Carnet sensoriel de patrimoine immatériel dans le cadre d’une mobilité internationale et du FLE

La réalisation d’un carnet numérique de saveurs et de gastronomie est un projet pédagogique mené par les Relations Internationales de l’ESPE d’Aquitaine à destination des étudiants ou enseignants stagiaires en mobilité internationale et pour l’enseignement du FLE, Français langue étrangère. Il s’intitule “Mon carnet de saveurs à Bordeaux : un voyage sensoriel à mon goût”.

Il s’agit de croiser le patrimoine culturel immatériel de Bordeaux avec le tourisme expérientiel et sensible des étudiants en mobilité internationale ou en ERAMUS + durant 4 à 6 mois dans notre ville classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce type de tourisme est de plus en plus valorisé dans notre région Nouvelle Aquitaine, renommée pour sa gastronomie. Comme le témoignage de l’expérience vécue est au coeur du carnet de voyage, ces productions numériques pourraient être communiquées à l’Office de tourisme. De plus, ouvrir sur la culture française est un objectif d’apprentissage lié au FLE, plus précisément ce carnet de patrimoine aborde un aspect de notre culture lié à notre région de vignobles, celui de la gastronomie. Puisque la découverte d’une culture et du patrimoine est au coeur du carnet de voyage, une ballade à la découverte de notre ville, sous l’angle du goût, incite la curiosité de nos stagiaires accueillis à l’ESPE, qui sont souvent en quête du “typique” et du caractère français du patrimoine.

Le genre “carnet de voyage” est lié à la découverte par les sens (vue, odorat, goût, toucher, ouïe) et à l’expression personnelle créative qui peut être artistique ou journalistique. Le témoignage et la narration sensorielle sont les caractéristiques du carnet de voyage. La réalisation numérique cible surtout la vue et le goût à travers une ballade sensorielle dans la ville de Bordeaux et prend la forme d’un webdocumentaire ou d’un guide touristique – album numérique : l’interactivité et les liens web sont privilégiés. C’est un outil pédagogique pour l’enseignement du FLE, notamment dans le cadre d’une mobilité. Aussi, l’expression personnelle des textes rédigés porte t-elle sur le vocabulaire des cinq sens et des sensations (deux fiches de vocabulaire mises en ligne) et sur l’art de la dégustation du vin avec l’évocation du goût et des saveurs. L’atelier numérique fait le lien avec les cours en Français afin de motiver l’écriture à partir d’une palette de formes littéraires (poème, recette, article, analyse…). La conclusion nécessite une réflexion interculturelle autour de la gastronomie comme référent culturel entre chez soi et ici mais il s’agit d’ouvrir sur des aspects plus généraux de comparaisons et de différences entre deux cultures. Chaque stagiaire explique ce qui a été enrichissant lors de sa mobilité internationale et ce qu’il retient comme types d’apprentissage dans cette expérience de mobilité. C’est la clef d’un carnet de voyage interculturel réussi !

Nous commençons d’un point de départ, le pays natal à travers l’évocation d’une recette locale puis, évoquons l’arrivée à Bordeaux avec la découverte du marché des Capucins. Tous les sens sont en éveil et le vocabulaire approprié est assimilé. Ensuite, chaque étudiant détermine un itinéraire à la recherche des lieux ou produits préférés dans la ville. Ce dernier est ponctué de plusieurs étapes dans les lieux de restauration, les marchés, les commerçants, les boutiques de spécialités régionales ou des épiceries fines… en découvrant une spécialité bordelaise dont la recette est à rédiger. Chacun peut évoquer l’art du goût, la convivialité autour d’un plat partagé entre amis, la réalisation d’une spécialité locale (vidéo), des citations littéraires, des dictons autour de la table, des poèmes personnels sur les sens (couleur, parfum, goût). En quelques pages, il s’agit de raconter son itinéraire gastronomique (culinaire) dans la ville de Bordeaux avec des haltes au fil d’une ballade gustative qui s’achève par une dégustation à la Cité du vin (voir son atelier “Au marché du monde” qui est un type carnet de voyage sensoriel). Parmi les haltes proposées, les pâtisseries et les boulangeries sont incontournables dans la gastronomie française : choix parmi 150 pâtisseries et tant de pains différents. Cette expérience sensorielle de souvenirs personnels liés au goût et aux saveurs de notre région Nouvelle Aquitaine fait l’objet d’écrits de styles variés et de créations d’images diverses (photos, croquis, vidéos…). L’itinéraire interactif est retranscrit à partir d’un plan de la ville de Bordeaux commenté par les hyperliens pour chaque étape ou halte gustative.

“Je vous propose une promenade sensorielle et gustative à travers la ville de Bordeaux afin de vous faire découvrir mes endroits de gastronomie préférés. Cette ballade parle aux cinq sens (vue, odorat, ouïe, toucher, goût) et évoque mes impressions sensorielles et poétiques au fil de mes découvertes du patrimoine gastronomique aquitain (Nouvelle Aquitaine)” (P. Argod, extrait de la trame narrative).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage sensoriel et interculturel dans le cadre d’une mobilité internationale ou du FLE

Le projet pédagogique des Relations Internationales à l’ESPE d’Aquitaine, Université de Bordeaux : réaliser un carnet numérique de voyage ou de patrimoine dans Bordeaux ou en Nouvelle Aquitaine afin de favoriser les apprentissages linguistiques et culturels.

Dans le cadre de leur mobilité internationale ou en ERASMUS +, chaque étudiant stagiaire accueilli à l’ESPE d’Aquitaine (Maurice Niwese, Responsable RI) réalise depuis deux ans un carnet de voyage numérique intitulé “Mon carnet de voyage à Bordeaux ou en Nouvelle Aquitaine“. Nous proposons à l’ensemble de la promotion de réaliser une promenade patrimoniale à travers la ville de Bordeaux afin qu’ils puissent nous faire découvrir leurs endroits préférés. Le voyage commence dans le pays d’origine afin de mieux appréhender le changement de repères culturels et de pouvoir comparer sa ville natale ou de résidence estudiantine à l’originalité de la ville de Bordeaux. L’architecture du 18e siècle est souvent une découverte et une envie d’en savoir plus sur l’histoire de Bordeaux et sur certains quartiers préservés classés UNESCO (façade des quais) ou rénovés (Mériadeck) à travers la lecture d’articles de presse en cours de Français ou de FLE, repérés sur la base MAURIAC. La description architecturale d’un monument comme le Grand Théâtre y est aussi abordée : écrire et s’exprimer de façon personnelle et originale ! Tous les genres littéraires sont abordés et le choix est adapté à la découverte géographique. Quelques oeuvres littéraires ont été étudiées à partir d’extraits qui ouvrent sur l’écriture viatique : Le journal de voyage de Stendhal et le voyage aux Pyrénées de Victor Hugo

            La promenade dans la ville que je leur suggère, à titre personnel, commence par la Place de la Bourse et s’achève à la Cathédrale St André en faisant un détour par le Vieux Bordeaux, mais chacun sera libre de changer d’itinéraire : s’exprimer librement et témoigner de son expérience personnelle en est la finalité. Mon regard est surtout patrimonial et architectural, aussi j’évoque surtout le terme de “carnet de patrimoine” régional. Le voyage peut donc s’achever dans son lieu préféré en Nouvelle Aquitaine puisque j’incite à l’ouverture culturelle, au voyage et à la curiosité. Comme tout carnet de voyage, il s’agit de retracer le périple ou la pérégrination du départ à l’arrivée, en référence à “l’album amicorum” des étudiants germaniques du 16e – 17e siècles, en quelque sorte les premiers “carnets ERASMUS”. En effet, chacun consigne en dernière page des dédicaces comme signes d’amitié ou des anecdotes partagées dans la promotion : donc surtout tisser des liens interculturels ! Chaque ballade personnelle parle aux cinq sens (vue, odorat, ouie, toucher, goût) et évoque les impressions sensorielles et poétiques au fil des découvertes du patrimoine aquitain. Envisager l’interview d’un Bordelais ou d’un Aquitain donne plus d’authenticité à la narration et nécessite la rencontre de l’Autre. De plus, toute réflexion sur l’apport interculturel du séjour en France est fortement valorisée : favoriser l’immersion et la réflexivité ! A travers ce carnet, chacun souhaite garder en mémoire ses découvertes mais aussi témoigner de sa mobilité internationale sur Bordeaux : un médium utile pour communiquer et partager avec sa famille et ses ami(e)s au retour. Cette production médiatique associe textes personnels et images (photos, croquis, aquarelles) et rend compte de l’itinéraire suivi et géolocalisé sur un plan de la ville ou de la région. Le design visuel privilégié est celui du carnet de voyage : notes de voyages, journal daté, preuves du voyage, collecte d’indices, approche sensorielle….En TD atelier numérique, j’ai insisté sur les deux démarches créatives indispensables à la réalisation du carnet de voyage :

  1. Observer, ressentir, collecter et décrire
  2. Raconter en une image : composition spatiale

A travers un florilège de carnets de voyage ou carnets de patrimoine, chacun apporte son regard sur le patrimoine régional et le présente à ses collègues lors d’un oral final d’échanges de pratiques : Carnet d’une promenade à travers le village de Saint-Emilion et sa viticulture, Mon carnet de voyage au Cap Ferret,  Mon carnet de voyage à Pessac: du Château Pape Clément à Cité Frugès, Mon carnet de voyage dans la Nouvelle Aquitaine : autour de la dune du Pilat, Mon carnet de voyage à Lormont : du Parc de l’Ermitage Sainte-Catherine à la Ferme des Iris, Mon carnet de patrimoine dans le vieux Bordeaux, Mon carnet de patrimoine 18e siècle, Mon carnet de vignobles bordelais….

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil pour l’enseignement des langues et cultures de l’Antiquité

Communication intitulée « Le carnet de voyage pour l’enseignement des langues et cultures de l’Antiquité » lors de l’AG de l’ARELABOR, Enseignants de Lettres classiques, Latin et Grec, au Musée d’Aquitaine, le 27 mars 2019.

Les langues et cultures de l’antiquité constituent le socle commun culturel, notamment pour tout littéraire et futur enseignant dans une perspective européenne. Or, les héritages du genre « carnet de voyage » rejoignent la formation aux humanités  à travers le voyage de formation. Le carnet de voyage favorise en effet, en tant qu’outil pédagogique, les allers et retours à travers l’histoire entre les mondes grec et romain et les mondes contemporains afin d’exercer l’esprit critique. Il incite à la démarche réflexive à travers l’expression personnelle. De plus, les apprentissages via le voyage scolaire culturel consacrent le voyage de formation dans le cursus des élèves. Cet outil pédagogique distingué par le Label européen des langues depuis 2011 contribue à la conscience d’une appartenance européenne évoquée dans les objectifs éducatifs de l’enseignement du latin et du grec.

           L’intervention en six parties a souhaité éclairer sur les usages du carnet de voyage avant, pendant et après le voyage culturel ou la sortie scolaire sur un site gallo-romain et proposer une douzaine de pistes d’activités pédagogiques. L’histoire des voyages depuis l’Antiquité est une source de carnets de voyage “sur les pas de…” en classe et met en exergue le voyage de formation depuis les 16 e et 17 e siècles (Michel de Montaigne et le voyage en Italie des écrivains, des artistes puis des aristocrates anglais lors du Grand Tour). Nous avons circonscrit le genre médiatique et les caractéristiques du carnet de voyage afin de mieux appréhender les apprentissages via le voyage et les atouts pédagogiques du carnet de voyage. En déterminant l’art du carnet de voyage axé sur l’expression du sensible, nous avons dégagé quatre types de carnet d’apprentissage en classe de Latin ou de Grec : le carnet imaginaire, virtuel ou transmedia, le carnet de musée, le carnet d’archéologie ou carnet de fouilles, le carnet de voyage vécu en Italie ou en Grèce.

Des conseils pratiques (avant, pendant et après le voyage) ont été préconisés par Florence Pelissier, Professeur Agrégée de Lettres Classiques, qui mène depuis une dizaine d’années des projets au Lycée François Mauriac de Bordeaux. Chaque lycéen réalise en effet son carnet de voyage afin de préparer et d’approfondir le voyage culturel en Italie (Sicile) ou en Grèce qu’elle initie chaque année en classe de seconde ou de première. Pour conclure l’intervention, un projet pédagogique a été soumis à l’ARELABOR ; il s’agit d’envisager un partenariat ERASMUS + afin d’initier des échanges européens autour du carnet de voyage en Méditerranée sur les pas d’Ulysse, d’Ausonius (Aquitaine) ou d’Hérodote afin de tisser une citoyenneté européenne.

http://arelabor.com/ressources-proposees-par-pascale-argod-sur-les-carnets-de-voyage/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du livret pédagogique “Carnet de voyage” du Muséum d’histoire naturelle à Bordeaux

Dans le cadre de la formation des enseignants du second degré pour l’EAC, éducation artistique et culturelle, nous avons lancé l’exploitation pédagogique des collections du Muséum de Bordeaux qui ouvrira ses portes début avril après une totale rénovation. L’exceptionnelle scénographie place le spécimen naturalisé au coeur d’une médiation scientifique originale, ludique et pédagogique. Elle questionne notre rapport au vivant et notre désir de préserver la biodiversité en exposant la beauté de ses oeuvres et l’évolution de la classification des espèces. A partir d’une réflexion générale sur la démarche naturaliste et le carnet de voyage en vue d’une sensibilisation à la biodiversité, nous avons lancé la création de livrets pédagogiques à destination des collégiens et des lycéens. Après avoir déterminé les étapes de la démarche naturaliste (observer in situ, questionner, dessiner, inventorier, collecter…), nous avons abordé la diversité des carnets de voyage naturaliste et des carnets naturalistes puis envisagé la réalisation d’un carnet (de voyage) naturaliste dans le cadre de l’EDD, éducation au développement durable, pour la préservation de la biodiversité animale.

Muséum de Bordeaux 2019
La grande galerie des spécimens naturalisés répartis par continent

En équipe, les enseignants stagiaires ont proposé des activités d’observation, de comparaison, d’explication, de production à partir des collections de spécimens naturalisés du muséum. Selon l’une des trois différentes narrations, chaque équipe a réalisé une esquisse de livret pédagogique de type carnet de voyage “Sur les pas d’un naturaliste (scientifique ou artiste)”.

1- Partir sur les pas des naturalistes Humboldt et Bonpland : il s’agit d’illustrer leur expédition en Amérique espagnole (extraits de leur journal en 1799 -1804) par les collections du muséum et de proposer des activités autour de “la biogéographie” ou de la répartition des espèces animales et végétales sur la planète (exemple de la répartition des espèces animales dans la forêt équatoriale telle que l’Amazonie et ses strates de végétation).

2- Partir sur les pas du savant naturaliste Charles Darwin : il s’agit d’illustrer son voyage à bord du Beagle (extraits de son journal en 1831-1836) par les collections du muséum et de proposer des activités autour de la théorie de “l’évolution des espèces” ou de la classification du vivant.

3- Partir sur les pas du peintre animalier Kim Donaldson à partir d’une problématique sur la biodiversité ou l’adaptation d’une espèce animale au milieu géographique : il s’agit de voyager de continent en continent et d’imaginer un voyage de l’Afrique à l’Asie en proposant des activités à partir des collections du muséum.

Le livret pédagogique a pris en compte cinq éléments dans le synopsis du carnet de voyage du point de départ de l’expédition naturaliste au retour en France :

  • l’itinéraire de l’expédition : journal de l’expédition / scénographie du muséum / chemin de fer du carnet au fil des pages.
  • le spécimen : collecte in situ / animal naturalisé / dessin naturaliste / photographie.
  • la découverte scientifique : du savant naturaliste de l’époque / avancées d’aujourd’hui / évolution scientifique au fil des siècles et des savants.
  • les connaissances en SVT : la classification morpho – anatomique, l’arbre généalogique des espèces (à partir de fossiles), la théorie de l’évolution et la sélection naturelle, la variation de caractère d’origine génétique, l’adaptation au milieu naturel / environnement, la spéciation avec l’isolement reproductif ou géographique.
  • l’activité de l’élève : observation, questionnement, comparaison et production.
Muséum de Bordeaux 2019 :
Au 1er étage, salle “Comment se nourrissent les animaux ?”

La mise en forme numérique (webdocumentaire) du livret – carnet de voyage a nécessité quelques questions préalables que doit se poser tout pédagogue : Comment faire voyager l’élève à la découverte des espèces animales et des continents ? Quels liens tissés entre les salles (scénographie du muséum) et l’itinéraire du voyage naturaliste ? Comment personnaliser le carnet et personnifier la narration du livret ? Quelles sont les exigences d’une narration destinée aux jeunes ? Comment intégrer la démarche scientifique, de recherche et l’éveil des sens? Comment faciliter l’activité de l’élève, le ludique et la motivation ? Comment insérer des activités de productions numériques réalisées par l’élève ? Comment insérer des activités créatives d’expression personnelle dans le carnet de voyage ? Comment sensibiliser aux menaces qui pèsent sur la biodiversité et à l’EDD ? Comment présenter sous une forme numérique attractive le livret éducatif ? Comment ouvrir sur un carnet naturaliste (dessinateur naturaliste) édité de nos jours ? Comment attiser la curiosité vers une expédition scientifique contemporaine liée à la biodiversité ?

Le livret pédagogique numérique (webdocumentaire) a inséré tout type de document ou production d’image interactive telle q’une carte interactive de l’itinéraire, une image commentée de spécimens, une infographie des espèces menacées de disparition ou encore une chronologie interactive des théories de l’évolution ou de la classification des espèces. Les stagiaires enseignants du Master 2 MEEF de l’ESPE d’Aquitaine ont prévu d’amener leur classe à partir du mois de mai afin de tester leur production pédagogique imaginée. http://www.bordeaux.fr/p63912/museum-de-bordeaux

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de reportage pour l’EMI, éducation aux médias d’information

Le parcours citoyen qui intègre l’éducation aux médias et à l’information (EMI), comprend un module de formation, soit deux journées, la première en novembre et la seconde en mars dans le cadre de la formation Master 2 MEEF à l’ESPE d’Aquitaine. Elles portent sur le dessin et la photographie de presse (1ere journée), le webdocumentaire et le webreportage (2e journée) et visent à sensibiliser aux enjeux éducatifs de l’Éducation aux Médias et à l’Information (EMI), à concevoir des projets pédagogiques en classe et à cibler quelques ressources éducatives en vue de la Semaine de la presse et des médias dans l’école du 18 au 23 de mars organisée par le CLEMI. L’information sans frontières ? est le nouveau thème adopté pour cette 30e édition. Il répond à l’ensemble des enjeux liés à l’Éducation aux Médias et à l’Information. https://www.clemi.fr/fr/semaine-presse-medias.html

30e édition de la Semaine de la presse et des médias dans l’école 2019

La première journée intitulée “Images et esprit critique” s’articule autour de trois objectifs : exprimer son opinion à travers l’image, exercer son esprit critique sur l’image et mettre en oeuvre une éducation au regard. Toutes les images d’information concernent l’expression des jeunes notamment en vue de la publication de blogs d’établissement ou encore de journaux scolaires d’expression lycéenne. Le dessin de presse, comme expression d’une opinion sur l’actualité, fait notamment l’objet de séances d’EMI (voir le webdocumentaire “Fini de rire” d’ARTE) et de projets pédagogiques sur la liberté d’expression (voir “Cartooning for Peace“). Des exercices d’analyse sémiologique de la photographie de presse ont favorisé une sensibilisation à la manipulation par l’image sur le web (voir “Les Décodeurs du Monde”) mais aussi l’utilisation d’images libres de droit (creative commons). Comme travail de réinvestissement et conclusion de la journée, il a été demandé aux enseignants stagiaires de créer une image interactive commentée d’une image de presse, en récapitulant l’ensemble des notions vues en cours, à partir des exercices d’analyse critique de l’information.

La deuxième journée intitulée “Narration de l’information et transmédia” s’est fixée trois objectifs : rendre compte d’un événement, monter un projet transmédia en classe et réaliser une production numérique. A partir de l’analyse d’un webdocumentaire ou webreportage (voir les productions d’ARTE et l’action “Raconte ta ville” CANOPE) et de la mise en scène de l’information, nous avons abordé le storytelling transmedia de l’information (voir le carnet de recherche MédiaNUM) puis les caractéristiques du carnet de voyage – reportage. Afin de réaliser un carnet de reportage sous la forme numérique ou un photoreportage en lien avec l’action “La France vue d’ici” lancée par le CLEMI lors de la Semaine de la presse et des médias à l’école (mars 2018), les enseignants stagiaires proposeront à leur classe une activité concrète de création d’images et d’analyse sémiotique. En TD, ils ont pu expérimenter la réalisation d’un webzine ou d’un journal scolaire numérique (voir l’outil numérique diffusé par la CLEMI). Plusieurs projets pluridisciplinaires d’EMI ont été imaginés avec pertinence par les équipes d’enseignants stagiaires et d’étudiants du Master 2 MEEF à l’ESPE d’Aquitaine.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage au livret pédagogique du musée d’ethnographie de Bordeaux

Le carnet de voyage au musée est un outil de médiation approprié pour les scolaires que les services éducatifs mettent en oeuvre afin de relier diverses activités d’observation, d’expression personnelle et de créativité. Dans le cadre de la formation des enseignants du second degré pour l’EAC, éducation artistique et culturelle, nous avons lancé l’exploitation pédagogique des collections du MEB, musée d’ethnographie de l’université de Bordeaux, réunie lors de l’exposition “Best Of”. A partir d’une réflexion générale sur “l’ethnographie (objets et carnets) pour ouvrir à l’altérité”, nous avons lancé des pistes en vue de la réalisation d’un livret pédagogique à destination des collégiens. Déterminer le contexte de l’exploration et la visée du voyage déconstruit les représentations de l’ailleurs et les clichés de l’exotisme. Chaque groupe a travaillé sur six zones géographiques distinctes en vue d’un projet pluridisciplinaire sur “Les imaginaires du voyage contemporain” en lien avec les programmes d’enseignement du collège en lettres, langues, arts et EAC. Il s’agit de confronter le voyage historique au voyage contemporain en référence au mythe voyageur “de l’exploration”.

Musée d’ethnographie de l’université de Bordeaux 2018 :
Exposition “Best Of, un regard sur les collections”

Après le choix de la zone géographique et de 5 objets qui en sont originaires et sélectionnés selon les cinq thèmes de l’exposition, chaque groupe a réalisé une analyse contextuelle (historique, cartel, type d’objet) des objets puis un travail documentaire. Ensuite, chaque équipe a réalisé une mise en projet sous la forme d’une carte mentale. Chaque enseignant stagiaire, en fonction de la zone géographique, a recherché une mission d’exploration du début du 19e siècle et deux carnets de voyage (ouvrage et blog) du 21e siècle puis a sélectionné une carte historique de l’expédition et un itinéraire de voyageur issu d’un des carnets de voyage contemporains (toutes les ressources nécessaires ont été données à mi-parcours sur la plateforme d’e-learning de l’université de Bordeaux).

Chaque groupe (selon le continent choisi) a imaginé une piste de scénario afin de mettre en activité les élèves de collège à partir des 5 objets sélectionnés dans le musée d’ethnographie de Bordeaux.

La mission de l’apprenti ethnologue – explorateur tisse la narration du carnet de voyage : “Tu vas mener une enquête historique d’apprenti ethnologue afin de relier l’objet ethnographique à son contexte historique puis confronter l’exploration historique au voyage d’aujourd’hui pour la zone géographique que tu as choisie. Dans ce but, tu as un carnet de voyage sur lequel tu prends des notes sur les objets que tu collectes au fil de ton itinéraire sur ce continent méconnu. En équipe pluridisciplinaire de 3, vous choisirez votre destination parmi les six zones géographiques suivantes : Chine, Océanie (Vanuatu), Afrique de l’Ouest (Mali, Mauritanie), Afrique de l’Est (Ouganda, Ethiopie), Asie du Sud-Est (Cambodge ,Vietnam, Laos), Tibet – Népal”.

Les élèves découvrent ainsi les explorations françaises historiques telles que la Mission Dakar-Djibouti de Marcel Griaule (1931-1933), l’exploration scientifique de Théodore Monod (1923) en Mauritanie et au Mali, la Croisière Jaune par G.-M. Haardt et Louis Audouin-Dubreuil (1931-1932), le Tibet d’Alexandra David-Néel (1911-1925), le voyage d’exploration du Mékong (1866-1868) par Doudart de Lagrée et Francis Garnier, l’expédition La Boudeuse autour du monde de Patrice Franceschi (2004-2007). Chaque espace géographique a pu faire l’objet d’une publication “carnet de voyage” par l’éditeur bordelais Elytis Editions qui offre alors le regard contemporain d’un voyageur carnettiste.

La mise en forme numérique du livret pédagogique du MEB, Musée d’ethnographie de Bordeaux, sous la forme (et la narration) d’un “carnet de voyage” a nécessité de :

  • retranscrire l’itinéraire : journal de l’expédition historique / carnet de voyage contemporain
  • déterminer la place de la preuve : objets dans les musées / croquis dans l’édition / photographies sur les blogs
  • évoquer la confrontation à l’altérité : rencontre, interview, échanges interculturels
  • créer à partir des imaginaires du voyage : images, récits, commentaires

Ce travail a soulevé quelques questions à propos de la médiation : Comment aborder le thème “des imaginaires du voyage” sur l’espace géographique choisi ? Comment relier le carnet de voyage édité ou numérique, l’exploration historique et l’exposition “Best Off” dans le scénario pédagogique d’un projet sur l’imaginaire du voyage ? Comment intégrer la démarche ethnographique et la démarche de recherche dans un projet pluridisciplinaire ? Comment penser un scénario pédagogique “avant, pendant et après” la sortie ou le voyage scolaire ?

https://meb.u-bordeaux.fr/Expositions/Best-Of-Un-regard-sur-les-collections

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage musical

Plusieurs projets pédagogiques ont émergé depuis peu autour du carnet de voyage musical en vue de l’éducation artistique et culturelle (EAC). La formation nationale “Chantons l’opéra de 3 à 18 ans” au PREAC Opéra des ministères de l’éducation nationale et de la culture des 30 – 31 janvier et 1er févier 2019, qui s’est déroulée à l’Opéra de Bordeaux, a initié de nombreux projets collectifs de création vocale afin de développer la sensibilité et la pratique artistique de l’enfant, comme le préconisent les instructions officielles sur “Le développement du chant choral à l’école” (BOEN n°5 du 31 janvier 2019). Aussi, nous semble t-il opportun de récapituler les projets autour du carnet de voyage musical, à la fois comme genre artistique mais aussi comme outil pédagogique pluridisciplinaire et inter arts au service de l’EAC dans les 1er et 2e degrés d’enseignement.

En partenariat avec l’Opéra de Bordeaux, le programme départemental de l’Action Culturelle de l’Education Nationale du Lot et Garonne a initié en 2014-2015 le projet Sur les traces de Marco Polo, mis en scène et écrit par Sally Galet. Les conseillers pédagogiques que sont Carole Maso, Lise Micheloni, Sylvie Pénidon et Frédéric Solbes ont lancé l’action afin de développer une pratique artistique de création dans l’un des domaines suivants : Education musicale : pratique du chant choral et polyphonique,  improvisations vocales, Arts visuels : découverte de matériaux, travail en volume pour la réalisation d’objets scéniques, Danse : danse avec les autres, pour les autres ; traduction corporelle d’un récit. De façon générale, vivre une expérience artistique et humaine unique en rencontrant des musiciens et une plasticienne et en se produisant avec eux dans de véritables salles de spectacle, face à un public, dans des conditions quasi-professionnelles. https://www.sallygalet.com/sur-les-traces-de-marco-polo

A Aulnay-sous-Bois, le CREA, Centre de création vocale et scénique, a réalisé un opéra pour enfant intitulé Marco Polo et la Princesse de Chine, d’Isabelle Aboulker sur un livret de Christian Eymery. Avec l’expérience de Didier Grojsman, la mise en scène est époustouflante : https://www.lecrea.fr/spectacles/marco-polo-et-la-princesse-de-chine/. Le livret de la chorale est disponible pour les classes : http://blog.ac-versailles.fr/euterpe/public/Chorale/livret.pdf ou  http://www.amadeus974.re/dossiers/livret_opera_marco_polo-acteurs.pdf

A Nantes, la Folle Journée 2019 est consacrée aux “Carnets de voyages” et à tous ces compositeurs qui ont créé des œuvres intemporelles à l’occasion de leurs voyages. À toutes les époques, les compositeurs en quête de nouveaux langages se sont aventurés sur des terres étrangères pour intégrer dans leur création nombre d’éléments puisés dans d’autres cultures. Mozart à Paris et à Prague, Haydn à Londres, Liszt et Berlioz parcourent l’Italie, Mendelssohn voyage en Angleterre et en Italie. Des compositeurs italiens affluent vers Paris, tels que Cherubini, Spontini, Rossini, et bouleversent l’histoire de l’Opéra. Le voyageur infatigable qu’était Saint-Saëns se montre fasciné par l’Orient : Orient et Occident Grand Marche pour Grande Harmonie, Op. 25. D’autres compositeurs contemporains grands voyageurs sont à redécouvrir à travers le prisme de la source inspiratrice de leurs voyages : http://www.follejournee.fr/new/theme-2019-carnets-de-voyage

Carnet de voyage d’Edouard Fouré Caul-Futy est une émission sur France Musique diffusée en 2016 en compagnie des ethnomusicologues à la découverte des cultures musicales les plus surprenantes à travers le monde entier. Soit presque une cinquantaine de carnets de voyage musical à écouter : https://www.francemusique.fr/emissions/carnet-de-voyage

Orients, spectacle et concert musiques du monde : infatigables voyageurs sur les routes des musiques orientales – de la Méditerranée jusqu’aux confins de l’Asie, Emmanuelle Troy et Luc Girardeau, réunis sous le nom de Trans-Eurasiens, se font les ambassadeurs et les passeurs de traditions aussi magnifiques que mal connues. https://arkhan-asso.com/spectacle-vivant/orient-s/

De nombreuses activités pédagogiques sont proposées pour la classe en ateliers de pratique artistique par l’association Ar’khan localisée sur Bordeaux : https://arkhan-asso.com/interventions-pedagogiques/ateliers-art-et-cinema-creation-video/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Démarche ethnographique et arts graphique : le carnet ethnographique

Communication intitulée “Démarche ethnographique et arts graphiques : en quoi le carnet ethnographique est-il un outil de formation professionnelle ?” lors du colloque international ISIAT  “Dans l’animation et dans la recherche : expérimentations artistiques : quelles interactions pour quelles transformation ? à l’IUT Bordeaux-Montaigne, les 28 et 29 janvier 2019.

Suite aux regards croisés de trois expérimentations dans l’enseignement supérieur, il s’agit de déterminer ce qui caractérise le carnet ethnographique ou de recherche sur le terrain et en quoi l’appropriation par l’art serait une plus-value formative. La conférence – débat intitulée ” Le carnet de voyage, un outil de formation universitaire” qui a eu lieu le 1er décembre 2018 lors de la 4e édition des Rencontres bordelaises “Carnet de voyage, une écriture du monde”, a permis de croiser le regard de trois formatrices : Catherine Morgan – Proux dans le cadre de la formation de guides interprètes (licence Pro) de l’université de Clermont-Ferrand, Emilie Fort-Ortet et Jean-Luc Richelle dans le cadre de la formation d’animateur développement local de l’IUT de Bordeaux-Montaigne (DIUT) et Pascale Argod dans la formation d’enseignant, notamment ERASMUS (Master 2) de l’ESPE d’Aquitaine. Qu’il soit carnet de patrimoine, carnet d’enquête sociologique ou carnet interculturel, ces productions sont autant de projets d’expression personnelle à partir d’une démarche ethnographique qui allie réflexivité et créativité. Que ce soit le carnet de médiation touristique, le carnet d’enquête sociologique ou le carnet interculturel, tous ces carnets formatifs reposent sur l’expérience in situ et favorisent l’expression personnelle, la consignation mémorielle, l’exercice de l’esprit critique. L’usage des arts graphiques et du rendu plastique ou numérique semble motiver les étudiants pour l’apprentissage de compétences professionnelles. A partir du témoignage recueilli de quelques étudiants de chacune des filières, je souhaite étudier les liens entre la confrontation au terrain, la motivation et l’expression artistique. Quels sont les processus en jeu dans cette appropriation par l’art ? Comment l’imagination est-elle interpellée sans être évincée par la confrontation au réel (Bachelard, Durand) ? Comment la créativité et la réflexivité à partir de l’exercice de l’esprit critique sont-elles mises en oeuvre ? Comment la pratique artistique est-elle conciliable avec la démarche ethnographique ? Comment de l’expérimentation de la recherche peut-on s’approprier la réflexivité nécessaire (De Certeau) à la formation professionnelle ? Observation, appropriation (Tisseron) et transmission seraient les trois étapes du processus en jeu qui transforme le chercheur en professionnel ou médiateur culturel (guide, animateur ou enseignant). Nous évoquerons le statut des arts graphiques dans la médiation scientifique afin de mieux circonscrire l’intérêt de l’outil du carnet (de voyage) ethnographique ou de recherche. Les deux demi-journées professionnelles sur le carnet naturaliste en 2017 et sur le carnet ethnographique en 2018 apporteront quelques réflexions pragmatiques.

L’intervention s’est centrée sur le projet mené depuis deux ans à l’IUT Bordeaux-Montaigne par Jean-Luc Richelle et Emilie Fort – Orthet : c’est à dire la découverte d’un quartier de Bordeaux le long de la ligne de TRAM en travaillant sur le terrain à raison d’une demi-journée par semaine durant le trimestre. L’évaluation est axée sur la présentation orale des quatre productions demandées : un carnet d’enquête, une valise contenant du matériau collecté et une carte sensible de leur territoire d’enquête avec une bande sons et un carnet de portraits individuels ou collectifs de lieux. Les objectifs visés permettent aux étudiants de se projeter dans leur futur métier d’animateur socio-culturel et portent sur : • Dégager une perception personnelle différente de celles des habitants • Se dégager des stéréotypes et des impressions ethno-centrées •Réfléchir aux notions de la frontière géographique et de gentrification •Percevoir le quartier dans son identité et dans son évolution (architecture, habitants, place de la nature…) • Etudier les flux, mouvements, trafics (voiture ou tram), bruits…. • Utiliser l’art comme médium (divagations artistiques) • Percevoir la place des associations dans la vie de quartier. Ultra impliqués, les étudiants qui se sont mis en projet ont compris combien la connaissance du terrain est fondamental dans le métier d’animateur socio culturel. De plus, ils ont investi le champs artistique avec une grande créativité dans le rendu de leur travail (théâtralisation, narration contée, maquette artistique….) .

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet sur le Pérou d’Emmanuel Michel : pistes pédagogiques

Le carnet sur le Pérou de l’artiste Emmanuel Michel peut être exploité dans le cadre d’un projet pédagogique en classe en lien avec les Propositions du Conseil supérieur des programmes en octobre 2018 sur l’enseignement des langues vivantes en seconde : http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/89/2/2de_Langues_vivantes_A-B-C_1021892.pdf

           Extraits : “La production comprend l’expression orale et l’expression écrite. Parmi les situations de production orale, l’élève peut être conduit à réaliser des annonces publiques réelles ou fictives, lire un texte travaillé à voix haute, chanter, exposer, commenter des données ou un événement, plaider, etc. Parmi les activités d’écriture, l’élève peut prendre un message sous la dictée, renseigner un questionnaire, écrire des articles de presse, produire des affiches, rédiger des notes, des comptes rendus, des résumés et des synthèses, écrire des courriels, réaliser des écrits créatifs, etc. L’expression créative : décrire, raconter, expliquer, argumenter. L’adossement d’une activité de production à une activité préalable de réception permet à l’élève d’opérer des transferts, notamment lexicaux, qui viennent enrichir son expression.”

            “En classe de seconde, le niveau visé dans les deux langues permet d’aller au-delà du thème travaillé au collège (cycle 4), la rencontre avec d’autres cultures. Il s’agit désormais de problématiser davantage les questions de cohésion sociale et culturelle : le fait d’interroger les relations sociales (rencontres, rapprochements, oppositions, tensions, etc.) est au cœur de la formation en langues. En déclinant la thématique de l’art de vivre ensemble, les élèves découvrent que chaque société est un organisme vivant, héritier d’un passé qui contribue à forger son présent et dont les références permettent de mieux comprendre les réalités actuelles, mais aussi se projettent dans un avenir qui mobilise l’imagination, le besoin de créer et le désir d’aller de l’avant.”

Huit thèmes :1) Vivre entre générations, 2) Les univers professionnels, le monde du travail, 3) Le village, le quartier, la ville, 4) Représentation de soi et rapport à autrui, 5) Sports et société, 6) La création et le rapport aux arts, 7) Sauver la planète, penser les futurs possibles, 8) Le passé dans le présent.

Objectifs pédagogiques et apprentissages visés :

Valoriser la diversité culturelle en vue de la compétence culturelle dans le cadre de l’enseignement de l’espagnol à partir d’un projet axé sur le Pérou.

Inciter aux deux compétences transversales du XXIe siècle que sont la créativité et l’esprit critique dans le cadre d’une éducation à l’interculturel.

Initier la création d’un carnet de voyagetransmédia” de la classe à partir de la diversité médiatique en favorisant le “transmédia storytelling” pour valoriser le patrimoine (MediaNUM) et en partant sur les pas de l’artiste renommé Emmanuel Michel (ouvrage).

Favoriser l’usage d’outils numériques en vue de diverses productions numériques créatives en classe ou au CDI avec l’enseignante – documetaliste (dans le cadre de l’EMI, l’EAC, projet en EPI…) et de la mise en oeuvre d’une différenciation pédagogique efficace.

Valoriser les aspects ethnographiques, culturels et archéologiques qui font l’identité culturelle du Pérou afin de créer le carnet de voyage imaginaire de la classe.

Démarche pédagogique et pédagogie de projet centrées sur l’expression personnelle:

1. Le carnet de voyage réel d’Emmanuel Michel facilite “l’entrée dans le pays”; c’est donc un médium de type “passeport” vers la différence culturelle. A partir de sa lecture, chaque élève peut imaginer le voyage vécu de l’artiste et se projeter dans son propre voyage qui est alors rêvé. Sur les pas d’Emmanuel Michel, chaque élève produit son carnet de voyage imaginaire au Pérou. Il s’agit d’analyser l’information du carnet de voyage de l’artiste pour créer les pages de son carnet personnel imaginaire. Cette pédagogie documentaire créative ciblée sur l’exercice de l’esprit critique et sur l’expression personnelle favorise la pratique informationnelle et artistique de l’élève (EMI et EAC).

2. Chaque activité peut correspondre à une page du carnet de voyage transmédia de la classe sur les pas de l’artiste Emmanuel Michel. Chaque élève prend alors le rôle, au fil des activités, de voyageur aventurier, d’ethnologue, d’archéologue, d’artiste, de journaliste….et peut rendre compte de sa découverte virtuelle à partir d’une recherche d’informations sur le web. L’analyse et l’exploitation de documents favorisent l’exercice de son esprit critique. La production finale de la classe est un carnet de voyage imaginaire qui peut devenir un carnet de voyage virtuel à la suite d’un échange avec une classe péruvienne correspondante ou française en Amérique andine (voir l’AEFE du Rectorat de Bordeaux). Tous les supports d’information seront utilisés (ouvrage, audiovisuel, numérique, réseau sociaux) et insérés dans une narration transmédia (projet mediaNUM du MICA) comme “un puzzle du récit à reconstruire”. L’escape game offre d’ailleurs une mise en forme appropriée à la narration transmédia tout comme le carnet de voyage numérique.

3. Le projet pédagogique se déroule selon les trois temps de la démarche du carnet de voyage : “avant” sur les représentations, “pendant” sur le vécu et “après” pour la re-création du voyage. La découverte du carnet de voyage d’Emmanuel Michel est le déclencheur du “vécu” qui permet de travailler à postériori sur la vérification de l’information et propose des chocs culturels propices au questionnement. Il permet alors la démarche heuristique, la mise en oeuvre de situations problèmes ou d’enquêtes complémentaires.

4. Chaque élève propose de compléter le carnet de terrain d’Emmanuel Michel en créant un document secondaire (orienté vers le documentaire) sur l’identité culturelle du Pérou : c’est à dire un carnet de voyage imaginaire personnel. Ce dernier peut se décliner, en fonction de l’activité déclinée en une vingtaine de pistes, en carnet de rencontres, carnet sociologique, carnet d’archéologie, carnet de cuisine, carnet de paysage…et selon le rôle pris par l’élève (archéologue, géographe, ethnologue, journaliste….)

5. Cette production sera évaluée par la classe correspondante péruvienne partenaire; elle pourrait alors déboucher sur un blog inter classes afin d’échanger sur sa propre culture (en langue espagnol). Cette confrontation collective offre débats argumentés et échanges pour améliorer le contenu et inscrire la production dans un respect de l’altérité et de pluralité de points de vue : une éducation à la citoyenneté et à la tolérance (EMC).

6. Les activités pédagogiques envisagées ci-dessous s’inscrivent dans une pédagogie de l’engagement et valorisent les intelligences multiples (Howad Gardner) ainsi qu”une différenciation pédagogique efficace (selon les 22 recommandations lancées par la CNESCO et l’IFEE en mars 2017) : en utilisant notamment des outils numériques qui correspondent à des stratégies d’apprentissage différentes.

Vingt-deux activités créatives, numériques et d’expression personnelle ont été proposées comme pistes pédagogiques, lors de la journée de formation intitulée “Le carnet de voyage ethnographique : mobilités, interculturalités et créativité”, le vendredi 30 novembre 2018, dans le cadre des 4e Rencontres “Carnet de voyage, une écriture du monde” à Bordeaux.

Ouvrage publié par l’artiste peintre et sculpteur Emmanuel Michel

http://www.emmanuelmichel.com/actu.php?cat=3

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet ethnographique, outil de médiation (inter)culturelle

Mon intervention lors de la demi-journée de formation continue intitulée “Le carnet (de voyage) ethnographique : mobilités, interculturalités et créativité” a porté sur le sujet du carnet ethnographique comme outil de médiation “inter)culturelle”. Comme l’évoquait Rémi Hess à la propos de “La pratique du journal : l’enquête au quotidien”, ouvrage publié en 1998 qui a impulsé ma réflexion, il s’agit d’un “outil de formation de soi et de construction du moment interculturel”. En quatre étapes, j’ai souhaité démontrer en quoi le carnet adapté à la démarche ethnographiques est un outil de formation et de médiation.

1. Des carnets de terrain (ethnographique et sociologique) pour combiner les démarches ethnographique, heuristique et de recherche

2. L’ethnographie pour la compétence interculturelle : observation, questionnement, enquête, esprit critique et de recherche, production.

3. L’approche sensible pour la production personnelle : arts graphique (photo, dessin) et sens, cartographie sensible et géographie subjective.

4. Apprendre par le voyage et les échanges : connaître l’autre pour éduquer à la tolérance, interagir et construire son identité culturelle.

            La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie (cf La description ethnographique. François Laplatine). L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes : Manuel d’ethnographie publié en 1947 avec ses Instructions d’ethnographie descriptive.

Ouvrages de recherche sur l’ethnographie :

Manuel d’ethnographie. Marcel Mauss (1926). Editions sociales, 1967. Payot, 2002 (Petite Bibliothèque n°13).

Voir la collection “128 Sociologie -anthropologie” chez Armand Colin

Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques. 4e édition. Stéphane Beaud, Florence Weber. La Découverte, 2010.

Les méthodes en sociologie : l’observation. Henri Peretz. La Découverte, 2004

Le récit de vie. Daniel Bertaux. 4e édition. Armand Colin, 2016

L’observation directe. 4e édition. Anne-marie Arborio, Pierre Fournier. Armand Colin, 2015

La description ethnographique. François Laplantine, sous la direction de François de Singly Armand Colin, 2015.

L’entretien compréhensif. Alain Blanchet, Anne Gotman. sous la direction de François de Singly. Armand Colin, 2016.

L’entretien. Alain Blanchet, Anne Gotman sous la direction de François de Singly. Armand Colin, 2015.

Les méthodes en sociologie. Raymond Boudon, Renaud Fillieule. PUF, 2018 n°1334.

L’enquête ethnologique de terrain. Jean Copans. sous la direction de François de Singly.  Armand Colin, 2011.

L’enquête sociologique. sous la direction de Serge Paugam. PUF, 2012.

Penser le sensible. François Laplantine. Pocket, 2018.

Revue Française des méthodes visuelles, MSHA, 2016 : https://rfmv.fr/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet (de voyage) ethnographique : formation continue

Lors de la 4e édition des Rencontres “Carnet de voyage, une écriture du monde”,
organisée par Lettres du Monde au marché des Douves à Bordeaux, une formation continue a été organisée le vendredi 30 novembre à destination de cinquante enseignants (Professeurs – documentalistes, de langues, de lettres et d’histoire-géographie) ou bibliothécaires. Cette demi-journée a eu pour thème “Le carnet de voyage ethnographie : mobilités, interculturalités et créativité”.

Il s’agit de monter des projets ensemble (avec les CDI et les bibliothèques) sur l’interculturalité, de confronter les usages éducatifs du carnet de voyage ainsi que ses atouts pédagogiques, exploiter en classe ou au CDI un carnet de voyage sur l’Amérique Latine, valoriser l’éducation à l’interculturel et à la mobilité (via les échanges, les voyages et les sorties scolaires) et bien sûr faire découvrir la diversité des carnets présentés lors de cette manifestation culturelle et artistique bordelaise.

4èmes Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde à Bordeaux, 2018

Mes objectifs d’enseignante – formatrice sont les suivants : penser le carnet ethnographique comme un outil de médiation (inter)culturelle, relier l’enseignement du second degré à des réflexions universitaires sur l’altérité, l’ethnographie et l’interculturalité, réaliser un carnet d’enquête sociologique et promouvoir une pédagogie de l’émancipation, découvrir une palette des carnets de voyage tournés vers l’anthropologie et l’ethnographie. Les collègues de l’IUT Bordeaux – Montaigne, Jean-Luc Richelle et Emilie Fort – Orthet, ont exposé leur expérience pédagogique et les projets réalisés avec leurs étudiants dans le cadre du cursus en animation socio culturelle et développement local.

De plus, grâce aux échanges avec l’artiste peintre, sculpteur et carnettiste Emmanuel Michel, nous avons découvert en quoi les arts graphiques sont au service de l’observation in situ, de la collecte du patrimoine immatériel et des échanges culturels. A partir de ses deux carnets de voyage intitulés : Pérou : peintures, dessins, sculptures et Cuba New York : un voyage en peinture (Elytis Editions), je propose des pistes d’exploitation de ces carnets de voyage pour la classe et de tester des fiches pratiques pour lancer un projet transmédia en EAC ou en EPI sur l’Amérique Latine ou sur le Pérou. Chaque enseignant stagiaire a reçu un dossier pédagogique qui rassemble les fiches – pistes d’activités numérique à réaliser par les élèves en classe et des ressources éducatives sur le Pérou en lien avec les programmes d’enseignement des disciplines telles que l’espagnol, l’histoire – géographie et les lettres. Isabelle Tauzin, universitaire spécialiste du Pérou, a commenté les photographies historiques exposées à l’espace Saint Rémi afin de déjouer quelques stéréotypes sur la culture péruvienne.

La dernière partie de la formation valorise les voyages scolaires et linguistiques à partir de l’expérimentation en cours au lycée F. Magendie de Bordeaux. Un projet interarts et intermédia “Carnets de voyage : impressions partagées et mises en scène du voyage” permet aux lycéens volontaires des douze voyages réalisés dans l’établissement de mutualiser leur expérience et de confronter leur point de vue sur l’altérité. Il s’agit de penser le carnet de voyage comme une performance interarts et de favoriser la créativité et la distance critique sur ses représentations ou référents culturels. Catherine Despouys, Emmanuelle Troy et Pascale Argod ont évqué leur contribution à ce projet innovant.

La journée s’est conclue sur la découverte de la diversité des carnets exposés lors de la manifestation culturelle et artistique “Carnet de voyage, une écriture du monde” : Tous les collègues stagiaires ont été invités au vernissage de cette quatrième édition 2018.

JOURNEE PROFESSIONNELLE 2018 Carnet de voyage, une écriture du monde Le carnet ethnographique, P. ARGOD, 2018 FINAL

Ressources complémentaires :

Emmanuel Michel, artiste carnettiste, peintre et sculpteur: http://www.emmanuelmichel.com/

Elytis Editions (Xavier Mouginet) : http://www.elytis-edition.com/catbeauxlivrespage.htm

Le 9e Congrès international des Péruvianistes du 21 au 23 novembre 2018 est organisé à Bordeaux par Isabelle Tauzin, Professeur d’université à l’université Bordeaux – Montaigne (équipe de recherche AMERIBER) : http://peruanista.org/ et https://ameriber.u-bordeaux-montaigne.fr/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Deux actions culturelles pour les étudiants de l’université de Bordeaux

La semaine internationale de l’université : “Mon pays en 180 secondes”

Lors de la semaine internationale de l’université de Bordeaux du 12 au 16 novembre 2018, dix-sept étudiants et enseignants stagiaires Mexicains, tous en mobilité internationale à l’ESPE d’Aquitaine, présenteront à l’oral un regard personnel sur leur pays. Un public de lycéens participant au disposition d’immersion “Lycéens à la fac” assistera à leur prestation orale. Sur l’initiative de Maurice Niwese, cette action culturelle favorise l’échange interculturel et la pratique du français dans le cadre des Relations Internationales de l’ESPE d’Aquitaine. Un prix sera remis par le Directeur de l’ESPE d’Aquitaine.

https://www.u-bordeaux.fr/Actualites/De-l-international/International-week-Semaine-internationale-2018

http://espe-aquitaine.fr/actualite/semaine-internationle

Conférence “Le carnet de voyage, outil de formation à l’université” le samedi 1er décembre à 14 H au Marché des Douves dans le cadre de la 4e édition des Rencontres Carnet de voyage, une écriture du monde.

Les regards croisés d’étudiants et d’enseignants responsables de projets pédagogiques, détermineront ensemble les atouts du carnet de voyage dans le cadre de la formation universitaire et professionnelle. Catherine Morgan-Proux évoquera les usages de l’outil dans la licence pro de Guides interprètes de l’université de Clermont-Ferrand, Emilie Fort-Ortet la pratique sociologique dans le cadre du département Carrières Sociales de l’IUT Bordeaux-Montaigne et Pascale Argod l’expression personnelle dans le cadre de la mobilité internationale à l’ESPE d’Aquitaine. Le carnet de voyage pour la médiation touristique, pour l’enquête sociologique et pour l’ interculturel ou pour la médiation du patrimoine seront autant de pistes abordées pour la formation à l’université. Diverses compétences transversales du XXI e siècle sont mises en oeuvre et forgent créativité et réflexivité, esprit critique et démarche de recherche. La mise en projet professionnel est déterminante.

https://lettresdumonde33.com/programme-2018/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La relation carnettiste – éditeur : mémoire universitaire 2018

Dans le cadre d’un Master 1 Métiers du livre et de l’édition à l’université Paris Nanterre, Séphora Markarian propose une problématique originale et pertinente comme titre de son mémoire universitaire de Master 1 :

La relation éditeur-carnettiste dans la production des carnets de voyage : l’éditeur comme co-auteur ?

Le carnet de voyage, dans sa forme large, peut être défini comme un ouvrage mêlant récits de voyage et éléments graphiques – dessins, photographies, collages d’objets – soit un rassemblement de toutes les choses vues et trouvées au fil du voyage. Désigné comme tel, le carnet de voyage est une forme de récit pratiquée en voyage et ce quel que soit le type de voyage, d’une longue ou courte durée, dans des lieux proches ou lointains. Il est un moyen de se souvenir, de transcrire, bien souvent pêle-mêle, les expériences vécues. Le carnet de voyage se trouve ainsi être une œuvre souvent désordonnée, parfois peu soignée, qui apparaît rester dans le domaine privé. À la manière du journal intime, le carnet de voyage accompagne le voyageur et recueille ses anecdotes, ses pensées, ses opinions, ses commentaires, qui identifient la personne en voyage, et proposent sa vision personnelle de l’Autre et de l’Ailleurs. Ce regard, qu’il se réfère à des éléments totalement étrangers ou non, est intime au voyageur. Cependant, pour qu’ils fassent l’objet de publications, les carnets de voyage sont envoyés à un éditeur pour être retravaillés, et ne restent donc plus seulement entre les mains du carnettiste. Au cœur de cette transformation, de manuscrit à beau-livre, se trouve l’éditeur : il intervient sur les manuscrits, les modifie, pour les intégrer à son catalogue de ventes. Nous pouvons donc nous demander en quoi la mise en forme éditoriale du carnet de voyage impacte-t-elle sur le contenu même du carnet de voyage manuscrit, voire aussi sur l’intention première de l’auteur ? En quoi la publication peut-elle modifier le rapport intime de l’auteur à son oeuvre manuscrite ? Quelle est la relation entretenue entre le carnettiste et l’éditeur qui rend publique son oeuvre ? Cette relation éditeur-carnettiste est-elle au centre de décisions éditoriales pouvant impacter l’aspect final de l’ouvrage ? Enfin, le travail éditorial de l’éditeur et la relation qu’il entretient avec le carnettiste permettent-ils d’attribuer le rôle de co-auteur à l’éditeur ?

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Mémoires universitaires soutenus en 2017 sur le thème du carnet de voyage

Cinq mémoires universitaires dont les auteurs m’ont contactée pour des conseils à distance sur leur sujet :

Cédric FOURNIER : Mémoire de DUT “Métiers du livre et du patrimoine option bibliothèques” de Bordeaux-Montaigne : La représentation du Carnet de Voyage en bibliothèque de lecture publique.

Adrien LE GALLOC’H : Master 2 Arts Plastiques de Bordeaux-Montaigne : Voyages imaginaires : des carnets de voyage aux récits d’aventure.

Ludivine JOURNAUX : Master 1 Médiation Culturelle à Paris 3 : Journalisme et engagement : le rôle de la médiation culturelle et sociale dans la revue XXI.

Quitterie de LA TEYSSONNIERE : Master 1 d’Information Communication à Assas  : Le carnet de voyage de Sempé aux Etats-Unis pour l’Express en 1969.

 Lauriane SANTER à l’école d’architecture de Toulouse : L’évolution des carnets de voyage vers les carnets numériques et sonores.

D’autres mémoires mis en ligne à découvrir sur le site DUMAS : 

Octave Dufour. La BD et le journalisme : entre grand reportage et autobiographie. Histoire. 〈dumas-01223817〉

Anouk Vallée. Les images de voyage : le rapport texte-image dans deux récits de voyage contemporains : L’Usage du monde de Nicolas Bouvier et Thierry Vernet (1963), Sur la route de Babadag d’Andrzej Stasiuk (2004). Littératures. 2015.〈dumas-01245621〉

Sandra Benchehida. Photographie et récit de voyage : regards pluriels sur les voyages de Freya Stark en Orient. Sciences de l’Homme et Société. 2015.〈dumas-01213454〉

Tiphaine Baubinnec. Les globe-trotters d’Instagram : représentation(s) contemporaine(s) du voyage . Sciences de l’information et de la communication. 2016. 〈dumas-01671589〉

Vincent Baisnée. De Nantes à Singapour, expérience d’une alternative au tourisme : abécédaire du slow travel. Architecture, aménagement de l’espace. 2016. 〈dumas-01649099〉

Élisa Danton. Itinérances : récit cartographique d’une année à Bangkok

Sophie Gruau. Voyages d’architectes : du Grand Tour à aujourd’hui

 
 
 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

6e Prix universitaire international du carnet de voyage Etudiant

Pour la sixième année consécutive, l’Université Clermont Auvergne organise le prix universitaire international du Carnet de voyage étudiant qui distingue le meilleur carnet de voyage réalisé par un(e) étudiant(e).

Pour participer, inscrivez-vous en ligne jusqu’à 30 septembre 2018 !

Ouvert à toutes les personnes inscrites dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, le concours permet de retranscrire une expérience vécue lors d’un voyage, en texte et en images, en laissant libre cours au sens d’observation et à la créativité de son auteur. Le carnettiste lauréat du Prix recevra un prix de 500 euros.

https://www.uca.fr/actualites-/toutes-les-actualites-/6eme-prix-international-universitaire-du-carnet-de-voyage-etudiant-77075.kjsp

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts