Le carnet de terrain et de recherche, une méthode visuelle de recherche en SHS

Le carnet de terrain et de recherche, une méthode visuelle du chercheur en sciences humaines et sociales

Le Réseau inter-MSH des Méthodes Visuelles vise à rassembler des individus et des communautés de pratiques qui, au-delà des cloisonnements disciplinaires, convergent à travers des questions méthodologiques. Il rassemble des acteurs de diverses Maisons des Sciences de l’Homme qui structurent l’ensemble sur le plan institutionnel. Cependant, ce réseau a vocation à être une communauté ouverte, accueillante et solidaire. Toute personne, quel que soit son statut, qui a un intérêt pour l’usage de l’image dans la recherche, doit pouvoir rejoindre ce réseau.

https://sites.google.com/site/reseauintermshdesmv/

Mon propos porte sur le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) qui est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche.

– Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article scientifique, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de « reporter » et de témoigner de faits, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ.

– Comprenant les fonctionsde l’image (explicative et informative)et déclinant un panel de techniques créatives (des arts graphiques aux arts visuels au service des sciences de l’homme), le carnet de recherche consigne textes et images, relevés, inventaires, représentations visuelles (carte, schéma, topogramme…),découvertes et observations issues du terrain mais aussi des réflexions au quotidien dans une pratique du carnet nécessaire à la démarche de recherche en sciences humaines et sociales.

– Il peut se décliner sur tous les supports – audio-visuel (cinéma) sonore et numérique (blogs, sites web, wikis…)- et écrans dans une intermédialité du carnet et évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue ou regards du chercheur au praticien ou professionnel. Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet qu’il soit de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation.

– L’objet d’étude pourrait s’étendre à différentes périodes historiques afin d’envisager le carnet de recherche, autant « carnet d’esquisses » comme source de créativité et poétique de l’oeuvre pour l’artiste, que « carnet de terrain » comme déclencheur d’innovation et palimpseste du raisonnement pour le scientifique. Il contribuerait, notamment à travers les relations entre le texte et l’image, à une épistémologie des disciplines, à la constitution des sciences de l’homme et à l’évolution des sciences humaines et sociales qui découlent de l’expérience vécue, de la relation à l’Autre et des types d’observation sur le terrain, déclinés notamment en sociologie, en anthropologie et en géographie.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts