Sur les pas de Léo Drouyn et du patrimoine girondin

Léo Drouyn (1816-1896) est archéologue et artiste (dessinateur, peintre, graveur) girondin qui a laissé un fonds iconographique foisonnant sur le patrimoine aquitain. Dans ses carnets de voyage, il inventorie, au fil de ses promenades, le patrimoine, notamment médiéval (églises romanes, châteux et maisons fortes). Membre de l’école de Barbizon et des monuments historiques de la Gironde, il est distingué pour ses talents de graveur à l’eau forte en 1867 lors de l’exposition annuelle des Beaux-Arts à Paris.

La Fête à Léo et au Patrimoine girondin est une manifestation estivale qui, depuis douze ans, offre une découverte ludique et savante du patrimoine girondin sur les pas de Léo Drouyn. Dans ce cadre, ont été créés jusqu’à présent 38 « Circuits Léo Drouyn» de découverte de ce patrimoine départemental.

Cette valorisation du patrimoine de la Gironde à partir de carnets de voyage historiques est tout à fait exemplaire et a offert depuis trois ans de belles pistes de projets en éducation artistique et culturelle (EAC) à destination des écoles, collèges et lycées (voir la recherche – action PATRINUM de la DAAC, DRAC et ESPE d’Aquitaine autour de la médiation numérique patrimoniale exploitable dans le champ de l’éducation artistique et culturelle).

https://www.editions-entre2mers.com/la-fete-a-leo-et-autres-manifestations/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet ethnographique ou de recherche, outil et méthode à l’université

Communication au Congrès international d’Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation, AREF 2019, organisé par l’Université de Bordeaux, les 3, 4 et 5 juillet 2019 : 

Le carnet ethnographique ou de recherche : une « méthode visuelle » pour la formation universitaire

Le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche. Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article scientifique, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de “reporter” et de témoigner de faits, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ. Il peut se décliner sur tous les supports – audio-visuel sonore et numérique – et écrans dans une intermédialité du carnet et évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue ou regards du chercheur au praticien ou professionnel. Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet qu’il soit de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation.

            La démarche ethnographique facilite une pédagogie de l’émancipation et l’anthropologie semble porter une éducation de l’échange et de la rencontre. Trois expérimentations dans l’enseignement supérieur permettront de déterminer ce qui caractérise le carnet ethnographique ou de recherche sur le terrain. La conférence – débat intitulée Le carnet de voyage, un outil de formation universitaire lors de la 4e édition des Rencontres bordelaises Carnet de voyage, une écriture du monde a permis de croiser le regard de trois formatrices : Catherine Morgan – Proux dans le cadre de la formation de Guides interprètes (Licence Pro) de l’université de Clermont-Ferrand, Emilie Fort-Ortet dans le cadre de la formation d’animateur développement local de l’IUT de Bordeaux-Montaigne (DIUT) et Pascale Argod dans la formation d’enseignant, notamment ERASMUS (Master 2) de l’ESPE d’Aquitaine. Carnet de patrimoine, carnet d’enquête sociologique et carnet interculturel sont autant de projets d’expression personnelle à partir d’une démarche ethnographique qui allie réflexivité et créativité. Nous envisagerons quelques axes de réflexion à partir de la pédagogie de l’émancipation (Le Nouvel éducateur, n°233 “Les chemins de l’émancipation”), de la pédagogie de l’échange et des rencontres (OFAJ, 2018), de la place de l’anthropologie comme éducation (Tim Ingold, 2018) et surtout celle de l’expérience (Dewey, 1934). Depuis la mise en oeuvre des ateliers d’ethnographie lancés en 2009 (Chantal Deltendre-De-Bruycker) pour les scolaires jusqu’aux méthodes visuelles en SHS (réseau inter MSH lancé en 2014 par le MICA et la MSHA) pour les chercheurs et professionnelles, la démarche ethnographique s’inscrit dans les cursus de formation et dans transversalité des disciplines d’enseignement. Nous essaierons de déterminer en quoi le carnet ethnographique ou de terrain relie la recherche à la formation universitaire, notamment professionnelle en vue des métiers de la médiation culturelle, de l’éducation et de l’enseignement (DUT, Licence Pro, Master Pro) et facilite des apprentissages transversaux universitaires.

Bibliographie

Arborio Anne-Marie, Fournier Pierre. L’observation directe. 4e édition. Armand Colin, 2015

Copans Jean. L’enquête ethnologique de terrain. Armand Colin, 2011.

Dewey John. L’art comme expérience. 1934, Gallimard, 2010 (Folio Essais).

Dewey John. LogiqueThéorie de l’enquête. PUF, 1967.

Hess Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Anthropos, 1998.

Ingold Tim. L’anthropologie comme éducation. Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2018, 122 p., postf. Yves Citton, trad. Maryline Pinton.

Laplantine François. La description ethnographique. Armand Colin, 2015.

Lubart. Todd. Psychologie de la créativité. Armand Colin, 2003

Paugam Serge. L’enquête sociologique. PUF, 2012.

Richelle Jean-Luc, Fort-Ortet Emilie, Dépasser les empêchements, Le Nouvel Educateur, n°236, février 2018 : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/51887

La centralité de l’image dans la pratique ethnographique, RAE, 2015.

Argod Pascale. Carnet de voyage, du livre d’artiste au journal de bord en ligne. CRDP d’Auvergne-SCEREN, ministère de l’éducation nationale, novembre 2005, 271 p. (Argos Démarche).

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts