Créations de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives

« Créations de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010, p. 64-69 (6 pages).

http://www.intercdi-cedis.org/spip/index.php3

Les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans (2007 à 2010)sont tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste[1]. Dans le prolongement des actions menées dans l’académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons ainsi expérimenté cet outil avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[2]de Bordeaux dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté puis la sensibilisation au patrimoine et à l’environnement ou au développement durable.

1. Du livre d’artiste et du voyage comme parcours initiatique et professionnel (2008-2009)

2. Un carnet de patrimoine européen pour favoriser les échanges européens Coménius et Léonardo (2009-2010)

3. Un carnet sur l’histoire familiale pour l’insertion des migrants dans le cadre du projet « Interculturalités et vivre ensemble » (2009-2010)

4. Un échange interculturel entre Anglais et Indiens pour comprendre l’autre (2007-2008)

5. Un carnet de voyage numérique et multimédia pour l’apprentissage des langues (2008-2010)

A la rencontre des arts et des sciences, le carnet de voyage semble un outil pédagogique créatif qui allie la démarche documentaire à la démarche artistique afin de forger un esprit d’innovation et un regard sensible sur le monde. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. Cette diversité des approches éducatives en fait l’intérêt pédagogique. Comme le dit le sculpteur Rodin « Je ne crée pas, je vois, et parce que je vois, je peux créer » , une belle maxime pour la démarche créative du carnet de voyage. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs[1].


[1] Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la poste de Paris. Pascale Argod. Musée de la Poste, novembre 2010.


[1]Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique thèse soutenue en 2009 (Pascale Argod, Dir. Thierry Lancien, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 790 pages).

[2] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet Carnet de patrimoine européen)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet Livre d’artiste)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet Interculturalités)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet Inde du Sud)

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage de « l’extime » au transmédia

Canal Psy,  n°99, janvier-mars 2012

ill. de Caroline Bartal, Canal Psy, n°99, janvier-mars 2012

« Le carnet de voyage de « l’extime » au transmédia », Pascale Argod, Canal Psy, n°99 « Voyager, partir, (se)découvrir », Trimestriel de l’université Lumière de Lyon 2, n°99, janvier-février, mars 2012 (4 pages).

http://psycho.univ-lyon2.fr/rubrique-279-Parutions.html

Dès 1999, la première Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand s’inscrit dans « une éthique et une esthétique du voyage » à laquelle nous pourrions jouter la rencontre de l’Autre et de la diversité culturelle : Faire un carnet de voyage, c’est prendre le temps d’écouter, de ressentir, d’observer. C’est passer du statut de voyageur à celui de découvreur. Et ça change tout dans l’échange et le regard porté sur les autres. A ce titre le carnet de voyage est aussi un formidable support pour renforcer une certaine éthique du voyage qui remplace l’urgence et l’a priori par la tolérance et le respect. Il permet de passer du jugement à l’analyse ».

Le terme de « safar » exprimerait selon l’artiste Stefano Faravelli le propre du carnet de voyage qui est le dévoilement de soi, de l’Autre et du monde. Médium de communication, il permet la rencontre avec l’autre par le langage universelle de l’art et du dessin. Il ouvre à l’observation du monde et à la méditation en exerçant le regard et en initiant une quête de sens et d’authentisme. Paradoxalement dans un monde des flux et du mouvement, le carnet de voyage renoue avec la rareté du témoignage devenu oeuvre d’art : le lecteur privilégié découvre le regard original voir unique d’un artiste peintre sur un pays; le carnet intime de l’artiste est révélé au grand public privilégié de cette lecture. Les arts graphiques donneraient une vision plus artistique et poétique du voyage que l’unique usage de la photographie mais aussi plus authentique. Aussi le carnet de voyage représenterait une matérialité du voyage dans un monde mondialisé et virtuel et prolonge le voyage comme mémoire, esthétique, poétique. Le goût pour l’expression personnelle n’est que le reflet du scrapbook ou du blog qui valorise la composition mosaïque propre à l’image composite du carnet de voyage.

La notion « l’extime » (extérieur-intime), d’imploration-exploration ou de dehors- dedans a été formulée par Michel Tournier à propos de son ouvrage intitulé Journal Extime, publié en 2002 chez La Musardine et est transférable au carnet de voyage qui éduque autant à l’interculturel qu’au regard. Ce journal d’extime s’apparente au livre de raison qui s’écoule au gré des jours, des actualités locales et des événements personnels et sociaux. Les carnettistes tiennent souvent des carnets de croquis sur leur quotidien et sur l’actualité. Michel Tournier déclare. Le voyage propice à l’introspection suscite l’envie d’écrire cette intimité reliée à l’extérieur, puisque insérée dans une dialectique de communication avec l’Autre, différent qui renvoie alors à soi, à sa propre culture dans le décalage avec l’Autre et à son mode de pensée étranger. Pour Gaston Bachelard dans sa  Poétique de l’espace[1], « dehors et dedans forment une dialectique d’écartèlement ». Serge Tisseron définit l’extimité comme « le mouvement qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime, autant physique que psychique », voire « surexposée ». Cette notion de l’extime a été également évoquée par Lacan, Michel Butor et André Malraux à travers « l’exploration » et « l’imploration ». La relation intérieur-extérieur, étudiée par Gaston Bachelard dans sa Poétique de l’espace, nourrit la créativité et l’expression par confrontation du moi à l’autre, l’autre qui renvoie à son vécu. Phlippe Antoine[2] définit d’ailleurs le récit de voyage du XIXe siècle comme une écriture du moi aussi bien que du monde. La promenade des Romantiques est définie comme une manière d’être au monde, de le voir mais surtout de le dire dans cette combinaison qui créée un espace paradoxal où dehors et dedans se confondent. L’espace du blog selon Anne Kerebel[3] joue de cette extériorité et le carnet de voyage, qui parle d’intimité et d’ouverture sur l’horizon du monde et de l’autre, semble être similaire.


[1]    Poétique de l’espace. Gaston Bachelard. PUF, 1972. (Chapitre IX, La dialectique du dehors et du dedans, p.191-207).

[2]     Dehors et dedans indifférenciés : la promenade. Philippe Antoine. L’extime / l’intime. A. Mura-Brunel, F. Schurewegen. CRIN, Cahiers de recherches des institut Néerlandais d langue et littérature Française, 41, Amsterdam- New York, 2002.

[3]     Claviers intimes : les journaux en ligne comme nouvel espace d’intimité ?, Anne Kerebel, RiLUne, n°5, 2006, p. 107-120.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Des aquarellistes aux origines du carnet de voyage : William Turner et Paul Signac

William Turner (1775-1861) et de Paul Signac (1863-1935) adeptes de l’aquarelle et du « liber studiorum »

Le carnet de voyage du Romantisme et du pittoresque de William Turner (1775-1861)

Qui mieux que William Turner peut consacrer Venise comme la muse des artistes peintres depuis Canaletto jusqu’à Monet[1] ? Venise est en effet « refuge romantique de 1830 à 1840 »[2] autant pour les peintres que pour les écrivains et les poètes comme Alfred de Musset (1810-1857) qui s’adonne aussi à l’esquisse[3]. Les trois voyages de William Turner en 1819, en 1833 et 1840 à Venise marquent des tournants dans sa peinture paysagiste et la période entre 1833 et 1840 témoigne de l’apothéose de ses œuvres qui intensifient la diffusion de la lumière, la spécificité aquatique de Venise et l’atmosphère de la rencontre de l’eau et du ciel, source de légèreté et de transparence, de variations colorées, de reflets le long des canaux et de dissolution des formes. Les évanescents et irréels paysages de lagune renvoient en fait au romantisme et au pré-impressionnisme. Selon Andrew Wilton, conservateur de la collection Turner à la Tate Gallery de Londres :

« Débutant par un splendide « hommage à Caneletto » dans son « Pont des Soupirs », « Palais des Doges » et Dogana, Venise : peinture à la caneletto » de 1833, Turner accéda peu à peu au cours de la décennie suivante à un univers de liberté éthérée où le chatoiement de la lumière et de l’air absorbe les formes de San Giorgo Maggiore, de l’église Santa Maria Della Salute ou du campanile de Saint-Marc »  [4].

Il laisse dix carnets de croquis et trente-cinq toiles réalisées entre 1833 et 1845 révélateurs de sa conception de l’art de paysagiste imprégné de « pittoresque » qui pourrait prolonger notre réflexion sur l’héritage du carnet de voyage : « choisir, combiner, concentrer ce qui est beau dans la nature et admirable en art est autant la tâche du peintre du paysage dans son domaine que dans les autres domaines de l’art ». Ses aquarelles au nombre de vingt mille sur papier et ses carnets en font le peintre le plus prolixe qui ait élevé l’aquarelle au rang d’art pictural majeur. Ses aquarelles de voyage sont publiées à partir de 1826 dans The Keepsake et des recueils de gravures,  The Turner’s annual tour, publiés à partir de 1831.

Les carnets de voyage paysagistes ou de marines de Paul Signac (1863-1935), marin et peintre

Paul Signac (1863-1935) est adepte de la peinture « sur le terrain » de paysages comme tous les impressionnistes et ces aquarelles instantanées permettent de saisir la lumière comme «des notes visuelles sur la couleur» selon « un art poétique de l’aquarelle avec économie de moyens et en proscrivant toue manipulation » comme le mentionne Charles Cachin[5]. Elles rappellent le carnet peint de Turner de la National Gallery de 1898 dont il s’inspire, « il se plaît à reproduire les tableaux des autres…accumule les documents comme les photographies ramenées d’Italie des œuvres des maîtres » [6]. Peintre et marin, Paul Signac a laissé, de ses séjours à Venise particulièrement remarquables[7], trente et un carnets parmi lesquels trois cents paysages côtiers de la France[8], des ports de la Méditerranée aux ports de Bretagne en commençant par Collioure en 1887, puis à Cassis en 1889 en rendant visite à Van Gogh interné à Arles qui l’influence dans son style à l’aquarelle de 1890 à 1895 dans ses paysages et ses vieux gréements puis en 1890 en Italie. Marin, en 1892, il se rend sur son bateau du Finistère à Saint-Tropez par le canal du Midi et découvre le Massif des Maures et de l’Esterel. En 1893 il expose au Salon des artistes indépendants ses « notations à l’aquarelle » et écrit dans son journal : « Il me semble beaucoup plus logique de ne prendre dans la nature, de n’emmagasiner —par un simple croquis, une simple note– que ce qui vous semble parfait de lignes et de couleurs… ». A partir de 1896, il effectue des voyages à l’étranger : en Hollande et sur la Riviera italienne, en1904, à Venise à partir de la Mer, en 1907 à Istanbul, en 1908 à Venise, en 1909 à Londres. Installé dans le Midi pendant vingt ans, à Saint-Tropez, à Sète, à Menton, il navigue le long des côtes bretonnes et de la Manche qui lui inspire un recueil de vues portuaires grand format et un carnet de son séjour à Barfleur en 1931 est aujourd’hui publié[9]. Il entreprend son dernier voyage en 1935 et laisse un ultime carnet sur la Corse[10] :

« L’aquarelle est le meilleur moyen de notation, une sorte de mémorandum, un procédé rapide et fécond, permettant à un peintre d’enrichir son répertoire d’éléments trop passagers pour être fixés par le procédé lent de la peinture à l’huile. Un ciel nuageux est un ensemble magnifique mais qui se déforme perpétuellement ».

Signac a réalisé, à partir de 1904, un catalogue aquarellé de ses œuvres où il ne mentionne pas comme Turner et Lorrain le nom de l’acquéreur.


[1] Voir l’exposition « Venise : de Canaletto à Turner et Monet » jusqu’au 15 février 2009 à la Fondation Beyerler à Bâle : http://www.beyeler.com/fondation/f/html_11sonderaus/35venedig/05_veranst.php?p=1&pos=15

[2] Venise un refuge romantique de 1830 à 1848. Florence Brieu-Galaup. L’Harmmattan, 2007 (espaces littéraires).

[3] Les photographies des dessins de l’album dessiné d’Alfred de Musset concernant son « Voyage en Italie » en 1833 avec Georges Sand ainsi que de « l’album de Venise » sont conservées à l’Institut de France.

[4] Extrait de la préface Andrew Wilton de l’ouvrage : Venise : aquarelles de Turner. Bibliothèque de l’image, 1995.

[5] Voir la préface : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000. Inventaire de département des arts graphiques du Louvre : http://arts-graphiques.louvre.fr/fo/visite?srv=mtr

[6] Signac aquarelliste. Marina Bocquillon-Feretti. A. Biro, 2001.

[7] Sélectionnées dans l’ouvrage : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000.

[8] Voir la carte des lieux évoqués par Signac dans l’ouvrage cité ci-dessus.

[9] Paul Signac, été 31, Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue : expositon du 29 juin au 30 septembre 2000. Musée national de la marine, Musée maritime de Tatihou, 2000.

[10] Dernier carnet de voyage de Paul Signac. Paul Signac. Charles Cachin. M.J. Jacomet, 1990.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’enquête socio-géographique et du carnet de voyage à l’aménagement urbain ou naturel.

Mener une enquête socio-géographique[1] à partir d’un corpus de carnets de voyage tous supports -audio-visuel, blog et site web- serait pertinent afin de travailler sur l’espace perçu et vécu pour déterminer l’aménagement urbain ou naturel. A titre d’exemples, en référence au corpus proposé ci-dessous, nous pourrions étudier l’image des villes françaises véhiculées dans les carnets de voyage intermédia de l’album au film ou encore étudier la dimension ethnographique et anthropologique d’un territoire régional comme la Provence ou encore la Bretagne[2], deux destinations françaises privilégiées par les carnettistes : la première car elle est une cible du tourisme international grâce à l’éditeur Equinoxe (publications en anglais) et la deuxième car elle est le lieu de résidence de carnettistes renommés dans la filiation de Mathurin Méheut et plus récente d’Yvon Le Corre, la plupart passionnés par la navigation : Titouan Lamazou, Sophie Ladame, Gildas Flahaut, Marie-Marin…L’image de la Bretagne ou du « Midi » et la notion de territoire ou de région seraient alors intéressantes à circonscrire, à définir et à imager à partir d’un corpus de carnets de voyage et de patrimoine mais surtout d’un ensemble de sources différentes en arts graphiques (affiches, cartes postales, design de communication, brochures touristiques….). L’image de la Bretagne à travers le carnet de voyage médiatiserait un topos des artistes relativement contemporain et une esthétique propre au Romantisme lancé par les premiers aquarellistes anglais à la quête de pittoresque ; en somme le corpus de carnets de voyage valoriserait un tourisme du pittoresque à appréhender et à essayer de définir.

Corpus de carnets de voyage afin de valoriser le tourisme régional

Sur la Bretagne et son pittoresque :

–  Grisée de mer. Sophie Ladame. Moea éditions, Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), 2011.

–  Bretagne : carnet de bord d’un pêcheur d’images. Philip Plisson & Yann Queffélec. Chêne, 2009.

–  Dialogue avec la mer : retour en terres de Bretagne. Raphaëla Le Gouvello, illustrations Sophie Ladame. Edition du Toucan, 2007.

–  Carnets de voyages de peintres chinois : dans les petites cités de caractère de Bretagne. Ouest-France, 2007.

–  Rêverie bretonne : terres et Finistère. Thomas Héritier. Riom : Ed. De Borée, 2006 (carnet de voyage).

–  Carnets de voyages de peintres russes dans les petites cités de caractère de Bretagne. Igor Kamyanov, Nadezhda Krestinina, Olga Pluzhnikova-Orlova et al. sous la direction de Florence Le Thérisien, texte René Le Bihan, traduit par des notes personnelles des artistes Oxana Bobrovitch. Ouest-France, 2006.

–  Rêverie bretonne. Thomas Héritier. Romagnat : Ed. De Borée, 2006 (Carnet de voyage).

–  Armoriques : balades de Corto Maltese en Bretagne. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2004.

–  La ballade de la mer salée. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2002.

–  L’âme des maisons bretonnes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2002 (L’âme des maisons).

–  Un carnet de croquis et son devenir : François-Hippolyte Lalaisse et la Bretagne. Jean Cuisenier, Denise Delouche, Simone Lossignol. Ouest-France, 2002.

–  Entre Loire et Atlantique. Denis Clavreul. Equinoxe, 2001 (Carrés de Bretagne).

–  Sur les chemins de l’île d’Yeu. texte Maurice Esseul, illustrations Erich Kasper. Laval : Siloé, 2001 (Foramt à l’italienne).

–  En Bretagne avec Lizzie Napoli. Lizzie Napoli.  Equinoxe, 2000 (Carrés de Bretagne).

–  Carnet de Bretagne : balade de l’Armor à l’Argorat. Marie Le Glatin-Keis. Equinoxe, 2000 (Carrés de Bretagne).

–  Carnets naturalistes à la pointe de Bretagne. Guermeur, Yvon, illustrations Denis Clavreul. Nathan, 1995.

–  Escale à Saint-Malo : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993.

Sur le Midi et ses traditions :

–  Itinéraires niçois : encre de Chine et aquarelles. Sylvie T. Nice : Serre, 2003. Avec un cédérom qui présente un itinéraire pédestre de douze jours alliant art contemporain et sauvegarde du patrimoine dans l’Est de Digne.

–  Gordes et l’abbaye de Sénanque : mes carnets. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1996.

–  Mon voyage à Sète. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1995.

–  Escale en Corse : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1994.

–  Provence, carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993.

–   Carnets de voyage en Provence. Lizzie Napoli. Rivages 1987.

Sur des villes françaises :

–  Clermont-Ferrand absolu. François Taillandier, Bernard Deubelbeiss. Page Centrale, 2011 (Carnets du Massif Central, n°2).

–  Bayonne : voyage intérieur. Sylvie Forestier. Biarritz : Atlantica, 2006.

–  Vauban maritime. Arnaud d’Aulnay. Gallimard loisirs, 2006 (carnet de voyage).

–  Souillac : portes du Midi. Christoff Debusschere (peintre officiel de la Marine avec la collaboration de Georgette Delpech, Denis Kerjean et Karine Meuzard). Ed. des Riaux, 2006 (spiral).

–  Sète, surprenant voyage. Cathy Beauvallet. Editions Jalan, 2005.

–  Banlieue nomade : carnets de voyage autour de Paris. Les carnettistes tribulants. Alternatives, 2006.

–  Lyon, ville ouverte. Régis Neyret, Micheline Colin. Lyon : S. Bachès, Beaux-Arts, mars 2003, n°6.

–  Arrêts sur Brest : la ville de Brest vue et dessinée à partir de son réseau de bus. Commentaires de Brestois. Erwan Le Bot. Brest : Ed. Océaniques, 2002.

–  Les 36 ponts de Paris : promenade sur les ponts, les passerelles et les viaducs, le long de la Seine et du canal Saint-Martin, Claude Agnelli. Magellan, 2001 (Coups de crayon).


[1]     Le tourisme à l’épreuve de l’enquête, à moins que cela soit l’inverse. Saskia Cousin. Espacestemps.net, 2011. http://www.espacestemps.net/document8210.html

[2]     Articles de recherches soumis en vue d’une publication dans une revue de géographie ou d’anthropologie.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage audio-visuel et de la promotion de « l’authentique »

Un médium pour valoriser le voyage ou le tourisme « authentique »

Sur support DVD, la collection Exploration Aventure de dix carnets de voyage audio-visuels édités par Gédéon Programmes propose de suivre un artiste en voyage qui élabore son carnet au fil du périple. Elle nous permet d’appréhender à la fois cette autre façon de voyager et une expressivité des lieux au prisme de la mobilité de l’artiste et de la gestation de son œuvre. Selon la quatrième de couverture du DVD : « Six illustrateurs-voyageurs parcourent et dessinent le monde…Carnets de voyage nous invitent à découvrir un pays à travers le regard, les croquis, dessins et aquarelles, d’un reporter-dessinateurs. Une découverte loin des sentiers battus et une invitation personnelle au voyage avec pour guide l’œil de l’artiste nomade ». La valorisation des lieux touristiques comme la cité d’Angkor à travers le regard et le trait de Bertrand de Miollis se veut témoignage et voyage vécu « hors des sentiers battus » du touriste classique : l’artiste reporter préfère découvrir les alentours du site inscrit au patrimoine de l’humanité que de parcourir le heut-lieu touristique afin d’éviter de tomber dans les clichés du touriste. Il mentionne cependant la cité comme un lieu admirable à ne surtout pas manquer. D’après la présentation du DVD, la rencontre et l’inattendu sont surtout valorisés : « Des trésors architecturaux d’Angkor aux marchés animés de la capitale Phom Penh, l’illustrateur Bertrand de Miollis nous fait découvrir quelques facettes méconnues du « pays du sourire. Les Cambodgiens n’ont rien perdu de leur légendaire hospitalité malgré les épreuves endurées ». Aussi comment ne pas céder à l’appel du haut lieu touristique qui illustre d’ailleurs la couverture du DVD ? Nous pourrions alors nous demander quel est l’enjeu prescriptif du carnet de voyage ? Serait-il une référence pour le voyageur ? Cette collection se démarque par son originalité éditoriale comme « reportage sur un artiste en voyage » et non comme guide touristique à finalité marketing. Elle rejoindrait la notion d’« écotourisme » ou de « voyage ou tourisme authentique » qui offre pourtant des atouts marketing au voyage personnalisé et « customisé » tel que le reflète si bien le carnet autobiographique du voyage, mémoire artistique et intime du périple. Le voyage personnalisé dans lequel le participant s’implique et devient actif par sa démarche créative, donc attentif au monde, est la promesse de rencontres authentiques donnée par le voyagiste. Des agences de voyage telles que Atalante ou Orients voyages l’utilisent comme outil de communication et propose des voyages pour initier à la réalisation d’un carnet de voyage à travers des ateliers de pratique artistique animés par un artiste-carnettiste.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques

Une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage

Communication au colloque  Les cultures du déplacement : Mobilités et requalifications des lieux et des territoires, 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon – Université de Nîmes – 14-16 juin 2012.

Le phénomène éditorial du carnet de voyage, expression visuelle de la mobilité de l’artiste et aboutissement d’une démarche artistique à partir du voyage, s’explique probablement par ses atouts médiatiques que sont la proximité, l’émotion, le retour à l’enfance et la ressemblance avec le réel. Preuve du vécu, témoignage de la main, du geste et donc du corps, le croquis offre une empreinte intemporelle qui marque la page et le reportage de son sceau d’authenticité. Aussi comment est mise en valeur une culture du déplacement dans les arts graphiques, l’album, les sites web et les blogs de voyage ? quelle est son influence sur la redéfinition médiatique des lieux ? Quel est son enjeu de communication et de valorisation touristique ? Les voyages touristiques des lecteurs de carnets de voyage s’opposent-ils aux voyages hors-normes des auteurs carnettistes ? Le carnet de voyage serait-il le médium d’un tourisme créatif et innovant, et d’une autre forme de voyage valorisant l’expérience ? L’esthétique de la médiation touristique est un enjeu de longue date depuis la veduta[1]du XVIIe, mémoire picturale de la ville romaine, et l’engouement pour la carte postale, souvenir partagé du site, cependant, avec le carnet de voyage, la notion de témoignage d’un voyage d’exception, original et unique exige des acteurs du tourisme l’offre d’un « autre » voyage ou d’un voyage tourné vers l’Autre, authentique, expérientiel et créatif. La redéfinition médiatique des lieux se jouerait à travers une mise en valeur esthétique et plastique pour valoriser un tourisme de l’expérience et de l’authentique. Les atouts de cette redéfinition reposeraient sur cinq caractéristiques de cette démarche de voyageur se revendiquant comme « non touriste » et pour qui le voyage serait une « philosophie de la mobilité » :

Un rapport différent au temps et au voyage : rester de longues heures en un lieu pour l’observer et en faire un rendu dessiné (/ instantané de la photographie), vivre un voyage « non touristique ».

Une quête intime du voyage : or la production de carnets est réalisée surtout par des voyageurs étrangers de passage. Le carnet de voyage est-il la finalité d’une quête ? Laquelle ?

Une vision parcellaire et déformée : le carnettiste est un voyageur occidental influencé par ses codes culturels d’étranger au pays qu’il visite et dont le séjour est souvent réduit à un mois dans le pays : sa vision sera parcellaire et déformée, voire exagérée.

La valorisation du voyage comme moyen d’apprentissage et le voyage authentique, voire solidaire, comme moyen de découvrir le monde et de rencontrer l’Autre, loin des tours opérateurs.

La notion de témoignage du vécu et de son expérience à travers le voyage : il s’agit en effet d’accepter la perte du corps à corps avec sa terre et son lieu d’origine, le dépaysement et le changement de repères dans le temps et dans l’espace puis de mettre à distance (cf au « regard éloigné » de Claude Levi Strauss) son groupe d’appartenance et sa culture afin de se confronter à d’autres mœurs qui risquent de remettre en cause ses représentations et ses opinions, voire sa propre culture.

 

 

 

 

 


[1] Peinture détaillée d’un paysage urbain ou d’un panorama de paysage qui est apparue chez les Flamands dès le XVIe siècle avec Paul Bril. La peinture flamande du XVIIe siècle se spécialise dans la vue urbaine telle que « La vue de Delft » de Vermeer.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts