Passages entre art, médias d’information et industries culturelles

Communication intitulée « Du reportage graphique au carnet de société, passages et ambiguïtés entre art, médias d’information et industries culturelles ». Pascale Argod. Colloque international Les devenirs artistiques de l’information organisé par l’université de Paris, les 9, 10 et 11 juin 2015.
https://devenirsartistiquesinformation.wordpress.com/

La définition du reportage, du témoignage et la notion même d’information déterminent ce que nous entendons par « reportage graphique » pour pouvoir envisager le traitement de l’information. Blaise Cendrars voit l’art du reportage comme un art avant tout littéraire à rapprocher de la poésie et du roman : « Un reporter n’est pas un simple chasseur d’images, il doit savoir capter les vues de l’esprit ». A la différence du journaliste, le dessinateur transmet le ressenti et l’ambiance ou l’atmosphère. La notion de témoignage à travers le croquis oscille entre plusieurs regards celui du journaliste ou de l’ethnologue tout en reflétant l’émotion de l’artiste par le trait du crayon ou par la touche du pinceau. L’enjeu documentaire ne serait pas en effet de reproduire le monde mais de l’interroger et d’en chercher des angles de vue révélateurs afin d’effectuer une composition ou un montage significatif. La critique sociale est primordiale dans le reportage illustré qui raconte une histoire en images, spécifique au métier d’illustrateur. Le reportage dessiné trouve sa voie dès 1999 sous le trait d’Eric Corbérian ou d’Etienne Davodeau puis à partir de 2001, de François Saint-Remy sur la fermeture de l’usine Levi’s et de Denis Lecat sur le centre de Sangatte. Les reportages graphiques comme ceux de Troub’s sur les derniers bouilleurs de cru, de Michaël Mattys sur les usines sidérurgiques de Charleroi, de Damien Roudeau sur une grève, de Fabrice Bloch sur la marche de mineurs vers Bucarest (Les gueules noires de Roumanie). Ainsi, les trois atouts de « la pensée visuelle » semblent transférables au carnet de reportage, c’est à dire la critique sociale, le reportage illustré et le récit. Sa filiation semble en effet clairement lisible depuis le reportage illustré des années 1950 et 1960 avec les essais picturaux de Paul Hogarth, Robert Weaver et Robert Andrew Parker qui inaugurent la voie au journalisme visuel ou à l‘illustration journalistique du dessinateur-reporter. C’est l’esprit de la Revue XXI et de la Revue dessinée mais surtout des carnettistes exposant au Rendez-vous du carnet de voyage tiraillés entre art, journalisme et production éditoriale, trois dispositifs parfois contradictoires qui ont leurs caractéristiques propres mais qui tissent la portée sémiologique, sociologique et médiatique du reportage graphique. Les carnets de reportage numériques proposent de nouvelles formes d’écritures, entre art et information, qui insèrent le reportage dessiné et les arts graphiques, parfois dans un dispositif transmédia qui ouvre de nouveaux territoires et pratiques médiatiques pour l’artiste, le journaliste et le sociologue. A partir d’exemples de carnets ouvrages et numériques nous étudierons les caractéristiques de cette « pensée visuelle » ou de «média-art».

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Du reportage graphique et du carnet de reportage

Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards de reporters et témoignages du réel. Pascale Argod, Belgeo [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 17 décembre 2014, URL : http://belgeo.revues.org/12843

http://belgeo.revues.org/12843

Résumé :
Selon le regard du dessinateur de presse, du journaliste ou du carnettiste, une typologie de carnets de voyage-reportage contemporains se dessine à travers l’historique du reportage graphique depuis 1820. Elle oscille entre deux tendances, le roman graphique de reportage dessiné et le documentaire de reportage multi arts graphiques, et deux regards sur l’actualité, celui du journaliste et celui de l’artiste. L’angle de vue choisi, la composition (montage significatif) de l’image permettent d’appréhender les lieux et les liens de la narration entre texte-image. Il s’agit de définir ce qu’est le carnet de reportage comme genre éditorial et de voir comment s’articule le regard journalistique avec le témoignage vécu et la réalité, à partir de l’analyse de quatre titres sur des territoires à la géopolitique brûlante depuis 2004 (Afghanistan, Irak, Palestine et la Mer d’Arabie). La combinaison d’images et d’arts graphiques ouvre sur une nouvelle narration visuelle qui définit ce genre, devenu intermédia

TITLE : The graph reporting and reporting book: geopolitical images, views of reporters and the real testimonials
Depending on the look of a cartoonist, journalist or cartoonist traveling (carnettiste), a typology of contemporary reportage travelogues emerges through the history of graphic reportage since 1820. It oscillates between two trends, the graphic novel designed and reporting reportage documentary multi graphics, and two look at the news, the journalist and that of the artist. The selected angle, composition (significant assembly) of the image allow to understand the places and the links between narrative text and image. This is to define what the story book as editorial genre and see how revolves journalistic look with lived witness and reality, from the analysis of four titles in territories to geopolitics burning since 2004 (Afghanistan, Iraq, Palestine and the Arabian Sea). The combination of images and graphic arts opens a new visual narrative that defines this media genre, became intermedial.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Du reportage graphique et du carnet de reportage

Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards journalistiques et témoignages du réel : communication lors du colloque international & interdisciplinaire « Dessiner les lieux, cartographier le monde » des 14 et 15 novembre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

            Si le terme « carnet de voyage » a été lancé par Le Prix Kodak de la Société des explorateurs français en 1969 et qu’il est marqué par la découverte géographique, celui de « carnet de reportage » serait emprunté au journalisme, vulgarisé depuis 2008 par la revue XXI (Joe Sacco). Le reportage graphique serait à la fois un outil de recherche sur le terrain pour le géographe, un médium de communication pour le journaliste reporter et un moyen d’expression pour le voyageur carnettiste. Devenu un médium journalistique il offre un regard critique sur le monde en l’interrogeant et en cherchant des angles de vue révélateurs. Depuis les dessinateurs reporters du milieu du XIXe siècle et ceux de la bande dessinée reportage, le témoignage dessiné a marqué le genre éditorial au début des années 90’s par la collection Carnets du monde d’Albin Michel Jeunesse suivie par celle des Correspondances de Pierre Christin. A travers l’esquisse d’un historique du reportage graphique (depuis Töpffer), nous proposerons une typologie des carnets de voyage – reportage. Nous étudierons notamment les carnets de voyage de dessinateurs de presse tels que Cabu, de Patrick Chappatte et Wolinski mais aussi ceux de journalistes tels que Jean-Paul Mari et Yann Le Bechec (Israel-Palestine, 2004), Arnaud de la Grange, Thomas Goisque et Bertrand de Miollis (Irak, année Zéro, 2004), Bernard Ollivier et François Dermaut (Carnets d’une longue marche : nouveau voyage d’Istambul à Xian, 2005) ou de carnettistes tels que Claire et Reno Marca (Journal en mer d’Arabie, 2012),Troub’s et Edmond Baudouin (Cuidad Juarez, 2012), Bruno Pilorget (Palestine, 2012), entre autres. Nous analyserons notamment le type de voyage et l’angle de vue choisi, la composition (ou le montage significatif) de l’image afin d’appréhender les lieux et leurs enjeux géopolitiques, les liens de la narration texte-image; comment s’articulent le  regard journalistique avec le témoignage vécu et de la réalité ? Quelle géopolitique du monde offrent images dessinées ou collées ? Pour conclure, en quoi le reportage graphique serait un outil de médiation pour le journaliste et d’expression du témoignage pour le voyageur mais aussi un enjeu médiatique pour le numérique (cf la Revue dessinée : http://www.larevuedessinee.fr/). Les interview de cinq carnettistes présents depuis de nombreuses années au Rendez-vous du carnet de voyage complète la recherche : Claire et Reno Marca, Troub’s, Bruno Pilorget et Véronique Massenot.

Bibliographie :

BOLOCH Joelle. Photographies de guerre : de la guerre de Crimée à la Première Guerre mondiale. Paris : Milan, 5 continents éditions, 2004.

ECK Hélène, MARTIN Laurent (Dir.).Le tour du monde : médias et voyages. Le Temps des médias, n°8, octobre 2007. Paris : Nouveau Monde éditions, Société pour l’histoire des médias de Sciences Po Paris.

GUYS Constantin. Constantin Guys, 1802-1892 : Fleurs du mal : exposition, Paris, Musée de la vie romantique, 8 octobre 2002-5 janvier 2003. Paris :Paris-Musée, 2002.

LANGLOIS Jean-Charles Langlois. Jean-Charles Langlois, peintre et photographe de la guerre de Crimée : 1855-1856, correspondance inédite. Paris :J. Chambon, 1991.

ORSELLI Julien, SOHET Philippe. Reportage d’image, images de reportage. Online Magazine of the Visual Narrative [en ligne]. Image & narrative, mai 2005. Disponible sur : http://www.imageandnarrative.be/worldmusicb_advertising/orselli.htm

PUISEUX Hélène. Un champ d’expériences : les images de la guerre de Crimée. Les Figures de la guerre : Représentations et sensibilités 1839-1996. Paris : Gallimard, 1997. (le temps des images).

SALINGER Pierre (pref), DUFLO Pierre. Constantin Guys : fou de dessin, grand reporter, 1802-1892. Paris :A. Seydoux, 1988.

WIGAN Mark. Pensée visuelle. Paris : Pyramid, 2008.

DAYEZ Henri. La nouvelle bande dessinée : Blain, Blutch, David D, De Crécy, Dupuis-Berbérian, Guibert, Rabaté, Sfar. Bruxelles : Editions Niffle, 2002.

DEJASSE Erwin. Des cases très sensibles. Dejasse. La bande dessinée à l’épreuve du réel, coord. Pierre Alban Delannoy. Paris : L’Harmattan, 2007, CIRCAV, université de Lille 3, n°19.

DELANNOY Pierre Alban (coord.). La bande dessinée à l’épreuve du réel. Paris : L’Harmattan, 2007, CIRCAV, université de Lille 3, n°19.

FRESNAULT-DERUELLE Pierre. Images à mi-mots : bandes dessinées, dessins d’humour. Bruxelles : Les impressions nouvelles, 2008. (réflexions faites).

FRESNAULT-DERUELLE Pierre. La bande dessinée. Paris : Armand Colin, 2009 (128 linguistique)

GROENSTEEN Thierry. La bande dessinée : une littérature graphique. Paris : Milan, 2005 (Les essentiels Milan, n°660).

KAENEL Philippe. Les voyages illustrés. Rodolph Töpffer. D. Magetti (Dir.). Genève : Skira, 1996.

MENU, Jean-Christophe. L’Association et le reportage. 9e Art, Les cahiers du musée de la bande dessinée, CNBDI d’Angoulême, janvier 2002, n°7. p. 61-64.

MERCIER Jean-Pierre. Entretien avec Joe Sacco. 9e Art, Les cahiers du musée de la bande dessinée, CNBDI d’Angoulême, janvier 2002, n°7. p.56-60.

MERZEAU Louise. Une nouvelle forme de livre illustré : le roman graphique. Litterales, Université Paris X, n°9, 1991.

MORGAN Henri. Principes des littératures dessinées. Angoulême : Editions de l’An 2, 2003.

BD reporters : exposition du 20 décembre 2006 au 23 avril 2007. Centre Pompidou, 2007. http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/AllExpositions/922DF7FEF2C345B3C12571AF002DF65B?OpenDocument

Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans les bandes dessinées. Neuvième art 2.0, revue en ligne de référence dédiée à la bande dessinée. Rédacteur en chef Thierry Groensteen. CNBDI d’Angoulême. http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique75

Séverine Bourdieu, « Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012. http://contextes.revues.org/5362

Frédéric Dabitch. Reportage et bande dessinée. Hermès 54, 2009. http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/31562/HERMES_2009_54_91.pdf?sequence=1

Cécile Bagault. Quand la bande dessinée se frotte au réel. InLes Grands Dossiers des Sciences Humaines, n°26, 2012/3. https://www.cairn.info/magazine-les-grands-dossiers-des-sciences-humaines-2012-3-p-14.htm

Numérisation : le fonds Töpffer. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre des appels à projets de numérisation 2012, la Cité CNBDI a procédé à la numérisation de sa collection d’imprimés signés du grand auteur suisse Rodolphe Töpffer (1799-1846). http://collections.citebd.org/topffer/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Développer le carnet de voyage outil de formation à l’université

Conférences à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand :

– Carnets de voyage et carnets de patrimoine, de la valorisation du patrimoine et du tourisme, conférence pour le Master professionnel « Métiers du Tourisme » de l’université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand lors du 12e Rendez-vous du carnet de voyage, le 18 novembre 2011.

Valorisation touristique par l’approche plastique dans le cadre de la formation universitaire DGIN, Diplôme national de guide interprète national à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand le jeudi 15 novembre 2012.

Réaliser un carnet de voyage dans le cadre d’une mobilité internationale pour l’apprentissage des langues à destination des étudiants en mobilité internationale en FLE (dont dix étudiants chinois) et en ERASMUS à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand le jeudi 15 novembre 2012.

Le carnet de voyage, outil de valorisation du tourisme culturel à destination des étudiants de Master « Métiers du tourisme »  Le vendredi 16 novembre de 17 H à 19  (+ table-ronde avec des carnettistes sur la notion de « carnet de patrimoine » avec Kristel Chuniaud et de l’INRAP) à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand le jeudi 15 novembre 2012.

Conférences à l’Ecole des Hautes études de Santé Publique de Rennes :

– Le carnet de voyage et de reportage, outil professionnel et médium de la mobilité internationale, conférence préparatoire au stage de mobilité internationale, EHESP, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, le 28 juin 2012.

http://www.ehesp.fr/2012/06/14/le-carnet-de-voyage-comme-outil-pedagogique-et-medium-de-communication-28-juin-2012/

Conférences à l’université Montesquieu de Bordeaux 4 :

– Développer la mobilité internationale : l’outil du carnet de voyage intermédia, présentation de rentrée aux étudiants rentrants de Bordeaux 4, les 10, 21 et 26 septembre 2012.

– Le carnet de voyage – reportage intermédia, outil de la mobilité internationale des étudiants rentrants, conférence du 21 janvier 2013.

Le carnet de voyage – reportage, outil de la mobilité internationale et de la formation des enseignants / professeurs des écoles, conférence du 24 janvier 2013.

Communications (P. Argod) en colloques :

– « Eduquer à l’interculturel : la démarche du carnet de voyage et de mobilité » pour la session n°9 intitulée Vous avez dit « Capital humain » ? au Congrès « Mobilité internationale : la lettre et l’esprit » organisé par l’Agence Europe Education Formation France (Socrates), les 28 et 29 juin 2010.

http://www.2e2f.fr/mobilite-internationale.php

http://www.europe-education-formation.fr/docs/Agence/livretcongres_web.pdf

– « Interculturalités et éducation à la citoyenneté : des pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle » au colloque international trilingue « Espaces de l’éducation et identités culturelles » organisé par l’université Via Domitia Perpignan, les 30 juin et 1er juillet 2011.

http://recherche.univ-montp3.fr/artdev/colloque13/appel_colloque13.pdf

« Les arts graphiques – reportage graphique, carnet de voyage et livre d’artiste – pour l’apprentissage des langues et des cultures à travers une pédagogie créa(c)tive » au colloque « Art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures » organisé par l’université d’Angers du 5 au 7 septembre 2011.

http://www.uco.fr/1292409338411/0/fiche___actualite/&RH=1197973761213

– « Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme»,  Dixième journée de la géographie de l’association Doc’Géo  « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux III et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012. http://www.ades.cnrs.fr/IMG/pdf/Doc_geo_10eme_journee_de_la_geographie_VOYAGE.pdf

 « Le carnet de voyage – reportage et de mobilité, un outil innovant et créatif pour la mobilité internationale et universitaire» au colloque «Mobilités universitaires : regards et pratiques » organisé à l’UVSQ, université de Versailles St-Quentin en Yvelines, les 13 et 14 décembre 2012.

http://www.chcsc.uvsq.fr/centre-d-histoire-culturelle-des-societes-contemporaines/langue-fr/actualites/colloques/colloques-2012-231368.kjsp

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le reportage graphique et le carnet de voyage pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté

Le carnet de voyage et de reportage, un outil de formation et d’apprentissage pour la mobilité, l’Europe et à l’interculturel

Extrait de la communication du 5 février 2010 à l’assemblée générale de l’AEDE France et du 21 novembre 2010 lors du colloque « L’école, avenir de l’Europe ? »

Cette pratique est innovante dans la pédagogie documentaire puisque qu’elle repose sur l’expression personnelle, héritée de la pédagogie Freinet[1] centrée sur l’apprenant dans une démarche active axée sur l’enquête de terrain qui initie à l’ethnographie : le carnet d’enquête propose en effet un va et vient entre terrain et réflexion à travers une méthode inductive[2]. Elle favorise l’écriture d’un journal personnel[3] comme écrit pour l’autre avec une mise à distance indispensable ; la banque de données personnelles et la vocation initiatique, subliment le temps et la confrontation à l’Autre. Cette démarche personnelle peut être envisagée pour un projet professionnel d’orientation afin de fixer la mémoire et l’évolution du parcours : c’est en somme une sorte de « capital humain »[4], de « projection existentielle », selon les termes d’Alain Taupin[5]. La démarche personnelle de réalisation du carnet suscite la curiosité, affine le regard, éveille aux émotions et met la pensée en mouvement : ainsi se construit une culture humaniste et, à partir de là, peut se pratiquer une évaluation formative propre à mesurer l’investissement du créateur.

Les caractéristiques pédagogiques du carnet de voyage reposent en effet sur les fonctions diverses de l’image —illustration et témoignage (photo), mise en valeur d’un message (arts graphiques), aspects documentaires du réel (image conceptuelle), représentation d’art (peinture)…––  et sur les habiletés cognitives qu’il suscite :

– organisation spatiale et création originale d’une image où le texte est enlacé dans une même composition graphique,

–  narration du déplacement au fil des pages liées par une charte graphique plus ou moins évidente,

–  force du questionnement suscité par le voyage, qui agit sur le changement de repères et la confrontation à l’ailleurs, à l’autre, à d’autres référents culturels,

– double vocation du genre hybride du récit : lieux et temps évoqués / psychologie et intention de l’auteur,

– trame narrative scénarisée pour témoigner d’une expérience et d’un déplacement en mots et en images.

De plus, la pratique artistique forge l’esprit de créativité, d’innovation et de spatialisation ; l’hémisphère droit du cerveau, centre de l’image, de la spatialité, de la globalité, de l’intuition et de l’instantané n’est sans doute pas assez mobilisé dans l’enseignement alors qu’il peut jouer un rôle indéniable dans la formation de l’individu. Il ouvre, entre autres, la voie du dessin qui se situe en dehors du monde verbal, siège de l’hémisphère gauche (rationalité, logique, analyse et abstraction) comme le fait remarquer Betty Edwards dans son ouvrage « Dessiner avec le cerveau droit » (Eyrolles, 2002) qui explique ainsi sa méthode : «La compétence globale pour dessiner quelque chose que l’on voit (une personne, un objet ou un paysage) exige seulement cinq compétences de base entièrement axées sur la perception et non une quelconque capacité à dessiner : – la perception des bords. – la perception des espaces – la perception des rapports – la perception des lumières et des ombres – la perception du tout »[6]. En somme, il faut savoir regarder pour être capable de dessiner, ce que pressentait déjà le sculpteur Rodin : « C’est parce que je vois, que je créée ».

Aussi, favoriser cette compétence à travers la réalisation d’un carnet de voyage pourrait être pertinent dans le cadre d’une pédagogie documentaire créative qui allie la double compétence de l’analyse de l’information et de l’observation sur le terrain. C’est ce que les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[7] de Bordeaux ont essayé de proposer : tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, ils sont sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste. Dans le prolongement des actions menées dans l’Académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons aussi expérimenté cet outil dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté, la sensibilisation au patrimoine, à l’environnement ou au développement durable.

Ainsi expérimenter diverses techniques de dessin pourrait être une des clés pour mobiliser les aptitudes spatio-cognitives : croquis sur le vif ou rough qui nécessite la rapidité du geste, dessins d’observation qui demande du temps, croquis (de type carnet d’ethnologue-anthropologue) cartes, plan ou schémas qui nécessitent une adaptation explicative, esquisse ou dessin préparatoire à une composition ou un tableau qui demande une disposition artistique tout comme les dessins d’imagination, de souvenirs ou d’après photographie, les bandes dessinées…etc. Le carnet de voyage se définit en effet  essentiellement comme une image mosaïque de procédés graphiques à partir d’une juxtaposition de créations artistiques et documents authentiques, de traces ou d’indices.  Il s’agit de synthétiser une journée en une page composée d’images plurielles qui narrent les évènements en vue d’une lecture éventuelle : elle nécessite donc une certaine adaptation au lecteur qui doit décrypter la page et comprendre les notes visuelles retranscrites par le carnettiste- reporter ou artiste. Il doit lire les images du carnet de voyage.

De plus, le carnet de voyage serait une création plastique innovante pour l’éducation artistique et culturelle car elle favorise diverses compétences : il faut savoir t transmettre l’expérience vécue par l’éveil de tous les sens, témoigner de l’authentique à travers le dialogue entre design et objets et l‘accumulation des indices d’un musée personnel (ou cabinet de curiosités), illustrer la différence culturelle en utilisant la symbolique des couleurs et des  pigments, retracer le cheminement du voyage à l’aide de la charte graphique et du chemin de fer, s’immerger dans « l’exotisme »[8] ou l’identité du pays en créant un objet-livre, retranscrire l’ambiance d’un lieu mais aussi découvrir l’environnement, le patrimoine, la culture et les arts du pays à travers le « reportage graphique ».

Ainsi la formation aux arts visuels est complète puisque l’élève utilise les différents procédés graphiques (calligraphie, typographie, technique du dessin, matériau, photographie), expérimente les diverses fonctions du dessin (d’observation, préparatoire, explicatif, schéma, étude de composition, plan de fabrication) mais pense aussi à la circulation médiatique du médium[9].

Cet outil pédagogique est également au service de la mise en oeuvre des programmes d’enseignement : l’éducation à l’image depuis l’an 2000 au collège (lettres, arts plastiques et hist-géo), l’enseignement de l’histoire des arts depuis 2008, obligatoire au brevet en 2011, l’éducation à l’Interculturel[10] avec la compétence culturelle en langue et l’enseignement de l’histoire des arts[11], l’éducation à l’environnement et au développement durable et l’éducation à la paix, à la tolérance et à l’anthropologie.

Concernant plus spécifiquement la formation à la citoyenneté européenne, il semblerait être un outil adapté[12]. Ses atouts sont indéniables en effet, dans le cadre d’une pédagogie centrée sur l’expression, la créativité, l’image et l’imagination[13] afin de sensibiliser à une éthique du respect et à la curiosité du monde qui favorise l’adaptabilité et de promouvoir l’esprit d’innovation, d’initiation et de mobilité[14]. Cet outil « intermédia », blog ou vblog, est ouvert sur la communication et le travail collaboratif pour la médiation interculturelle et pour l’éducation à l’interculturel. Le carnet de voyage est l’exercice d’un art d’expérimentation qui favorise un regard sensible sur l’autre et permet l’expression identitaire d’un regard-témoignage sur le monde. Outil personnel de recherche et d’inspiration pour les artistes, il est aussi pour le voyageur ethnographe ou pour l’anthropologue le support de réflexions sur les curiosités vues et sur la différence culturelle, une mémoire structurée du vécu qui permet de se projeter dans l’avenir (projet). Il place l’auteur du carnet en position d’artiste à travers une éducation au regard puisqu’il favorise la créativité et sollicite le reportage graphique et la démarche sociologique pour « être témoin et devenir passeur ». Il faciliterait ainsi l’identification à travers le partage du singulier.

Puisque le carnet de voyage se définit comme le récit autobiographique d’un périple dans lequel l’image est centrale par rapport au texte, le genre hybride du récit aurait alors une double vocation (lieux et temps évoqués / psychologie et intentions de l’auteur) : pour l’élève, il s’agit d’écrire objectivement ce qu’il relate, sur le modèle du documentaire, mais aussi de traduire ses sentiments (pulsions d’amour ou de rejet, vocabulaire expressif et mots à fortes connotations) et ses impressions (cinq sens) comme l’évoque le journal intime ou la biographie. De plus, les carnets imaginaires « sur les pas de… » auraient un rôle initiatique car le passage de la lecture au voyage amène au carnet de voyage.  Les apports du voyage rêvé (autant que vécu) sont indéniables pour le lecteur qui devient alors voyageur grâce à la littérature et à l’imaginaire du voyage[15] :

« Il n’y a d’homme complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie » Lamartine.


[1] Titre de la revue de type album photographique créée en 1994 par les publications PEMF.

[2] En référence aux publications sur l’éducation à l’interculturel d’Anne Mojavet et de Gisèle Provost.

[3] En référence aux publications de Rémi Hess, Professeur à Paris VIII.

[4] Intitulé de l’atelier organisé par Patrice Delegue lors du Congrès « Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011.

http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[5] Directeur-adjoint de l’ONISEP : intervention dans l’atelier « Vous avez dit capital humain ? » lors du Congrès Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011. http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[6] Site de Betty Edwards : http://www.drawright.com/

[7] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet « Carnet de patrimoine européen »)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet « Livre d’artiste et parcours initiatique professionnel»)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet « Interculturalités et vivre ensemble »)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet « Carnet interculturel Anglais-Indiens en Inde du Sud »)

[8] D’après Victor Segalen « percevoir le divers » pour accéder à l’autre.

[9] Les deux notions d’intermédialité et d’artialité sont au cœur de la problématique de la thèse de Doctorat soutenue sur ce genre en SIC à l’université Bordeaux III le 10 décembre 2010.

[10] En référence au dialogue interculturel du Conseil de l’Europe dès 1975.

[11] Voir BOEN n°32 du 28 août 2008 : « L’art et les identités culturelles : altérité et dialogue»au collège, dans la thématique « Arts, créations, cultures » et au lycée, « Arts, sociétés, cultures ».

[12] A noter : l’expérience du ministère « Mon cahier d’Europe », trois cahiers de vacances pour les 7 à 15 ans.

http://www.moncahierdeurope.education.fr/, http://www.education.gouv.fr/cid21525/mon-cahier-europe.html

[13] Les projets européens développent les compétences créatives : retours sur une année thématique porteuse de résultats. Sylvie Thomas. Agence Europe Education Formation France, Soléo, l’esprit mobilité !, mars 2010, n°22. http://soleoweb.2e2f.fr/page.php?page=138

[15] Réflexion développée sous l’angle pédagogique en 2002 sur l’Académie de Reims : voir l’article « Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages : vers l’anthropologie et la créativité », Pascale Argod, InterCDI, n°177, mai-juin 2002.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Une palette de carnets de voyage, de reportage, de patrimoine et de mobilité

Extrait de la deuxième partie de thèse de Doctorat intitulée « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique » (790 pages et corpus de 800 titres). sous la direction de M. Le Professeur Lancien, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, équipe de recherche GRESIC-MICA (EA 44 26), réalisée en quatre ans de 2005 à 2009  (mention « Très honorable avec félicitations à l’unanimité du jury).

Au carrefour des influences artistiques, des arts graphiques aux arts plastiques, mais aussi des types d’albums ou d’ouvrages illustrés, le carnet de voyage connaît un réel engouement tant de la part des artistes illustrateurs que des lecteurs à la quête de nouveautés. Il offre une palette de regards sur le monde et sur l’Autre qui révèle la richesse et la variété de ce médium, apparu il y a plus d’une  vingtaine d’années, dans le monde de l’édition. Cet album oscille entre le guide touristique et le livre d’art et cherche une voie originale dans le monde du livre et de l’édition. A travers un inventaire de quelque six cents carnets de voyage, non répertoriés comme tel dans les bases de données, et au fil des neuf années de Biennale, j’ai pu appréhender l’étendue thématique des sujets abordés par le carnet de voyage qui s’intéresse autant au voyage lointain qu’au voyage proche. Des caractéristiques ont pu en être dégagées, d’une part concernant les regards portés sur l’environnement et le monde et d’autre part l’inscrivant dans le genre du reportage graphique.

A travers une géographie à la fois vécue et perçue, le rayonnement thématique du carnet de voyage est étendu : le regard sur un pays, l’inventaire de la nature, la médiatisation des expéditions scientifiques, la mémoire patrimoniale en architecture et en archéologie, la valorisation du tourisme régional. Quel que soit le style de voyage, maritime, expédition polaire, voyage au long cours, l’expérience sur le terrain et l’étude de l’espace sont les fondements de la démarche du géographe ou de l’ethnologue carnettiste qui étudie l’espace à travers une géographie vécue et perçue au fil de la diversité culturelle. Les dessinateurs naturalistes fondent aussi leur science sur l’observation du terrain en dressant l’inventaire illustré de la nature afin de sensibiliser à la préservation de la biodiversité. Les carnettistes illustrateurs naturalistes voyagent à la quête des beautés naturelles et publient leurs carnets naturalistes dans des collections qui ont émergé dans l’édition à partir de 1991. Les naturalistes animaliers ont une préférence pour l’Afrique Australe et l’ornithologie est la spécialité plus répandue grâce au carnet d’observation. La médiatisation des expéditions scientifiques de chercheurs se fait à travers le journal de bord en ligne qui fait dialoguer les arts avec les sciences et qui diffusent les expéditions culturelles, anthropologiques et d’aventure ainsi que les expéditions environnementales d’enfants. Certains carnets de voyage contemporains se tournent vers l’architecture et l’archéologie afin de sensibiliser les lecteurs au patrimoine à travers les relevés d’architectes. Le carnet d’esquisse des architectes se présente sous la forme d’un carnet d’idées, de rough et de projets, parfois sous la forme d’un carnet de recherches expérimentales et graphiques. Des célèbres carnets de Le Corbusier, à propos de son Voyage d’Orient  vers Constantinople, aux projets d’architecture des jeunes architectes diplômés, le carnet de voyage semble avoir des émules. En effet, quelques carnettistes illustrateurs sont architectes et valorisent notamment le patrimoine urbain. Quant aux archéologues, leur carnet de fouille peut s’avérer un carnet de voyage, comme c’est le cas pour J.C. Golvin. Décliné comme un guide patrimonial, il valorise ainsi le tourisme régional et offre un intérêt marketing évident pour le monde de l’édition. D’ailleurs le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’humanité, qui s’inscrit dans la filiation du carnet de pèlerin, jouit d’un engouement éditorial.

La palette thématique du « reportage graphique » de voyage se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D.-reportage, carnet de dessin de presse, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition. Ainsi, comment caractériser chacun d’eux ? Les nomme-t-on carnet de voyage ou carnet de reportage ? Chacun des carnets a son langage, voire son médium iconographique propre : dessin, photographie, vignette et phylactère, dessin humoristique…Quels sont les points communs avec le carnet de voyage ? Seraient-ils des sous-genres du carnet de voyage ? Les chroniques, les journaux intimes et les carnets de guerre, inspirés du livre de raison de l’histoire familiale, se situent en effet aux limites du genre « carnet de voyage » puisque Renefer, Otto Dix et Mathurin Méheut laissent le témoignage poignant de la guerre des Tranchées, qui oscille entre la chronique et le journal intime illustré. Law Lariston, sous l’Occupation, et les carnets de déportés offrent une autre vision de l’horreur. Par ailleurs, comment situer l’album photographique de voyage par rapport au carnet de voyage ? C’est bien difficile dans la mesure où, pour le Prix de la Biennale du carnet de Clermont-Ferrand, ce type d’album n’a pas été accepté contrairement à ceux qui présentaient des techniques mixtes d’iconographie. Néanmoins, c’est le Prix Kodak organisé par La société des explorateurs français qui auraient lancé le terme « Carnet de voyage » en 1969. La tendance « Scrapbooking », destinée à  personnaliser l’album, s’inscrit-elle dans la filiation du carnet de voyage ? Comment qualifier le travail plastique de Peter Beard qui a fait connaître ses « diary » en France lors d’une exposition en 1996 au Centre national de la photographie ? Identifié comme le précurseur du carnet de voyage avec son art du collage, de la photographie au photomontage, Peter Beard livre pourtant une vision originale du genre. Les peintres photographes, tels que Tony Soulié, ou photographes voyageurs, comme Sylvain Tesson, trouvent-ils leur voie artistique dans le genre carnet de voyage ? D’autres photographes préfèrent dialoguer avec un aquarelliste et offrent un livre d’artiste qui croise deux regards. Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée et à travers le carnet de voyage. En effet, la B.D.-reportage est lancée avant le carnet de voyage, au début des années 80, et récemment redécouverte avec l’exposition rétrospective « BD Reporters » à Beaubourg. La plupart des dessinateurs reporters ont vécu, de 1990 à 2000, une dizaine d’années de succès qui ont ouvert la voie au carnet de voyage. La bande dessinée d’actualité et de reportage social a acquis sa reconnaissance depuis le festival d’Angoulême en 2004 l’attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. Quant au dessin de presse, il permet un regard critique sur la différence culturelle que Cabu, Patrick Chapatte et Wolinsky rehaussent d’un trait d’humour. Les carnets de voyage « reportage », signés de journalistes, soulignent l’actualité géopolitique et brûlante, notamment au Moyen-Orient, et dénoncent les conflits contemporains. La valeur du témoignage et la violence portée par le dessin donne alors une dimension particulière aux carnets qui rappelle celle des carnets de guerre. Les carnets engagés de reportage social, de mission ou d’expédition sont ethnographiques ou sociologiques et utilisent l’art du portrait pour favoriser la rencontre avec l’autre. Leur dimension peut être éducative s’ils favorisent la découverte des institutions politiques ou des missions humanitaires comme les « carnets de mission ». Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, en déployant sa palette de tons, ouvre à une vision plurielle et multiforme du monde et de l’ailleurs. Sa désinvolture formelle et sa liberté d’expression soufflent d’un vent de créativité sur le monde de l’édition.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Carnet de société, de reportage graphique et d’ethnographie

Le carnet engagé et ethnographique à la marge de la société à travers « l’observation participante »

Dans la même lignée éditoriale que « Dans le sillage des boat-people » de Noëlle Herrenschmidt, carnet de voyage précurseur chez Albin Michel en 1993, Elsie Herberstein a publié un carnet sur les sans-abri intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri (Jalan Publications, 2004). Pour elle, le carnet favorise « la transmission de témoignages humains surtout lorsque le drame social se banalise »; c’est dans un lieu d’accueil, au cœur de Paris, qu’elle recueille les témoignages des plus démunis, sur le modèle du travail mené par Jean-Louis Courtinat de 1993 à 1995 autour du documentaire social. La méthode est celle de « l’observation participante » prônée par Bronislaw Malinowski et l’école de sociologie de Chicago des années 20, qui étudie l’homme dans son environnement industriel et urbain. Le chercheur ou l’artiste s’immerge dans la vie sociale en partageant le mode de vie des communautés afin de mieux les comprendre. Il prend des notes quotidiennes, sous la forme d’images ou de textes, qui favorisent une relation d’immédiateté. L’ethnologue les fond dans un groupe dont il apprend la langue et les usages afin de les transcrire tels quels, « bruts » en quelque sorte, de manière à rassembler le matériau le plus objectif possible. Dans cette position, l’ethnologue devient presque un membre de la société qu’il étudie et c’est ainsi, peut-être, qu’il se dépouille de tous ses a priori. A cette démarche, peut s’ajouter le rendu du documentaire qui transmet le ressenti au moyen de la trame narrative ; c’est à dire « ce que le spectateur aurait ressenti à être un témoin véritable de la scène ». La tentation est alors forte pour l’auteur de se tourner vers le photojournalisme, parfois perçu par le lecteur dans certains carnets de voyage. Damien Roudeau[1], récompensé par le Prix Grand Reportage en 2002 à la Biennale du carnet de voyage, explicite en effet sa démarche :

« Le fil conducteur de ma démarche continue à se tisser dans cet espace en marge où je m’efforce d’exister, avec toujours ce doute inhérent à l’observation participante : est-ce que je témoigne de ce que je vis, ou est-ce que je vis la marge afin d’en témoigner ? Envisager la marge, c’est révéler certaines zones de vérité, des zones fréquemment négligées ou considérées comme connues ».

Il fait en effet partager la vie des membres de la communauté des chiffonniers d’Emmaüs dans son carnet intitulé De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage (Parole et silence, 2006). Dans le cadre de cette filiation, le carnet de voyage suit l’évolution de l’anthropologie devenue non exotique et qui s’oriente donc vers des milieux proches[2] ; l’ethnologie porte en effet aujourd’hui sur l’altérité sociale, culturelle ou économique située dans notre pays, c’est-à-dire sur les phénomènes de marginalisation, d’exclusion intégration et d’immigration. Il s’agit pour l’artiste d’être avant tout un médiateur qui rend le réel caché visible, qui met en lumière le témoignage des exclus, le médiatise pour être perçu de tous. Son travail est alors ethnographique et circonscrit à un art à visée documentaire et réflexive, consacré à l’autre, considéré dans le cadre de sa culture, de sa différence ou de sa marginalité. D’ailleurs, dans la plupart des carnets, souvent des portraits, le statut d’auteur est partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs[3].

Autre lieu aux marges de la société, celui du centre d’accueil de Sangatte dans lequel Denis Lecat et François Saint Remy proposent un journal illustré de leurs rencontres : En regard de Sangatte : refuge(s  (Sansonnet, 2002). Le journal-carnet de route Kingsley : carnet de route d’un immigré publié par Olivier Jobard et Florence Saugues (Marval, 2006) rend compte du long voyage de l’exilé comme en témoigne d’ailleurs Kingsley Abang Kum, jeune camerounais de 22 ans, qui traverse clandestinement l’Afrique pour rallier la France. Dominique Meyer, Prix Vulcania 2008, évoque dans  Voyage aux Comores  les voyages maritimes pour l’immigration depuis certaines îles des Comores. Autre sujet brûlant, la prostitution en Asie qui fait l’objet d’une enquête réalisée par le photographe-journaliste Nicolas Lainez, dans une douzaine de villes d’Asie du Sud-Est. Manon Ott et Grégory Cohen rendent compte de la vie des Birmans livrés à une dictature mais aussi des formes de résistance qui s’organisent : Birmanie, rêves sous surveillance  [1] (Autrement, 2008). Le collectif de photographes et de cinéastes documentaristes intitulé « Les yeux dans le monde » [2], fondé en 2003, tente de réfléchir aux images sur les enjeux contemporains de nos sociétés, la place du regard, du spectateur et de son rapport à l’Autre. L’association « Les yeux dans le monde » organise régulièrement des manifestations alliant réflexion citoyenne et expression artistique et souhaite soutenir et diffuser la création documentaire[3].


 


[1] Les yeux dans le monde, collectif d’artistes pour la création, les ateliers et la diffusion de documentaires : http://www.lesyeuxdanslemonde.org/

[2] en référence au Voyage des interstices, selon Jean-Didier Urbain.

[3] Sur le modèle du cinéaste anthropologue Jean Rouch à l’origine de l’anthropologie visuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Interculturalités et éducation à la citoyenneté

Interculturalités et éducation à la citoyenneté : des pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle

Communication au colloque international trilingue « Espaces de l’éducation et identités culturelles » organisé par l’université Via Domitia Perpignan, les 30 juin et 1er juillet 2011.

http://recherche.univ-montp3.fr/artdev/colloque13/appel_colloque13.pdf

De multiples pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle peuvent favoriser le vivre ensemble à l’école et en classe : de l’enseignement de l’histoire de l’immigration au voyage scolaire ou aux échanges européens de type Comenius ou Léonardo, l’éducation à l’interculturel est un objet pédagogique commun afin de promouvoir la compréhension de l’Autre. Dans le cadre de ces pratiques éducatives comment nous interroger l’identité culturelle en favorisant la construction culturelle et identitaire en incitant l’expression personnelle et artistique. Le carnet de voyage semblerait un outil pédagogique adapté car il est créatif et qu il allie la démarche documentaire à la démarche artistique afin de forger un esprit d’innovation et un regard sensible sur le monde. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs[1]. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. C’est l’ouverture sur la créativité et l’expression personnelle, à travers les techniques plastiques de réalisation d’une image mosaïque de croquis et de documents authentiques, qui en fait son atout pédagogique. De plus, le reportage graphique pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté a la vertu d’ouvrir sur l’Autre. Les pistes de projets de carnets de voyages vécus ou imaginaires sont vastes, nous en avons expérimenté un certain nombre avec des scolaires : carnet de patrimoine, carnet-livre d’artiste, carnets de mémoire et de recherches en arts, carnet de projet professionnel, carnet de «jeu de rôle sur les pas de», carnet de «société-reportage», carnet naturaliste mais aussi carnets de voyages vécus[2]. Quant au carnet multimédia et vblog, il permet d’évaluer les compétences B2I comme le propose la plate-forme des carnets numériques du CRDP d’Auvergne. D’autres pistes pédagogiques ont été évoquées lors du stage national de formation en Arts et Culture proposé au Préac[3] et organisé par l’Académie d’Auvergne lors de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

Dans le cadre de l’enseignement de l’histoire de l’immigration, il prend alors toute sa dimension initiatique de quête des racines et de construction de l’identité. Nous avons en effet expérimenté un carnet de voyage aux racines familiales qui a concerné deux classes multiculturelles de cinquième qui a permis d’aborder plusieurs notions à travers une pratique artistique plastique et d’écriture : l’identité, l’interculturalité, la découverte des autres cultures, le parcours individuel et familial. Aborder la question de la construction de l’identité à travers le parcours individuel de l’enfant et de sa famille jusqu’à son arrivée sur le quartier est un sujet difficile à aborder, aussi nous avons privilégié l’expression des élèves sur l’histoire de la famille (et la culture des grands-parents). La fabrication du carnet de voyage qui témoigne du déplacement vécu au contact des autres et de la différence culturelle a semblé un outil pertinent pour atteindre cet objectif éducatif.

Bibliographie :

ARDOINO, Jacques (éditorial). L’approche ethnographique : l’école et la formation des adultes. Pratiques de formation (Analyses), Décembre 1990, n°20.

ARDOINO, Jacques (éditorial). L’éducation et les défis interculturels. Pratiques de formation (Analyses), mai 1993, n°5.

ARDOINO, Jacques (éditorial). Le travail de l’interculturel : une nouvelle perspective pour la formation. Pratiques de formation (Analyses), février 1999, n°37-38.

ARGOD Pascale. Trois bibliographies thématiques d’une quinzaine de pages : Echanges culturels et ouverture sur le monde : éduquer à l’anthropologie, Interculturel, diversité culturelle et intégration sociale, Francophonie et plurilinguisme en Europe : interculturel et langues. Rubrique « Ressources » du site de l’IUFM d’Aquitaine-Bordeaux IV, 2006. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.aquitaine.iufm.fr/documentation/bibliothematic/biblioDyn.php?ens=1

BEACCO Jean-Claude. Dimensions culturelles des enseignements de langue : des mots au discours. Paris : Hachette Livre, FLE, 2000.

COLIN Lucette, HESS Rémi (pref.). L’interculturation du monde. Paris : Anthropos, 2000. (exploration interculturelle et science sociale)

CONDAT, Sophie. Bibliographie Education interculturelle. CIEP, juin 2008. [en ligne]. Disponible sur : http://www.ciep.fr/bibliographie/Education_interculturelle.pdf

DEMORGON Jacques, HESS, Rémi (pref.). Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris : Anthropos, 1996. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS, Rémi. Pédagogues sans frontières : écrire l’intérité. Paris : Economica Anthropos,1998. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Remi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

HESS, Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Rémi (Dir.), WULF Christophe. Parcours, passages et paradoxes interculturels. Paris : Anthropos, 1999. (exploration interculturelle et science sociale)

THIEBLEMONT-DOLLET Sylvie. Art, médiation et interculturalité. Paris : Presses universitaires de Nancy, 2008. (Interculturalités, n°2)

COLLOQUE DE l’ADECE (Association pour le développement des échanges et de la comparaison en éducation). Echanges éducatifs internationaux : difficultés et réussites. Actes du 2e colloque de l’ADECE 18-20 mai 2000 à l’IUFM de Montpellier. Paris : L’Harmattan, 2002.

COLLOQUE ANTHROPOLOGIE, INTERCULTUREL ET ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DES LANGUES à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord en décembre 2008.

http://users.utu.fi/freder/anthropo/appelacom-4.pdf

Approches interculturelles en éducation : dossier de synthèse. Service de veille scientifique et technologique. INRP Institut national de recherche pédagogique. [en ligne]. Disponible sur :http://www.inrp.fr/vst/Dossiers/Interculturel/bibliographie.htm


[1] Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la poste de Paris. Pascale Argod. Musée de la Poste, novembre 2010.

[2] Diversité des projets 2008-2010 sur Bordeaux : voir l’article « Création de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010. Article publié dans inter CDI, n°228, nov-décembre 2010.

[3] Responsable du stage de formation des enseignants intitulé « Enseigner le carnet de voyage » depuis 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet d’observation et le reportage graphique, médiums de l’ethnologie du proche

« Le carnet de voyage d’ethnologue-anthropologue », numéro de la Revue 303 Arts, recherches, créations de Nantes sur l’histoire des carnets de voyage, septembre 2010, 72-77 (6 pages).

http://www.revue303.com/catalogue/article.asp?arid=2146

L’héritage des sciences de l’homme, de l’anthropologie et de l’ethnographie explique la  diversité des approches sociologiques du carnet de voyage contemporain dans ses dernières tendances, tournées vers le reportage. Les thèmes des carnets de voyage édités portent sur des  champs de l’ethnologie, proches de la sociologie : sites particuliers, témoignages de tranches de vie, utilisation du reportage instantané, donc ethnographique, croquis descriptifs de l’intérieur de l’habitat et des objets usuels sur l’exemple des deux carnets de Karine Huet[1] sur l’Atlas, enquête de terrain digne d’un ethnologue en immersion, sur le modèle du carnet sur les sans-abris intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri d’Elsie Herberstein ou dans la ville d’Alger, à travers une galerie de portraits, qui est le reflet de la diversité de la population algérienne : l’échantillonnage et le questionnaire d’entretien seraient en effet à comparer avec les méthodes de l’ethnologie. Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie  et pour la sociologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Le carnet de voyage aux frontières de l’anthropologie visuelle[1], de l’enquête ethnographique et de l’observation

Le carnet de voyage pourrait être une technique au service de l’enquête de « terrain », une originalité de l’ethnographie basée sur l’observation participante qui pose autant de problèmes qu’il y a d’ethnologues et de cultures. Aussi la partialité est-elle une problématique tant de l’ethnographie que du carnet de voyage puisque l’ethnologue se doit de rester neutre en exerçant un sens critique et d’être accepté par ses interlocuteurs, fondements de la qualité de l’information recueillie. La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie[2] liée à « La méthode photographique »[3]. L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie » [4] publié en 1947.

Le carnet de voyage investit l’ethnologie contemporaine du proche

Face à une uniformisation du monde, l’ethnologie s’est tournée vers le ruralisme puis vers les ensembles urbains, les ségrégations géographiques et a investi les sociétés modernes, les quartiers, les associations, les minorités ethniques, les phénomènes de religiosité populaire, les organismes d’état, notamment avec la mission du patrimoine ethnologique[5]. C’est le quotidien de la modernité qui intéresse l’ethnologue chargé d’introduire une distance par rapport aux objets familiers et quotidiens et dont la pratique ethnographique[6] apporte la valeur du témoignage et brouille les frontières entre ethnologie et sociologie. Marc Augé[7] préconise une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien »[8] qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994[9]. Le carnet de voyage contemporain semblerait s’inscrire dans cette dimension sociologique. Ainsi c’est à partir du reportage dessiné et du relevé de témoignages que Noëlle Herrenschmidt s’est intéressée aux lieux emblématiques tels que le tribunal, l’hôpital, le Vatican, la gendarmerie. Cathy Beauvallet la rejoint dans son regard, puisqu’elle s’est penchée sur l’assemblée nationale. La visée ethnologique est illustrée par Elsie Herberstein (Chez les sans–abris), par Troubs (chez Les bouilleurs de crus) et Damien Roudeau (dans la communauté Emmaus avec les compagnons du partage). Diversifier les reportages sociologiques, les études ethnographiques régionales et les documentaires sur des pratiques artistiques et culturelles pourrait être un enjeu du carnet de voyage. Ainsi, les éditeurs pourraient orienter leurs publications de documentaires d’ethnologie-ethnographie régionale vers le style « carnet de voyage » au lieu de privilégier le documentaire formaliste.

De l’observation et du reportage graphique.

Le type d’observation[1] sur le terrain lors du voyage détermine en effet la qualité du rendu ethnographique du carnet dans la mesure où on distingue quatre formes d’observation participante (Buford H. Junker[2]): la participation totale, l’observation du participant, la participation de l’observateur et la simple observation. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?

La photographie[3] s’est substituée au carnet de croquis pour l’explorateur, le peintre et l’ethnologue depuis 1850 où il servait à conserver les témoignages archéologiques ou les éléments du patrimoine ethnologique : c’était le cas, pour Maxime Du Camp, par exemple, en l’Egypte. Pour la sociologie visuelle, la question de la vérité de l’image n’est pas centrale, il s’agit davantage de s’intéresser à la valeur de l’image en tant que point de vue et d’apprécier la contextualisation de l’image produite, comme le souligne l’article fondateur d’Howard Becker intitulé « Photography & sociology » daté de 1974[4]. Ces deux aspects semblent faire du reportage graphique, comme outil de l’ethnographie, l’essentiel du carnet. Il possèderait les mêmes intérêts que la photographie : mettre en images des concepts abstraits, la puissance de désignation des images, la possibilité d’une observation « hors-terrain » et différée. L’image est un support de médiation et d’échange entre enquêteurs et enquêtés[5]. Jean Malaurie utilise dans ce but ses carnets afin de faciliter la communication avec les Inuits. L’image révèle l’intime et l’indicible et constitue ainsi un support qui, par sa suggestion, permet de délier la parole. Le dessin ou le croquis sont aussi convaincants, et même peut-être davantage car, du fait de la simplification des traits et du rendu qui va à l’essentiel, la part de subjectivité projetée est plus grande. La notion de reportage et la dimension documentaire et patrimoniale de l’image, notamment de la photographie documentaire, ont été envisagées et réexaminées dans le cas du film ethnographique et du « cinéma vérité »[6], outils spécifiques  de l’anthropologie visuelle.


[1]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[2] Idem.

[3] Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[4] Photography and Sociology. Howard S. Becker,. Studies in the Anthropology of Visual Communication 1, 1974, p.3-26. [mis en ligne] http://www.americanethnography.com/article_sql.php?id=69 ou http://lucy.ukc.ac.uk/becker.html

[5] «La photo-interview : dialogue avec des japonais». Fabienne Duteil-Ogata. In Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[6] Voir le carnet de note de l’ethnologue Jean Rouch.

 


[1] Voir l’atelier des doctorants en SIC de l’université de Bordeaux III du 9 mars 2009, dirigé par Mme Hong-Marcier sur le thème « Les usages de ressources visuelles comme outils de recherche en sociologie ».

[2]     La description ethnographqiue. François Laplatine. Dir. François de Singly. Editions Nathan, 1996.

[3]    Ethnologie et photographie, Revue L’ethnographie, numéro spécial, 1992.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1992_num_10_53_1985

Comme l’illustre par exemple l’ethnologue, ethnographe-photographe, Pierre Verger, chargé du laboratoire de photographie du Musée d’ethnographie, soit six milles clichés réalisés par le chercheur au Brésil.

[4] Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observations. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux,  Marcel Mauss. Payot, 1947. (Bibliothèque scientifique).

[5] http://www.culture.gouv.fr/mpe/ et PortEthno, le réseau des recherches et des ressources en ethnologie de la France de la direction de l’architecture et du patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/mpe/portethno.htm

[6] Ethnologue, mais pas trop : ethnologie de proximité, voyages secrets et autres expéditions minuscules. Jean-Didier Urbain. Payot, 2003 (Petite bibliothèque Payot, n°465).

[7] Anthropologue, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et président de l’EHESS de 1985 à 1995. Suite à de nombreux terrains en Afrique (sur la sorcellerie, les prophètes-guérisseurs, le fétiche…), il souhaite étendre l’anthropologie à l’étude des sociétés occidentales, et plus largement, aux «mondes contemporains».

[8]  Domaines et châteaux. Marc Augé. Seuil, 1989.

Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité. Marc Augé. Seuil, 1992.

Un ethnologue dans le métro. Marc Augé. Hachette, 2001. (Hachette Littérature).

[9]  Pour une anthropologie des mondes contemporains. Marc Augé. Aubier, 1994. (Critiques).

 


[1] Un hiver berbère. Karin Huet, Titouan Lamazou. Editions Jeanne Lafitte, 1990.

Sous les toîts de la terre. Karin Huet, Titouan Lamazou. EditionsBelvisi-Publiaction, 1988

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Carnet de découverte géographique

Du récit maritime[1] à l’expédition polaire, entre documentaire et livre d’artiste, pour sensibiliser à une culture géographique

La première tentative de carnet de voyage daterait des années 50 et s’inscrit dans la lignée des peintres de la marine et des marins bretons qui traduisent en mots et en peinture la vie des marins ; il s’agit en effet du reportage Pêcheurs des quatre mers  de Roger Vercel, édité en 1957 chez l’éditeur de Dinard « Vue sur mer ». Ce reportage sur la pêche des années 50 est croqué sur le vif par des peintres de la marine, Marin-Marin, Albret Brenet et l’illustre Mathurin Méheut, précurseur du genre, suivi, une vingtaine d’années après, par Yvon Le Corre[2]. L’idée de « carnet de voyage » est née en effet chez Gallimard en 1990 sous le pinceau d’Yvon Le Corre. La collection d’albums intitulée « Voiles » fait déjà appel à des aquarellistes renommés, souvent peintres officiels de la marine comme Marin-Marie, Marc Berthier, Yvon Le Corre….Marc Berthier, membre de l’équipage d’Eric Tabarly comme Titouan Lamazou, s’adonne lui aussi, au carnet de voyage en évoquant la navigation sur le fameux « Pen Duick»  dans l’album Pen Duick : du croquis à l’aquarelle (Nouveaux Loisirs, 2000). Yvon Le Corre, futur professeur de dessin de Titouan Lamazou, est le premier à rendre le genre visible en France dès 1978 chez Gallimard avec le titre Heureux comme iris) et a publié en 1990  Les Tavernes d’Alcina : voyage au Portugal  et, en 1992,  Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces  publiés tous les deux par Gallimard dans la collection « Voiles ». Dès 1982, Yvon Le Corre se balade en Irlande avec son carnet de croquis à la main condensé dans Carnet d’Irlande (Chasse-Marée, 2000) et dans l’Irlande, les demeures du grand souffle, accompagné d’un CD d’airs irlandais. Il est suivi, en 1990, par Loustal, dessinateur de bandes dessinées, puis par Titouan Lamazou dès 1988-1990. Ciblée sur les voyages d’aventure, une autre collection apparaît chez Glénat, intitulée Sillages, qui inaugure avec Gildas Flahaut trois carnets : Les carnets tempête : voyage aux îles Kerguelen  en 1996,  Carnets Mongols  en 1997,  Le phare du bout du monde  en 1999. En 1992, la collection d’Albin Michel Jeunesse, qui a lancé le carnet de voyage dans l’édition de jeunesse, propose quatre Carnets du monde : sciences et techniques. Les premiers titres, « dessinés sur le vif » (terme employé dans le titre de la couverture) par un illustrateur, sont ainsi coédités avec la Cité des sciences et de l’industrie :  Compte à rebours à Kourou  en 1992,  Everest : une expédition scientifique  en 1993,  Madagascar : une mission humanitaire  en 1993,  Paris, les mystères de l’eau  en 1994. Titouan Lamazou publie Carnets de voyage, volume 2 les artistes autour du monde en 2000 chez Nouveaux loisirs alors qu’il réalise des carnets, notamment sur les Antilles depuis 1974, sur son séjour chez les Berbères de l’Atlas marocain en 1989 (coauteur Karine Huet), publiés dans le magazine d’Air France de 1996 à 1998. Le carnet de voyage  pourrait se définir comme « un récit autobiographique d’un déplacement où l’image est centrale, voire prédominante par rapport à l’écrit, un récit pictural de la découverte témoignant de la place du voyageur »[3] entre ce qu’il regarde et ce qu’il voit, et entre ce qu’il perçoit et ce qu’il appréhende, entre ce qu’il ressent et ce qu’il traduit. Il semblerait donc reprendre l’ensemble des aspects suivants : la quête du voyage (thème, découverte, finalité), l’expression (technique, image, écriture, rapport texte – image) et l’intention (cible et regard).

Dans le sillage des Peintres de la marine, les expéditions scientifiques[4] ont utilisé le carnet comme médium de vulgarisation. Par exemple, Yvon le Corre est à l’origine du premier carnet de voyage scientifique publié : Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces (Gallimard, 1992) préfacé par Jean-Louis Etienne[5] à propos de l’expédition Antartica de l’explorateur. Il y mentionne les grands courants, les flux, les criques, les icebergs utiles à la navigation. Sur le plan historique, le premier carnet d’expédition daterait de 1947, celui du témoignage dessiné d’Erik Hesselberg sur l’expédition du Kon-Tiki. L’album est illustré à la plume et édité en 1952 par l’éditeur René Julliard. Depuis, il a été réédité dans la collection « Sillage » chez Glénat. En 1997, Christophe Blain, illustrateur dès 1991 dans la collection « Carnets de monde » d’Albin Michel Jeunesse[6], part en Terre Adélie à la demande du magazine Grands Reportages et de l’Institut français des pôles et rapporte un Carnet polaire (Casterman, 1997). A la fin des années 1980, Paul-Emile Victor a déposé, à la bibliothèque du Musée de l’Homme, un fonds constitué des documents ethnographiques sur les Inuits[7] qu’il a produit à l’occasion de ses expéditions au Groenland entre 1934 et 1937 ; ce sont des carnets de voyage composés de notes de terrain, de manuscrits de publications, de lettres et télégrammes, de fiches descriptives des objets déposés au musée de l’Homme ainsi qu’un fonds iconographique de deux mille photographies et de trois cent trente-cinq dessins. Trois expéditions de la Société des Explorateurs et Voyageurs français font aussi l’objet d’un carnet de voyage (dir. Patrice Franceschi) : L’expédition Cliperton, La boudeuse autour du monde et Ultima Cordillera II aux origines du monde. De même d’autres sur les traces d’explorateurs proposent des carnets de voyage : Exploration Pacifique,  Opération La Pérouse ou l’expédition Vanikoro,  Paris–Kaboul  et Portes d’Afrique.

Le carnet de reportage du géographe ou du journaliste : un regard documenté sur des voyages au long cours[8]

Le reportage est la relation de « choses vues », c’est-à-dire un compte-rendu de l’expérience vécue sur le terrain. Le travail de reporter suppose une préparation à la collecte des informations «  in situ » de l’événement dans un travail d’investigation : recherche documentaire, entretiens, relevés, enquêtes, étude du pays. Le reportage est donc à la fois un compte rendu et un témoignage destiné au public qui offrent à la fois description et compréhension des faits. Si l’objectivité du journaliste prime puisque le reporter témoigne de ce qu’il a vu et entendu, la mise en scène et l’information sont essentielles pour que le lecteur ait l’impression de revivre l’événement. Cependant le reportage relèverait du documentaire qui sert à instruire en analysant et en expliquant ; aussi le degré d’authenticité de l’image serait-il primordial comme le recherchent les journalistes qui abordent le Moyen-Orient par le biais du carnet : Arnaud de la Grange, Thomas Goisque et Bertrand De Miollis se sont intéressés à l’Irak, année zéro, pays abordé aussi par Christophe Dabitch, auteur du  Voyage au pays des Serbes. Jean-Paul Mari, auteur de Carnets de Bagdad  (Grasset, 2003), et Yann Le Bechec, illustrateur, proposent la lecture de l’événement à travers des rencontres et la vie quotidienne dans leur carnet Israël Palestine : carnets  (Jalan Publications, 2004). Contrairement aux attendus du marketing éditorial qui repose sur la promotion touristique, les carnets de voyage de journalistes reporters ont le vent en poupe, loin des clichés de l’Ailleurs et du rêve exotique. En 2009, un carnet de reportage a été mené en Palestine par Bruno Pilorget et Michel Renaud et médiatisé lors de la 10e Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. La route de la soie au croisement des échanges entre civilisations est aussi devenue un enjeu géopolitique sous le feu de l’actualité. Aussi, Bernard Ollivier est-il parti à la rencontre des peuples qui la jalonnent, héritiers du tissage culturel entre Orient et Occident. Passionné autant d’histoire que de marche à pied, il a rapporté trois tomes de la Longue marche. Trois ans après son périple en solitaire, ses Carnets d’une longue marche : nouveau voyage d’Istanbul à Xian (éditions Glénat en 2003) ont été illustrés par François Dermaut. Priscilla Telmon et Sylvain Tesson rendent aussi compte de l’Asie centrale dans leurs Carnets de steppes. Le voyage au long cours de Claire et Reno Marca, soit Trois ans de voyage autour du monde  (Hermé 2005), est un carnet de voyage reportage ; tourné vers le documentaire de géographie, il offre un point de vue de géographe sur chaque pays traversé que les auteurs replacent dans l’actualité géopolitique internationale et dans le contexte politique, social et économique propre. Le journal qui offre une vision personnelle et intime est ainsi confronté à la vision des médias. Ouvrage de géographie du monde contemporain, il se réfère à la grande tradition des encyclopédies de géographie du début du siècle compilant les travaux comptes-rendus des expéditions des géographes de la Société de Géographie. Ce travail de mise en abîme sur le plan historique leur a demandé en effet un travail de conception de dix-huit mois avec une équipe éditoriale importante. Leur point de vue personnel au contact de la société civile et de la rue s’est ainsi confronté aux prises de position gouvernementale. Ils ont su aborder habilement ce décalage entre le peuple et le gouvernement.


[1]  Consulter l’ouvrage « Carnets de la mer » de Farid Abdelouahab (Sélection Reader’s digest, 2007, 223 p.) qui dresse une anthologie des carnets de voyages maritimes ou de navigation.

[2] Lauréat du Grand Prix 2002 du carnet de voyage et auteur de dix-sept livres.

[3]  Thèse de Doctorat soutenue en 2009 sur l’essai de définition du carnet de voyage : Le carnet de voyage : approches historiques et sémiologiques. Pascale Argod (Dir. Thierry Lancien). Université de Bordeaux III, 10 décembre 2009 (790 p + 800 titres de corpus).

[4]     Le carnet de voyage a le vent en poupe, Pascale Argod, publié dans le revue Argos, n°37, « Vers une politique documentaire ? », avril 2005, p. 34-41. CRDP de Créteil.

[5]     Invité d’honneur du 10e Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, novembre 2009 à l’occasion de la publication de son ouvrage : 30 ans d’expédition, éditions Chesne, 2009.

[6]     Deux carnets de voyage : « Cyclones à Chittagong : Bangladesh » et « Carnet d’un matelot ».

[7]     Manuscrit de la bibliothèque du Muséum de l’Homme de Paris : CALAMES, catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-129

[8]     Des documentaires atypiques : carnets de voyage ou de société. Pascale Argod. InterCDI, n°214, juillet / août 2008, Numéro Spécial « L’image documentaire », p. 26-32.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts