Typologie de carnets de voyage pour l’enseignement des langues et de l’interculturel

La pédagogie de projet est une pédagogie active qui permet de générer des apprentissages à travers la réalisation d’une réalisation concrète et qui se caractérise par l’engagement dans l’action de l’apprenant. L’apprenant est placé en situation de résolution de problèmes, participant de fait au processus d’apprentissage. Cette pédagogie est fondée sur la motivation des élèves que permet l’objectif de réalisation concrète. Ainsi, tout ce que l’apprenant fait et apprend dans le cadre du projet devrait être directement lié à l’aboutissement du projet. Pour toutes ces raisons, elle est le pivot de la formation des enseignants stagiaires notamment dans le cadre du dispositif PPN Projet pédagogique numérique à l’INSPE.

Parmi les vingt PPN, Projets pédagogiques numériques, « Carnet de voyage pour l’enseignement des langues et de l’interculturel » au collège et au lycée, réalisés par les stagiaires PLC d’Allemand à l’INSPE de Bordeaux, nous dénombrons huit PPN axés sur le voyage réel en échange scolaire en Allemagne et douze sur le voyage fictif donc axés sur la culture germanique. Chaque PPN a deux phases (deux semestres), l’une de mise en projet (via la carte mentale) et l’autre de production du carnet de voyage ouvrage et numérique (webdocumentaire, album multimédia ou blog).

La palette du carnet de voyage intermédia de l’ouvrage à l’audio-visuel et au numérique se décline en cinq types de projets / carnets de voyage pour la classe:

1. Les carnets de voyage réels axés sur le ressenti, les sens et le vécu, souvent carnets de reportage,

2. Les carnets d’échanges, souvent carnets de rencontre ou carnets d’accueil des partenaires,

3. Les carnets de voyage virtuels, souvent carnets de patrimoine culturel ou naturel,

4. Les carnets imaginaires ou de « Fantaisie », souvent carnets littéraires et artistiques,

5. Les carnets de voyage historiques, souvent carnets européens pour évoquer une histoire commune.

Voir l’article complet publié sur HAL

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage à Berlin, un projet pédagogique en langue

Dans le cadre de la formation Master 2 MEEF, les enseignants stagiaires d’Allemand initient un projet pédagogique numérique sur l’année, en cours de langue avec leurs élèves. Le carnet de voyage est en effet un outil pédagogique pour l’apprentissage des langues et de l’interculturel. Afin de célébrer les 30 ans de la chute du Mur de Berlin et le centenaire du Bauhaus en 2019, chaque stagiaire a imaginé un projet autour de la ville de Berlin et a dressé toutes les étapes de la mise en projet en vue de la création d’un « carnet de voyage imaginaire » à partir des ressources collectées. Trois étapes se sont succédées : 1. Imaginer le projet à partir d’une narration et  penser l’usage du numérique 2. Organiser le suivi selon un scénario pédagogique et envisager les modalités de travail / lieux d’apprentissage (classe ou CDI) 3. Approfondir en projettant un voyage ou une sortie et évaluer en valorisant les productions des élèves.

            L’enseignant stagiaire a déterminé les compétences linguistiques et culturelles à faire acquérir aux élèves, puis diversifié les stratégies d’apprentissage afin d’impliquer ses élèves dans le projet. Il a aussi distingué le travail d’équipe en binôme ou personnel de l’élève (une page, petit carnet, une vidéo….) du rendu du carnet de voyage de mise en commun de la classe (en fin de projet). Dans ce but, il a explicité les consignes et indiqué l’objectif final, donc il a intégré les gestes professionnels du métier d’enseignant : 1. définir les objectifs d’apprentissage, 2. adopter un système d’évaluation, 3. adapter les méthodes pédagogiques, 4. sélectionner les contenus.

       Certains ont choisi de travailler à partir d’un film, comme par exemple, Good Bye Lénine de Wolfgang Becker (https://www.reseau-canope.fr/atelier-val-d-oise/cinema/Good-Bye-Lenine) et ont demandé aux élèves de retrouver les objets de la vie quotidienne à travers le DDR Museum de Berlin puis de décrire son usage en allemand (https://www.ddr-museum.de/fr) en réalisation des images numériques commentées. D’autres ont réalisé une chronique du Mur (à partir de la création d’une chonologie numérique interactive) à partir de chansons ou de cartes postales envoyées au temps du Rideau de fer (Adieu camarades : les récits de 30 personnages : http://www.lebtwohlgenossen.de/de/), afin d’accompagner la découverte d’un tronçon du Mur reconstitué en 3D (Die Mauer 360° de Yadegar Asisi panorama : https://www.asisi.de/panorama/die-mauer/, https://www.die-mauer.de/das-panorama). Ensuite, un travail d’exploratoire a été initié à partir d’un témoignage qui suscite l’intérêt des élèves : « Comment le mur a failli me faire rater mon bac ? ». Ce dernier est extrait de la BD intitulée Berlin, la ville divisée : histoires contemporaines de Suzanne Budenberg et Thomas Henseler. (Des ronds dans l’O, 2014: https://booknode.com/berlin_la_ville_divisee_01643854/covers).

En TD, tous ont réalisé une carte numérique de Berlin qui superpose la ville avant le 11 novembre 1989 et la ville d’aujourd’hui. Des photos ont été insérées au fil de l’itinéraire proposé par l’enseignant. Chaque photographie a fait l’objet d’une question de localisation dans la ville (pour l’élève : vocabulaire pour se situer / repérage géographique) et de commentaires (l’élève a réinvesti le cours d’histoire) en lien avec l’évènement historique ou artistique (Street Art) ou d’une description architecturale du Bauhaus (l’élève a travaillé avec le collègue d’arts) dans la ville de Berlin (Centenaire du Bauhaus, voir Walter Gropius). Chaque élève a donc commenté en textes, en images et à l’oral son itinéraire dans la ville de Berlin, comme si il constituait un petit « guide souvenir » de la RDA.

En somme, ce projet sur Berlin ouvre sur la pluridisciplinarité et sur l’expression personnelle en langue tout en formant à la citoyenneté européenne et aux usages du numérique en classe.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets zoologiques (sur l’évolution animale) au Muséum

Dans le cadre de la formation au Master MEEF, une action de formation est proposée à l’INSPE Bordeaux afin de réaliser un projet pédagogique pluridisciplinaire Arts & Sciences à partir des collections natualisées et des expositions du Muséum de Bordeaux. Les enseignants stagiaires ont initié des carnets zoologiques (sur l’évolution animale) afin de permettre aux élèves d’exploiter leur visite. Plusieurs espèces animales ont été plus particulièrement étudiées dans leur évolution : la diversité des primates ou des oiseaux d’Amérique du Nord et d’Amazonie (strates), l’adaptation de la famille des camelidés selon l’aridité du climat dans le monde, la famille des félinidés sur plusieurs continents. Pour chacune des espèces, l’élève mènera une enquête scientifique afin de prendre conscience de la menace humaine qui pèse sur leur disparition et de protéger les orangs-outans de Bornéo due à la déforestation et les lémuriens malgaches dans la réserve de Nocibé.

https://www.museum-bordeaux.fr/accueil

La narration doit amener à la découverte de quelques carnets de voyage à l’aquarelle :

  • Sur les oiseaux : Les cigognes noires (carnet de voyage en Afrique) d’Alan Johnston, Les oiseaux disparus d’Amérique : dans l’oeuvre de Jean-Jacques Audubon, Henri Gourdin, Alain Joveniaux, Les oiseaux d’Amérique d’Audubon en 1830.
  • Sur les primates : lémuriens dans extraits de Madagascar, stupeur verte de Stefano Faravelli ou sur les gorilles : Des Gorilles, des hommes au Congo de A. Dan.
  • Sur les félins : extraits de La fin d’un monde de Peter Beard, Africa, carnets d’artiste de Kim Donaldson, Magie d’Afrique de Denis Clavreul, Féroces et fragiles, les félins dans l’oeuvre de Robert Gallet (exposition 2017).

La narration doit évoquer la prise de conscience écologique contemporaine à partir de diverses ressources en ligne : articles du National Geographic ou Reporterre…, expéditions scientifiques du Muséum MNHN et du CNRS, actions d’associations comme WWF sur les espèces prioritaires, reportages audiovisuels (Arte, Universscience.TV + films documentaires au cinéma), cartes et graphiques, créations artistiques engagés, images choc….

En fait, il s’agit de lancer un projet pluridisciplinaire sur la forêt dense tropicale, réserve de biosphère, à partir par exemple de l’expédition scientifique Tous les matins du monde en Papouasie avec l’artiste Stéphanie Ledoux (2018). Les objectifs pédagogiques en sont les suivants :

  • comprendre l’intérêt des  expéditions scientifiques d’inventaire en Amazonie, à Madagascar, en Indonésie, dans le bassin du Congo en Afrique Centrale…
  • lister quelques nouvelles espèces animales découvertes aujourd’hui.
  • sensibiliser aux réserves de biosphère et aux actions de sauvegarde de la forêt tropicale primaire.
  • découvrir les actions médiatiques de sensibilisation militante pour la préservation de la biodiversité animale.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets d’invention sur les pas de Léonard de Vinci

Dans le cadre de la formation au Master MEEF, une action de formation est proposée à l’INSPE Bordeaux afin de réaliser un projet pédagogique pluridisciplinaire Arts & Sciences à partir des ressources du Musée Mer, Marine de Bordeaux. Les enseignants stagiaires y découvrent l’exposition temporaire sur les inventions de Léonard de Vinci. Son exploitation pédagogique aboutirait à l’élaboration d’un projet pluridisciplinaire en EAC (éducation artistique et culturelle ciblée sur la culture scientifique) sur « les inventions et recherches de Léonard de Vinci » dans l’établissement scolaire et les modalités de valorisation au niveau académique, national ou européen.

https://www.mmmbordeaux.com/que-voir/exposition-temporaire-da-vinci/

En équipe de trinôme, les enseignants stagiaires ont pour objectif d’imaginer ce projet pluridisciplinaire et les étapes successives vers la mise en oeuvre : la mise en projet via la carte mentale avec la répartition pluridisciplinaire des activités selon la discipline ou les objectifs transversaux, l’organisation du travail en équipe via des sketchnotes, le lancement du projet sur la plateforme e-twinning, le démarrage du projet en classe à partir d’une image commentée (Thinglink). En fait, le travail de l’enseignant stagiaire s’élabore en trois étapes : l’appropriation de l’exposition, le questionnement du projet pédagogique, l’élaboration du projet pluridisciplinaire et ensuite la mise en oeuvre concrète en classe ou au CDI avec l’aide de l’enseignante- documentaliste.

La démarche scientifique et les liens entre le carnet de recherche et le carnet d’observation (les différents codex de Léonard de Vinci), entre le croquis d’observation et le croquis de projet / d’invention sont au coeur de la réflexion pédagogique. En effet, nous nous sommes questionnés : Comment s’élabore la pensée scientifique et la création d’invention ? Quelle méthode inventive Léonard de Vinci a t-il initiée ? Comment la science s’en inspire t-elle depuis 500 ans ?

Chaque équipe a choisi un thème parmi les quatre suivants :  

  1. L’anatomie et le dessin d’observation : vers la démarche scientifique
  2. La nature botanique et le dessin d’observation : vers le biomimétisme
  3. Les machines volantes et le dessin de projet : vers le biomimétisme,
  4. Le génie hydraulique et le dessin de projet : vers la démarche d’investigation pour réaliser une invention.

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de Léonard da Vinci, de nombreuses ressources sont exploitables en classe et complémentaires à l’exposition afin d’envisager une narration transmédia. De nombreux articles scientifiques ont été publiés…dont l’accès aux différents Codex :

https://inventionsdevinci.wordpress.com/2015/04/24/lacces-au-codex-pour-tous/

J’ai personnellement été enthousiasmée par l’exposition Léonard 3 à Milan que j’ai pu découvrir l’an dernier, tout comme celle des Inventions de Léonard au Clos Lucé.

Viva Léonard 2019 en Pays de Loire : https://www.vivadavinci2019.fr/

Vidéo les inventions de Léonard au Clos Lucé : https://www.youtube.com/watch?v=j97UuUulrIE

Léonardo 500 en Lombardie : https://www.in-lombardia.it/fr/que-faire-en-lombardie/leonardo-500

Léonard 3 à Milan : http://www.leonardo3.net/en/the-museum/

Vidéo Léonard 3 : https://www.youtube.com/watch?v=Df623obnTZk&feature=youtu.be

Exposition à Buckingham : https://www.rct.uk/collection/themes/exhibitions/leonardo-da-vinci-a-life-in-drawing/the-queens-gallery-buckingham

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets marins pour sensibiliser à la biodiversité marine

Dans le cadre de la formation au Master MEEF, une action de formation est proposée à l’INSPE Bordeaux afin de réaliser un projet pédagogique pluridisciplinaire Arts & Sciences à partir des ressources du Musée Mer, Marine de Bordeaux. Les enseignants stagiaires y découvrent l’exposition permanente sur l’océan mais aussi l’espace de l’artiste carnettiste Titouan Lamazou. L’idée de faire connaître l’artiste et les carnets de voyage a émergé. En travail d’équipe, il s’agit pour les stagiaires de mettre en oeuvre une pédagogie de projet pour l’exploitation des ressources du musée, avec l’aide de l’enseignante-documentaliste au CDI. A partir d’une démarche heuristique de mise en projet, une carte mentale ou heuristique est réalisée sur la biodiversité marine et croise le programme de SVT, les enjeux écologiques contemporains et les items de l’exposition du musée bordelais mais aussi les productions éventuelles dans plusieurs disicplines (arts visuels, EMI, Français…).

https://www.mmmbordeaux.com/

L’objectif final vise l’élaboration d’une campagne de sensibilisation à la biodiversité marine dans son établissement scolaire. L’exploitation pédagogique fait émerger plusieurs questions :

  • En quoi et pourquoi la biodiversité marine est-elle menacée ?
  • Quelles ressources proposeriez-vous à vos élèves pour appréhender cette biodiversité ?
  • Quelles actions éducatives sont menées après des jeunes pour la protection des mers et des océans ?
  • Comment l’atelier – bateau de Titouan Lamazou pourrait-il participer à une action de préservation de la biodiversité ?
  • Quel héritage relie le carnet de voyage au journal de bord de marin ?
  • Quelles expéditions maritimes ont fait l’objet de carnets de voyage ou de blogs de voyage ?

Le travail en trinôme a pour consigne d’imaginer un projet pluridisciplinaire sur la biodiversité marine via la carte mentale ainsi que les modalités de réalisation d’une campagne de sensibilisation (nuage de mots, affiche, journal scolaire en ligne…). Il s’agit alors d’établir la feuille de route du projet pluridisciplinaire avec les différentes étapes de la mise en projet jusqu’à sa valorisation médiatique.

            Certains ont choisi de suivre la voie maritime de bateaux ou de marins qui sensibilisent à la préservation des océans comme la Fondation Tara Océan (Mission microplastiques en Europe 2019) ou la Fondation Maud Fontenoy (Changer le monde en imitant la mer : comment l’océan peut nous inspirer des solutions ?) ou le voilier de Géraldine Danon et Philippe Poupon (une expédition pour la protection des océans à bord de Fleur Australe). D’autres ont préféré partir des carnets de voyage disponibles au CDI comme « Grisée de mer » de Sophie Ladame, « Va’a » de Benjamin Flao et Troubs ou encore le carnet de bord « Petit Tour du monde illustré » de Loïc Peyron afin de tisser des liens avec le programme de Français et d’arts visuels. D’autres encore, ont préféré l’approche scientifique à travers des chiffres et des articles issus de plateformes environnementales : Ocean et Climate Platform, Géolittoral (portail des données sur la mer et le littoral du ministère en charge de l’environnement et de la mer) et l’IFREMER.

            L’objectif de la campagne d’information dans l’établissement peut sensibiliser à l’appel de la 2e conférence des Nations Unies sur la préservation des océans, planifiée en juin 2020 à Lisbonne et aux priorités d’action pour la biodiversité marine. L’inscription des Terres et mers australes au Patrimoine mondial de l’UNESCO par le Comité français de l’UICN (réseau des organismes et des experts de l’union internationale pour la conservation de la nature) peut-être une autre piste… L’étude d’actions locales motive une prise de conscience environnementale et offre un point de départ à la campagne : par exemple l’IFRECOR pour la préservation des Récifs Coralliens (ICRI) ou encore les programmes scientifiques d’Expédition MED lors de circum-navigations autour de la Méditerranée.

            Cette campagne d’information peut déboucher sur une opération de nettoyage citoyen du littoral comme le propose « ReMed Zero plastique » pour les établissements scolaires ou sur la gestion participative d’une zone littorale. Les aires marines éducatives (AME) permettent à des élèves et leur enseignant de gérer de manière participative une zone maritime littorale de petite taille. Cette démarche pédagogique et écocitoyenne a pour but de sensibiliser le jeune public à la protection du milieu marin mais également de découvrir ses acteurs.

Concernant la production numérique, plusieurs questions se sont posées afin réaliser cette campagne de sensibilisation favorisant l’adhésion des adolescents :

  • Quelles exigences / objectifs pour faire passer le message de la manière la plus efficiente auprès des jeunes ?
  • Quels médias / objectifs de communication, cette campagne pourrait investir ?
  • Quels outils numériques de création et de diffusion envisagez-vous ?
  • Comment mettre en mots et en images avec une force de persuasion ?
  • Comment scénariser la campagne de sensibilisation ? Quel scénario « captivant » pourriez-vous imaginer avec vos élèves ?
  • Comment valoriser l’action éducative à l’extérieur de l’établissement ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

7e Prix du carnet de voyage Etudiant 2020

Le 7e Prix universitaire international du carnet de voyage Etudiant est lancé pour 2020.

Le concours s’adresse à tous les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, quelle que soit leur nationalité et sans limite d’âge, hors inscription sous le régime d’«auditeur libre».
Le carnet de voyage doit retranscrire, en texte et en image, une expérience vécue lors d’un voyage, d’un périple ou de la découverte d’une culture ou d’un environnement. Il peut découler d’un voyage personnel, d’un échange à l’étranger dans le cadre d’un cursus, d’un voyage d’études ou encore d’un déplacement sur le terrain. Les carnets doivent être réalisés sur support original, dans la ou les langues choisies par l’auteur.

Pour participer, inscrivez-vous en ligne en remplissant ce formulaire puis envoyez l’original de votre carnet de voyage par courrier postal avant le 30 septembre 2020

https://culture.uca.fr/7eme-prix-international-du-carnet-de-voyages-etudiant-178959.kjsp?RH=1548232848084

La remise des Prix aura lieu lors du Rendez-vous du carnet de voyage à Clermont-Ferrand le vendredi 13 novembre 2020 :

https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2016/06/prix-universitaire-international-du-carnet-de-voyage-etudiant/

 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Typologie des projets PPN Carnet de voyage pour la classe

En quatre ans de dispositif PPN Projet pluridisciplinaire numérique à l’INSPE d’Aquitaine, nous pouvons recenser plus d’une soixantaine de projets « Carnet de voyage » réalisés en binôme d’enseignants stagiaires en école et donc futurs professeurs des écoles en maternelle et en primaire. Qu’ils soient carnets de voyage imaginaires, carnets de voyage virtuels ou carnets de voyage réels, ces productions webdocumentaires, albums numériques ou audio-visuelles résultent du travail collectif de la classe. La démarche pédagogique de projet repose sur trois étapes : le carnet de voyage imaginaire en amont de la sortie, le carnet de voyage réel pendant le temps de la sortie, le carnet virtuel souvent à postériori de la sortie afin de vérifier l’information. Or, chaque type de carnet de voyage peut justifier un PPN au long cours sur un semestre de travail pédagogique auprès des élèves. Voir les trois types de carnets de voyage comme outil pédagogique en classe :

  1. Les carnets de voyage imaginaires à partir d’albums de jeunesse, de témoignages ou d’œuvres d’art
  2. Les carnets réels ou de reportage à partir d’une enquête historique, de l’étude de l’espace géographique ou d’observations scientifiques
  3. Les carnets virtuels à partir du témoignage d’un élève, de correspondants ou de ressources numériques

Le carnet de voyage consigne tous les apprentissages, tisse les liens entre eux et entre les disciplines, leur donne du sens. Créativité, exercice de l’esprit critique et réflexivité sont les clés des compétences du XXIe siècle pour lesquelles le carnet de voyage est un indéniable outil de formation, ce que nous démontrons chaque année dans le cadre du dispositif d’enseignement PPN Projet pédagogique pluridisciplinaire numérique à l’INSPE de Bordeaux.

Voir l’article complet publié sur HAL

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil de formation pour le FLE, Français langue étrangère

Une conférence – débat intitulée « Le carnet de voyage, outil de formation pour le FLE (Français Langue Etrangère) » a été organisée dans le cadre de la 5e édition des rencontres Carnet de voyage, une écriture du monde, le samedi 30 novembre 2019 à 14H30.  Nous avons essayé de définir les apports du voyage et du carnet dans l’enseignement du FLE mais aussi plus largement dans le cadre d’une mobilité internationale. Avec plusieurs collègues, nous avons dressé un panorama des possibles éducatifs et des atouts pédagogiques du carnet de voyage.

Le CECR définit les compétences en langues en six niveaux, de A1 à C2, qui peuvent être regroupés en trois niveaux généraux (utilisateur élémentaire, utilisateur indépendant et utilisateur expérimenté) ou subdivisés selon les besoins du contexte local. En 2018, un nouveau volume a été publié et actualisé avec un ajout sur la médiation et la compétence plurilingue/pluriculturelle. Nous avons rappelé les objectifs linguistiques (s’exprimer en langue française), les objectifs pragmatiques (organiser son discours), les objectifs socioculturels (connaissances culturelles, usages et comportements) puis la méthodologie de l’enseignement du FLE à l’Alliance Française (qui propose différents stages). Nous avons apprécié le schéma de Kohls sur le thème des « niveaux d’influence de la culture » (l’iceberg) et évoqué plusieurs points d’ancrage pour l’enseignement du FLE en lien avec le carnet de voyage, puis des exemples de productions « carnets de voyage » en classe multiculturelle ou auprès des élèves allophones ainsi que les carnets numériques réalisés par les étudiants internationaux à l’INSPE Bordeaux. Cette table ronde fut un moment proprice aux échanges créatifs entre les enseignants représentants plusieurs structures de formation. Y ont été conviés quelques collègues afin d’animer les échanges :

Maurice Niwese, Maitre de conférences des universités en sciences du langage, Responsable RI de l’INSPE Bordeaux,

Laetitia Darricau, Professeur agrégée de Lettres modernes, Formatrice PRAG à l’INSPE de Bordeaux,

Pascale Ladroitte, Professeur certifée de Documentation, Formatrice au CASNAV,

Emilie Fort-Ortet, Professeur agrégée de Lettres modernes à l’IUT Bordeaux – Montaigne,

Cécile Brossaud, Professeur de langue, DIRENS, Paris, MINES ParisTech,

Béatrice Boyer, Enseignante de Français Langue Etrangère, DEFLE, Bordeaux-Montaigne

Pascale Argod, Professeur certifée, PRCE en SIC à l’INSPE et chercheuse au MICA.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Narrations transmédia et expressions du voyage

Une demi-journée professionnelle intituée  » Narrations transmédia et expressions du voyage » à destination des bibliothécaires et enseignants organisée par ALCA, Agence Livre, Cinéma, Audio-visuel en Nouvelle Aquitaine, le vendredi 29 novembre 2019 lors de la 5e édition des Rencontres « Carnet de voyage, une écriture du monde ».

https://lettresdumonde33.com/programme-du-week-end/

Objectifs :

– Monter des projets ensemble (bibliothèques et établissements scolaires) pour favoriser l’expression personnelle ou l’écriture collective et confronter les usages éducatifs du carnet de voyage.

– Envisager la diversité des carnets d’expression (littéraire, linguistique, artistique et médiatique) selon l’objectif de médiation ou de formation.

– Penser la narration transmédia (tous supports) comme un outil de médiation (trois exemples : Les voies d’Aliénor, Carnet de paysage transmédia, Carnets de voyage interarts du lycée Magendie)

– Exploiter en médiathèque, au CDI ou en classe le carnet de voyage transmédia et le numérique au service de la réalisation du carnet.

Echanger avec le carnettiste ou l’éditeur pour découvrir ses usages du numérique et de l’audio-visuel dans le cadre d’une réalisation éditoriale transmédia.

– Lancer des pistes de projet transmédia en EAC ou en EMI, notamment pour sensibiliser aux langues et cultures de l’Antiquité et à des projets d’écriture créative sur les voyages rêvés ou vécus.

– Valoriser les cultures latines et grecques, l’éducation à l’interculturel et à la mobilité (via les échanges, les voyages et les sorties scolaires), notamment en Italie et en Grèce.

Programme :

14 H : La carte mentale des imaginaires (ressenti), la cartographie sensible et le sketchnote, outils graphiques pour les trois temps du carnet de voyage (par Pascale Argod, PRCE à l’INSPE Bordeaux)

14 H 30- 15 H 30 : La narration transmédia : écritures créatives, collaboratives et numériques (par Pascale Argod, Jessica de Bideran, chercheuses au MICA, Médiations, Informations, Communication et Arts de l’Université Bordeaux-Montaigne, Axe IDEM : https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/experience-du-contemporain/)

15 H 30 – 16 H : Un projet éditorial transmédia 37Degrees (par l’éditeur Xavier Mouginet, Editions Elytis) https://www.librairieduvoyageur.com/editeur/elytis et https://37degrees-worldtour.com/fr/le-concept

16 H – 17 H : La diversité des carnets d’expression pour la formation aux humanités : le carnet de voyage en Grèce et le carnet de lecteur (par Florence Pélissier, Agrégée de Lettres Classique, lycée F. Mauriac) http://arelabor.com/pedagogie/les-carnets-de-voyage-du-lycee-francois-mauriac-bordeaux/

Découverte de carnets d’expression réalisés par les lycéens et de PPN projets pédagogiques numériques « Carnets de voyage » lancés par les enseignants stagiaires de l’INSPE Bordeaux

17 H : visite libre pour découvrir la dizaine d’artistes – carnettistes exposants et les expositions de leurs oeuvres originales (tableaux, carnets, planches…)

18 H 30 : invitation à l’inauguration de la 5e édition des Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde.

Voir le programme : https://lettresdumonde33.com/demi-journee-professionnelle/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Concours scolaires du carnet de voyage

Concours scolaire du carnet de voyage 2020 lancé par l’IFAV :

Peuvent participer tous les élèves des établissements français du monde entier, de la maternelle à la terminale. Les établissements étrangers peuvent se joindre à des établissements français, afin de mettre en place un échange sur la thématique des carnets de voyage, et concourir à ce titre, en tandem. http://daac-arts-culture.ac-besancon.fr/2019/11/08/lancement-concours-scolaire-carnet-de-voyage-2019-2020/

Concours artistique lancé par ARELIM et ARELABOR :

Créer une affiche publicitaire pour un lieu ou une destination antique, type agence de voyage sur la thématique « Sur la route ». http://arelabor.com/concours-artistique/

Dis-moi dix mots sur la thèmatique de l’eau lancé par le ministère de la Culture :

Les dix mots « au fil de l’eau » choisis par les partenaires francophones pour illustrer cette thématique sont : aquarelle, à vau-l’eau, engloutir, fluide, mangrove, oasis, ondée, plouf, ruisseler, spitant.

http://www.dismoidixmots.culture.fr/concours-pedagogiques/concours-des-dix-mots-scolaires

Le Calame d’or, concours scolaire en 5e : De la légende à l’histoire

Durant cette activité, des latinistes de 5e doivent resituer les différentes étapes du voyage d’Énée en Méditerranée à l’aide de l’éditeur de cartes numériques Umapper en associant à chaque repère géographique une courte description des aventures du héros. http://www.lecalamedor.fr/domus/concours

  • La 14e édition du festival européen latin-grec propose du 23 au 29 mars 2020 à Lyon propose des animations, des conférences, des parcours au Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière ou encore des spectacles conçus pour les collégiens (cycles 3 et 4) et les lycéens : http://festival-latingrec.eu/programme-scolaire-2020/
  • ODYSSEUM, la nouvelle plateforme de ressources des langues, cultures et cvilisations de l’Antiquité sur EDUSCOL : https://eduscol.education.fr/odysseum/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La créativité numérique à l’école : PPN « Carnet de voyage »

Dans le cadre de la formation à l’ESPE d’Aquitaine en vue du Professorat des écoles, le PPN, Projet pluridisciplinaire numérique, privilégie le croisement de quatre disciplines d’enseignement (géographie, arts, français et langues) afin de cibler les domaines majeurs d’apprentissage : le langage, les activités artistiques et la découverte du monde. Aussi, l’imaginaire géographique, la pratique artistique, l’expression écrite et l’apprentissage précoce des langues et des cultures sont sollicités dans une démarche active centrée sur la créativité et sur la production de textes et d’images dialoguant avec la trame narrative du voyage. Certains stagiaires ont tissé le fil pluridisciplinaire alors que d’autres ont ouvert leur PPN à l’EDD ou aux sciences : Carnet de voyage en EDD « Réduire, recycler, réutiliser les déchets » d’Emilie TEN SHONG et Kéranne LAULAN (Prix ESPOIR ESPE 2019), Carnet de voyage imaginaire d’une canette de soda Comprendre le concept et l’intérêt du recyclage (économie circulaire au programme de géographie) de Charlieœ GUILHERMET, Mon voyage dans l’Univers de Louis BOIREAU et Marine CAPDEVIELLE et Carnet de voyage naturaliste au jardin de Thomas LESCOULIER.

            Chaque stagiaire a réalisé sa démarche de projet à partir d’une carte mentale en ligne et a dû faire le choix entre trois types de carnet de voyage  : « imaginaire » à partir de ressources (album, reportage audiovisuel…), « réel » pour exploiter une sortie de classe ou « virtuel » grâce à un échange via un réseau ou un appariement de classe. Toutes les combinaisons sont envisageables voire souhaitables dans le cadre d’une démarche pédagogique « exhaustive » à partir des trois temps : avant, pendant et après le voyage. La moitié des PPN ont été construits à partir d’une sortie scolaire dont trois à visée scientifique, précédemment cités. Ces carnets de reportage sur le terrain ont facilité l’usage de la vidéo, la prise de photos, le journal de bord in situ. Ainsi, en vue du carnet de patrimoine A la découverte du Périgord, Ophélie GUIYOULE a utilisé plusieurs outils numériques. Certains stagiaires se sont demandés à quel moment la sortie serait la plus pertinente dans le projet : A la découverte du Bassin d’Arcachon de Léa SANCHEZ, Les CM1/CM2 voyagent dans les Landes de Léa DUBOURDEAUX. Le choix de placer la sortie en amont du travail afin d’exploiter a posteriori toutes les traces et preuves du voyage cadre mieux avec l’exigence de l’évaluation PPN : A la rencontre des habitants de Camblanes d’Aude Le COADOU et Mathilde LAVESQUE, Les sorties de la classe de CM2 de Paloma NUNES et Morgane LE HIR, Une semaine au conservatoire de Morgane GEOFFROY.

            L’autre moitié des PPN a concerné les voyages imaginaires à partir d’un album ou de ressources numériques qui facilitent l’apprentissage de la géographie culturelle, en CP – CE1 et notamment en maternelle. Cette année, les quatre professeurs stagiaires en école maternelle ont excellé dans leur pédagogie de projet : Les carnets de voyage de Marguerite de Laurence BOUTET qui a privilégié la rencontre avec l’Autre et les langues étrangères, A la découverte de l’Australie d’Emilie BORDES qui a valorisé les arts, Découverte de 5 pays en maternelle :  Australie, Japon, Espagne, Brésil, Afrique du Sud d’Eugénie HAZARD qui a ciblé les différences culturelles, Mon voyage dans l’Univers de Louis BOIREAU et Marine CAPDEVIELLE qui ont favorisé l’imaginaire du récit et la narration créative en vue de la réalisation d’un album d’aventures. A l’école primaire, la lecture d’un album a impulsé le PPN Carnet de Voyage imaginaire du loup par Mathilde GOUBE qui a crée avec ses élèves (https://users.wix.com/signin) un blog avec WIX ; la recherche sur le web de documentaires a inspiré le PPN A la découverte des écoles du monde de Maïlys BORIE et Déborah ROQUES et l’origine familiale des élèves a donné envie à Vanessa SOUSSI de créer Un tour du monde culinaire à la découverte de neuf pays. Solange LAUGA-CAMI, quant à elle, s’est questionnée sur l’inclusion scolaire d’élèves en situation de handicap à l’origine de son PPN Tour du monde des sens. Du voyage proche au voyage lointain, les objectifs interculturels sont déclinés selon le projet : de la connaissance anthropologique dans le Carnet de voyage au Vanuatu de Maurine CHOUVET à l’apprentissage précoce des langues dans Vis ma vie d’écolier anglais d’Iris DUCREUX. La rencontre est souvent le moment privilégié du voyage, aussi certains stagiaires ont pensé leur projet autour de l’échange, comme l’illustre le remarquable PPN Les carnets de voyage de Marguerite de Laurence BOUTET qui explique « le voyage de Marguerite est à la fois réel (les week-end en famille), et imaginaire (ses escapades autour du monde) ». Ainsi, elle croise des personnages de contes (le petit aborigène) mais aussi des personnes réelles qui viennent directement à la rencontre des élèves. Recevoir une lettre, interviewer des locaux, inviter des allophones en classe, échanger via un réseau social, monter un projet d’appariement via e-Twinning sont autant d’occasions plus ou moins virtuelles pour favoriser le dialogue des cultures et des langues et se frotter à l’interculturel. Le carnet de voyage qui peut se décliner de la production médiatique à l’oeuvre artistique parle aux sens : le récit est orienté par les émotions et les moments forts vécus par son auteur.

Nous retenons de toutes ces expériences des plus-values pédagogiques : la motivation des élèves dans un projet de classe qui donne du sens aux apprentissages, les différents temps proposés qui mobilisent différents types d’intelligence, la projection dans un projet annuel porteur d’une dynamique collective, la diversification des pratiques d’enseignement. Le Forum PI a su nous faire partager l’enthousiasme de nos stagiaires devenus enseignants et leur envie de réinvestir cette pédagogie active initiée par le PPN dans de plus larges ambitions : l’école en inter-cycles, une action éducative académique, un concours scolaire, des échanges européens…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

PPN Carnet de voyage numérique à l’ESPE d’Aquitaine

Le Forum PI qui a eu lieu le 28 juin 2019 à l’ESPE d’Aquitaine a su nous faire partager l’enthousiasme de nos stagiaires devenus enseignants et leur envie de réinvestir la pédagogie active initiée par le PPN dans de plus larges ambitions : l’école en inter-cycles, une action éducative académique, un concours scolaire, des échanges européens…L’ heure du bilan annuel des PPN est venue et ce dispositif de formation est plébiscité par nos stagiaires ! Nous retenons de toutes ces expériences PPN des plus-values pédagogiques : la motivation des élèves dans un projet de classe qui donne du sens aux apprentissages, les différents temps proposés qui mobilisent différents types d’intelligence, la projection dans un projet annuel porteur d’une dynamique collective, la diversification des pratiques d’enseignement. 

Sur les vingt-quatre stagiaires M2 en formation au Professorat des écoles qui ont suivi le PPN Carnet de voyage, seulement six projets pédagogiques pluridisciplinaires ont été réalisés en binôme sur les deux vagues (A et B), donc dix-huit PPN ont été réalisés. Alors que la pédagogie de projet, la pluridisciplinarité et l’usage du numérique sont les objectifs du dispositif, nous souhaiterions évoquer l’originalité des projets mis en œuvre, la diversification des pratiques d’enseignement et l’analyse réflexive sur l’outil « carnet de voyage ».

La durée du projet (deux semestres) permet aux professeurs des écoles stagiaires de réaliser des passerelles avec l’option du Tronc Commun (EMI, EAC, EMC…), facilite la problématique du mémoire MEEF et participe de la validation du C2I2E via le portfolio Exabis. Par exemple, Solange LAUGA-CAMI a rédigé son mémoire en menant une réflexion sur la démarche sensorielle en classe pour construire l’imaginaire géographique à partir de son PPN « Tour du monde des sens ». Dans le cadre de ce dispositif de formation, chacun a en effet remis une analyse critique des usages du numérique, le tableau des séances réalisées afin d’aboutir au carnet de voyage intermédia (papier, audiovisuel, numérique, échange) en classe présenté sous la forme numérique : de type webdocumentaire comme le permet Genial.ly ou Prezi, blog grâce à Wix, parfois un album sonorisé via Créadona ou un mur de productions via Padlet. L’essentiel réside dans l’expérimentation en classe et la créativité qu’offre ce dispositif innovant dans la formation de l’enseignant en devenir. Les passionnés ont même investi deux productions différentes pour parfaire leur maîtrise du numérique (vidéo + blog, album sonore + webdoc…). De plus, certains ont pensé le carnet de voyage transmédia à la fois comme spectacle vivant (chant, théâtre d’ombres chinoises, danses chorégraphiées) ou comme challenge interclasses sur un pays et comme support numérique (à destination de tous les parents d’élève).

Concernant les Professeurs d’Allemand stagiaires dans le cadre du PPN Carnet de voyage pour l’enseignement des langues, nous retiendrons l’intérêt pédagogique de l’outil « carnet de voyage » en classe d’Allemand afin d’ouvrir à l’altérité, à la pratique d’une langue et sur la culture des pays germanophones. Nos stagiaires ont regretté de ne pas avoir le temps matériel d’investir leur classe dans le concours scolaire du Goethe Institut de Bordeaux mais elles ont su valoriser les activités proposées dans le cadre de leur projet pédagogique.

Notre année scolaire a débuté par une mise en projet fictive sur le thème de la ville de Berlin (anniversaire de la réunification à la rentrée) afin d’ouvrir à des approches pluridisciplinaires en travaillant avec d’autres collègues disciplinaires (Hist-géo, Arts…). Perle LE VAN RA a approfondi les TD « Berlin » en créant un PPN intitulé Carnet de visite – guide voyage à Berlin/dans les pays germanophones (3e) comme l’a proposé Dorothée ADAM Carnet de voyage imaginaire Berlin : un voyage découverte à travers l’histoire et les arts (2e). D’autres stagiaires ont préféré imaginer un projet très personnel et original qui valorisent autant la création plastique que numérique. Ainsi Véronique DARRIET a lancé un Carnet d’exploration : l’amitié franco-allemande, une histoire à écrire à tous les temps (2e) et Bénédicte THOMAS – STEPHANO une approche très géographique du paysage allemand dans un Carnet au fil de l’eau : Chiemsee (3e) : activités humaines et gestion de l’eau sur les lacs. Chaque année je remarque, en tant que formatrice à l’ESPE, que la qualité du projet PPN ne repose pas sur la maîtrise du numérique que nous abordons en TD, mais sur l’originalité du scénario pédagogique et la créativité que l’enseignant déploie dans sa médiation pédagogique.

Relier créativité et médiation sont l’ambition de l’enseignement. En route pour des nouveaux projets à la rentrée !

Voir quelques présentations vidéos du PPN par des professeurs stagiaires :

https://vimeopro.com/user53139911/ppn-2019-pargot

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet ethnographique ou de recherche, outil et méthode à l’université

Communication au Congrès international d’Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation, AREF 2019, organisé par l’Université de Bordeaux, les 3, 4 et 5 juillet 2019 : 

Le carnet ethnographique ou de recherche : une « méthode visuelle » pour la formation universitaire

Le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche. Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article scientifique, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de « reporter » et de témoigner de faits, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ. Il peut se décliner sur tous les supports – audio-visuel sonore et numérique – et écrans dans une intermédialité du carnet et évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue ou regards du chercheur au praticien ou professionnel. Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet qu’il soit de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation.

            La démarche ethnographique facilite une pédagogie de l’émancipation et l’anthropologie semble porter une éducation de l’échange et de la rencontre. Trois expérimentations dans l’enseignement supérieur permettront de déterminer ce qui caractérise le carnet ethnographique ou de recherche sur le terrain. La conférence – débat intitulée Le carnet de voyage, un outil de formation universitaire lors de la 4e édition des Rencontres bordelaises Carnet de voyage, une écriture du monde a permis de croiser le regard de trois formatrices : Catherine Morgan – Proux dans le cadre de la formation de Guides interprètes (Licence Pro) de l’université de Clermont-Ferrand, Emilie Fort-Ortet dans le cadre de la formation d’animateur développement local de l’IUT de Bordeaux-Montaigne (DIUT) et Pascale Argod dans la formation d’enseignant, notamment ERASMUS (Master 2) de l’ESPE d’Aquitaine. Carnet de patrimoine, carnet d’enquête sociologique et carnet interculturel sont autant de projets d’expression personnelle à partir d’une démarche ethnographique qui allie réflexivité et créativité. Nous envisagerons quelques axes de réflexion à partir de la pédagogie de l’émancipation (Le Nouvel éducateur, n°233 « Les chemins de l’émancipation »), de la pédagogie de l’échange et des rencontres (OFAJ, 2018), de la place de l’anthropologie comme éducation (Tim Ingold, 2018) et surtout celle de l’expérience (Dewey, 1934). Depuis la mise en oeuvre des ateliers d’ethnographie lancés en 2009 (Chantal Deltendre-De-Bruycker) pour les scolaires jusqu’aux méthodes visuelles en SHS (réseau inter MSH lancé en 2014 par le MICA et la MSHA) pour les chercheurs et professionnelles, la démarche ethnographique s’inscrit dans les cursus de formation et dans transversalité des disciplines d’enseignement. Nous essaierons de déterminer en quoi le carnet ethnographique ou de terrain relie la recherche à la formation universitaire, notamment professionnelle en vue des métiers de la médiation culturelle, de l’éducation et de l’enseignement (DUT, Licence Pro, Master Pro) et facilite des apprentissages transversaux universitaires.

Bibliographie

Arborio Anne-Marie, Fournier Pierre. L’observation directe. 4e édition. Armand Colin, 2015

Copans Jean. L’enquête ethnologique de terrain. Armand Colin, 2011.

Dewey John. L’art comme expérience. 1934, Gallimard, 2010 (Folio Essais).

Dewey John. LogiqueThéorie de l’enquête. PUF, 1967.

Hess Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Anthropos, 1998.

Ingold Tim. L’anthropologie comme éducation. Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2018, 122 p., postf. Yves Citton, trad. Maryline Pinton.

Laplantine François. La description ethnographique. Armand Colin, 2015.

Lubart. Todd. Psychologie de la créativité. Armand Colin, 2003

Paugam Serge. L’enquête sociologique. PUF, 2012.

Richelle Jean-Luc, Fort-Ortet Emilie, Dépasser les empêchements, Le Nouvel Educateur, n°236, février 2018 : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/51887

La centralité de l’image dans la pratique ethnographique, RAE, 2015.

Argod Pascale. Carnet de voyage, du livre d’artiste au journal de bord en ligne. CRDP d’Auvergne-SCEREN, ministère de l’éducation nationale, novembre 2005, 271 p. (Argos Démarche).

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Deux mémoires de recherche Master 2 sur le carnet de voyage à l’ESPE d’Aquitaine

Carnet de voyage sensoriel et confrontation à l’altérité : « le tour du monde des sens » par Solange Lauga-Cami, Professeur des écoles stagiaire à l’ESPE d’Aquitaine, 2018-2018

Outre le fait de développer la sensibilité de chacun, l’empathie et l’empathie et l’expression de ses émotions, le carnet de voyage sensoriel est conçu pour permettre aux élèves de s’ouvrir au monde, à l’altérité, mais aussi pour se découvrir eux-mêmes. Via la pédagogie active, le projet de Tour du monde des sens en classe de CM1-CM2 se donner pour ambition la construction de l’imaginaire géographique et culturel du pays par les élèves. Suite aux 64 exposés sur différents pays réalisés par les 29 élèves durant le premier trimestre et dans le but d’insérer deux élèves en situation de handicap, nous avons souhaité mener un projet de sensibilisation au handicap : actes du quotidien les yeux bandés, avec une seule main, sans entendre…expérimenter le braille et communiquer par des signes. Le projet de carnet de voyage par les sens est né afin que tous puissent voyager autour du monde en imaginant l’ailleurs. Aussi chaque élève (par trinôme) construit-il le carnet de voyage de son pays à partir de la découverte d’un objet, d’une musique traditionnelle ou d’une spécialité culinaire (odeur et goût). Dix pays visités par les sens sont valorisés lors de la fête de fin d’année et avec la création d’un escape game sensoriel. Il s’agit donc de développer sa sensibilité à travers une exploration sensitive afin de voyager grâce à des morceaux de musique à écouter, des objets à toucher, des odeurs à sentir et des recettes à goûter. La co-réalisation d’une carte mentale, la création d’une carte sensible et le profil des intelligences multiples de chaque élève ont été des outils pédagogiques pertinents pour la mise en oeuvre des séances : ils ont facilité l’expression des émotions et du ressenti ainsi que la rédaction des productions écrites. La problématique de la recherche est la suivante : dans quelle mesure une pédagogie active basée sur la création d’un carnet de voyage sensoriel peut-elle permettre la construction de l’imaginaire géographie et culturel d’un pays et ouvrir à l’altérité ? Mais le plus intéressant réside dans l’expérience du voyage vécu pour deux d’entre eux car celle-ci a modifié l’expression sensitive. Par exemple, le carnet de voyage en Finlande a suscité l’intérêt d’une élève pour le projet de voyage familial et le carnet préalablement réalisé l’a motivée pour la rédaction de son journal de voyage personnel in situ. L’élève a ainsi prêté une attention particulière à la différence culturelle et aux sensations gustatives et olfactives.

Comment favoriser l’implication et la réussite des élèves par l’outil et le projet du carnet de voyage ? par Isabelle Bacqué-Cazenave, Professeur certifiée de Lettres stagiaire à l’ESPE d’Aquitaine, 2018-2019.

Afin de favoriser l’implication et la réussite des élèves de la classe de cinquième, la méthode du carnet est proposée dans le but de travailler d’une façon réflexive, ludique et collaborative. Le carnet tel qu’il est conçu, tout au long de cette année scolaire, doit être analysé à plusieurs niveaux. Chaque séquence s’accompagne d’un carnet spécifique qui est lié au thème, aux objectifs, aux textes et aux notions traités. Ce dispositif doit donc d’abord être envisagé d’une façon pragmatique comme un point d’appui pour l’élève, le conduire à revenir sur la séquence et les différentes séances afin de préparer les évaluations par le biais d’écrits intermédiaires. C’est ainsi qu’il est clairement présenté aux élèves. On veille à donner le carnet à réaliser assez tôt dans la séquence et on l’utilise à nouveau, systématiquement, à la fin, dans le cadre de la séance bilan, séance consacrée à la fiche de réussite. Pour autant, il n’est pas question de surcharger le travail de l’élève mais au contraire de favoriser le transfert des savoirs et des savoir-faire. La conception se veut créative et ludique car, l’élève n’est pas évalué par l’enseignant dans les exercices proposés. Par le biais du carnet, on a donc à cœur d’installer « un espace hors menace » (Meirieu). On a aussi le souci de choisir des activités variées et dans la mesure du possible, innovantes. En outre, le carnet constitue un espace d’échange. Le travail  collaboratif, entre pairs et par groupes, y trouve largement sa place. Enfin, la méthode du carnet doit amener à échanger à l’extérieur de la classe. L’enseignant   incite l’élève à présenter le carnet à ses proches, à  sa famille, mais aussi à l’ensemble de la communauté scolaire et pour ce faire, un projet est mené avec la classe de 4ème SEGPA. Puis, une exposition des carnets est organisée au CDI. Le support papier individuel deviendra, à mi-parcours, un support numérique collectif, consultable sur le site du collège et envoyé, en fin d’année, au collège partenaire de Malaga. Il sera utilisé par la responsable des échanges européens, dans le but de présenter Bordeaux aux élèves de la classe Euro-français. Les élèves sont invités à réaliser un carnet de voyage, personnel et collectif sur le thème BORDEAUX : une ville au creux d’un fleuve. Sous un format papier et numérique, le carnet présente un parcours mettant en valeur les lieux incontournables de Bordeaux et les caractéristiques fluviales de la ville. La progression annuelle prévoit, à chaque séquence, un carnet particulier qui permet de réinvestir les notions vues en cours mais qui propose aussi un prolongement culturel, soit neuf carnets différents : le carnet de musée, le carnet de rencontre, le carnet d’émotions, le carnet patrimoine, le carnet d’utopies, le carnet de recettes, le carnet de jardin, le carnet d’architecture, le carnet de marin. Chaque production est adaptée à la séance en fonction des thèmes du programme au fil de l’année: Le voyage et l’aventure, Héros, héroïnes et héroïsmes, Imaginer des univers nouveaux, Avec autrui, familles, réseaux, L’homme et la nature.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet sensoriel de patrimoine immatériel dans le cadre d’une mobilité internationale et du FLE

La réalisation d’un carnet numérique de saveurs et de gastronomie est un projet pédagogique mené par les Relations Internationales de l’ESPE d’Aquitaine à destination des étudiants ou enseignants stagiaires en mobilité internationale et pour l’enseignement du FLE, Français langue étrangère. Il s’intitule « Mon carnet de saveurs à Bordeaux : un voyage sensoriel à mon goût ».

Il s’agit de croiser le patrimoine culturel immatériel de Bordeaux avec le tourisme expérientiel et sensible des étudiants en mobilité internationale ou en ERAMUS + durant 4 à 6 mois dans notre ville classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce type de tourisme est de plus en plus valorisé dans notre région Nouvelle Aquitaine, renommée pour sa gastronomie. Comme le témoignage de l’expérience vécue est au coeur du carnet de voyage, ces productions numériques pourraient être communiquées à l’Office de tourisme. De plus, ouvrir sur la culture française est un objectif d’apprentissage lié au FLE, plus précisément ce carnet de patrimoine aborde un aspect de notre culture lié à notre région de vignobles, celui de la gastronomie. Puisque la découverte d’une culture et du patrimoine est au coeur du carnet de voyage, une ballade à la découverte de notre ville, sous l’angle du goût, incite la curiosité de nos stagiaires accueillis à l’ESPE, qui sont souvent en quête du « typique » et du caractère français du patrimoine.

Le genre « carnet de voyage » est lié à la découverte par les sens (vue, odorat, goût, toucher, ouïe) et à l’expression personnelle créative qui peut être artistique ou journalistique. Le témoignage et la narration sensorielle sont les caractéristiques du carnet de voyage. La réalisation numérique cible surtout la vue et le goût à travers une ballade sensorielle dans la ville de Bordeaux et prend la forme d’un webdocumentaire ou d’un guide touristique – album numérique : l’interactivité et les liens web sont privilégiés. C’est un outil pédagogique pour l’enseignement du FLE, notamment dans le cadre d’une mobilité. Aussi, l’expression personnelle des textes rédigés porte t-elle sur le vocabulaire des cinq sens et des sensations (deux fiches de vocabulaire mises en ligne) et sur l’art de la dégustation du vin avec l’évocation du goût et des saveurs. L’atelier numérique fait le lien avec les cours en Français afin de motiver l’écriture à partir d’une palette de formes littéraires (poème, recette, article, analyse…). La conclusion nécessite une réflexion interculturelle autour de la gastronomie comme référent culturel entre chez soi et ici mais il s’agit d’ouvrir sur des aspects plus généraux de comparaisons et de différences entre deux cultures. Chaque stagiaire explique ce qui a été enrichissant lors de sa mobilité internationale et ce qu’il retient comme types d’apprentissage dans cette expérience de mobilité. C’est la clef d’un carnet de voyage interculturel réussi !

Nous commençons d’un point de départ, le pays natal à travers l’évocation d’une recette locale puis, évoquons l’arrivée à Bordeaux avec la découverte du marché des Capucins. Tous les sens sont en éveil et le vocabulaire approprié est assimilé. Ensuite, chaque étudiant détermine un itinéraire à la recherche des lieux ou produits préférés dans la ville. Ce dernier est ponctué de plusieurs étapes dans les lieux de restauration, les marchés, les commerçants, les boutiques de spécialités régionales ou des épiceries fines… en découvrant une spécialité bordelaise dont la recette est à rédiger. Chacun peut évoquer l’art du goût, la convivialité autour d’un plat partagé entre amis, la réalisation d’une spécialité locale (vidéo), des citations littéraires, des dictons autour de la table, des poèmes personnels sur les sens (couleur, parfum, goût). En quelques pages, il s’agit de raconter son itinéraire gastronomique (culinaire) dans la ville de Bordeaux avec des haltes au fil d’une ballade gustative qui s’achève par une dégustation à la Cité du vin (voir son atelier « Au marché du monde » qui est un type carnet de voyage sensoriel). Parmi les haltes proposées, les pâtisseries et les boulangeries sont incontournables dans la gastronomie française : choix parmi 150 pâtisseries et tant de pains différents. Cette expérience sensorielle de souvenirs personnels liés au goût et aux saveurs de notre région Nouvelle Aquitaine fait l’objet d’écrits de styles variés et de créations d’images diverses (photos, croquis, vidéos…). L’itinéraire interactif est retranscrit à partir d’un plan de la ville de Bordeaux commenté par les hyperliens pour chaque étape ou halte gustative.

« Je vous propose une promenade sensorielle et gustative à travers la ville de Bordeaux afin de vous faire découvrir mes endroits de gastronomie préférés. Cette ballade parle aux cinq sens (vue, odorat, ouïe, toucher, goût) et évoque mes impressions sensorielles et poétiques au fil de mes découvertes du patrimoine gastronomique aquitain (Nouvelle Aquitaine) » (P. Argod, extrait de la trame narrative).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts