L’artbook, du carnet d’inspiration et d’esquisses au carnet de recherche

L’artbook, du carnet d’inspiration et d’esquisses au carnet de recherche de l’auteur-illustrateur

Du côté de la bande dessinée, l’Artbook se définit comme le carnet des notes et des croquis préparatoires à l’album B.D., à la manga ou le dessin animé et surtout du côté de l’illustration d’album pour la jeunesse. L’ouvrage Carnets d’illustrateurs de Jean Perrot (Cercle de la Librairie, 2000) offre quelques extraits de réalisation plastique classés par illustrateur. Issu de l’expérience créative de l’artiste et de ses voyages vécus, Ailleurs… plus loin ! d’Emmanuel Lepage rassemble en effetles illustrations, les dessins d’atelier et les croquis de voyage de l’auteur qui les commente. Hugo Pratt dévoile aussi les dessous de sa création liée à ses voyages dans la publication intitulée Périples secrets (Casterman, mars 2009) tout comme Beb-Deum dans Face box : art of (Delcourt, 2008).

En fait, dès 1994, les dessinateurs novateurs du genre bande dessinée Dupuy et Berberian réalisent un journal de bord de la réalisation d’une bande dessinée Le journal d’un album chez l’éditeur L’Association mais ils ne traitent cependant pas du thème du voyage. Art Spiegelman publie aussi ses trois volumes de Sketchbook rassemblés dans Be, A Nose !exposé à la Galerie Martel à Paris. Le premier Be est la reproduction d’un petit carnet d’ébauches réalisées lors d’un voyage en Allemagne et en Pologne en 1979 et donc préparatoires à l’album Maus. Le second volume « A » rassemble le travail de 2007 à la recherche du trait perdu dans son projet Autophobia. Le troisième carnet Nose recèle des images d’avant-garde datant de 1983 tirées de la revue « Raw » créée avec sa femme. De plus, un livret d’accompagnement explicite son travail quotidien de croquis dans ses carnets. La vogue de l’édition du carnet de dessinateur ou d’illustrateur semble s’affirmer depuis 2005 et démontre l’intérêt du lecteur pour la gestation de l’œuvre afin d’appréhender le métier d’illustrateur. Mais, à travers ces deux exemples proposés, peut-on encore parler de genre « carnet de voyage » ?

La collection Dess(e)ins, publiée par l’association Les traces habiles, Dess(e)ins, un observatoire des dessins liés aux processus créatifs groupe un fonds inédit de dessins de créateurs et de chercheurs de toutes disciplines, constitué grâce à leurs dons. Elle permet de découvrir la richesse et la diversité des processus créatifs. Exercé comme un langage, le dessin élabore des hypothèses, construit des scénarios et consigne les étapes de projets en devenir. Reflet du cheminement de la pensée entre l’esprit et la main, le dessin permet de s’approprier, comprendre, restituer son projet artistique ou scientifique. Dans cette collection, chaque créateur invente sa propre écriture en fonction de son dessein ou de pratiques liées à l’image, l’espace, l’objet ou à un thème (http://les-traces-habiles.org/le-projet-desseins/).

Corpus :

Les traces habiles 1. Association Les traces habiles. Hersher, 2012. http://les-traces-habiles.org/

Voir les titres de la collection : http://les-traces-habiles.org/la-collection/

Be a nose ! : three sketchbooks by Art Spiegelman.Art Spiegelman. Bruxelles : Casterman, 2009. http://www.galeriemartel.com/espace_pro/files/cp_art_spiegelman.pdf

http://www.actuabd.com/Art-Spiegelman-a-Paris-cote-coulisses

Ailleurs… plus loin !. Emmanuel Lepage. Mosquito, 2009

Carnets d’illustrateurs de Jean Perrot. Cercle de la Librairie, 2000.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage audio-visuel et de la promotion de « l’authentique »

Un médium pour valoriser le voyage ou le tourisme « authentique »

Sur support DVD, la collection Exploration Aventure de dix carnets de voyage audio-visuels édités par Gédéon Programmes propose de suivre un artiste en voyage qui élabore son carnet au fil du périple. Elle nous permet d’appréhender à la fois cette autre façon de voyager et une expressivité des lieux au prisme de la mobilité de l’artiste et de la gestation de son œuvre. Selon la quatrième de couverture du DVD : « Six illustrateurs-voyageurs parcourent et dessinent le monde…Carnets de voyage nous invitent à découvrir un pays à travers le regard, les croquis, dessins et aquarelles, d’un reporter-dessinateurs. Une découverte loin des sentiers battus et une invitation personnelle au voyage avec pour guide l’œil de l’artiste nomade ». La valorisation des lieux touristiques comme la cité d’Angkor à travers le regard et le trait de Bertrand de Miollis se veut témoignage et voyage vécu « hors des sentiers battus » du touriste classique : l’artiste reporter préfère découvrir les alentours du site inscrit au patrimoine de l’humanité que de parcourir le heut-lieu touristique afin d’éviter de tomber dans les clichés du touriste. Il mentionne cependant la cité comme un lieu admirable à ne surtout pas manquer. D’après la présentation du DVD, la rencontre et l’inattendu sont surtout valorisés : « Des trésors architecturaux d’Angkor aux marchés animés de la capitale Phom Penh, l’illustrateur Bertrand de Miollis nous fait découvrir quelques facettes méconnues du « pays du sourire. Les Cambodgiens n’ont rien perdu de leur légendaire hospitalité malgré les épreuves endurées ». Aussi comment ne pas céder à l’appel du haut lieu touristique qui illustre d’ailleurs la couverture du DVD ? Nous pourrions alors nous demander quel est l’enjeu prescriptif du carnet de voyage ? Serait-il une référence pour le voyageur ? Cette collection se démarque par son originalité éditoriale comme « reportage sur un artiste en voyage » et non comme guide touristique à finalité marketing. Elle rejoindrait la notion d’« écotourisme » ou de « voyage ou tourisme authentique » qui offre pourtant des atouts marketing au voyage personnalisé et « customisé » tel que le reflète si bien le carnet autobiographique du voyage, mémoire artistique et intime du périple. Le voyage personnalisé dans lequel le participant s’implique et devient actif par sa démarche créative, donc attentif au monde, est la promesse de rencontres authentiques donnée par le voyagiste. Des agences de voyage telles que Atalante ou Orients voyages l’utilisent comme outil de communication et propose des voyages pour initier à la réalisation d’un carnet de voyage à travers des ateliers de pratique artistique animés par un artiste-carnettiste.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques

Une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage

Communication au colloque  Les cultures du déplacement : Mobilités et requalifications des lieux et des territoires, 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon – Université de Nîmes – 14-16 juin 2012.

Le phénomène éditorial du carnet de voyage, expression visuelle de la mobilité de l’artiste et aboutissement d’une démarche artistique à partir du voyage, s’explique probablement par ses atouts médiatiques que sont la proximité, l’émotion, le retour à l’enfance et la ressemblance avec le réel. Preuve du vécu, témoignage de la main, du geste et donc du corps, le croquis offre une empreinte intemporelle qui marque la page et le reportage de son sceau d’authenticité. Aussi comment est mise en valeur une culture du déplacement dans les arts graphiques, l’album, les sites web et les blogs de voyage ? quelle est son influence sur la redéfinition médiatique des lieux ? Quel est son enjeu de communication et de valorisation touristique ? Les voyages touristiques des lecteurs de carnets de voyage s’opposent-ils aux voyages hors-normes des auteurs carnettistes ? Le carnet de voyage serait-il le médium d’un tourisme créatif et innovant, et d’une autre forme de voyage valorisant l’expérience ? L’esthétique de la médiation touristique est un enjeu de longue date depuis la veduta[1]du XVIIe, mémoire picturale de la ville romaine, et l’engouement pour la carte postale, souvenir partagé du site, cependant, avec le carnet de voyage, la notion de témoignage d’un voyage d’exception, original et unique exige des acteurs du tourisme l’offre d’un « autre » voyage ou d’un voyage tourné vers l’Autre, authentique, expérientiel et créatif. La redéfinition médiatique des lieux se jouerait à travers une mise en valeur esthétique et plastique pour valoriser un tourisme de l’expérience et de l’authentique. Les atouts de cette redéfinition reposeraient sur cinq caractéristiques de cette démarche de voyageur se revendiquant comme « non touriste » et pour qui le voyage serait une « philosophie de la mobilité » :

Un rapport différent au temps et au voyage : rester de longues heures en un lieu pour l’observer et en faire un rendu dessiné (/ instantané de la photographie), vivre un voyage « non touristique ».

Une quête intime du voyage : or la production de carnets est réalisée surtout par des voyageurs étrangers de passage. Le carnet de voyage est-il la finalité d’une quête ? Laquelle ?

Une vision parcellaire et déformée : le carnettiste est un voyageur occidental influencé par ses codes culturels d’étranger au pays qu’il visite et dont le séjour est souvent réduit à un mois dans le pays : sa vision sera parcellaire et déformée, voire exagérée.

La valorisation du voyage comme moyen d’apprentissage et le voyage authentique, voire solidaire, comme moyen de découvrir le monde et de rencontrer l’Autre, loin des tours opérateurs.

La notion de témoignage du vécu et de son expérience à travers le voyage : il s’agit en effet d’accepter la perte du corps à corps avec sa terre et son lieu d’origine, le dépaysement et le changement de repères dans le temps et dans l’espace puis de mettre à distance (cf au « regard éloigné » de Claude Levi Strauss) son groupe d’appartenance et sa culture afin de se confronter à d’autres mœurs qui risquent de remettre en cause ses représentations et ses opinions, voire sa propre culture.

 

 

 

 

 


[1] Peinture détaillée d’un paysage urbain ou d’un panorama de paysage qui est apparue chez les Flamands dès le XVIe siècle avec Paul Bril. La peinture flamande du XVIIe siècle se spécialise dans la vue urbaine telle que « La vue de Delft » de Vermeer.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Une palette de carnets de voyage, de reportage, de patrimoine et de mobilité

Extrait de la deuxième partie de thèse de Doctorat intitulée « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique » (790 pages et corpus de 800 titres). sous la direction de M. Le Professeur Lancien, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, équipe de recherche GRESIC-MICA (EA 44 26), réalisée en quatre ans de 2005 à 2009  (mention « Très honorable avec félicitations à l’unanimité du jury).

Au carrefour des influences artistiques, des arts graphiques aux arts plastiques, mais aussi des types d’albums ou d’ouvrages illustrés, le carnet de voyage connaît un réel engouement tant de la part des artistes illustrateurs que des lecteurs à la quête de nouveautés. Il offre une palette de regards sur le monde et sur l’Autre qui révèle la richesse et la variété de ce médium, apparu il y a plus d’une  vingtaine d’années, dans le monde de l’édition. Cet album oscille entre le guide touristique et le livre d’art et cherche une voie originale dans le monde du livre et de l’édition. A travers un inventaire de quelque six cents carnets de voyage, non répertoriés comme tel dans les bases de données, et au fil des neuf années de Biennale, j’ai pu appréhender l’étendue thématique des sujets abordés par le carnet de voyage qui s’intéresse autant au voyage lointain qu’au voyage proche. Des caractéristiques ont pu en être dégagées, d’une part concernant les regards portés sur l’environnement et le monde et d’autre part l’inscrivant dans le genre du reportage graphique.

A travers une géographie à la fois vécue et perçue, le rayonnement thématique du carnet de voyage est étendu : le regard sur un pays, l’inventaire de la nature, la médiatisation des expéditions scientifiques, la mémoire patrimoniale en architecture et en archéologie, la valorisation du tourisme régional. Quel que soit le style de voyage, maritime, expédition polaire, voyage au long cours, l’expérience sur le terrain et l’étude de l’espace sont les fondements de la démarche du géographe ou de l’ethnologue carnettiste qui étudie l’espace à travers une géographie vécue et perçue au fil de la diversité culturelle. Les dessinateurs naturalistes fondent aussi leur science sur l’observation du terrain en dressant l’inventaire illustré de la nature afin de sensibiliser à la préservation de la biodiversité. Les carnettistes illustrateurs naturalistes voyagent à la quête des beautés naturelles et publient leurs carnets naturalistes dans des collections qui ont émergé dans l’édition à partir de 1991. Les naturalistes animaliers ont une préférence pour l’Afrique Australe et l’ornithologie est la spécialité plus répandue grâce au carnet d’observation. La médiatisation des expéditions scientifiques de chercheurs se fait à travers le journal de bord en ligne qui fait dialoguer les arts avec les sciences et qui diffusent les expéditions culturelles, anthropologiques et d’aventure ainsi que les expéditions environnementales d’enfants. Certains carnets de voyage contemporains se tournent vers l’architecture et l’archéologie afin de sensibiliser les lecteurs au patrimoine à travers les relevés d’architectes. Le carnet d’esquisse des architectes se présente sous la forme d’un carnet d’idées, de rough et de projets, parfois sous la forme d’un carnet de recherches expérimentales et graphiques. Des célèbres carnets de Le Corbusier, à propos de son Voyage d’Orient  vers Constantinople, aux projets d’architecture des jeunes architectes diplômés, le carnet de voyage semble avoir des émules. En effet, quelques carnettistes illustrateurs sont architectes et valorisent notamment le patrimoine urbain. Quant aux archéologues, leur carnet de fouille peut s’avérer un carnet de voyage, comme c’est le cas pour J.C. Golvin. Décliné comme un guide patrimonial, il valorise ainsi le tourisme régional et offre un intérêt marketing évident pour le monde de l’édition. D’ailleurs le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’humanité, qui s’inscrit dans la filiation du carnet de pèlerin, jouit d’un engouement éditorial.

La palette thématique du « reportage graphique » de voyage se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D.-reportage, carnet de dessin de presse, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition. Ainsi, comment caractériser chacun d’eux ? Les nomme-t-on carnet de voyage ou carnet de reportage ? Chacun des carnets a son langage, voire son médium iconographique propre : dessin, photographie, vignette et phylactère, dessin humoristique…Quels sont les points communs avec le carnet de voyage ? Seraient-ils des sous-genres du carnet de voyage ? Les chroniques, les journaux intimes et les carnets de guerre, inspirés du livre de raison de l’histoire familiale, se situent en effet aux limites du genre « carnet de voyage » puisque Renefer, Otto Dix et Mathurin Méheut laissent le témoignage poignant de la guerre des Tranchées, qui oscille entre la chronique et le journal intime illustré. Law Lariston, sous l’Occupation, et les carnets de déportés offrent une autre vision de l’horreur. Par ailleurs, comment situer l’album photographique de voyage par rapport au carnet de voyage ? C’est bien difficile dans la mesure où, pour le Prix de la Biennale du carnet de Clermont-Ferrand, ce type d’album n’a pas été accepté contrairement à ceux qui présentaient des techniques mixtes d’iconographie. Néanmoins, c’est le Prix Kodak organisé par La société des explorateurs français qui auraient lancé le terme « Carnet de voyage » en 1969. La tendance « Scrapbooking », destinée à  personnaliser l’album, s’inscrit-elle dans la filiation du carnet de voyage ? Comment qualifier le travail plastique de Peter Beard qui a fait connaître ses « diary » en France lors d’une exposition en 1996 au Centre national de la photographie ? Identifié comme le précurseur du carnet de voyage avec son art du collage, de la photographie au photomontage, Peter Beard livre pourtant une vision originale du genre. Les peintres photographes, tels que Tony Soulié, ou photographes voyageurs, comme Sylvain Tesson, trouvent-ils leur voie artistique dans le genre carnet de voyage ? D’autres photographes préfèrent dialoguer avec un aquarelliste et offrent un livre d’artiste qui croise deux regards. Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée et à travers le carnet de voyage. En effet, la B.D.-reportage est lancée avant le carnet de voyage, au début des années 80, et récemment redécouverte avec l’exposition rétrospective « BD Reporters » à Beaubourg. La plupart des dessinateurs reporters ont vécu, de 1990 à 2000, une dizaine d’années de succès qui ont ouvert la voie au carnet de voyage. La bande dessinée d’actualité et de reportage social a acquis sa reconnaissance depuis le festival d’Angoulême en 2004 l’attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. Quant au dessin de presse, il permet un regard critique sur la différence culturelle que Cabu, Patrick Chapatte et Wolinsky rehaussent d’un trait d’humour. Les carnets de voyage « reportage », signés de journalistes, soulignent l’actualité géopolitique et brûlante, notamment au Moyen-Orient, et dénoncent les conflits contemporains. La valeur du témoignage et la violence portée par le dessin donne alors une dimension particulière aux carnets qui rappelle celle des carnets de guerre. Les carnets engagés de reportage social, de mission ou d’expédition sont ethnographiques ou sociologiques et utilisent l’art du portrait pour favoriser la rencontre avec l’autre. Leur dimension peut être éducative s’ils favorisent la découverte des institutions politiques ou des missions humanitaires comme les « carnets de mission ». Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, en déployant sa palette de tons, ouvre à une vision plurielle et multiforme du monde et de l’ailleurs. Sa désinvolture formelle et sa liberté d’expression soufflent d’un vent de créativité sur le monde de l’édition.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les arts graphiques pour l’apprentissage des langues et des cultures

Les arts graphiques -reportage graphique, carnet de voyage et livre d’artiste- pour l’apprentissage des langues et des cultures à travers une pédagogie créa(c)tive »

Communication au colloque art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures organisé par le Lalic-Cirhill, UCO, à Angers du 5 au 7 septembre 2011

Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. C’est l’ouverture sur la créativité et l’expression personnelle, à travers les techniques plastiques de réalisation d’une image mosaïque de croquis et de documents authentiques, qui en fait son atout pédagogique et que mobiliserait les capacités cognitives de l’hémisphère droit du cerveau. De plus, le reportage graphique pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté a la vertu d’ouvrir sur l’Autre. Dans le cadre de pratiques éducatives de mobilité internationale et européenne le carnet de voyage favoriserait la construction culturelle et identitaire en incitant l’expression personnelle et artistique à partir de l’émotion artistique et le sensible. Il serait le vecteur de cette authenticité (Joëlle Aden, 2010) dans une éducation interculturelle et à l’interculturel et aux échanges avec l’Autre et sa culture que l’on reconnaît à travers l’art. A partir des spécificités du reportage graphique ou dessiné et du carnet de voyage, nous verrons en quoi ces outils seraient pertinents pour éduquer au regard et à la compréhension de l’Autre. Oeuvre mosaïque, collée et combinée d’images de diverses fonctions, le carnet de voyage est une œuvre sensorielle, créative et initiatique.

Les pistes de projets de carnets de voyages vécus ou imaginaires sont vastes, nous en avons expérimenté un certain nombre avec des scolaires : carnet de patrimoine, carnet-livre d’artiste, carnets de mémoire et de recherches en arts, carnet de projet professionnel, carnet de «jeu de rôle sur les pas de», carnet de «société-reportage», carnet naturaliste mais aussi carnets de voyages vécus Quant au carnet multimédia et vblog, il permet d’évaluer les compétences B2I comme le propose la plate-forme des carnets numériques du CRDP d’Auvergne. D’autres pistes pédagogiques ont été évoquées lors du stage national de formation en Arts et Culture proposé au Préac[1] et organisé par l’Académie d’Auvergne lors de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

Bibliographie

ADEN, Joelle. Apprentissage des langues et pratiques artistiques. APLV, 2010.

DEMORGON Jacques, HESS, Rémi (pref.). Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris : Anthropos, 1996. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS, Rémi. Pédagogues sans frontières : écrire l’intérité. Paris : Economica, Anthropos,1998. (exploration interculturelle et science sociale).

HESS Remi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

Sur le carnet de voyage :

– Argod Pascale. Le carnet de voyage, outil de formation à la mobilité internationale, In Actes du Congrès international « La lettre et l’esprit »  sur la mobilité internationale, organisée par l’Agence Europe Education Formation France, les 29 et 30 juin 2010, avril 2011.

– Argod Pascale. Diversité des projets 2008-2010 sur Bordeaux : voir l’article « Création de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010.

– Argod Pascale. Le carnet de voyage au regard de la sémiologie de l’image, Revue ARGOS n°46-47, double numéro « Images en lecture », du CRDP de Créteil, juin 2010.

– Argod Pascale, Créer un carnet de voyage pour éduquer au regard interculturel, Cahiers Pédagogiques, n°450, dossier « Images » en ligne, février 2007.

– Argod Pascale. Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. SCEREN-CRDP d’Auvergne en 2005,173 p. (29 fiches pédagogiques).


[1] Responsable du stage de formation des enseignants intitulé « Enseigner le carnet de voyage » depuis 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Soumission pour publication : un historique du carnet de voyage

Souhait de publier sous la forme d’un ouvrage illustré de fonds iconographiques de musées  ou de la BNF (Estampes) la première partie de ma thèse de Doctorat « Aux origines du carnet de voyage : la rencontre des sciences de l’homme et des arts » (200 pages)

Il s’agit de définir et de circonscrire le genre éditorial de ce que l’on entend par « carnet de voyage », c’est à dire une production à la croisée des genres. En effet, l’édition actuelle offre un panorama très large qui parfois se situe aux limites du récit, de la littérature de voyage et de l’autobiographie, du guide touristique et du documentaire, de l’album photographique et du livre-objet création esthétique…Ainsi, il m’a semblé opportun de dresser, dans une première partie, une recherche historique aux origines de l’ethnographie et aux sources de l’oeuvre picturale à travers l’esquisse. Elle semble bien approprié au sein des recherches menées par le laboratoire IMAGINES sur la culture visuelle mais aussi sur les mutations, les médiations et les objets culturels. Le carnet de voyage est lié à l’histoire de l’ethnographie et donc de la discipline de l’ethnologie-anthropologie mais aussi au voyage d’exploration (XVIe siècle) ou de formation artistique et humaniste (XVIIe siècle). Dépendant de l’histoire du livre d’artiste et de l’esquisse de l’œuvre picturale, l’héritage est marqué par des peintres illustres dont certains ont une vision ethnographique de l’ailleurs (Delacroix et Gauguin). Le genre prend naissance avec « le livre imagé » et « le livre d’artiste » qui ouvrent réciproquement sur l’illustration et l’art du collage aux sources des arts graphiques. De nombreuses tendances artistiques innovantes du XXIe siècle et fort diversifiées formeraient le creuset d’un art d’expérimentation en arts plastiques (le mouvement Fluxus, notamment) et lanceraient les prémisses du carnet de voyage, comme œuvre d’art à part entière ; les recherches historiques relient donc le creuset anthropologique à l’histoire de l’art, de l’art pictural aux arts graphiques et plastiques et posent la problématique du genre entre création artistique et production documentaire.

Aussi pour mener ce travail d’enquête historique sur l’histoire du carnet de voyage, j’ai consulté les bases documentaires en ligne des bibliothèques et des musées, mon sujet relevant autant du livre que des arts graphiques. Situer l’objet dans sa dimension historique a permis de vérifier les ébauches de caractéristiques sémiologiques. Cette enquête historique m’a semblé apporter une valeur scientifique à une définition de cet album, qui se dérobait au fil des nouveautés éditoriales, de plus en plus innovantes et surtout hybrides. Les anthologies de Farid Abdelouahab m’ont permis de cerner quelques auteurs illustres –explorateurs, aventuriers ou artistes– et d’en découvrir d’autres au fil des recherches. J’ai essayé de mener mon travail en complémentarité du sien et d’apporter des éléments nouveaux. Aussi j’ai omis volontairement certains des exemples qu’il cite pour essayer d’en découvrir d’autres et d’axer mon propos de manière chronologique et donc à partir d’une histoire de l’art du carnet de voyage. J’ai essayé de circonscrire le sujet par d’autres approches afin de situer le genre dans une vision globale, historique et culturelle, de l’image fixe de type « illustration de l’ailleurs » et de définir certains enjeux historiques, techniques et culturels qui permettent d’appréhender l’engouement ou le désintérêt, fluctuant au fil de l’histoire, pour le genre lié au voyage d’exploration, à l’art pictural et aux arts graphiques ainsi qu’aux évolutions du livre. Ainsi, mes approches historiques et sémiologiques ont été les suivantes : la diffusion livresque des découvertes scientifiques, les carnets des naturalistes voyageurs à la quête de spécimens botaniques ou zoologiques, les voyages d’exploration au XXe siècle liés à la naissance de l’ethnologie-anthropologie, la source de l’œuvre picturale et les techniques artistiques, les caractéristiques des premiers carnets de voyage de peintres, l’apogée du « livre imagé », l’illustration et l’art du pittoresque, la naissance du reportage géographique, les prémisses de l’album de voyage, la naissance du livre d’artiste, les mouvements artistiques du XXe siècle, de l’art du collage des dadaïstes à l’art hétérogène du Pop-Art, la place de certains peintres ou illustrateurs contemporains aux limites du genre, les héritages de la littérature viatique (récit de voyage illustré) mais aussi des photographes voyageurs. Les deux ouvrages généraux sur l’image que sont le Dictionnaire de l’image, publié sous la direction de Françoise Juhel et sous la coordination de Francis Vanoye (Vuibert, 2006), et le Dictionnaire mondial de l’image, publié sous la direction de Laurent Gervereau (Nouveau monde éditions, 2006), m’ont été d’une aide précieuse pour compléter ou vérifier les recherches que j’avais commencées afin d’éviter d’oublier une étape dans la chronologie culturelle.

Esquisse du plan (détaillé dans la thèse) :

Chapitre 1 : Aux origines ethnographiques du voyage

1.1. La diffusion livresque des découvertes scientifiques et leur incidence sur le genre

1.2. Les origines lointaines du carnet et de l’ethnologie-anthropologie

Chapitre 2 : Aux sources artistiques du carnet de voyage

2.1. De l’oeuvre picturale : esquisses et inspiration

2.2. Caractéristiques et spécificités des six premiers « carnets de voyage » de peintres illustrés

2.3. Naissance du « livre imagé » sur le voyage au XIXe siècle pour « voir » l’ailleurs

2.4. Aux prémisses de l’album de voyage

Chapitre 3 : Du livre d’artiste au témoignage du voyage

3.1. Le livre d’artiste, oeuvre d’art selon les mouvements artistiques du XXe siècle

3.2. Des livres d’artistes ou des carnets de voyage ?

3.3. Sur la route, rendre compte du voyage, des héritages de la littérature vers l’image : du métissage des arts visuels et des lettres.


 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le « Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand »

Participation à la programmation depuis 2006 : conférences-débats, expositions de carnets de voyage personnels et organisation du stage de deux jours de formation continue des enseignants en « arts et culture ».

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

La Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, créée en 1999 par l’Association IFAV,  Il faut aller voir, est une manifestation culturelle et artistique qui a lieu chaque année depuis douze ans et qui a été dénommée pour 2011 « Rendez-vous du carnet de voyage »[1]. Elle développe le carnet de voyage sous la forme multimédia sur tous supports, du livre à l’audio-visuel ou numérique. Elle fédère depuis 1999, durant trois jours, au mois de novembre à Clermont-Ferrand, une rencontre nationale entre des carnettistes français et européens, des réalisateurs, des écrivains, des artistes, des aventuriers qui ont la passion du voyage afin de faire connaître au grand public ce genre polymorphe selon un choix de zones géographiques au fil des éditions : l’Afrique et les carnets naturalistes en 2008, la Méditerranée et les voyages en cargo pour 2009, les pays d’Asie et les voyages d’expédition en montagne pour 2010, les îles et les pays nordiques pour 2011, l’Amérique Latine et la péninsule ibérique pour 2012. De plus, une dizaine de carnettistes européens (italiens, espagnols, anglais, belges, scandinaves….) sont invités chaque année afin d’échanger et de diffuser ce genre original en Europe.


[1] Cette manifestation culturelle de grande envergure (nationale) est à la fois un salon du livre et une Biennale artistique mais aussi un festival du film de voyage (à travers des projections cinématographiques) et reçoit plus 18 000 visiteurs sur trois jours au mois de novembre. http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-presentation–2

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Expositions de carnets de voyage 2011-2012

Exposition artistique « Carnets de voyage : le monde au bout du crayon » du Musée de la poste de Paris du 18 novembre 2010 au 23 avril 2011. Elle propose une scénographie de « carnets ouverts » (600 dessins et 200 extraits de carnets de voyage) d’une cinquantaine de carnettistes à travers les continents qui permet de voyager au fil des pages. Travail de réalisation en collaboration avec le conservateur du musée M. Marchand et rédaction de la préface du catalogue d’exposition.

http://www.ladressemuseedelaposte.com/Expositions/Carnets_de_voyage_-_le_monde_au_bout_du_crayon/index.htm

« (Re)lire le voyage » sur tous les arts du voyage (littérature, cinéma, photographie et carnets de voyage) et de l’exposition scénographiée de quatre carnettistes  à la médiathèque José Cabanis de Toulouse : conférence intitulée « Le carnet de voyage, une palette de regards sur l’ailleurs » et animation de la table ronde avec deux carnettistes, Philippe Bichon et Stéphanie Ledoux, le 9 février 2011.

http://www.bibliotheque.toulouse.fr/manifesta-Fev-Mars-2011.html

http://www.bibliotheque.toulouse.fr/viewPageEvent.html?page=conf_carentvoyage

Projet « Dessiner-tracer » de septembre 2011 à septembre 2012 : 40 expositions et 20 musées (+ FRAC Picardie + musées en Belgique) fédérés autour d’un inventaire des collections publiques de dessin. Durant une année, dessiner-tracer envisage le dessin dans tous ses états artistiques, scientifiques, éducatifs et ludiques :

http://www.musenor.com/Dessiner-Tracer/Les-expositions

Exposition « Entre les lignes : marins, pêcheurs et port dans le dessin et la B.D.», exposition à Dunkerque du 3 mars au 3 juin 2012.

http://www.musenor.com/Dessiner-Tracer/Les-expositions/Nord-Pas-de-Calais

http://www.musenor.com/Outils/Actualites/Bulles-de-mer.-Marins-pecheurs-et-ports-dans-le-dessin-et-la-BD

Exposition « Ténèbres au paradis » de Titouan Lamazou à la Galerie « L’œil ouvert » http://www.loeilouvert.com//news

Exposition « Elles, rencontres entre art et engagement » avec Titouan Lamazou du 8 mars au 29 avril 2012 au FIAP Jean Monnet à Paris

http://www.titouanlamazou.com/_titouan/wp-content/uploads/2012/01/programmebd.pdf

Exposition d’Anne Bronner : http://allervoir.blogs-de-voyage.fr

Exposition de Claire et Reno Marca : http://reno-marca.over-blog.com/

http://www.mediatheque-paysdethann.net/page/exposition-carnets-de-voyage?teaser

Exposition de Stéphanie Ledoux à Toulouse aux Ateliers d’Art de Blagnac, du 24 avril au 30 mai 2012.

http://stephanieledoux.canalblog.com/archives/2012/04/03/23920770.html

Exposition de Philippe Bichon sur l’Iran et le Yémen au Koweit. Durant ce séjour de 9 jours, il a réalisé un carnet de voyage « Koweit City » mis en ligne sur son blog qui sera prochainement publié. http://globecroqueur.over-blog.com/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Tendances actuelles du carnet de voyage

Le carnet de voyage et ses tendances actuelles comme oeuvre d’arts graphiques : du patrimoine, du témoignage et du reportage dessiné

Communication au Symposium organisé à Lille (Palais des Beaux-arts) en décembre 2011 intitulé « Dessiner-Tracer, 19e inventaire des Trésors des musées du Nord de la France »

Le carnet de voyage, hérité du carnet d’esquisses et de l’inventaire de sites « pittoresques », ne limite pas aujourd’hui ses frontières à une définition du genre qui serait remise en question par les carnettistes à la quête d’innovation et d’espaces dessinés. Quatre tendances éditoriales se distinguent : du reportage graphique au témoignage, du sensible au sensitif, du métissage des arts au livre d’artiste, de la diffusion sur support numérique à l’autoédition personnalisée. La définition du reportage, du témoignage et la notion même de documentaire se situe aux origines du « journalisme visuel ». Le carnet engagé et ethnographique, portant sur les marges de la société, met en œuvre « l’observation participante » et le carnet de vie, « la parole retranscrite ». Quant au carnet autobiographique et au journal intime dessiné, ils s’inscrivent dans la filiation de Peter Beard. Les carnets sensitifs, authentiques et originaux, ont pour objectif de recréer l’ambiance du voyage et la singularité des styles. Ils l’orientent vers l’objet livre, à supports multiples, comme création plastique du parcours géographique. Le métissage des arts le renvoie au livre d’artiste, voire à l’Artbook. En effet, la libre expression de l’album prône l’esthétique du patchwork, du collage et tend vers l’œuvre mosaïque composée d’assemblages et de montages pour tendre vers une géo-poétique du voyage. La combinaison d’arts complémentaires (aquarelle, photographie et écriture) semblerait dépasser le genre et l’insérer dans le livre d’art pluridisciplinaire. Ces distinctions sont encore compliquées par l’utilisation du support numérique ; l’autoédition personnalisée ouvre sur l’image protéiforme et ce genre intermédia conquiert de nouveaux supports.

Bibliographie

ABDELOUAHAB Farid. Ces merveilleux carnets de voyage. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2004.

ABDELOUAHAB Farid. Carnets de voyage en France. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2005.

ABDELOUAHAB Farid. L’aventure des pôles : carnets de voyage de grands explorateurs. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2006.

ABDELOUAHAB Farid. Les carnets de la mer. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2007.

ARGOD Pascale. Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. Paris : SCEREN-CRDP d’Auvergne, 2005. (Argos Démarche).

KORZILLIUS Jean-Loup (Dir.). Art et littérature : le voyage entre texte et image. Amsterdam : Rodopi, 2006. (Faux titre, n° 286)

MATHIEU Didier. Livres d’artistes. BBF, 2000, n°6.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Le livre et l’Artiste : actes de colloque. Paris : Le mot et le reste, 2007.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Le livre et l’artiste : tendances du livre, 1976, catalogue d’exposition. Paris : BNF, 1977.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Livres d’artistes. Paris : Hersher-Georges Pompidou, 1985.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Esthétique du livre d’artiste 1960 – 1980, catalogue d’exposition. Paris : J.M. Place-BNF, 1997.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Esthétique du livre d’artiste 1960 – 1980, thèse d’Anne Moeglin-Delcroix soutenue à Paris 1 en 1994.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Sur le livre d’artiste : articles et écrits de circonstances (1981-2005). Paris : Le mot et le reste, 2006.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts