Online research for JOURNALS “REPORTING TRAVEL JOURNAL” of Pascale ARGOD, 2012

Online research for Journals “Reporting travel journal” of Pascale Argod, 2012 (Foreword : Intermediality – interculturalités – médiation – heritage).

I would like to extend my PhD thesis in the science of information – communication, done from the year 2005 to 2009 at the University Michel de Montaigne Bordeaux III, successfully achieved with the mention  ‘Very High Honors and Congratulations  (the jury’s decision were  unanimous) on the subject  “The Traveller’s Journal’,  a historical and semiotic approaches (790 pages and a  corpus of 800 titles)

I bring new thinking on the subject “Traveller’s journal – reporting” to be recognized by the research community as a cultural object of “Cultural Studies” and “Visual Studies”. It is to disseminate, develop and share my thoughts, assumptions and scientific publications current and future approaches to identify the scientific object that could be divided into six categories: cultural object and visual, book report intermedia, book Intercultural and mobility, field notebook, book heritage. I intend to effect a network of researchers and teachers to develop this medium, particularly in the context of international mobility.

The subject of “Cultural Studies” and “Visual Studies” the hybrid genre of “traveller’s diary/journal – reporting” comes from a hybridization, artistic circulation (artialité) and media (intermedia) evolving into new audio media devices -visual, multimedia and digital limit. In the context of international mobility, it is a tool for intercultural mediation, intercultural education and language learning. Book survey and field surveys, it is also a reflective tool humanities, geography to anthropology but also an object of historical research. The book heritage intermedia that inventories the natural, architectural, archaeological and historical effect contributes to the mediation tourism.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, de l’artialité vers l’intermédialité

« Le carnet de voyage, de l’artialité vers l’intermédialité », Revue Proteus, Cahiers des théories de l’art, n°1, « Le médium », janvier 2011, p. 27-35 (8 pages).

http://revue-proteus.com/Proteus01.pdf

Le mot fluxien « Intermédia »[1] hérité de Dick Higgins introduit la question de l’hybridité, centrale dans la pratique artistique du multimédia puisqu’elle est indissociable du collage, du ready-made et de la performance. L’intermédialité permet d’interroger la question du média en émergence et l’émergence de nouvelles formes d’art ou « art intermédia ». Désignant les stratégies d’emprunt d’un média et d’un art en émergence il serait alors la phase initiale d’un nouvel art lié à un nouveau média puisqu’il se situe dans « l’entre » (l’interface, l’interactivité, l’interconnexion, l’intersubjectivité, l’interdiscipline, l’incorporéité)[2]. Le carnet de voyage[3] illustrerait cette collusion ou collision entre les arts comme le rappelle Jürgen E. Müller qui est à l’origine du concept d’« intermédialité »[4]. Le carnet de voyage est né à l’époque romantique et serait issu d’une interaction esthétique entre les arts et les médias, conséquence d’une histoire d’interférences et d’interactions entre différents médias. Ce serait donc un genre intermédiatique et hybride. De l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, un sous-genre des littératures populaires ou des paralittératures[5], genres littéraires dits mineurs et en même temps de diffusion massive, étudiées par Gabriel Thoveron, et notamment des albums, mais aussi commun à plusieurs média. Il tendrait actuellement à devenir un genre médiatique des mass média, voir intermédiatique. Rick Altman définit l’intermédialité comme un état transitoire où un média émergent, en devenir, reste pour un temps prisonnier ou dépendant des médias en place qu’il vient concurrencer[6]. Le carnet de voyage dont l’identité médiatique est incertaine, pas encore stabilisée et institutionnalisée semblerait donc une illustration pertinente de l’intermédialité[7] défini par Thierry Lancien à partir d’une généalogie des médias[8].  De l’écrit à l’écran, il semble subir des mutations génériques et des mutations médiatiques[9]. De plus, le carnet de voyage peut être une « création évolutive » ou un « Work in Progress » que le voyage et le déplacement élaborent : le cheminement est alors perçu comme une performance artistique, probablement héritée du mouvement Fluxus qui souhaite abolir les frontières entre le spectateur et l’œuvre d’art, entre l’art et le flux de la vie et qui favorise la liberté d’échange entre les différentes pratiques artistiques. Elle tend donc vers l’installation qui favorise les liens spatiaux entre objet et espace architectural pour que l’œuvre en 3 D soit un processus auquel le spectateur participe. En somme, elle devient un « environnement », puis un « Happening » ou une « performance » (l’œuvre d’art total, rêvé par les Avant-gardes[10]). Le mouvement a été instauré par des dessinateurs scénographes précurseurs qui ont fait migrer la bande dessinée vers « l’opéra pictural », des carnettistes qui ont initié un décloisonnement artistique du carnet de voyage vers le nomadisme artistique. La biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand tend en effet à devenir un festival multimédia et multi arts vers l’intermédialité qui illustre la circulation du genre « carnet de voyage » d’un média à l’autre, notamment vers l’hypermédia avec le vlogging sur le web.


[1]    Dick Higgins, Something Else Press Newsletter, New York, February, 1996, n°1.

[2]   Voir la journée d’étude « Esthétiques intermédias : approches historiques », du 10 juin 2006, au Théâtre Paris Villette. Journée coorganisée par Annie Gentes (ENST) et Isabelle Rieusset-Lemarié (MECSI, CHCSQ, UVSQ) en relation avec Patrick Guffet (Directeur du théâtre Paris-Villette).

Prolongement de l’article : «La question de l’intermédialité dans les oeuvres sur Internet : un héritage fluxien ?» Carol-Ann Braun, Annie Gentès, Les Cahiers Louis-Lumière, n°3, « Territoires audiovisuels, errances, itinérances et frontières », automne, 2005.

[3]   Voir la thèse en SIC : Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique. Pascale Argod, sous la direction de M. Le Professeur Lancien. Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 10 décembre 2010. (790 pages et corpus de 800 titres).

[4] CRI, Centre de recherche sur l’intermédialité de l’université de Montréal au Québec. http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/vitrine/default.asp

[5]     Etudiées par Gabriel Thoveron : Deux siècles de paralittératures : lecture, sociologie, histoire. Vol. 2, 1895-1995. Gabriel Thoveron. Liège : Ed. du CEFAL, 2008. (Bibliothèque des paralittératures)

[6]  De l’intermédialité au multimédia : cinéma, média, avènement du son. Rick Altman. Cinémas, Revue d’études cinématographiques, vol 10, n°1, automne 1999.

[7]  Dossier « D’un média…l’autre », Gilles Delavaud, Thierry Lancien, Médiamorphoses, n°16, janvier 2006.

[8] D’un média l’autre. Généalogie et identité des médias. Thierry Lancien. Médiamorphoses, n°16, INA, A. Colin, avril 2006.

[9]   De l’écrit à l’écran, littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques. Jacques Migozzi (Dir.). Limoges : PULIM, 2000 (littératures en marge). Actes du colloque organisé en 1998 par le Centre des littératures populaires de l’université de Limoges associé au Centre de recherche en littérature québécoise.

[10]   L’œuvre d’art totale à la naissance des avant-gardes : 1908-1914. Marcella Lista. Ed. du CTHS, INHA, 2006 (L’art et l’essai, n°2).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts