Carnet de voyage multi arts / interarts “féminin-masculin”

Le carnet de voyage est l’outil par excellence de l’éducation artistique et culturelle mais aussi de l’éducation aux médias; aussi, parler de carnet de voyage pluriarts et transmédia comme outil pédagogique en classe semble t-il bien adapté aux pratiques contemporaines. Dans tous les domaines artistiques et culturels, l’éducation artistique et culturelle repose sur trois piliers :

  • permettre à tous les élèves de se constituer une culture personnelle riche et cohérente tout au long de leur parcours scolaire,
  • développer et renforcer leur pratique artistique,
  • permettre la rencontre des artistes et des œuvres, la fréquentation de lieux culturels.

Selon le rapport de l’IG, Inspection Générale du ministère de l’éducation nationale, on observe des résultats tangibles dans cinq domaines : lire, chanter, regarder (cinéma / patrimoine), s’exprimer à l’oral, développer son esprit critique. Aussi, depuis la rentrée, cinq grandes priorités sont mis en exergue : la lecture, le chant choral, l’éloquence, l’éducation au regard et l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Au collège, chaque semaine, tous les élèves bénéficient d’une heure d’éducation musicale et d’une heure d’arts plastiques mais aussi d’un enseignement de l’histoire des arts porté par l’ensemble des disciplines. Depuis plusieurs rentrées, l’accent est mis sur la lecture et les actions éducatives qui donnent le goût de lire; l’aide du Professeur documentaliste est sollicitée car sa mission professionnelle pour l’EAC comme pour l’EMI est centrale.

Dans le cadre du cursus du DU Encadrement éducatif à l’INSPE Bordeaux, nous avons imaginé un projet qui croise EAC et EMC et qui soit multi arts en s’appuyant sur les ressources académiques en EAC. Les objectifs d’apprentissage visés sont l’expression orale ou l’enseignement de l’éloquence, l’éducation à l’esprit critique et l’éducation au regard (image) à partir des trois piliers de l’EAC. L’égalité filles – garçons est une éducation aux valeurs de la République prônée à l’école dans le cadre du parcours citoyen de l’élève et de l’éducation à la laïcité pour lutter contre les discriminations, c’est bien la mission éducative du CPE, Conseiller principal d’éducation et de la vie scolaire. Aussi, notre projet porte t-il sur le thème “Féminin, Masculin” et se déroule sur les trois trimestres en sollicitant une pratique artistique adaptée selon le point de vue envisagé et selon les compétences comportementales (savoir-être) visées.

  • Le premier trimestre est consacré à l’écriture de critiques cinématographiques à partir du Festival international du film d’histoire de Pessac dont le programme propose une sélection de 20 films pour les scolaires sur le « Féminin – masculin ». Le projet DAAC Bordeaux intitulé “UNIS – CITES – Les ambassadeurs du cinéma citoyen” est pertinent car les élèves sont engagés et impliqués dans un projet citoyen. Ils ont pour mission d’organiser et d’animer des séances “ciné-débat” dans des établissements scolaires (collèges, lycées, CFA…) et des lieux d’éducation populaire pour encourager le dialogue citoyen et partager des instants de cinéma et d’ouverture sur le monde.
  • Le second trimestre met en lumière des femmes oubliées de l’Histoire. Ainsi, la série « Cherchez la femme » d’Arte propose un choix de trente épisodes qui remettent en lumière leur parcours, en exposant les raisons de cette occultation. Après le choix de leur couple, par exemple « Mileva Einstein – Albert Einstein », les élèves enquêtent sur les conditions de vie des femmes et leurs rôles dans la société selon l’époque évoquée. Le hors-série en ligne sur les femmes sur le site L’Histoire par l’image facilite les réponses à leur questionnement. Deux cents études thématiques les éclairent sur : les femmes et le travail, les femmes de spectacle, les femmes et la Révolution, la prostitution, les mouvements féministes, la mode, le vote des femmes…Un débat pourrait être lancé afin de mieux circonscrire les enjeux sociaux et politiques de l’évolution du droit des femmes. Un jeu de rôle à visée philosophique créé avec l’association SEVE « Savoir être et vivre ensemble » est aussi une action pertinente.
  • Le troisième trimestre est alors consacré à la pratique théâtrale dans l’esprit de l’action « A vous de jouer ! ». Une pièce de théâtre interactive pourrait être mise en scène avec le partenaire bordelais « Théâtre OXO : le public devient acteur de prévention » en ciblant par exemple le harcèlement des filles. Pour cette structure culturelle, leur enjeu d’action est en effet l’éducation par l’expérience artistique: « Il ne s’agit pas seulement d’argumenter mais également de mettre en œuvre, de tester la fécondité concrète d’une idée au sein d’un espace théâtral » selon Pierre Lénel (sociologue au LISE, CNRS).

En somme, cette action éducative se décline en carnet de voyage pluri arts et transmédia si les élèves gardent la trace de leur parcours PEAC sur un support numérique comme FOLIOS de l’ONISEP. Il serait intéressant de laisser l’élève imaginer son carnet de voyage, comme trace de sa pratique artistique et de ses rencontres (au source de « l’album amicorum » médiéval germanique : voir le fonds de la BNF) au fil de l’année, que ces traces soient en textes, images ou en  sons. Ce serait un voyage en arts, en intimité et en inspiration, donc « un carnet de voyage en créativité » ou « un journal de créativité » qui permet de parfaire sa culture en histoire des arts. Nous revenons ainsi à l’origine des premiers carnets de voyage d’artistes (Dürer, Delacroix, Gauguin…), d’où l’intérêt de ce médium pour l’éducation artistique et culturelle, d’ailleurs fort utilisé au CDI par le Professeur documentaliste, souvent « Référent culture » de l’établissement scolaire.

Continuons à diversifier la palette des carnets de voyage (ou de reportage) que peuvent créer nos élèves !

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’Opéra en Italie : parcours virtuel immersif

De l’opéra en EAC, éducation artistique et culturelle

Le PNR Opéra, Pôle national de ressources en arts et cultures, lancé par le Grand Théâtre de Bordeaux et l’Académie de Bordeaux – Canopé a proposé des projets au rayonnement national pour l’éducation artistique et culturelle. L’opéra, en plus de l’éducation musicale, réunit différents arts de la scène et de l’écriture et de nombreux métiers et d’arts qui ouvrent la palette des talents artistiques. Nous avions envisagé en 2017 des carnets de voyage à l’opéra afin d’accompagner le stage de formation nationale auquel j’avais participé au Grand Théâtre (organisé par Canopé Bordeaux). Aujourd’hui, j’aimerais ouvrir la culture des jeunes aux sources historiques de l’Opéra, notamment en Italie, dans le cadre de l’enseignement des langues vivantes (italien) à partir des arts, d’une pratique musicale ou picturale. Un projet pédagogique sur le thème « carnet de voyage musical sur l’opéra en Italie » ouvre sur les sources de l’art lyrique, notamment à Florence au 15e siècle, mais surtout à Mantoue et à Venise au 17e siècle, puis à Naples au 18e siècle et enfin à Milan au 19e siècle. En somme, c’est un voyage dans le temps et sur le territoire italien actuel que nous proposons aux élèves. L’opéra réunit plusieurs arts italiens, de l’architecture à la musique, et cette histoire des arts consacre l’Italie comme la terre artistique et culturelle de l’Europe. De plus, l’opéra français voit le jour au début du règne de Louis XIV avec l’aspiration à un modèle transalpin qui aboutit en 1669 à la création de la première « Académie d’opéra » sous l’impulsion de Lully, donc des relations France – Italie à valoriser dans la culture générale des élèves.

La naissance de l’Opéra en Italie : Florence, Mantoue, Venise, Naples et Milan

A Florence, un cercle d’érudits, d’humanistes et de musiciens, la “Camerata fiorentina” (ou Camerata de Bardi) se réunit le 14 janvier 1573 et tente de retrouver les racines du théâtre antique, parlé, chanté et dansé. L’opéra est né mais c’est Claudio Monteverdi qui créait à Mantoue en 1607 l’Orfeo, le premier grand chef-d’œuvre de l’opéra. Il devient en 1613, le Maître de chapelle de la Basilique Saint-Marc et compose des opéras basés sur « l’aria », c’est à dire le chant traduisant l’émotion. Sous son impulsion, Venise devient la capitale de l’opéra au 17e siècle (11 salles) dont le théâtre de la Fenice est son écrin, construit au 18e siècle.

Les théâtres « la Scala » de Milan et « San Carlo » de Naples sont les autres temples de l’opéra. En effet, Naples est née sous le signe du chant, celui de la sirène Parthénope et tous les auteurs antiques romains (Sénèque, Tite Live et Virgile) citent cet attrait artistique des Napolitains mais cette ville est influencée par une histoire politique de l’opéra (cf. article de recherche sur Fabula et Podcast de Radio France) et sociale comme le prouvent les étals de marché où le chant est l’art des vendeurs de primeurs pour charmer les acheteurs. Dès le 15e siècle, Naples possédait le 1er théâtre consacré exclusivement à la musique, le « Theatro San Carlo », puis en 1530 le premier conservatoire d’Europe « Santa Maria di Loreto », puis d’autres furent construits suite à l’engouement des Napolitains : la Pietà dei Turchi, I Poveri di Gesù Cristo et Sant’Onofrio. Au début du 16e siècle, apparaissent « les villanelles » qui sont des chansons nées à la campagne que les villes ont importées. Au 18e siècle, Naples devient la capitale européenne de la musique (cf : podcast de la conférence BNF) avec 300 compositeurs dont Pergolesi, Domenico Scarlatti, Nicola Porpora, Dominico Cimarosa et Vincenzo Bellini. L’opéra bouffe, « Opéra Buffa » y est inventé, parsemé de chansons populaires comme « Palummella », « La Molinarella ». Vers 1849, la chanson napolitaine fait l’identité italienne et la célèbre chanson « O Sole Mio » (1898) est reprise par Elvis Presley sous le titre « It’s Now or Never ». Des paroliers renommés ont pris le pas comme Salvatore di Giacomo et Libero Bovio pour faire de Naples, la ville des musiciens et d’Enrico Caruso, le célèbre ténor Napolitain mondialement reconnu. De nos jours, les hauts lieux de la Fenice de Venise et de la Scala de Milan, comme le Festival de Vérone et le festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence (France) font la renommée internationale de l’opéra.

Le projet de création d’un parcours en réalité virtuelle dans Naples

Dans le cadre de l’enseignement de la langue italienne, il s’agit de commencer par une recherche historique, notamment dans le fonds d’art lyrique italien de la bibliothèque de l’opéra à Milan. Une carte mentale de la naissance de l’opéra est élaborée et, au fil des recherches, l’objectif est de trouver le nom d’un chanteur ou d’un compositeur afin d’envisager de suivre ses pas dans les villes de Venise et de Naples. Nous comprenons que Mantoue – Venise et Naples sont les rivales dans cette course historique à la renommée de l’opéra. Nous ferons donc un choix géographique : la ville de Naples.

A partir de l’itinéraire tracé sur une carte de Naples, les élèves repèrent tous les sites qui ont un lien avec l’art lyrique. Puis, chacun essaie de trouver les enseignes ou les commerces d’aujourd’hui qui ont un nom en italien évocateur du chant afin de justifier de la renommée de cette ville pour l’art lyrique. En parallèle, un glossaire des termes italiens est réalisé complété par des noms de compositeurs, chanteurs et musiciens. Sur Google Earth, chaque lieu est localisé et visionné afin de vérifier l’information, la source, puis le site via la réalité immersive : donc il s’agit d’éduquer à l’esprit critique afin de distinguer la vérité de la fake-news (voir l’EMI dans le Parcours citoyen) et de savoir si le lieu existe bien.

Les élèves découvrent la figure du ténor Enrico Caruso, né et mort à Naples (25 février 1873 – 2 août 1921), et sa biographie. Ils décident de partir sur les pas du chanteur lyrique vers le Theatro San Carlo et d’y rencontrer Jacomo Puccini. Leur carnet de voyage est un itinéraire en sons et en images dans Naples à la découverte de la ville et de l’art lyrique. Un parcours immersif en réalité virtuelle est alors créé. Ce parcours se conclue par le Museo Caruso, un nouveau lieu culturel annoncé pour juillet 2023 dans le Palais Royal à Naples qui fête le 150e anniversaire de la légende de l’Opéra. Un dialogue en italien sous la forme d’une saynète est imaginé entre Enrico Caruso et Jacomo Puccini sur les exigences d’un opéra, de sa création à sa représentation sur scène; aussi l’éducation musicale est-elle croisée avec l’enseignement de la langue. Afin de travailler avec l’enseignant d’arts plastiques, nous envisageons une création plastique à partir de l’écoute d’un opéra, sur l’exemple du premier carnet de voyage d’opéra illustré et réalisé par Muriel Lameignère sous le titre « Carnet d’Opéra : la Flûte enchantée ». Mais, nous pouvons aussi envisager d’investir le street art qui a émergé dans la décennie 1990 à Naples, car la ville doit sa renaissance touristique à l’utilisation de l’art contemporain.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Parution “Identités, inclusion et mobilités”

L’ouvrage intitulé « Identités, inclusion et mobilités en contextes éducatifs et professionnels », publié aux éditions Lambert-Lucas, est issu du colloque international « Éducation à la mobilité », organisé à l’INSPE de Caen les 23 et 24 novembre 2017 en clôture d’un partenariat stratégique Erasmus+. Il s’agit d’interpeler le concept de mobilité sous un angle pluridisciplinaire.

Ma contribution à l’ouvrage est intitulée « Compétences mobilitaires et carnet de voyage : vers une communauté d’apprentissage.

La manifestation culturelle et artistique du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand devient le lieu privilégié d’échange de savoirs mobilitaires consignés dans les carnets, donc de médiation de l’éducation à la mobilité. Elle favorise l’émergence d’une communauté de pratique et d’apprentissage du tourisme créatif. A partir du témoignage des primés du Prix universitaire international du carnet de voyage Etudiant mais aussi de voyageurs participants à stages de carnets de voyage à l’étranger proposés par des artistes carnettistes ou des touristes créatifs réunis par cette manifestation (21500 visiteurs), il s’agit de circonscrire l’éveil à l’altérité et les apprentissages informels à travers le médium du carnet de voyage et comprendre comment il retentit sur le voyage. En quoi l’usage d’un carnet de voyage est-il essentiel à la circulation de savoirs qu’il autorise, en partageant une expérience intime ? Des enquêtes menées auprès de différents niveaux carnettistes ou touristes créatifs – ceux qui encadrent (les experts), ceux qui font (les amateurs) et ceux qui découvrent (les novices) – explicitent la mise à distance du regard et l’émancipation identitaire mais aussi la circulation des apprentissages « hors-cadres ».

Le dispositif ERASMUS a, depuis une génération d’étudiants, porté cette idée d’éducation par le voyage et mobilise les enseignants pour ouvrir l’école sur une éducation aux voyages dont le carnet de voyage serait le passeport «sans frontières». C’est la mémoire vive de cet apprentissage informel, devenu apprentissage formel sous l’impulsion de prix, scolaire depuis 2001 et universitaire depuis 2012. La narration de la spatialité dans le carnet de voyage semble une compétence primordiale du rendu de l’expérience du voyage, qu’elle se manifeste à travers l’itinéraire parcouru ou la mise en forme de l’image. Cet apprentissage sensible de la spatialité et de la créativité au fil de la mobilité ouvre de nouvelles perspectives éducatives comme « méthode visuelle en SHS » qu’expérimente l’ESPE d’Aquitaine dans le cadre d’une formation semestrielle au carnet de voyage numérique dédiée aux étudiants en mobilité internationale. L’analyse du panel de ces productions ouvre de nouvelles pistes de recherche à investir dans le champ de l’éducation aux voyages et à la mobilité plus largement.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Parution du MOOC “Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire”

La parution du MOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire » est l’aboutissement d’un travail lancé en septembre 2019 par Cécile BROSSAUD, responsable du projet.

Notre rencontre a fait émerger cette idée de “carnet” à réaliser afin de faire émerger une réflexion sur l’interculturel avant, pendant ou après une mobilité. Le croisement de nos regards d’enseignante dans l’enseignement supérieur a mis en évidence le souhait d’interroger l’interculturel à partir d’une pratique médiatique ou artistique. Comme nous sommes mobilisées auprès des étudiants internationaux dans le cadre de l’enseignement du FLE, Français langue étrangère, nous avons mis en commun nos expériences pédagogiques mais aussi créatives et artistiques afin de penser à l’objet « carnet interculturel » à la fois réflexif, formatif et personnel. Nous souhaitions un essai de pédagogie active via le numérique et le dispositif d’e-learning, donc en distanciel, autant qu’une réflexion sur la notion d’interculturel qui touche tout étudiant en mobilité internationale ou en projection de mobilité. Appréhender cette notion nécessite à la fois une analyse d’expérience et une mise à distance critique. La complexité de notre objectif a été réellement formative pour nous car elle interroge la pluridisciplinarité de l’équipe d’auteurs-enseignants de ce MOOC autant que le scénario pédagogique commun comme fil conducteur des apprentissages ciblés. En fait, une équipe de plusieurs enseignants de Mines-Telecom a participé à la réalisation du scénario pédagogique et nous avons ensemble pu concrétiser le projet de mise en forme numérique. Des quatre coins de France (Aix-en-Provence, Brest, Bordeaux et Paris), le projet nous a fédérés car il a été entièrement réalisé en distanciel via les outils numériques : une prouesse de notre cheffe de projet Cécile Brossaud !

Ce cours en ligne s’adresse aux étudiants et aux enseignants qui apprennent le FLE, Français langue étrangère, et il est publié sur la plateforme internationale COURSERA.

Teaser vidéo à découvrir

Pour s’inscrire au MOOC et découvrir sa présentation sur le site de l’Institut Polytechnique de Paris

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du jeu de rôle au carnet de rencontre : sketching ou sketchtime transmédia

La dramatisation est une activité créative qui met en œuvre l’émotion, l’imagination, le mouvement et l’interaction sociale afin de représenter une situation, une histoire, une situation ou un évènement. Elle se décline sous de multiples formes du simple jeu animé à la représentation publique : jouer la comédie, théâtraliser une lecture, performer, incarner des personnages… Les jeux de rôles aident à créer, en classe de langue, des situations de communication concrètes et interactives afin de libérer la parole des apprenants et d’utiliser la langue en situation, en somme il s’agit de ludifier le cours de langue.

Legendre (2005, p. 814) définit le jeu de rôle comme « une activité pédagogique qui consiste en des simulations particulières ; technique visant à représenter des situations, le plus souvent semblables à celles de la vie réelle, grâce à une scène improvisée entre deux ou plusieurs acteurs (étudiants) ».

Dans la cadre de la formation Master 2 MEEF, nous investissons en cours de langue l’outil pédagogique du carnet de voyage décliné comme « un carnet de rencontre(s) ». En effet, la rencontre forge l’éducation à l’interculturel fondamentale dans l’apprentissage des langues, lors de voyages scolaires, séjours linguistiques, échanges interclasses, interventions de locuteurs natifs en classe. La rencontre doit être préparée comme la sortie scolaire, aussi l’interview (ou le dialogue) nécessite-t-il une mise en questions et une enquête sur le terrain. Donc, en classe de langue, les activités d’écriture et de mise en dialogue d’un sketch / interview sont au cœur du carnet de rencontre(s) qui raconte la rencontre et l’échange interculturel. Du jeu de rôle au carnet de rencontre, c’est bien le sketching ou sketchtime qui nécessite une narration transmédia ou storytelling transmédia (Mélanie Bourdaa, chercheuse au MICA).

Le carnet de rencontre(s) est un outil formateur en classe de langue qui nécessite plusieurs outils numériques et différentes étapes dans la mise en œuvre en classe :

  1. La story décrit le contexte de la rencontre : raconter une histoire en format visuel, vertical, fragmenté qui favorise la proximité et l’engagement de l’audience.
  2. Le profil sur un réseau social : connaître le parcours personnel et professionnel
  3. Le selfy vidéo de présentation de chaque dialogueur : dresser un portrait original et attractif
  4. Le questionnaire numérique : carte mentale des questions et mise en forme d’un quizz
  5. La réalisation du jeu de rôle en distanciel (via Skype ou Zoom)
  6. Le commentaire de la vidéo : insertion de commentaires, d’images, notes, liens web pour compléter le document de l’interview filmé.
  7. La trace écrite scénarisée des questions et des réponses peut être réalisée via un outil de création de BD.
  8. La création artistique ou médiatique avec du photocollage numérique et des nuages de mots des termes clés du dialogue.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage sur les pas d’écrivains européens

Un Tour des littératures de voyage européennes serait un projet à investir en Lettres et Langues. A la fois pour la formation pour notre culture européenne et pour l’initiation à la littérature de voyage, ce projet littéraire permet de découvrir les grands écrivains du voyage de plusieurs pays en Europe. Il pourrait d’ailleurs faire référence au Grand Tour (cf. à l’ouvrage “Autoportrait de l’Europe par ses écrivains”) du XVIIIe siècle à l’apogée de la littérature européenne, comme séance préambule du projet. Ensuite, l’itinéraire de voyage des écrivains étudiés serait le scénario du carnet de voyage à créer. Centrer le regard des étudiants ou des lycéens en section européenne sur le choix de cinq écrivains permettrait de forger un socle commun culturel européen en vue d’un projet pédagogique sur la littérature de voyage européenne: Goethe, Cervantes, Stevenson, Alberto Moravia et Chateaubriand. Dans le cadre des itinéraires culturels du Conseil de l’Europe, nous pouvons découvrir les chemins voyageurs ou les itinérances de ces artistes. Le CRVL, Centre de recherche des littératures de voyage, facilite les recherches sur le corpus littéraire, de plus la plupart des écrivains ont leur site de références et d’analyses littéraires. Il s’agit alors d’interroger autant les motivations de l’artiste que le récit de voyage.

Comment chaque écrivain s’est-il nourri du voyage ? Comment sa perception de l’ailleurs est-elle retranscrite ? Comment son évocation du voyage est-elle le reflet d’une culture ? Enfin, le voyage serait-il un socle commun culturel à l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la France ? Pourquoi le voyage a t-il été considéré comme un moyen de formation en arts et en lettres ?

Il serait pertinent d’élargir à tous les pays européens et à d’autres écrivains européens, soit sélectionner un écrivain voyageur par pays en Europe. De plus,  la “Route des écrivaines” comme itinéraire culturel du Conseil de l’Europe est très inspirante. Un autre itinéraire serait à découvrir : l’itinéraire culturel “Sur les traces de Stevenson”.

Le voyage en Italie de Goethe de 1786 à 1788 retrace « un récit où se mêlent l’art et la vie. Goethe traverse Vérone, Vicence, Venise, Padoue, Ferrare, Bologne, Florence, Pérouse, Rome, Naples, Palerme. Il admire l’art classique, contemple les paysages, se lie avec la population : son expérience est intense ».

L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche de Miguel Cervantes publié en deux parties en 1605 et 1615.

Voyage avec un âne dans les Cévennes de Robert-Louis Stevenson publié en 1879.

Voyage à Rome d’Alberto Moravia publié en 1989.

Voyage en Italie de François-René de Chateaubriand écrit en 1803-1804.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Manifestations culturelles sur le carnet de voyage

« Le Rendez-vous du carnet de voyage » à Clermont-Ferrand, du 18 au 20 novembre 2022 : https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

L’évènement national et international (22e édition) mérite le détour de tout voyageur passionné et curieux car il porte sur le carnet de voyage intermédia, c’est à dire ouvrage, film, site web ou blog, carnet sonore…Ce festival est un voyage en soi, intense et inoubliable, qui offre tant de surprises et de rencontres de l’autre bout du monde (carnettistes internationaux) !

Quand on y vient une fois, on y retourne tant de fois !

« Carnet de voyage, une écriture du monde » à Bordeaux, des 3 et 4 décembre 2022 : https://www.lettresdumonde33.com/salon-carnet-de-voyage

La manifestation bordelaise (8e édition) est unique dans son originalité et son regard sur l’environnement et la nature dans l’espace innovant “Darwin” sur l’autre rive de la Garonne. La mise en scène du voyage est tournée vers la créativité et l’autre culture. Chaque artiste y propose son point de vue d’éco-responsable, d’ethnographe, de voyageur, de journaliste… à travers son art graphique privilégié : aquarelle, dessin, photographie, carte, pastel…Le beau livre d’art « carnet de voyage » est dans son écrin.

Quand on y goûte, on s’en délecte !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Sur les chemins de Saint-Jacques, vers Compostelle : carnets de voyage

Ouvrage publié intitulé « Vers Compostelle : Regard contemporain sur les chemins de Saint-Jacques », sous la Direction de Quitterie CAZES et Sébastien RAYSSAC, Presses universitaires du Midi, PUM, Octobre 2022.

Cet ouvrage propose un regard pluridisciplinaire résolument tourné vers un phénomène contemporain : la réactivation des chemins de Saint-Jacques. Elle témoigne de la revitalisation de l’itinérance sur des sentiers aménagés, de son appropriation par les sociétés du XXIe siècle et des multiples initiatives observées dans les territoires traversés. Sa consécration par l’inscription au patrimoine mondial des « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » incite, vingt ans après, les chercheurs en sciences humaines et sociales à questionner le processus de construction de cet objet patrimonial. En interrogeant la valeur exceptionnelle de ce bien commun et la diversité de ses 78 composantes, cette publication met en évidence l’importance des traces et des témoignages historiques en des lieux spécifiques, comme les enjeux aujourd’hui incarnés dans les politiques publiques de développement culturel et touristique des territoires (https://pum.univ-tlse2.fr/~Vers-Compostelle~.html).

Ma contribution porte sur les carnets de voyage, plus précisément sur les caractéristiques d’une édition créative en vue d’une communication de l’authentique, du pittoresque, du sensitif et de l’épanouissement personnel qui est axé sur le cheminement comme « voie personnelle ». Car l’évocation du chemin de Saint-Jacques-De-Compostelle incite à découvrir par soi-même et diffuse « une expérience vécue » via une édition spécialisée et adaptée. En effet, il s’agit d’une médiation touristique en vue d’une personnalisation du voyage (cf au « carnet de voyage ») qui utilise le numérique, du blog au « transmédia storytelling », pour la mise en scène du patrimoine.

Cet ouvrage publie les Actes du colloque de recherche qui a eu lieu en 2018 :

https://www.chemins-compostelle.com/colloque-chemins-de-saint-jacques-de-compostelle-en-france-patrimoine-territoires-historicit-du-25

https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Occitanie/Actualites/Actualite-a-la-une/Colloque-Chemins-de-Saint-Jacques-de-Compostelle-en-France-patrimoine-territoires-historicite

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage franco-américain : projet pédagogique

Les échanges interclasses françaises et américaines avec les Etats Unis et le Canada sont un temps propice à l’apprentissage de la langue anglaise et de l’interculturel et aux projets pédagogiques communs. De nombreuses coopérations franco-américaines offrent cette occasion et les sections internationales qu’elles soient à l’école primaire ou plus largement diffusées par l’AEFE (établissements scolaires français à l’étranger) ouvrent sur une pédagogie de l’interaction, des échanges et de la coopération entre élèves.

Réaliser un carnet de voyage dans le cadre d’échanges interclasses françaises et américaines est un objectif qui mobilisent de nombreux apprentissages en plus de celui de l’anglais. Ainsi, Clara Martin et Océane Champagne, enseignantes stagiaires à l’INSPE de l’Académie de Bordeaux, ont-elles lancé la création d’un carnet de voyage au Texas à Austin avec une classe partenaire (CE2) et leur collègue Lisa Priéto a initié un échange virtuel avec une classe de maternelle dans l’Oregon.

Plus que la découverte de l’environnement local américain, quelques autres thématiques pourraient être abordées en arts, culture et histoire. Notre ancrage français pour échanger avec l’Outre Atlantique porte bien évidemment sur le D-day et la bataille de Normandie en retrouvant les vétérans américains mais aussi sur le Québec, terre d’émigration charentaise et normande ou du pionnier Jacques Cartier. Nos ponts culturels sont importants avec l’histoire du jazz, l’histoire du rock, le Peintre Hopper, les échanges artistiques Paris – New-York, la Louisiane des Cajuns…Des éditeurs de jeunesse proposent aussi des carnets de voyage – guides touristiques à compléter (« Mon carnet de voyage aux Etats-Unis » qui est un journal de bord avec guide pour enfants) et des documentaires jeunesse sur les Etats-Unis qui offrent des pistes de projets pédagogiques  http://www.voyagesetenfants.com/etats-unis-25-livres-enfants/

 

A nous d’investir le carnet de voyage franco- américain, comme l’ont proposé des cinéastes depuis les années 50, en lançant les prémisses du genre « carnet de voyage audio-visuel » (voir un précédent article sur ce sujet a été publié dans ce blog). Ouvrir la curiosité des élèves sur les horizons du Nouveau Monde est porteur de réalisations de carnets de voyage en classe et d’échanges avec les Etats-Unis et le Canada dans le cadre de la classe de langue et des parcours éducatifs (citoyen, artistique et culturel, avenir).

Voir l’exposition “Paris et nulle part ailleurs : 24 artistes étrangers à Paris; 1945-1972” au Musée de l’histoire de l’immigration, Porte Dorée à Paris.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Pratique innovante carnet de voyage et narration du voyage

Le ministère de l’Education Nationale a mis en place en avril 2013 le Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative (Cnire). Celui-ci propose une définition de l’innovation pédagogique : « Une pratique innovante est ainsi une action pédagogique caractérisée par l’attention soutenue portée aux élèves, au développement de leur bien-être, et à la qualité des apprentissages. En cela, elle promeut et porte les valeurs de la démocratisation scolaire. Prenant appui sur la créativité des personnels et de tous les élèves, une pratique innovante repose également sur une méthodologie de conduite du changement. Enfin, le partenariat permet à l’équipe d’enrichir son action grâce aux ressources de son environnement. Chacun de ces points ne suffit pas à lui seul, mais plusieurs combinés font d’une action une pratique innovante dans sa conduite et dans ses effets ». Aussi, l’INSPE de l’Académie de Bordeaux a mis en place une UE “Projet personnel”, axée sur la pratique innovante en classe, dans le cadre du Master MEEF. Il s’agit pour les étudiants d’élaborer un ou plusieurs dispositifs (activité, séance, atelier, module) relevant d’une pratique innovante à mettre en oeuvre sur le terrain de leur stage puis de l’analyser pour en montrer la pertinence didactique et pédagogique. Dans le dispositif de pratique innovante «carnet de voyage», le changement et l’amélioration au regard des pratiques existantes dans l’apprentissage du savoir passent par la narration qui engage l’élève dans l’expression et la réalisation. Plus que la mise en projet, la pluridisciplinarité et l’expression en textes et en images, c’est la narration du voyage qui anime la motivation des élèves. Aussi, cette année, j’ai insisté sur la qualité du scénario du point de départ à l’arrivée au fil des étapes du voyage, en évoquant le préambule et l’épilogue de l’histoire.

Les étudiants ont majoritairement choisi la découverte culturelle en réalisant un itinéraire scénarisé à partir d’un album ou d’un personnage imaginé. La géographie a été initiée à partir de Google earth, Google maps et divers outils numériques. Des cartes sensibles ou sensorielles (géographie et arts) ont été réalisées pour tous les carnets mais aussi un itinéraire intermedia qui est illustré et géolocalisé, devenu alors le sommaire du carnet. De plus, des intervenants extérieurs ou des locaux interviewés ont été largement utilisés pour approfondir la connaissance culturelle d’un pays (parents d’élève, ATSEM, famille des stagiaires…).

Certains projets se sont appuyés sur l’imaginaire d’un album publié dont l’histoire exalte la motivation des jeunes pour voyager. Pour citer quelques titres de projets – carnets : Le fabuleux voyage de Pipoli (d’après Philippe Corentin) par Lou-Anne Kralik, Sur les pas de Philéas Fog (d’après Jules Verne) par Manon Leitao, Voyage dans les trois Afriques (d’après Daniel Pennac) par Agathe Parre et un voyage imaginé par la classe et Laurie Jeubert dans « Le voyage du singe Milo en Asie du Sud-Est », en maternelle Sur les pas de Gaston (par Marie Lanneluc et Marie Ripoll). L’histoire imaginée du petit singe Milo qui voyage en Thaïlande, au Viet-Nam et au Japon a mobilisé les échanges avec un habitant Thaï pour découvrir les instruments de musique et favoriser l’écoute musicale, de même pour découvrir les arts japonais (Origami, haïkus). Le voyage de Pipoli est parti d’une course d’orientation en EPS afin de classer les animaux rencontrés puis de réaliser un safari photos du Grand Nord à l’Afrique. Le Voyage dans les trois Afriques commence par des énigmes sur les trois zones géographiques selon les trois couleurs évoquées dans l’album : jaune (désert), verte (forêt équatoriale) et grise (savane) avec trois pays visités (Egypte, Kenya et Congo). Après avoir émis des hypothèses pour chaque couleur, les élèves ont réalisé des rédactions narratives à partir des photos, des objets apportés et de jouets africains testés, puis découvert le pays visité.

D’autres projets ont ciblé un pays, comme Chronique d’un voyage en Finlande (par Hélène Ciccone) et Bienvenue en Amérique Latine (par Thiphaine Perolle) qui donne la parole à trois personnages emblématiques de chaque pays tels que Coco, Padington et Malafa. Suite un projet ERASMUS de l’école, la Finlande est le sujet de la création d’un album de littérature de jeunesse mis en forme éditoriale. Deux personnages imaginaires sont les avatars de ce voyage fabuleux qui pourrait être publié par un éditeur de jeunesse. Pour l’Amérique Latine, c’est un projet sur toute l’année qui fait converger toutes les disciplines dans le cadre d’échanges scolaires virtuels et permet à l’enseignante de préparer sa propre mobilité internationale, envisagée à la rentrée prochaine.

D’autres carnets de voyage proposent un tour du monde culturel sur un art comme la danse ou la gastronomie. Dans Carnet de culinaire des spécialités régionales françaises, les élèves font un tour de France des pâtisseries ou spécialités régionales afin de découvrir une région d’un point de vue géographique (Corse, Provence…). La motivation sensorielle du goût est utilisée pour la découverte géographique de la France en lien avec les programmes d’enseignement afin de “se repérer dans l’espace, puis le questionner”. Dans Carnet de danses à travers le monde (par Fanny Marzat et Wafae Naim), le personnage Cheval part, durant la période de vacances, découvrir une danse : le flamenco à Madrid, la samba à Sao Paulo, la reggada à Marrakech et le jerrabe Tapatio à Mexico.

Les derniers carnets de voyage ciblent des villes comme Londres (Angleterre), Austin (Texas) ou Bend (Orégon) pour créer des carnets de voyage bilingues. Dans Let’s go to London, (par Loréa Chaldu et Julie Couton), deux classes CM1 et CM2 exploitent l’album « The Royal Baby’s Big Red Bus » de Martha Mumford et échangent sur leurs visites virtuelles de Londres 360°. Dans Carnet de voyage au Texas à Austin (par Clara Martin et par Océane Champagne), la lecture de l’album « Clément Aplati » (de Jeff Brown) fait l’objet d’une correspondance avec classe américaine sur les aspects culturels et utilisent un maximum d’outils numériques. Pour la maternelle, dans Echange interclasse avec l’Oregon, Lisa Prieto a imaginé des dictées à l’adulte préparant l’échange à venir avec une classe américaine.

Qu’ils soient voyages “tour du monde”, voyages “continent”, voyages “pays” ou voyages “ville”, tous ces carnets nous embarquent vers les apprentissages ! L’imagination à la Robinson forge la créativité. Le carnet de voyage a ainsi inspiré les éditeurs de manuels scolaires. En maternelle, l’objectif est en effet de croiser l’apprentissage précoce des langues et l’exploration du monde.  

Les Voyages de Jazz sur les comptines et les langues du monde en maternelle publié par l’éditeur toulousain SED est exemplaire. Citons l’avant-propos de l’ouvrage pédagogique :

 Au cours de son voyage autour du monde, le personnage de Jazz découvre 12 pays et 12 langues : Allemagne (allemand), Amérique (anglais), Algérie (arabe), Chine (chinois mandarin), France (créole réunionnais), Espagne (espagnol), Italie (italien), Congo (lingala), Pologne (polonais), Portugal (portugais), Russie (russe), Turquie (turc). Durant ce voyage, les élèves découvrent 12 comptines très simples permettant d’entraîner tant leurs capacités d’écoute, de mémorisation et de concentration que leurs aptitudes phonologiques. Grâce à des activités sensori-motrices, manuelles ou phonologiques, les élèves appréhendent la culture de chacun des pays visités et les spécificités linguistiques des diverses langues rencontrées.

Ainsi, au-delà de la fonction première d’éveil à la diversité linguistique et culturelle, Les Voyages de Jazz favorise la fréquentation des langues étrangères pour mieux maîtriser la langue de l’école et développer l’ensemble des mécanismes inhérents à l’apprentissage du langage en général.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage des fruits exotiques au carnet de commerce équitable

Découvrir l’origine géographique de fruits et de légumes est un projet que nous menions avec mes élèves chaque année dans le cadre de projets en SVT, Sciences de vie de la terre, et en Histoire. Que de souvenirs pédagogiques passionnants (il y a 25 ans déjà dans l’Académie de Reims) ! La carte des fruits et des légumes évoque en effet un voyage à l’échelle du monde et l’histoire des découvertes des Terrae Incognitae autant que des échanges culturels et commerciaux. Une passionnante rencontre pour l’Europe !

Aborder l’histoire par le sensoriel, ici le sens du goût, est un objectif fort motivant pour de jeunes élèves, notamment en école primaire. L‘éducation à l’alimentation et au goût y est privilégiée, en abordant les différentes dimensions de l’alimentation (nutritionnelle, sensorielle, environnementale et écologique, culturelle et patrimoniale) afin de consommer responsable (voir l’ouvrage publié par Canopé en 2019). Croiser l’histoire et les SVT, Sciences et vie de la terre, est fort pertinent. En effet, au contact de l’Orient avec la route de la soie et des croisades, les fruits d’Extrême-Orient sont arrivés en Europe via le monde arabe : par exemple, l’abricot originaire de Chine et les agrumes venus des contreforts de l’Himalaya dont l’orange introduit par les Portugais. Lors des Grandes Découvertes, de nombreux fruits ont été rapportés des Amériques Centrale et Latine : l’ananas de Guadeloupe, le cacao et l’avocat et la tomate du Mexique, la fraise du Brésil. L’avocatier originaire du Mexique est cultivé et apprécié à travers le monde entier pour son apport en vitamine D. Quant à la banane originaire du Sud-Est asiatique puis cultivée en Afrique (Madagascar en premier), elle s’est répandue comme un aliment nutritif lors les guerres mondiales européennes afin de nourrir les troupes de soldats sur les fronts de guerre. Mais on pourrait demander à nos élèves de découvrir un fruit endémique de nos belles Antilles, de Martinique ou de Guadeloupe, via une recherche sur l’Internet ou une correspondance e-Twinning avec une classe antillaise : corossol, pomme cannelle, ti-coco, cachiman, pomme-jardine… Que de fruits à déguster !

Les carnets de voyage deviennent alors des carnets d’échanges commerciaux, des carnets des plantes vivrières qui voyagent au fil des siècles mais aussi des carnets de commerce équitable, souvent solidaire, selon le suivi de règles et de valeurs. Il s’agit d’une initiation à l’économie et aux enjeux contemporains de l’agriculture et du marché alimentaire.

Le PPN, Projet pédagogique numérique carnet de voyage intitulé « L’incroyable voyage de Marjo, la fève de cacao » d’Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige retrace le voyage d’une fève de cacao de la culture, de la transformation à sa consommation sous diverses formes, en somme du champs à l’assiette. Il se finalise par la visite du musée du chocolat en Dordogne et l’étude de la CIDE (Convention internationale des droits de l’enfant) au sujet du travail des enfants dans les cultures de cacao. Différents écrits spécifiques (une interview, un récit de voyage et de compte-rendu) retracent les étapes de la culture de la fève de cacao, sa composition et les différentes étapes de sa transformation en vue de sa distribution commerciale. La narration met en scène le personnage de Marjo qui conclue l’épilogue du carnet, selon les propos des enseignants stagiaires  :“Je vous ai rencontrés les CE2 ! Vous attendiez ma venue dans l’atelier avec impatience ! Grâce à vous, je me suis transformée en un magnifique chocolat délicieux. Je suis en vitrine et tout le monde m’admire. Je brille de mille feux ! Quel beau voyage ! Que de belles rencontres ! Et me voilà resplendissante ! Je vous le dis les amis : voyager donne bonne mine ! Quelle vie incroyable on mène quand on est une si petite fève de cacao comme moi“. Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige expliquent la plus-value de l’outil pédagogique : “Le carnet de voyage permet de construire une valeur citoyenne : le vivre ensemble. Le carnet de voyage invite à partager sur la vie de l’autre et une culture différente. De plus, le vivre ensemble permet aux élèves de comprendre les enjeux écologiques cachés derrière la consommation, notamment pour la fève de cacao, et également les enjeux éthiques (emploi d’enfants dans les champs de cacaoyer) tout en appréhendant l’importance d’un commerce équitable et responsable.”

En effet, au fil du projet, les apprentissages pluridisciplinaires sont multiples :

  • Identifier les espaces géographiques de culture des fèves de cacao à partir de douze de documents vidéo au TBI et d’autant de questionnaires à partir du planisphère.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le cultivateur de cacao. Tablettes : filmer et photographier le processus de création et la trame de la rédaction.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différents moyens de transports de la fève de cacao du point de culture jusqu’à son arrivée en France métropolitaine.
  • Identifier les questions environnementales
  • Réaliser le schéma d’une cabosse.
  • Identifier les principales problématiques et les principaux enjeux écologiques de la culture (et de la consommation) de la fève de cacao.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le chocolatier.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différentes étapes de fabrication du chocolat.
  • Reconnaître les bienfaits et méfaits du chocolat.
  • Rédiger le texte du carnet de voyage de Marjo la fève de cacao.
  • Réaliser les vignettes mettant en scène Marjo la fève.

Bibliographie :

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Colloque international “Les méthodes créatives de recherche”

Le colloque international “Les méthodes créatives de recherche : enjeux et pratiques” se déroule les 16 et 17 juin 2022 à la Maison des Sciences de l’Homme Bordeaux, organisé par l’Université Bordeaux – Montaigne, équipe de recherche du MICA et Cap Sciences.

Ce colloque sera l’occasion de réfléchir, partager et analyser les problématiques scientifiques liées aux méthodes de recherche créatives et innovantes. Deux jours de conférences permettant de croiser les regards entre acteurs publics et privés, chercheurs, experts et professionnels. Des conférenciers internationaux et nationaux de diverses disciplines présenteront leurs travaux et discuteront de divers outils et méthodes mobilisées dans la recherche : design thinking, réalité virtuelle, technologies numériques, méthodes visuelles, jeu, recherche – action… Les chercheurs internationaux du MIT ouvriront le colloque comme invités d’honneur.

Quatre axes sont proposés :

  • Design thinking : lego, outils de construction, brainstorming …
  • Les méthodes visuelles
  • Gamification et ludification (jeux sérieux, escape game, jeux de rôle, jeux de société, jeux éducatifs …)
  • Technologies numériques et réalité virtuelle

Pour consulter le programme du colloque international : https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/events/colloque-international-methodes-creatives-de-recherche/

Communication intitulée “Le carnet dessiné et les usages du dessin en recherche : une méthode visuelle et créative en SHS”, le jeudi 16 juin à 14H

La Revue Française des méthodes visuelles (RFMV) publiée par la Maison des Sciences de l’Homme Bordeaux et l’équipe de recherche du MICA lance un appel à contribution pour son prochain numéro. A vos recherches !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Expéditions du bout du monde

L’exposition Les visages de l’exploration au 19e siècle qui a lieu à la BNF et propose des séances de projection de carnets de voyage intitulées Expéditions au bout du monde, comme par exemple celle du journal d’Ella Maillart.

La Bibliothèque nationale de France célèbre le bicentenaire de la Société de géographie, dont elle conserve les archives, en consacrant une exposition à l’exploration au XIXe siècle. S’appuyant sur le fonds exceptionnel de la Société de géographie et sur d’importants prêts extérieurs (musée du Quai Branly, Muséum national d’histoire naturelle, musée de l’Armée, musée Guimet, etc.), l’exposition rassemble carnets de notes et de croquis, cartes et photographies, instruments de mesure, objets et spécimens collectés sur le terrain… soit près de 200 pièces qui permettent d’offrir un nouveau regard sur la curiosité savante et les « découvertes » de l’époque. Le parcours proposé aux visiteurs met particulièrement en valeur toutes les figures – femmes exploratrices, guides, interprètes, etc. – qui ont été les actrices et acteurs invisibles dans le récit et l’iconographie officiels de l’exploration européenne.

Dans le cadre du congrès célébrant le centième anniversaire de l’Union géographique internationale, la BnF accueille une session scientifique intitulée « Quelle place pour le temps en géographie ? ».

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet intergénérationnel, outil pédagogique

Dans le cadre du Master 2 MEEF à l’INSPE de l’Académie de Bordeaux, nous avons initié un projet pédagogique numérique sur l’intergénérationnel et plus précisément sur « le carnet de voyage intergénérationnel ».  L’ouvrage Carnet de voyage intergénérationnel écrit par Carole Gadet et Diane Sorin a été publié par les éditions de l’Atelier en 2010. Albert Jacquard se fait l’écho de l’expérience des auteurs sur une dizaine d’années : « Les humains ont fait ensemble l’humanité. C’est notre legs. Il nous appartient de faire en sorte que l’humanité continue à faire de nous des humains. J’aimerais que ce livre puisse contribuer à cette tâche et, ce faisant, qu’il déborde le vocable, trop étroit à mon sens, de l’intergénérationnel pour inviter chacun à voyager d’une génération à l’autre afin d’apprendre à devenir ensemble. »

Aussi, avons-nous décliné cette piste éducative en production numérique en classe. En vue du projet PPN, Projet pédagogique numérique, auprès des élèves de primaire, nous avons demandé l’usage de trois outils numériques au fil de l’année : la carte mentale pour la gestion du projet, le tableau de bord pour la mise en œuvre et la production – présentation du carnet de voyage numérique pour la communication aux parents d’élèves. Les stagiaires Professeurs des écoles ont lancé un projet afin que leurs élèves puissent produire leur carnet de voyage en relation avec leurs grands-parents. De nombreuses thématiques ont été envisagées : l’histoire des moyens de communications interpersonnelles ou médiatiques, l’évolution de la classe (musée de l’histoire de l’éducation), le changement des modes de déplacement, l’essor du tourisme de masse et des vacances (camping, village de vacances, pratiques sportives…), la place de la femme dans la société…Nous retenons le PPN Projet pédagogique numérique intitulé « Carnet de voyage intergénérationnel : les modes de communication à travers le temps » de Claire Cadene et Amandine Thierry ; elles l’ont proposé dans le cadre de l’EMC, éducation morale et civique, pour une classe de CE2. Ce voyage dans le temps part à la découverte des modes de communication et de leurs évolutions dans le temps afin de « questionner le temps » (programme d’enseignement en histoire) et l’impact de certains modes de communication sur l’environnement (programme d’Education au Développement Durable, rentrée 2021). Il s’agit de confronter les élèves à des modes de vie différents dans le temps et dans l’espace en proposant des activités de recherche documentaire et de représentation du temps. Ce travail de groupe en EMC, éducation morale et civique, vise à communiquer, justifier, argumenter et remettre en question les représentations ou les opinions. Mais c’est en français que les apprentissages visés ont été plus exigeants :

  • l’oral :  mise en voix des saynètes autour de l’utilisation du téléphone à cadran,
  • la lecture : partage de documents authentiques (vieilles lettres, télégrammes…),
  • l’écriture : expérimentation de l’écriture à la plume mais également lors de la production d’écrits,
  • l’étude de la langue : lexique des objets anciens et de l’expression des émotions.

Claire Cadene et d’Amandine Thierry explicitent leur démarche pédagogique :

« Au retour des vacances, les élèves ont pu exploiter les enquêtes menées mais également partager les traces du passé rapportées au cours de leur recherche : des lettres, photos, anciens télégrammes, téléphones, des plumes et encriers… Le fait que le questionnaire soit construit par les élèves et qu’ils aient à mener eux-mêmes leur enquête a été déterminante dans leur implication et leur motivation vis-à-vis du projet. Le voyage a alors pu commencer et nous avons voyagé dans le temps en amenant les élèves à construire des frises chronologiques montrant l’évolution des différents modes de communication dans le temps comme le téléphone ou l’écriture ; mais également en leur faisant vivre un saut dans le temps pour expérimenter physiquement ces anciens modes de communication (jouer des scènes d’usage d’objets tels que le téléphone à cadran dans le quotidien des parents ou écrire à la plume à l’école des grands-parents…) ». Ces enseignantes stagiaires concluent sur leur intérêt de l’intergénérationnel dans leur pratique de projet : « Les élèves ont ainsi comparé des modes de vie dans le temps et ont appris à se repérer dans le temps à l’échelle de leur famille, ils ont fait évoluer leur manière de travailler en groupe et de communiquer ensemble et ont expérimenté des outils et des techniques de communication qui les ont amenés à se poser des questions et à remettre en cause leurs représentations initiales. Ce projet a été en fait mené dans une véritable démarche d’investigation. »

C’est proposer aux élèves de mener une enquête à partir d’une situation problème proposée par la professeur. Une démarche scientifique s’appuiera nécessairement sur des faits, des observations, des mesures.

Exemples d’actions éducatives afin de faciliter les relations entre générations :

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet intergénérationnel : l’Histoire vécue et perçue

Etudier les interactions ou les échanges, positifs ou négatifs, en somme les relations qui peuvent se dérouler entre les générations, définit l’intergénérationnel (voir la recherche de G. Séraphin, 2011). La transmission d’expériences et de savoirs entre des personnes séniors et juniors au bénéfice de la famille, de la société et de l’entreprise peut aussi incarner le partage intergénérationnel qui favorise une plus grande cohésion sociale ainsi qu’une plus forte solidarité. La Semaine bleue du 3 au 9 octobre 2022, qui est la semaine des retraités et des personnes âgées, porte les devises « A tout âge ensemble » et « Changeons notre regard sur les aînés. Brisons les idées reçues », notamment à travers un concours d’écriture. En Belgique, la Semaine de l’intergénération créé en 2019 donne l’occasion pour initier des actions de vivre ensemble.

Nous nous intéressons aux relations entre grands-parents et petits enfants car elles facilitent une transmission de valeurs et d’activités complémentaires à celles enseignées à l’école. Certains savoir-faire transmis ne sont pas valorisés par ailleurs, tels la cuisine, le bricolage ou le jardinage, en somme des activités manuelles ou ludiques qui facilitent la débrouillardise dans le quotidien et bien sûr l’esprit créatif. De plus, les grands-parents permettent une stabilité affective en cas de divorce ou séparation des parents. Ils constituent aussi un repère dans l’histoire familiale pour l’enfant qui change, grandit, s’émancipe. Le récit de leurs souvenirs et anecdotes permet à l’enfant de construire son identité et comprendre l’histoire familiale d’émancipation ou de continuité. Pour le jeune, il s’agit de penser sa place dans la famille mais aussi d’appréhender l’évolution de la vie au fil des générations et des années, de comprendre son rôle évolutif dans la société, dans la famille; en somme, l’enfant constate que chacun a une place différente selon son âge et son vécu. La cohésion sociale pourrait être liée à ce lien intergénérationnel à préserver, structurant pour l’enfant et valorisant pour les grands-parents.

Cette histoire est vécue au niveau de trois générations sur une soixantaine d’années, depuis les années 1950 ou 1960, facile à intégrer comme repérage dans le passé pour des enfants qui éprouvent l’abstraction de l’histoire comme un obstacle cognitif. En effet, la société et la famille ont évolué de pair : affirmation du droit des femmes, couple monoparental, société de consommation, emprise des écrans, place des loisirs…Cet enseignement de l’histoire à leur niveau d’enfant de manière concrète, et riche de témoignages, permet d’appréhender les évolutions et les changements sociétaux, politiques et économiques, au fil de l’histoire. Il s’agit d’une Histoire qui est perçue, ressentie et vécue par le prisme des séniors. Appréhender l’histoire à hauteur de trois générations, et parfois plus, si les arrières grands-parents sont encore présents pour témoigner de la seconde guerre mondiale (1939-1945). Alors, ils expriment leur vécu, dont les restrictions sous l’Occupation par exemple, de l’œuvre de la Résistance dans leur quotidien, de l’ouverture des camps de déportation et de l’horreur de la guerre afin d’apporter leur sagesse de vie et de paix à leurs arrières petits-enfants. Il s’agit donc de tisser des liens pour appréhender leur histoire de vie et notre Histoire commune pour former les citoyens de demain. L’Histoire, enseignée de manière théorique à l’école est ainsi vécue et perçue à l’échelle de la famille sur trois générations, parfois quatre.

Depuis mars 2022, le ministère de l’éducation nationale lance un plan d’action national visant à renforcer les solidarités intergénérationnelles dans les établissements scolaires et les lieux de vie des personnes âgées. Cette action s’accompagne de la poursuite du projet « 1 lettre, 1 sourire » et de jumelages intergénérationnels entre d’EPHAD et écoles. Par exemple, le modèle « MARPA-Ecole » valorise un même espace pour réunir l’école élémentaire et la maison de retraite.

Bibliographie :

Séraphin, G. (2011). Introduction : Lien intergénérationnel et transmissions. Recherches familiales, 8, 3-6. https://doi.org/10.3917/rf.008.0003

Joly, L. & Passera, F. (2016). Se souvenir, accuser, se justifier : les premiers témoignages sur la France et les Français des années noires (1944-1949). Guerres mondiales et conflits contemporains, 263, 5-34. https://doi.org/10.3917/gmcc.263.0005

Carnet de voyage intergénérationnel – Grandir ensemble de Carole Gadet, Diane Sorin- Éditeur Editions de l’Atelier, 2010. http://www.ensembledemain.com/5.html

Des ouvrages en littérature de jeunesse afin d’illustrer les relations intergénérationnelles : https://www.ricochet-jeunes.org/articles/le-troisieme-age-de-tous-les-possibles-18-livres-pour-illustrer-la-diversite-des-relations

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts