Actualités du carnet de voyage, n°24, mars 2015

Actualités du carnet de voyage, bulletin d’information, n°24, mars 2015 (auteur : Pascale Argod)

Actualités du carnet de voyage, n°24

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Concours scolaire national du carnet de voyage 2015

Le concours Carnet de voyage 2015, qui s’adresse aux élèves de la maternelle au lycée et aux étudiants, a été officiellement lancé lors du Rendez-vous Carnet de voyage 2014 organisé par l’association « Il faut aller voir ».
http://www.cndp.fr/crdp-clermont/crdp/LireArticle-5335-une-crdp.htm

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme

« Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme », colloque Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1315

A travers les points de vue de l’hybridité du genre et de l’apprentissage, trois approches du carnet de voyage ont été abordées : scientifique -géographique et ethnographique, pédagogique et touristique. Elles concernent des publics différents du chercheur, à l’élève et au grand public. Les différentes catégories de carnets complexifient la définition d’un genre hybride : à la fois carnet de recherche, carnet de croquis ou de reportage graphique, parfois guide touristique. Niche éditoriale de l’édition touristique et passeport pour l’ailleurs, le carnet de voyage valorise le tourisme par l’esthétique. Albums illustrés de restitution d’inventaire des patrimoine(s), les carnets de patrimoine se déclinent selon leur thématique en carnet d’architecture, carnet d’archéologie, carnet d’ethnographie, carnet de guerre et carnet d’environnement. Mon carnet de recherche intitulé Carnet de voyage – reportage révèle l’étendue du médium à la rencontre « art et spatialités » (Volvey, 2003), selon quatre spécificités : « intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine». Cependant, la vulgarisation des découvertes et de l’Ailleurs, l’expérience vécue, l’apprentissage par le voyage semblent les dénominateurs communs entre les différentes approches du carnet de voyage (scientifique, pédagogique et touristique). Les notions de passage, de transmission et de partage font du carnet de voyage un passeport vers l’Autre et un médium initiatique ou de quête interculturelle grâce à une géographie vécue, expérimentée, au contact du terrain, de l’environnement et des peuples. Cette ethnographie géographique tendrait vers la capacité au savoir être autant qu’au savoir-faire de l’apprenti géographe.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia

« Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia : identité du quartier, territorialité et « géocitoyenneté » à travers les arts graphiques et numériques ». Pascale Argod. In « L’animation socio-culturelle : quelle place dans le projet urbain ? ». Pascal Tozzi (Dir.). Carrières sociales Editions, 2014.

Couverture ASSC&Projet urbain

Les carnets de patrimoine, de l’ouvrage au site web, inventorient les patrimoine(s) et s’insèrent dans différents projets urbains. Carnet de terrain (Sanijan, 2008), carnet ethnographique ou carnet de relevés d’observations, le carnet de voyage – reportage est aussi un outil réflexif des sciences humaines, de la géographie à l’anthropologie, indispensables aux projets urbains. Outil de valorisation du patrimoine, il s’inscrit dans des projets urbains de communication à visée touristique mais aussi dans d’autres registres afin de faire évoluer les représentations. De plus, dans le cadre de l’animation socioculturelle, réaliser un carnet de voyage favoriserait la « fabrique » de l’habitant-citoyen : l’identité du quartier, la territorialité et la « géocitoyenneté » sont en jeu à travers les arts graphiques et l’image. Construire sa géographie dans ses déplacements permettrait d’appréhender le territoire dans sa complexité et dans les enjeux qu’il engendre afin de s’inscrire dans une démarche de citoyen géographe attentif à son environnement et de devenir un géo-citoyen. La diversité éditoriale des carnets de patrimoine sur la ville permet d’appréhender en quoi cet objet socio-culturel procède de la fabrication de l’habitant-citoyen et concilie la visée communicante et l’aspect ethnographique.

Quatrième de couverture de l’ouvrage collectif  « L’animation socio-culturelle : quelle place dans le projet urbain ? » sous la direction de Pascal Tozzi :

Cet ouvrage fait suite au 29ème colloque organisé à Bordeaux, en janvier 2013, par l’Institut Supérieur d’Ingénieurs-Animateurs Territoriaux (ISIAT) de l’IUT Bordeaux Montaigne et ses partenaires. Cette rencontre scientifique a accueilli une cinquantaine de communications sur le thème « L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? ». À travers une série de textes reprenant certains thèmes saillants du colloque, enseignants-chercheurs, doctorants, praticiens et concepteurs de l’urbain approfondissent ici leurs réflexions autour des interactions entre l’animation et la fabrique de la ville, questionnant le projet urbain en tant que projet social, culturel et socioculturel, mais aussi la dimension démocratique qu’il s’agit de donner à l’action aménageuse. Dans cette perspective, les contributions réunies analysent la place des projets d’animation dans les gouvernances urbaines, notamment leurs interactions avec les acteurs institutionnels et les dispositifs de politiques publiques. Place est ensuite faite aux apports de l’animation et de ses « experts militants » aux processus complexes d’appropriation urbaine et de participation citoyenne, notamment s’agissant de la mise en durabilité de la Cité. Le propos des auteurs met aussi en évidence la créativité socioculturelle et les modalités d’intervention socio-artistique qui animent le projet urbain, travaillant à ses scénographies, à sa pédagogie et à sa valorisation mais aussi parfois à sa contestation. Enfin, au travers des réflexions suscitées par cette rencontre entre la ville et l’animation, c’est aussi la question vive de l’axiologie de cette dernière qui est posée, celle de l’éthique et d’une recherche permanente du sens de l’action socioculturelle dans la fabrique urbaine.

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1268

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Quand l’homme voyage : ouvrage collectif

Quand l’homme voyage : les passeurs d’empreintes. Sous la Direction de Dominique Soulancé et Jean-Louis Duhourcau. SEH, L’Harmattan, novembre 2014, 461 pages.
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=45346

Ouvrage réalisé en collaboration avec la Société d’Ecologie Humaine et publié avec le concours du Laboratoire UMR ADESS 5185 CNRS de l’université Bordeaux Montaigne et de l’université de Bordeaux. Il est issu des 25e journées scientifiques de la SEH  » L’écologie humaine en voyage », qui se sont déroulées les 19 et 20 septembre 2013 à Bordeaux en partenariat avec Cap Sciences, l’association d’2cologie Humaine Afrique et l’Atelier d’Architecture Jean Louis Duhourcau.

D’après la quatrième de couverture rédigée par Dominique Soulancé, géographe, et Jean-Louis Duhourcau, architecte :

« Comme les membres d’une expédition au retour de leur longue marche à travers la jungle humaine, les auteurs de ce livre, solitaires ou « en cordée », nous révèlent les marques et empreintes qu’is ont découvertes et qu’ils souhaitent partager avec vous.

Se « placer ailleurs » pour regarder le monde, c’est ce que les auteurs expriment tour à tour, à leur façon, sous l’éclairage de leurs compétences spécifiques et de leurs émotions personnelles.

Du rêve à la réalité, les récits surprennent par leur originalité, leur sincérité et leur profondeur.

La lecture de ce livre est une invitation à voyager « autrement ».

« Le carnet de voyage. Outil d’évaluation de l’être au monde et de la valeur initiatique du voyage ». In « Quand l’Homme voyage, les passeurs d’empreintes ». L’Harmattan – SEH, Société d’écologie Humaine, p. 401 à 412. (décembre 2014).

Le Rendez-vous du carnet de voyage s’inscrit dans une éthique et une esthétique du voyage et dans une médiation la rencontre de l’Autre : « C’est passer du statut de voyageur à celui de découvreur : ce qui change dans l’échange et le regard porté sur les autres » (Association IFAV, Il faut aller voir, organisatrice de la manifestation culturelle et artistique). Le terme safar selon le carnettiste Stefano Faravelli à l’origine de l’Ecole du voyage « Scuola di Viaggio » à Turin, exprimerait le propre du carnet de voyage qui est le dévoilement de soi, de l’Autre et du monde. Médium de communication de rencontre avec l’autre par le langage universel de l’art, il ouvre à l’observation du monde en exerçant le regard éveillé aux idées différentes et en initiant une quête de sens et de l’authentique. Il facilite le passage du jugement à l’analyse afin d’évaluer la valeur du voyage sa quête et sa portée initiatique à travers la collecte du sensible et de l’expérience vécue. Cette mémoire personnelle (Rémi Hess, 1998), culturelle, esthétique et poétique du périple évalue l’imploration-exploration. Le carnet de voyage « extime » (Michel Tournier, 2002) éduque autant à l’interculturel qu’au regard (corpus sur l’Inde). Le voyageur qui observe, analyse, confronte les points de vue, met en œuvre une aptitude à la distance et à l’élargissement de ses référents qui favorise la capacité d’adaptation à la complexité humaine. Le carnet de voyage serait donc un outil d’apprentissage par l’expérience de la mobilité, de formation et d’évaluation de « l’être au monde » dans une démarche interculturelle. Essai de vérité, de liberté, de tolérance et d’émotion personnelle, le carnet de voyage est un manifeste pour le voyage authentique et pluriel et pour la liberté d’aller à la rencontre de l’Autre sans frontières (Pascale Argod, 2011).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les ateliers « carnet de voyage » dans les musées et dans les bibliothèques

Les ateliers de réalisation de carnets de voyage dans les musées et dans les bibliothèques : de l’action culturelle à la médiation du patrimoine culturel

Depuis deux ans nous constatons que le médium du carnet de voyage fait l’objet d’ateliers artistiques ou de classes patrimoine dans les musées dans le cadre du service éducatif à destination des plus jeunes ou de la programmation culturelle annuelle destinée aux adultes. Voici quelques exemples récents mis en oeuvre dans les musées au fil de cette année :

Au musée des arts premiers Quai Branly à Paris :
http://www.quaibranly.fr/fileadmin/user_upload/enseignants/Emilie_Fouquet__college_Paul_Landowski__bilan_quai_branly_2011.pdf
http://lebateaulivre.over-blog.fr/article-visiter-le-musee-du-quai-branly-37008255.html
Au musée du Louvre à Paris :
http://www.louvre.fr/ateliers/creer-son-carnet-de-voyage-famille
Au musée Quimet à Paris : au pays des samourais
http://www.guimet.fr/fr/collections/79-francais/activites-culturelles/jeune-public/306-les-activites-du-mercredi
Au musée Albert Kahn sur Paris :
http://albert-kahn.hauts-de-seine.net/musee/professionnels/enseignants/
Au musée Georges Labit sur Toulouse :
http://www.musees-midi-pyrenees.fr/musees/musee-georges-labit/ateliers/carnet-de-voyage-20150321/
Au musée d’art et d’archéologie de Périgueux :
http://www.perigueux-maap.fr/events/event/les-ateliers-des-vacances-lundi-20-juillet-2015-mon-carnet-de-voyage-en-oceanie/
Au musée départemental des antiquités de Rouen :
http://www.museedesantiquites.fr/carnet-de-voyage.html
Au musée Bonnard au Cannet :
http://www.museebonnard.fr/activites/agenda/77-carnet-de-voyage
Au musée des Beaux-Arts de la Rochelle :
http://www.alienor.org/musees/index.php?/fre/La-liste-des-villes/La-Rochelle/Musee-des-Beaux-Arts/Vie-du-musee-actualites/Atelier-en-famille-Carnet-de-voyage-en-Egypte

Au musée de l’histoire de l’immigration à Paris :
http://www.histoire-immigration.fr/musee/l-exposition-permanente/preparer-sa-visite

L’enseignement de l’histoire des arts impulsée dans les écoles, collèges ou lycées depuis 2008 (Bulletin officiel n° 32 du 28 août 2008) a permis de tisser des liens plus actifs entre l’école et les musées et est évalué au brevet des collèges depuis 2009. De plus, en 2013, le ministère de la Culture et de la Communication a lancé une enquête sur l’éducation artistique et culturelle dans les bibliothèques territoriales auprès d’environ 400 collectivités. Cette étude permet d’effectuer un état des lieux des actions entreprises, notamment dans le cadre de l’application progressive de la réforme des rythmes scolaires.
Les actions d’EAC reposent sur trois « piliers »: l’approche sensible (la rencontre avec un artiste et/ou une œuvre), l’approche cognitive ou pédagogique (l’acquisition de connaissances) et la pratique artistique.
http://eduscol.education.fr/numerique/actualites/veille-education-numerique/mars-2015/leducation-artistique-et-culturelle-en

Les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) pour mieux s’approprier des savoirs abstraits seront mis en oeuvre à la rentrée 2016. Ils permettront aux élèves de comprendre le sens de leurs apprentissages en les croisant, en les contextualisant et en les utilisant pour réaliser des projets collectifs concrets. Ils concernent les élèves du cycle 4 : 5e, 4e, 3e qui travailleront sur au moins deux thèmes chaque année
• Ces projets s’inscriront dans l’un des huit nouveaux thèmes de travail correspondant aux enjeux du monde actuel : développement durable ; sciences et société ; corps, santé et sécurité ; information, communication, citoyenneté ; culture et création artistiques ; monde économique et professionnel ; langues et cultures de l’Antiquité ; langues et cultures régionales et étrangères.
• Ces temps de travail sont des moments privilégiés pour mettre en œuvre de nouvelles façons d’apprendre et de travailler pour les élèves. Ils développeront l’expression orale, l’esprit créatif et la participation.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts