Carnet d’inspiration et carte imaginaire des continents littéraires de Pratt

Le carnet de voyage narre un itinéraire à travers l’espace géographique, aussi comprend-il diverses cartes (topographiques, thématiques, créatives, imaginaires, subjectives…) et compositions de collages d’images sur les pas d’Hugo Pratt, dessinateur italien Hugo Pratt (1927-1995) renommé pour ses littératures dessinées « Les aventures de Corto Maltese ».  Cette production artistique permet d’exploiter l’exposition intitulée « Hugo Pratt : lignes d’horizon » au musée d’Aquitaine de Bordeaux et de partir sur les pas de ce romancier – ethnologue.                                                                                                 

http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/exposition-hugo-pratt-lignes-dhorizons

La carte créative de l’Afrique selon Pratt ou des imaginaires de l’écrivain sur l’Afrique, croise les tracés de quatre voyages au fil du parcours autobiographique de l’écrivain : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé. Il s’agit en effet d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire (de type bande dessinée) qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues. La créativité est à l’œuvre à partir d’une sensibilité, d’un regard critique et d’un vécu enrichissant. Ce carnet de voyage sur les pas de Pratt est donc un itinéraire vers la gestation littéraire, notamment celle de l’album « Les aventures de Corto Maltese : Ethiopiques ». La naissance de l’oeuvre littéraire se jouerait dans la biographie de l’écrivain – voyageur – ethnologue.

  • Voyage vécu: l’adolescence de Pratt en Ethiopie. Quels sont ces lieux de vie en Ethiopie de 1937 à 1942 (5 ans) ?
  • Voyage rêvé : la lecture des poèmes ou Lettres d’Afrique d’Arthur Rimbaud (ill. Hugo Pratt ed. Vertige Graphic). Quelles sont les étapes de Rimbaud dans la Corne de l’Afrique ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels africains liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ?
  • Voyage imaginé : la création de l’album des aventures de Corto Maltese « Ethiopiques ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués ?

La carte imaginaire (créative, subjective…) de la Polynésie selon Pratt retrace son parcours autobiographique : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé. Il s’agit d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture mahorie et des expériences vécues en Polynésie. Ce carnet de voyage sur les pas de Pratt est donc un itinéraire sur la gestation littéraire, notamment celle qui concerne l’album « Les aventures de Corto Maltese : La balade de la mer salée ».

  • Voyage vécu : le voyage en Polynésie. Quel est l’itinéraire du voyage d’Hugo Prat en Polynésie ?
  • Voyage rêvé : la lecture de L’île au Trésor de Stevenson, extraits de Victor Segalen. Où se situerait l’île au Trésor ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels Maoris liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ?
  • Voyage imaginé : l’album – roman graphique avec Corto Maltese « La balade de la mer salée ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués ?

Une carte imaginaire (créative, subjective…) de l’Amérique selon Pratt retrace le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues à Buenos Aires ou à Salvador de Bahia. Le carnet de voyage aboutit à la gestation littéraire, notamment de l’album « Les aventures de Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » par Hugo Pratt.

  • Voyage vécu : le voyage de Pratt en Amérique Latine. Dans quels pays a vécu Hugo Pratt sur le continent américain entre 1950 et 1960 (10 ans) ?
  • Voyage rêvé : la lecture des poèmes de Borges, des albums de Milton Caniff « Terry et les pirates » en 1934 ou ceux de Steve Canyon en 1947, l’essai « En Patagonie » de Bruce Chatwin. Quels pays décrivent les écrivains latino-américains préférés de Pratt ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels amérindiens liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ? Lesquels proviennent de l’Amazonie ?
  • Voyage imaginé : les albums des aventures de Corto Maltese. Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués dans l’album « Sous le signe du Capricorne » ?

Une carte créative (imaginaire ou sensible ) retrace le vécu d’Hugo Pratt dans les deux villes, Venise et Buenos Aires, afin d’approcher la gestation d’une œuvre fictionnelle qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues à Venise jusqu’à l’âge de dix ans et à Buenos Aires comme illustrateur. Le carnet de voyage aboutit à la gestation littéraire, notamment de l’album « Les aventures de Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » par Hugo Pratt.

  • Voyage vécu : l’enfance de Pratt à Venise et de vie de jeune dessinateur à Buenos Aires. Quels sont ces lieux de vie à Venise de 1927 à 1937 (10 ans) puis à Buenos Aires de 1950 à 1960 (10 ans).
  • Voyage rêvé : La lecture d’écrivains argentins sur Buenos Aires et sur le tango, les films de Fédérico Fellini comme « Casanova de Fellini » ou très différent comme « Dick Tracy à Venise ». Quels lieux sont destinés au Tango à Buenos Aires ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels liés à des mythes. D’où proviennent les objets ou symboles ethnographiques.
  • Voyage imaginé : les albums des aventures de Corto Maltese « Fable de Venise », « La maison dorée de Samarcande », « L’enfance de Corto ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués dans l’album ?

Extrait du Bulletin officiel spécial n°4 du 29 avril 2010  : 6. Regards sur l’autre et sur l’ailleurs
« L’objectif est d’éveiller la curiosité des élèves pour les cultures, traditions et civilisations étrangères, et de les faire s’interroger sur les différents regards dont elles peuvent faire l’objet : celui de l’ethnologue, de l’anthropologue, du sociologue, du poète ou de l’écrivain, de l’explorateur, du reporter, de l’historien, du géographe, de l’archéologue.
On leur fait prendre ainsi conscience de différentes manières de rendre compte de réalités qui peuvent être éloignées dans l’espace ou dans le temps, et des diverses émotions et facultés qu’éveille et que mobilise en nous le contact avec l’autre et l’ailleurs.
Au-delà de la découverte de la diversité humaine, dont cet enseignement doit être l’occasion pour les élèves, on les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose. On aborde ainsi concrètement les notions de regard éloigné, d’altérité et d’identité culturelle, de patrimoine. »

Les albums de la collection « Corto Maltese » chez l’éditeur Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/corto-maltese

Catalogue d’exposition édité par le musée des Confluences de Lyon : https://www.museedesconfluences.fr/fr/node/2695

Nouveauté éditoriale : Corto Hero Book, un voyage de Géo dans le monde de Corto Maltese. Géo Magazine, Prisma Média, novembre 2020. https://cortomaltese.com/fr/corto-hero-book-geo/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage de création littéraire sur les pas d’Hugo Pratt

Dans le cadre de la formation au Master 2 MEEF à l’INSPE Bordeaux, est proposée une option d’éducation artistique et culturelle. Chaque année, j’envisage l’exploitation d’une exposition ou d’une collection muséale, mais cette année de restrictions sanitaires dues au COVID n’a pas permis aux enseignants stagiaires de découvrir l’exposition « Hugo Pratt, lignes d’horizon » au Musée d’Aquitaine de Bordeaux. Aussi je leur propose un projet EAC intitulé « Le voyage créatif de Pratt : des voyages vécus, rêvés, tracés et imaginés » à destination de scolaires. L’objectif vise la réalisation d’un carnet de voyage imaginaire à travers une narration transmédia sur les pas du dessinateur italien Hugo Pratt (1927-1995).

En premier lieu, il s’agit de définir les étapes de cette production à la quête du trésor de la différence culturelle. Comme Hugo Pratt était féru de cartes et d’atlas, je propose la création d’une carte imaginaire sur un continent vu par Pratt à partir de son parcours autobiographique : donc du lieu de départ (lieu de vie) à un point d’arrivée (lieu de publication de l’album BD). Ensuite, il s’agit de mentionner quatre à six étapes afin de déterminer un itinéraire au carnet de voyage en suivant les quatre types de voyage différents à l’origine de l’inspiration artistique et de la création littéraire : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé.

Pour chacune des étapes, dans le carnet de voyage en textes et images, l’enseignant stagiaire propose des activités ludiques ou d’enquête en vue de l’exploitation de l’exposition : énigmes, jeux de mots, observations, dessins…Dans la production transmédia, il est possible de mentionner des ressources complémentaires (voir celles sur le cours MOODLE) via des liens numériques (interviews, vidéo, photos, cartes…). Afin que l’élève devienne un enquêteur voyageur de ressource en ressource sur les pas d’Hugo Pratt, il est pertinent de raconter et de scénariser une histoire à partir de la biographie de l’écrivain.

Le carnet de voyage « de création littéraire » doit déboucher sur la quête du trésor, celle du héros Corto Maltese dans chacune de ses aventures, et celle qui a guidé la vie de Pratt : certainement la richesse de la différence culturelle et le goût pour l’ethnologie. Nous décidons en effet que cet apprentissage est central dans le projet pédagogique : en référence aux programmes d’enseignement, « On les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose. » Aussi, l’élève pourrait-il alors découvrir un trésor caché au CDI (cf à la bibliothèque personnelle d’Hugo Pratt qui s’élève à 20 000 livres) à définir : celui de la connaissance d’un peuple ou d’une culture du continent étudié. Donc, nous lui demandons de choisir un carnet de voyage édité sur la région géographique étudiée : soit au CDI, soit dans la nouvelle librairie des voyages de l’Espace Darwin, Géolibri, ou lors de la manifestation bordelaise Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde début décembre (sortie scolaire projetée après la visite de l’exposition au musée d’Aquitaine mais les deux événements culturels ont été annulés à cause des restrictions sanitaires dues au COVID).

Nous avons défini quatre équipes d’enseignants afin de réaliser quatre carnets de voyage imaginaires et numériques sur les pas d’Hugo Pratt : un carnet de voyage dans l’Afrique de Pratt, un carnet de voyage dans le Pacifique de Pratt, un carnet de voyage dans l’Amérique selon Pratt de l’Amazonie à San Salvador de Bahia, un carnet de voyage dans les deux villes d’Hugo Pratt que sont Venise (dix ans de 1927 à 1937) et Buenos Aires (dix ans de 1950 à 1960).

L’itinéraire de la carte imaginaire ou carte créative sert de chemin de fer au carnet de voyage et croise quatre types de voyage (vécu, rêvé, tracé et imaginaire). Il s’agit d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues (lieux de vie, voyages, rencontres). La créativité est en effet à l’œuvre à partir d’une sensibilité, d’un regard critique et d’un vécu enrichissant. Ce carnet de voyage est donc un itinéraire vers la gestation littéraire, notamment des albums « Les aventures de Corto Maltese » réalisés par Hugo Pratt.

Exposition « Hugo Pratt, lignes d’horizon » au musée d’Aquitaine :

http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/exposition-hugo-pratt-lignes-dhorizons                              

Site de l’exposition http://www.expositionpratt.fr/

L’ histoire de Corto Maltese : https://cortomaltese.com/fr/mon-histoire/

Catalogue d’exposition édité par le musée des Confluences de Lyon https://www.museedesconfluences.fr/fr/editions-de-lexposition-hugo-pratt-lignes-d%E2%80%99horizons

Albums « Corto Maltese » chez l’éditeur Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/corto-maltese

Invitation au voyage : Venise va bien bien à Corto Maltese, ARTE, 2019. https://www.arte.tv/fr/videos/093907-000-A/venise-va-si-bien-a-corto-maltese/

Invitation au voyage : Corto Maltese, gueule d’argentin, ARTE, 2019. https://www.arte.tv/fr/videos/090769-000-A/corto-maltese-gueule-d-argentin/

Hugo Pratt : un portrait en référence à Robert Louis Stevenson, FR3 Thalassa,1990. https://fresques.ina.fr/europe-des-cultures-fr/fiche-media/Europe00174/hugo-pratt.html

Film documentaire : Hugo Pratt, trait pour trait, un film de Thierry Thomas. Quark Productions, 2016. http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/50163_1

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Projets pédagogiques de carnets de voyage franco-allemands

Les liens France – Allemagne, qu’ils concernent l’histoire, les arts ou la littérature pourraient faire l’objet de plusieurs pistes de carnets de voyage en classe ou d’escape games créatifs, en vue de l’apprentissage de l’allemand et afin de préparer la « Journée franco-allemande » du 22 janvier, lancée par le ministère de l’éducation nationale.

Avec l’enseignant d’histoire, il est envisagé de travailler sur les traces de l’histoire commune, notamment pour la ville de Bordeaux. Ainsi, une recherche d’informations est proposée sur de nombreux sujets : la ville allemande jumelée avec Bordeaux, la route commerciale des villes hanséatiques, les négociants allemands à Bordeaux, la fortune de la ville de Lübeck mais aussi la base sous-marine de Bordeaux durant la seconde guerre mondiale. Autre piste, découvrir les itinéraires culturels européens qui concernent l’Allemagne, elle pourrait aboutir à la réalisation d’une carte numérique commentée des villes de la Hanse, ensuite présentée à l’oral en allemand.

Avec l’enseignant de Lettres, l’imaginaire est sollicité et notamment à travers quelques légendes typiquement germaniques. Suivre l’itinéraire des contes de fées en Allemagne peut aboutir à  la création d’un carnet de voyage imaginaire sur la « Märchentrasse ». En classe de Français, une comparaison du conte « Hansel et Gretel » de Grimm avec « le petit Poucet » de Perrault tisse des liens franco-allemands, comme pourrait aussi l’évoquer l’étude du Romantisme…Autre piste, les traditions et les fêtes germanophones reliées aux mythes d’Europe du Nord, qui inspirent deux types de carnet de voyage : l’un pour retracer le voyage légendaire du Père Noël de l’Allemagne, des Pays-Bas à New York, l’autre pour rendre compte des traditions culinaires de Noël et coutumes du Carnaval particulièrement fêté en Allemagne. L’élève relève les similitudes ou les différences avec certaines traditions alsaciennes.

Dans le cadre du cours d’arts plastiques, la recherche des artistes allemands ou germanophones qui ont été inspirés par la France permet d’évoquer une géographie artistique à travers le regard d’un peintre ou d’un photographe, par exemple la Camargue brute de Peter Lindbergh. Par ailleurs, l’imaginaire géographique est souvent abordé à travers la carte postale. Cette année nous célébrons les 150 ans des « Korrespondenz karten » qui sont nées lors de la Guerre franco-prussienne en 1870. La carte postale ou l’image – souvenir est en effet à l’origine du carnet de voyage, donc un projet pédagogique autour de la carte postale est d’autant plus pertinent. Bien sûr, un projet de Mail Art avec une classe allemande partenaire serait fort à propos afin de comparer les imaginaires géographiques des jeunes allemands à ceux des collégiens français.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’émotions à Vienne sur les pas de Beethoven

A chaque lieu sur la carte de Vienne (document de référence), l’enseignant pose une énigme à résoudre liée à la biographie du compositeur Ludwig Van Beethoven et qui amène l’élève à rechercher sur l’internet à partir d’un indice web. La réponse est rédigée en allemand puis elle est illustrée à travers une création plastique liée à l’émotion étudiée et à son expression en allemand : il s’agit de réaliser la première page du carnet de voyage. En haut de chaque page du carnet de voyage sont indiqués le lieu et le texte rédigé pour s’y rendre (classe inversée, avant la classe à la maison). Cette amorce sert de narration dans le carnet de voyage au fil de l’itinéraire suivi dans la ville de Vienne.  Au final la création d’une carte sensible à partir des émotions pourrait être envisagée en arts plastiques mais aussi une affiche qui recense des traits de la culture viennoise en 1820 ou qui dresse un panorama de l’Art Nouveau à Vienne. Cet alignement pédagogique assurerait la cohérence entre objectifs visés, activités proposées et évaluations choisies. Trois outils créatifs sont utilisés : l’escape game, le carnet de voyage et la carte sensible.

Lieu de départ : la maison Beethoven située au Schwarzspanierstraße 15

Escape game :

  • Enigme : quelle symphonie célèbre y a créé Beethoven ?
  • Indice web proposé : image du drapeau européen

1ere page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Sur la partition (L’Ode à la Joie) en fond de page, vous créerez un nuage de mots qui parle de l’Europe.
  • En écoutant le morceau de musique, vous rédigerez un texte personnel qui explique à quel moment vous vous sentez joyeux (synonymes autour du mot « Freude » : Jubel, himmlisch, glücklich …)

Prochaine étape : Théâtre de Vienne situé au Linke Wienzeile 6

En classe inversée à partir de la carte de Vienne : se rendre au prochain lieu et énoncer en allemand où il se situe sur la carte, puis expliquer votre itinéraire pour vous y rendre depuis la maison de Beethoven (texte à mentionner en haut de la page du carnet de voyage).

Escape game :

  • Enigme : pourquoi le théâtre de Vienne est-il si célèbre ?
  • Indice : image tronquée de la coupole intérieure ou de la scène.

2eme page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Vous réaliserez un collage d’images qui montre le faste de l’architecture de l’Opéra
  • Vous choisissez un extrait d’opéra qui exprime la colère et vous rédigerez un haïku en allemand ou un « Elfchen » sur cette émotion qui peut vous envahir.

Prochaine étape : le Café Central situé au Ecke Herrengasse, Strauchgasse

En classe inversée à partir de la carte de Vienne : se rendre au prochain lieu et énoncer en allemand où il se situe sur la carte, puis expliquer votre itinéraire pour vous y rendre depuis le théâtre de Vienne et les transports en commun que vous pouvez emprunter.

Escape game :

  • Enigme : quelle est la culture autrichienne liée au lieu convivial du Café ? A quelle époque et pourquoi ?
  • Indice web : image d’une tasse de café à la crème

3eme page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Vous choisirez plusieurs pâtisseries à déguster. Vous assemblerez dans une composition plastique « savoureuse » ces spécialités viennoises.
  • Vous choisirez un café typiquement viennois à boire et vous lirez le poème de Goethe « Mer calme et heureux voyage » puis vous rédigerez un texte sur le réconfort.

Prochaine étape : le Beethoven Museum situé au Probusgasse 6

En classe inversée à partir de la carte de Vienne : se rendre au prochain lieu et énoncer en allemand où il se situe sur la carte, puis expliquer votre itinéraire pour vous y rendre depuis le café et les transports en commun que vous pouvez emprunter.

Escape game :

  • Enigme : de quelle maladie souffrait Ludwig Van Beethoven ?
  • Indice web : image d’une bulle de BD avec onomatopées de bruits.

4eme page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Vous choisirez des couleurs qui évoquent la solitude et l’enfermement pour réaliser un nuage de mots sur le terme « dépassement »
  • Vous rédigerez une lettre « testament de Beethoven » avec des synonymes qui expriment la tristesse (traurig sein, melancholisch sein, deprimiert sein, keine Hoffnung haben).

Prochaine étape :  le Palais de la Sécession situé au Friedrichstraße 12

En classe inversée à partir de la carte de Vienne : se rendre au prochain lieu et énoncer en allemand où il se situe sur la carte, puis expliquer votre itinéraire pour vous y rendre depuis le Beethoven Museum et les transports en commun que vous pouvez emprunter.

Escape game :

  • Enigme : quelle œuvre picturale murale a été réalisé en hommage à Beethoven ?
  • Indice web : image du tableau « Le baiser » de Klimt.

5e page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Vous réaliserez un collage d’images de plusieurs œuvres de l’Art Nouveau.
  • Vous rédigerez un texte sur le désir (émotion) de vous rendre à Vienne et l’émerveillement lors de la découverte de cette capitale européenne des arts en 1820.

Etape ultime pour départager les équipes : la dernière énigme !

  • A Vienne, qui aurait pu vous expliquer l’origine de vos émotions ? (Freud)
  • A vous de vous rendre chez lui (en empruntant le tramway) afin de lire ses essais.
  • En reprenant le parcours en 5 étapes dans la ville de Vienne, vous dessinerez l’itinéraire et définirez la forme qui apparaît ou ce qu’elle peut évoquer…

Vous réaliserez une carte sensible des émotions ressenties au fil du parcours. Au final vous pourrez ajouter une autre émotion de votre choix et l’expliciter.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Escape game – carnet de voyage pour apprendre le français

« Le voyage créatif à Paris » est un projet pédagogique afin d’apprendre la langue française, pour le FLS ou le FLE, Français langue étrangère. Il s’agit pour l’apprenant de localiser sur une carte de la ville de Paris les lieux à découvrir. L’itinéraire de « tourisme créatif » a pour but d’apprendre le lexique et la grammaire en français et de réaliser un carnet de voyage imaginaire, virtuel ou réel dans Paris à partir de cinq lieux correspondant à des thèmes différents. Il s’agit d’associer trois outils pédagogiques dans la démarche de projet : l’escape-game, la carte et le carnet de voyage.

En équipe de deux, le binôme choisit un thème et crée des énigmes pour chacun des lieux avec des indices à mentionner : au choix six lieux du cinéma français, six lieux de la gastronomie, six lieux de la mode, six lieux de la littérature, six lieux de la chanson française. Les cartes thématiques des six lieux sont réalisées avec des illustrations et une légende adaptée au sujet. Ensuite, pour chacun des thèmes, tous les apprenants vont créer des productions artistiques qui seront les pages de leur carnet de voyage. Par exemple, pour la page cinéma, il s’agit de réaliser une affiche, pour la page gastronomie de créer une recette de cuisine illustrée, pour la page mode de réaliser un nuage de mots et un collage de photos, pour la page littérature de créer un calligramme illustré, pour la page chanson d’imaginer un texte sur la suite de l’air musical ou de la partition (image de fond).

L’ensemble des cinq double page (donc une dizaine de pages) en textes et en images compose « le carnet de voyage créatif à Paris » qui est alors un carnet personnel. Les cartes thématiques des six lieux y sont insérées afin d’expliciter la déambulation imaginaire dans la capitale.

En conclusion, pour les dernières pages, le carnettiste virtuel choisit un lieu par thème et crée sa balade artistique dans Paris, selon ses goûts. Dans son journal de touriste créatif, il explicite comment se rendre d’un lieu à l’autre et quel transport il emprunte afin de suivre son itiniraire cartographié. Ensuite, il expose son parcours à ses collègues en expliquant ses choix, motivations et goûts personnels. En somme, il définit sa représentation culturelle de Paris à travers les lieux choisis, des sites qui font référence chacun à une oeuvre artistique française.

Ainsi, questionnement et recherche informationnelle, production et interaction langagières sont les compétences transversales visées à travers ce projet pédagogique pour l’enseignement et la pratique des langues mais aussi pour l’éducation à l’interculturel.

L’art du carnet de voyage. Pascale Argod.

Editions Gallimard, Collection Alternatives, 2014.

INSPE Bordeaux, International: https://www.inspe-bordeaux.fr/presentation

Alliance Française Bordeaux: https://www.alliance-bordeaux.org/actualites/

Institut international et incubateur du tourisme créatif: http://www.creativetourismnetwork.org/creation-de-lintitut-international-et-incubateur-du-tourisme-creatif/?lang=fr

Mondes du tourisme, n°10 : Tourisme créatif, Revue-espaces, décembre 2014 https://www.tourisme-espaces.com/doc/9313.mondes-tourisme-tourisme-creatif.html

1ere Assises de la Recherche en Toursime, GIS, Université d’Angers, 14 janvier 2021. https://www.univ-angers.fr/til/fr/notre-actualite/assises-du-gis-etudes-touristiques.html

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage musical à Vienne pour célébrer l’année Beethoven

Dans le cadre du dispositif PPN, Projet pédagogique numérique, du Master 2 MEEF (à l’INSPE Bordeaux), il a été proposé aux enseignants stagiaires de langue (Allemand) de monter un projet en classe afin de célébrer l’année Beethoven (250e anniversaire) mais aussi « l’Ode à la joie » créé en 1823 et devenue l’hymne européen. Aussi la démarche heuristique a t-elle soulevé des pistes de réflexion :

  • Quel type de carnet de voyage fictif pourrait réaliser les élèves ?
  • Comment faire découvrir la culture des pays germanophones (DACH) à travers l’histoire des arts ?
  • Comment enseigner une langue étrangère en favorisant le ludique ?
  • Quelle narration numérique envisager pour ce carnet de voyage ?

Le carnet de voyage de la classe en fin d’année comme production finale numérique pourrait associer les trois narrations ci-dessous :

  •  un carnet de patrimoine selon un itinéraire dans la ville de Vienne sous la forme d’une carte interactive,
  • un carnet de voyage sur les pas de l’artiste Beethoven sous la forme d’un récit biographique transmédia,
  • un carnet de patrimoine historique sur la période 1820 – 1830 à partir d’une chronologie interactive.

Voyager dans la ville de Vienne a semblé le cadre idéal à cette production qui narre un périple ou un déplacement. Cette ville est devenue en 1820 la capitale européenne des arts et d’un art de vivre typiquement viennois durant le Biedermeier.

Héritage artistique de Vienne :

  • Musiciens : Beethoven, Mozart, Strauss II…
  • Littéraires : Stefan Zweig, Edmund Freud…
  • Architectes : Otto Wagner et l’Art Nouveau, Joseph Hoffman et le Jugendstil viennois, Le pavillon Otto Wagner de la Karlsplazt (Station de métro) créé en 189, Les villas d’Otto Wagner et l’Art Nouveau…
  • Peintres – décorateurs : Gustav Klimt et Hunderwasser,
  • Mouvements artistiques : l’Art Nouveau, le Jugendstil

Héritage culturel de Vienne :

  •  Gastronomie : Le café viennois classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011: l’écrivain Stefan Zweig décrivait ce type d’établissement comme une « institution d’un genre tout particulier qui ne ressemble à aucune autre dans le monde ».
  • L’histoire d’une pâtisserie viennoise : le croissant viennois, la Sachertorte ou du Strudel pour rentrer dans l’histoire de l’Autriche…
  • Art de vivre : la valse viennoise et le bal
  • Construction de l’Europe : 9e Symphonie ou l’hymne européen et « Le monde d’hier, souvenirs d’un Européen » de Stefan Sweig, le Danube qui traverse l’Europe…
  • Histoire : Sisi Impératrice…l’empire austro-hongrois sous l’époque napoléonienne (la bataille de Wagram, en Autriche, est la dernière grande victoire de Napoléon en 1809)

Nous avons envisagé deux oeuvres d’art : l’une comme point de départ du projet et l’autre comme point d’arrivée du carnet de voyage. Nous avons choisi La 9e Symphonie L’Ode à la Joie » de Beethoven créée en 1823 (l’hymne européen) et La frise Beethoven de Klimt créée en 1902 afin de démontrer le rayonnement du musicien sur la vie artistique de Vienne jusqu’au 20e siècle. Ce projet est pluridisciplinaire, aussi l’enseignant de musique et l’enseignant d’arts plastiques y prennent part. Nous avons donc axé l’expression personnelle sur le thème des émotions et des sentiments au fil des morceaux de musique de Beethoven.

 

Le carnet voyage est intitulé « Voyage en émotions à Vienne sur les pas de Beethoven ».

 

La création des textes et des images par les élèves nécessitent une motivation collégiale et individuelle. Comment l’insuffler ? Comment favoriser l’interaction entre les élèves ? Comment favoriser les échanges oraux en allemand ? Comment envisager un dispositif de pédagogie inversée ? Comment motiver la création et l’expression personnelle en textes et en images ?

J’ai suggéré de lancer un escape game qui amène à la création du carnet de voyage et qui aboutisse à une carte sensible ou des émotions musicales. L’escape game est en effet un outil pédagogique innovant qui pourrait avoir des développements numériques et rendre le carnet de voyage ludique et dynamique. Nous avons alors réfléchi à la manière d’articuler le carnet de voyage avec l’escape game et la carte ludique ou la carte sensible. Comment procéder ? Quel scénario pédagogique envisagé ? Quelle trame narrative imaginée ?

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’escape game au carnet de voyage et à la carte sensible

Dans le cadre de l’enseignement et d’une pédagogie de projet, j’ai envisagé d’articuler trois outils pédagogiques : l’escape game, la carte sensible et le carnet de voyage. Pourquoi envisager ces outils à des temps différents du projet pédagogique numérique ? Alors que la sortie scolaire est peu pratiquée à cause des restrictions sanitaires du COVID, il m’a fallu imaginer un voyage essentiellement virtuel et imaginaire. Plusieurs questions ont motivé mon intérêt pour cette association au fil de la démarche de projet.

Comment compenser auprès des jeunes la motivation du voyage sur le terrain et l’objectif de la sortie in situ qui ne pourra pas avoir lieu ? Comment penser un itinéraire qui est surtout un cheminement personnel et imaginaire et non vécu ? Comment sensibiliser à la cartographie alors qu’il ne peut pas y avoir déplacement sur le terrain ? Comment transcrire ses découvertes dans son carnet de voyage alors qu’elles sont virtuelles? Comment inscrire le carnet de voyage dans une démarche de projet qui repose sur des ressources numériques et des visites virtuelles ? En somme comment le voyage virtuel via les écrans pourrait-il « remplacer » (provisoirement durant cette année COVID car rien ne peut se substituer à l’expérience du réel) le voyage in situ ?

  • L’escape game permet de rentrer dans la narration imaginaire et d’aiguiser la curiosité des élèves avec des énigmes et l’émulation des équipes binôme dans la production finale du carnet de voyage. Ils sont les héros du jeu qui voyagent, recherchent et vont rendre compte de leur voyage virtuel. Chaque énigme ou résolution de problème est une épreuve du voyage et motive le questionnement.
  • La carte sensible ou imaginaire permet de mettre en contexte l’information et de la spatialiser. Le déplacement virtuel est matérialisé. La réalisation de la carte fait aussi appel à la pratique artistique.
  • Le carnet de voyage permet l’expression personnelle en textes et en images. Il s’agit de rendre compte de ses découvertes. La production finale du projet du carnet de voyage valorise la communication et l’échange avec ses pairs.

En somme, dans l’interaction de ces trois outils pédagogiques au fil du projet, il s’agit de résoudre l’énigme, de se déplacer et de raconter, donc de mener une recherche, de situer et de produire. Ces objectifs d’apprentissage sont transversaux et cette démarche pédagogique envisagée pourrait être corrélée à celle du parcours d’éducation artistique et culturel de l’élève qui se décline en trois temps : fréquenter, pratiquer et s’approprier.

Fréquenter (Rencontres)

  • Cultiver sa sensibilité, sa curiosité et son plaisir à rencontrer des œuvres
  • Echanger avec un artiste, un créateur ou un professionnel de l’art et de la culture
  • Appréhender des œuvres et des productions artistiques
  • Identifier la diversité des lieux et des acteurs culturels de son territoire

Pratiquer (Pratiques)

  • Utiliser des techniques d’expression artistique adaptées à une production
  • Mettre en œuvre un processus de création
  • Concevoir et réaliser la présentation d’une production
  • S’intégrer dans un processus créatif
  • Réfléchir sur sa pratique

S’approprier (Connaissances)

  • Exprimer une émotion esthétique et un jugement critique
  • Utiliser un vocabulaire approprié à chaque domaine artistique
  • Mettre en relation différents champs de connaissances
  • Mobiliser ses savoirs et ses expériences au service de la compréhension de l’œuvre

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de marin et d’écologie : Le Vendée Globe

Le Vendée Globe est l’occasion de suivre les voiliers dans leur tour du monde. Les journaux de marins ont été à l’origine du carnet de voyage et nous en profitons pour renouer avec les circumnavigations, même virtuellement. Le navigateur Fabrice Amadéo propose un kit pédagogique en partenariat avec la Fondation de la Mer et le Ministère de l’éducation nationale : « Cétacé, l’ocean boit la tasse » permet aux jeunes de mieux connaître l’océan et les enjeux liés à sa protection. Les enseignants peuvent donc lancer dans leurs classes des projets de l’éducation au développement durable. Fabrice Amadéo répond aux questions des classes au fil de son périple maritime.

Inspirés par cette expédition scientifique et marine, les professeurs des écoles lancent en effet un PPN, projet pédagogique numérique « Carnet de voyage au long cours », dans le cadre de la formation Master 2 MEEF à l’INSPE Bordeaux. Les élèves vont faire de la géographie au fil de l’avancée du voilier de Fabrice Amadéo : découvrir les océans traversés, les continents contournés, les zones climatiques, les courants…mais aussi réflêchir aux enjeux de la protection des océans face au changement climatique.

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Cycle_3/97/5/CETACE_livret-enseignant_1322975.pdf

 

Kit pédagogique Vendée Globe – avec Fabrice Amedeo

Projet pédagogique

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage au musée

Voir l’article

Si nous comparons l’exposition culturelle temporaire proposée par les musées au carnet de voyage, nous pouvons nous interroger sur les points de convergence concernant la mise en scène de l’information, le storytelling, les arts graphiques et l’expérience sensible. La composition en textes et images, la spatialisation de l’information, la narration au fil d’un chemin de fer sont autant d’items à confronter. Dans les musées, le carnet de voyage est souvent relégué à l’exploitation de l’exposition sur la forme « livret » ou destiné à l’atelier artistique. Avec les applications numériques au sein de l’exposition, la narration transmédia d’une exposition se prolonge souvent hors du champs du musée. L’exposition culturelle semblerait alors se rapprocher du carnet de voyage dans son approche expérientielle et sensitive. Une exposition culturelle pensée comme un carnet de voyage dont chaque page serait un espace dans lequel objets, images et textes se répondent. J’entends l’exposition « Hugo Pratt, lignes d’horizon » réalisée par le Musée des Confuences à Lyon. Selon la Directrice, Hélène Lafont-Couturier « Le regard de Pratt sur le monde, son art du dessin et du récit – tout ce qui constitue ses « lignes d’horizons » est ici placé en regard de témoignages issus de cultures et de civilisation du monde entier. Cette confrontation met au jour les liens tissés avec son imaginaire au fil du temps et au hasard des continents ». L’objet devient alors la preuve du voyage réel ou imaginaire, il est similaire au document authentique inséré dans la création artistique du carnet de voyage.

Catalogue d’exposition « Hugo Pratt, lignes d’horizon », musée des Confluences à Lyon, CONG, Réunion des musées nationaux, 2018. https://www.museedesconfluences.fr/fr/evenements/hugo-pratt-lignes-dhorizons

Les coulisses de l’exposition Pratt au Musée d’Aquitaine de Bordeaux : http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/article/les-coulisses-de-lexpo-hugo-pratt-0

 

La Cité du vin (Bordeaux) a inséré dès sa création, le carnet de voyage dans la scénographie numérique de l’exposition sur les cultures et civilisations du vin.

Pour la présentation des vignobles dans le monde, la scénographie propose des carnets de voyage projetés qui associent images, cartes, graphiques, croquis et témoignages. De plus, en fin de visite, l’atelier polysensoriel est une autre invitation au voyage, une expérience immersive dans laquelle nos sens peuvent être manipulés. https://www.laciteduvin.com/fr/vivez-la-cite-du-vin/ateliers-visites/atelier-polysensoriel-francophone

Le carnet de voyage comme outil d’exploitation et de médiation est toujours d’actualité comme le prouvent le musée du Quai Branly, le musée Rodin ou le musée Cernuschi; il se décline sous la forme d’ateliers de création et de pratique artistique. Par ailleurs, le carnet de voyage audiovisuel facilite la communication médiatique et promeut la découverte des collections muséales. En effet, depuis 2017, la série « Une nuit au musée » de Valérie Amarou et Jean-Pierre Devillers, diffusée sur France 5 à partir d’octobre 2018, emporte le spectateur dans la découverte d’oeuvres d’art (peintures, sculptures ou objets) à travers le regard d’un comédien célèbre qui, en livrant son imaginaire et sa sensibilité, donne envie de s’immerger dans les collections. Carole Bouquet, Charles Berling, Patrice Leconte, Lambert Wilson et François Berléand se font tour à tour guide, conteur, critique d’art, magicien….afin de donner chair à l’oeuvre d’art, d’incarner des notions d’histoire de l’art et d’interpeller un nouveau public que l’on pourrait définir comme jeune et cinéphile et surtout en quête de culture et de découverte. Leur talent de communicant ouvre notre regard !

Série Une nuit au musée. Valérie Amarou, Jean-Pierre Devillers, 2017, diffusée sur France 5 :

Référence bibliographique afin de prolonger la réflexion :

Véronique Dassié« Mémoires voyageuses : expérience émotionnelle et scénographie collective »Culture & Musées [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 novembre 2020, consulté le 09 décembre 2020URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/5602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/culturemusees.5602

Des ateliers « Carnet de voyage » dans les musées parisiens :

http://www.quaibranly.fr/fr/informations-pratiques/aller-plus-loin/visites-et-ateliers/ateliers/details-de-levenement/e/carnet-de-voyages-38404/

Carnet de voyage au musée du quai Branly

Carnet de voyage au musée Rodin le 28 mars 2020

Carnet de voyage au musée Cernushi le 11 avril 2020

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Enquête sur le carnet de voyage, outil pédagogique en classe

Dans le cadre de la formation initiale des enseignants à l’ESPE d’Aquitaine, j’avais mené en 2017 une enquête de vingt-six questions à destination des professeurs des écoles stagiaires en vue du bilan de fin d’année du dispositif PPN « Carnet de voyage en Europe » et « Carnet de voyage pour l’enseignement des langues et de l’interculturel ». Les cinq dernières questions sur les apports formatifs et numériques avaient été étudiées lors du Forum PI (Pédagogie innovante) de l’ESPE d’Aquitaine, le vendredi 30 juin 2017. Cette année, à distance (COVID-19) sur MOODLE (interface « questionnaire »), j’ai souhaité renouveler cette enquête en ciblant seize questions posées à mes deux promotions d’enseignants stagiaires : professeurs des écoles et enseignants certifiés d’Allemand. Les points de vue semblent converger comme vous pourrez le constater dans cette courte synthèse des réponses.

        Pour le Professorat des écoles, le type de projet « carnet de voyage » se définit avant tout comme un voyage imaginaire et artistique mais aussi réel car deux-tiers des stagiaires n’ont pas pu organiser de sortie alors qu’un tiers a lancé une sortie (souvent musée ou balade urbaine). Les enseignants stagiaires travaillent le projet en amont sur les représentations et en aval sur la mémoire mais moins sur le terrain lors de la sortie. L’approche est le plus souvent artistique et interculturelle, avant même d’être linguistique et littéraire. Le carnet de voyage se rapproche du livre d’artiste et du carnet imaginaire, plus rarement du carnet de reportage. Les disciplines d’enseignement visées sont les arts visuels, le français et la géographie, et dans une moindre mesure, les sciences de la terre et l’éducation musicale. Ce type de projet participe de l’éducation à l’EAC et à l’interculturel et la production « carnet de voyage » se définit par trois caractéristiques : le lien texte -image, l’itinéraire et l’ailleurs. La créativité est la première compétence sollicitée puis viennent l’imaginaire et la composition artistique avant même le travail sur les représentations. Les attitudes mobilisées sont la curiosité en priorité, puis la créativité et l’interaction – échanges. L’intérêt du carnet de voyage porte nettement sur la pratique créative puis sur l’outil de communication pour l’échange à partir de la mémoire du voyage. Les intelligences multiples mobilisées (cf. Howard Gardner) sont essentiellement linguistique et visuo-spatiale, puis interpersonnelle. La valorisation de la production est réalisée auprès des parents et sous la forme d’un site web ou blog et d’une exposition dans l’école. La plus-value numérique semble bien la valorisation du projet et sa communication, avant même la production documentaire numérique et les compétences médiatiques sollicitées, ce qui peut paraître étonnant.

       Pour les PLC d’Allemand (CAPES d’Allemand), le type de projet « carnet de voyage » est surtout un voyage virtuel sans sortie axé sur les représentations et il semble à la fois artistique, linguistique et patrimonial. Les formes « guide touristique » et « carnet de reportage » sont les plus souvent choisies. Cet outil d’éducation à l’interculturel et au patrimoine mobilise les disciplines d’enseignement telles que la géographie, les langues, les arts visuels et l’éducation musicale. Les compétences mobilisées semblent centrées sur l’imagination, la composition artistique, la créativité et la compréhension interculturelle, dans une moindre mesure la démarche d’enquête. L’enseignant stagiaire définit la production « carnet de voyage » par trois caractéristiques telles que le lien texte-image, la narration et l’itinéraire.

            Cette enquête a été complétée par l’analyse de pratique PPN qui interroge les enseignants stagiaires sur l’intérêt de la pédagogie de projet, de la pluridisciplinarité et de l’intégration du numérique. Cette triple focale centrée autour de la problématique retenue doit constituer le coeur de la réflexion. En somme, quel est le rôle de l’enseignant dans l’accompagnement pédagogique ?

Lors de la classe virtuelle (via CLASSILIO Via) les 14 et 16 avril 2020, nous nous sommes interrogés sur les types de pédagogie du projet dans laquelle l’apprenant est placé en situation de résolution de problèmes, participant de fait au processus d’apprentissage :

  • Celle qui organise dans une architecture de projet, les activités qu’elle fait exercer aux élèves. Le projet est un cadre de travail;
  • Celle qui assure l’éducation des activités de projet au même titre que celle des activités mathématiques littéraires, historiques, etc. Le projet est un objet d’éducation;
  • Celle qui part des projets des élèves pour organiser leurs activités d’apprentissage. Le projet est un mobile et une méthode de travail.

Par ailleurs, une réflexion sur les récits de voyage, leur utilité dans la formation des enseignantes et enseignants, a été menée à l’HEP de Vaud – Lausanne par Florence Quinche et publiée sous le titre « Ecritures à double tranchant » dans la revue Prismes : le fantastique voyage en février 2020 :

https://orfee.hepl.ch/bitstream/handle/20.500.12162/4015/Quincheprismes-no26_2020.pdf?sequence=1

A l’heure des mobilités hybrides (activités virtuelles en lien avec la mobilité comme l’apprentissage à distance, organisé par l’établissement d’accueil avec une mobilité physique à l’étranger à une date ultérieure) inscrites dans le prochain programme Erasmus + 2021-2027, il semble pertinent de questionner le voyage formateur dans le cursus de formation estudiantine.

https://agence.erasmusplus.fr/2020/06/05/rentree-2020-les-nouvelles-mobilites-hybrides-mixant-activites-virtuelles-et-mobilite-physique/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Un carnet de voyage – reportage historique, du témoignage dessiné

La case du siècle, documentaire diffusé sur France 5

C’est un exceptionnel trésor d’archives : un de ces ouvrages rares découverts dans une bibliothèque familiale. A partir de 1925, Arnaud de Roquefeuil, jeune propriétaire terrein normand, a chroniqué sa vie sous une forme inédite pour l’époque : la bande dessinée. L’histoire a voulu qu’il vive la Seconde Guerre mondiale. Il y a tout connu : la ligne Maginot et la débâcle, les camps de prisonniers et la Résistance, jusqu’à la déportation vers Buchenwald. Et il a tout dessiné. Jamais encore sa chronique illustrée n’avait été montrée au grand public. Elle est la trame narrative et visuelle de ce documentaire.

https://www.france.tv/france-5/la-case-du-siecle/1553195-ma-vie-dessinee.html

Il serait fort intéressant d’investir des pistes pédagogiques pour son exploitation en classe d’histoire, ou d’établir des liens avec l’action éducative « Concours de la BD scolaire 2020 ».

https://www.education.gouv.fr/concours-de-la-bd-scolaire-4991

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Pédagogie de projet et carnet de voyage, le tandem de la réussite scolaire

La pédagogie de projet est un modèle d’enseignement qui engage l’élève dans l’acquisition de connaissances, la construction de savoirs et le développement de compétences. Il se fixe un but dans un temps déterminé afin de réaliser une production concrète qui sera présentée au final à la classe, voire à la communauté éducative. Dans cette forme de pédagogie active dans laquelle l’élève est acteur du projet, il s’agit pour lui de faire des choix et d’adopter une attitude de recherche et de production. Donner du sens aux apprentissages en réalisant d’une façon concrète un projet pédagogique est l’enjeu de cette pédagogie qui mobilise les compétences transversales de l’élève et l’aide à construire un projet personnel et professionnel. Le carnet de voyage comme production finale nécessite la mise en place d’une pédagogie de projet au fil de l’année, facilite une éducation à l’interculturel et met en oeuvre des compétences transversales liées à l’usage d’outils numériques.

Quelques conseils guident la mise en projet pédagogique :

1- Penser la pluridisciplinarité (sciences, géométrie, arts…) : le projet peut fédérer tous les apprentissages disciplinaires au fil de l’année, y compris en EMI, EAC et EMC.

2- Intégrer l’apprentissage linguistique (découverte du vocabulaire, présentation de soi…) et la découverte géographique (réalisation de cartes) afin d’ouvrir les élèves sur le monde.

3- Axer sur l’expression personnelle de l’élève qui combine le texte et l’image (création de dessins, photos, vidéos…) mais aussi un travail sur les écrits intermédiaires.

4- Connaître la production éditoriale des carnets de voyage au sens large (guide de voyage, récit de voyage, BD, album…) ou l’offre numérique (blogs, webreportages….)

5- Penser à une sortie scolaire en lien avec le projet (musée, écomusée, entreprise, nature…) ou à la rencontre de l’Autre (correspondance européenne, interviews de locaux…)

6- Déterminer le type de carnets de voyage choisi en fonction d’une analyse des besoins d’apprentissage : réel, imaginaire ou virtuel ?

7- Penser à l’ouverture sur le monde pour inciter à la curiosité et cibler l’angle de vue / le sujet / la problématique : reportage, patrimoine, voyage rêvé, scientifique ou artistique

8- Penser à deux productions « Carnet de voyage » complémentaires : un carnet en arts visuels (1er semestre) et un carnet numérique (2e semestre).

9- Favoriser la co-gestion du projet par des élèves responsabilisés et qui prévoient les étapes nécessaires à la finalisation du projet.

10- Travailler en individuel une page de carnet de voyage et ensuite en groupe d’élèves (binôme ou trinôme) avec l’attribution de rôles différents (journaliste, reporter, scientifique, artiste, ethnologue…) en différenciant les stratégies ou en diversifiant les apprentissages.

11- Favoriser les interactions au sein de la classe et les échanges scolaires interculturels.

12- Impliquer les élèves dans la production numérique du carnet de voyage de la classe : nombre de pages, sommaire sous la forme d’une carte ou image interactive, choix de la mise en forme, composition texte – image, insertion de documents authentiques…

13- Valoriser la production finale auprès des parents : journée, exposition, dédicaces des parents, challenge, diffusion numérique ou imprimé pour la classe…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Typologie de carnets de voyage pour l’enseignement des langues et de l’interculturel

La pédagogie de projet est une pédagogie active qui permet de générer des apprentissages à travers la réalisation d’une réalisation concrète et qui se caractérise par l’engagement dans l’action de l’apprenant. L’apprenant est placé en situation de résolution de problèmes, participant de fait au processus d’apprentissage. Cette pédagogie est fondée sur la motivation des élèves que permet l’objectif de réalisation concrète. Ainsi, tout ce que l’apprenant fait et apprend dans le cadre du projet devrait être directement lié à l’aboutissement du projet. Pour toutes ces raisons, elle est le pivot de la formation des enseignants stagiaires notamment dans le cadre du dispositif PPN Projet pédagogique numérique à l’INSPE.

Parmi les vingt PPN, Projets pédagogiques numériques, « Carnet de voyage pour l’enseignement des langues et de l’interculturel » au collège et au lycée, réalisés par les stagiaires PLC d’Allemand à l’INSPE de Bordeaux, nous dénombrons huit PPN axés sur le voyage réel en échange scolaire en Allemagne et douze sur le voyage fictif donc axés sur la culture germanique. Chaque PPN a deux phases (deux semestres), l’une de mise en projet (via la carte mentale) et l’autre de production du carnet de voyage ouvrage et numérique (webdocumentaire, album multimédia ou blog).

La palette du carnet de voyage intermédia de l’ouvrage à l’audio-visuel et au numérique se décline en cinq types de projets / carnets de voyage pour la classe:

1. Les carnets de voyage réels axés sur le ressenti, les sens et le vécu, souvent carnets de reportage,

2. Les carnets d’échanges, souvent carnets de rencontre ou carnets d’accueil des partenaires,

3. Les carnets de voyage virtuels, souvent carnets de patrimoine culturel ou naturel,

4. Les carnets imaginaires ou de « Fantaisie », souvent carnets littéraires et artistiques,

5. Les carnets de voyage historiques, souvent carnets européens pour évoquer une histoire commune.

Voir l’article complet publié sur HAL

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage à Berlin, un projet pédagogique en langue

Dans le cadre de la formation Master 2 MEEF, les enseignants stagiaires d’Allemand initient un projet pédagogique numérique sur l’année, en cours de langue avec leurs élèves. Le carnet de voyage est en effet un outil pédagogique pour l’apprentissage des langues et de l’interculturel. Afin de célébrer les 30 ans de la chute du Mur de Berlin et le centenaire du Bauhaus en 2019, chaque stagiaire a imaginé un projet autour de la ville de Berlin et a dressé toutes les étapes de la mise en projet en vue de la création d’un « carnet de voyage imaginaire » à partir des ressources collectées. Trois étapes se sont succédées : 1. Imaginer le projet à partir d’une narration et  penser l’usage du numérique 2. Organiser le suivi selon un scénario pédagogique et envisager les modalités de travail / lieux d’apprentissage (classe ou CDI) 3. Approfondir en projettant un voyage ou une sortie et évaluer en valorisant les productions des élèves.

L’enseignant stagiaire a déterminé les compétences linguistiques et culturelles à faire acquérir aux élèves, puis diversifié les stratégies d’apprentissage afin d’impliquer ses élèves dans le projet. Il a aussi distingué le travail d’équipe en binôme ou personnel de l’élève (une page, petit carnet, une vidéo….) du rendu du carnet de voyage de mise en commun de la classe (en fin de projet). Dans ce but, il a explicité les consignes et indiqué l’objectif final, donc il a intégré les gestes professionnels du métier d’enseignant : 1. définir les objectifs d’apprentissage, 2. adopter un système d’évaluation, 3. adapter les méthodes pédagogiques, 4. sélectionner les contenus.

       Certains ont choisi de travailler à partir d’un film, comme par exemple, Good Bye Lénine de Wolfgang Becker (https://www.reseau-canope.fr/atelier-val-d-oise/cinema/Good-Bye-Lenine) et ont demandé aux élèves de retrouver les objets de la vie quotidienne à travers le DDR Museum de Berlin puis de décrire son usage en allemand (https://www.ddr-museum.de/fr) en réalisation des images numériques commentées. D’autres ont réalisé une chronique du Mur (à partir de la création d’une chonologie numérique interactive) à partir de chansons ou de cartes postales envoyées au temps du Rideau de fer (Adieu camarades : les récits de 30 personnages : http://www.lebtwohlgenossen.de/de/), afin d’accompagner la découverte d’un tronçon du Mur reconstitué en 3D (Die Mauer 360° de Yadegar Asisi panorama : https://www.asisi.de/panorama/die-mauer/, https://www.die-mauer.de/das-panorama). Ensuite, un travail d’exploratoire a été initié à partir d’un témoignage qui suscite l’intérêt des élèves : « Comment le mur a failli me faire rater mon bac ? ». Ce dernier est extrait de la BD intitulée Berlin, la ville divisée : histoires contemporaines de Suzanne Budenberg et Thomas Henseler. (Des ronds dans l’O, 2014: https://booknode.com/berlin_la_ville_divisee_01643854/covers).

En TD, tous ont réalisé une carte numérique de Berlin qui superpose la ville avant le 11 novembre 1989 et la ville d’aujourd’hui. Des photos ont été insérées au fil de l’itinéraire proposé par l’enseignant. Chaque photographie a fait l’objet d’une question de localisation dans la ville (pour l’élève : vocabulaire pour se situer / repérage géographique) et de commentaires (l’élève a réinvesti le cours d’histoire) en lien avec l’évènement historique ou artistique (Street Art) ou d’une description architecturale du Bauhaus (l’élève a travaillé avec le collègue d’arts) dans la ville de Berlin (Centenaire du Bauhaus, voir Walter Gropius). Chaque élève a donc commenté en textes, en images et à l’oral son itinéraire dans la ville de Berlin, comme si il constituait un petit « guide souvenir » de la RDA.

En somme, ce projet sur Berlin ouvre sur la pluridisciplinarité et sur l’expression personnelle en langue tout en formant à la citoyenneté européenne et aux usages du numérique en classe.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets zoologiques (sur l’évolution animale) au Muséum

Dans le cadre de la formation au Master MEEF, une action de formation est proposée à l’INSPE Bordeaux afin de réaliser un projet pédagogique pluridisciplinaire Arts & Sciences à partir des collections natualisées et des expositions du Muséum de Bordeaux. Les enseignants stagiaires ont initié des carnets zoologiques (sur l’évolution animale) afin de permettre aux élèves d’exploiter leur visite. Plusieurs espèces animales ont été plus particulièrement étudiées dans leur évolution : la diversité des primates ou des oiseaux d’Amérique du Nord et d’Amazonie (strates), l’adaptation de la famille des camelidés selon l’aridité du climat dans le monde, la famille des félinidés sur plusieurs continents. Pour chacune des espèces, l’élève mènera une enquête scientifique afin de prendre conscience de la menace humaine qui pèse sur leur disparition et de protéger les orangs-outans de Bornéo due à la déforestation et les lémuriens malgaches dans la réserve de Nocibé.

https://www.museum-bordeaux.fr/accueil

La narration doit amener à la découverte de quelques carnets de voyage à l’aquarelle :

  • Sur les oiseaux : Les cigognes noires (carnet de voyage en Afrique) d’Alan Johnston, Les oiseaux disparus d’Amérique : dans l’oeuvre de Jean-Jacques Audubon, Henri Gourdin, Alain Joveniaux, Les oiseaux d’Amérique d’Audubon en 1830.
  • Sur les primates : lémuriens dans extraits de Madagascar, stupeur verte de Stefano Faravelli ou sur les gorilles : Des Gorilles, des hommes au Congo de A. Dan.
  • Sur les félins : extraits de La fin d’un monde de Peter Beard, Africa, carnets d’artiste de Kim Donaldson, Magie d’Afrique de Denis Clavreul, Féroces et fragiles, les félins dans l’oeuvre de Robert Gallet (exposition 2017).

La narration doit évoquer la prise de conscience écologique contemporaine à partir de diverses ressources en ligne : articles du National Geographic ou Reporterre…, expéditions scientifiques du Muséum MNHN et du CNRS, actions d’associations comme WWF sur les espèces prioritaires, reportages audiovisuels (Arte, Universscience.TV + films documentaires au cinéma), cartes et graphiques, créations artistiques engagés, images choc….

En fait, il s’agit de lancer un projet pluridisciplinaire sur la forêt dense tropicale, réserve de biosphère, à partir par exemple de l’expédition scientifique Tous les matins du monde en Papouasie avec l’artiste Stéphanie Ledoux (2018).

Les objectifs pédagogiques en sont les suivants :

  • comprendre l’intérêt des  expéditions scientifiques d’inventaire en Amazonie, à Madagascar, en Indonésie, dans le bassin du Congo en Afrique Centrale…
  • lister quelques nouvelles espèces animales découvertes aujourd’hui.
  • sensibiliser aux réserves de biosphère et aux actions de sauvegarde de la forêt tropicale primaire.
  • découvrir les actions médiatiques de sensibilisation militante pour la préservation de la biodiversité animale.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts