Carnets de voyage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle : médiation culturelle, patrimoniale et touristique

Carnets de voyage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle : médiation culturelle, patrimoniale et touristique

Communication soumise au colloque international “Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France : Patrimoine, territoires, historicité”, les 25-26-27 octobre 2018 à Toulouse

Depuis l’époque médiévale, le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle est l’objet de guides pour le pèlerin. Aujourd’hui le pèlerinage, l’imaginaire touristique et la valorisation du patrimoine immatériel sont les enjeux que l’édition valorise. Aussi, à partir d’une analyse de l’édition française sur le thème du chemin de Saint-Jacques de Compostelle et des différents genres éditoriaux qui s’y intéressent, nous dresserons un état des lieux des publications illustrées depuis 2000 (graphiques statistiques). Parmi celles-ci, nous étudierons la place des carnets de voyage ou de patrimoine comme albums illustrés à l’aquarelle. En quoi les arts graphiques offrent-ils une représentation du patrimoine immatériel ? Comment l’aquarelle et le dessin sont-ils utilisés dans le but d’une valorisation du patrimoine ? Comment le carnet de voyage est-il devenu un médium de médiation culturelle ? A partir d’une douzaine de carnets de voyage à l’aquarelle (voir le corpus choisi depuis 2000) sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, nous souhaiterions déterminer l’originalité de ce médium par rapport aux autres carnets illustrés ou albums photographiques ou encore blogs de voyage. A travers la réalisation d’un carnet de voyage le long des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, le carnettiste devient un touriste créatif qui se réapproprie le pèlerinage comme un temps de développement personnel et de partage de sa sensibilité. Il valorise la médiation d’un patrimoine immatériel et d’une identité européenne à travers un “slow tourisme”. D’ailleurs, les offices de tourisme s’inspirent du genre éditorial “carnet de voyage” afin de valoriser leur patrimoine, notamment en Occitanie et Midi-Pyrénées. La deuxième édition du prix du patrimoine mondial en Occitanie conjointement organisé par les académies de Montpellier et de Toulouse est destinée aux scolaires et favorise la création de carnets de voyage. Le médium “carnet de voyage” est développé en classe en vue du patrimoine à travers la narration transmédia et le numérique  mais aussi dans le cadre de la formation des enseignants à l’ESPE d’Aquitaine. Suite à l’expérience du projet médiaNUM “Les voies d’Aliénor” (MICA de l’université de Bordeaux-Montaigne), il semblerait pertinent d’évoquer “le transmedia Storytelling” en vue de la valorisation patrimoniale des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

http://w3.colloquescprs.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique112&lang=fr

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Des itinéraires culturels européens aux carnets de voyage et de patrimoine

Les itinéraires culturels européens tels que la route des villes thermales historiques et les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ont initié des carnets de voyage ou de patrimoine. Ce médium facilite une médiation touristique créative et originale. 

https://www.coe.int/fr/web/cultural-routes/the-santiago-de-compostela-pilgrim-routes

https://www.coe.int/fr/web/cultural-routes/european-route-of-historic-thermal-towns

Des associations proposent des carnets de patrimoine intermédia comme les Accros du peignoir lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand

https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2017/03/les-accros-du-peignoir/

Deux nouveaux itinéraires culturels européens ont été créés en 2018 et sont porteurs de sujets de carnets de voyage : avis aux carnettistes, aux éditeurs et réalisateurs !

Les routes des Impressionnistes :https://www.impressionismsroutes.fr/

La Via Charlemagne : https://routecharlemagne.wordpress.com/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Sketchbook Project, un projet patrimonial américain

Sketchbook Project est un fonds patrimonial du Brooklyn Art Library, espace d’exposition situé au cœur de Williamsburg, à Brooklyn, dans l’État de New York.

Ci-dessous la démarche participative :

Connectez votre livre à un compte en ligne et ajoutez des détails de catalogue consultables à votre carnet de croquis, puis rédigez votre biographie d’artiste, nommez votre livre et choisissez votre thème.

En obtenant un carnet de croquis vierge auprès de la médiathèque de Brooklyn, vous rejoignez le mouvement, ajoutez votre voix et participez à quelque chose de grand : dessiner, écrire, coller, couper, imprimer, photographier.

Une fois que votre livre est achevé, renvoyez-le à la Brooklyn Art Library où il sera catalogué votre livre et préparé à rejoindre la collection.

https://www.sketchbookproject.com/

https://www.brooklynartlibrary.com/sbp2/

Voir la vidéo de présentation du projet : 

https://www.youtube.com/watch?v=rpN0s6jFYkQ

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La relation carnettiste – éditeur : mémoire universitaire 2018

Dans le cadre d’un Master 1 Métiers du livre et de l’édition à l’université Paris Nanterre, Séphora Markarian propose une problématique originale et pertinente comme titre de son mémoire universitaire de Master 1 :

La relation éditeur-carnettiste dans la production des carnets de voyage : l’éditeur comme co-auteur ?

Le carnet de voyage, dans sa forme large, peut être défini comme un ouvrage mêlant récits de voyage et éléments graphiques – dessins, photographies, collages d’objets – soit un rassemblement de toutes les choses vues et trouvées au fil du voyage. Désigné comme tel, le carnet de voyage est une forme de récit pratiquée en voyage et ce quel que soit le type de voyage, d’une longue ou courte durée, dans des lieux proches ou lointains. Il est un moyen de se souvenir, de transcrire, bien souvent pêle-mêle, les expériences vécues. Le carnet de voyage se trouve ainsi être une œuvre souvent désordonnée, parfois peu soignée, qui apparaît rester dans le domaine privé. À la manière du journal intime, le carnet de voyage accompagne le voyageur et recueille ses anecdotes, ses pensées, ses opinions, ses commentaires, qui identifient la personne en voyage, et proposent sa vision personnelle de l’Autre et de l’Ailleurs. Ce regard, qu’il se réfère à des éléments totalement étrangers ou non, est intime au voyageur. Cependant, pour qu’ils fassent l’objet de publications, les carnets de voyage sont envoyés à un éditeur pour être retravaillés, et ne restent donc plus seulement entre les mains du carnettiste. Au cœur de cette transformation, de manuscrit à beau-livre, se trouve l’éditeur : il intervient sur les manuscrits, les modifie, pour les intégrer à son catalogue de ventes. Nous pouvons donc nous demander en quoi la mise en forme éditoriale du carnet de voyage impacte-t-elle sur le contenu même du carnet de voyage manuscrit, voire aussi sur l’intention première de l’auteur ? En quoi la publication peut-elle modifier le rapport intime de l’auteur à son oeuvre manuscrite ? Quelle est la relation entretenue entre le carnettiste et l’éditeur qui rend publique son oeuvre ? Cette relation éditeur-carnettiste est-elle au centre de décisions éditoriales pouvant impacter l’aspect final de l’ouvrage ? Enfin, le travail éditorial de l’éditeur et la relation qu’il entretient avec le carnettiste permettent-ils d’attribuer le rôle de co-auteur à l’éditeur ?

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Mémoires universitaires soutenus en 2017 sur le thème du carnet de voyage

Cinq mémoires universitaires dont les auteurs m’ont contactée pour des conseils à distance sur leur sujet :

Cédric FOURNIER : Mémoire de DUT “Métiers du livre et du patrimoine option bibliothèques” de Bordeaux-Montaigne : La représentation du Carnet de Voyage en bibliothèque de lecture publique.

Adrien LE GALLOC’H : Master 2 Arts Plastiques de Bordeaux-Montaigne : Voyages imaginaires : des carnets de voyage aux récits d’aventure.

Ludivine JOURNAUX : Master 1 Médiation Culturelle à Paris 3 : Journalisme et engagement : le rôle de la médiation culturelle et sociale dans la revue XXI.

Quitterie de LA TEYSSONNIERE : Master 1 d’Information Communication à Assas  : Le carnet de voyage de Sempé aux Etats-Unis pour l’Express en 1969.

 Lauriane SANTER à l’école d’architecture de Toulouse : L’évolution des carnets de voyage vers les carnets numériques et sonores.

D’autres mémoires mis en ligne à découvrir sur le site DUMAS : 

Octave Dufour. La BD et le journalisme : entre grand reportage et autobiographie. Histoire. 〈dumas-01223817〉

Anouk Vallée. Les images de voyage : le rapport texte-image dans deux récits de voyage contemporains : L’Usage du monde de Nicolas Bouvier et Thierry Vernet (1963), Sur la route de Babadag d’Andrzej Stasiuk (2004). Littératures. 2015.〈dumas-01245621〉

Sandra Benchehida. Photographie et récit de voyage : regards pluriels sur les voyages de Freya Stark en Orient. Sciences de l’Homme et Société. 2015.〈dumas-01213454〉

Tiphaine Baubinnec. Les globe-trotters d’Instagram : représentation(s) contemporaine(s) du voyage . Sciences de l’information et de la communication. 2016. 〈dumas-01671589〉

Vincent Baisnée. De Nantes à Singapour, expérience d’une alternative au tourisme : abécédaire du slow travel. Architecture, aménagement de l’espace. 2016. 〈dumas-01649099〉

Élisa Danton. Itinérances : récit cartographique d’une année à Bangkok

Sophie Gruau. Voyages d’architectes : du Grand Tour à aujourd’hui

 
 
 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts