Carnet d’histoire des arts, carnet d’éducation artistique et culturelle

Dans le cadre du dispositif d’enseignement du Projet Personnel à l’INSPE de l’Académie de Bordeaux, nous demandons à nos étudiants de Master 2 MEEF, futurs enseignants, d’imaginer et de réaliser des projets pédagogiques originaux lors de leur stage en classe (maternelle ou primaire). Depuis sept ans, je propose « le carnet de voyage » et nous innovons avec des projets toujours originaux et créatifs. Les pratiques innovantes et l’usage des outils numériques sont en effet préconisés lors de la mise en séquences pédagogiques, composées d’une dizaine à une quinzaine de séances. L’histoire des arts a été le thème porteur de cette année, avec des projets en EAC, Education artistique et culturelle, en vue de Parcours éducatifs, celui du Parcours d’éducation artistique et culturelle de l’élève, évalué au fil de la scolarité de l’élève de la maternelle au lycée.

Des projets de carnets d’histoire des arts ou carnets d’éducation artistique et culturelle, EAC, ont été initiés en classe.

Carnet de voyage en couleurs (par Margaux Gassarru et Marlène Henri)

Ce projet inter cycles (cycle 1 en maternelle et cycle 3 CM1-CM2 en primaire) fait découvrir la symbolique des couleurs à travers le monde à partir du choix des deux couleurs primaires que sont le rouge et le bleu (cf : les ouvrages de Michel Pastoureau). Ce carnet de voyage physique et numérique ouvre sur l’histoire de l’art à travers les émotions au prisme des arts plastiques et de l’anthropologie selon la symbolique culturelle du pays.

Pour le bleu, les séances réalisées sont dialoguées entre les deux cycles : le cycle 1 réalise les images du carnet de voyage alors que le cycle 3 rédige le texte explicatif. L’objectif est d’évoquer un symbolisme différent selon le pays et la culture.

Au fil des séances, des thèmes sont abordés :

  • Le bleu dans le monde
  • L’eau, la glace et le froid
  • Les émotions : intelligence, calme et confiance
  • Le bleu dans l’histoire de la République
  • Le bleu en Grèce et le matiasma porte bonheur
  • Le bleu au Maroc : l’architecture de la ville bleue de Chefchaouen
  • La création de fleurs artificielles telles que les bleuets réalisés par les maternelles et la peinture de motifs marins (rayures bleues et blanches).

 

Pour le rouge, les émotions sont mises en avant mais aussi l’usage de la couleur selon les cultures et les pays.

La palette thématique de la couleur est large comme mentionnée ci-dessous.

 

  • Les émotions : la colère et l’amour
  • Le rouge dans le monde
  • La Chine : lanternes, temples, mariage
  • L’Inde : bindi, sari, prospérité
  • La chaleur et le feu
  • L’interdiction et le danger
  • La fête de Noël en rouge et en vert
  • La création de fleurs artificielles telles que les coquelicots réalisés par les maternelles

 

Voir les ressources éducatives de l’écoMusée de l’Ocre à Roussillon et les sites “La signification des couleurs” pour faire un tour du monde en anthropologie et “Code couleur” en sémiologie.

 

 

Carnet de voyage en ombre et en lumière (par Emilie Chappaz)

Etudier l’ombre et la lumière à travers l’histoire de l’art nécessite une narration au fil des pages du carnet de voyage. Le point de départ est le spectacle jeune public KORÉ de Vladia Merlet réalisé par la Cie Le Bruit des Ombres. A partir de ce jeu scénique en ombres et lumières, les élèves font l’expérience sensible du spectacle et peuvent alors enquêter sur le phénomène scientifique. En sciences physiques, des expériences sont proposées pour comprendre ce qu’est la lumière (cf vidéo Lumni) et comment reporter une ombre. L’histoire de la fin de vie du peintre Claude Monet, le peintre Impressionniste de la lumière, qui devient mal voyant puis aveugle, offre à la fois un lien narratif à imaginer entre différentes périodes étudiées mais aussi la mise en enquête des élèves. Claude Monet recherche, au fil de l’histoire des arts (architecture et peinture), comment figurer la lumière, comment l’artiste tend vers l’appropriation de la lumière depuis l’époque médiévale. Le peintre impressionniste remonte le temps à la recherche des œuvres d’art majeures comme l’art du vitrail au prisme de la lumière : étude des vitraux de la Sainte Chapelle et de la Cathédrale de Reims. Ensuite, il s’agit de continuer la découverte artistique : l’architecture du château de Chambord, la fresque de Raphael « L’Ecole d’Athènes », l’évocation de la lumière lors du Romantisme avec l’étude de la peinture « Le Cauchemar » de Johann Heinrich Füssli (1781), les aquarelles sur Venise de William Turner (1835) et enfin le mouvement de l’Impressionnisme représenté par l’oeuvre de Claude Monnet « Impression, soleil levant » exposée en 1874. A noter que le talent de Turner a fait la renommée du siècle d’or des aquarellistes anglais et du carnet de voyage à Venise (cf podcast de Radio France).

Des situations pédagogiques de pratique artistique sont mises en œuvre en vue de la création du carnet de voyage en textes et en images : créer un vitrail, peindre une fresque, écrire un texte, travailler la transparence du ciel à l’aquarelle, peintre à la manière des Impressionnistes. Bien sûr, d’autres disciplines d’enseignement enrichissement le projet, telles l’éducation musicale, avec l’écoute d’œuvres musicales selon les époques, et les sciences, avec l’explication du phénomène nocturne et du système solaire, la prospective de l’énergie solaire (cf vidéo Lumni), le phénomène de luminescence naturelle de la luciole… L’invention de l’électricité est centrale, à la fois évoquée en sciences et en arts, par exemple avec les illuminations lors de l’Exposition universelle de Paris ou l’oeuvre picturale « Fée Electricité » de Raoul Dufy. L’épilogue du carnet de voyage s’achève sur la vision retrouvée de Claude Monet (“happy end” imaginée) alors que ses nymphéas (à admirer au musée de l’Orangerie de Paris) expriment ses impressions visuelles et surtout mentales; la perte du sens de la vue au fil des mois fait paradoxalement du peintre le chef de file du mouvement de l’Impressionnisme. Quelle leçon de l’histoire de l’art ! Un projet d’éducation inclusive avec des jeunes déficients visuels pourrait être un prolongement : par exemple, une expérience sensitive lors d’une visite de musée, ou bien une sensibilisation au parcours inclusif via le livret de parcours inclusif.

Voir les ressources éducatives du musée de l’Orangerie de Paris et le projet “La classe, l’oeuvre” du réseau Canopé sur le jardin de Monet.

Voir la rétrospective sur William Turner au musée Jacquemart-André à Paris

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts