Le carnet intergénérationnel, outil pédagogique

Dans le cadre du Master 2 MEEF à l’INSPE de l’Académie de Bordeaux, nous avons initié un projet pédagogique numérique sur l’intergénérationnel et plus précisément sur « le carnet de voyage intergénérationnel ».  L’ouvrage Carnet de voyage intergénérationnel écrit par Carole Gadet et Diane Sorin a été publié par les éditions de l’Atelier en 2010. Albert Jacquard se fait l’écho de l’expérience des auteurs sur une dizaine d’années : « Les humains ont fait ensemble l’humanité. C’est notre legs. Il nous appartient de faire en sorte que l’humanité continue à faire de nous des humains. J’aimerais que ce livre puisse contribuer à cette tâche et, ce faisant, qu’il déborde le vocable, trop étroit à mon sens, de l’intergénérationnel pour inviter chacun à voyager d’une génération à l’autre afin d’apprendre à devenir ensemble. »

Aussi, avons-nous décliné cette piste éducative en production numérique en classe. En vue du projet PPN, Projet pédagogique numérique, auprès des élèves de primaire, nous avons demandé l’usage de trois outils numériques au fil de l’année : la carte mentale pour la gestion du projet, le tableau de bord pour la mise en œuvre et la production – présentation du carnet de voyage numérique pour la communication aux parents d’élèves. Les stagiaires Professeurs des écoles ont lancé un projet afin que leurs élèves puissent produire leur carnet de voyage en relation avec leurs grands-parents. De nombreuses thématiques ont été envisagées : l’histoire des moyens de communications interpersonnelles ou médiatiques, l’évolution de la classe (musée de l’histoire de l’éducation), le changement des modes de déplacement, l’essor du tourisme de masse et des vacances (camping, village de vacances, pratiques sportives…), la place de la femme dans la société…Nous retenons le PPN Projet pédagogique numérique intitulé « Carnet de voyage intergénérationnel : les modes de communication à travers le temps » de Claire Cadene et Amandine Thierry ; elles l’ont proposé dans le cadre de l’EMC, éducation morale et civique, pour une classe de CE2. Ce voyage dans le temps part à la découverte des modes de communication et de leurs évolutions dans le temps afin de « questionner le temps » (programme d’enseignement en histoire) et l’impact de certains modes de communication sur l’environnement (programme d’Education au Développement Durable, rentrée 2021). Il s’agit de confronter les élèves à des modes de vie différents dans le temps et dans l’espace en proposant des activités de recherche documentaire et de représentation du temps. Ce travail de groupe en EMC, éducation morale et civique, vise à communiquer, justifier, argumenter et remettre en question les représentations ou les opinions. Mais c’est en français que les apprentissages visés ont été plus exigeants :

  • l’oral :  mise en voix des saynètes autour de l’utilisation du téléphone à cadran,
  • la lecture : partage de documents authentiques (vieilles lettres, télégrammes…),
  • l’écriture : expérimentation de l’écriture à la plume mais également lors de la production d’écrits,
  • l’étude de la langue : lexique des objets anciens et de l’expression des émotions.

Claire Cadene et d’Amandine Thierry explicitent leur démarche pédagogique :

« Au retour des vacances, les élèves ont pu exploiter les enquêtes menées mais également partager les traces du passé rapportées au cours de leur recherche : des lettres, photos, anciens télégrammes, téléphones, des plumes et encriers… Le fait que le questionnaire soit construit par les élèves et qu’ils aient à mener eux-mêmes leur enquête a été déterminante dans leur implication et leur motivation vis-à-vis du projet. Le voyage a alors pu commencer et nous avons voyagé dans le temps en amenant les élèves à construire des frises chronologiques montrant l’évolution des différents modes de communication dans le temps comme le téléphone ou l’écriture ; mais également en leur faisant vivre un saut dans le temps pour expérimenter physiquement ces anciens modes de communication (jouer des scènes d’usage d’objets tels que le téléphone à cadran dans le quotidien des parents ou écrire à la plume à l’école des grands-parents…) ». Ces enseignantes stagiaires concluent sur leur intérêt de l’intergénérationnel dans leur pratique de projet : « Les élèves ont ainsi comparé des modes de vie dans le temps et ont appris à se repérer dans le temps à l’échelle de leur famille, ils ont fait évoluer leur manière de travailler en groupe et de communiquer ensemble et ont expérimenté des outils et des techniques de communication qui les ont amenés à se poser des questions et à remettre en cause leurs représentations initiales. Ce projet a été en fait mené dans une véritable démarche d’investigation. »

C’est proposer aux élèves de mener une enquête à partir d’une situation problème proposée par la professeur. Une démarche scientifique s’appuiera nécessairement sur des faits, des observations, des mesures.

Exemples d’actions éducatives afin de faciliter les relations entre générations :

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet intergénérationnel : l’Histoire vécue et perçue

Etudier les interactions ou les échanges, positifs ou négatifs, en somme les relations qui peuvent se dérouler entre les générations, définit l’intergénérationnel (voir la recherche de G. Séraphin, 2011). La transmission d’expériences et de savoirs entre des personnes séniors et juniors au bénéfice de la famille, de la société et de l’entreprise peut aussi incarner le partage intergénérationnel qui favorise une plus grande cohésion sociale ainsi qu’une plus forte solidarité. La Semaine bleue du 3 au 9 octobre 2022, qui est la semaine des retraités et des personnes âgées, porte les devises « A tout âge ensemble » et « Changeons notre regard sur les aînés. Brisons les idées reçues », notamment à travers un concours d’écriture. En Belgique, la Semaine de l’intergénération créé en 2019 donne l’occasion pour initier des actions de vivre ensemble.

Nous nous intéressons aux relations entre grands-parents et petits enfants car elles facilitent une transmission de valeurs et d’activités complémentaires à celles enseignées à l’école. Certains savoir-faire transmis ne sont pas valorisés par ailleurs, tels la cuisine, le bricolage ou le jardinage, en somme des activités manuelles ou ludiques qui facilitent la débrouillardise dans le quotidien et bien sûr l’esprit créatif. De plus, les grands-parents permettent une stabilité affective en cas de divorce ou séparation des parents. Ils constituent aussi un repère dans l’histoire familiale pour l’enfant qui change, grandit, s’émancipe. Le récit de leurs souvenirs et anecdotes permet à l’enfant de construire son identité et comprendre l’histoire familiale d’émancipation ou de continuité. Pour le jeune, il s’agit de penser sa place dans la famille mais aussi d’appréhender l’évolution de la vie au fil des générations et des années, de comprendre son rôle évolutif dans la société, dans la famille; en somme, l’enfant constate que chacun a une place différente selon son âge et son vécu. La cohésion sociale pourrait être liée à ce lien intergénérationnel à préserver, structurant pour l’enfant et valorisant pour les grands-parents.

Cette histoire est vécue au niveau de trois générations sur une soixantaine d’années, depuis les années 1950 ou 1960, facile à intégrer comme repérage dans le passé pour des enfants qui éprouvent l’abstraction de l’histoire comme un obstacle cognitif. En effet, la société et la famille ont évolué de pair : affirmation du droit des femmes, couple monoparental, société de consommation, emprise des écrans, place des loisirs…Cet enseignement de l’histoire à leur niveau d’enfant de manière concrète, et riche de témoignages, permet d’appréhender les évolutions et les changements sociétaux, politiques et économiques, au fil de l’histoire. Il s’agit d’une Histoire qui est perçue, ressentie et vécue par le prisme des séniors. Appréhender l’histoire à hauteur de trois générations, et parfois plus, si les arrières grands-parents sont encore présents pour témoigner de la seconde guerre mondiale (1939-1945). Alors, ils expriment leur vécu, dont les restrictions sous l’Occupation par exemple, de l’œuvre de la Résistance dans leur quotidien, de l’ouverture des camps de déportation et de l’horreur de la guerre afin d’apporter leur sagesse de vie et de paix à leurs arrières petits-enfants. Il s’agit donc de tisser des liens pour appréhender leur histoire de vie et notre Histoire commune pour former les citoyens de demain. L’Histoire, enseignée de manière théorique à l’école est ainsi vécue et perçue à l’échelle de la famille sur trois générations, parfois quatre.

Depuis mars 2022, le ministère de l’éducation nationale lance un plan d’action national visant à renforcer les solidarités intergénérationnelles dans les établissements scolaires et les lieux de vie des personnes âgées. Cette action s’accompagne de la poursuite du projet « 1 lettre, 1 sourire » et de jumelages intergénérationnels entre d’EPHAD et écoles. Par exemple, le modèle « MARPA-Ecole » valorise un même espace pour réunir l’école élémentaire et la maison de retraite.

Bibliographie :

Séraphin, G. (2011). Introduction : Lien intergénérationnel et transmissions. Recherches familiales, 8, 3-6. https://doi.org/10.3917/rf.008.0003

Joly, L. & Passera, F. (2016). Se souvenir, accuser, se justifier : les premiers témoignages sur la France et les Français des années noires (1944-1949). Guerres mondiales et conflits contemporains, 263, 5-34. https://doi.org/10.3917/gmcc.263.0005

Carnet de voyage intergénérationnel – Grandir ensemble de Carole Gadet, Diane Sorin- Éditeur Editions de l’Atelier, 2010. http://www.ensembledemain.com/5.html

Des ouvrages en littérature de jeunesse afin d’illustrer les relations intergénérationnelles : https://www.ricochet-jeunes.org/articles/le-troisieme-age-de-tous-les-possibles-18-livres-pour-illustrer-la-diversite-des-relations

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage sur les pas de Champollion

Nous célébrons le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes. En effet, le 27 septembre 1822, à Paris, Jean-François Champollion expose, à 32 ans, devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ses découvertes relatives aux hiéroglyphes. Il offre ainsi au monde la connaissance des noms des pharaons bâtisseurs des pyramides, le déchiffrement des livres des morts trouvés dans les tombeaux et la compréhension d’une langue et d’une littérature perdues. Après avoir pu déchiffrer les hiéroglyphes, Champollion voyage beaucoup entre 1822 et 1830 : Turin, Rome, Florence, Genève, l’Égypte, la Nubie… afin de lire les écrits égyptiens sur toutes les inscriptions accessibles. Champollion a donc voyagé dans un but intellectuel afin de parachever sa recherche : voir l’extase du voyage.

Aussi, proposer en classe (CM1, CM2, 6e, 5e) un projet de « carnet de voyage sur les pas de Champollion » semble-t-il pertinent car il permettrait de relier le voyage à la recherche scientifique, d’appréhender le voyage comme une quête de connaissances et d’initier à l’égyptologie. Donc, parcourir les villes de ce voyage, c’est tisser leurs liens avec l’archéologie, les sites antiques, le patrimoine écrit et les lieux de conservation (musées et bibliothèques). Afin de réaliser un « carnet des hiéroglyphes », le musée Champollion de Figeac met à disposition des fiches sur les écritures aux cycles 2, 3 et 4 et le musée Médard lance un projet intitulé « Du papyrus à la photographie »

La sensibilisation à l’égyptologie a émergé lors de l’expédition d’Egypte par Bonaparte, puis a pris son essor avec Champollion; elle ouvre sur la médiatisation de l’Orient au 19e siècle. En effet, les archéologues racontent à travers la presse leurs découvertes alors que l’époque est propice à un Orient rêvé et merveilleux : « les fabuleuses découvertes en Egypte » que retracent Laurence Michel dans son ouvrage publié par les éditions Elytis. Bien sûr, nous pourrions aussi envisager un carnet d’expédition en Egypte, à partir de la campagne lancée par Napoléon Bonaparte de 1798 à 1801. L’expédition d’Egypte est encadrée par cent cinquante savants de toutes les disciplines scientifiques dans le but ultime de publier une encyclopédie de l’Egypte, une entreprise prônée par les Lumières. La somme est publiée sous le titre « La description de l’Egypte » et elle est disponible en ligne sur Gallica de la BNF. Nous pourrions aussi partir « Sur les pas de Louis François Cassas à Alexandrie » comme le propose Philippe Delord dans  son carnet de voyage publié par l’éditeur Gallimard.

Le bicentenaire 2022 va offrir de nombreuses ressources pour la rentrée. Notre grand égyptologue français est né à Figeac et cette ville va célébrer ce personnage historique au mois de septembre.

La Bibliothèque nationale de France BNF lance l’exposition « L’aventure Champollion : dans le secret des hiéroglyphes » à partir du 12 avril 2022.

Près de 350 pièces – manuscrits, estampes, photographies, papyrus, sculptures… – issues des collections de la BnF et de prêts exceptionnels – notamment du musée du Louvre et du museo Egizio de Turin – viendront initier le public à la « méthode Champollion » et redonner vie à une civilisation qui fascine encore aujourd’hui. L’exposition révèle la figure du père de l’égyptologie mais aussi de l’homme que fut Champollion, son ardeur, son immense curiosité, son tempérament, comme ses qualités littéraires.

Quelques projets éducatifs sur l’Egypte ancienne :

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts