La place des valeurs et de la citoyenneté dans le carnet de voyage

La réalisation d’un carnet de voyage prend toute sa signification dans l’éducation morale et civique (EMC) car la culture de la sensibilité permet d’identifier et d’exprimer ce que l’on ressent, comme de comprendre ce que ressentent les autres. Elle permet de se mettre à la place de l’autre.

Selon le Bulletin officiel n° 30 du 26-7-2018, « L’enseignement moral et civique s’effectue, chaque fois que possible, à partir de l’analyse de situations concrètes. La discussion réglée et le débat argumenté ont une place de premier choix pour permettre aux élèves de comprendre, d’éprouver et de mettre en perspective les valeurs qui régissent notre société démocratique. Ils comportent une prise d’informations selon les modalités choisies par le professeur, un échange d’arguments dans un cadre défini et un retour sur les acquis permettant une trace écrite ou une formalisation. L’enseignement moral et civique se prête particulièrement aux travaux qui placent les élèves en situation de coopération et de mutualisation favorisant les échanges d’arguments et la confrontation des idées. »

Le PPN « Carnet de voyage sur les pas de Malala en CM2 » (Tiffany Thomas et Chloé Delepeau) permet de sensibiliser aux droits de l’enfant à partir de la biographie de Malala, plus précisément  de valoriser l’éducation scolaire des filles, puis de réfléchir au droit des filles et des garçons selon le pays étudié. Il s’agit pour chaque groupe de quatre élèves de créer une page avec un titre, des textes, des images et un message fort, cette expression personnelle s’effectue dans le cadre d’un projet coopératif et pluridisciplinaire (EMC). Sur les deux pages réalisées pour chaque pays, doivent apparaitre plusieurs items tels que le pays (carte, lieu, drapeau), l’éducation et les droits accordés aux enfants et aux filles de ce pays mais aussi pourquoi Malala s’est rendue dans ce pays et quelle action elle y mène. Une frise chronologique de la vie de Malala, devenue un symbole international de la lutte pour l’éducation des filles, a été réalisé à partir de QRcodes et une carte de la diffusion de ses idées dans le monde l’a accompagnée. L’objectif final vise la diffusion d’une vidéo Youtube du PPN alors que les objectifs pédagogiques sont multiples :

  • Aborder les droits et les devoirs : de la personne, de l’enfant, de l’élève, du citoyen : la Convention internationale des droits de l’enfant, L’égalité entre les filles et les garçons.
  • Se repérer dans l’espace : construire des repères géographiques
  • Coopérer et mutualiser
  • S’informer dans le monde du numérique
  • Comprendre un document
  • Coopérer avec un groupe
  • Créer sa page du carnet de voyage collectif

La difficulté pédagogique a résidé dans les liens à tisser entre les documents d’actualité sur les discriminations dénoncées dans tel pays et la biographie de Malala. Mais l’idée d’un carnet de voyage biographique avec l’utilisation du « je » a permis à chaque élève de se mettre à la place de Malala, donc d’enquêter puis d’appréhender la situation du pays pour ensuite comprendre son combat pour les droits des enfants. La création de « l’album virtuel » des pays traversés par Malala a été diffusée aux autres classes et aux parents d’élèves, elle est accompagnée d’un PADLET pour suivre la mise en projet au fil du trimestre. La création d’un blog, en plus de la vidéo Youtube réalisée, pourrait alors favoriser les échanges réels avec Malala.

Selon les propos recueillis de Tiffany Thomas et Chloé Delepeau :

 « Les élèves ont exploité des compétences dans différentes disciplines : l’éducation morale et civique avec la découverte de politique étrangère et le débat sur l’égalité des droits des enfants et des femmes, en arts plastiques avec la création artistique du carnet et des outils adaptés pour faire preuve d’originalité et de créativité, en français via la rédaction du carnet, et même un peu d’anglais dans certaines recherches et documents fournis. Nous pouvions remarquer en passant dans les groupes des mini débats, sources d’interaction et d’apprentissage. Chaque élève du groupe a pu participer à la production du carnet de voyage en mettant en oeuvre ce qu’il maitrisait le plus (le dessin, l’écriture, la réflexion, le savoir…). Le projet a mobilisé à bon escient les intelligentes multiples ».

Ce projet engagé pourrait être valorisé le 11 octobre lors de la Journée Internationale de la Fille, d’autant plus que la pandémie de COVID-19 a provoqué la plus importante perturbation de l’éducation de l’histoire mondiale, selon le guide de rescolarisation des filles « Reconstruire l’égalité » publié par l’UNICEF en août 2020. De plus, les outils pédagogiques proposés par Réseau CANOPE du Ministère de l’éducation sur l’égalité filles-garçons facilitent la « Grande mobilisation pour les valeurs de la République », notamment lors de la Journée Internationale des droits de la femme le 8 mars.

Pour en savoir plus :

Outils égalité filles – garçons proposés par CANOPE

Journée internationale des droits de la femme: sélection d’activités publiée par CANOPE

Journée internationale des filles lancée par l’UNICEF

Rapport Reconstruire l’égalité publié par l’UNICEF

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La place de l’échange (réel et virtuel) dans le carnet de voyage

L’échange avec l’Autre sert de trame dans de nombreux carnets de voyage, notamment les carnets de société où l’interview et le portrait sont au cœur de la narration : à titre d’exemples « Sète, surprenant voyage » de Cathy Beauvallet, « Alger, simples confidences » d’Elsie Herberstein et Zahia Haft, « Vieux » ou « Rurales » des Carnettistes Tribulants. Or, pour développer l’outil pédagogique « carnet de voyage » en classe, l’échange semble indispensable à la mise en projet en vue de la réalisation concrète des pages. Ainsi, le voyage d’une mascotte de la classe facilite en maternelle la narration du voyage : la classe reçoit les lettres de la Mascotte et découvre ainsi la nouvelle destination. Alors qu’en primaire, la rencontre de locaux ou de natifs déclenche la découverte de l’Autre et de sa culture.

Dans le PPN « Sur les traces de Billy : voyage de la Mascotte » (Lisa Geraud), l’Italie est découverte à travers son drapeau, la recette de la pizza, le masque de carnaval (Venise). Des dictées à l’adulte et la réalisation d’une vidéo sont des inducteurs pour le langage. Le carnet de voyage vidéo, qui rend compte des travaux des élèves et de leur expression personnelle, est alors destiné aux parents afin de les informer du projet de classe. La Mascotte est souvent photographiée avec un fonds d’écran « paysage ou site » choisi afin de créer une carte postale souvenir. Même principe dans le « Carnet de voyage en Angleterre avec Monkey (CP) » (Manon Aubert), puisque la mascotte de la classe favorise l’apprentissage précoce de l’anglais au fil d’un voyage virtuel dans Londres à la découverte des sites, transports, spécialités culinaires…

Dans le PPN « Le voyage de la mascotte Ducky à la découverte des cinq continents (CE1) » (Maxime Cliquot et Calypso Salamand), l’apprentissage précoce de l’anglais est visé à partir de cinq pays : l’Espagne, Algérie, Bolivie, Japon, Nouvelle Zélande. En plus de la Mascotte Ducky, un correspondant présente la destination sous la forme d’une visioconférence et facilite la rédaction de la fiche d’identité du pays. Le contact avec un habitant local ou un ami des enseignants qui a voyagé dans le pays est privilégié. Donc deux médiateurs facilitent la narration transmédia. De plus, pour passer d’une destination à l’autre, un passeport sous la forme d’un quizz sert d’évaluation. Chaque destination est amorcée par l’écoute d’une musique qui sert de devinette : de quel pays provient cette musique ? Carte sensible, carnet en accordéon, tracé d’arabesques, fabrication de poupées japonaises Kokeshi…sont autant d’activités. A la fin du projet, une vidéo sur chaque pays est réalisée dans laquelle l’expression orale : le script et la dictée à l’adulte sont mis en œuvre. Donc un carnet transmédia est bien proposé au fil de différents supports investis en vue de la narration.

Pour le PPN « Le tour du monde de Tom et Jennifer en CM1 & CM2 » (Anastasia Cologni), treize destinations sont envisagées, soit une par binôme. Pour chaque groupe, le scénario est axé sur le voyage vécu par le premier élève qui retranscrit ce qu’il a vu et perçu, ensuite le deuxième élève qui n’a pas voyagé s’en sert pour imaginer les aventures de Tom et Jennifer. Au fil des binômes, l’histoire du voyage est racontée. Grâce au tableau TNI, dans les recherches effectuées sur chaque pays, sont privilégiées la mise en avant d’une personnalité connue et la langue parlée.

Dans le PPN « L’Ile Maurice à travers les 5 sens en maternelle » Amanda Rambhujun est à la fois l’enseignante et la médiatrice de sa culture et de sa langue maternelle à travers des comptines en créole. La découverte de la culture mauricienne, métissée avec l’Inde, est tout à fait adaptée à la découverte sensorielle par la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat et le toucher. Un débat philosophique sur la différence a été le préalable au projet et quelques élèves ont présenté un objet de leur culture d’origine afin de lancer le dialogue, le questionnement et les échanges entre élèves au sein de la classe.

Dans le PPN « L’école : mon premier voyage – échange avec une classe tunisienne (maternelle) », Justine Mouchet – Nurit lance un visio échange (outil : Skype) avec la Tunisie : cinq visioconférences pour découvrir la Tunisie à partir de vidéos et de lettres rédigées par les correspondants enseignants et élèves. Les thèmes d’échanges sont libres : l’école, la recette des biblis ou du couscous, les arts (peinture et danse), le climat et le paysage, la création d’un herbier…Le projet de l’école a rejoint celui de la classe puisque les élèves ont repris l’habit traditionnel en vue de se costumer lors du carnaval de l’école.

Ainsi, dans le carnet de voyage, l’échange a une place primordiale d’autant plus qu’il s’oriente vers l’ouverture internationale et l’éducation à l’interculturel. Tous les outils numériques d’échanges (Skype, ZOOM, WhatsApp….) trouvent leur usage dans ces projets pédagogiques de carnets de voyage numériques, mieux encore lorsque le projet est construit à partir de la plateforme pédagogique e-Twinning développée pour favoriser les échanges inter classes en Europe. Nous pouvons alors parler de carnets de reportages à partir de l’échange vécu.

Carnet de rencontres 3D de trois continents, Pascale Argod, 2016

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts