Pratique innovante carnet de voyage et narration du voyage

Le ministère de l’Education Nationale a mis en place en avril 2013 le Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative (Cnire). Celui-ci propose une définition de l’innovation pédagogique : « Une pratique innovante est ainsi une action pédagogique caractérisée par l’attention soutenue portée aux élèves, au développement de leur bien-être, et à la qualité des apprentissages. En cela, elle promeut et porte les valeurs de la démocratisation scolaire. Prenant appui sur la créativité des personnels et de tous les élèves, une pratique innovante repose également sur une méthodologie de conduite du changement. Enfin, le partenariat permet à l’équipe d’enrichir son action grâce aux ressources de son environnement. Chacun de ces points ne suffit pas à lui seul, mais plusieurs combinés font d’une action une pratique innovante dans sa conduite et dans ses effets ». Aussi, l’INSPE Bordeaux a mis en place une UE “Projet personnel”, axée sur la pratique innovante en classe, dans le cadre du Master MEEF. Il s’agit pour les étudiants d’élaborer un ou plusieurs dispositifs (activité, séance, atelier, module) relevant d’une pratique innovante à mettre en oeuvre sur le terrain de leur stage puis de l’analyser pour en montrer la pertinence didactique et pédagogique. Dans le dispositif de pratique innovante «carnet de voyage», le changement et l’amélioration au regard des pratiques existantes dans l’apprentissage du savoir passe par la narration qui engage l’élève dans l’expression et la réalisation. Plus que la mise en projet, la pluridisciplinarité et l’expression en textes et en images, c’est la narration du voyage qui anime la motivation des élèves. Aussi, cette année, j’ai insisté sur la qualité du scénario du point de départ à l’arrivée au fil des étapes du voyage, en évoquant le préambule et l’épilogue de l’histoire.

Les étudiants ont majoritairement choisi la découverte culturelle en réalisant un itinéraire scénarisé à partir d’un album ou d’un personnage imaginé. La géographie a été initiée à partir de Google earth, Google maps et divers outils numériques. Des cartes sensibles ou sensorielles (géographie et arts) ont été réalisées pour tous les carnets mais aussi un itinéraire intermedia qui est illustré et géolocalisé, devenu alors le sommaire du carnet. De plus, des intervenants extérieurs ou des locaux interviewés ont été largement utilisés pour approfondir la connaissance culturelle d’un pays (parents d’élève, ATSEM, famille des stagiaires…).

Certains projets se sont appuyés sur l’imaginaire d’un album publié dont l’histoire exalte la motivation des jeunes pour voyager. Pour citer quelques titres de projets – carnets : Le fabuleux voyage de Pipoli (d’après Philippe Corentin) par Lou-Anne Kralik, Sur les pas de Philéas Fog (d’après Jules Verne) par Manon Leitao, Voyage dans les trois Afriques (d’après Daniel Pennac) par Agathe Parre et un voyage imaginé par la classe et Laurie Jeubert dans « Le voyage du singe Milo en Asie du Sud-Est », en maternelle Sur les pas de Gaston (par Marie Lanneluc et Marie Ripoll). L’histoire imaginée du petit singe Milo qui voyage en Thaïlande, au Viet-Nam et au Japon a mobilisé les échanges avec un habitant Thaï pour découvrir les instruments de musique et favoriser l’écoute musicale, de même pour découvrir les arts japonais (Origami, haïkus). Le voyage de Pipoli est parti d’une course d’orientation en EPS afin de classer les animaux rencontrés puis de réaliser un safari photos du Grand Nord à l’Afrique. Le Voyage dans les trois Afriques commence par des énigmes sur les trois zones géographiques selon les trois couleurs évoquées dans l’album : jaune (désert), verte (forêt équatoriale) et grise (savane) avec trois pays visités (Egypte, Kenya et Congo). Après avoir émis des hypothèses pour chaque couleur, les élèves ont réalisé des rédactions narratives à partir des photos, des objets apportés et de jouets africains testés, puis découvert le pays visité.

D’autres projets ont ciblé un pays, comme Chronique d’un voyage en Finlande (par Hélène Ciccone) et Bienvenue en Amérique Latine (par Thiphaine Perolle) qui donne la parole à trois personnages emblématiques de chaque pays tels que Coco, Padington et Malafa. Suite un projet ERASMUS de l’école, la Finlande est le sujet de la création d’un album de littérature de jeunesse mis en forme éditoriale. Deux personnages imaginaires sont les avatars de ce voyage fabuleux qui pourrait être publié par un éditeur de jeunesse. Pour l’Amérique Latine, c’est un projet sur toute l’année qui fait converger toutes les disciplines dans le cadre d’échanges scolaires virtuels et permet à l’enseignante de préparer sa propre mobilité internationale, envisagée à la rentrée prochaine.

D’autres carnets de voyage proposent un tour du monde culturel sur un art comme la danse ou la gastronomie. Dans Carnet de culinaire des spécialités régionales françaises (par Vanessa Casaux-Rolland), les élèves font un tour de France des pâtisseries ou spécialités régionales afin de découvrir une région d’un point de vue géographique (Corse, Provence…). La motivation sensorielle du goût est utilisée pour la découverte géographique de la France en lien avec les programmes d’enseignement afin de “se repérer dans l’espace, puis le questionner”. Dans Carnet de danses à travers le monde (par Fanny Marzat et Wafae Naim), le personnage Cheval part, durant la période de vacances, découvrir une danse : le flamenco à Madrid, la samba à Sao Paulo, la reggada à Marrakech et le jerrabe Tapatio à Mexico.

Les derniers carnets de voyage ciblent des villes comme Londres (Angleterre), Austin (Texas) ou Bend (Orégon) pour créer des carnets de voyage bilingues. Dans Let’s go to London, (par Loréa Chaldu et Julie Couton), deux classes CM1 et CM2 exploitent l’album « The Royal Baby’s Big Red Bus » de Martha Mumford et échangent sur leurs visites virtuelles de Londres 360°. Dans Carnet de voyage au Texas à Austin (par Clara Martin et par Océane Champagne), la lecture de l’album « Clément Aplati » (de Jeff Brown) fait l’objet d’une correspondance avec classe américaine sur les aspects culturels et utilisent un maximum d’outils numériques. Pour la maternelle, dans Echange interclasse avec l’Oregon, Lisa Prieto a imaginé des dictées à l’adulte préparant l’échange à venir avec une classe américaine.

Qu’ils soient voyages “tour du monde”, voyages “continent”, voyages “pays” ou voyages “ville”, tous ces carnets nous embarquent vers les apprentissages ! L’imagination à la Robinson forge la créativité. Le carnet de voyage a ainsi inspiré les éditeurs de manuels scolaires. En maternelle, l’objectif est en effet de croiser l’apprentissage précoce des langues et l’exploration du monde.  

Les Voyages de jazz sur les comptines et les langues du monde en maternelle publié par l’éditeur toulousain SED est exemplaire. Citons l’avant-propos de l’ouvrage pédagogique :

 Au cours de son voyage autour du monde, le personnage de Jazz découvre 12 pays et 12 langues : Allemagne (allemand), Amérique (anglais), Algérie (arabe), Chine (chinois mandarin), France (créole réunionnais), Espagne (espagnol), Italie (italien), Congo (lingala), Pologne (polonais), Portugal (portugais), Russie (russe), Turquie (turc). Durant ce voyage, les élèves découvrent 12 comptines très simples permettant d’entraîner tant leurs capacités d’écoute, de mémorisation et de concentration que leurs aptitudes phonologiques. Grâce à des activités sensori-motrices, manuelles ou phonologiques, les élèves appréhendent la culture de chacun des pays visités et les spécificités linguistiques des diverses langues rencontrées.

Ainsi, au-delà de la fonction première d’éveil à la diversité linguistique et culturelle, Les Voyages de Jazz favorise la fréquentation des langues étrangères pour mieux maîtriser la langue de l’école et développer l’ensemble des mécanismes inhérents à l’apprentissage du langage en général.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage des fruits exotiques au carnet de commerce équitable

Découvrir l’origine géographique de fruits et de légumes est un projet que nous menions avec mes élèves chaque année dans le cadre de projets en SVT, Sciences de vie de la terre, et en Histoire. Que de souvenirs pédagogiques passionnants (il y a 25 ans déjà dans l’Académie de Reims) ! La carte des fruits et des légumes évoque en effet un voyage à l’échelle du monde et l’histoire des découvertes des Terrae Incognitae autant que des échanges culturels et commerciaux. Une passionnante rencontre pour l’Europe !

Aborder l’histoire par le sensoriel, ici le sens du goût, est un objectif fort motivant pour de jeunes élèves, notamment en école primaire. L‘éducation à l’alimentation et au goût y est privilégiée, en abordant les différentes dimensions de l’alimentation (nutritionnelle, sensorielle, environnementale et écologique, culturelle et patrimoniale) afin de consommer responsable (voir l’ouvrage publié par Canopé en 2019). Croiser l’histoire et les SVT, Sciences et vie de la terre, est fort pertinent. En effet, au contact de l’Orient avec la route de la soie et des croisades, les fruits d’Extrême-Orient sont arrivés en Europe via le monde arabe : par exemple, l’abricot originaire de Chine et les agrumes venus des contreforts de l’Himalaya dont l’orange introduit par les Portugais. Lors des Grandes Découvertes, de nombreux fruits ont été rapportés des Amériques Centrale et Latine : l’ananas de Guadeloupe, le cacao et l’avocat et la tomate du Mexique, la fraise du Brésil. L’avocatier originaire du Mexique est cultivé et apprécié à travers le monde entier pour son apport en vitamine D. Quant à la banane originaire du Sud-Est asiatique puis cultivée en Afrique (Madagascar en premier), elle s’est répandue comme un aliment nutritif lors les guerres mondiales européennes afin de nourrir les troupes de soldats sur les fronts de guerre. Mais on pourrait demander à nos élèves de découvrir un fruit endémique de nos belles Antilles, de Martinique ou de Guadeloupe, via une recherche sur l’Internet ou une correspondance e-Twinning avec une classe antillaise : corossol, pomme cannelle, ti-coco, cachiman, pomme-jardine… Que de fruits à déguster !

Les carnets de voyage deviennent alors des carnets d’échanges commerciaux, des carnets des plantes vivrières qui voyagent au fil des siècles mais aussi des carnets de commerce équitable, souvent solidaire, selon le suivi de règles et de valeurs. Il s’agit d’une initiation à l’économie et aux enjeux contemporains de l’agriculture et du marché alimentaire.

Le PPN, Projet pédagogique numérique carnet de voyage intitulé « L’incroyable voyage de Marjo, la fève de cacao » d’Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige retrace le voyage d’une fève de cacao de la culture, de la transformation à sa consommation sous diverses formes, en somme du champs à l’assiette. Il se finalise par la visite du musée du chocolat en Dordogne et l’étude de la CIDE (Convention internationale des droits de l’enfant) au sujet du travail des enfants dans les cultures de cacao. Différents écrits spécifiques (une interview, un récit de voyage et de compte-rendu) retracent les étapes de la culture de la fève de cacao, sa composition et les différentes étapes de sa transformation en vue de sa distribution commerciale. La narration met en scène le personnage de Marjo qui conclue l’épilogue du carnet, selon les propos des enseignants stagiaires  :“Je vous ai rencontrés les CE2 ! Vous attendiez ma venue dans l’atelier avec impatience ! Grâce à vous, je me suis transformée en un magnifique chocolat délicieux. Je suis en vitrine et tout le monde m’admire. Je brille de mille feux ! Quel beau voyage ! Que de belles rencontres ! Et me voilà resplendissante ! Je vous le dis les amis : voyager donne bonne mine ! Quelle vie incroyable on mène quand on est une si petite fève de cacao comme moi“. Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige expliquent la plus-value de l’outil pédagogique : “Le carnet de voyage permet de construire une valeur citoyenne : le vivre ensemble. Le carnet de voyage invite à partager sur la vie de l’autre et une culture différente. De plus, le vivre ensemble permet aux élèves de comprendre les enjeux écologiques cachés derrière la consommation, notamment pour la fève de cacao, et également les enjeux éthiques (emploi d’enfants dans les champs de cacaoyer) tout en appréhendant l’importance d’un commerce équitable et responsable.”

En effet, au fil du projet, les apprentissages pluridisciplinaires sont multiples :

  • Identifier les espaces géographiques de culture des fèves de cacao à partir de douze de documents vidéo au TBI et d’autant de questionnaires à partir du planisphère.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le cultivateur de cacao. Tablettes : filmer et photographier le processus de création et la trame de la rédaction.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différents moyens de transports de la fève de cacao du point de culture jusqu’à son arrivée en France métropolitaine.
  • Identifier les questions environnementales
  • Réaliser le schéma d’une cabosse.
  • Identifier les principales problématiques et les principaux enjeux écologiques de la culture (et de la consommation) de la fève de cacao.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le chocolatier.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différentes étapes de fabrication du chocolat.
  • Reconnaître les bienfaits et méfaits du chocolat.
  • Rédiger le texte du carnet de voyage de Marjo la fève de cacao.
  • Réaliser les vignettes mettant en scène Marjo la fève.

Bibliographie :

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet intergénérationnel, outil pédagogique

Dans le cadre du Master 2 MEEF à l’INSPE de l’Académie de Bordeaux, nous avons initié un projet pédagogique numérique sur l’intergénérationnel et plus précisément sur « le carnet de voyage intergénérationnel ».  L’ouvrage Carnet de voyage intergénérationnel écrit par Carole Gadet et Diane Sorin a été publié par les éditions de l’Atelier en 2010. Albert Jacquard se fait l’écho de l’expérience des auteurs sur une dizaine d’années : « Les humains ont fait ensemble l’humanité. C’est notre legs. Il nous appartient de faire en sorte que l’humanité continue à faire de nous des humains. J’aimerais que ce livre puisse contribuer à cette tâche et, ce faisant, qu’il déborde le vocable, trop étroit à mon sens, de l’intergénérationnel pour inviter chacun à voyager d’une génération à l’autre afin d’apprendre à devenir ensemble. »

Aussi, avons-nous décliné cette piste éducative en production numérique en classe. En vue du projet PPN, Projet pédagogique numérique, auprès des élèves de primaire, nous avons demandé l’usage de trois outils numériques au fil de l’année : la carte mentale pour la gestion du projet, le tableau de bord pour la mise en œuvre et la production – présentation du carnet de voyage numérique pour la communication aux parents d’élèves. Les stagiaires Professeurs des écoles ont lancé un projet afin que leurs élèves puissent produire leur carnet de voyage en relation avec leurs grands-parents. De nombreuses thématiques ont été envisagées : l’histoire des moyens de communications interpersonnelles ou médiatiques, l’évolution de la classe (musée de l’histoire de l’éducation), le changement des modes de déplacement, l’essor du tourisme de masse et des vacances (camping, village de vacances, pratiques sportives…), la place de la femme dans la société…Nous retenons le PPN Projet pédagogique numérique intitulé « Carnet de voyage intergénérationnel : les modes de communication à travers le temps » de Claire Cadene et Amandine Thierry ; elles l’ont proposé dans le cadre de l’EMC, éducation morale et civique, pour une classe de CE2. Ce voyage dans le temps part à la découverte des modes de communication et de leurs évolutions dans le temps afin de « questionner le temps » (programme d’enseignement en histoire) et l’impact de certains modes de communication sur l’environnement (programme d’Education au Développement Durable, rentrée 2021). Il s’agit de confronter les élèves à des modes de vie différents dans le temps et dans l’espace en proposant des activités de recherche documentaire et de représentation du temps. Ce travail de groupe en EMC, éducation morale et civique, vise à communiquer, justifier, argumenter et remettre en question les représentations ou les opinions. Mais c’est en français que les apprentissages visés ont été plus exigeants :

  • l’oral :  mise en voix des saynètes autour de l’utilisation du téléphone à cadran,
  • la lecture : partage de documents authentiques (vieilles lettres, télégrammes…),
  • l’écriture : expérimentation de l’écriture à la plume mais également lors de la production d’écrits,
  • l’étude de la langue : lexique des objets anciens et de l’expression des émotions.

Claire Cadene et d’Amandine Thierry explicitent leur démarche pédagogique :

« Au retour des vacances, les élèves ont pu exploiter les enquêtes menées mais également partager les traces du passé rapportées au cours de leur recherche : des lettres, photos, anciens télégrammes, téléphones, des plumes et encriers… Le fait que le questionnaire soit construit par les élèves et qu’ils aient à mener eux-mêmes leur enquête a été déterminante dans leur implication et leur motivation vis-à-vis du projet. Le voyage a alors pu commencer et nous avons voyagé dans le temps en amenant les élèves à construire des frises chronologiques montrant l’évolution des différents modes de communication dans le temps comme le téléphone ou l’écriture ; mais également en leur faisant vivre un saut dans le temps pour expérimenter physiquement ces anciens modes de communication (jouer des scènes d’usage d’objets tels que le téléphone à cadran dans le quotidien des parents ou écrire à la plume à l’école des grands-parents…) ». Ces enseignantes stagiaires concluent sur leur intérêt de l’intergénérationnel dans leur pratique de projet : « Les élèves ont ainsi comparé des modes de vie dans le temps et ont appris à se repérer dans le temps à l’échelle de leur famille, ils ont fait évoluer leur manière de travailler en groupe et de communiquer ensemble et ont expérimenté des outils et des techniques de communication qui les ont amenés à se poser des questions et à remettre en cause leurs représentations initiales. Ce projet a été en fait mené dans une véritable démarche d’investigation. »

C’est proposer aux élèves de mener une enquête à partir d’une situation problème proposée par la professeur. Une démarche scientifique s’appuiera nécessairement sur des faits, des observations, des mesures.

Exemples d’actions éducatives afin de faciliter les relations entre générations :

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage sur les pas de Champollion

Nous célébrons le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes. En effet, le 27 septembre 1822, à Paris, Jean-François Champollion expose, à 32 ans, devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ses découvertes relatives aux hiéroglyphes. Il offre ainsi au monde la connaissance des noms des pharaons bâtisseurs des pyramides, le déchiffrement des livres des morts trouvés dans les tombeaux et la compréhension d’une langue et d’une littérature perdues. Après avoir pu déchiffrer les hiéroglyphes, Champollion voyage beaucoup entre 1822 et 1830 : Turin, Rome, Florence, Genève, l’Égypte, la Nubie… afin de lire les écrits égyptiens sur toutes les inscriptions accessibles. Champollion a donc voyagé dans un but intellectuel afin de parachever sa recherche : voir l’extase du voyage.

Aussi, proposer en classe (CM1, CM2, 6e, 5e) un projet de « carnet de voyage sur les pas de Champollion » semble-t-il pertinent car il permettrait de relier le voyage à la recherche scientifique, d’appréhender le voyage comme une quête de connaissances et d’initier à l’égyptologie. Donc, parcourir les villes de ce voyage, c’est tisser leurs liens avec l’archéologie, les sites antiques, le patrimoine écrit et les lieux de conservation (musées et bibliothèques). Afin de réaliser un « carnet des hiéroglyphes », le musée Champollion de Figeac met à disposition des fiches sur les écritures aux cycles 2, 3 et 4 et le musée Médard lance un projet intitulé « Du papyrus à la photographie »

La sensibilisation à l’égyptologie a émergé lors de l’expédition d’Egypte par Bonaparte, puis a pris son essor avec Champollion; elle ouvre sur la médiatisation de l’Orient au 19e siècle. En effet, les archéologues racontent à travers la presse leurs découvertes alors que l’époque est propice à un Orient rêvé et merveilleux : « les fabuleuses découvertes en Egypte » que retracent Laurence Michel dans son ouvrage publié par les éditions Elytis. Bien sûr, nous pourrions aussi envisager un carnet d’expédition en Egypte, à partir de la campagne lancée par Napoléon Bonaparte de 1798 à 1801. L’expédition d’Egypte est encadrée par cent cinquante savants de toutes les disciplines scientifiques dans le but ultime de publier une encyclopédie de l’Egypte, une entreprise prônée par les Lumières. La somme est publiée sous le titre « La description de l’Egypte » et elle est disponible en ligne sur Gallica de la BNF. Nous pourrions aussi partir « Sur les pas de Louis François Cassas à Alexandrie » comme le propose Philippe Delord dans  son carnet de voyage publié par l’éditeur Gallimard.

Le bicentenaire 2022 va offrir de nombreuses ressources pour la rentrée. Notre grand égyptologue français est né à Figeac et cette ville va célébrer ce personnage historique au mois de septembre.

La Bibliothèque nationale de France BNF lance l’exposition « L’aventure Champollion : dans le secret des hiéroglyphes » à partir du 12 avril 2022.

Près de 350 pièces – manuscrits, estampes, photographies, papyrus, sculptures… – issues des collections de la BnF et de prêts exceptionnels – notamment du musée du Louvre et du museo Egizio de Turin – viendront initier le public à la « méthode Champollion » et redonner vie à une civilisation qui fascine encore aujourd’hui. L’exposition révèle la figure du père de l’égyptologie mais aussi de l’homme que fut Champollion, son ardeur, son immense curiosité, son tempérament, comme ses qualités littéraires.

Quelques projets éducatifs sur l’Egypte ancienne :

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de recherche et de terrain à l’université

La démarche ethnographique repose sur l’enquête, l’interview, le carnet de reportage, le carnet de terrain…Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans le Manuel d’ethnographie publié en 1947 par Marcel Mauss. Ses Instructions d’ethnographie descriptive proviennent de son cours : «Il s’agit aujourd’hui de mener des études précises et profondes sur des données étroites, avec des méthodes rigoureuses, et non d’aboutir, à une sorte de petit panthéon des faits sociaux bien choisis, curieux, exceptionnels ou typiques où les sociologues puiseront pour leurs besoins d’exemplification ».

L’ethnographie est la méthode spécifique à l’ethnologie. Elle consiste à observer et décrire un environnement. 

  • Enquête par distanciation : à s’étonner de ce qui semblait le plus familier (ce que nous vivons quotidiennement dans la société où nous sommes nés ou qui nous accueille depuis longtemps).
  • Enquête par dépaysement : à rendre plus familier ce qui paraissait originellement étrange et étranger (les comportements, les croyances, les coutumes des sociétés qui ne sont pas les nôtres).

Telle est l’expérience même de l’ethnographie qui s’appuie sur diverses techniques : l’écriture, la photographie, la cartographie, la vidéo, l’entretien, etc.

Le chercheur François Laplantine explicite la description ethnographie« Un regard si ce n’est inquiet, du moins questionnant, qui part à la recherche de la signification des variations. C’est la raison pour laquelle il convient sans doute maintenant de différencier deux termes dont l’un est sans doute mieux qualifié que l’autre pour désigner l’entreprise ethnographique : voir et regarder. »

Pourquoi proposer une formation au carnet de recherche intermédia à l’université ? Qu’apporterait sa pratique à l’étudiant ? 

  • Evoquer une réalité sociale ou un fait de société à partir d’un ancrage dans le réel à partir d’un voyage vécu, proche ou lointain.
  • Observer et prendre le temps pour s’approprier un savoir, construire et faire sienne une observation.
  • Questionnement en situation : poser une question c’est utiliser ce que l’on sait pour la concevoir et la formuler. Changer de questionnement et de situation permet d’évoluer.
  • Favoriser une distanciation critique et questionner les représentations, le changement de repères et d’autres référents culturels issus de la confrontation à l’Autre.
  • Susciter la recherche d’information et l’investigation sur le terrain par l’écriture (interview, enquête…) et par l’image (dessin d’observation, croquis sur le vif, photographie, film…).
  • Mener une recherche qui est personnelle : tâtonnements, pistes, hypothèses, vérifications, conclusions. Cet état d’esprit du chercheur éveille à la découverte de son environnement.
  • Mettre en exergue un angle et un point de vue personnel afin de réaliser une œuvre originale.
  • Appréhender sur son cheminement, son fonctionnement et l’analyse de ses modes d’apprentissage : dispositif de métacognition. Permet de mieux mobiliser ses savoirs et ses compétences.

Nous pourrions élargir notre réflexion sur les apports de cet outil à la formation universitaire. En effet, comment un carnet (intermédia) ouvre t-il le champs disciplinaire enseigné à l’université ? Cette ouverture est-elle un enjeu pour l’enseignement universitaire ? Comment investir le terrain et la recherche par l’écriture, le dessin, l’audio-visuel et surtout le numérique ? En quoi les arts graphiques seraient-il un médium pour la recherche ? Comment les outils numériques (tablette graphique, SIG, mindmap…) facilitent-ils la prise de notes et le rendu de la pensée du chercheur in situ ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Escape game pour éduquer à la santé

Éduquer à la santé et à la responsabilité, c’est permettre à l’élève d’acquérir les moyens d’un regard critique vis-à-vis de son environnement (l’apprentissage de capacités), de connaître les comportements et leurs effets (l’apprentissage de connaissances) et de développer ses compétences personnelles, sociales et civiques (le développement d’attitudes). Comme il s’agit de proposer une pédagogie de projet, alors l’escape game pourrait être un outil d’éducation à la santé et de sensibilisation au bien-être. Il est utilisé dans les classes pour remotiver et créer une émulation, apporter du ludique dans les apprentissages. Un escape game pédagogique est un vivier de compétences et attitudes à développer chez les élèves via une mise en situation et action. D’après la définition de Sylvain Connac, « la coopération est l’ensemble des situations où les élèves produisent ou apprennent à plusieurs, impliquant du partage de désirs et de la générosité réciproque. Ils œuvrent et agissent ensemble. ». Olry-Louis en 2011 ajoute que c’est « la façon dont les membres d’une dyade (binôme) ou d’un groupe donné, confrontés à un apprentissage particulier, rassemblent leurs forces, leurs savoir-faire et leurs savoirs pour atteindre leurs fins. ».

En formation Master MEEF M1 « encadrement éducatif », nous avons listé une quinzaine de thématiques sur l’éducation à la santé, les plus demandées concernent la prévention des conduites addictives mais aussi la découverte des neurosciences. Les interactions entre le corps et le cerveau peuvent faire en effet l’objet de nombreux projets sur la santé : les enjeux du sport, de l’alimentation, de la gestion du stress… mais aussi les impacts de l’environnement sur la santé en lien avec l’EDD. De plus, les incidences psychologiques sont aussi autant de pistes de réflexion : l’image de soi, la dépression, le stress, le décrochage scolaire, le mal-être, l’anorexie, la protection des mineurs en danger…

Le stage en établissement scolaire sera l’occasion d’améliorer les énigmes des jeux d’évasion et d’échanger avec l’enseignante de SVT et l’infirmière scolaire sur la validité du contenu et avec l’enseignante-documentaliste pour la mise en forme numérique. D’autant plus que la 24e semaine du cerveau lancée par la Société des Neurosciences se déroule du 14 au 20 mars et porte sur la vulnérabilité du cerveau des adolescents. La plateforme Pégase de Canopé facilite la conception des parcours d’activités numériques et pédagogiques pour les appareils mobiles (tablettes et smartphone sous android et ios) et permet donc de créer un jeu de piste, une visite de musée, un escape game, un parcours pour une journée portes ouvertes ou même une course d’orientation.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage épopée médiévale

Le carnet de voyage est né probablement à l’époque médiévale, à mi-chemin entre le guide de pèlerinage et le récit vécu du pèlerin. D’ailleurs, la chercheuse Christine Gadrat – Ouerfelli l’explique dans son article « Des carnets de voyage au Moyen Âge ? », publié dans Viatica en 2018. Il est aussi nourri de l’imaginaire, des légendes et des mythes de la culture populaire. Tout dépend du sens que l’on souhaite donner au terme de “voyage” mais aussi de “carnet” comme recueil littéraire ou journal personnel.

Dans le cadre de la formation au Master, j’ai proposé aux étudiants en Allemand, qui se destinent aux métiers de l’enseignement, d’initier un “carnet d’épopée médiévale” sur les pas des Nibelungen le long du Rhin. Cette épopée qui narre le combat de Siegfried contre un dragon, daterait de la diffusion de la Chanson des Nibelungen aux alentours du 13e siècle. Elle est inspirée des mythologies scandinaves et germaniques et marque l’installation de la lignée des Burgondes sur le Rhin entre Mayence et Worms au IIIe siècle. Cette Iliade allemande (selon Peter Andersen), qui est donc une référence de la littérature et de la culture germanique, a eu de nombreux échos dans la littérature médiévale. Puis, au 20e siècle, elle est devenue une source d’inspiration pour la littérature Fantasy ou le merveilleux comme pour Tolkien lors de l’écriture de son roman « Le Seigneur des anneaux ». Mener un projet sur l’épopée des Nibelungen pourrait donc trouver des passerelles avec plusieurs disciplines d’enseignement, notamment le Français qui aborde un genre littéraire apprécié des élèves, le merveilleux ou la littérature Fantasy.

Par ailleurs, les historiens ont initié des recherches sur le trésor perdu des Nibelungen et ont investi l’archéologie pour essayer d’en trouver les preuves. Ainsi, deux documentaires ont été diffusés sur la chaîne Arte à propos de cette énigme qui nourrit le mythe : Sur les traces du trésor des Nibelungen et Les Nibelungen, l’envers du décor. Ainsi, l’enseignant d’histoire peut se fédérer à ce projet pédagogique et expliciter aussi comment l’épopée a inspiré la culture germanique et l’histoire des arts. L’opéra de Wagner « L’or du Rhin », créé en 1869, annonce « l’héroic Fantasy » avant la lettre. De plus, elle inspire aussi le cinéma contemporain dont le cinéaste Fritz Lang qui réalise en 1924 le film « Die Nibelungen ». Un enseignant d’Allemand propose d’ailleurs un dossier pédagogique conséquent sur le site de l’Académie de Versailles destinés aux élèves de 4e LV1 et 3e LV2. En arts visuels, des recherches sur les représentations mythiques du dragon, de l’anneau d’or et de Siegfried pourraient être menées, notamment à partir de l’album “Siegfreid et le dragon” de Pierre Coran et de Charlotte Gastaut publié par les éditions Flammarion.

Le cadre culturel étant posé, nous pouvons alors nous demander comment permettre aux élèves d’entrer dans l’épopée à partir de leur perception contemporaine. Comment les faire voyager dans le temps pour remonter à l’époque médiévale ? En classe inversée, deux médias pourraient être proposés comme une entrée motivante dans le projet pour un public adolescent : un jeu vidéo et un film d’aventure. « Ring : l’anneau des Nibelungen » est un jeu d’aventure créé par la société Cryo et qui reprend l’univers de l’opéra de Wagner et dont le design a été confié au dessinateur français Philippe Druillet. Le film d’aventure « Le trésor perdu de Charlemagne » réalisé en 2014 par Ralf Huettner et Derek Meister serait un média pertinent afin de susciter la curiosité des élèves pour démarrer le projet. La version VO sous-titrée serait un pont vers le travail en classe de langue. Notre carnet de voyage épopée médiévale nécessite un voyage au fil du Rhin, donc un point de départ : nous pensons à celui du film qui est la cathédrale de Cologne et qui permettrait de faire voyager autant dans l’espace que dans le temps. Ensuite, le musée des Nibelungen de Worms serait la première étape du voyage pour comprendre le socle culturel germanique et remonter jusqu’à l’époque médiévale.

A travers l’articulation de ce projet pluridisciplinaire (Allemand, Lettres, Histoire, Musique et Arts visuels) sur les Nibelungen, il s’agit de questionner les moyens de mise en œuvre pédagogique : comment procéder ? Quelles en sont les étapes ? Comment organiser et structurer le projet en une séquence ? Quelles exigences prendre en compte en vue de la mise en projet ? Comment intégrer le “transmédia storytelling” (selon Mélanie Bourdaa et en référence au projet mediaNum) dans ce projet pédagogique ? 

Nous avons défini six étapes nécessaires à la gestation du carnet de voyage épopée médiévale – escape game. Le jeu d’évasion apporte en effet une dynamique au travail d’expression personnelle, aussi nous préférerions le nommer « carnet de voyage – escape game » ou « carnet-jeu de voyage » ou encore plus simplement « carnet d’évasion » transmédia. Ci-dessous les étapes nécessaires au travail pédagogique transmédia :

  1. La narration du carnet de voyage est à énoncer depuis le point de départ jusqu’au point d’arrivée du voyage le long du Rhin à partir d’une carte géolocalisée (outil numérique à déterminer Google maps, Google earth…). “Vous tracerez votre itinéraire sur une carte, soit une étape géolocalisée par énigme (avec un ou deux indices / ressources)”.
  2. Ensuite, il s’agit de créer des énigmes à résoudre pour chaque lieu. Chaque énigme nécessite l’analyse d’un document numérique (varier les types) et des indices à énoncer si la réponse est difficile à trouver. “A partir des ressources sélectionnées, vous proposerez quelques énigmes pour l’escape game le long du Rhin”.
  3. Chaque élève devra réaliser son carnet de voyage en textes et en images à créer pour son carnet de voyage épopée. “Vous proposerez des modalités d’expression personnelle afin de tisser les liens entre le jeu et le carnet de voyage”.
  4. Une narration doit permettre l’entrée dans le jeu. “En introduction, vous rédigerez le début de l’histoire de votre carnet de voyage – escape game. Les élèves en seront les héros et résoudront les énigmes au fil de l’itinéraire imaginé”.
  5. La formalisation numérique de l’escape game nécessite l’utilisation d’un outil numérique adapté. “Vous évoquerez comment intégrer la narration transmédia dans la mise en forme numérique et favoriser la circulation médiatique que l’élève construira au fil du voyage”.
  6. La mise en oeuvre en classe exige de penser les modalités, de créer une émulation et d’envisager une évaluation. “Vous penserez en équipe l’alignement pédagogique et vous anticiperez les difficultés qui pourraient se poser pour la mise en oeuvre”.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Apprendre une langue via la pratique des arts visuels

Selon trois objectifs : témoigner de son vécu, exprimer sa sensibilité et relater son vécu émotionnel.

Depuis plus d’une vingtaine d’années, alors que le carnet de voyage a été distingué du Label européen des langues en 2011, mon intérêt se porte sur la pratique pédagogique d’associer la pratique d’une langue à la pratique artistique. En quoi les arts visuels aideraient-ils l’apprentissage des langues vivantes ? Quand on envisage d’évoquer “l’expression personnelle”, il s’agit de témoigner de son vécu, de ses émotions, de s’exprimer, donc concilier les deux pratiques, langagière et artistique, forge le vécu émotionnel. Parler une langue, c’est entrer dans une culture et une pensée autre, or dessiner ou peindre semble un langage universel qui permet les échanges sans communiquer verbalement. Associer la parole à l’image permet alors une double expression complémentaire qui touche à l’intime, l’authentique et au vécu. Le carnet de voyage est ainsi utilisé comme outil pour l’enseignement du FLS, français langue seconde, mais aussi du FLE, français langue étrangère, ou le FLS, Français langue spécifique. Certains manuels scolaires de FLE, telle la collection Alter Ego, insèrent le carnet de voyage en conclusion de chaque chapitre, cependant il s’agit surtout dans ce manuel de résumer et de favoriser la prise de notes sur un aspect culturel.

La pratique médiatique est souvent plus valorisée que la pratique artistique. Aussi, les compétences de la communication audiovisuelle ou numérique via un blog sont-elles à différencier de celles exigées dans les arts graphiques. En quoi créer une page de carnet de voyage donnerait-elle un supplément “d’âme” à l’expression orale ? Avant de s’exprimer, chaque pensée est visualisée puis devient verbale. Donc dessiner d’abord avant de formaliser à l’oral serait probablement très formateur dans le cadre de l’apprentissage des langues. Une recherche en sciences cognitives et en neurosciences sur ce sujet est en effet pertinente.

Pour les élèves allophones ou les élèves migrants, le carnet de voyage a été préconisé depuis de nombreuses années comme un outil pédagogique porteur d’apprentissages par l’éducation nationale (voir le concours scolaire “Carnet de voyage”), pratique promue par le CASNAV de Bordeaux depuis 2014. Auparavant, les enseignants Terrades, Olivier, Richard Talagrand, et Nathalie Auger, avaient proposé une recherche menée en « Ateliers littérature et arts pour entrer dans le français langue seconde » (Éla. Études de linguistique appliquée, vol. 147, no. 3, 2007. pp. 339-348). D’ailleurs, le guide Cultiver les langues, produit par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) du ministère de la culture et de la communication, propose un état des lieux des bonnes pratiques existantes dans le champ de l’éducation artistique et culturelle, en lien avec la pratique des langues. 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Analyser un carnet de voyage

L’analyse d’un carnet de voyage nécessite une démarche méthodologique que j’ai pu décrire à partir d’une démarche heuristique mise en forme dans une carte mentale en ligne intitulée “Analyser un carnet de voyage”. Cinq étapes pourraient être déterminées :

  1. Déterminer l’objectif lié au voyage
  2. Définir l’objet carnet
  3. Quelles notions interrogées ?
  4. Comment définir l’acte créatif ?
  5. Comment définir l’apport formatif ?

Cette analyse permet aussi de définir les critères nécessaires à la réalisation d’un carnet de voyage. Cette méthodologie est utilisée dans la formation des étudiants internationaux au carnet de voyage dans le cadre de leur mobilité internationale à l’université de Bordeaux et à l’INSPE.

Il me semble en effet important de revenir sur les apports formatifs que suscitent la réalisation d’un carnet de voyage intermédia. Plusieurs compétences sont mises en exergue par cet outil pédagogique :

  • A quoi sert l’observation ? Elle fait prendre conscience de la perception par les cinq sens.
  • A quoi sert la prise de notes ? Elle favorise la mémorisation.
  • Pourquoi mettre à distance ? Pour mettre en oeuvre la réflexivité.
  • A quoi sert la confrontation ? Pour exercer l’esprit critique.
  • En quoi l’altérité est-elle formatrice ? Pour éduquer à l’interculturel.
  • Pourquoi exprimer son intimité ? Pour initier la construction de soi.
  • Que favorise l’inspiration ? Elle suscite la créativité.

Les parcours universitaires de l’université de Bordeaux proposent une UE d’ouverture qui pourrait investir le champs du carnet intermédia, de voyage ou de recherche.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du livret de citoyenneté au carnet d’engagement

L’éducation à la citoyenneté s’appuie sur le livret du citoyen donné à la majorité ou dans le cadre d’une demande de naturalisation mais aussi sur le livret de citoyenneté transmis en fin de classe de troisième. Dans le cadre du Parcours Citoyen, un livret de citoyenneté est en effet transmis à chaque élève au terme de la scolarité obligatoire afin qu’il dispose d’un document rassemblant les grands principes de la citoyenneté et qu’il puisse attester du niveau de leur engagement. Il est remis aux élèves en même temps que le diplôme national du brevet : Il porte sur les obligations ou les engagements personnels, qui s’ouvriront à eux dès 16 ans.

Cette démarche de valorisation de la citoyenneté pourrait en effet se prolonger au lycée par un « carnet d’engagement » impulsé lors de la Semaine de l’engagement du mois d’octobre. « À l’occasion d’un temps de sensibilisation d’au moins une heure, les lycéens prennent connaissance de leurs droits et devoirs, découvrent le fonctionnement des instances lycéennes et la vie de l’établissement, rencontrent et échangent avec leurs représentants lycéens… ». Cette manifestation nationale pourrait-être l’occasion d’une mise en projet pour les élèves délégués et du lancement d’actions éducatives qui favorisent le vivre ensemble. En 2000, avait été lancé le programme Envie d’Agir, coordonné par la D.J.E.P.V.A. – Haut Commissariat à la jeunesse qui avait apporté un soutien pédagogique, technique et financier permettant d’accompagner les jeunes dans la réalisation de leurs projets (cf au BOEN n°39, 8 octobre 2009 : L’éducation au développement et à la solidarité internationale).

Comment alors proposer un « carnet d’engagement » dans le cadre d’une démarche lycéenne ? De nombreuses questions sont à soulever : Comment le valoriser à partir de curricula ? A travers la réalisation d’un portfolio des compétences mobilisées au lycée ? Comment serait-il validé ?  A partir de quelles actions portées par le lycéen ? Quels en seraient les objectifs ? Quelles seraient les compétences mobilisées ?

L’objectif visé serait certes le vivre ensemble et le respect de chacun mais aussi la mise en œuvre d’une réflexion sur les responsabilités personnelles et collectives. L’EMC, éducation morale et civique s’inscrit en effet dans deux registres de citoyenneté : l’un vise à cultiver le sentiment d’appartenance à la communauté des citoyens, l’autre développe la volonté de participer à la vie démocratique qui peut déjà trouver à s’exercer en milieu scolaire. Mais comment valoriser l’engagement associatif et bénévole des jeunes au sein du cursus lycéen ?  Certains mouvements d’éducation populaire, tels que les Francas l’envisagent. Quant à La Ligue de l’enseignement, elle promeut l’expression lycéenne, l’engagement dans la vie de son lycée, l’ouverture au monde en passant son BAFA ou en projetant une mobilité internationale.

Aussi, valoriser les initiatives, le bénévolat et les projets personnels est-il un enjeu éducatif du lycée afin de préparer l’avenir : devenir un étudiant, responsable, citoyen et engagé à l’université.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage collaboratif – escape game le long du Rhin

La région allemande Rhin-Ruhr (Ruhrgebiet) est une grande aire urbaine estimée à douze millions d’habitants. Cette large conurbation s’étend de la région de la Ruhr au Nord jusqu’à Düsseldorf, Wuppertal et Cologne au Sud. La Rhénanie est une région riche et fondatrice de l’Allemagne contemporaine, mais dont l’essor date de l’époque médiévale avec l’expansion des villes de la Hanse (Ligue Hanséatique) : Duisburg est devenu depuis le plus grand port fluvial d’Europe. De plus, concernant toujours le Patrimoine historique, le Rhin Romantique (vallée du Haut Rhin Moyen) entre Bingen et Coblence sur 65 Kilomètres est classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 2002. Il est bordé de châteaux et sa renommée provient de la Lorelei, rocher et mythe légendaire. Le Rhin traverse quatre pays de la Suisse aux Pays-Bas et passe donc en France et en Allemagne. A noter qu’il possède deux sortes de deltas des Alpes à la Mer du Nord : en amont celui du Lac de Constance (Bodensee) en Suisse et en aval, celui du Rhin – Meuse avec Rotterdam aux Pays-Bas avec ses Polders (voir le Waal et le Plan Delta). Dans le cadre de la formation Master 1 en Allemand à l’Université Bordeaux – Montaigne, il s’agit d’imaginer un projet pédagogique pluridisciplinaire le long du Rhin à partir d’une démarche de projet selon les objectifs d’apprentissages en Allemand et le niveau de classe visé. Aussi, en premier lieu, l’objectif est de définir toutes les facettes du Rhin (géographie, économie, régions, histoire, peuple, arts, légendes…), ce qui facilite la mise en projet. Les consignes données aux étudiants portent sur leur capacité créative d’imaginer une activité ludique et mobilisante.

En classe du second degré, l’escape game est utilisé pour remotiver et créer une émulation, et surtout apporter du ludique dans les apprentissages.

Un escape game pédagogique est un levier pour mobiliser les compétences et les attitudes à développer chez les élèves sous condition d’une mise en situation et action. D’après la définition de Sylvain Connac, « la coopération est l’ensemble des situations où les élèves produisent ou apprennent à plusieurs, impliquant du partage de désirs et de la générosité réciproque. Ils œuvrent et agissent ensemble. ».

 

Le Rhin romantique est une source d’inspiration en littérature en lien avec le patrimoine et pourrait devenir le sujet d’un projet artistique et culturel dans le cadre du parcours EAC. Ce fleuve créa l’Allemagne, aussi les élèves pourraient-ils analyser les deux poèmes Die Loreley de Heinrich Heine et Der Rhein de Friedrich Hoelderlin, en expliquant leur lien avec le fleuve. Le mythe de la Lorelei si renommée en Allemagne pourrait inspirer le scénario d’un escape game pédagogique à la découverte du patrimoine et des châteaux disséminés le long du Rhin. L’itinéraire parcouru est alors retranscrit sur une carte légendée et le texte des poèmes est inséré afin de passer d’un lieu à l’autre à travers leur lecture spatialisée sur la carte. Ce projet illustre le thème didactique « mythe et territoire » préconisé selon les programmes de la classe de terminale et cette carte imaginaire pourrait aussi être approfondie en cours de Français par les œuvres de Victor Hugo et d’Apollinaire : voir les documentaires d’Arte “L’invitation au voyage”. En effet que retenir du regard des écrivains français confrontés au mythe du fleuve ?

Nous souhaitons donc combiner expression, coopération, interaction et ludique à travers la production d’un carnet de voyage collaboratif – escape game le long du Rhin. A votre créativité ! Laissons-nous guider le long du Rhin entre légendes, sites patrimoniaux, villes fluviales dans la grande région économique de l’Europe ! Le Rhin économique pourrait aussi une source d’inspiration pour des projets d’escape game avec la discipline des Sciences économiques et sociales.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’immigration hommage à Joséphine Baker

Le Parcours Citoyen a pour ambition de favoriser une culture de l’engagement durant le temps scolaire. Si l’élève acquiert des connaissances et des compétences avec l’éducation morale et civique (EMC) ou bien l’éducation aux médias et à l’information (EMI), il devient par ailleurs véritablement sujet et acteur à travers une participation et des prises de responsabilité au sein des instances (conseils de classe, conseils d’administration, etc.), d’une classe coopérative ou encore dans la vie associative, par exemple. Les objectifs formatifs de l’enseignement moral et civique, l’EMC sont pour l’élève de :

  • Partager les valeurs et les normes d’une école républicaine dans une société démocratique (Cf Le Carré Régalien)
  • Apprendre à vivre ensemble: penser et agir par soi-même et avec les autres (principe d’autonomie), comprendre le bien-fondé des règles et agir en conséquence (principe de discipline), reconnaître le pluralisme des opinions, des croyances et des modes de vie (principe de coexistence des libertés)
  • Construire sa citoyenneté: participer en fonction de son âge et de son niveau d’apprentissage à la communauté des citoyens.

Un livret de citoyenneté est transmis à chaque élève au terme de la scolarité obligatoire (Brevet des collèges) afin qu’ils disposent tous d’un document rassemblant tous ces grands principes et qu’ils puissent attester du niveau de leur engagement. Suite à ma participation au Forum du réseau Histoire de l’immigration du 18 mai 2021(atelier 3 – Interroger les migrations par l’intime et la création artistique), il m’a semblé que monter un projet en lien avec l’Immigration tendrait vers une éducation au “Vivre ensemble”. Les ressources du Musée de l’histoire de l’immigration à Paris offrent de nombreuses pistes pédagogiques.

A travers une infinité de points de vue, de registres et de médiums, les artistes sondent la réalité de l’expérience migratoire, la traduisent et touchent avec subtilité la sphère du sensible. Aussi, font-ils du carnet de voyage sans le dire, du moins sans forcément le revendiquer comme genre artistique, médiatique ou éditorial. A l’INSPE, dans le cadre  du Master MEEF du Parcours MEEF “Encadrement éducatif”, les étudiants investissent depuis plusieurs années le carnet de voyage pour le “vivre ensemble”. En travail de groupe (binôme ou trinôme), ils ont, cette année, pour objectif d’imaginer une proposition de réalisation sur le thème “Immigrations” à partir des ressources listées dans le cours disponible en distanciel : carnet de voyage édité, blog – reportage, dessins de presse, cartes, interviews, jeux. La réalisation demandée peut être certes documentaire ou artistique mais surtout intermédia et à visée de réflexion sur la notion d’engagement et de citoyenneté. En effet, croiser le parcours citoyen et le parcours artistique et culturel est tout à fait pertinent en vue de l’éducation à la citoyenneté car le projet alors facilite la pluridisciplinarité et le travail en équipe d’enseignants avec notamment l’enseignante – documentaliste au CDI afin de célébrer l’hommage national rendu à Joséphine Baker au Panthéon.

Les projets les plus réussis ont investi le carnet de voyage intermédia de l’exposition au spectacle sur scène, de la carte sensible au “mur d’expression”. Les ressources du Musée de l’Histoire de l’Immigration et du site “Cartographies traverses ont été sollicitées en favorisant une grande pluridisciplinarité dans le travail au CDI avec l’enseignante – documentaliste (et la découverte de récentes publications en littérature de jeunesse : voir ci-dessous). Pour la majorité des productions visées, il s’agit de projets en arts qui aboutissent à une réflexion sur le parcours remarquable de Joséphine Baker et parfois à un engagement citoyen. Les titres de certains projets sont révélateurs de l’implication souhaitée, notamment pour insérer des élèves allophones dans le travail collectif : “Dis moi d’où tu viens, je te dirais qui tu es”, “De l’utopie à la réalité”, “Mon histoire devient la tienne”, ” De la Grande Histoire à la petite histoire”.

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Projet Label E3D et formation des éco-délégués

Dans le cadre de la formation au Master 2 MEEF, les Conseillers principaux d’éducation stagiaires ont travaillé sur “les éducations à”. Nous souhaiterions que les stagiaires se projettent dans une mise en situation professionnelle afin d’investir la formation d’éco-délégués et d’envisager de devenir “référent EDD” (cf : circulaire du 24 septembre 2020). Le programme d’actions à échéance 2030, adopté par l’ONU en septembre 2015, vise à atteindre 17 objectifs du développement durable articulés les uns aux autres. Il porte une vision de transformation globale du monde pour rendre nos activités et relations plus soutenables, plus équitables, au service de la transition écologique. Cette feuille de route est partagée par l’ensemble des acteurs mondiaux, déclinée en politiques locales et s’applique également dans le cadre scolaire au travers des circulaires sur l’Education au développement durable.

La désignation d’élèves délégués au Développement Durable est mentionnée pour la première fois dans la circulaire EDD du 4 février 2015 afin de «favoriser la sensibilisation des élèves par les pairs et encourager l’engagement civique des élèves». La circulaire EDD du 27 août 2019 s’inscrit dans la continuité de cette dynamique d’engagement citoyen des élèves, incitant à la généralisation de ces pratiques. Elle demande la désignation d’au moins deux éco-délégués par établissement et dans l’idéal d’un représentant par classe. Des ambassadeurs de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique sont les missions valorisées. La mise en place d’un référent Education au Développement Durable (EDD) dans chaque établissement scolaire est encouragée depuis la circulaire du 24 septembre 2020. Le référent EDD contribue à la dynamique globale de développement durable de son établissement. Il peut être un appui du chef d’établissement, propose et coordonne des actions EDD, accompagne les éco-délégués dans leurs actions. L’objectif de la charte académique E3D (17 écoles, 12 collèges et 4 lycées labellisés E3D pour l’Académie de Bordeaux) est de construire l’autonomie des élèves et leurs compétences sociales et civiques par leur participation active à la mise en place de la démarche de développement durable de leur école ou établissement, et au travail collaboratif mené avec les acteurs internes et les partenaires externes associés. La charte de labellisation valorise quatre domaines qui sont évalués dans le dossier de candidature : la place de l’élève dans la démarche, la nature des projets mis en œuvre, l’organisation du pilotage et l’évaluation du processus engagé.

Dans le cadre de la Semaine européenne du développement durable en début d’année, les stagiaires CPE ont imaginé un projet EDD qui intègre la formation d’éco-délégués et se finalise par une campagne d’information à destination de la communauté éducative. Ils ont pu choisir l’un des thèmes d’actualités 2021 :  les énergies renouvelables, le réchauffement climatique, la biodiversité ou encore les océans. En trinôme, six projets ont été mis en place : deux sur le jardin pédagogique, trois sur le nettoyage des plages et des océans telles que les titres des actions l’évoquent (“Eviter les sacs plastiques pour protéger les océans” ou “Océanisons-nous au collège !”) et une sur la nutrition intitulée “Mangez végé, boudez carné”. La fiche de labellisation E3D a été complétée et participera peut-être à cette démarche d’établissement le plus souvent portée par le CPE, conseiller principal d’éducation, devenu “référent EDD”. Nous espérons que la Vie Scolaire portera de nombreux projets d’action des éco-délégués distingués par le prix de l’Académie de Bordeaux 

Actions éducatives 2022 :

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Journée d’étude sur le carnet de voyage à l’université

Une Journée d’étude « Le carnet de voyage intermédia : pratique artistique, outil d’enseignement et médium pour la recherche » a été organisée le vendredi 3 décembre 2021 sur le Campus Bordeaux – Victoire dans l’amphi Durkheim.

Carnet de voyage intermedia_journée d’étude 031221 UB Victoire_Programme

A l’occasion de l’achèvement du MOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire réelle ou virtuelle » (lancement prévu en mai 2022 par l’IMT Institut Mines Télécoms Paris porteur du projet) et de la 7ème édition des Rencontres du carnet de Voyage organisées par Lettres du Monde à Bordeaux, cette journée d’étude invite à découvrir la richesse pédagogique de l’outil carnet de voyage (qu’il soit à visée de reportage, d’apprentissage ou de communication) dans l’enseignement mais aussi de circonscrire l’intérêt de ce médium pour la recherche. Ainsi, comment le carnet, les notes visuelles et les méthodes visuelles en générale, sont-ils investis dans l’enseignement supérieur ?

En effet qu’il soit réalisé de notes textuelles et visuelles comme recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, le carnet de recherche se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire en vue de la publication, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel, des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. A travers l’enquête sur le terrain, il est aussi un outil de formation professionnelle pour les métiers de la médiation, de l’animation, de l’éducation – enseignement, de la culture et du patrimoine, entre autres… (DUT, Licence Pro, Master Pro). Carnet de voyage, carnet de terrain, carnet d’enquête, carnet de recherche, carnet de mobilité, carnet interculturel sont autant de dénominations possibles de cette notion de “carnet” où l’image a autant d’importance que le texte et facilite la pensée réflexive, l’exercice de l’esprit critique et porte la créativité à travers des apprentissages formels ou informels. La problématique soulevée en recherche par ce médium est d’autant plus d’actualité, que le 2e colloque international « Méthodes Visuelles » en sciences humaines et sociales : de la captation à la diffusion des résultats. Données, méthodes, résultats, valorisation est organisé aux Canaries (Espagne), les 9 et 10 décembre 2021. Il porte sur divers objets : enregistrement par ordiphone, appareils dédiés (app photo, caméras, enregistreurs audio), caméra 360°, capture d’écrans (pour activités impliquant un ordinateur, pour de la   visiophonie…), eyetracking – lunettes / caméras, dispositifs de vidéosurveillance (en interrogeant l’éthique associée), captation graphique des informations scientifiques, création d’infographies et d’animations vidéographiques comme trace d’une recherche et pour la diffusion d’informations scientifiques. 

 “Le carnet de recherche : démarche, pensée et méthode visuelles” à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie. En référence à l’ouvrage La description ethnographique de François Laplantine, il me semble utile de retenir quelques citation de ce chercheur. Elles m’ont été indispensable à la réflexion sur titre choisi en lien avec les méthodes visuelles :

  • «  L’indissociabilité de la construction d’un savoir (anthropologie) à partir du voir et d’une écriture du voir (ethnographie) n’a rien d’une donnée immédiate ou d’une expérience transparente. C’est une entreprise au contraire extrêmement problématique qui suppose que nous soyons capables d’établir des relations entre ce qui généralement tenu séparé : la vision, le regard, la mémoire, l’image et l’imaginaire, le sens, la forme, le langage.»
  • « Un regard si ce n’est inquiet, du moins questionnant, qui part à la recherche de la signification des variations. C’est la raison pour laquelle il convient sans doute maintenant de différencier deux termes dont l’un est sans doute mieux qualifié que l’autre pour désigner l entreprise ethnographique : voir et regarder. »
  • « C’est la capacité de bien regarder et de tout regarder, en distinguant et en discernant ce que l’on voit.»

Mes collègues ont étayé, de par leurs recherches, la thématique retenue selon le programme ci-dessous :

9h à 10h : MOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire réelle ou virtuelle », Cécile Brossaud, enseignante de FLE, Français langue étrangère, et chargée d’ingénierie pédagogique à Télécom Paris, pilote du projet Mooc Interculturel financé par l’Institut Mines Télécom Paris (IMT Paris), Pascale Argod, enseignante en SIC, Sciences de l’information et de la communication à l’INSPE, Institut national Supérieur du Professorat et de l’Education, Bordeaux.

10h à 10h30 : Le carnet de recherche : démarche, pensée et méthode visuelles, Pascale Argod (enseignante en SIC à l’INSPE Bordeaux)

10h30 à 11h : Les carnets d’enquête anthropologique : une pédagogie de la créativité au service de la science, Emilie Fort-Ortet, professeure agrégée de Lettres modernes à l’IUT Bordeaux-Montaigne, Sarah Marchiset, doctorante en anthropologie (UPV Montpellier III, UMR SENS, doctorante associée UMR Passages, projet « Food2gather »), chargée de cours à l’IUT Bordeaux-Montaigne et des étudiants et anciens étudiants de l’IUT Bordeaux-Montaigne (inscrits à l’Université de Bordeaux en sociologie)

11h à 11h30 : Cartographies, spectres et géographie affective, Thierry Lafollie, illustrateur – Résident arts et sciences Facts 2019 « Urbis Hypermnesis » à l’Université de Bordeaux

11h30 à 12h : Présentation de la Revue Française des Méthodes Visuelles, Alain Bouldoires (MCF au MICA Médiations, Informations, Communication, Arts de Bordeaux-Montaigne)

12h à 12h30 : Le carnet de voyage, une écriture du monde, Cécile Quintin, Directrice de Lettres du Monde, Xavier Mouginet, Editeur des Editions Elytis, organisateurs des Rencontres du carnet de Voyage de Bordeaux qui s’installent à l’écosystème Darwin du 4 au 5 décembre.

12h30 à 13h : Temps d’échange sur les perspectives pour les étudiants de l’université de Bordeaux avec le public (étudiants et enseignants)

13h : Clôture avec invitations à la prolongation l’après-midi

Invitations à la prolongation, l’expérimentation et la rencontre :

Invitation à découvrir l’exposition « L’objet de ma culture » créé par les étudiants et enseignants de l’Espace Langues et du Parcours International en Sciences de l’Homme.

> 15h30 : échange autour de l’exposition par Purva Darole, lectrice (en anglais) – rdv Campus Bordeaux Victoire, Atrium.  Sur inscription

Initiation au carnet de voyage dessiné (Urban Sketching) proposée par Adrien Clairet et Maud Modjo, artistes du mouvement Urban Sketcher Bordeaux à destination des étudiants et personnels de l’Université de Bordeaux. 15h à 17h  Sur inscription

Invitation à l’inauguration des 7e Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde à Bordeaux 18h30 – rdv à l’Ecosystème Darwin

Programme du week-end des 4 et 5 décembre à découvrir sur le site de Lettres du Monde

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage sur les pas de Tintin

La rediffusion des carnets de voyage audiovisuels intitulés « Les mystères de Tintin » d’Alex Vizéo sur France 5, donne l’opportunité d’aborder l’intérêt de l’oeuvre d’Hergé afin de donner l’envie de voyager. Cette série est composée de trois épisodes : « A la recherche du Lotus bleu » en Chine, « A la recherche du temple du soleil » au Pérou et « A la recherche de l’Ile Noire » en Ecosse.

« En Chine, de Shanghaï à la muraille de Chine, Alex Vizéo part à la recherche de l’impressionnant dragon du Lotus Bleu pour réaliser sa photographie finale. Au Pérou, Alex Vizéo, part à la recherche du Temple du Soleil pour sa photographie finale mais, de Lima à Cuzco il y a de nombreux temples portant le même nom. En Ecosse, d’île en île, Alex Vizéo recherche un château perché sur une île mystérieuse pour réaliser sa photographie finale de l’album-culte d’Hergé ».

De nombreux ouvrages analysent l’œuvre d’Hergé, parmi eux, j’en citerais surtout trois qui ont éveillé la curiosité des tintinophiles, rédigés par Patrick Mérand à partir de 2009 : notamment les titres « Le Lotus bleu décrypté », « La géographie et l’histoire dans l’œuvre d’Hergé » (2015) et « Architecture, habitations et monuments dans l’oeuvre d’Hergé » publiés dans la collection « Zoom sur Hergé » des éditions Sépia : « Les pays visités par Tintin au cours de ses aventures ne sont pas tous imaginaires, loin de là. La documentation d’Hergé (souvent réunie par son propre père) permet d’identifier des monuments, des immeubles ou des lieux publics sans risque d’erreur. Quand ce n’est pas le cas, Hergé s’est inspiré de sites existants qu’il a transformés au gré de son imagination fertile. Le lecteur a parfois quelques difficultés à en reconnaître certains. Cet ouvrage lui apportera des réponses et lui permettra d’en savoir un peu plus sur les pays traversés… »

Quant à l’ouvrage « Tintin : à la rencontre des peuples du monde dans l’œuvre d’Hergé » publié aux éditions Géo en 2017, il met en parallèle la vision d’Hergé avec la réalité des peuples aujourd’hui. Tous ces ouvrages critiques ont lancé la recherche universitaire consacrée en 2017 par le colloque de la Société de géographie intitulé “Les géographies de Tintin” (dir. Paul Arnould). La vingtaine de chercheurs a examiné les aventures de Tintin sous l’angle de la géographie et a mis en lumière les clichés et les erreurs d’Hergé en explorant les subtilités géographiques du monde de Tintin, personnage devenu un mythe pour le voyageur épris d’aventure. Par ailleurs, les albums « Les aventures de Tintin » d’Hergé sont une source pédagogique inépuisable pour lancer des projets de carnets de voyage imaginaires ou virtuels au cycle 3. Aussi, deux ouvrages sont-ils particulièrement pertinents afin de présenter l’œuvre, son style narratif et graphique, la composition et les sources de l’album et proposer une analyse séquence par séquence : « Etudier Tintin au Tibet » de Didier Quella-Guillot (2007) et « Le Lotus Bleu décrypté » de Patrick Mérand (2009).

De plus, les carnets de voyage audiovisuels « Les mystères de Tintin »  d’Alex Vizéo offrent des pistes d’investigation afin de confronter au réel trois albums des aventures de Tintin : il s’agit de passer de l’imaginaire géographique à la réalité actuelle sur le terrain. L’élève pourrait alors investir un carnet de voyage sur la Chine, le Pérou ou l’Ecosse. L’impératif pédagogique est de déconstruire les clichés et les représentations datées et obsolètes d’Hergé qui s’est documenté au prisme de la presse de l’époque et qui illustre une histoire coloniale révolue. L’intérêt éducatif est autant géographique qu’historique afin d’appréhender les changements géopolitiques du monde sur un siècle.

L’album « L’île noire » peut ouvrir, en classe de langue, sur la culture anglophone et favoriser l’envie de découvrir l’Ecosse avec ses traditions, ses sites et son histoire. Bien sûr, l’échange ou l’appariement scolaire avec une classe écossaise serait une plus-value au projet dans le cadre de la plateforme e-Twinning ou d’ERASMUS. Au creuset de notre culture européenne, Hergé évoque certes le début du 20e siècle mais il porte toujours d’un siècle à l’autre notre imaginaire vers la découverte. Tintin a éveillé sur plusieurs générations notre esprit d’enfant au voyage…alors en route !

  • Bibliographie :

ARNOULD Paul (Dir.), LANGLOIS Jacques (préface), ROCHE Olivier (postface), Les géographies de Tintin : actes de colloque, CNRS Editions 2018

BLIN Louis, Le monde arabe dans les albums de Tintin, L’Harmattan, 2021

DEMERS Tristan, Tintin et le Québec : Hergé au coeur de la Révolution tranquille, éditions Hurtubise, Montréal, 2010

GODDIN Philippe, Hergé, Tintin et les Américains, Moulinsart, 2020

MERAND Patrick, Les coulisses d’Hergé, Sépia, 2020

MERAND Patrick, Les armes, les guerres et la violence dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2020

MERAND Patrick, La faune et la flore dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2019

MERAND Patrick, Architecture, habitations et monuments dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2018

MERAND Patrick, Les costumes, la mode et les uniformes dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2017

MERAND Patrick, Les moyens de transport et de communication dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2016

MERAND Patrick, Les arts et les sciences dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2015

MERAND Patrick, La géographie et l’histoire dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2015

MERAND Patrick, Les langues étrangères dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2013

MERAND Patrick, Li Xiaohan, Le Lotus bleu décrypté, Sépia, 2009.

La collection « Zoom sur Hergé » des éditions Sépia

QUELLA – GUILLOT Didier, Étudier Tintin au Tibet CRDP de Poitou-Charentes, 2007 (collection « la BD de case en classe ») : guide pédagogique pour aborder l’étude de ‘Tintin au Tibet d’Hergé en classe.

Géoquiz : histoire, géographie, Tintin, Géo, 2020 : 240 questions faisant référence aux aventures de Tintin pour tester ses connaissances en histoire et en géographie.

Tintin : à la rencontre des peuples du monde dans l’oeuvre d’Hergé, Géo, 2017

Les personnages de Tintin dans l’histoire : les événements de 1930 à 1944 qui ont inspiré l’oeuvre d’Hergé, La Presse, Montréal, 2011

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts