Le carnet de voyage et les Peintres de la Marine

Le carnet de voyage et les Peintres de la Marine : des peintres reporters à la mémoire ethnographique

Les carnets de mission des Peintres Officiels des Armées[1] marquent le genre de leur trait pictural. Descendants des peintres du dépôt de la guerre créé par Louvois en 1688, ils relatent les hauts faits militaires des armées des Rois, des Empereurs et des Républiques et exaltent la grandeur et l’étendue de notre pays au-delà des mers. Un décret de 1981 a refondé et actualisé le statut des peintres des Armées dans les spécialités Air et Espace, Marine et Terre afin qu’ils soient nommés et agréés pour une durée de trois ans renouvelables, par le Ministre de la Défense dans un contingent de vingt peintres par Armée. Les Peintres officiels de la Marine révèlent leurs témoignages artistiques, socioculturels et patrimoniaux sur les évènements et sur les peuples rencontrés au fil des voyages d’exploration auxquels ils ont participé. François Bellec de l’Académie de Marine a notamment médiatisé leurs œuvres depuis 1770 dans son ouvrage intitulé  Carnets de voyages des Peintres de la Marine  (Editions Ouest-France, 2002).

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M.Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

Les peintres de la Marine auteurs de carnets de voyage

Héritiers de cette tradition militaire et picturale, Marin-Marin est consacré peintre de la Marine en 1934, Jacques Boullaire en 1959, Michel Bez en 1987, Titouan Lamazou en 2002… Le fondateur de l’association des « Peintres officiels de l’armée », Michel Montigné, est reconnu comme carnettiste à travers ses trois ouvrages publiés : Carnet de voyage à Djibouti ,  Carnet de Guyane ,  Carnets de Mauritanie, Maroc, Brésil . Quant à Jacques Boullaire, il édite son  carnet de croquis  (Singapour, 1992) et  Tahiti : carnet de croquis  (Le Motu, 2006), compte-rendu de ses voyages dans les années cinquante en Polynésie Française. Michel Bez, lui aussi peintre de la Marine, a réalisé les aquarelles de la troisième expédition organisée par l’équipe de l’Expédition Jules Verne à bord du trois-mâts Belem, réunies dans un carnet d’ Esquisses d’un voyage Amazonie-Martinique-Açores : une aventure cinématographique et scientifique  (Equinoxe, 2002).

Une collection d’albums intitulée  Voiles , née chez Gallimard en 1990, fait déjà appel à des aquarellistes renommés, souvent « peintres officiels de la marine » comme Marin-Marie, M. Berthier…. Yvon Le Corre, carnettiste renommé avait réalisé dès 1990  Les Tavernes d’Alcina : voyage au Portugal et, dès 1992,  Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces, publiés tous les deux par Gallimard dans cette collection  Voiles . Il est aussi l’auteur du carnet  Cap Sizun, pointe du raz  publié en 1997 dans la collection « Carnets du littoral ». Yvon Le Corre est en fait l’initiateur du genre dès 1977-1978 avec son  Carnet Sieck  non édité. Ciblée sur les voyages d’aventure, une autre collection apparaît, en 1996, chez Glénat intitulée  Sillages  qui inaugure avec Gildas Flahaut trois carnets (Les carnets tempête : voyage aux îles Kerguélen  en 1996,  Carnets Mongols  en 1997,  Le phare du bout du monde  en 1999), ils sont suivis de celui d’Yvon Le Corre intitulé  Mali Malo : carnet d’un voyage au Mali  en 2000. Elle recense les grandes expéditions scientifiques : en 2002  Carnets de Sibérie : mammuthus expéditions  de Benjamin Flao et Bernard Buigues, en 2003  Les compagnons du Kon-Tiki  d’Erik Hesselberg et en 2006  Sur les traces de La Pérouse : carnets d’expédition à Vanikoro  de John Pendray.

Les carnets de la mer, mémoires ethnographiques du monde des marins

Selon l’ouvrage Carnets de la mer de Farid Abdelouahab (Sélection Reader’s digest, 2007) qui dresse une exceptionnelle anthologie des carnets de voyages maritimes ou de navigation, voici quelques grands  auteurs à découvrir :

« Anita Conti, Titouan Lamazou, Bernard Moitessier, Henry de Monfreid, Jacques Rougerie… quelques noms parmi les grands acteurs de la mer réunis ici, créateurs et témoins de leurs propres aventures sur tous les océans du globe. Explorateurs en route vers des continents aux reliefs mal connus, scientifiques perçant les secrets de la vie des abysses, navigateurs en quête d’absolu, architectes bâtissant des maisons aquatiques futuristes, tous ont en commun une flamme indéfectible et sans partage : celle de la passion océane. Du littoral breton aux plages malgaches, des rivages du Kenya aux baies de la Nouvelle-Zélande, ou bien au cœur de l’immensité des flots, Les Carnets de la mer nous font revivre leurs aventures exceptionnelles. Dans le sillage des prospections du prince océanographe Albert Ier de Monaco, des contrebandes d’Henry de Monfreid en mer Rouge, des interrogations de Bernard Moitessier dans ses tours du monde ou des rencontres d’Yvon Le Corre à Madagascar, ces vibrants témoignages nous lèguent une part de rêve, de liberté et de l’esprit de la traversée ». [2]

A noter dans les carnets de la mer, le journal de Paul-Emile Pajot (1873-1929), marin-pêcheur et peintre[3], figure marquante du port des Sables d’Olonnes et « imagier de la mer » pour avoir peint la flotte de pêche aujourd’hui disparue : dundees pour la pêche au thon, chaloupes, barques…Remarqué en 1925 par Jean Cocteau à cause de l’expression populaire de son art naïf, Paul-Emile Pajot a pu exposer à Paris et publier un catalogue d’exposition préfacé par Jean Cocteau. L’ouvrage, publié sous le titre  Mes aventures, le journal de Paul-Emile Pajot [4] révèle quelques pages du fac-similé de son conséquent journal autobiographique[5], réalisé de 1900 à 1922, qui comporte en effet deux mille cinq cents pages manuscrites et mille cent illustrations. L’originalité du manuscrit réside dans sa mémoire ethnographique des marins de l’époque, de l’évocation de la première guerre mondiale et de pays du monde non visités par l’auteur. Par ailleurs, le journal de bord, version cahier technique de marin, est un autre type de carnet de la mer que le navigateur Bernard Moitessier[6] illustre : en 1968, sur le voilier Joshua , il compile, dans un journal de bord, mille et un procédés de navigation ou de la vie quotidienne à bord lors de la navigation en solitaire.


[2] Extrait de la quatrième de couverture de l’ouvrage : Carnets de la mer. Farid Abdelouahab. Sélection Reader’s digest, 2007, 223 p.

[3] Paul-Emile et Gilbert Pajot : peintres et pêcheurs : exposition au Musée maritime de La Rochelle, du 15 juin au 15 septembre 1996.

[4] Ouvrage collectif de 256 pages, sous la direction éditoriale de Benoît Decron, Conservateur au Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, aux Sables d’Olonne, édité par l’association 303 / Arts, Recherches et Créations en coédition avec le Musée (éditions 303, hors série de la revue 303 Arts, recherches et création, n°102, 2008).

[5] Acquis en 2006 par le Musée de l’Abbaye Sainte-Croix avec l’aide de l’Etat, de la région et du Crédit Maritime de Vendée, l’œuvre est exposée à l’occasion de la course du Vendée Globe en 2008.

[6] Extraits des journaux illustrés dans l’ouvrage : Les carnets de la mer. Farid Abdelouahab. Sélection du Reader’s Digest, 2007.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Mathurin Méheut, carnettiste reporter : une palette de carnets de voyage

Mathurin Méheut, carnettiste reporter à l’origine du genre éditorial du carnet de voyage et de sa palette thématique (carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs, carnet de guerre)

Les écrivains-voyageurs, avec le « Grand Tour », ouvrent la voie à la quête de l’Orientalisme qui attire les artistes et notamment les Peintres de la Marine. Les dessinateurs utilisent le carnet de relevé dessiné dans les missions archéologiques, et les photographes tendent peu à peu à remplacer ces derniers pour l’inventaire du patrimoine. Dans la vogue de l’Orientalisme, le carnet du peintre Delacroix, Album d’Espagne et d’Afrique du Nord, est un hymne à la découverte ethnographique. Il inspire ainsi Gauguin dans sa quête d’un nouveau topos, la Polynésie, qui engendre l’essai illustré Noa Noa, œuvre féconde du primitivisme où convergent l’art et l’ethnographie. Dans leur filiation l’artiste Mathurin Méheut fait reconnaître le carnet de voyage dans sa diversité créative au fil de ses découvertes, témoignages et voyages du proche au lointain, de l’ethnographie régionale de la Bretagne à la quête de l’exotisme et de l’orientalisme au Japon. Son talent artistique pluriel et son goût pour l’ethnographie en font un précurseur du genre. L’artiste Mathurin Méheut offre en effet une palette de talents : à la fois peintre, décorateur, céramiste, sculpteur et graveur, il est surtout dessinateur-illustrateur sur le vif, voire peintre ethnologue.

Le reportage dessiné sous forme de croquis offre la première tentative de carnet de voyage publié qui daterait des années 50 et s’inscrit dans la lignée des réalisations des « Peintres de la marine »[1] dont est membre, depuis 2002, Titouan Lamazou à qui nous devons la médiatisation du genre en 1998, suite à la publication de ses carnets de voyage. Ce premier carnet de voyage, publié en 1957 chez l’éditeur breton de la ville de Dinard Vue sur mer, s’intitule Pêcheurs des quatre mers ; son succès lui a valu d’être réédité en 1995. En effet, il s’agit d’un reportage, sur la pêche dans les années 50, rédigé par Roger Vercel et croqué sur le vif par des peintres de la marine dont l’illustre Mathurin Méheut (1882-1958). Mathurin Méheut en en effet au fil de sa carrière d’artiste et illustrateur expérimenté toutes les formes de carnets de voyage et de reportages dessinés  : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs et carnet de guerre.

Du carnet naturaliste ou l’observation sur le terrain

Le breton Mathurin Méheut, l’autre précurseur du carnet de voyage, commence aussi par être sensibilisé à la nature pour devenir de 1910 à 1930 un dessinateur naturaliste pour cinq publications dans lesquelles figurent ses planches : Etudes d’animaux  en 1911,  Encyclopédie artistique et documentaire de la plante  en 1913,  Etude de la mer ; Flore et faune de la Manche et de l’Océan en 1913,  Etude de la forêt  en 1927 puis  La plante exotique  en 1931. L’exposition Méheut, le monde de la nature de 2010 a mis en valeur son regard sur la nature :

     « L’intérêt pour les animaux, les plantes, la mer, la forêt est une constante dans son oeuvre. Depuis son séjour à Roscoff en 1910, jusqu’à Monaco, en passant par le Japon, il accumule  une documentation qui sera la base de ses oeuvres. Des livres illustrés aux compositions  décoratives très élaborées réalisés par l’artiste, la faune et la flore sont pour lui une source d’inspiration inépuisable. Sa démarche scientifique d’abord et son regard d’ethnographe le pousse à fixer au plus vite ce qu’il voit avant que cela ne disparaisse». [2]

L’ouvrage Etude de la mer, Manche et Océan, a pour l’objectif de renouveler les sources d’inspiration des décorateurs et artisans d’art à partir du règne végétal et animal, selon la thèse d’Eugène Grasset qu’illustre Mathurin Méheut dans cette étude documentaire. Livre fondateur de toute sa carrière il s’appuie de ses dessins naturaliste de Roscoff entre 1910 et 1912.

Du carnet ethnographique ou la Bretagne[3] dessinée sur le vif

Formé à l’école des Beaux-arts de Rennes, puis à l’école nationale des arts décoratifs de Paris puis à l’école normale d’enseignement du dessin, il devient peintre décorateur pour les prestigieuses revues Art et décoration, L’illustration puis La Bretagne touristique et collabore avec des écrivains tels que Genevoix, Colette, Loti pour l’illustration de l’ouvrage Pêcheurs d’Islande  ou comme Roger Vercel pour  Pêcheurs des quatre mers, publié en 1957. Ces deux ouvrages s’inscrivent dans la filiation du récit maritime de voyage et dans le cadre d’un travail de reportage dessiné sur le vif si cher à Mathurin Méheut.

Epris de vérité, Mathurin Méheut dépeint des scènes de la vie quotidienne bretonne dès 1944 et participe à la publication de l’ouvrage  Vieux métiers bretons  de Florian Le Roy qu’il illustre de trois cent cinquante dessins. Sa vision ethnographique fait d’ailleurs, de nos jours, l’objet de rétrospectives et d’analyses critiques :  Mathurin Méheut, la Bretagne rurale  de Jacques Burel (Chasse-Marée-Estran, 1986),  Bretagne au bout du monde : types et coutumes  de Pierre Guégen (Ouest-France, 1998),  La Bretagne de Mathurin Méheut  d’Anne de Stoop et Patrick Le Tiec (Bibliothèque de l’image, 2000 et Edition Langlade, 2005) ou encore  Mathurin Méheut et la Cornouailles  (Editions Palantines, 2008). Mais il se fit d’abord connaître grâce à l‘illustration naturaliste de 1910 à 1930, suite à un séjour à Roscoff au sein de la station Biologique où il accompagna pendant deux ans des chercheurs. Issues de cette expérience, les planches naturalistes qu’il crée, sont regroupées dans trois publications dont l’ouvrage suivant publié en 1913, intitulé  L’étude de la mer, de la fore et faune de la manche et de l’océan .

Du carnet sur l’ailleurs : du dessinateur reporter au Japon

Afin de mener une vaste enquête sur les religions du Japon, Félix Régamey, dessinateur renommé enseignant à l’Académie de dessin de Chicago est engagé par Emile Guimet, industriel lyonnais, grand collectionneur des arts asiatiques. Ils passent deux mois au Japon entre Tokyo, Ise, Kyoto, Osaka et Kobe et Félix Régamey écrit à son frère en 1876 :

« Je t’écris du pays des rêves…c’est un enchantement perpétuel –le nu dans toute sa splendeur – le costume aussi beau que l’antique avec la variété de coupe et de couleur en plus. Un paysage merveilleux, enfin tout…L’âge d’or, ni plus, ni moins  »[4].

Ils publient ensemble le premier tome de leur récit qui relate leur séjour à Yokohama et à Kamakura, Les promenades japonaises [5] en 1878, puis le deuxième en 1880 publié sous le titre Tokio-Nikko. A l’origine de la vogue du japonisme, Guimet et Régamey font connaître le Japon à travers des conférences que Régamey illustrait[6] par la réalisation simultanée de dessins[7] et administrent « la Société franco-japonaise » qu’ils créent. Ils font des émules parmi les artistes qui partent au Japon et font des carnets de voyage : Georges Ferdinand Bigot (1860-1927) y part en 1882 et y demeure dix-huit ans comme caricaturiste.

Par la suite, Mathurin Méheut part cinq mois au Japon en 1914, doté de la bourse « Autour du monde », financée par la fondation Albert Kahn dans le cadre du projet des Archives de la planète fondé par le banquier en 1909. Il en rapporte de nombreuses aquarelles qui font l’objet aujourd’hui d’un carnet de voyage – rétrospective qui confronte deux regards à presque un siècle de distance, celui du peintre et celui de ses arrières-petites-filles : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914  (Ouest – France, 2004). Il livre ses impressions enthousiastes sur le Japon :

«Tout a été réuni, concentré, pour la joie du peintre, de l’architecte ou du littérateur. Immédiatement, nous songeons à Hokusai prodigieusement vrai, prodigieusement moderne ; les mêmes gréements, les mêmes accessoires, les mêmes types que dans ses vues du Fuji. »[8]

Du carnet de guerre sur le Front

Mobilisé par la première guerre mondiale, il interrompt son voyage et participe à la guerre des tranchées dont il rapporte une quantité de dessins : il devient ainsi un peintre combattant au service d’un travail documentaire qui témoigne de la vie de ses camarades soldats. Certains d’entre eux sont consultables dans l’ouvrage intitulé  Méheut et la Grande guerre, des ennemis si proches  de Patrick Jude (Ouest-France, 2001). Il rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis, en 1951, « Peintre honoraire de l‘Armée ». Il est enfin reçu à l’Académie de Marine en 1956, deux ans avant son décès, en 1958. Ainsi, pour le cinquantenaire de sa mort, une rétrospective sous la forme de deux expositions est proposée dans les musées bretons de Morlaix et de Lamballe, dont le catalogue est diffusé sous le titre Mathurin Méheut, de Bretagne et d’ailleurs (Ouest-France, 2008).

La reconnaissance du genre par les Peintres de la Marine

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M. Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

En conclusion, cet artiste breton renommé aux talents artistiques multiples, devenu  « Peintre de la Marine », a lancé le genre éditorial du carnet de voyage dans les années 50 et  a su décliner le carnet de voyage sous toutes ces facettes de carnet de reportage graphique : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et carnet de guerre. L’exposition Mathurin Méheut [9] proposée par le Musée de la Marine révèle des extraits de la diversité de ses carnets de voyage mais elle pourrait aussi être prolongée par une nouvelle exposition sur « le carnet de voyage » qui se déclinerait alors, par exemple, en regards comparés de carnettistes sur la Bretagne ou sur le Japon de Mathurin Méheut aux carnettistes contemporains. Elle pourrait porter aussi sur les carnets de voyage des marins, des carnettistes aux Peintres de la Marine ou sur la quête du pittoresque, de l’exotisme et de l’ailleurs dans les carnets de voyage mais aussi s’orienter sur les découvertes géographiques des carnets de voyage conservés dans les fonds anciens[10] de différents musées – Muséum d’Histoire naturelle, Musée de l’Homme ou Musée du Quai Branly, Musée Guimet, Musée de la Marine (Archives de la Marine), Musée d’Histoire contemporaine, la BPI du Centre Georges Pompidou, le Musée d’Orsay, Musée du Louvre Département Arts graphiques), d’autres sont inventoriés par le département des Manuscrits occidentaux et de La réserve des livres rares de la BNF, Bibliothèque nationale de France, dénommé Des incunables aux livres d’artiste.

Le peintre de la vie sous-marine : Mathurin Méheut, L’Illustration, 20 décembre 1913.

Un fils de la mer bretonne : Mathurin Méheut, L’illustration, n° 3689, 8 novembre 1913.

Un artiste combattant: Mathurin Méheut. Armand Dayot, L’Illustration, 26 août 1916.

Au Front (1914-1915). Armand Dayot, L’art et les artistes, numéro spécial, mai 1915.

Les croquis de guerre de Mathurin Méheut. Henri Menabrea. Art et Décoration, juillet 1915

Lettres illustrées à Jeanne Duthil, marraine de guerre 1917.

Croquis de voyage : temples japonais de Mathurin Méheut. François de Tessan. L’Illustration, 23 avril 1921.

Oeuvres littéraires :

La mer. Michelet, 1914

Le gardien du feu. Anatole Le Braz, 1923.

La brière. Alphonse de Chateaubriant, 1924.

Rabolliot. maurice Genevoix, 1928.

Mon frère Yves. Pierre Loti, Méheut. Editions Mornay, 1928.

Les artistes du livre. Mathurin Méheut, Raumond Hesse, Maurice Genevoix, 1929.

Regard…Colette et Méheut. J.G. Deschamps, 1929.

Bretagne au bout du monde : types et coutumes. Pierre Guéguen. Horizons de France, 1930.

Filles de la pluie : scènes de la vie ouessatine, 1934.

Chan’nik. François Gryffol, 1934.

Au pays des corsaires, 1935.

Pêcheurs d’Islande. Pierre Loti, 1936.

Au pays des pardons. Anatole Le Braz, 1937.

Florilège. Saint-Pol Roux, 1945.

Sous le pied de l’Archange. Roger Vercel, 1947

Mers bretonnes. Jean De Varende, 1950.

Une porte de l’Europe : Nantes, 1951.


[1] La médiatisation des expéditions scientifiques : une rencontre des arts et des sciences avec le journal de bord en ligne.

[2] Catalogue de l’exposition Mathurin Méheut et le monde de la nature présentée au musée Mathurin Méheut, Lamballe – Côtes d’Armor (1er avril – 31 décembre 2010). http://www.musee-meheut.fr/fr/exposition-nature.html

[3] A noter que la Bretagne a inspiré Gauguin à la recherche du primitivisme et que Victor Ségalen, né à Brest en 1878, a passé son enfance dans le Finistère.

[4] Quand le Japon s’ouvrit au monde. Emile Guimet et les arts d’Asie. Keiko Omoto, Francis Macouin. Gallimard, 1990. (découvertes Gallimard).

[5] Promenades Japonaises. Emile Guimet. Dessins d’après nature (dont six aquarelles reproduites en couleur) par Félix Regamey. Paris, G. Charpentier, 1878; in-4, 212 pp., 21 planches en noir et 6 planches coloriées h.t., cart. décoré de l’éditeur.

Voir les reproductions aux pages 86 à 89 de l’ouvrage « Carnets de voyages des peintres de la Marine », François Bellec. Editions Ouest-France, 2002.

Voir la bibliographie sur la photographie ancienne du Japon, BNF :  http://expositions.bnf.fr/socgeo/grosplan/biblio.htm

[6]  Les esquisses et les romans de Félix Régamey de 1883 à 1900 sont les trésors du fonds du « Touring Club de France » actuellement intégré à la « Bibliothèque du tourisme et des voyages » du Trocadéro de la ville de Paris.

[7] Voir les pages 100 et 101 de l’ouvrage cité précédemment.

[8] En référence avec la naissance éditoriale du genre dans les années 80, un album original : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914. Elisabeth Jude, Hélène Jude, Patrick Jude. Ouest-france 2004.

[9] Mathurin Méheut (1882, Lamballe – 1958, Paris) au Musée de la Marine à Paris du 27 février au 30 juin 2013 : http://www.musee-marine.fr/expo_paris_mmeheut.htm

[10] Communication dans le séminaire « Altérité et géographie » de l’ENS, Ecole normale Supérieure de Paris, le 28 mars 2012  : http://geographie.ens.fr/Seance-du-28-mars.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage – patrimoine, médium de la géographie socio-culturelle : « géographie – SIC – arts »

Le carnet de voyage et le carnet de patrimoine, médiums de la géographie socio-culturelle : « géographie – SIC – arts »

Manifeste de la géographie vécue, le carnet de voyage serait un outil de la géographie culturelle (Claval, 1995), de la géographie sociale (Di Méo, 1998) et de la géographie socioculturelle (Raibaud, 2001) – renonçant à toute hiérarchie entre le social et le culturel – qui mettent en avant la représentation que la société se fait de son espace à travers les notions d’identité, d’appartenance, de « géocitoyenneté »[1] (apprendre à vivre ensemble) et les mythes. Elle peut trouver, avec l’anthropologie du voyage, des approches communes de réflexion afin de connaître les savoir-faire géographiques des sociétés. En effet, à travers les carnets de voyage, il s’agirait d’appréhender les civilisations à travers les rapports de l’homme et de son environnement ; en somme, une approche géographique de l’anthropologie (Wackermann, 2008) pour définir, selon les sociétés et les peuples, le rôle de l’espace et la notion de territoire.

Quelques communications de recherche (P. Argod) en géographie socio-culturelle :

– « Le carnet de voyage sans frontières : hybridité, intermédialité et interculturalité » au séminaire de géographie « Géographie, arts et littérature » de l’ENS, Ecole normale supérieure, le 25 janvier 2012.

http://www.geographie.ens.fr/Programme.html

– « Carnets de voyage, objets de recherches historiques en sciences de l’homme et en arts : patrimoine, ethnographie, altérité, géographie culturelle, illustration de l’ailleurs » au séminaire de géographie « Altérité» de l’ENS, Ecole normale supérieure, le 28 mars 2012.

http://www.geographie.ens.fr/Programme.html

– « Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques : une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage » lors du 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon sur « Les cultures du déplacement, Mobilités et requalifications des lieux et des territoires » organisé par l’Université de Nîmes, juin 2012.

http://www.unimes.fr/_wrapped-content/colloques-actualite.html

– « Le carnet de voyage et de patrimoine (intermédia), de la représentation à l’analyse par l’image de destinations touristiques mises en valeur » lors de la journée d’études « Les images comme mode d’appréhension des mondes touristiques » du Laboratoire Ruralités (Rural, urbain, acteur, liens, territoires, environnement, société) de l’université de Poitiers, le jeudi 14 juin 2012.

http://ruralites.labo.univ-poitiers.fr/sites/ruralites.labo.univ-poitiers.fr/IMG/pdf/Rur_lites_2_pages_de_garde-4.pdf

– « Le carnet de voyage intermédia, esthétique géographique et art visuel pour la valorisation des lieux touristiques et patrimoniaux : de la cartographie sensitive et de l’image composée à l’itinéraire culturel » lors de la Journée d’étude de la MSH de Clermont-Ferrand : 16 novembre 2012 « Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? »

http://ceramac.univ-bpclermont.fr/rubrique31.html

– « Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme»,  Dixième journée de la géographie de l’association Doc’Géo  « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux III et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012.

http://www.ades.cnrs.fr/IMG/pdf/Doc_geo_10eme_journee_de_la_geographie_VOYAGE.pdf

 « Le carnet de voyage – reportage et de mobilité, un outil innovant et créatif pour la mobilité internationale et universitaire» au colloque «Mobilités universitaires : regards et pratiques » organisé à l’UVSQ, université de Versailles St-Quentin en Yvelines, les 13 et 14 décembre 2012.

http://www.chcsc.uvsq.fr/centre-d-histoire-culturelle-des-societes-contemporaines/langue-fr/actualites/colloques/colloques-2012-231368.kjsp

« Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia : identité du quartier, territorialité et « géocitoyenneté » à travers les arts graphiques »  au colloque pluridisciplinaire de sciences humaines et sociales « L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? », université Bordeaux III – IUT Carrières sociales – UMR CNRS ADES les 28 et 29 janvier 2013.

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article965

Le carnet de voyage intermédia (ouvrage et blog), médium de l’expérience touristique enrichie : séduction de l’image artistique et communication d’un tourisme d’apprentissage (et créatif),colloque du 16 au 18 mai 2013 à l’IUT Robert Schuman de l’Université de Strasbourg « Le tourisme et sa communication ou comment théoriser la communication touristique à l’époque des technologies de l’information et de la communication ? » en collaboration avec LISEC (Université de Strasbourg), le CRIT (Institut Universitaire Kurt Bösch, Suisse) et la revue Mondes du tourisme (Paris).

http://iutrs.unistra.fr/iut-illkirch/colloque-tourisme.html

Bibliographie :

AUGUSTIN Jean-Pierre, BEDARD Mario, DESNOILLES Richard (dir.). L’imaginaire géographique : perspectives, pratiques et devenir. Québec : PUQ, 2012.

BERQUE Augustin. Médiance : de milieux en paysages. Montpellier : Reclus, 1990 (Belin, 2000).

CALBERAC Yann. Thèse de Doctorat de géographie : Terrains de géographes, géographes de terrain. Communauté et imaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXe siècle (Dir. Isabelle Lefort). Université Lumière Lyon 2. 2 volumes (392 p et 400 p) et un film documentaire Ce qui fait terrain – Fragments de recherches (52 minutes), 2010.

http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00551481/fr/

CARMIGNANI Paul (Dir.), équipe de recherche VECT,  Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. Perpignan : Presses universitaires de Perpignan, 2000(études).

CHESNEAU Jean. L’art du voyage. Paris : Bayard Culture,1999.

CHIVALLON Christine, L’espace, le réel et l’imaginaire : a-t-on encore besoin de la géographie culturelle ?, Annales de géographie, 2008/2 n° 660-661, p. 67-89. DOI : 10.3917/ag.660.0067

CLAVAL Paul. Géographie culturelle : une nouvelle approche des sociétés et des milieux. Paris : Armand Colin, 2003.

CLAVAL Paul. Géographie culturelle. Paris : Nathan, 1995.

CLAVAL Paul, STAZACK Jean-François, Où en est la géographie culturelle ? Introduction, Annales de géographie, 2008/2, n° 660-661, p. 3-7.

CLAVAL Paul, SINGARAVELOU Pierre, Ethnogéographies, Paris, L’Harmattan, 1994 (Géographie et cultures).

COSGROVE Denis, Cultural cartography : maps and mapping in cultural geography, Annales de géographie, 2008/2 n° 660-661, p. 159-178. DOI : 10.3917/ag.660.0159

CHRISTIN Rodolphe. L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. Paris : L’Harmattan (Logiques sociales), 2000.

DI MEO Guy. Territoires du quotidien. L’Harmattan, 1996.

DI MEO Guy. Géographie sociale et territoire. Nathan, 1998.

DI MEO Guy, Identité et territoire : des rapports accentués en milieu urbain ?, Métropoles, 2007.

DI MEO Guy, Territorialité, In Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Paris : Editions Belin, 2003, p. 919.

GRESILLON Boris, Ville et création artistique. Pour une autre approche de la géographie culturelle, Annales de géographie, 2008/2 n° 660-661, p. 179-198. DOI : 10.3917/ag.660.0179

HESS Rémy. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998.

KNAFOU Rémy (Dir.) , DUHAMEL Philippe, GAY Jean-Christophe, LAZZAROTTI Olivier, Equipe MIT Mobilités, Itinéraires Tourismes. al. Tourismes, volume 1, Lieux communs. Paris : Belin, 2008.

LAPLANTINE François. La description ethnographique, Paris, Nathan, 1996.

LUSSAULT Michel, Identité spatiale, In Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Paris : Editions Belin, 2003,  p. 480.

PAULET Jean-Pierre. Les représentations mentales en géographie. Paris : Economica, 2002.

RAFFESTIN Claude. Pour une géographie du pouvoir. Paris : Librairies Techniques (IJTEC), 1980.

RAIBAUD Yves (pref. Guy Di Méo). Géographie socioculturelle. L’Harmattan, 2011.

SANIJAN Thierry (Dir.). Carnets de terrain : pratique géographique et aires culturelles. Paris : L’Harmattan, 2008.

STOCK Mathis, Topophilia, In Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Paris : Editions Belin, 2003, p. 930.

VIALLON Philippe, BOYER Marc. La communication touristique. Paris : PUF, 1994 (Que sais-je ? n°2885).

VOLVEY Anne,  Terrain, In Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Levy, J. et Lussault, M. (dir.). Paris : Belin, 2003. p. 904 à 906.

VOLVEY Anne,  L’espace vu du corps. Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy. Levy, J. et Lussault, M. (dir.). Paris : Belin, 2000. p. 319 à 332.

VOLVEY Anne. Thèse de Doctorat de géographie : Art et spatialités d’après l’oeuvre de Christo et Jeanne-Claude. Objet textile, objet d’art et oeuvre d’art dans l’action artistique et l’expérience esthétique (Dir. M.-C. Robic), Université de Paris I – Sorbonne, 2003.

YUSSEAUME Yann. Paysages urbains : essence et perception. Site Mésologiques, Etudes des milieux humains [en ligne], 6-11/03/2010.

http://www.mesologiques.com/2012/03/paysage-urbain-essence-et-perception.html

WACKERMANN Gabriel. Géographie des civilisations. Ellipses, 2008.


[1] Voir le colloque : Apprendre à vivre ensemble grâce à l’enseignement de l’histoire – géographie, Genève, le 29 octobre 1997.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le reportage graphique « Urban sketching » : la reconnaissance d’un art graphique urbain

Le reportage graphique « Urban sketching » : la reconnaissance d’un art graphique urbain

            Dans le prolongement de la médiatisation du Street Art, le dessin croqué sur le vif  en milien urbain est en quête de reconnaissance. Ainsi « Urban Sketchers (USk) [1] met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ »; elle « en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu’ils soient chez eux ou en voyage ». Les vingt-quatre Urban sketchers français[2] (avec une majorité sur Lyon et sur Montpellier) se sont fédérés afin de partager leurs dessins sur leur blog et sur le groupe Flickr USK France autour du Manifeste Urban Sketchers afin de montrer « le monde de dessin en dessin » : art in situ sur le vif, témoignage du quotidien, archives de lieux et d’instants, fidélité au réel, diversité de techniques et de styles artistiques, pratique artistique en groupe et partage des oeuvres.

Leur objectif est le témoignage retranscrit du quotidien pour collecter la mémoire collective de la ville sur le modèle de deux illustres dessinateurs américains à l’origine du « Novel Graphic »[3]. En effet Robert Crumb s’inspire de la vie sociale de New York en décrivant dès 1964 les quartiers noirs-américains d’Harlem : ses  Sketchbooks Reports ne sont édités en France qu’en 1999  par l’éditeur Cornélius dans la collection « Blaise », annoncée en 1996 par les Carnets de New York de Philippe Dupuy et Berberian. Dans cette lignée, Will Eisner publie en 1981 la trilogie intitulée Big City[4] qui décrit la vie quotidienne des New Yorkais, dont le style se poursuit dans  Dropsy Avenue  en 1995; à noter qu’un quatrième volume s’y ajoute intitulé Carnet de croquis : métropole (Comics USA, 1989) réalisé aussi en 1981 et qui décrit la vie de Will Eisner à New York. C’est un style de « carnet de voyage » de proximité et du quotidien au fil de déambulations dans la ville américaine. Chez nous, Philippe Dupuy et Berbérian à la suite de leurs Carnets de New York (Cornélius : 1996) poursuivent en 1999 par leur démarche avec la publication de Barcelone carnets. Les premiers Urban Sketchers en sont originaires[5] et y organisent leur symposium international[6]. Cet hommage au reportage graphique urbain vise à la reconnaissance d’un sous-genre apparenté au carnet de patrimoine.

Corpus : visions de New York à travers le reportage graphique du « Novel graphic » au  carnet de voyage

COUTURE Charlelie. New York by Charlelie : photos. Chêne, 2009.

CHARYN Jerome, MOIREAU Fabrice. New York aquarelles. Les éditions du Pacifique, 2005.

DUPUY Philippe, BERBERIAN. Carnets de New York. Cornélius : 1999

EISNER Will. New York Big City. Albin Michel, 1985

EISNER Will. Big city (5 volumes). Grenoble : Comics-USA, 1988-1992.

EISNER Will. Big city volume 4 : Carnet de croquis : métropole. Grenoble : Comics USA, 1989)

EISNER Will. New York trilogie intégrale. Delcourt, 2011.

EISNER Will. Dropsy Avenue : biographie d’une rue du Bronx. Delcourt, 2007 (1995).

KUPER Peter. Les carnets d’un New-Yorkais : une chronique illustrée de trois décennies à New York. Bussy-Saint-Georges : Ed. çà et là, 2012.

HYMAN Miles, REA Vincent. New York itinéraires. Casterman, 2010.

LE BECHEC Yann, KLEIN Elaine. New York : quartiers noirs. Albin Michel jeunesse, 1992. (carnets du monde).

MACLEAN Alex S. Sur les toits de New York : espaces cachés à ciel ouvert. La Découverte, D. Carré éditeur, 2012.

MOIREAU Patrice, CHARYN Jérome. New York : aquarelles. Les éditions du Pacifique, 2006.

SOULIE Tony, LE DORLOT Jean-Yves, GRAINVILLE Patrick. New York 11206. Forcalquier (Provence) : Ed. Garde-Temps, 2001.

CAMPANARIO Gabriel, URBAN STKETCHERS. The arts of urban sketching : drawing on location around the world. USA (Beverly) : Quarry Books, 2012. http://www.urbansketchers.org/


 [3] Voir la partie 1 avec la sous partie intitulée Des paralittératures aux « littératures dessinées » ou graphiques de la thèse de Doctorat : Pascale Argod, « le carnet de voyage : approches historique et sémiologique ». Thèse de Doctorat, université de Bordeaux III, 2009 (790 p. + 800 titres de corpus).

[5] Voir les invités au 13e Rendez-vous du carnet de voyage du 16 au 18 novembre 2012.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts