Créer un carnet de marin virtuel pour enseigner les sciences

Au fil des années, de plus en plus d’enseignants stagiaires ou d’étudiants de Master 2 MEEF (INSPE Bordeaux) investissent le carnet de voyage en sciences, que ce soit pour enseigner la géographie, les sciences de la vie et de la terre, l’environnement, les sciences physiques…Les sorties scolaires non envisageables (à cause des mesures sanitaires) ont lancé un défi pédagogique à relever. La réalisation d’un carnet de voyage « virtuel » permet à partir du numérique, de proposer une trame narrative qui prolonge le réel. Ainsi, le suivi d’expéditions scientifiques ou d’aventures de marins ancre le projet « carnet de voyage » sur le terrain, disons plutôt dans le « virtuel ». Ceci soulève la problématique de la place de la réalité virtuelle dans les apprentissages : comment envisager l’observation, la sensorialité, l’expérimentation et le relevé scientifique ? La démarche d’investigation scientifique via le virtuel et la virtualisation de la médiation questionnent les enseignants. Selon les quatre propositions de PPN, Projet pédagogique numérique, nous envisageons le carnet de voyage comme un outil original et adaptable à la médiation des sciences et des techniques. Le marin skippeur ou le savant est le médiateur du projet, celui qui accompagne la classe au fil de la découverte du monde, comme un relai de l’enseignant.

Le PPN « À la découverte du monde maritime avec Energy Observer » (Mallory Branjonneau et Marion Choublier) valorise une pleine pluridisciplinarité en croisant sciences, arts et EDD. L’objectif est la réalisation d’un carnet de bord de marin afin de découvrir les différents écosystèmes sous-marins ainsi que l’impact du réchauffement climatique en cinq escales.

  • Les coraux en Mer Rouge en Israël : le réchauffement climatique sur les océans
  • La clinique des tortues à Valencia : la chaîne alimentaire marine
  • Les icebergs du Spitzberg lien avec la banquise : les états de l’eau avec des expériences sur la transformation de l’eau
  • Les sargasses de l’Ile de St Barthélémy : la prolifération d’algues
  • Au Bahamas, une plongée avec les requins de Tiger Beach : le rôle des super prédateurs dans la vie océanique.

Le projet débute par la réalisation de deux maquettes qui ancre le carnet dans l’expérimentation : chaque élève réalise son catamaran (liège, bois, allumettes) et une éolienne avec un circuit d’électricité renouvelable. Un reportage vidéo (outil : i-movie) conclut le carnet et revient sur toutes les étapes du voyage, en demandant à chaque élève d’expliciter son travail, ses découvertes et ses choix de pagination. Ce feedback vidéo envoyé aux parents est envisagé comme un bilan pour chaque élève. Les gestes pour l’EDD via une action exemplaire comme « Zéro plastique » ont conclu le projet.

Les deux PPN sur le « Vendée Globe » (Amélie Teyssot, Mathilde Alba et Maud Martin) propose un carnet de marin à bord d’un catamaran. Le premier suit la skippeuse Samantha Davies via son blog, le deuxième propose à trois classes de créer leur régate virtuelle comme un défi inter classes. A partir du tableau TNI en classe, six séances ont permis d’étudier l’itinéraire, le fonctionnement du bateau, la météo et la communication à bord, la chanson « le vent dans les voiles » et la découverte du Cap Horn. Dans le second PPN, la tache finale du projet porte sur la réalisation d’un carnet individuel « mon journal de bord de skippeur ». Cette personnalisation du scénario pédagogique garantit la motivation sur le long terme. Chaque élève choisit en effet son type de bateau pour sa régate virtuelle et décrypte son classement sur la cartographie virtuelle en ligne. Tous les matins, le rituel quotidien porte sur l’avancée des skippers (à l’aide des vidéos du site) et permet de décrypter la position du catamaran en fonction de la ligne d’horizon, de la vitesse en nœuds et de la force du vent… L’explication des techniques de voile aboutit à un schéma légendé du bateau et complété à l’aide du glossaire numérique disponible sur le site. Dans la peau du skippeur, chaque élève décrit le 1er jour du départ (rédaction) et travaille sur les cartes interactives (continents, faune, flore…) selon les étapes de la navigation. Les arts visuels prolongent les activités scientifiques : l’estampe « La Vague » d’Hokusai et l’illustration d’une poésie.

A partir d’un carnet de voyage fictif intitulé « La petite goutte d’eau autour du monde » (Elodie Bence), les états de l’eau sont explicités au fil de cinq escales : Paris, Tanzanie, Chine, Pôle Nord, New York. Après avoir imaginé une « histoire à écrire » à partir d’images, les élèves ont créé un livre audio pour narrer le scénario de la petite goutte d’eau. De plus, un livret numérique rassemble les productions réalisées en groupe : en arts visuels sur les couleurs chaudes et froides, en sciences sur l’état de l’eau et le climat, lors des séances en anglais. La diffusion numérique des deux carnets est destinée aux parents d’élèves.

Ainsi, les arts et les sciences sont complémentaires dans la production d’un carnet de voyage scientifique, qu’il soit virtuel ou fictif. L’expérimentation permet la démarche d’investigation. La sortie scolaire sur le terrain est plus pertinente que le virtuel dans l’acquisition des apprentissages. Nous attendons le retour du carnet de voyage « in situ » !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage scientifique et muséum d’histoire naturelle virtuel

Au fil des promotions d’étudiants de Master 2 MEEF en SVT, Sciences de la vie et de la terre, dix-neuf productions numériques (travail en groupe) ont été réalisées sur les pas d’explorateurs naturalistes afin d’exploiter les collections muséales du Muséum de Bordeaux. Ces livrets numériques d’exploitation du musée prennent la forme d’un carnet de voyage destiné à l’élève devenu explorateur naturaliste. Notre exigence pédagogique a porté sur une pédagogie du projet pensée en amont et en aval de la sortie scolaire et qui intègre la pluridisciplinarité. Nos conseils porteraient sur trois niveaux : la mise en projet, le scénario pédagogique au fil des activités proposées à l’élève, puis la narration du carnet de voyage numérique pensée par l’enseignant.

Au muséum, trois espaces sont porteurs de questionnements : la grande galerie du vivant par continent (Afrique + Madagascar, Amérique, Asie, Océanie, Europe, Pôles), l’évolution des espèces depuis la scola naturae (l’échelle des êtres) dans l’antiquité réaffirmée par Charles Bonnet en 1745, l’évolution de la définition des scientifiques au fil des siècles : Buffon (1749), Linné (1758), Cuvier (1797 à 1830), Pyrame de Candolle (1809), Lamarck (1809), Darwin (1859), Mayr (1942), Lecointre (2004). Mais, cette année, nous avons du remplacer la visite du muséum (fermé à cause des mesures sanitaires liées au COVID) par de nombreuses ressources numériques, préalablement sélectionnées et accessibles via notre plateforme universitaire d’e-learning.

Puisque la mise en projet vise un engagement pour la préserver la biodiversité, l’objectif final pourrait alors être une campagne de sensibilisation pour préserver la biodiversité, qui serait lancée avec l’enseignant-documentaliste au CDI. De plus, l’ouverture culturelle doit favoriser les apports de la recherche en ligne, la découverte de carnets de voyage et la consultation de sites web sur la biodiversité. En effet comme préconisé dans le Bulletin Officiel n°31 du 29 août 2019 sur la transition écologique, l’EDD est une éducation renforcée dans les programmes d’enseignement. Il s’agit de « mener, au sein de chaque école ou établissement au cours de l’année 2019-2020, une action pérenne en faveur de la biodiversité ».

Le scénario pédagogique doit valoriser l’activité de l’élève, donc mettre en œuvre une pédagogie active. Aussi, l’expression personnelle est-elle au cœur du dispositif pédagogique : à partir de l’observation, elle vise la réalisation de textes, croquis, photographies et la mise en situation grâce à des exercices ludiques. Il est proposé des activités d’observation, de comparaison, d’explicitation, de production par les arts graphiques, de créativité et d’éveil des sens. Il s’agit de déterminer les étapes de la démarche naturaliste : observer in situ, questionner, inventorier, collecter…La personnalisation facilite l’entrée dans les activités et le maintien de la motivation. La référence à l’exploration et à l’aventure s’appuie sur la carte de l’itinéraire et le style graphique du livret d’exploitation pédagogique « carnet de voyage ». Ce dernier est envisagé comme un « journal de bord » avec la mention des lieux, des dates, des escales, des relevés sur le terrain…Le jeu de plateau ou le serious game pourraient combiner l’escape game (jeu d’évasion) au carnet de voyage.

La narration sur les pas d’un explorateur naturaliste s’exprime au fil du chemin de fer du carnet numérique qui retranscrit les étapes de l’expédition historique. Que soit Lamarck, Bonpland, Humboldt, Darwin…la référence au récit de ces grandes expéditions scientifiques est indispensable afin d’ancrer la narration dans le réel. Plusieurs pistes sont envisageables : la confrontation passé / présent / avenir pour chaque espèce animale, la réécriture des pages disparues ou détériorées du journal du savant, l’explication du rapport d’incident et de la cause de la disparition d’un animal, la mission sous la forme de jeu (par exemple, au lycée pour la théorie et en mission scientifique sur le terrain dans un parc national), la rédaction de fiches spécifiques à propos de l’adaptation de l’animal au milieu d’adaptation, la réalisation d’affiches de sensibilisation pour la sauvegarder d’une espèce en danger, la confrontation de deux enquêtes (celle d’un journaliste scientifique du National Geographic à celle d’un militant du WWF), le processus muséal depuis le spécimen récolté dans la nature à sa naturalisation au muséum…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts