Le carnet de voyage, médium de l’expérience touristique enrichie

Le carnet de voyage intermédia (ouvrage et blog), médium de l’expérience touristique enrichie : séduction de l’image artistique et communication d’un tourisme d’apprentissage

Communication au colloque « Le tourisme et sa communication ou comment théoriser la communication touristique à l’époque des technologies de l’information et de la communication ? »  à l’IUT Robert Schuman de l’Université de Strasbourg  en collaboration avec LISEC (Université de Strasbourg), le CRIT (Institut Universitaire Kurt Bösch, Suisse) et la revue Mondes du tourisme (Paris) du 16 au 18 mai 2013.

http://iutrs.unistra.fr/iut-illkirch/colloque-tourisme.html

Axe 4 : La communication du côté des touristes et l’usage des NTIC :

« Certains blogs prennent des formes qui ne sont pas sans rappeler celles des carnets de voyage (Argod 2010), photos ou croquis à l’appui. Ce supplément d’informations enrichit-il le voyage et l’expérience touristique ou bien renforce-t-il la dimension « parcours imposé » que le touriste doit faire ? Laisser une trace au monde, prouver son existence, le tourisme a des motivations beaucoup plus profondes que ne le laisserait supposer son apparence anodine ».

Parmi les dix prix remis lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, nous remarquons combien le carnet de voyage est un médium de communication touristique[1] recherché. En effet, les guides Lonely Planet et Le Routard ont tour à tour offert le « Grand Prix du carnet de voyage » qui, depuis deux ans, a été remplacé par le « Grand Prix Michelin Cartes et Guides ». Le prix du public remis par Atalante voyages a été remplacé par Nouvelles Frontières. Les agences de voyage l’utilisent comme outil de communication dans leur brochure de voyages ou dans offres de voyages – ateliers de pratique artistique animés par un artiste-carnettiste. Certaines voyagistes en ligne ont tissé des partenariats avec des plate-formes de carnets de voyage[2] qui émanent parfois d’éditeurs de guides touristiques. Le carnet de voyage est donc bien un outil marketing qui vend le voyage et l’évasion. C’est justement grâce à ces notions d’exotisme, d’ailleurs rêvé et de vacances que le carnet de voyage se retrouve dans de nombreuses campagnes publicitaires ou placardées sur des affiches qui vendent le voyage, en oubliant le carnet. L’image résume alors le tout, le carnet ; c’est un raccourci plutôt rapide mais efficace : seule l’image du paradis sublimé reste synonyme de carnet de voyage. Cette représentation des clichés « vahinés » de Cythère et du nouvel Eden des vacances s’est abstraite de tout lien avec le reportage et avec la réalité du monde. Par contre, les notions d’authenticité, d’artisanat et d’humanité qualifient « le carnet » lorsque celui-ci est mis en avant dans l’affiche publicitaire à travers l’illustration et le croquis manuel. La séduction de l’image artistique est au cœur de cet engouement pour le carnet de voyage.

         Qu’apporte le carnet de voyage à l’expérience du voyage ? Comment les agences de tourisme et les éditeurs touristiques se servent-ils de l’image « Carnet de voyage » ? Comment la créativité du carnet de voyage est-elle détournée au profit du tourisme et d’un marketing de l’authentique ? A travers trois notions « carnet », « voyage » et « carnet de voyage » comment se tissent les liens avec le marketing touristique ? En quoi serait-il une niche expérimentale de la communication touristique ?

         Aussi en réponse à « la relation de séduction et d’enchantement » (Winkin, 1998) qu’est le tourisme, le carnet de voyage offrirait toutes les caractéristiques pour en faire son outil de valorisation marketing, voir son médium afin de promouvoir une autre vision du tourisme et du voyage plus authentique et proche de l’Autre. Le carnet de voyage valorise-t-il une expérience touristique enrichie ou un “parcours imposé” pour le touriste ? Ce genre éditorial est-il concurrence ou complémentarité du guide touristique ? Favorise-t-il l’exotisme ou la quête initiatique ?


[1]les études sur la communication touristiques sont rares : Jaworksi/Pritchard (2005), Luger (2000), Boyer et Viallon (1994) font partie des quelques exceptions.

[2]tels que uniterre.com, carnetsvoyages.free, expedia.fr, blog-de-voyage.fr, abm.fr, (Le) routard.com…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts