Apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme

« Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme », colloque Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1315

A travers les points de vue de l’hybridité du genre et de l’apprentissage, trois approches du carnet de voyage ont été abordées : scientifique -géographique et ethnographique, pédagogique et touristique. Elles concernent des publics différents du chercheur, à l’élève et au grand public. Les différentes catégories de carnets complexifient la définition d’un genre hybride : à la fois carnet de recherche, carnet de croquis ou de reportage graphique, parfois guide touristique. Niche éditoriale de l’édition touristique et passeport pour l’ailleurs, le carnet de voyage valorise le tourisme par l’esthétique. Albums illustrés de restitution d’inventaire des patrimoine(s), les carnets de patrimoine se déclinent selon leur thématique en carnet d’architecture, carnet d’archéologie, carnet d’ethnographie, carnet de guerre et carnet d’environnement. Mon carnet de recherche intitulé Carnet de voyage – reportage révèle l’étendue du médium à la rencontre « art et spatialités » (Volvey, 2003), selon quatre spécificités : « intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine». Cependant, la vulgarisation des découvertes et de l’Ailleurs, l’expérience vécue, l’apprentissage par le voyage semblent les dénominateurs communs entre les différentes approches du carnet de voyage (scientifique, pédagogique et touristique). Les notions de passage, de transmission et de partage font du carnet de voyage un passeport vers l’Autre et un médium initiatique ou de quête interculturelle grâce à une géographie vécue, expérimentée, au contact du terrain, de l’environnement et des peuples. Cette ethnographie géographique tendrait vers la capacité au savoir être autant qu’au savoir-faire de l’apprenti géographe.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Quand l’homme voyage : ouvrage collectif

Quand l’homme voyage : les passeurs d’empreintes. Sous la Direction de Dominique Soulancé et Jean-Louis Duhourcau. SEH, L’Harmattan, novembre 2014, 461 pages.
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=45346

Ouvrage réalisé en collaboration avec la Société d’Ecologie Humaine et publié avec le concours du Laboratoire UMR ADESS 5185 CNRS de l’université Bordeaux Montaigne et de l’université de Bordeaux. Il est issu des 25e journées scientifiques de la SEH  » L’écologie humaine en voyage », qui se sont déroulées les 19 et 20 septembre 2013 à Bordeaux en partenariat avec Cap Sciences, l’association d’2cologie Humaine Afrique et l’Atelier d’Architecture Jean Louis Duhourcau.

D’après la quatrième de couverture rédigée par Dominique Soulancé, géographe, et Jean-Louis Duhourcau, architecte :

« Comme les membres d’une expédition au retour de leur longue marche à travers la jungle humaine, les auteurs de ce livre, solitaires ou « en cordée », nous révèlent les marques et empreintes qu’is ont découvertes et qu’ils souhaitent partager avec vous.

Se « placer ailleurs » pour regarder le monde, c’est ce que les auteurs expriment tour à tour, à leur façon, sous l’éclairage de leurs compétences spécifiques et de leurs émotions personnelles.

Du rêve à la réalité, les récits surprennent par leur originalité, leur sincérité et leur profondeur.

La lecture de ce livre est une invitation à voyager « autrement ».

« Le carnet de voyage. Outil d’évaluation de l’être au monde et de la valeur initiatique du voyage ». In « Quand l’Homme voyage, les passeurs d’empreintes ». L’Harmattan – SEH, Société d’écologie Humaine, p. 401 à 412. (décembre 2014).

Le Rendez-vous du carnet de voyage s’inscrit dans une éthique et une esthétique du voyage et dans une médiation la rencontre de l’Autre : « C’est passer du statut de voyageur à celui de découvreur : ce qui change dans l’échange et le regard porté sur les autres » (Association IFAV, Il faut aller voir, organisatrice de la manifestation culturelle et artistique). Le terme safar selon le carnettiste Stefano Faravelli à l’origine de l’Ecole du voyage « Scuola di Viaggio » à Turin, exprimerait le propre du carnet de voyage qui est le dévoilement de soi, de l’Autre et du monde. Médium de communication de rencontre avec l’autre par le langage universel de l’art, il ouvre à l’observation du monde en exerçant le regard éveillé aux idées différentes et en initiant une quête de sens et de l’authentique. Il facilite le passage du jugement à l’analyse afin d’évaluer la valeur du voyage sa quête et sa portée initiatique à travers la collecte du sensible et de l’expérience vécue. Cette mémoire personnelle (Rémi Hess, 1998), culturelle, esthétique et poétique du périple évalue l’imploration-exploration. Le carnet de voyage « extime » (Michel Tournier, 2002) éduque autant à l’interculturel qu’au regard (corpus sur l’Inde). Le voyageur qui observe, analyse, confronte les points de vue, met en œuvre une aptitude à la distance et à l’élargissement de ses référents qui favorise la capacité d’adaptation à la complexité humaine. Le carnet de voyage serait donc un outil d’apprentissage par l’expérience de la mobilité, de formation et d’évaluation de « l’être au monde » dans une démarche interculturelle. Essai de vérité, de liberté, de tolérance et d’émotion personnelle, le carnet de voyage est un manifeste pour le voyage authentique et pluriel et pour la liberté d’aller à la rencontre de l’Autre sans frontières (Pascale Argod, 2011).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage – reportage, outil de formation à la mobilité internationale

Les projets de Carnets de voyage – reportage développés par l’université Montesquieu – Bordeaux 4 (dont la Formation aux métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation et l’IUT Tech de Co) concernent :

– les étudiants ERASMUS qui réalisent des carnets de voyage et de mobilité avec un accompagnent à distance de type E-learning (site web, blog ou vblog) dans le cadre de l’enseignement des langues.

– les étudiants de FLE ou FLS qui créent des carnets de voyage en arts ou de carnets réflexifs en sciences humaines (sociologie, visée ethnographique…) rédigés en français.

– Les étudiants étrangers qui regardent la France réalisent des carnets de voyage (vision artistique) ou de reportage (à visée informative).

– Les étudiants de l’IUT Tech de Co qui capitalisent les apports de leur stage professionnel à l’international et évaluent leur compétence linguistique.

– Les étudiants du Master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation de l’IUFM d’Aquitaine) qui produisent un projet en classe avec leurs élèves afin de faire participer leurs élèves au Prix Elève du carnet de voyage ou de monter un projet européen.

Les caractéristiques pédagogiques du carnet de voyage reposent en effet sur les fonctions diverses de l’image (illustration et témoignage, mise en valeur d’un message, aspects documentaires du réel, représentation d’art), de l’écriture, du lien texte-image et sur les habiletés cognitives qu’il suscite :

– Organisation spatiale et création originale d’une image où le texte est enlacé dans une même composition graphique,

– Narration du déplacement au fil des pages liées par une charte graphique plus ou moins évidente,

– Force du questionnement suscité par le voyage, qui agit sur le changement de repères et la confrontation à l’ailleurs, à l’Autre, à d’autres référents culturels,

– Double vocation du genre hybride du récit : lieux et temps évoqués / psychologie et intention de l’auteur,

– Trame narrative scénarisée pour témoigner d’une expérience et d’un déplacement en mots et en images.

A la fois outil d’accompagnement et médium d’expression estudiantine, le carnet de voyage-reportage et de mobilité ouvre de nouvelles perspectives pour la mobilité internationale et universitaire. Sa dimension créative et sensible permettrait d’évaluer les compétences transverses et interculturelles des projets de mobilité. Hors des savoirs académiques, cet outil formatif intermédia, de l’audio-visuel et au blog, s’inscrit en effet dans les nouveaux dispositifs de formation à distance, e-learning, mais aussi dans le cadre informel de la formation par soi-même, par le voyage et le  changement culturel et de repères qu’il nécessité et par la rencontre de l’Autre. Puisque le retour d’expérience est aussi enrichissant pour celui qui souhaite partir, le carnet de voyage devient alors passeport vers la mobilité et l’étudiant – carnettiste se fait passeur autant que découvreur. Les témoignages fédérés (plateforme, association Erasmus, Aquimob….) forme alors une communauté d’étudiants qui valorisent leur mobilité dans leur cursus et leur employabilité et en font alors un atout professionnel. L’enjeu du carnet de voyage est en effet autant l’apprentissage issu de la mobilité que la valorisation de celle-ci dans le curriculum-vitae en vue de l’entrée de la vie active pour décrocher le premier emploi.

Les étudiants volontaires de l’université de Bordeaux 4 (Droit-éco- gestion, Master MEEF et IUT Tech de Co) réalisent un carnet de voyage papier ou numérique. L’objectif est de narrer en images accompagnées d’un texte en français (ou bilingue) l’expérience vécue à l’université, celle de l’interculturalité, les rencontres, la découverte de Bordeaux…afin de participer au 1er Prix du carnet de voyage étudiant en fin d’année et remis lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

http://www.u-bordeaux4.fr/international/

Bibliographie :

ANQUETIL Nathalie. Mobilité ERASMUS et communication interculturelle : une recherche action pour un parcours de formation. Peter Lang, 2006.

BALLATORE Magali. Erasmus et la mobilité des jeunes Européens : entre mythes et réalités. Presses universitaires de France, PUF, 2010 (Education et société).

BOURDON Muriel. L’Europe des universitaires : un exemple grenoblois. Presses universitaires de Grenoble. PUG, 2012.

CHATZIANGELAKI Dimitra. Représentations et stéréotypes des enseignants : un enjeu pour l’interculturel : dans quelle mesure les représentations et les stéréotypes des enseignants peuvent-ils contribuer à l’ouverture vers un enseignement à visée interculturelle ?. Publibook.com, 2011.

CHAVES Rose-Marie, FAVIER Lionel, PELISSIER Soizic. L’interculturel en classe : des outils pratiques pour animer la classe. Presses universitaires de Grenoble. PUG, 2012.

FRAME Alexander. Communication et interculturalité : cultures et interactions interpersonnelles. Hermès science publications, 2013 (à paraître en février)

GOULVESTRE Laurent. Les clés du savoir être interculturel : optimisez vos relations à l’international, négociez efficacement, pilotez vos équipes à distance. AFNOR Editions, 2012 (3e édition).

VINCENZO Cicchelli. L’esprit cosmopolite : voyages de formation des jeunes en Europe. Sciences Po, 2012.

ZSCHACHILTZ Ralf, MALKANI Malkani. Pour une réelle culture européenne ? Au delà des canons culturels et littéraires nationaux. L’Harmattan, décembre 2012.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts