La créativité numérique à l’école : PPN « Carnet de voyage »

Dans le cadre de la formation à l’ESPE d’Aquitaine en vue du Professorat des écoles, le PPN, Projet pluridisciplinaire numérique, privilégie le croisement de quatre disciplines d’enseignement (géographie, arts, français et langues) afin de cibler les domaines majeurs d’apprentissage : le langage, les activités artistiques et la découverte du monde. Aussi, l’imaginaire géographique, la pratique artistique, l’expression écrite et l’apprentissage précoce des langues et des cultures sont sollicités dans une démarche active centrée sur la créativité et sur la production de textes et d’images dialoguant avec la trame narrative du voyage. Certains stagiaires ont tissé le fil pluridisciplinaire alors que d’autres ont ouvert leur PPN à l’EDD ou aux sciences : Carnet de voyage en EDD « Réduire, recycler, réutiliser les déchets » d’Emilie TEN SHONG et Kéranne LAULAN (Prix ESPOIR ESPE 2019), Carnet de voyage imaginaire d’une canette de soda Comprendre le concept et l’intérêt du recyclage (économie circulaire au programme de géographie) de Charlieœ GUILHERMET, Mon voyage dans l’Univers de Louis BOIREAU et Marine CAPDEVIELLE et Carnet de voyage naturaliste au jardin de Thomas LESCOULIER.

            Chaque stagiaire a réalisé sa démarche de projet à partir d’une carte mentale en ligne et a dû faire le choix entre trois types de carnet de voyage  : « imaginaire » à partir de ressources (album, reportage audiovisuel…), « réel » pour exploiter une sortie de classe ou « virtuel » grâce à un échange via un réseau ou un appariement de classe. Toutes les combinaisons sont envisageables voire souhaitables dans le cadre d’une démarche pédagogique « exhaustive » à partir des trois temps : avant, pendant et après le voyage. La moitié des PPN ont été construits à partir d’une sortie scolaire dont trois à visée scientifique, précédemment cités. Ces carnets de reportage sur le terrain ont facilité l’usage de la vidéo, la prise de photos, le journal de bord in situ. Ainsi, en vue du carnet de patrimoine A la découverte du Périgord, Ophélie GUIYOULE a utilisé plusieurs outils numériques. Certains stagiaires se sont demandés à quel moment la sortie serait la plus pertinente dans le projet : A la découverte du Bassin d’Arcachon de Léa SANCHEZ, Les CM1/CM2 voyagent dans les Landes de Léa DUBOURDEAUX. Le choix de placer la sortie en amont du travail afin d’exploiter a posteriori toutes les traces et preuves du voyage cadre mieux avec l’exigence de l’évaluation PPN : A la rencontre des habitants de Camblanes d’Aude Le COADOU et Mathilde LAVESQUE, Les sorties de la classe de CM2 de Paloma NUNES et Morgane LE HIR, Une semaine au conservatoire de Morgane GEOFFROY.

            L’autre moitié des PPN a concerné les voyages imaginaires à partir d’un album ou de ressources numériques qui facilitent l’apprentissage de la géographie culturelle, en CP – CE1 et notamment en maternelle. Cette année, les quatre professeurs stagiaires en école maternelle ont excellé dans leur pédagogie de projet : Les carnets de voyage de Marguerite de Laurence BOUTET qui a privilégié la rencontre avec l’Autre et les langues étrangères, A la découverte de l’Australie d’Emilie BORDES qui a valorisé les arts, Découverte de 5 pays en maternelle :  Australie, Japon, Espagne, Brésil, Afrique du Sud d’Eugénie HAZARD qui a ciblé les différences culturelles, Mon voyage dans l’Univers de Louis BOIREAU et Marine CAPDEVIELLE qui ont favorisé l’imaginaire du récit et la narration créative en vue de la réalisation d’un album d’aventures. A l’école primaire, la lecture d’un album a impulsé le PPN Carnet de Voyage imaginaire du loup par Mathilde GOUBE qui a crée avec ses élèves (https://users.wix.com/signin) un blog avec WIX ; la recherche sur le web de documentaires a inspiré le PPN A la découverte des écoles du monde de Maïlys BORIE et Déborah ROQUES et l’origine familiale des élèves a donné envie à Vanessa SOUSSI de créer Un tour du monde culinaire à la découverte de neuf pays. Solange LAUGA-CAMI, quant à elle, s’est questionnée sur l’inclusion scolaire d’élèves en situation de handicap à l’origine de son PPN Tour du monde des sens. Du voyage proche au voyage lointain, les objectifs interculturels sont déclinés selon le projet : de la connaissance anthropologique dans le Carnet de voyage au Vanuatu de Maurine CHOUVET à l’apprentissage précoce des langues dans Vis ma vie d’écolier anglais d’Iris DUCREUX. La rencontre est souvent le moment privilégié du voyage, aussi certains stagiaires ont pensé leur projet autour de l’échange, comme l’illustre le remarquable PPN Les carnets de voyage de Marguerite de Laurence BOUTET qui explique « le voyage de Marguerite est à la fois réel (les week-end en famille), et imaginaire (ses escapades autour du monde) ». Ainsi, elle croise des personnages de contes (le petit aborigène) mais aussi des personnes réelles qui viennent directement à la rencontre des élèves. Recevoir une lettre, interviewer des locaux, inviter des allophones en classe, échanger via un réseau social, monter un projet d’appariement via e-Twinning sont autant d’occasions plus ou moins virtuelles pour favoriser le dialogue des cultures et des langues et se frotter à l’interculturel. Le carnet de voyage qui peut se décliner de la production médiatique à l’oeuvre artistique parle aux sens : le récit est orienté par les émotions et les moments forts vécus par son auteur.

Nous retenons de toutes ces expériences des plus-values pédagogiques : la motivation des élèves dans un projet de classe qui donne du sens aux apprentissages, les différents temps proposés qui mobilisent différents types d’intelligence, la projection dans un projet annuel porteur d’une dynamique collective, la diversification des pratiques d’enseignement. Le Forum PI a su nous faire partager l’enthousiasme de nos stagiaires devenus enseignants et leur envie de réinvestir cette pédagogie active initiée par le PPN dans de plus larges ambitions : l’école en inter-cycles, une action éducative académique, un concours scolaire, des échanges européens…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts