Le carnet naturaliste et la médiation environnementale des parcs naturels

Le carnet de voyage (ou le carnet naturaliste) est un outil de médiation de l’EDD, éducation au développement durable, et de communication pour les parcs naturels régionaux et nationaux et les réserves naturelles mais aussi pour les CPIE : le dessin naturaliste y est utilisé comme moyen d’explication de la démarche de préservation du paysage et de la nature mais aussi de médiation des gestes de protection de l’environnement. De plus, l’aquarelle est la technique picturale de plein air, héritée des excursionnistes dans les Alpes des 18e et 19e siècles, qui favorise l’observation de la nature et son inventaire.

Une sélection de quelques carnets naturalistes :

Brin d’île : carnet de voyage sur l’île de Raymond. Paroles & Pinceaux. Stéphanie Lafitte, Sophie Bataille Parc des Landes de Gascogne, Agence de l’eau Adour Garonne, Conseil départemental de la Gironde, 2015.

Dessus Dessous : carnet de voyage dans les paysages du Larzac. Paroles & Pinceaux. Stéphanie Lafitte, Sophie Bataille. Parc National des Grands Causses, 2014.

Faune forestière du Haut – Languedoc. Nicolas De Faveri. Parc naturel régional du Haut – Languedoc. Cahiers techniques, 2014.

Du nuage à la confluence. Voyage au fil du Guil. Valentine Plessy. Parc naturel régional du Queyras, 2013.

Canal des deux mers Trait d’union pour la nature. Nicolas De Faveri. CREN Midi – Pyrénées, 2013.

Livret de Découverte de la Réserve Naturelle de l’Etang Noir. Nicolas De Faveri. Réserve Naturelle de l’Etang Noir, 2012.

Le Desman des Pyrénées. Nicolas De Faveri. CREN Midi-Pyrénées, 2010.

Au pays de l’azuré, les tourbières du plateau de Montselgues. Nicolas De Faveri. Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Carnet Nature,  2010.

Nature sensible en Poitou-Charentes (collectif). Les éditions Pique-prune, 2009.

Impressions d’artistes en Marais breton vendéen et sur l’ile de Noirmoutier (collectif), Geste Editions, 2008.

Le Parc national des Ecrins : regards d’artistes, D. Barker, J. Chevallier, D. Clabreul, R. d’Arcy Schilcock, Ed Equinoxe, 2007.

Art & Nature : Artistes sur le terrain dans le Parc national des Ecrins, Ed. Delachaux et Niestlé, 1997.

Picardie buissonnière. Jean Chevalier. Conservatoire des sites naturels de Picardie, 1996.

Quelques illustrateurs naturalistes :

Aurélie Auka : http://aukaleblog.tumblr.com/

Denis Chavigny : http://denischavigny.jimdo.com/

Denis Clavreul : http://www.denisclavreul.com/

Jean Chevalier : http://www.jeanchevallier.fr/

Nicolas De Faveri : http://nicolasdefaveri.free.fr/actualite.html

Vincent Desplanche : http://vincentdesplanche.blogspot.fr/

Alan Johnston : http://alan-johnston.com/

Isabelle Naudin : http://isabellenaudin.jimdo.com/

Benoit Perrotin : http://benoit.perrotin.free.fr/

Julien Vergne : https://myspace.com/julien_vergne

Projets de carnet de voyage dans les CPIE, Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement(CPIE) qui est un label interministériel créé en 1972 (ministère de l’éducation, jeunesse et sports, agriculture et environnement) :

Bugey – Genevois : carnet de voyage participatif “Boucle en vélo des bords du Rhône ?” http://cpie-bugeygenevois.fr/?q=content/carnet-de-voyage-participatif-boucle-en-v%C3%A9lo-des-bords-du-rh%C3%B4ne

Rhône – Pays d’Arles : carnet de voyage en pays d’Arles et atelier de photographie https://fr-fr.facebook.com/events/1089161781146996/

https://www.mapado.com/arles/la-crau-carnet-de-voyage-en-pays-darles

Alpes : carnet de voyage dans les Alpilles http://www.cheminsdelabiodiversite.com/sortie-191-carnet-de-voyage-dans-les-alpilles.html

Pyrénées Atlantiques : du croquis nature au carnet de voyage autour de Sauvelade http://pratique.tourisme64.com/animation/sauvelade/animation-cpie/FMAAQU064V51FUAV.html

Autres ressources :

3e festival international d’arts Nature «Coeur de France» de la région Centre, dans le Berry au château d’Ainay le Vieil du 2 au 5 juin 2016 : http://festivalcoeur2france.fr/?page_id=2923

Horizons La Dixième “Arts et Nature” dans le Massif du Sancy du 18 juin au 25 septembre 2016  : http://www.horizons-sancy.com/edition2016/edition2016

Education à l’environnement et carnets de voyage, Le point sur…Pascale Argod, Fiche thématique de l’IFEE, n°29, mai- décembre 2008.

http://ww2.ac-poitiers.fr/daac/IMG/pdf/Fiche_Ifree_29.pdf

A noter ce carnet de voyage – reportage très original : Les fleurs de Tchernobyl : carnet de voyage en terre irradiée. scénario Gildas Chasseboeuf, dessins Emmanuel Lepage. La Boîte à Bulles, 2012.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Deux manifestations sur le carnet de voyage à Bordeaux

La Grande évasion : 1er salon des littératures de voyage de Pessac du 20 au 22 mai 2016

http://www.pessac.fr/agenda/la-grande-evasion-1er-salon-2016-des-litteratures-de-voyage.html

La Ville de Pessac crée La grande évasion, 1er Salon des littératures de voyage de Pessac, du 20 au 22 mai 2016, à la médiathèque Jacques Ellul et au château de Camponac, en partenariat avec la librairie 45e Parallèle. Le thème de cette 1e édition est : Marche et rêve. Cette nouvelle manifestation offre un large programme : rencontres (écrivains, carnettistes, illustrateurs, photographes, voyageurs, musiciens…), débats, expositions, diffusion de films et documentaires de voyage, stands de libraires et d’éditeurs, animations, ateliers, marche découverte…

Un pionnier du “carnet de voyage sonore”, Claude Villers, est l’invité d’honneur : il envoie en 1976 pour son émission “Marche ou rêve” diffusée sur France Inter de jeunes reporters enregistrer des témoignages dans les régions puis il crée “Visas” en 1979. http://www.franceinter.fr/personne-claude-villers

Des ateliers seront proposés par des carnettistes aquitains afin d’inscrire le carnet de voyage dans le rayonnement régional de notre patrimoine.

La Rencontre Nationale des Urban Sketchers aura lieu à Bordeaux le samedi 4 et le dimanche 5 juin 2016.

“Après Lyon, Sète et Strasbourg ce rendez‐vous gratuit et convivial regroupera plus de 200 dessinateurs venus de la France entière. Amateurs et « accros » de croquis urbains se retrouveront à Bordeaux pour dessiner in situ, croquant sur le vif les détails insolites de la ville de pierre, la beauté des berges de la Garonne, sans oublier les bordelais d’ici ou d’ailleurs croisés tout au long du week‐end.

En ouverture, pour découvrir le croquis urbain, l’association la Sirène au 71 cours Anatole France à Bordeaux exposera dessins, croquis et aquarelles de Bordeaux”.

http://france.urbansketchers.org/p/rencontre-2016-bordeaux.html

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Co-création de l’expérience touristique sensitive et du désir des lieux

Communication intitulée « Le carnettiste, touriste co-créateur de l’offre, de l’expérience touristique sensitive “slow” et du désir des lieux ». Pascale Argod. 5e Colloque international pluridisciplinaire ASTRES Observer les touristes pour mieux comprendre les tourismes  à l’université de La Rochelle du 9 au 12 juin.
https://apps.univ-lr.fr/cgi-bin/WebObjects/Colloque.woa/1/wa/colloque?code=1281

Le carnet de voyage permet d’appréhender les rapports des touristes aux lieux et favorise un voyage personnalisé dans lequel le participant s’implique et devient actif par sa démarche créative, donc attentif au monde. Avec un carnet de voyage à la main, un rapport différent au temps et au voyage s’installe pour observer le lieu et en faire un rendu dessiné. Le voyageur accepte de prendre le temps de découvrir et de s’approprier l’espace, de dialoguer avec l’autochtone. La collection de films Carnets de voyage : exploration aventure permet de suivre le parcours d’un artiste-voyageur, à travers un pays et son cheminement artistique, pour réaliser un carnet de croquis. Les carnets de voyages audio-visuels Dans tes yeux de Sophie Massieu, journaliste aventurière non-voyante, proposent de faire et de ressentir : l’expérience est retracée dans son carnet de voyage sonore Dans mes yeux et retranscrit la perception sonore, puis tactile et olfactive des pays qu’elle visite au plus près du contact humain et du ressenti de la journaliste. Le carnettiste se fait aussi routard comme Antoine de Maximy, dans la série J’irai dormir chez vous, qui opte pour le carnet de routard avec sa caméra sur l’épaule, ciblée sur la rencontre de l’Autre dans son quotidien, pour apprécier l’hospitalité du pays visité. Le blog offre un espace de création interactif avec le feedback : le carnettiste peut faire évoluer sa création, témoigner dans le dialogue avec d’autres voyageurs, comme l’évoque Julie Sarperi sur son blog Carnets de traverses.com. Cette voyageuse médiatise pour le compte d’offices de tourisme étrangers ses périples en vue de promouvoir l’image de la destination auprès des touristes français, d’apporter un service profilé et d’« humaniser » de la communication web.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage et la médiation d’un tourisme créatif

Publication de l’article intitulé « Arts visuels et médiation d’un tourisme créatif : de l’expérience du voyage, de la pratique artistiques, des “créatifs culturels”». Pascale Argod. Revue Mondes du tourisme, Tourisme créatif, n°10, 2014.

http://www.revue-espaces.com/librairie/9318/carnet-voyage-tourisme-creatif-storytelling.html
Le tourisme créatif qui repose sur une expérience active d’apprentissage encline à une co-création de l’expérience devient une industrie créative à travers les arts et l’édition. La médiation, la narration et la personnalisation ont une position centrale dans de ce type de tourisme affinitaire et personnalisé qui intègre la pratique artistique dans le tourisme régional (artistes peintres, carnettistes et illustrateurs), les stages-voyages ou ateliers artistiques à l’étranger et les expériences polysensorielles in situ pour tendre vers le développement personnel à travers un voyage plus personnel, libre, authentique et participatif. Il s’agit en effet d’impliquer l’individu dans un processus créatif en interaction avec la destination et la population pour vivre l’expérience du “faire”. Le carnet de voyage est un objet et un vecteur de ce type de tourisme, expérientiel et créatif, car le touriste carnettiste est un “créatif culturel” acteur de son voyage. Il défend une éthique du voyage et de la quête de l’authentique et valorise un marketing expérientiel de la culture et de la rencontre de l’autre, qui repose sur l’industrie créative de l’édition, de l’audiovisuel et du numérique. Des développements territoriaux prennent forme à travers des projets de storytelling touristique mais aussi des spécificités régionales, ainsi la région Auvergne cible t-elle sur le “creative space” Clermont-Ferrand devenu un pôle international des arts visuels.
Clermont-Ferrand, pôle international de l’image, valorise le tourisme créatif et culturel à travers six festivals d’arts visuels au rayonnement international
Vidéo Formes Festival international Art vidéo et cultures numériques : http://www.videoformes-fest.com/festival-13/
Les rencontres du film documentaire Traces de vie : http://www.tdv.itsra.net/
Passeurs d’images : http://www.passeursdimages.fr/Auvergne
Festival du court métrage : http://www.clermont-filmfest.com/
Nicéphore : http://www.stenope-clermont.com/
Rendez-vous du carnet de voyage : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

ABSTRACT
Creative tourism based on an active learning experience prone to co-create the experience becomes a creative industry through arts and publishing. Mediation, narration and customization have a central position in this type of tourism and personalized affinity that integrates artistic practice in regional tourism (painters, artists and illustrators carnettistes), internships, trips or artistic workshops abroad and in situ multi-sensory experiences to strive for personal development through a more personal journey, free, authentic and participatory. This is in fact the individual involved in a creative process in interaction with the destination and the people to experience the “do”. The travelogue and travel sketchbook, are an object and a vector of this type of tourism, experiential and creative, as the tourist carnettiste is a “cultural creative” actor of his journey. He defended the ethics of travel and the quest for authenticity and values and experiential marketing culture and meeting the other, based on the creative industry of publishing, broadcasting and digital. Territorial developments take shape through storytelling tourism projects but also regional specificities, and does target the Auvergne region the “creative space” Clermont-Ferrand has become an international center of visual arts.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

L’édition touristique hors des sentiers battus

Communication lors 4e colloque International de l’Association ASTRES (Association Tourisme, Recherche et Enseignement Supérieur) du 21 au 23 Mai 2014 à la Sorbonne Paris sur le thème « Le tourisme hors des sentiers battus : coulisses, interstices et nouveaux territoires touristiques »

Titre de la communication : La médiatisation d’un tourisme « hors des sentiers battus » dans une édition touristique créative (P. Argod)

L’édition touristique, du guide touristique au documentaire ou “beaux arts”, suit les tendances du tourisme « hors des sentiers battus » qui s’inscrivent dans la quête de personnalisation et d’itinéraires originaux. Le genre éditorial hybride du carnet de voyage, de l’ouvrage au blog, offre une large déclinaison, du guide au livre d’artiste, qui favorise la construction de lieux touristiques à partir du rapport du voyageur au monde et de son expérience vécue. Un corpus de guides touristiques et de carnets de voyage sur Paris et New York étudie le marketing éditorial axé sur l’unique et l’exceptionnel : les destinations et les pratiques touristiques, les caractéristiques d’une édition créative en vue d’une communication de l’authentique et du pittoresque, la diversité des genres dans l’édition en vue d’une personnalisation du voyage. Une typologie en sept catégories des supports papier et numérique illustre l’hybridation des genres dans l’édition touristique qui ouvre sur une créativité éditoriale.

Bibliograhie :

Farid Abdelouahab. Carnets de voyage en France. Reader Digest, 2005.

Marc Augé, L’impossible voyage : le tourisme et ses images, Paris, Rivages, 1997. (Rivages Poche, n°214).

Fabienne Baider, Marcel Burger, Dionysis Goutos (et al.), La communication touristique : approches discursives de l’identité et de l’altérité, L’Harmattan, 2004.

Bosse Bergman, « Guides to a geography of tourism », Belgeo [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2013. URL : http://belgeo.revues.org/7176

Jean-Marc Blancherie, Le storytelling ne raconte pas d’histoires, Storytelling et tourisme, Collection Revue Espaces, n°298, Editions Espaces tourisme & loisirs, Décembre 2011.

Sandra Camus, L’authenticité et l’expérience dans le champ du patrimoine immatériel touristique, In L’immatériel touristique sous la Direction de Cécile Clergeau et Jacques Spindler, L’Harmattan, 2014.

Cécile Clergeau, Jacques Spindler, L’immatériel touristique, L’Harmattan, 2014.

Dean MacCannell, Empty meeting grounds the tourist papers, New-York, Routledge, 1992.

Gabriel Campanario, Urban Sketchers, The arts of urban sketching : drawing on location around the world, USA (Beverly), Quarry Books, 2012.

Jean-Pierre Lemasson et Philippe Violier (sous la dir.), Destinations et territoires, Volume 2 Tourisme sans limite : les Rendez-vous Champlain sur le tourisme, Presses universitaires du Québec, 2010.

Claude Origet Du Cluzeau, préface de Jean-Luc Michaud, Le tourisme culturel :dynamique et prospective d’une passion durable, De Boeck, 2013 (PUF, 2005, 2007).

Annabelle Seoane, Les mécanismes énonciatifs dans les guides touristiques : entre genres et positionnement discutsifs, L’Harmattan, 2013.

Annabelle Seoane, A la recherche du guide de voyage : quand l’information sur le voyage imprègne les médias (et réciproquement), Collection Revue Espaces, Les guides de voyage face à la révolution numérique, Editions Espaces tourisme & loisirs, n°306, septembre 2012.

Michel Tournier, Journal extime, La Musardine, 2002.

Hécate Vergopoulos, Les imaginaires touristiques : anecdotes et imaginaires, Revue Viatourisme http://www.viatourismreview.net/Article3.php

Hécate Vergopoulos, Emilie Flon, « L’expérience touristique dans les guides : une subjectivité à lire, écrire et raconter », Belgeo [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2013. URL : http://belgeo.revues.org/7173

Philippe Viallon, MarcBoyer, La communication touristique, Paris, PUF, 1994. (Que sais-je ? n°2885).

John Urry, The touriste gaze, Sage Publications, London, 1990 (réédition, 2002)

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Appel à contribution au colloque « Le tourisme et sa communication »

Une collaboration entre le LISEC (Université de Strasbourg), le CRIT (Institut Universitaire

Kurt Bösch, Suisse) et la revue Mondes du tourisme (Paris).

Appel à contribution « Le tourisme et sa communication ou comment théoriser la

communication touristique à l’époque des technologies de l’information et de la

communication ? »

http://iutrs.unistra.fr/iut-illkirch/colloque-tourisme.html

Si l’expression « communication touristique » ne pose aucun problème aux professionnels du tourisme qui y voient un des aspects du marketing, les sciences humaines et sociales ont beaucoup plus de mal avec ce concept. Aussi bien dans les domaines anglophone, germanophone que francophone, les études sont rares : Jaworksi/Pritchard (2005), Luger (2000), Boyer et Viallon (1994) font partie des quelques exceptions. Si le tourisme a été inventé par les lords anglais au 18ème siècle (Boyer 2000) et la communication s’est théorisée dans le milieu du 20ème siècle (Mattelart 2005), la communication touristique comme forme spécifique de compréhension scientifique d’un phénomène de société complexe attend encore son développement théorique. Ce colloque vise à combler ce manque. Pour approcher le sujet, quatre axes sont proposés :

Axe 1 : Le cadre théorique et l’épistémologie de la communication touristique

Quels sont les développements récents des sciences de l’information et de la communication qui peuvent trouver une application dans le tourisme ? La communication des organisations s’est développée en regroupant dans son analyse les entreprises et les collectivités publiques. Le tourisme lui aussi est souvent soutenu par le privé et le public. Qu’est-ce que la communication des organisations peut lui apporter ?

En quoi la perspective des concepts de base comme le constructivisme ou la systémique peuvent enrichir la problématique du tourisme ? Des chercheurs comme Bernard/Joule (2003) ont développé des concepts comme la communication engageante qui pourrait aussi intéresser le tourisme.

Qu’est-ce que les nouvelles approches du tourisme en France comme celles de Jean-Didier Urbain (2002, 2011) ou de l’équipe MIT (2000 + 2003) ou celles du monde anglophone des tourism studies (Pritschard 2008) apportent au domaine ?

Faut-il aller plus loin et revendiquer une science du tourisme, une tourismologie comme le font certains (Py 2004) ou bien l’approche interdisciplinaire qui préside actuellement est-elle plus riche de développements que l’enfermement dans une seule discipline ?

Quels sont les apports possibles des SIC et de leur dimension interdisciplinaire ? De nouveaux styles et manières d’interpréter le tourisme utilisent les langages du visuel (Chambers, 2011) et du digital (Lazar, 2010), ou des nouvelles approches de l’analyse quantitative (Klobas, 2011). Avec quelle conséquence ?

Enfin, des spécialistes problématisent de plus en plus l’application de méthodes particulières à des sphères sociales spécifiques où la communication n’est jamais absente, comme le développement économique (Brau, 2008), le marketing et l’hospitalité (Ronald, 2007), le tourisme lié à la qualité de vie (Uysal, 2012) ou le tourisme culturel (Richards, 2010).

Axe 2 : Le tourisme comme forme de communication et la méthodologie de l’approche

Voyager est une forme de communication au monde et aux autres. Quels sont les éléments qui poussent les touristes à quitter leur lieu de résidence et pourquoi vont-ils vers telle ou telle destination ? Ces facteurs push et pull (Harisson-Hart 1983) sont à la fois des explications à ce phénomène migratoire qui va concerner en 2013 un milliard de personnes (OMT, 2012), mais aussi des signes qui renvoient à l’identité des individus et des groupes, à l’image qu’ils veulent donner d’eux-mêmes. En ce sens, les classifications habituelles de touristes, qui vont de l’explorateur au touriste de masse (Cohen 1984), sont-elles satisfaisantes ? D’un autre côté, afin de répondre à des attentes qu’ils croient déceler chez leurs clients, les professionnels mettent de plus en plus en scène les espaces réels, les médiatisent ou en créent de virtuels (Musée du Louvre par exemple).

Faut-il craindre une déréalisation du monde, une « dysnélandisation » de la réalité (Brunel 2006) ? Faut-il diluer le tourisme dans l’espace plus large des loisirs pour mieux le comprendre ou suffit-il simplement de le mettre dans cette perspective ? Ne faut-il pas sortir de l’opposition réel-virtuel pour se pencher sur les pratiques et les offres, toutes bien réelles ? Comment alors penser la relation et l’articulation entre les univers matériels et électroniques, à travers notamment les offres de réalité augmentée ou tout simplement le passage de l’un à l’autre effectué en permanence par les touristes, de la collecte de l’information à la découverte des lieux ? Les études sur les réseaux sociaux numériques soulèvent la question de la méthodologie possible et permutable à l’intérieur des études sur le Web 2.0 ou 3.0 (Andrade, 2011).

Axe 3 : La communication du côté des professionnels et l’impact des NTIC

Les TIC ont bouleversé de nombreux domaines des sociétés contemporaines, notamment celui du tourisme. Depuis 2009, plus de la moitié des transactions financières liées au tourisme en France se font sur Internet (Stratégies 2010). Comment aujourd’hui sont construits les sites web des professionnels du tourisme ? Quels sont les choix faits par les structures (états, régions, villes, petites entreprises locales, etc.) Comment se fait l’accueil des internautes qui pratiquent d’autres langues-cultures étrangères ? Les nouvelles technologies modifient la donne : si les hôteliers sont moins soumis à la contrainte des guides papier traditionnels, ils le sont en revanche aux nouveaux guides (Tripadvisor), aux sociétés qui vendent des nuitées (Booking, Expedia, Venere, etc.) et aux règles du référencement sur le web. Comment gérer ces changements ? Comment participer aux réseaux sociaux dont l’importance semble ne pas s’arrêter de croître ? Comment émerger dans ce flot d’informations, comment gérer les techniques les plus récentes comme la géolocalisation ? Peut-on rentrer dans une idéologie techniciste selon laquelle le futur du tourisme sera meilleur grâce à la technique sans distance critique ?

Axe 4 : La communication du côté des touristes et l’usage des NTIC

Grâce aux forums, blogs et autres Facebook ou Twitter, le touriste potentiel n’est plus dépendant de la seule information officielle des professionnels de la branche ou des guides touristiques. Les études (Viallon 2012) montrent que la crédibilité accordée aux autres blogueurs est souvent supérieure à celle des sites officiels. Pourquoi plus croire son alter ego que l’on ne connaît pas qu’une structure qui a une réputation à conserver ? Comment penser cette transposition de la crédibilité, voire de la légitimité des experts aux touristes-amateurs ? Que peut-on en conclure sur la transformation des positions sociales et symboliques de la figure des amateurs dont certains deviennent des amateurs-experts ? Doit-on parler de démocratisation ou de populisme, de vulgarisation ou de médiation ? Comment la circulation et la diffusion des points de vue et des opinions s’effectuent-elles ? Comment peut-on cartographier l’aura et les réseaux de communication des touristes-amateurs ? Quelles sont les motivations des touristes-blogueurs ?

Certains blogs prennent des formes qui ne sont pas sans rappeler celles des carnets de voyage (Argod 2010), photos ou croquis à l’appui. Ce supplément d’informations enrichit-il le voyage et l’expérience touristique ou bien renforce-t-il la dimension « parcours imposé » que le touriste doit faire ? Laisser une trace au monde, prouver son existence, le tourisme a des motivations beaucoup plus profondes que ne le laisserait supposer son apparence anodine.

Procédure :

Il est prévu un colloque qui aura lieu du 16 au 18 mai 2013 à l’IUT Robert Schuman de

l’Université de Strasbourg et un numéro spécial de la revue Mondes du tourisme.

– pour le colloque : toutes les propositions doivent être envoyées avant le 15 février 2013 àl’adresse suivante : dpt-infocom.iut@urs.u-strasbg.fr Elles seront analysées en double aveugle par les membres du comité scientifique. Les résultats seront connus le 1 mars 2013. Les langues de communication sont le français, l’anglais et l’allemand. Toute présentation sera accompagnée d’une présentation visuelle dans une autre langue de travail.

– pour la publication : toutes les propositions seront rédigées en français, anglais ou allemand avec un résumé dans une autre langue et doivent être envoyées avant le 1 septembre 2013 à l’adresse suivante : mondes@revue-espaces.com. Elles comporteront entre 50.000 et 60.000 signes (espaces compris) et seront rédigés en times new roman 12, interligne 1,5. Les articles seront sur le même sujet que la conférence, développés et enrichis par les discussions qui auront suivi. Les textes seront soumis au comité de rédaction de la revue.

Comité scientifique :

 Pedro Andrade, Universidade Nova de Lisbõa. Marion Bechet, Université de Strasbourg. Patricia Caillé, Université de Strasbourg. Claudine Chaspoul, Editions Espace. Philippe Chavot, Université

de Strasbourg. Emmanuelle Chevry, Université de Strasbourg. Christophe Clivaz, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion. Frédéric Darbellay, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion. Jocelyn Donze, Université de Strasbourg. Audrey Marchioli. Université de Strasbourg. Stéphane Nahrath, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion. Elsa Poupardin, Université de Strasbourg. Yeny Serrano. Université de Strasbourg. Philippe Viallon, Université de Strasbourg. Philippe Violler, Université d’Angers.

Comité d‘organisation :

Marion Bechet, Jonas Braun, Patricia Caillé, Emmanuelle Chevry, Valentin Fautrel, Lucie Flamand,

Emmanuelle Lutz, Audrey Marchioli, Amélie Nicolas, Yeny Serrano, Philippe Viallon, Claire Wernert.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, médium de l’expérience touristique enrichie

Le carnet de voyage intermédia (ouvrage et blog), médium de l’expérience touristique enrichie : séduction de l’image artistique et communication d’un tourisme d’apprentissage

Communication au colloque « Le tourisme et sa communication ou comment théoriser la communication touristique à l’époque des technologies de l’information et de la communication ? »  à l’IUT Robert Schuman de l’Université de Strasbourg  en collaboration avec LISEC (Université de Strasbourg), le CRIT (Institut Universitaire Kurt Bösch, Suisse) et la revue Mondes du tourisme (Paris) du 16 au 18 mai 2013.

http://iutrs.unistra.fr/iut-illkirch/colloque-tourisme.html

Axe 4 : La communication du côté des touristes et l’usage des NTIC :

« Certains blogs prennent des formes qui ne sont pas sans rappeler celles des carnets de voyage (Argod 2010), photos ou croquis à l’appui. Ce supplément d’informations enrichit-il le voyage et l’expérience touristique ou bien renforce-t-il la dimension « parcours imposé » que le touriste doit faire ? Laisser une trace au monde, prouver son existence, le tourisme a des motivations beaucoup plus profondes que ne le laisserait supposer son apparence anodine ».

Parmi les dix prix remis lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, nous remarquons combien le carnet de voyage est un médium de communication touristique[1] recherché. En effet, les guides Lonely Planet et Le Routard ont tour à tour offert le « Grand Prix du carnet de voyage » qui, depuis deux ans, a été remplacé par le « Grand Prix Michelin Cartes et Guides ». Le prix du public remis par Atalante voyages a été remplacé par Nouvelles Frontières. Les agences de voyage l’utilisent comme outil de communication dans leur brochure de voyages ou dans offres de voyages – ateliers de pratique artistique animés par un artiste-carnettiste. Certaines voyagistes en ligne ont tissé des partenariats avec des plate-formes de carnets de voyage[2] qui émanent parfois d’éditeurs de guides touristiques. Le carnet de voyage est donc bien un outil marketing qui vend le voyage et l’évasion. C’est justement grâce à ces notions d’exotisme, d’ailleurs rêvé et de vacances que le carnet de voyage se retrouve dans de nombreuses campagnes publicitaires ou placardées sur des affiches qui vendent le voyage, en oubliant le carnet. L’image résume alors le tout, le carnet ; c’est un raccourci plutôt rapide mais efficace : seule l’image du paradis sublimé reste synonyme de carnet de voyage. Cette représentation des clichés « vahinés » de Cythère et du nouvel Eden des vacances s’est abstraite de tout lien avec le reportage et avec la réalité du monde. Par contre, les notions d’authenticité, d’artisanat et d’humanité qualifient « le carnet » lorsque celui-ci est mis en avant dans l’affiche publicitaire à travers l’illustration et le croquis manuel. La séduction de l’image artistique est au cœur de cet engouement pour le carnet de voyage.

         Qu’apporte le carnet de voyage à l’expérience du voyage ? Comment les agences de tourisme et les éditeurs touristiques se servent-ils de l’image « Carnet de voyage » ? Comment la créativité du carnet de voyage est-elle détournée au profit du tourisme et d’un marketing de l’authentique ? A travers trois notions « carnet », « voyage » et « carnet de voyage » comment se tissent les liens avec le marketing touristique ? En quoi serait-il une niche expérimentale de la communication touristique ?

         Aussi en réponse à « la relation de séduction et d’enchantement » (Winkin, 1998) qu’est le tourisme, le carnet de voyage offrirait toutes les caractéristiques pour en faire son outil de valorisation marketing, voir son médium afin de promouvoir une autre vision du tourisme et du voyage plus authentique et proche de l’Autre. Le carnet de voyage valorise-t-il une expérience touristique enrichie ou un “parcours imposé” pour le touriste ? Ce genre éditorial est-il concurrence ou complémentarité du guide touristique ? Favorise-t-il l’exotisme ou la quête initiatique ?


[1]les études sur la communication touristiques sont rares : Jaworksi/Pritchard (2005), Luger (2000), Boyer et Viallon (1994) font partie des quelques exceptions.

[2]tels que uniterre.com, carnetsvoyages.free, expedia.fr, blog-de-voyage.fr, abm.fr, (Le) routard.com…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts