mauss. Payot, 1947. (Bibliothèque scientifique).

[5] http://www.culture.gouv.fr/mpe/ et PortEthno, le réseau des recherches et des ressources en ethnologie de la France de la direction de l’architecture et du patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/mpe/portethno.htm

[6] Ethnologue, mais pas trop : ethnologie de proximité, voyages secrets et autres expéditions minuscules. Jean-Didier Urbain. Payot, 2003 (Petite bibliothèque Payot, n°465).

[7] Anthropologue, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et président de l’EHESS de 1985 à 1995. Suite à de nombreux terrains en Afrique (sur la sorcellerie, les prophètes-guérisseurs, le fétiche…), il souhaite étendre l’anthropologie à l’étude des sociétés occidentales, et plus largement, aux «mondes contemporains».

[8]  Domaines et châteaux. Marc Augé. Seuil, 1989.

Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité. Marc Augé. Seuil, 1992.

Un ethnologue dans le métro. Marc Augé. Hachette, 2001. (Hachette Littérature).

[9]  Pour une anthropologie des mondes contemporains. Marc Augé. Aubier, 1994. (Critiques).

 


[1] Un hiver berbère. Karin Huet, Titouan Lamazou. Editions Jeanne Lafitte, 1990.

Sous les toîts de la terre. Karin Huet, Titouan Lamazou. EditionsBelvisi-Publiaction, 1988

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts