Le carnet de voyage de l’ethnologue – anthropologue

« Le carnet de voyage d’ethnologue-anthropologue », numéro de la Revue 303 Arts, recherches, créations de Nantes sur l’histoire des carnets de voyage, septembre 2010, 72-77 (6 pages).

http://www.revue303.com/catalogue/article.asp?arid=2146

L’histoire du carnet de voyage  annonce l’essor de l’ethnographie moderne aux origines de l’illustration orientaliste, à partir de 1798, et de la passion de la découverte géographique depuis 1821. Les premiers « ethnographes » ont cherché quel était le médium le plus adapté à leurs relevés : carnet de notes, journal de route, carnet d’esquisse, carnet de récoltes. Les écrits de l’exploration sont en effet à mettre en relation avec l’histoire de l’ethnographie et de l’ethnologie-anthropologie ; de plus le carnet de voyage place, au cœur de son projet et de sa démarche, le regard, l’observation et l’enquête ethnographiques; il semblerait annoncer les prémisses de l’anthropologie et de la sociologie visuelles, bien avant l’usage de la photographie.

Corpus de fonds anciens de carnets de voyage ethnographiques

Manuscrits ethnographiques

– Fonds iconographique du Musée Guimet de plusieurs missions de 1909 à 1923 sur le site de l’Iconothèque du CRLV, programme Viatica : Mission Segalen

http://www.sidosoft.com/icono/

http://www.victorsegalen.org/article.php3?id_article=3

– Jean Malaurie et ses deux carnets de recherche, fonds polaire du Muséum d’histoire naturelle à la bibliothèque du centre d’études arctiques

http://transpolair.free.fr/sciences/fonds_malaurie/historique.htm

– Les carnets de Paul-Emile Victor sont archivés dans le fonds « Paul-Emile Victor » de la bibliothèque du Musée de l’Homme :

http://www.paulemilevictor.fr/chapitre10_fr_22.html

– Des carnets d’ethnologues – anthropologues sont conservés au Musée de l’Homme sur le catalogue des bibliothéques MUSCAT et qui réouvrira en 2013 :

http://192.134.151.21/ipac20/ipac.jsp?profile=bnmh#focus

– Des images pour penser l’autre : des explorations à l’exposition universelle de 1931. Musée du Quai Branly :

http://modules.quaibranly.fr/e-malette/

 

– Fonds et collections d’ethnographes en France, PortEthno, réseau des recherches et des ressources en ethnologie de la France, Mission ethnologie de la direction de l’architecture et du patrimoine du ministère de la Culture.

http://www.culture.gouv.fr/culture/mpe/portethno.htm

 

– Fonds Frédéric Cailliaud de la Bibliothèque scientifique Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes :

http://www.museum.nantes.fr/pages/03-apercu/echino/fredericcailliaud.htm

 

 

Fonds ancien numérisé de photographies

– Fonds conservé au département Cartes et plans de la BNF depuis 1942 : 100 000 photographies et 43 000 plaques de verre : Trésors photographiques de la Société de Géographie : communiqué de presse. BNF Galerie photographie, Louis Roederer Champagne. http://www.bnf.fr/PAGES/presse/dossiers/soc_geographie.pdf

– La photothèque du Musée d’ethnographie de Bordeaux II : un fonds de 12 000 photographies dont environ 8.000 clichés sur plaque-de-verre dont le 1er hivernage français en antarctique par J. B. Charcot : http://www.meb.u-bordeaux2.fr/phototheque/photo.htm,  http://www.meb.u-bordeaux2.fr/charcot/index.htm

– Le fonds photographique du Musée du quai Branly avec une collection unique de 1850 à 1870 sur la photographie en rapport avec le voyage ou l’anthropologie. http://ymago.quaibranly.fr/

La base de données Ymago permet d’avoir accès aux différents fonds photographiques du musée (téléchargement uniquement sur commande).

– Le manuscrit préparatoire à l’édition de 1852 de l’ouvrage à photos collées sur le voyage en Egypte fait le prestige de la Société de Géographie mais aussi du fonds « Du Camp » de l’Institut de France : http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/fonds/photographies.html

http://www.socgeo.org/19_photos.htm

Collection de la Société de la Géographie, département « Cartes et plans de la BNF »

– Amérique Latine de la fin du XIXe siècle :

J. CREVAUX, Carnets de route de la mission Emile Arthur Thouar à la recherche de Jules Crevaux, dans le Chaco argentin et paragayen et en Bolivie, Société de Géographie, BNF

T. NOVIS, Carnets de croquis faits durant cette expédition par Théophile Novis, Société de Géographie, BNF.

F. GARNIER. Journal de la commission d’exploration du Mékong (13 juillet 1866 – 26 novembre 1867) et exploration du Meicong du 25 mai 1866 au 12 juin 1867.

– Le manuscrit préparatoire à l’édition de 1852 de l’ouvrage à photos collées sur le voyage en Egypte fait le prestige de la Société de Géographie mais aussi du fonds « Du Camp » de l’Institut de France :

http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/fonds/photographies.html

http://www.socgeo.org/19_photos.htm

– Mission Jean Chaffanjon en Orénoque en 1886 jusqu’au territoire Guaharibo aux sources de l’Orénoque

http://www.bnf.fr/PAGES/presse/dossiers/soc_geographie.pdf

Manuscrits du fonds ancien de manuscrits d’expéditions géographiques

– Le Service historique de la Marine au Château de Vincennes et du musée de la Marine au Palais de Chaillot ainsi que dans les villes portuaires conservent des carnets de voyage des dessinateurs des expéditions maritimes.

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/02fonds-collections/archivdefense/fondmarine/topo/central.htm

– Le tour du monde de La Coquille, 1822-1825. présenté par Alain Morgat ; préface du contre-amiral Alain Bellot. Paris : Service historique de la défense, Éd. du Gerfaut, 2005.

http://www.librairie-maritime.com/article.cfm?art=8450&detail=true

– Fonds des plaques de verre du « service historique de la défense » : Louis Gabriel Viaux.

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Photographies-et-cartes-postales.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage “Carnet de voyage sans frontières”

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs

ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts