La médiation de l’expérience viatique : de l’édition numérique touristique

Les 5èmes Rencontres de l’édition numérique invitent à appréhender les nouveaux visages de l’édition touristique à la lumière des usages des voyageurs et des innovations éditoriales comme technologiques à travers des tables rondes, des workshops et un espace showcase.

Inaugurée dans le haut lieu incubateur de projets, Imaginarium – Plaine Images, cette manifestation, à la dense programmation et à la diversité des regards (chercheurs, nombreux éditeurs, diffuseurs de contenus, ingénieurs…) a permis de dresser un état des lieux des innovations numériques en vue de l’édition touristique et de la médiation du patrimoine. Les regards croisés ont mis en évidence les enjeux de l’éditorialisation de contenus, les exigences de l’expérience touristique, les notions de service, partage et d’authentique. La personnalisation du médium permet de penser le guide comme « hybride » – ouvrage et numérique – afin d’accompagner le voyageur, le touriste ou le nomade, au plus près de ses exigences devenues de plus en plus pointues, ciblées, immédiates, évolutives…Le guide touristique est-il toujours un prescripteur ? Est-il le seul médium ? Quels projets innovants permettraient de porter les exigences d’un marketing émotionnel en vue de la stratégie touristique ?

http://www.plaine-images.fr/5emes-rencontres-de-ledition-numerique-18-mai-a-plaine/

Invitée comme grand témoin de la Journée professionnelle des éditeurs de la région Hauts-de-France et de la Belgique, mon intervention a porté sur « La médiation de l’expérience viatique : de l’authentique, du tourisme créatif et du transmédia ». Elle a été largement complétée par les savoir – faire, les productions, les services et les innovations présentés lors de cette journée riche et dense en échanges passionnants afin de croiser les secteurs de la recherche et de l’édition (objectif visé surpassé !).

L’édition touristique tend à suivre les tendances du tourisme qui s’inscrivent dans la quête de personnalisation et d’itinéraires originaux. Deux genres éditoriaux renouvellent le désir d’ailleurs : le carnet de voyage et le guide touristique. Une nouvelle forme de voyage, plus authentique ou forme de tourisme alternatif et un marketing touristique et éditorial, orienté vers la découverte de l’Autre, semblent en émergence. Cette édition favorise la construction de lieux touristiques en partant du rapport du voyageur au monde et en narrant l’expérience vécue. L’édition du carnet de voyage, par la médiatisation d’images, contribuerait aux attentes d’un tourisme d’exception ou de slow tourism (Fullagar et Markwell, 2012), du moins une offre de tourisme interstitiel (Urbain, 1991). Le carnettiste serait alors un voyageur « défricheur» de destinations émergentes et de pratiques éditoriales nouvelles.

Comment le carnet de voyage mobilise-t-il l’image et les arts à travers l’édition ? Transmet-il un « autre tourisme » ?

Comment l’hybridité et la créativité de l’édition touristique jouent-elles sur l’envie de voyager autrement ? Valorisent-elles un tourisme sensitif, sensible, authentique et expérientiel (axé sur l’expérience) ?

Développement en quatre parties :

1.Les caractéristiques d’une édition créative en vue d’une communication de l’authentique, du pittoresque et du sensitif,  de l’épanouissement personnel.

2.Les destinations et les pratiques touristiques « hors des sentiers battus » dans une édition qui incite à découvrir par soi-même, soit  « une expérience vécue ».

3.La diversité des genres dans l’édition en vue d’une personnalisation du voyage, en référence au « carnet de voyage ».

4.Quelle révolution numérique observée ? Le « transmédia storytelling » et la mise en scène du patrimoine.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

La Grande Evasion, 2e édition du salon des littératures de voyage, à Bordeaux – Pessac

La Ville de Pessac propose La grande évasion, 2e Salon des littératures de voyage de Pessac, les 20 et 21 mai, au Pôle culturel de Camponac, en partenariat avec la librairie 45e Parallèle, l’université Bordeaux Montaigne et le Syndicat viticole de Pessac-Léognan.
Thème de cette édition : Chemins de mer.

http://www.pessac.fr/agenda/salon-des-litteratures-de-voyage-la-grande-evasion-2.html

Au programme : expositions, grands entretiens avec Irène Frain, Patrick Chamoiseau et Yann Queffélec*, tables rondes d’auteurs et d’artistes, séances de dédicace, projections de documentaires, ateliers, visites, lectures, stands de libraires et d’éditeurs…

Deux artistes carnettistes bordelaises seront présentes : Sophie Bataille et Vivi Navarro

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage pour l’enseignement des langues

L’Université Bordeaux Montaigne organise la quatrième édition de DidacTICE, une journée d’échange autour des pratiques innovantes développées à l’université, plus particulièrement pour l’apprentissage des langues.

http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/formation/innovation-et-pedagogie-didactice-4.html

Dans ce cadre, mon intervention a porté sur Le carnet de voyage pour l’enseignement des langues : pour une pédagogie « créactive » dans le cadre notamment du PPN, Projet pédagogique numérique mis en oeuvre à l’ESPE d’Aquitaine, sur le site de Bordeaux en vue de la formation au Professorat : enseignants stagiaires Professeurs des écoles et les PLC d’Allemand (Université de Bordeaux – Montaigne).

  1. Le dispositif PPN, Projet Pédagogique Numérique (22 projets en classe mis en place par les enseignants stagiaires)
  2. Le genre « carnet de voyage »
  3. L’outil pédagogique pour l’enseignement des langues : « Apprendre, partager et transmettre » (concours « Erasmus et moi » et les projets ERASMUS +)
  4. La production ouvrage et numérique en classe;
  5. La conclusion sur des projets de rentrée centrés sur « Le carnet de patrimoine ».

Chaque PPN est développé en deux temps, soit 10 HDT au semestre 3 puis 10 HTD au semestre 4 : la mise en projet puis la mise en oeuvre et l’analyse de pratique professionnelle. Ci-dessous le déroulé du PPN « Carnet de voyage en Europe » mis en oeuvre pour la formation au professorat des écoles (cours mis en ligne sur la plateforme e-learning MOODLE).

1- LA MISE EN PROJET (semestre 3 : 10 HTD) : tous les aspects cités ci-dessous sont à déterminer afin de lancer le projet personnel PPN.

Le projet envisagé :

  • Les objectifs disciplinaires et les compétences transversales visées
  • Les dispositifs (EPI, enseignement pratiques interdisciplinaires, PEAC, EMI….), moyens, ressources
  • Les partenaires extérieurs, l’équipe pédagogique, collaboration avec l’enseignante – documentaliste.

La production attendue « carnet de voyage – reportage » :

  • Les caractéristiques du genre « carnet de voyage – reportage »
  • La typologie des carnets, formes hybrides et intermédia
  • La production est-elle plus artistique ou plus documentaire ? Collective ou individuelle ?
  • Carnet de voyage réel ou fictif ? Double carnets ?
  • La narration en textes et en images (liens entre eux, multimédia, son, techniques…)

Le déroulement de la séquence :

  • Les étapes et les apprentissages visés
  • La mise en activité des élèves : travail individuel ou en groupe / interactions
  • Les ressources sollicitées et les outils numériques utilisés.

2- LA MISE EN PRATIQUE ET SON ANALYSE PROFESSIONNELLE

(semestre 4 : 10 HTD) :  les items ci-dessous sont les critères d’évaluation finale du PPN, déterminés d’après mon expérience pédagogique et donc modulables !

Les séances en classe (réalisées à partir de janvier ) :

  • Le type de voyage, réel ou fictif ? Le type de dispositif, par exemple « classe inversée » ?
  • Les objectifs disciplinaires, les compétences transversales, les représentations, les pré-requis…
  • La « situation – problème » envisagée et la prise en compte de la diversité des styles d’apprentissage en adaptant la démarche pédagogique.
  • Les déterminants pédagogiques : démarches, outils, activités, interactions, évaluations, productions.

La narration ou le « chemin de fer » de la production numérique

  • Le déroulement chronologique, la thématique ou le point de vue…
  • La narration : suivre un héros ? Sur les pas de…d’un savant, d’un artiste, d’un écrivain…
  • Le lien textes – images, autres médias et l’intermédialité du carnet
  • Le choix des outils numériques à justifier en fonction du projet.

L’analyse de pratique : Marguerite Altet (PUF, 1994), Philippe Perrenoud (L’Harmattan, 1994), Actes du séminaire GFAPP (Lyon, juin 2004).

  • Faire sens : liens entre disciplines, analyse de besoin, « conflit socio cognitif », mobilisation des savoirs et des pré-requis, curiosité, imaginaire…
  • Rendre actif : obstacle didactique, progression pédagogique, auto-évaluation…
  • Conduire la classe : interaction, feedback, pédagogie de l’erreur positive…
  • Travailler en équipe enseignante : rebond projet, au CDI, outils TICE..
  • Valoriser le travail des élèves : blog, prix, manifestation, expo, CLEMI…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts