Le carnet de recherche et de terrain à l’université

La démarche ethnographique repose sur l’enquête, l’interview, le carnet de reportage, le carnet de terrain…Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans le Manuel d’ethnographie publié en 1947 par Marcel Mauss. Ses Instructions d’ethnographie descriptive proviennent de son cours : «Il s’agit aujourd’hui de mener des études précises et profondes sur des données étroites, avec des méthodes rigoureuses, et non d’aboutir, à une sorte de petit panthéon des faits sociaux bien choisis, curieux, exceptionnels ou typiques où les sociologues puiseront pour leurs besoins d’exemplification ».

L’ethnographie est la méthode spécifique à l’ethnologie. Elle consiste à observer et décrire un environnement. 

  • Enquête par distanciation : à s’étonner de ce qui semblait le plus familier (ce que nous vivons quotidiennement dans la société où nous sommes nés ou qui nous accueille depuis longtemps).
  • Enquête par dépaysement : à rendre plus familier ce qui paraissait originellement étrange et étranger (les comportements, les croyances, les coutumes des sociétés qui ne sont pas les nôtres).

Telle est l’expérience même de l’ethnographie qui s’appuie sur diverses techniques : l’écriture, la photographie, la cartographie, la vidéo, l’entretien, etc.

Le chercheur François Laplantine explicite la description ethnographie« Un regard si ce n’est inquiet, du moins questionnant, qui part à la recherche de la signification des variations. C’est la raison pour laquelle il convient sans doute maintenant de différencier deux termes dont l’un est sans doute mieux qualifié que l’autre pour désigner l’entreprise ethnographique : voir et regarder. »

Pourquoi proposer une formation au carnet de recherche intermédia à l’université ? Qu’apporterait sa pratique à l’étudiant ? 

  • Evoquer une réalité sociale ou un fait de société à partir d’un ancrage dans le réel à partir d’un voyage vécu, proche ou lointain.
  • Observer et prendre le temps pour s’approprier un savoir, construire et faire sienne une observation.
  • Questionnement en situation : poser une question c’est utiliser ce que l’on sait pour la concevoir et la formuler. Changer de questionnement et de situation permet d’évoluer.
  • Favoriser une distanciation critique et questionner les représentations, le changement de repères et d’autres référents culturels issus de la confrontation à l’Autre.
  • Susciter la recherche d’information et l’investigation sur le terrain par l’écriture (interview, enquête…) et par l’image (dessin d’observation, croquis sur le vif, photographie, film…).
  • Mener une recherche qui est personnelle : tâtonnements, pistes, hypothèses, vérifications, conclusions. Cet état d’esprit du chercheur éveille à la découverte de son environnement.
  • Mettre en exergue un angle et un point de vue personnel afin de réaliser une œuvre originale.
  • Appréhender sur son cheminement, son fonctionnement et l’analyse de ses modes d’apprentissage : dispositif de métacognition. Permet de mieux mobiliser ses savoirs et ses compétences.

Nous pourrions élargir notre réflexion sur les apports de cet outil à la formation universitaire. En effet, comment un carnet (intermédia) ouvre t-il le champs disciplinaire enseigné à l’université ? Cette ouverture est-elle un enjeu pour l’enseignement universitaire ? Comment investir le terrain et la recherche par l’écriture, le dessin, l’audio-visuel et surtout le numérique ? En quoi les arts graphiques seraient-il un médium pour la recherche ? Comment les outils numériques (tablette graphique, SIG, mindmap…) facilitent-ils la prise de notes et le rendu de la pensée du chercheur in situ ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Escape game pour éduquer à la santé

Éduquer à la santé et à la responsabilité, c’est permettre à l’élève d’acquérir les moyens d’un regard critique vis-à-vis de son environnement (l’apprentissage de capacités), de connaître les comportements et leurs effets (l’apprentissage de connaissances) et de développer ses compétences personnelles, sociales et civiques (le développement d’attitudes). Comme il s’agit de proposer une pédagogie de projet, alors l’escape game pourrait être un outil d’éducation à la santé et de sensibilisation au bien-être. Il est utilisé dans les classes pour remotiver et créer une émulation, apporter du ludique dans les apprentissages. Un escape game pédagogique est un vivier de compétences et attitudes à développer chez les élèves via une mise en situation et action. D’après la définition de Sylvain Connac, « la coopération est l’ensemble des situations où les élèves produisent ou apprennent à plusieurs, impliquant du partage de désirs et de la générosité réciproque. Ils œuvrent et agissent ensemble. ». Olry-Louis en 2011 ajoute que c’est « la façon dont les membres d’une dyade (binôme) ou d’un groupe donné, confrontés à un apprentissage particulier, rassemblent leurs forces, leurs savoir-faire et leurs savoirs pour atteindre leurs fins. ».

En formation Master MEEF M1 « encadrement éducatif », nous avons listé une quinzaine de thématiques sur l’éducation à la santé, les plus demandées concernent la prévention des conduites addictives mais aussi la découverte des neurosciences. Les interactions entre le corps et le cerveau peuvent faire en effet l’objet de nombreux projets sur la santé : les enjeux du sport, de l’alimentation, de la gestion du stress… mais aussi les impacts de l’environnement sur la santé en lien avec l’EDD. De plus, les incidences psychologiques sont aussi autant de pistes de réflexion : l’image de soi, la dépression, le stress, le décrochage scolaire, le mal-être, l’anorexie, la protection des mineurs en danger…

Le stage en établissement scolaire sera l’occasion d’améliorer les énigmes des jeux d’évasion et d’échanger avec l’enseignante de SVT et l’infirmière scolaire sur la validité du contenu et avec l’enseignante-documentaliste pour la mise en forme numérique. D’autant plus que la 24e semaine du cerveau lancée par la Société des Neurosciences se déroule du 14 au 20 mars et porte sur la vulnérabilité du cerveau des adolescents. La plateforme Pégase de Canopé facilite la conception des parcours d’activités numériques et pédagogiques pour les appareils mobiles (tablettes et smartphone sous android et ios) et permet donc de créer un jeu de piste, une visite de musée, un escape game, un parcours pour une journée portes ouvertes ou même une course d’orientation.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts