Pratique innovante carnet de voyage et narration du voyage

Le ministère de l’Education Nationale a mis en place en avril 2013 le Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative (Cnire). Celui-ci propose une définition de l’innovation pédagogique : « Une pratique innovante est ainsi une action pédagogique caractérisée par l’attention soutenue portée aux élèves, au développement de leur bien-être, et à la qualité des apprentissages. En cela, elle promeut et porte les valeurs de la démocratisation scolaire. Prenant appui sur la créativité des personnels et de tous les élèves, une pratique innovante repose également sur une méthodologie de conduite du changement. Enfin, le partenariat permet à l’équipe d’enrichir son action grâce aux ressources de son environnement. Chacun de ces points ne suffit pas à lui seul, mais plusieurs combinés font d’une action une pratique innovante dans sa conduite et dans ses effets ». Aussi, l’INSPE Bordeaux a mis en place une UE “Projet personnel”, axée sur la pratique innovante en classe, dans le cadre du Master MEEF. Il s’agit pour les étudiants d’élaborer un ou plusieurs dispositifs (activité, séance, atelier, module) relevant d’une pratique innovante à mettre en oeuvre sur le terrain de leur stage puis de l’analyser pour en montrer la pertinence didactique et pédagogique. Dans le dispositif de pratique innovante «carnet de voyage», le changement et l’amélioration au regard des pratiques existantes dans l’apprentissage du savoir passe par la narration qui engage l’élève dans l’expression et la réalisation. Plus que la mise en projet, la pluridisciplinarité et l’expression en textes et en images, c’est la narration du voyage qui anime la motivation des élèves. Aussi, cette année, j’ai insisté sur la qualité du scénario du point de départ à l’arrivée au fil des étapes du voyage, en évoquant le préambule et l’épilogue de l’histoire.

Les étudiants ont majoritairement choisi la découverte culturelle en réalisant un itinéraire scénarisé à partir d’un album ou d’un personnage imaginé. La géographie a été initiée à partir de Google earth, Google maps et divers outils numériques. Des cartes sensibles ou sensorielles (géographie et arts) ont été réalisées pour tous les carnets mais aussi un itinéraire intermedia qui est illustré et géolocalisé, devenu alors le sommaire du carnet. De plus, des intervenants extérieurs ou des locaux interviewés ont été largement utilisés pour approfondir la connaissance culturelle d’un pays (parents d’élève, ATSEM, famille des stagiaires…).

Certains projets se sont appuyés sur l’imaginaire d’un album publié dont l’histoire exalte la motivation des jeunes pour voyager. Pour citer quelques titres de projets – carnets : Le fabuleux voyage de Pipoli (d’après Philippe Corentin) par Lou-Anne Kralik, Sur les pas de Philéas Fog (d’après Jules Verne) par Manon Leitao, Voyage dans les trois Afriques (d’après Daniel Pennac) par Agathe Parre et un voyage imaginé par la classe et Laurie Jeubert dans « Le voyage du singe Milo en Asie du Sud-Est », en maternelle Sur les pas de Gaston (par Marie Lanneluc et Marie Ripoll). L’histoire imaginée du petit singe Milo qui voyage en Thaïlande, au Viet-Nam et au Japon a mobilisé les échanges avec un habitant Thaï pour découvrir les instruments de musique et favoriser l’écoute musicale, de même pour découvrir les arts japonais (Origami, haïkus). Le voyage de Pipoli est parti d’une course d’orientation en EPS afin de classer les animaux rencontrés puis de réaliser un safari photos du Grand Nord à l’Afrique. Le Voyage dans les trois Afriques commence par des énigmes sur les trois zones géographiques selon les trois couleurs évoquées dans l’album : jaune (désert), verte (forêt équatoriale) et grise (savane) avec trois pays visités (Egypte, Kenya et Congo). Après avoir émis des hypothèses pour chaque couleur, les élèves ont réalisé des rédactions narratives à partir des photos, des objets apportés et de jouets africains testés, puis découvert le pays visité.

D’autres projets ont ciblé un pays, comme Chronique d’un voyage en Finlande (par Hélène Ciccone) et Bienvenue en Amérique Latine (par Thiphaine Perolle) qui donne la parole à trois personnages emblématiques de chaque pays tels que Coco, Padington et Malafa. Suite un projet ERASMUS de l’école, la Finlande est le sujet de la création d’un album de littérature de jeunesse mis en forme éditoriale. Deux personnages imaginaires sont les avatars de ce voyage fabuleux qui pourrait être publié par un éditeur de jeunesse. Pour l’Amérique Latine, c’est un projet sur toute l’année qui fait converger toutes les disciplines dans le cadre d’échanges scolaires virtuels et permet à l’enseignante de préparer sa propre mobilité internationale, envisagée à la rentrée prochaine.

D’autres carnets de voyage proposent un tour du monde culturel sur un art comme la danse ou la gastronomie. Dans Carnet de culinaire des spécialités régionales françaises (par Vanessa Casaux-Rolland), les élèves font un tour de France des pâtisseries ou spécialités régionales afin de découvrir une région d’un point de vue géographique (Corse, Provence…). La motivation sensorielle du goût est utilisée pour la découverte géographique de la France en lien avec les programmes d’enseignement afin de “se repérer dans l’espace, puis le questionner”. Dans Carnet de danses à travers le monde (par Fanny Marzat et Wafae Naim), le personnage Cheval part, durant la période de vacances, découvrir une danse : le flamenco à Madrid, la samba à Sao Paulo, la reggada à Marrakech et le jerrabe Tapatio à Mexico.

Les derniers carnets de voyage ciblent des villes comme Londres (Angleterre), Austin (Texas) ou Bend (Orégon) pour créer des carnets de voyage bilingues. Dans Let’s go to London, (par Loréa Chaldu et Julie Couton), deux classes CM1 et CM2 exploitent l’album « The Royal Baby’s Big Red Bus » de Martha Mumford et échangent sur leurs visites virtuelles de Londres 360°. Dans Carnet de voyage au Texas à Austin (par Clara Martin et par Océane Champagne), la lecture de l’album « Clément Aplati » (de Jeff Brown) fait l’objet d’une correspondance avec classe américaine sur les aspects culturels et utilisent un maximum d’outils numériques. Pour la maternelle, dans Echange interclasse avec l’Oregon, Lisa Prieto a imaginé des dictées à l’adulte préparant l’échange à venir avec une classe américaine.

Qu’ils soient voyages “tour du monde”, voyages “continent”, voyages “pays” ou voyages “ville”, tous ces carnets nous embarquent vers les apprentissages ! L’imagination à la Robinson forge la créativité. Le carnet de voyage a ainsi inspiré les éditeurs de manuels scolaires. En maternelle, l’objectif est en effet de croiser l’apprentissage précoce des langues et l’exploration du monde.  

Les Voyages de jazz sur les comptines et les langues du monde en maternelle publié par l’éditeur toulousain SED est exemplaire. Citons l’avant-propos de l’ouvrage pédagogique :

 Au cours de son voyage autour du monde, le personnage de Jazz découvre 12 pays et 12 langues : Allemagne (allemand), Amérique (anglais), Algérie (arabe), Chine (chinois mandarin), France (créole réunionnais), Espagne (espagnol), Italie (italien), Congo (lingala), Pologne (polonais), Portugal (portugais), Russie (russe), Turquie (turc). Durant ce voyage, les élèves découvrent 12 comptines très simples permettant d’entraîner tant leurs capacités d’écoute, de mémorisation et de concentration que leurs aptitudes phonologiques. Grâce à des activités sensori-motrices, manuelles ou phonologiques, les élèves appréhendent la culture de chacun des pays visités et les spécificités linguistiques des diverses langues rencontrées.

Ainsi, au-delà de la fonction première d’éveil à la diversité linguistique et culturelle, Les Voyages de Jazz favorise la fréquentation des langues étrangères pour mieux maîtriser la langue de l’école et développer l’ensemble des mécanismes inhérents à l’apprentissage du langage en général.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage des fruits exotiques au carnet de commerce équitable

Découvrir l’origine géographique de fruits et de légumes est un projet que nous menions avec mes élèves chaque année dans le cadre de projets en SVT, Sciences de vie de la terre, et en Histoire. Que de souvenirs pédagogiques passionnants (il y a 25 ans déjà dans l’Académie de Reims) ! La carte des fruits et des légumes évoque en effet un voyage à l’échelle du monde et l’histoire des découvertes des Terrae Incognitae autant que des échanges culturels et commerciaux. Une passionnante rencontre pour l’Europe !

Aborder l’histoire par le sensoriel, ici le sens du goût, est un objectif fort motivant pour de jeunes élèves, notamment en école primaire. L‘éducation à l’alimentation et au goût y est privilégiée, en abordant les différentes dimensions de l’alimentation (nutritionnelle, sensorielle, environnementale et écologique, culturelle et patrimoniale) afin de consommer responsable (voir l’ouvrage publié par Canopé en 2019). Croiser l’histoire et les SVT, Sciences et vie de la terre, est fort pertinent. En effet, au contact de l’Orient avec la route de la soie et des croisades, les fruits d’Extrême-Orient sont arrivés en Europe via le monde arabe : par exemple, l’abricot originaire de Chine et les agrumes venus des contreforts de l’Himalaya dont l’orange introduit par les Portugais. Lors des Grandes Découvertes, de nombreux fruits ont été rapportés des Amériques Centrale et Latine : l’ananas de Guadeloupe, le cacao et l’avocat et la tomate du Mexique, la fraise du Brésil. L’avocatier originaire du Mexique est cultivé et apprécié à travers le monde entier pour son apport en vitamine D. Quant à la banane originaire du Sud-Est asiatique puis cultivée en Afrique (Madagascar en premier), elle s’est répandue comme un aliment nutritif lors les guerres mondiales européennes afin de nourrir les troupes de soldats sur les fronts de guerre. Mais on pourrait demander à nos élèves de découvrir un fruit endémique de nos belles Antilles, de Martinique ou de Guadeloupe, via une recherche sur l’Internet ou une correspondance e-Twinning avec une classe antillaise : corossol, pomme cannelle, ti-coco, cachiman, pomme-jardine… Que de fruits à déguster !

Les carnets de voyage deviennent alors des carnets d’échanges commerciaux, des carnets des plantes vivrières qui voyagent au fil des siècles mais aussi des carnets de commerce équitable, souvent solidaire, selon le suivi de règles et de valeurs. Il s’agit d’une initiation à l’économie et aux enjeux contemporains de l’agriculture et du marché alimentaire.

Le PPN, Projet pédagogique numérique carnet de voyage intitulé « L’incroyable voyage de Marjo, la fève de cacao » d’Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige retrace le voyage d’une fève de cacao de la culture, de la transformation à sa consommation sous diverses formes, en somme du champs à l’assiette. Il se finalise par la visite du musée du chocolat en Dordogne et l’étude de la CIDE (Convention internationale des droits de l’enfant) au sujet du travail des enfants dans les cultures de cacao. Différents écrits spécifiques (une interview, un récit de voyage et de compte-rendu) retracent les étapes de la culture de la fève de cacao, sa composition et les différentes étapes de sa transformation en vue de sa distribution commerciale. La narration met en scène le personnage de Marjo qui conclue l’épilogue du carnet, selon les propos des enseignants stagiaires  :“Je vous ai rencontrés les CE2 ! Vous attendiez ma venue dans l’atelier avec impatience ! Grâce à vous, je me suis transformée en un magnifique chocolat délicieux. Je suis en vitrine et tout le monde m’admire. Je brille de mille feux ! Quel beau voyage ! Que de belles rencontres ! Et me voilà resplendissante ! Je vous le dis les amis : voyager donne bonne mine ! Quelle vie incroyable on mène quand on est une si petite fève de cacao comme moi“. Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige expliquent la plus-value de l’outil pédagogique : “Le carnet de voyage permet de construire une valeur citoyenne : le vivre ensemble. Le carnet de voyage invite à partager sur la vie de l’autre et une culture différente. De plus, le vivre ensemble permet aux élèves de comprendre les enjeux écologiques cachés derrière la consommation, notamment pour la fève de cacao, et également les enjeux éthiques (emploi d’enfants dans les champs de cacaoyer) tout en appréhendant l’importance d’un commerce équitable et responsable.”

En effet, au fil du projet, les apprentissages pluridisciplinaires sont multiples :

  • Identifier les espaces géographiques de culture des fèves de cacao à partir de douze de documents vidéo au TBI et d’autant de questionnaires à partir du planisphère.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le cultivateur de cacao. Tablettes : filmer et photographier le processus de création et la trame de la rédaction.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différents moyens de transports de la fève de cacao du point de culture jusqu’à son arrivée en France métropolitaine.
  • Identifier les questions environnementales
  • Réaliser le schéma d’une cabosse.
  • Identifier les principales problématiques et les principaux enjeux écologiques de la culture (et de la consommation) de la fève de cacao.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le chocolatier.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différentes étapes de fabrication du chocolat.
  • Reconnaître les bienfaits et méfaits du chocolat.
  • Rédiger le texte du carnet de voyage de Marjo la fève de cacao.
  • Réaliser les vignettes mettant en scène Marjo la fève.

Bibliographie :

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts