Deux mémoires de recherche Master 2 sur le carnet de voyage à l’ESPE d’Aquitaine

Carnet de voyage sensoriel et confrontation à l’altérité : “le tour du monde des sens” par Solange Lauga-Cami, Professeur des écoles stagiaire à l’ESPE d’Aquitaine, 2018-2018

Outre le fait de développer la sensibilité de chacun, l’empathie et l’empathie et l’expression de ses émotions, le carnet de voyage sensoriel est conçu pour permettre aux élèves de s’ouvrir au monde, à l’altérité, mais aussi pour se découvrir eux-mêmes. Via la pédagogie active, le projet de Tour du monde des sens en classe de CM1-CM2 se donner pour ambition la construction de l’imaginaire géographique et culturel du pays par les élèves. Suite aux 64 exposés sur différents pays réalisés par les 29 élèves durant le premier trimestre et dans le but d’insérer deux élèves en situation de handicap, nous avons souhaité mener un projet de sensibilisation au handicap : actes du quotidien les yeux bandés, avec une seule main, sans entendre…expérimenter le braille et communiquer par des signes. Le projet de carnet de voyage par les sens est né afin que tous puissent voyager autour du monde en imaginant l’ailleurs. Aussi chaque élève (par trinôme) construit-il le carnet de voyage de son pays à partir de la découverte d’un objet, d’une musique traditionnelle ou d’une spécialité culinaire (odeur et goût). Dix pays visités par les sens sont valorisés lors de la fête de fin d’année et avec la création d’un escape game sensoriel. Il s’agit donc de développer sa sensibilité à travers une exploration sensitive afin de voyager grâce à des morceaux de musique à écouter, des objets à toucher, des odeurs à sentir et des recettes à goûter. La co-réalisation d’une carte mentale, la création d’une carte sensible et le profil des intelligences multiples de chaque élève ont été des outils pédagogiques pertinents pour la mise en oeuvre des séances : ils ont facilité l’expression des émotions et du ressenti ainsi que la rédaction des productions écrites. La problématique de la recherche est la suivante : dans quelle mesure une pédagogie active basée sur la création d’un carnet de voyage sensoriel peut-elle permettre la construction de l’imaginaire géographie et culturel d’un pays et ouvrir à l’altérité ? Mais le plus intéressant réside dans l’expérience du voyage vécu pour deux d’entre eux car celle-ci a modifié l’expression sensitive. Par exemple, le carnet de voyage en Finlande a suscité l’intérêt d’une élève pour le projet de voyage familial et le carnet préalablement réalisé l’a motivée pour la rédaction de son journal de voyage personnel in situ. L’élève a ainsi prêté une attention particulière à la différence culturelle et aux sensations gustatives et olfactives.

Comment favoriser l’implication et la réussite des élèves par l’outil et le projet du carnet de voyage ? par Isabelle Bacqué-Cazenave, Professeur certifiée de Lettres stagiaire à l’ESPE d’Aquitaine, 2018-2019.

Afin de favoriser l’implication et la réussite des élèves de la classe de cinquième, la méthode du carnet est proposée dans le but de travailler d’une façon réflexive, ludique et collaborative. Le carnet tel qu’il est conçu, tout au long de cette année scolaire, doit être analysé à plusieurs niveaux. Chaque séquence s’accompagne d’un carnet spécifique qui est lié au thème, aux objectifs, aux textes et aux notions traités. Ce dispositif doit donc d’abord être envisagé d’une façon pragmatique comme un point d’appui pour l’élève, le conduire à revenir sur la séquence et les différentes séances afin de préparer les évaluations par le biais d’écrits intermédiaires. C’est ainsi qu’il est clairement présenté aux élèves. On veille à donner le carnet à réaliser assez tôt dans la séquence et on l’utilise à nouveau, systématiquement, à la fin, dans le cadre de la séance bilan, séance consacrée à la fiche de réussite. Pour autant, il n’est pas question de surcharger le travail de l’élève mais au contraire de favoriser le transfert des savoirs et des savoir-faire. La conception se veut créative et ludique car, l’élève n’est pas évalué par l’enseignant dans les exercices proposés. Par le biais du carnet, on a donc à cœur d’installer « un espace hors menace » (Meirieu). On a aussi le souci de choisir des activités variées et dans la mesure du possible, innovantes. En outre, le carnet constitue un espace d’échange. Le travail  collaboratif, entre pairs et par groupes, y trouve largement sa place. Enfin, la méthode du carnet doit amener à échanger à l’extérieur de la classe. L’enseignant   incite l’élève à présenter le carnet à ses proches, à  sa famille, mais aussi à l’ensemble de la communauté scolaire et pour ce faire, un projet est mené avec la classe de 4ème SEGPA. Puis, une exposition des carnets est organisée au CDI. Le support papier individuel deviendra, à mi-parcours, un support numérique collectif, consultable sur le site du collège et envoyé, en fin d’année, au collège partenaire de Malaga. Il sera utilisé par la responsable des échanges européens, dans le but de présenter Bordeaux aux élèves de la classe Euro-français. Les élèves sont invités à réaliser un carnet de voyage, personnel et collectif sur le thème BORDEAUX : une ville au creux d’un fleuve. Sous un format papier et numérique, le carnet présente un parcours mettant en valeur les lieux incontournables de Bordeaux et les caractéristiques fluviales de la ville. La progression annuelle prévoit, à chaque séquence, un carnet particulier qui permet de réinvestir les notions vues en cours mais qui propose aussi un prolongement culturel, soit neuf carnets différents : le carnet de musée, le carnet de rencontre, le carnet d’émotions, le carnet patrimoine, le carnet d’utopies, le carnet de recettes, le carnet de jardin, le carnet d’architecture, le carnet de marin. Chaque production est adaptée à la séance en fonction des thèmes du programme au fil de l’année: Le voyage et l’aventure, Héros, héroïnes et héroïsmes, Imaginer des univers nouveaux, Avec autrui, familles, réseaux, L’homme et la nature.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le Japonisme, les arts graphiques et le carnet de voyage

La conférence intitulée “Le Japonisme, les arts graphiques et le carnet de voyage : quelle filiation avec le manga ? De la profusion d’images et du croquis sur le vif” (P. Argod) a été proposée lors de l’exposition et le salon d’arts japonais “Japon, culture et tradition” organisés par l’artiste carnettiste Béatrice Hauchemaille, les 8, 9 et 10 juin 2019 à Montereau-Fault-Yonne (77). Une exposition de peintures et des dessins accompagne les présentations artistiques des artistes japonais invités : la cérémonie du thé, l’origami, le Kamishibaï, le jeu Go, une pièce du théâtre Nô. Autant d’expériences immersives qui prolongent l’ouvrage Japon, l’art du raffinement rédigé par Béatrice Hauchemaille. (Artisans-Voyageurs éditeurs, 2014).

Résumé de la conférence :

La filiation du carnet de voyage et du manga serait liée à l’Orientalisme et à la curiosité des Occidentaux pour les arts japonais retranscrits sous le trait maîtrisé et passionné de Béatrice Hauchemaille, artiste exposant au Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand[1]. En effet, fondre images et mots dans une lecture instantanée est le principe des mangas[2] : « Man » fait sur le vif et « Ga » dessin, donc croquis ou rough, dont le plus célèbre exemple date de 1814, « la manga » d’Hokusai. Originaire de Chine, « l’Emaki » fut du IXe au XVe siècle l’un des principaux moyens d’expression au Japon : c’est un rouleau peint horizontal sur lequel l’association de mots écrits et d’images peintes raconte une histoire ou une légende. A l’époque Edo (1603-1868) sont nés les « ehon » livres imprimés à partir de planches gravées avec des textes[3] et des dialogues accompagnant les images. Edmond Goncourt évoquait en 1896 dans son ouvrage Hokusaï. L’art japonais au XVIIIe siècle cet art graphique qui pourrait être transféré au carnet de voyage : « La mangwa, cette profusion d’images, cette avalanche de dessins, cette débauche de crayonnages, ces quinze cahiers où les croquis se pressent sur les feuillets, comme les œufs de la ponte des vers à soie sur une feuille de papier, une œuvre qui n’a pas de pareille chez aucun peintre de l’Occident ! La mangwa, ces milliers de reproductions fiévreuses de ce qui est sur la terre, dans le ciel, sous l’eau, ces magiques instantanés de l’action, du mouvement, de la vie remuante de l’humanité et de l’animalité, enfin, cette espèce de délire sur le papier du grand fou de dessin de là-bas ! ».

Deux dessinateurs célèbres à l’origine du genre « carnet de voyage » découvrent le Japon et retranscrivent à travers le lien « image et texte » leurs impressions : Félix Régamey en 1876 qui lance la vogue du japonisme et Mathurin Méheut en 1914 qui ouvre la voie aux carnettistes avides de pittoresque et de scènes du quotidien. Félix Régamey, dessinateur renommé, est engagé par Emile Guimet, industriel lyonnais, grand collectionneur des arts asiatiques afin de mener une vaste enquête sur les religions du Japon à l’origine du musée Guimet constitué en 1889 à partir du musée des religions à Lyon[4]. Ils passent ensemble deux mois au Japon entre Tokyo, Ise, Kyoto, Osaka et Kobe, séjour qui éblouit Félix Régamey : « Je t’écris du pays des rêves…c’est un enchantement perpétuel –le nu dans toute sa splendeur – le costume aussi beau que l’antique avec la variété de coupe et de couleur en plus. Un paysage merveilleux, enfin tout…L’âge d’or, ni plus, ni moins »[5]. Félix Régamey illustre le feuilleton Okoma dans le Monde illustré de 1879 à 1883 et l’exposition universelle de 1878 d’une quarantaine de tableaux et publie un article intitulé Le Japon vu par l’artiste dans l’ouvrage Le Japon pratique. Avec Emile Guimet le premier tome de leur récit relate leur séjour à Yokohama et à Kamakura, Les promenades japonaise[6], publié en 1878, puis le deuxième en 1880 sous le titre Tokio-Nikko[7]. A l’origine de la vogue du japonisme, Guimet et Régamey font connaître le Japon à travers des conférences que Régamey illustre par la réalisation simultanée de dessins. Fondateurs de la Société franco-japonaise, ils font des émules parmi les artistes qui partent au Japon et réalisent des carnets de voyage : Georges Ferdinand Bigot (1860-1927) y demeure dix-huit ans comme caricaturiste et par la suite, le peintre Mathurin Méheut[8] y séjourne cinq mois en 1914 doté de la bourse Autour du monde, financée par la fondation Albert Kahn dans le cadre du projet des Archives de la planète. Mathurin Méheut réalise des reportages dessinés sur le vif pour les prestigieuses revues comme Art et décoration, L’illustration ou La Bretagne touristique. Il rapporte de sa mission au Japon de nombreuses aquarelles qui font l’objet aujourd’hui d’un carnet de voyage – rétrospective qui confronte deux regards à presque un siècle de distance, celui du peintre et celui de ses arrières  petites – filles : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914 (Ouest-France, 2004). Il livre sa découverte enthousiaste du Japon : « tout a été réuni, concentré, pour la joie du peintre, de l’architecte ou du littérateur. Immédiatement, nous songeons à Hokusai prodigieusement vrai, prodigieusement moderne. »

Artistes et intellectuels reviennent en effet éblouis par le raffinement de la culture japonaise et l’esthétique du quotidien[9] comme Roland Barthes, Augustin Berque, Paul Claudel, Claude Lagoutte, Pierre Loti, Henri Michaud, Victor Segalen notamment. Lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand des carnettistes évoquent leurs impressions japonaises à travers diverses techniques artistiques :   , Yann Breton au crayon et au pinceau, Florent Chavouet au crayon, Philippe Delord à l’aquarelle, Stefano Faravelli au soucis du détail, Karen Guilorel au numérique et au multimédia, Alan Johnston au dessin naturaliste, Nicolas Jolivot à l’illustration, Sébastien Lebègue aux arts graphiques, Rémi Maynègre et Sandrine Garcia en version bilingue dans le style manga, Bruno Pilorget à l’acrylique, Gwenaelle Trolez à l’art du collage, entre autres. La diversité de la palette du carnet de voyage pourrait en effet faire l’objet d’une exposition collective afin d’attiser la curiosité pour le soleil levant et créer un nouveau pont artistique entre le Japon et la France. En effet, à travers cette « profusion d’images » sur l’ailleurs en référence au manga, c’est bien la devise des voyageurs du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand qui appelle au voyage : « Il faut aller voir !»[10].

Les Editions Elytis proposent plusieurs récentes publications sur le Japon dont trois magnifiques carnets de voyage en format à l’italienne : https://www.librairieduvoyageur.com/editeur/elytis

Tokaido 53 : à scooter, sur les traces de Hiroshige. Philippe DELORD

Japon, à pied sous les volcans. Nicolas JOLIVOT

Japon : carnets d’un explorateur au pays du soleil levant. Gwenaëlle TROLEZ

 

[1] Le 20e Rendez-vous du carnet de voyage à Clermont-Ferrand du 15 au 17 novembre 2019 : plus d’une centaine d’artistes carnettistes exposants sur trois jours avec conférences et projections sur le voyage et ateliers artistiques de création de carnets. https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

[2] Après le département du musée municipal de Kawasaki créé en 1988, le musée international du Manga de Kyoto, ouvert en novembre 2006, abrite plus de 200 000 mangas et des équipes de chercheurs en histoire de l’art sur le manga ancien : www.kyotomm.com

[3] Au XVIe siècle apparaît la technique du tout en un – image et texte gravés sur un seul élément d’impression – ce qui se distingue de l’estampe japonaise.

[4] qu’il réalise en 1879 afin de rassembler ses collections d’art bouddhique rapportées de Chine, d’Inde et du Japon qu’il étend à l’art Khmer à partir de 1890 puis aux échanges entre l’Inde et de la Chine avec la mission de Paul Pelliot à Dunhang.

[5] Extrait de la lettre envoyée à son frère en 1876 tirée de l’ouvrage : Quand le Japon s’ouvrit au monde. Emile Guimet et les arts d’Asie. Keiko Omoto, Francis Macouin. Gallimard, 1990. (découvertes Gallimard).

[6] Promenades Japonaises. Emile Guimet. Dessins d’après nature (dont six aquarelles reproduites en couleur) par Félix Regamey. Paris, G. Charpentier, 1878; in-4, 212 pp., 21 planches en noir et 6 planches coloriées h.t., cart. décoré de l’éditeur. Voir la BNF : http://expositions.bnf.fr/socgeo/grosplan/biblio.htm

[7] Les esquisses et les romans de Félix Régamey de 1883 à 1900 sont les trésors du fonds du Touring Club de France actuellement intégré à la Bibliothèque du tourisme et des voyages du Trocadéro de la ville de Paris.

[8] Peintre décorateur et illustrateur naturaliste formé à l’école des Beaux-arts de Rennes, puis à l’école nationale des arts décoratifs de Paris et enfin à l’école normale d’enseignement du dessin, il collabore avec des écrivains tels que Genevoix, Colette et Loti.

[9] Esthétiques du quotidien au Japon. Sous la direction de Jean-Marie Bouissou. illustrations Nicolas de Crécy. Institut français de la mode, 2010.

[10] Selon Ella Maillart et le nom de l’association IFAV qui a créé le Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand en 1999.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet sensoriel de patrimoine immatériel dans le cadre d’une mobilité internationale et du FLE

La réalisation d’un carnet numérique de saveurs et de gastronomie est un projet pédagogique mené par les Relations Internationales de l’ESPE d’Aquitaine à destination des étudiants ou enseignants stagiaires en mobilité internationale et pour l’enseignement du FLE, Français langue étrangère. Il s’intitule “Mon carnet de saveurs à Bordeaux : un voyage sensoriel à mon goût”.

Il s’agit de croiser le patrimoine culturel immatériel de Bordeaux avec le tourisme expérientiel et sensible des étudiants en mobilité internationale ou en ERAMUS + durant 4 à 6 mois dans notre ville classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce type de tourisme est de plus en plus valorisé dans notre région Nouvelle Aquitaine, renommée pour sa gastronomie. Comme le témoignage de l’expérience vécue est au coeur du carnet de voyage, ces productions numériques pourraient être communiquées à l’Office de tourisme. De plus, ouvrir sur la culture française est un objectif d’apprentissage lié au FLE, plus précisément ce carnet de patrimoine aborde un aspect de notre culture lié à notre région de vignobles, celui de la gastronomie. Puisque la découverte d’une culture et du patrimoine est au coeur du carnet de voyage, une ballade à la découverte de notre ville, sous l’angle du goût, incite la curiosité de nos stagiaires accueillis à l’ESPE, qui sont souvent en quête du “typique” et du caractère français du patrimoine.

Le genre “carnet de voyage” est lié à la découverte par les sens (vue, odorat, goût, toucher, ouïe) et à l’expression personnelle créative qui peut être artistique ou journalistique. Le témoignage et la narration sensorielle sont les caractéristiques du carnet de voyage. La réalisation numérique cible surtout la vue et le goût à travers une ballade sensorielle dans la ville de Bordeaux et prend la forme d’un webdocumentaire ou d’un guide touristique – album numérique : l’interactivité et les liens web sont privilégiés. C’est un outil pédagogique pour l’enseignement du FLE, notamment dans le cadre d’une mobilité. Aussi, l’expression personnelle des textes rédigés porte t-elle sur le vocabulaire des cinq sens et des sensations (deux fiches de vocabulaire mises en ligne) et sur l’art de la dégustation du vin avec l’évocation du goût et des saveurs. L’atelier numérique fait le lien avec les cours en Français afin de motiver l’écriture à partir d’une palette de formes littéraires (poème, recette, article, analyse…). La conclusion nécessite une réflexion interculturelle autour de la gastronomie comme référent culturel entre chez soi et ici mais il s’agit d’ouvrir sur des aspects plus généraux de comparaisons et de différences entre deux cultures. Chaque stagiaire explique ce qui a été enrichissant lors de sa mobilité internationale et ce qu’il retient comme types d’apprentissage dans cette expérience de mobilité. C’est la clef d’un carnet de voyage interculturel réussi !

Nous commençons d’un point de départ, le pays natal à travers l’évocation d’une recette locale puis, évoquons l’arrivée à Bordeaux avec la découverte du marché des Capucins. Tous les sens sont en éveil et le vocabulaire approprié est assimilé. Ensuite, chaque étudiant détermine un itinéraire à la recherche des lieux ou produits préférés dans la ville. Ce dernier est ponctué de plusieurs étapes dans les lieux de restauration, les marchés, les commerçants, les boutiques de spécialités régionales ou des épiceries fines… en découvrant une spécialité bordelaise dont la recette est à rédiger. Chacun peut évoquer l’art du goût, la convivialité autour d’un plat partagé entre amis, la réalisation d’une spécialité locale (vidéo), des citations littéraires, des dictons autour de la table, des poèmes personnels sur les sens (couleur, parfum, goût). En quelques pages, il s’agit de raconter son itinéraire gastronomique (culinaire) dans la ville de Bordeaux avec des haltes au fil d’une ballade gustative qui s’achève par une dégustation à la Cité du vin (voir son atelier “Au marché du monde” qui est un type carnet de voyage sensoriel). Parmi les haltes proposées, les pâtisseries et les boulangeries sont incontournables dans la gastronomie française : choix parmi 150 pâtisseries et tant de pains différents. Cette expérience sensorielle de souvenirs personnels liés au goût et aux saveurs de notre région Nouvelle Aquitaine fait l’objet d’écrits de styles variés et de créations d’images diverses (photos, croquis, vidéos…). L’itinéraire interactif est retranscrit à partir d’un plan de la ville de Bordeaux commenté par les hyperliens pour chaque étape ou halte gustative.

“Je vous propose une promenade sensorielle et gustative à travers la ville de Bordeaux afin de vous faire découvrir mes endroits de gastronomie préférés. Cette ballade parle aux cinq sens (vue, odorat, ouïe, toucher, goût) et évoque mes impressions sensorielles et poétiques au fil de mes découvertes du patrimoine gastronomique aquitain (Nouvelle Aquitaine)” (P. Argod, extrait de la trame narrative).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage sensoriel et interculturel dans le cadre d’une mobilité internationale ou du FLE

Le projet pédagogique des Relations Internationales à l’ESPE d’Aquitaine, Université de Bordeaux : réaliser un carnet numérique de voyage ou de patrimoine dans Bordeaux ou en Nouvelle Aquitaine afin de favoriser les apprentissages linguistiques et culturels.

Dans le cadre de leur mobilité internationale ou en ERASMUS +, chaque étudiant stagiaire accueilli à l’ESPE d’Aquitaine (Maurice Niwese, Responsable RI) réalise depuis deux ans un carnet de voyage numérique intitulé “Mon carnet de voyage à Bordeaux ou en Nouvelle Aquitaine“. Nous proposons à l’ensemble de la promotion de réaliser une promenade patrimoniale à travers la ville de Bordeaux afin qu’ils puissent nous faire découvrir leurs endroits préférés. Le voyage commence dans le pays d’origine afin de mieux appréhender le changement de repères culturels et de pouvoir comparer sa ville natale ou de résidence estudiantine à l’originalité de la ville de Bordeaux. L’architecture du 18e siècle est souvent une découverte et une envie d’en savoir plus sur l’histoire de Bordeaux et sur certains quartiers préservés classés UNESCO (façade des quais) ou rénovés (Mériadeck) à travers la lecture d’articles de presse en cours de Français ou de FLE, repérés sur la base MAURIAC. La description architecturale d’un monument comme le Grand Théâtre y est aussi abordée : écrire et s’exprimer de façon personnelle et originale ! Tous les genres littéraires sont abordés et le choix est adapté à la découverte géographique. Quelques oeuvres littéraires ont été étudiées à partir d’extraits qui ouvrent sur l’écriture viatique : Le journal de voyage de Stendhal et le voyage aux Pyrénées de Victor Hugo

            La promenade dans la ville que je leur suggère, à titre personnel, commence par la Place de la Bourse et s’achève à la Cathédrale St André en faisant un détour par le Vieux Bordeaux, mais chacun sera libre de changer d’itinéraire : s’exprimer librement et témoigner de son expérience personnelle en est la finalité. Mon regard est surtout patrimonial et architectural, aussi j’évoque surtout le terme de “carnet de patrimoine” régional. Le voyage peut donc s’achever dans son lieu préféré en Nouvelle Aquitaine puisque j’incite à l’ouverture culturelle, au voyage et à la curiosité. Comme tout carnet de voyage, il s’agit de retracer le périple ou la pérégrination du départ à l’arrivée, en référence à “l’album amicorum” des étudiants germaniques du 16e – 17e siècles, en quelque sorte les premiers “carnets ERASMUS”. En effet, chacun consigne en dernière page des dédicaces comme signes d’amitié ou des anecdotes partagées dans la promotion : donc surtout tisser des liens interculturels ! Chaque ballade personnelle parle aux cinq sens (vue, odorat, ouie, toucher, goût) et évoque les impressions sensorielles et poétiques au fil des découvertes du patrimoine aquitain. Envisager l’interview d’un Bordelais ou d’un Aquitain donne plus d’authenticité à la narration et nécessite la rencontre de l’Autre. De plus, toute réflexion sur l’apport interculturel du séjour en France est fortement valorisée : favoriser l’immersion et la réflexivité ! A travers ce carnet, chacun souhaite garder en mémoire ses découvertes mais aussi témoigner de sa mobilité internationale sur Bordeaux : un médium utile pour communiquer et partager avec sa famille et ses ami(e)s au retour. Cette production médiatique associe textes personnels et images (photos, croquis, aquarelles) et rend compte de l’itinéraire suivi et géolocalisé sur un plan de la ville ou de la région. Le design visuel privilégié est celui du carnet de voyage : notes de voyages, journal daté, preuves du voyage, collecte d’indices, approche sensorielle….En TD atelier numérique, j’ai insisté sur les deux démarches créatives indispensables à la réalisation du carnet de voyage :

  1. Observer, ressentir, collecter et décrire
  2. Raconter en une image : composition spatiale

A travers un florilège de carnets de voyage ou carnets de patrimoine, chacun apporte son regard sur le patrimoine régional et le présente à ses collègues lors d’un oral final d’échanges de pratiques : Carnet d’une promenade à travers le village de Saint-Emilion et sa viticulture, Mon carnet de voyage au Cap Ferret,  Mon carnet de voyage à Pessac: du Château Pape Clément à Cité Frugès, Mon carnet de voyage dans la Nouvelle Aquitaine : autour de la dune du Pilat, Mon carnet de voyage à Lormont : du Parc de l’Ermitage Sainte-Catherine à la Ferme des Iris, Mon carnet de patrimoine dans le vieux Bordeaux, Mon carnet de patrimoine 18e siècle, Mon carnet de vignobles bordelais….

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts