De l’escape game sur le patrimoine au carnet de voyage – jeu

Nous connaissons depuis 2015, donc six ans, l’escape game comme médiation du patrimoine, d’abord dans les châteaux puis dans les musées. L’un des premiers fut « Le secret de Richard Cœur de Lion » à la forteresse de Chinon en février 2016, puis « La chambre des mystères » au château La Ferté-Saint-Aubin (Orléans) en juin 2016. L’idée aurait été lancée dans les musées par un escape game au Palais de Tokyo en octobre 2014 lors de l’exposition « Inside ». Depuis, il a envahi les espaces extérieurs et valorisent le patrimoine historique des villes classées au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO.

Le jeu d’évasion a suscité un engouement certain depuis les mesures sanitaires puisque les activités en plein air ont été privilégiées. Du point de vue du chercheur, la place que tient le déplacement dans la narration de ce médium serait à questionner, mais aussi l’intelligence collective dans la résolution de l’énigme. En quoi la ludification change-t-elle la médiation du patrimoine ? Comment pourrait-on relier le jeu au carnet ? Nous l’avions évoqué avec la création du transmédia « Les voies d’Aliénor » du projet PatriNUM lancé par le MICA de l’université Bordeaux-Montaigne (chercheuse : Mélanie Bourdaa).

En Charente-Maritime, l’escape game permet au grand public de découvrir des sites renommés. Dans ce département, l’escape game est apparu en mai 2017 au Château d’Usson ou « Château des énigmes » à Pons alors qu’en Gironde, c’est lors de la Nuit Européenne des Musées 2017 que le Musée d’Aquitaine de Bordeaux a lancé un escape game intitulé « Moi, Michel de Montaigne, 484 ans » et que Cap Sciences Bordeaux a créé un médium culturel innovant, c’est à dire une « expo – escape game » intitulée « Luminopolis ». La région Nouvelle Aquitaine propose plus d’une centaine d’escape games répartis sur tout le territoire : voir la carte géolocalisée.

Ci-dessous une sélection d’une dizaine d’exemples en Charente-Maritime et de nombreuses applications mobiles fleurissent dans ce sillage de découverte patrimoniale. Vous pouvez consulter la carte géolocalisée dressée pour ce département

Par ailleurs, le carnet de voyage est depuis longtemps utilisé dans le but de valoriser le patrimoine, comme un médium de communication et de médiation touristiques. La brochure touristique intitulée « Les carnets découverte du Grand Site : l’Arsenal de Rochefort à l’Ile d’Aix » est un guide aquarellé qui s’inspire du carnet du patrimoine réalisé par un artiste voyageur.

Allier la découverte du patrimoine, le ludique, la résolution d’énigmes et le carnet serait donc un objectif porteur pour un tourisme éducatif et créatif.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du cinéma – vérité : le carnet de voyage aux Etats-Unis

Dans les années 60, les Etats-Unis sont la destination des superlatifs, des innovations et des réussites. Aussi, toute une génération d’Européens est-elle partie voyager de l’autre côté de l’Atlantique. Rendant compte d’une palette d’impressions de l’excentricité à l’absurde, le tour des Etats-Unis de François Reichenbach est l’un des premiers carnets de voyage audiovisuels français. D’ailleurs, le Centre Pompidou avait lancé une rétrospective pour dresser un portrait de l’Amérique en 1960. Tirée de la collection de la BPI, il s’agit une comparaison des deux commentaires proposés pour le carnet de voyage « L’Amérique insolite » sorti en 1960 : « L’Amérique Rêve » commentée par Chris Marker et « L’Amérique insolite » par François Reichenbach. C’est cette même année en 1960 qu’Edgard Morin amorce le renouvellement entre cinéma et réalité et propose la notion de « cinéma-vérité ». Celle-ci peut s’illustrer par les nombreux films documentaires « carnets de voyage » de François Reichenbach :

 « Impressions de New York » (1955, 12′), « New York Ballade » (1955, 10′), « Novembre à Paris » (1956, 9′), « L’Américain se détend » (1959, 10′), « L’Amérique insolite » (1960, 86′), « A la mémoire du rock » (1962, 11′), « Le Petit Café » (1962, 12′), « Le Paris des photographes » (1962, 13′), « L’Amérique lunaire » (1963, 8′), « Artifices » (1963, 10′), « Retour à New York » (1963, 12′), « Le Paris des mannequins » (1963, 11′), « Le Carnaval de La Nouvelle-Orléans » (1965, 9′), « La Sixième Face du Pentagone » (1967, 27′), « La mort ne tue jamais personne » (1971, 15′), « Prison à l’américaine » (1971, 28′).

Le film « L’Amérique insolite » est en effet un carnet de voyage cinématographique du fait de la voix off de commentaire du vécu, des reportages in situ, du témoignage sur des aspects du mode de vie américain, de la narration du voyage et du déplacement d’un lieu à l’autre…Ce regard européen porté sur le nouveau continent est riche en étonnements sur l’altérité partagés avec complicité. A découvrir : https://www.ina.fr/video/CAF93010092

 Pour approfondir :

ARNOLDY Édouard, « Edgar Morin, le Cinéma, un art de la complexité. Articles et inédits – 1952-1962 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 87 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/1895/6904 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.6904

GRAFF Séverine, « « Cinéma-vérité » ou « cinéma direct » : hasard terminologique ou paradigme théorique ? », Décadrages [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 10 avril 2012, URL : http://journals.openedition.org/decadrages/215 ; DOI : https://doi.org/10.4000/decadrages.215

GRAFF Séverine, Le cinéma – vérité : films et controverses, PUR Presses universitaires de Rennes, 2014.

MARIE Michel, La nouvelle vague : une école artistique, Nathan, 1996 (1,2,3 cinéma)

MARIE Michel, La nouvelle vague et son film manifeste « A bout de souffle », Armand Colin, 2012.

MORIN EDGAR, Edgar Morin, Le cinéma un art de la complexité, Nouveau Monde éditions, mars 2018. Articles et Inédits 1952-1962, collectés, édités et présentés par Monique Peyrière et Chiara Simonigh.

A noter pour débuter la recherche, la définition du cinéma par François Reichenbach sur France Culture en 1966 à l’occasion du Festival de Cannes.

Par ailleurs, un corpus de carnets de audiovisuels sur les Etats-Unis permettrait de dresser une évolution du genre depuis 1957 et de repartir aux sources du « cinéma-vérité » ou « cinéma direct ».

  • Une sélection d’une dizaine de carnets de voyage audiovisuels sur les Etats-Unis :

Eté indien de François Reichenbach, 1957

La sixième face du Pentagone de Chris Marker et François Reichenbach, 1967

Route One / USA de Robert Kramer, 1989

American Vertigo de Michko Netchak avec Bernard-Henry Levy, 2006

J’irai dormir à Hollywood d’Antoine de Maximy, 2008

Des trains pas comme les autres : Etats- Unis, saison 3 de Philippe Gougler, 2013

Route 66 : de Chicago à Los Angeles de Marc Poirel, 2013

Cinq Françaises à New York de Pierre Brouwers, 2014

Route 66 : de Chicago à Santa Fe de Pierre Brouwers, 2020

Point de départ : sur les traces des hippies de Jérémy Michalak, France 5, diffusé le 30 août 2020

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage audiovisuels sur l’ailleurs

Au fil de la découverte des diffusions télévisuelles, ci-dessous une sélection de carnets de voyage à découvrir durant l’été 2021

  • Des carnets originaux :

 Lève-toi et marche 2 de Matthieu Firmin : 

Devenir un homme de Benoit Segur et Jean Gueyrat : Afrique, Sibérie, Malésie: 

Les Mystères de Tintin d’Alex Vizéo, diffusé sur France 5  

  • Vivre ailleurs ou l’expérience d’expatrié :

Drôles de villes pour une rencontre de Jérôme Mignard, diffusé sur France 5 : Las Vegas, Venise, Islande.  

Sayome de Nikos Dagiadas diffusé sur Arte.

La vie Kiwi de Matthieu Frison diffusé sur France 2

Des Français chez les kiwis d’Anaïs Ciura 

Ma Chine à moi diffusé sur CGTN. 

  • Séries documentaires renommées :

Nus et culottés : saison 3 (Ecosse)

Des trains pas comme les autres : saison 9 (l’Equateur et le Pérou)

Les routes de l’impossible : saison 12

Explorateurs de l’extrême : saison 1

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage sur les pas de Tintin

La rediffusion des carnets de voyage audiovisuels intitulés « Les mystères de Tintin » sur France 5, donne l’opportunité d’aborder l’intérêt de l’oeuvre d’Hergé afin de donner l’envie de voyager. Cette série est composée de trois épisodes : « A la recherche du Lotus bleu » en Chine, « A la recherche du temple du soleil » au Pérou et « A la recherche de l’Ile Noire » en Ecosse.

« En Chine, de Shanghaï à la muraille de Chine, Alex Vizéo part à la recherche de l’impressionnant dragon du Lotus Bleu pour réaliser sa photographie finale. Au Pérou, Alex Vizéo, part à la recherche du Temple du Soleil pour sa photographie finale mais, de Lima à Cuzco il y a de nombreux temples portant le même nom. En Ecosse, d’île en île, Alex Vizéo recherche un château perché sur une île mystérieuse pour réaliser sa photographie finale de l’album-culte d’Hergé ».

De nombreux ouvrages analysent l’œuvre d’Hergé, parmi eux, j’en citerais surtout trois qui ont éveillé la curiosité des tintinophiles, rédigés par Patrick Mérand à partir de 2009 : notamment les titres « Le Lotus bleu décrypté », « La géographie et l’histoire dans l’œuvre d’Hergé » (2015) et « Architecture, habitations et monuments dans l’oeuvre d’Hergé » publiés dans la collection « Zoom sur Hergé » des éditions Sépia : « Les pays visités par Tintin au cours de ses aventures ne sont pas tous imaginaires, loin de là. La documentation d’Hergé (souvent réunie par son propre père) permet d’identifier des monuments, des immeubles ou des lieux publics sans risque d’erreur. Quand ce n’est pas le cas, Hergé s’est inspiré de sites existants qu’il a transformés au gré de son imagination fertile. Le lecteur a parfois quelques difficultés à en reconnaître certains. Cet ouvrage lui apportera des réponses et lui permettra d’en savoir un peu plus sur les pays traversés… »

Quant à l’ouvrage « Tintin : à la rencontre des peuples du monde dans l’œuvre d’Hergé » publié aux éditions Géo en 2017, il met en parallèle la vision d’Hergé avec la réalité des peuples aujourd’hui. Tous ces ouvrages critiques ont lancé la recherche universitaire consacrée en 2017 par le colloque de la Société de géographie intitulé « Les géographies de Tintin » (dir. Paul Arnould). La vingtaine de chercheurs a examiné les aventures de Tintin sous l’angle de la géographie et a mis en lumière les clichés et les erreurs d’Hergé en explorant les subtilités géographiques du monde de Tintin, personnage devenu un mythe pour le voyageur épris d’aventure. Par ailleurs, les albums « Les aventures de Tintin » d’Hergé sont une source pédagogique inépuisable pour lancer des projets de carnets de voyage imaginaires ou virtuels au cycle 3. Aussi, deux ouvrages sont-ils particulièrement pertinents afin de présenter l’œuvre, son style narratif et graphique, la composition et les sources de l’album et proposer une analyse séquence par séquence : « Etudier Tintin au Tibet » de Didier Quella-Guillot (2007) et « Le Lotus Bleu décrypté » de Patrick Mérand (2009).

De plus, les carnets de voyage audiovisuels d’Alex Vizéo offrent des pistes d’investigation afin de confronter au réel trois albums des aventures de Tintin : il s’agit de passer de l’imaginaire géographique à la réalité actuelle sur le terrain. L’élève pourrait alors investir un carnet de voyage sur la Chine, le Pérou ou l’Ecosse. L’impératif pédagogique est de déconstruire les clichés et les représentations datées et obsolètes d’Hergé qui s’est documenté au prisme de la presse de l’époque et qui illustre une histoire coloniale révolue. L’intérêt éducatif est autant géographique qu’historique afin d’appréhender les changements géopolitiques du monde sur un siècle.

L’album « L’île noire » peut ouvrir, en classe de langue, sur la culture anglophone et favoriser l’envie de découvrir l’Ecosse avec ses traditions, ses sites et son histoire. Bien sûr, l’échange ou l’appariement scolaire avec une classe écossaise serait une plus-value au projet dans le cadre de la plateforme e-Twinning ou d’ERASMUS. Au creuset de notre culture européenne, Hergé évoque certes le début du 20e siècle mais il porte toujours d’un siècle à l’autre notre imaginaire vers la découverte. Tintin a éveillé sur plusieurs générations notre esprit d’enfant au voyage…alors en route !

  • Bibliographie :

ARNOULD Paul (Dir.), LANGLOIS Jacques (préface), ROCHE Olivier (postface), Les géographies de Tintin : actes de colloque, CNRS Editions 2018

BLIN Louis, Le monde arabe dans les albums de Tintin, L’Harmattan, 2021.

DEMERS Tristan, Tintin et le Québec : Hergé au coeur de la Révolution tranquille, éditions Hurtubise, Montréal, 2010

GODDIN Philippe, Hergé, Tintin et les Américains, Moulinsart, 2020

MERAND Patrick, Les coulisses d’Hergé, Sépia, 2020

MERAND Patrick, Les armes, les guerres et la violence dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2020

MERAND Patrick, La faune et la flore dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2019

MERAND Patrick, Architecture, habitations et monuments dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2018

MERAND Patrick, Les costumes, la mode et les uniformes dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2017

MERAND Patrick, Les moyens de transport et de communication dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2016

MERAND Patrick, Les arts et les sciences dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2015

MERAND Patrick, La géographie et l’histoire dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2015

MERAND Patrick, Les langues étrangères dans l’œuvre d’Hergé, Sépia, 2013

MERAND Patrick, Li Xiaohan, Le Lotus bleu décrypté, Sépia, 2009.

La collection « Zoom sur Hergé » des éditions Sépia

QUELLA – GUILLOT Didier, Étudier Tintin au Tibet CRDP de Poitou-Charentes, 2007 (collection « la BD de case en classe ») : guide pédagogique pour aborder l’étude de ‘Tintin au Tibet d’Hergé en classe

Géoquiz : histoire, géographie, Tintin, Géo, 2020 : 240 questions faisant référence aux aventures de Tintin pour tester ses connaissances en histoire et en géographie.

Tintin : à la rencontre des peuples du monde dans l’oeuvre d’Hergé, Géo, 2017

Les personnages de Tintin dans l’histoire : les événements de 1930 à 1944 qui ont inspiré l’oeuvre d’Hergé, La Presse, Montréal, 2011

  • Séances pédagogiques :

https://enseigner.tv5monde.com/fiches-pedagogiques-fle/tintin-et-lactualite-quel-est-son-secret

https://www.edumoov.com/fiche-de-preparation-sequence/156498/lecture-et-comprehension-de-l-ecrit/6eme/tintin-au-tibet–un-recit-d-aventure

http://bdzoom.com/56959/patrimoine/%C2%AB-les-aventures-de-tintin-%C2%BB-t20-%C2%AB-tintin-au-tibet-%C2%BB-par-herge/

https://letreflesite.wordpress.com/2017/10/12/tintin-le-lotus-bleu-fiche-pedagogique/

https://www.bedetheque.com/BD-Tintin-Divers-Tome-204-Etudier-Tintin-au-Tibet-134113.html

http://parolesdhistoire.fr/index.php/category/tintin/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage initiatique ou spirituel

La quête spirituelle est souvent liée au voyage, à la démarche d’un voyage, à l’oubli de soi pour aller vers les autres. Quelles sont les motivations profondes qui nous poussent à partir vers l’inconnu ? En fonction des traits de la personnalité de chacun et selon la diversité humaine, nous pouvons décliner quelques quêtes parmi de nombreuses pistes possibles : la recherche d’un idéal, une envie de retour aux sources ou à la nature, une réflexion sur le sens de la vie comme du voyage ultime, se recentrer sur soi dans un dépassement des aprioris et des peurs, ressentir le partage dans un « hors-temps », se rapprocher du sacré, vivre une expérience marquante…Quelle expérience recherchons-nous à travers le voyage ? Quelle quête initiatique vivons-nous dans cet ailleurs ?

Frédéric Lenoir, philosophe, sociologue et écrivain, part à la rencontre de ceux qui font l’expérience d’une quête spirituelle, aussi bien religieuse que profane. Dans « Les chemins du sacré », il nous fait découvrir des lieux emblématiques aux quatre coins du monde à travers « un pèlerinage qui mèle les voix de témoins anonymes et de personnalités comme le moine bouddhiste Matthieu Ricard, l’apnéiste Guillaume Néry ou encore l’astrophysicien Hubert Reeves ». A travers ses carnets de voyage audiovisuels diffusés sur ARTE, il nous fait partager cinq expériences : expérience de la nature, expérience de la sagesse, expérience de la marche, expérience de la solitude, expérience de la beauté. Ce grand voyage initiatique sur cinq continents fait aussi l’objet d’un ouvrage publié aux éditions de l’Observatoire. A méditer pour voyager plus intensément.

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-020766/les-chemins-du-sacre/

https://www.fredericlenoir.com/essais/les-chemins-du-sacre/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Créer des carnets de voyage transmédia sur les DACH (Allemagne, Autriche, Suisse)

Les enseignants stagiaires PLC en Allemand créent chaque année un PPN, Projet pédagogique numérique, afin de faire réaliser en classe à leurs élèves un carnet de voyage virtuel sur les DACH (Allemagne, Suisse, Autriche), si possible transmédia. Le « transmédia » est conçu, par Henry Jenkins (2003), comme « un processus dans lequel les éléments d’une fiction sont dispersés sur diverses plateformes médiatiques dans le but de créer une expérience de divertissement coordonnée et unifiée ». Ce projet pédagogique a trois objectifs : inciter au choix de la LV2, communiquer avec une classe correspondante et découvrir virtuellement la culture germanique. A défaut de pouvoir organiser un voyage linguistique ou des sorties scolaires en cette période de mesures sanitaires dues au COVID, la place du virtuel et des échanges via la plateforme TANDEM et l’OFAJ est prépondérante. L’évaluation du PPN en cette d’année prend trois aspects :  une production numérique transmédia, une présentation orale et un écrit analyse de pratique PPN. Quelques exemples de projets démontrent cette évolution pédagogique vers le virtuel, accru avec le distanciel du au confinement sanitaire. Qu’il se décline en journal de bord, en visite virtuelle, en album transmédia, en escape game ou en plateau de jeu, le carnet de voyage est multiformes, multi supports, multimédia et multiarts. En somme, cet outil polymorphe et pluridisciplinaire est ouvert à la créativité et à la curiosité des jeunes pour apprendre une langue de manière ludique et expressive.

Le PPN « Tour de la culture des DACH » en 3e (par Heike Faulkhammer) propose à la fois un carnet de bord du travail pédagogique en classe et un carnet de voyage culturel en montrant deux versions, papier et numérique : les productions papier des élèves et les ressources digitales. Deux entrées sont envisagées, par les villes et par les thèmes culturels. Destiné à un élève de sixième, ce projet motive le choix de la langue vivante LV2 Allemand. Aussi, une icône « bonhomme » d’aide apporte t-elle des liens vers des ressources « premiers pas en allemand ». La méthode d’animation Metaplan a été centrée sur tout ce qui est typiquement allemand, notamment le tour des festivals en Allemagne, puis ceux organisés par la radio en France. Pour chaque manifestation culturelle, il s’agit d’essayer de rechercher son équivalent en Allemagne, aussi ce projet est-il force de découvertes musicales. Ce projet annuel sous la forme d’un journal de bord – carnet de voyage pourrait être lancé sur la plateforme e-Twinning et ambitionner la pluridisciplinarité en arts, lettres et histoire – géographie mais aussi un partenariat avec le Goethe Institut ou l’OFAJ.

Le PPN « Sechs virtuelle Reisen ou six voyages virtuels » en 2e au lycée (par Niko Wolf) propose un dispositif pédagogique complexe en vue de la création du carnet de voyage : il combine à la fois l’enseignement hybride, la classe inversée, le présentiel mais aussi les interactions. La narration transmédia est guidée par une fiche de consignes puis la découverte de visites virtuelles et enfin par la présentation des travaux des élèves. Un échange via SKYPE ou ZOOM avec la classe partenaire de Frankfort, motive les élèves dans la création puis la présentation de leur travail à la classe allemande. La valorisation externe via e-twinning serait pertinente et un sondage auprès des élèves sur ce qu’ils ont préférés faciliterait le feedbak sur le projet en fin d’année.

Le PPN « Voyage imaginaire et littéraire à Berlin : ses fantômes, ses vestiges et sa vie moderne » en 3e (par Marie Ludwig) s’appuie sur le quart d’heure de lecture demandé dans l’enseignement.

« Afin de donner à chacun le temps de lire pour lui-même, les écoles élémentaires, les collèges et les lycées sont encouragés à organiser des temps banalisés de lecture du type « quart d’heure lecture ». Il s’agit de prévoir un temps quotidien, partagé collectivement, de lecture personnelle, soit 15 minutes environ sont consacrées à une pause lecture afin que chacun dévore le livre de son choix. » https://eduscol.education.fr/578/favoriser-la-lecture-l-ecole

A partir de l’album écrit par Roland Fuentes et publié chez SYROS en 2017, il s’agit de faire découvrir aux élèves différents lieux dans la ville de Berlin. Après une couverture avec une enveloppe « Top secret » qui annonce l’enquête dans la ville, le chemin de fer du carnet de voyage offre un voyage historique à partir du sommaire de l’album. Des personnalités célèbres sont mises en avant ainsi que des visites virtuelles de musées. Le web design est très interactif au fil des pages numériques qui insèrent des tickets de musée ou de métro, des vidéos et des musiques…Des captures audio permettent de parfaire le vocabulaire à connaître. Les séances de casse-langues et de virelangues pour les phrases compliquées à dire ont été très formatives. Un virelangue (ou casse-langue ou fourchelangue) est une locution (ou une phrase ou un petit groupe de phrases) à caractère ludique. Par ailleurs, chacun a posté une recette réalisée chez soi pendant les vacances de Noël, puis un sondage a été lancé afin de promouvoir la meilleure recette. Il aurait été pertinent de renouveler une activité en autonomie sur la ville de Berlin aujourd’hui afin de participer à la finalisation du carnet mais aussi d’imaginer la suite de l’histoire de l’album de nos jours (par exemple, autour du Mur à partir d’un témoignage sur la réunification). Laisser la parole aux élèves qui pourraient découvrir virtuellement de manière libre un lieu de leur choix. En complément, un sondage sous la forme d’un quizz WOOCLAP permettrait aux élèves de s’exprimer sur leur visite préférée ou sur leur moment privilégié durant le projet et leur choix. D’autres optimisations seraient envisageables : tracer son itinéraire dans Berlin par ordre de préférence des lieux à partir de la réalisation d’une carte géolocalisée ou avec THINGLINK, lancer un échange avec une classe berlinoise est une motivation forte pour l’oral en allemand. Mais à défaut de cette éventualité, il est toujours possible d’organiser un échange au sein de l’établissement auprès d’un collègue (enseignante – documentaliste ou CPE….ou du Goethe Institut de Bordeaux).

Le PPN « Hermann on Tour : voyage à travers l’Allemagne » en 4e (par Korinna Bauer) propose la réalisation d’un escape game ou jeu d’évasion numérique. Deux objectifs définissent le projet pédagogique : une mise en ligne sur le site du collège afin d’inciter au choix LV2 allemand, une communication extérieure lors de la semaine des langues du 17 au 21 mai sous la forme d’une vidéo des élèves qui présenteront le projet au chef d’établissement et à la vie scolaire.

« La semaine des langues vivantes constitue en effet chaque année un temps fort d’ouverture culturelle et linguistique permettant de fédérer et de mettre en lumière les nombreux projets développés en faveur des langues vivantes au sein des académies ». https://eduscol.education.fr/1688/semaine-des-langues-vivantes

De plus, un plateau de jeu physique est réalisé avec un jeu de cartes de type quizz : il est utilisable au CDI, Centre de Documentation, et auprès de la vie scolaire lors d’un travail d’équipe. Le scénario de l’escape game repose sur une enquête ludique à partir de questionnaires de type quizz. La mascotte Hermann « le nain de jardin » part en voyage en Allemagne. Pour animer ce scénario, les élèves créent toutes les questions et le choix des réponses du quiz en version bilingue. Ainsi, chaque élève se consacre à une ville d’Allemagne par Länder (au nombre de seize) et réalise un carnet de voyage sur la ville choisie sous la forme d’un Genially. Le préalable requis concerne à la fois l’initiation à la recherche au CDI et à Pack Office. En classe, nous déterminons collectivement ce qui est intéressant selon la ville. Ensuite, les consignes ont été définies: travailler sur l’article « Wikipedia.de » pour sélectionner les images libres de droits et rédiger un texte pour la carte. Les atouts d’un tel projet ont été pluriels : le lien entre les disciplines (éducation musicale qui étudie des compositeurs allemands mais aussi les arts plastiques pour la création artistique du plateau de jeu), une communication vraie, des valeurs d’entraide dans les groupes et évaluation PIX (service public en ligne pour évaluer, développer et certifier ses compétences numériques). L’escape-game et le carnet de voyage sont en effet des outils à combiner dans une démarche de projet annuel.

A travers le carnet de voyage l’enseignant apporte une plus-value à l’apprentissage de la langue grâce au ludique, à l’expression personnelle et à l’interaction. D’autres ressources sont sources de créativité, comme les applications mobiles ludiques et les jeux d’aventures.

Pour en savoir plus pour apprendre l’allemand grâce au jeu :

https://www.deutschland.de/fr/topic/savoir/apprendre-lallemand-avec-des-jeux-et-des-applis

https://www.goethe.de/ins/fr/fr/spr/ueb.html

https://kinder.deutschfurschulen.fr/

https://www.ofaj.org/ressources/jeux-de-role-planspiel-franco-allemands.html

https://www.reseau-canope.fr/academie-de-strasbourg/atelier-canope-67-strasbourg/actualites/article/avenkraft-un-nouveau-jeu-daventure-franco-allemand-dont-tu-es-le-heros.html

https://www.reseau-canope.fr/notice/jeu-serieux-en-allemand-et-en-education-musicale.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Colloques et appels à projet

Sélection d’une quinzaine d’évènements de la recherche qui se déroulent du mois de mai au mois de juillet 2021 : de pistes à investir pour la rentrée.

Colloque « Comment les images nous mentent : la sémiotique au défi du Deep fake » organisé par le MICA – Université Bordeaux Montaigne, les 27 et 28 mai 2021 :https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/events/comment-les-images-nous-mentent-la-semiotique-au-defi-du-deep-fake/

Journée d’étude « La peinture au 3e millénaire » du MICA, le 29 mai 2021: https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/events/la-peinture-au-troisieme-millenaire/

Forum du réseau « Histoire de l’immigration », les 23 et 24 mai 2021 : https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2021-04/le-forum-du-reseau-2021-ateliers-thematiques

  • Atelier 3 – Interroger les migrations par l’intime et la création artistique  

L’expérience de l’exil inspire les démarches de nombreux artistes qui puisent dans leur histoire personnelle ou familiale les ressorts de leur création. Parfois, l’œuvre dépasse le récit intime pour atteindre une dimension universelle, la frontière entre documentaire et art devenant poreuse. À travers une infinité de points de vue, de registres et de médiums, les artistes sondent la réalité de l’expérience migratoire, la traduisent et touchent avec subtilité la sphère du sensible.

  • Isabelle Renard, cheffe de service des Collections et des Expositions, Musée national de l’histoire de l’immigration
  • Ghazel, artiste plasticienne
  • Atelier 4 – Faire dialoguer les sciences humaines et la création artistique

Il existe une interaction ancienne entre les sciences humaines et la création artistique, les deux disciplines empruntant aux codes de l’une et l’autre pour aborder les questions migratoires. Certains artistes s’emparent de ces problématiques pour interroger la relation à l’Autre perçu comme étranger. D’autres perçoivent la production artistique comme indissociable d’un travail de terrain et viennent ainsi perturber les frontières disciplinaires.

  • Agnès Arquez Roth, Cheffe du service Réseau & Partenariats
  • Jean Cristofol, collectif Anti atlas des frontières
  • Pour approfondir quelques pistes de projets :

48e Congrès UPLEGESS langues, les 3 et 4 juin 2021 : « Être en résonance avec le monde, les autres et soi-même : interactions, mobilités et reliance dans l’enseignement des langues » : http://www.kananas.com/uplegess/

In-Fine, Forum international du numérique pour l’éducation, le 3 juin 2021 : https://www.in-fine.education/fr/content/semaine-internationale?searchtext=&page=1

Journée d’études « Autour du contemporain » du MICA de l’université Bordeaux-Montaigne, le 4 juin 2021 : https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/events/autour-du-contemporain/

Colloque « Sémiotique et écritures urbaines», premier volet du programme Graffcity de la région Nouvelle-Aquitaine, les 24 et 25  juin 2021 : https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/events/graffcity-semiotique-et-ecritures-urbaines/

Colloque international « Se former et accompagner par les histoires de vie », les 24 et 25 juin 2021 à Pau : https://www.unaforis.eu/article/colloque-international-se-former-et-accompagner-par-les-histoires-de-vie-24-et-25-juin-2021

Webinaire du CRAP « Apprendre dehors » organisé par les Cahiers Pédagogiques, le 23 juin 2021 : https://www.cahiers-pedagogiques.com/webinaire-apprendre-dehors-cahiers-pedagogiques-n-570/

EPALE FRANCE « Infos – Infox : quels enjeux de l’éducation aux médias pour le citoyen de demain » organisée par la Commission européenne, le 24 juin 2021. https://epale.ec.europa.eu/fr/content/infos-infox-quels-enjeux-de-leducation-aux-medias-pour-les-citoyens

Forum pédagogique de la MAPI sur l’e-learning « Pratiques et transformations pédagogiques : avant la rentrée, prenons le temps d’en parler ! », organisé par l’université de Bordeaux, le 1er juillet 2021.

Congrès des pédagogies actives CLIC 2021, les 2, 3 et 4 juillet 2021 : http://www.congresclic.org/

Colloque international « L’émigration Basque en Amérique Latine » les 5 et 6 juillet 2021 à Bayonne : https://emila.hypotheses.org/2198

Assises de la recherche en tourisme organisées par le GIT à l’université d’Angers,  les 8 et 9 juillet 2021 : https://www.univ-angers.fr/fr/universite/actualites/actualites-2021/assises-recherche-tourisme.html

Colloque international « Carnets » à Strasbourg, les 24 et 25 mars 2022 : « Carnets de notes, carnets de références, musées de papier. Regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours » Appel à communication 

Appel du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, du 19 au 21 novembre 2021 : https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

Cet appel à projets est initié par la Fondation Peano, organisatrice de la manifestation CuneoVualà et aura pour thème cette année « Les voyages de Dante ». Vous êtes invités à soumettre vos projets, qui peuvent par exemple porter sur 
1. Les visages de Dante
2. Les lieux de Dante
3. Les femmes de Dante
4. Les monstres
5. Les Vices et les Vertus
6. Les Visions et les voyages
7. La mémoire de Dante
8. Les Personnages de la Commedia
9. Figures et Symboles

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Trame narrative et typologie des projets pédagogiques numériques

Cette année, dix-sept PPN Projets pédagogiques numériques ont été réalisés par les étudiants ou enseignants stagiaires de Master 2 MEEF à l’INSPE Bordeaux. Ces projets, centrés sur la réalisation d’un « carnet de voyage » en classe, s’inscrivent dans l’esprit de la plateforme e-Twinning du Ministère : échanges, pédagogie de projet, outils numériques, travail collaboratif et innovation pédagogique. Le carnet de voyage semble en effet un outil fécond pour la créativité pédagogique. Croiser des axes ci-dessous permet de l’atteindre dans le cadre du dispositif PPN Projet pédagogique numérique en vue de la formation aux métiers de l’enseignement et de l’éducation :

  • Sujet : langue et culture, altérité et géographie, sciences, citoyenneté, arts…
  • Visée éducative : expression personnelle textes + images, production littéraire, pratique artistique, pratique médiatique, tolérance, échanges ou communication…
  • Stratégie d’apprentissage : choix d’intelligences multiples (Howard Gardner) et objectifs d’apprentissages selon les compétences visées (cf. programmes d’enseignement).
  • Scénarisation pédagogique : séances, activités, ressources utilisées…
  • Production médiatique : album sonorisé, guide touristique, e-book, production audiovisuelle, blog, webdocumentaire, combinaison de 2 carnets, transmédia…
  • Trame narrative du carnet et du voyage : reportage, échange, virtuel, patrimoine, créatif et imaginaire

J’ai pu dégager une typologie de six projets « carnet de voyage » à partir de la trame narrative envisagée. Néanmoins, le carnet de voyage « reportage » à partir du terrain ou de la sortie scolaire n’a pas pu être investi cette année suite aux mesures sanitaires dues au COVID-19. Cependant, certains enseignants stagiaires ont envisagé la sortie scolaire en fin d’année comme un prolongement du projet. Ce serait alors son aboutissement mais surtout la récompense du travail de la classe.

Le carnet de voyage « échange » est investi à partir d’une personne rencontrée et d’une trame narrative qui prolonge le réel. Ainsi, le PPN « Découverte de l’Ile Maurice à travers les cinq sens » en maternelle (Amanda Rambhujun) favorise la découverte du pays d’origine de l’enseignante. Chaque sens (l’ouïe, l’odorat, le toucher et la vue) est décliné sous la forme d’affiches puis mis en pages à partir d’items tels que le vivant, l’environnement, la vie quotidienne et les coutumes. Le PPN « L’école : mon premier voyage – échange avec une classe tunisienne » en maternelle (Justine Mouchet-Nurit) valorise l’échange médiatique à partir de vidéos et de lettres rédigées afin de s’approcher de la culture tunisienne : recette biblis, l’école, peinture, danse, recette coucous, climat et paysage, herbier… Le PPN « Le voyage de la mascotte Ducky à la découverte des cinq continents » en CE1 (Maxime Cliquot et Calypso Salamand) porte sur la découverte de cinq pays : l’Espagne, Algérie, Bolivie, Japon, Nouvelle Zélande à travers la rencontre de personnes devenus des guides culturels de leur pays. Via Skype, ils communiquent leur motivation pour vivre ou avoir voyagé dans le pays. La narration utilise la création d’un passeport sous la forme d’un quizz qui motive un défi inter classes en fin de séquence. Un autre type de carnet a été envisagé : le carnet de marin qui suit la Skippeuse Sam Davies via son blog. Ce PPN « Carnet de Voyage fictif autour de la célèbre course du Vendée Globe » en CM2 (Amélie Teyssot et Mathilde Alba) a fait connaître le monde la voile, la vie à bord et la difficulté d’une course en solitaire riche en aventures et en découvertes du milieu marin.

Le carnet de voyage « virtuel » propose à partir du numérique une trame narrative qui prolonge le réel. Le PPN « Carnet de voyage de la petite goutte d’eau autour du monde » en CE1 (Elodie Bence) est un carnet scientifique des états de l’eau au fil de cinq escales : Paris, Tanzanie, Chine, Pôle Nord, New York. Le carnet de bord de marin est aussi investi dans le PPN « À la découverte du monde maritime avec Energy Observer » en CE2  (Mallory Branjonneau et Marion Choublier) : techniques de navigation du catamaran, découverte de différents écosystèmes sous-marins, impact du réchauffement climatique lors de trois escales (l’île du Spitzberg, villes de Valencia et de Tel Aviv). Le PPN « Carnet de voyage sur les pas de Malala Yousafzai : voyager pour véhiculer ses idées » en CM2 (Tiffany Thomas et Chloé Delepeau) propose un reportage virtuel sur l’éducation des filles dans le monde à travers cinq pays : France, Arabie Saoudite, Nigéria, Angleterre et Pakistan. Dans le PPN « Mon journal de bord du Vendée Globe 2020 » en CE2 (Maud Martin), un rituel quotidien s’instaure pour suivre l’avancement des skippers (à l’aide des vidéos sur le site) mais surtout du bateau de classe (position, horizon, nœud, vent…) ainsi que des bateaux individuels des élèves. Cette implication aboutit à la rédaction de textes afin de constituer un journal de bord de l’équipage virtuel de la classe et motive l’expression écrite et l’imaginaire au fil de l’eau, des courants et des marées. 

Le carnet de patrimoine porte sur le patrimoine historique et la trame narrative est donc à reconstituer. Ainsi le PPN « Les maisons du monde » en CE1 (Jerémi Culerier) combine le réel avec la découverte de l’architecture de cinq pays (Russie, Mongolie, Sénégal, Pérou, Groenland) et pour point d’arrivée notre région Aquitaine. L’imaginaire est suscité à travers l’histoire d’un extraterrestre qui visite le monde et qui change de pays au gré de ses mésaventures. La classe a du imaginer les éléments du synopsis. Le PPN « Notre voyage dans le temps » en CE2 (Pola Jasiowka) initie les élèves à trois périodes historiques différentes (Préhistoire, Egypte antique et Moyen-Age) à partir de la trame narrative de l’album « Le loup qui voyageait dans le temps ». Oeuvres d’art et objets de la vie quotidienne ont servi d amorces à la plongée dans notre histoire.

 Le carnet de voyage « créatif » favorise l’imaginaire et la création d’une trame narrative originale à partir d’un personnage imaginé. Ainsi, le PPN « Carnet de voyage « Sur les traces de Billy » en maternelle (Lisa Geraud) permet de suivre la mascotte de la classe Billy afin de favoriser pour l’apprentissage précoce de l’anglais au fil du voyage. Deux escales ont été proposées aux élèves : l’Italie  et la Chine. Pour chaque pays, une ville et son patrimoine matériel et immatériel ont été privilégiés : par exemple, Venise à travers la cuisine, le Carnaval et les masques. Le PPN « Carnet de voyage en Angleterre avec Monkey » au CP (Manon Aubert) ouvre aussi sur l’apprentissage précoce de l’anglais. Le voyage virtuel à Londres de la mascotte de la classe, Monkey entrainent les élèves vers les sites renommés, les transports emblématiques et les spécialités culinaires à découvrir. Le PPN « Carnet de voyage « La tête dans les étoiles » en CM1 (Pierre-Adrien Marchetti et Ato Chadourne) est un carnet de voyage sonorisé pour relater l’odyssée spatiale d’un personnage fictif « le Captain Bel Air » à la découverte de différentes planètes en réalisant une « carte d’identité » de chaque planète. Le PPN « Raconter le tour du monde d’un personnage imaginaire » en CM1 – CM2 (Anastasia Cologni) a pour trame narrative une histoire imaginée à partir des voyages réalisés par les élèves de la classe dans six pays (Egypte, Ile de la Réunion – France, Madagascar, Maroc, Amsterdam, Athènes).

Le carnet de voyage imaginaire démarre par un album de jeunesse dont il s’agit d’imaginer d’une suite donc à prolonger par l’imaginaire. Le PPN « A la découverte du monde avec Loup » en CE1 (Johanna Fontalirand) poursuit l’histoire de l’album « Le loup qui voulait faire le Tour du monde » et ajoute cinq destinations à découvrir en classe : Paris, Londres, Kenya, Népal et Chine. Le PPN « Carnet de voyage du loup autour du monde » en CE1 (Maude Adam et Victoria Degavriel) porte quant à lui sur cinq pays : Nouvelle Calédonie, Burkina-Fasso, Italie, Chine et Cuba. Il s’agit d’un carnet vidéo avec de l’ audio sous forme de cartes postales sonores mises en voix par les élèves et accompagnées de la musique typique. Le PPN « Dans les pas d’un explorateur : l’expédition d’Archibald » en CM2 (Océane Brechat et Laure Petriat), c’est l’album Les Derniers Géants de François Place qui est mis à l’honneur en découvrant plusieurs destinations : Angleterre, Calcutta en Inde, Pays des Wa en Chine, Tibet en Chine, Irkoutsk, la région de la Sibérie, Moscou et Saint Pétersbourg en Russie puis le départ pour l’Amérique.

La valorisation à l’extérieur de l’établissement permet le partage de l’expérience pédagogique. Aussi, certains projets sont consultables sur le blog PI Pédagogie Innovation de l’INSPE, en Podcast France Culture pour l’appel à projet « les podcasts des profs », pour « Extra classe » du Réseau CANOPE…sur un blog péda tel que « le blog des CPE M2 » réalisé à l’INSPE Bordeaux ou encore via les plateformes académiques de partenaires de l’éducation comme le CLEMI pour l’enseignement des médias d’information (32e semaine de la presse et des médias à l’école).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La place des valeurs et de la citoyenneté dans le carnet de voyage

La réalisation d’un carnet de voyage prend toute sa signification dans l’éducation morale et civique (EMC) car la culture de la sensibilité permet d’identifier et d’exprimer ce que l’on ressent, comme de comprendre ce que ressentent les autres. Elle permet de se mettre à la place de l’autre.

Selon le Bulletin officiel n° 30 du 26-7-2018, « L’enseignement moral et civique s’effectue, chaque fois que possible, à partir de l’analyse de situations concrètes. La discussion réglée et le débat argumenté ont une place de premier choix pour permettre aux élèves de comprendre, d’éprouver et de mettre en perspective les valeurs qui régissent notre société démocratique. Ils comportent une prise d’informations selon les modalités choisies par le professeur, un échange d’arguments dans un cadre défini et un retour sur les acquis permettant une trace écrite ou une formalisation. L’enseignement moral et civique se prête particulièrement aux travaux qui placent les élèves en situation de coopération et de mutualisation favorisant les échanges d’arguments et la confrontation des idées. »

Le PPN « Carnet de voyage sur les pas de Malala en CM2 » (Tiffany Thomas et Chloé Delepeau) permet de sensibiliser aux droits de l’enfant à partir de la biographie de Malala, plus précisément  de valoriser l’éducation scolaire des filles, puis de réfléchir au droit des filles et des garçons selon le pays étudié. Il s’agit pour chaque groupe de quatre élèves de créer une page avec un titre, des textes, des images et un message fort, cette expression personnelle s’effectue dans le cadre d’un projet coopératif et pluridisciplinaire (EMC). Sur les deux pages réalisées pour chaque pays, doivent apparaitre plusieurs items tels que le pays (carte, lieu, drapeau), l’éducation et les droits accordés aux enfants et aux filles de ce pays mais aussi pourquoi Malala s’est rendue dans ce pays et quelle action elle y mène. Une frise chronologique de la vie de Malala, devenue un symbole international de la lutte pour l’éducation des filles, a été réalisé à partir de QRcodes et une carte de la diffusion de ses idées dans le monde l’a accompagnée. L’objectif final vise la diffusion d’une vidéo Youtube du PPN alors que les objectifs pédagogiques sont multiples :

  • Aborder les droits et les devoirs : de la personne, de l’enfant, de l’élève, du citoyen : la Convention internationale des droits de l’enfant, L’égalité entre les filles et les garçons.
  • Se repérer dans l’espace : construire des repères géographiques
  • Coopérer et mutualiser
  • S’informer dans le monde du numérique
  • Comprendre un document
  • Coopérer avec un groupe
  • Créer sa page du carnet de voyage collectif

La difficulté pédagogique a résidé dans les liens à tisser entre les documents d’actualité sur les discriminations dénoncées dans tel pays et la biographie de Malala. Mais l’idée d’un carnet de voyage biographique avec l’utilisation du « je » a permis à chaque élève de se mettre à la place de Malala, donc d’enquêter puis d’appréhender la situation du pays pour ensuite comprendre son combat pour les droits des enfants. La création de « l’album virtuel » des pays traversés par Malala a été diffusée aux autres classes et aux parents d’élèves, elle est accompagnée d’un PADLET pour suivre la mise en projet au fil du trimestre. La création d’un blog, en plus de la vidéo Youtube réalisée, pourrait alors favoriser les échanges réels avec Malala.

Selon les propos recueillis de Tiffany Thomas et Chloé Delepeau :

 « Les élèves ont exploité des compétences dans différentes disciplines : l’éducation morale et civique avec la découverte de politique étrangère et le débat sur l’égalité des droits des enfants et des femmes, en arts plastiques avec la création artistique du carnet et des outils adaptés pour faire preuve d’originalité et de créativité, en français via la rédaction du carnet, et même un peu d’anglais dans certaines recherches et documents fournis. Nous pouvions remarquer en passant dans les groupes des mini débats, sources d’interaction et d’apprentissage. Chaque élève du groupe a pu participer à la production du carnet de voyage en mettant en oeuvre ce qu’il maitrisait le plus (le dessin, l’écriture, la réflexion, le savoir…). Le projet a mobilisé à bon escient les intelligentes multiples ».

Ce projet engagé pourrait être valorisé le 11 octobre lors de la Journée Internationale de la Fille, d’autant plus que la pandémie de COVID-19 a provoqué la plus importante perturbation de l’éducation de l’histoire mondiale, selon le guide de rescolarisation des filles « Reconstruire l’égalité » publié par l’UNICEF en août 2020. De plus, les outils pédagogiques proposés par Réseau CANOPE du Ministère de l’éducation sur l’égalité filles-garçons facilitent la « Grande mobilisation pour les valeurs de la République », notamment lors de la Journée Internationale des droits de la femme le 8 mars.

Pour en savoir plus :

Outils égalité filles – garçons proposés par CANOPE

Journée internationale des droits de la femme: sélection d’activités publiée par CANOPE

Journée internationale des filles lancée par l’UNICEF

Rapport Reconstruire l’égalité publié par l’UNICEF

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La place de l’échange (réel et virtuel) dans le carnet de voyage

L’échange avec l’Autre sert de trame dans de nombreux carnets de voyage, notamment les carnets de société où l’interview et le portrait sont au cœur de la narration : à titre d’exemples « Sète, surprenant voyage » de Cathy Beauvallet, « Alger, simples confidences » d’Elsie Herberstein et Zahia Haft, « Vieux » ou « Rurales » des Carnettistes Tribulants. Or, pour développer l’outil pédagogique « carnet de voyage » en classe, l’échange semble indispensable à la mise en projet en vue de la réalisation concrète des pages. Ainsi, le voyage d’une mascotte de la classe facilite en maternelle la narration du voyage : la classe reçoit les lettres de la Mascotte et découvre ainsi la nouvelle destination. Alors qu’en primaire, la rencontre de locaux ou de natifs déclenche la découverte de l’Autre et de sa culture.

Dans le PPN « Sur les traces de Billy : voyage de la Mascotte » (Lisa Geraud), l’Italie est découverte à travers son drapeau, la recette de la pizza, le masque de carnaval (Venise). Des dictées à l’adulte et la réalisation d’une vidéo sont des inducteurs pour le langage. Le carnet de voyage vidéo, qui rend compte des travaux des élèves et de leur expression personnelle, est alors destiné aux parents afin de les informer du projet de classe. La Mascotte est souvent photographiée avec un fonds d’écran « paysage ou site » choisi afin de créer une carte postale souvenir. Même principe dans le « Carnet de voyage en Angleterre avec Monkey (CP) » (Manon Aubert), puisque la mascotte de la classe favorise l’apprentissage précoce de l’anglais au fil d’un voyage virtuel dans Londres à la découverte des sites, transports, spécialités culinaires…

Dans le PPN « Le voyage de la mascotte Ducky à la découverte des cinq continents (CE1) » (Maxime Cliquot et Calypso Salamand), l’apprentissage précoce de l’anglais est visé à partir de cinq pays : l’Espagne, Algérie, Bolivie, Japon, Nouvelle Zélande. En plus de la Mascotte Ducky, un correspondant présente la destination sous la forme d’une visioconférence et facilite la rédaction de la fiche d’identité du pays. Le contact avec un habitant local ou un ami des enseignants qui a voyagé dans le pays est privilégié. Donc deux médiateurs facilitent la narration transmédia. De plus, pour passer d’une destination à l’autre, un passeport sous la forme d’un quizz sert d’évaluation. Chaque destination est amorcée par l’écoute d’une musique qui sert de devinette : de quel pays provient cette musique ? Carte sensible, carnet en accordéon, tracé d’arabesques, fabrication de poupées japonaises Kokeshi…sont autant d’activités. A la fin du projet, une vidéo sur chaque pays est réalisée dans laquelle l’expression orale : le script et la dictée à l’adulte sont mis en œuvre. Donc un carnet transmédia est bien proposé au fil de différents supports investis en vue de la narration.

Pour le PPN « Le tour du monde de Tom et Jennifer en CM1 & CM2 » (Anastasia Cologni), treize destinations sont envisagées, soit une par binôme. Pour chaque groupe, le scénario est axé sur le voyage vécu par le premier élève qui retranscrit ce qu’il a vu et perçu, ensuite le deuxième élève qui n’a pas voyagé s’en sert pour imaginer les aventures de Tom et Jennifer. Au fil des binômes, l’histoire du voyage est racontée. Grâce au tableau TNI, dans les recherches effectuées sur chaque pays, sont privilégiées la mise en avant d’une personnalité connue et la langue parlée.

Dans le PPN « L’Ile Maurice à travers les 5 sens en maternelle » Amanda Rambhujun est à la fois l’enseignante et la médiatrice de sa culture et de sa langue maternelle à travers des comptines en créole. La découverte de la culture mauricienne, métissée avec l’Inde, est tout à fait adaptée à la découverte sensorielle par la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat et le toucher. Un débat philosophique sur la différence a été le préalable au projet et quelques élèves ont présenté un objet de leur culture d’origine afin de lancer le dialogue, le questionnement et les échanges entre élèves au sein de la classe.

Dans le PPN « L’école : mon premier voyage – échange avec une classe tunisienne (maternelle) », Justine Mouchet – Nurit lance un visio échange (outil : Skype) avec la Tunisie : cinq visioconférences pour découvrir la Tunisie à partir de vidéos et de lettres rédigées par les correspondants enseignants et élèves. Les thèmes d’échanges sont libres : l’école, la recette des biblis ou du couscous, les arts (peinture et danse), le climat et le paysage, la création d’un herbier…Le projet de l’école a rejoint celui de la classe puisque les élèves ont repris l’habit traditionnel en vue de se costumer lors du carnaval de l’école.

Ainsi, dans le carnet de voyage, l’échange a une place primordiale d’autant plus qu’il s’oriente vers l’ouverture internationale et l’éducation à l’interculturel. Tous les outils numériques d’échanges (Skype, ZOOM, WhatsApp….) trouvent leur usage dans ces projets pédagogiques de carnets de voyage numériques, mieux encore lorsque le projet est construit à partir de la plateforme pédagogique e-Twinning développée pour favoriser les échanges inter classes en Europe. Nous pouvons alors parler de carnets de reportages à partir de l’échange vécu.

Carnet de rencontres 3D de trois continents, Pascale Argod, 2016

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Créer un carnet de marin virtuel pour enseigner les sciences

Au fil des années, de plus en plus d’enseignants stagiaires ou d’étudiants de Master 2 MEEF (INSPE Bordeaux) investissent le carnet de voyage en sciences, que ce soit pour enseigner la géographie, les sciences de la vie et de la terre, l’environnement, les sciences physiques…Les sorties scolaires non envisageables (à cause des mesures sanitaires) ont lancé un défi pédagogique à relever. La réalisation d’un carnet de voyage « virtuel » permet à partir du numérique, de proposer une trame narrative qui prolonge le réel. Ainsi, le suivi d’expéditions scientifiques ou d’aventures de marins ancre le projet « carnet de voyage » sur le terrain, disons plutôt dans le « virtuel ». Ceci soulève la problématique de la place de la réalité virtuelle dans les apprentissages : comment envisager l’observation, la sensorialité, l’expérimentation et le relevé scientifique ? La démarche d’investigation scientifique via le virtuel et la virtualisation de la médiation questionnent les enseignants. Selon les quatre propositions de PPN, Projet pédagogique numérique, nous envisageons le carnet de voyage comme un outil original et adaptable à la médiation des sciences et des techniques. Le marin skippeur ou le savant est le médiateur du projet, celui qui accompagne la classe au fil de la découverte du monde, comme un relai de l’enseignant.

Le PPN « À la découverte du monde maritime avec Energy Observer » (Mallory Branjonneau et Marion Choublier) valorise une pleine pluridisciplinarité en croisant sciences, arts et EDD. L’objectif est la réalisation d’un carnet de bord de marin afin de découvrir les différents écosystèmes sous-marins ainsi que l’impact du réchauffement climatique en cinq escales.

  • Les coraux en Mer Rouge en Israël : le réchauffement climatique sur les océans
  • La clinique des tortues à Valencia : la chaîne alimentaire marine
  • Les icebergs du Spitzberg lien avec la banquise : les états de l’eau avec des expériences sur la transformation de l’eau
  • Les sargasses de l’Ile de St Barthélémy : la prolifération d’algues
  • Au Bahamas, une plongée avec les requins de Tiger Beach : le rôle des super prédateurs dans la vie océanique.

Le projet débute par la réalisation de deux maquettes qui ancre le carnet dans l’expérimentation : chaque élève réalise son catamaran (liège, bois, allumettes) et une éolienne avec un circuit d’électricité renouvelable. Un reportage vidéo (outil : i-movie) conclut le carnet et revient sur toutes les étapes du voyage, en demandant à chaque élève d’expliciter son travail, ses découvertes et ses choix de pagination. Ce feedback vidéo envoyé aux parents est envisagé comme un bilan pour chaque élève. Les gestes pour l’EDD via une action exemplaire comme « Zéro plastique » ont conclu le projet.

Les deux PPN sur le « Vendée Globe » (Amélie Teyssot, Mathilde Alba et Maud Martin) propose un carnet de marin à bord d’un catamaran. Le premier suit la skippeuse Samantha Davies via son blog, le deuxième propose à trois classes de créer leur régate virtuelle comme un défi inter classes. A partir du tableau TNI en classe, six séances ont permis d’étudier l’itinéraire, le fonctionnement du bateau, la météo et la communication à bord, la chanson « le vent dans les voiles » et la découverte du Cap Horn. Dans le second PPN, la tache finale du projet porte sur la réalisation d’un carnet individuel « mon journal de bord de skippeur ». Cette personnalisation du scénario pédagogique garantit la motivation sur le long terme. Chaque élève choisit en effet son type de bateau pour sa régate virtuelle et décrypte son classement sur la cartographie virtuelle en ligne. Tous les matins, le rituel quotidien porte sur l’avancée des skippers (à l’aide des vidéos du site) et permet de décrypter la position du catamaran en fonction de la ligne d’horizon, de la vitesse en nœuds et de la force du vent… L’explication des techniques de voile aboutit à un schéma légendé du bateau et complété à l’aide du glossaire numérique disponible sur le site. Dans la peau du skippeur, chaque élève décrit le 1er jour du départ (rédaction) et travaille sur les cartes interactives (continents, faune, flore…) selon les étapes de la navigation. Les arts visuels prolongent les activités scientifiques : l’estampe « La Vague » d’Hokusai et l’illustration d’une poésie.

A partir d’un carnet de voyage fictif intitulé « La petite goutte d’eau autour du monde » (Elodie Bence), les états de l’eau sont explicités au fil de cinq escales : Paris, Tanzanie, Chine, Pôle Nord, New York. Après avoir imaginé une « histoire à écrire » à partir d’images, les élèves ont créé un livre audio pour narrer le scénario de la petite goutte d’eau. De plus, un livret numérique rassemble les productions réalisées en groupe : en arts visuels sur les couleurs chaudes et froides, en sciences sur l’état de l’eau et le climat, lors des séances en anglais. La diffusion numérique des deux carnets est destinée aux parents d’élèves.

Ainsi, les arts et les sciences sont complémentaires dans la production d’un carnet de voyage scientifique, qu’il soit virtuel ou fictif. L’expérimentation permet la démarche d’investigation. La sortie scolaire sur le terrain est plus pertinente que le virtuel dans l’acquisition des apprentissages. Nous attendons le retour du carnet de voyage « in situ » !

Pour en savoir plus :

L’Odyssée Energy Observer

Les ressources d’Energy Observer

Article de presse : une sortie en mer sur l’Energy Observer

Avec le Vendée Globe, partez à la découverte des océans

La carte interactive du Vendée Globe junior

Dossier pédagogique du Vendée Globe, réalisé par l’Académie de Nantes

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage scientifique et muséum d’histoire naturelle virtuel

Au fil des promotions d’étudiants de Master 2 MEEF en SVT, Sciences de la vie et de la terre, dix-neuf productions numériques (travail en groupe) ont été réalisées sur les pas d’explorateurs naturalistes afin d’exploiter les collections muséales du Muséum de Bordeaux. Ces livrets numériques d’exploitation du musée prennent la forme d’un carnet de voyage destiné à l’élève devenu explorateur naturaliste. Notre exigence pédagogique a porté sur une pédagogie du projet pensée en amont et en aval de la sortie scolaire et qui intègre la pluridisciplinarité. Nos conseils porteraient sur trois niveaux : la mise en projet, le scénario pédagogique au fil des activités proposées à l’élève, puis la narration du carnet de voyage numérique pensée par l’enseignant.

Au muséum, trois espaces sont porteurs de questionnements : la grande galerie du vivant par continent (Afrique + Madagascar, Amérique, Asie, Océanie, Europe, Pôles), l’évolution des espèces depuis la scola naturae (l’échelle des êtres) dans l’antiquité réaffirmée par Charles Bonnet en 1745, l’évolution de la définition des scientifiques au fil des siècles : Buffon (1749), Linné (1758), Cuvier (1797 à 1830), Pyrame de Candolle (1809), Lamarck (1809), Darwin (1859), Mayr (1942), Lecointre (2004). Mais, cette année, nous avons du remplacer la visite du muséum (fermé à cause des mesures sanitaires liées au COVID) par de nombreuses ressources numériques, préalablement sélectionnées et accessibles via notre plateforme universitaire d’e-learning.

Puisque la mise en projet vise un engagement pour la préserver la biodiversité, l’objectif final pourrait alors être une campagne de sensibilisation pour préserver la biodiversité, qui serait lancée avec l’enseignant-documentaliste au CDI. De plus, l’ouverture culturelle doit favoriser les apports de la recherche en ligne, la découverte de carnets de voyage et la consultation de sites web sur la biodiversité. En effet comme préconisé dans le Bulletin Officiel n°31 du 29 août 2019 sur la transition écologique, l’EDD est une éducation renforcée dans les programmes d’enseignement. Il s’agit de « mener, au sein de chaque école ou établissement au cours de l’année 2019-2020, une action pérenne en faveur de la biodiversité ».

Le scénario pédagogique doit valoriser l’activité de l’élève, donc mettre en œuvre une pédagogie active. Aussi, l’expression personnelle est-elle au cœur du dispositif pédagogique : à partir de l’observation, elle vise la réalisation de textes, croquis, photographies et la mise en situation grâce à des exercices ludiques. Il est proposé des activités d’observation, de comparaison, d’explicitation, de production par les arts graphiques, de créativité et d’éveil des sens. Il s’agit de déterminer les étapes de la démarche naturaliste : observer in situ, questionner, inventorier, collecter…La personnalisation facilite l’entrée dans les activités et le maintien de la motivation. La référence à l’exploration et à l’aventure s’appuie sur la carte de l’itinéraire et le style graphique du livret d’exploitation pédagogique « carnet de voyage ». Ce dernier est envisagé comme un « journal de bord » avec la mention des lieux, des dates, des escales, des relevés sur le terrain…Le jeu de plateau ou le serious game pourraient combiner l’escape game (jeu d’évasion) au carnet de voyage.

La narration sur les pas d’un explorateur naturaliste s’exprime au fil du chemin de fer du carnet numérique qui retranscrit les étapes de l’expédition historique. Que soit Lamarck, Bonpland, Humboldt, Darwin…la référence au récit de ces grandes expéditions scientifiques est indispensable afin d’ancrer la narration dans le réel. Plusieurs pistes sont envisageables : la confrontation passé / présent / avenir pour chaque espèce animale, la réécriture des pages disparues ou détériorées du journal du savant, l’explication du rapport d’incident et de la cause de la disparition d’un animal, la mission sous la forme de jeu (par exemple, au lycée pour la théorie et en mission scientifique sur le terrain dans un parc national), la rédaction de fiches spécifiques à propos de l’adaptation de l’animal au milieu d’adaptation, la réalisation d’affiches de sensibilisation pour la sauvegarder d’une espèce en danger, la confrontation de deux enquêtes (celle d’un journaliste scientifique du National Geographic à celle d’un militant du WWF), le processus muséal depuis le spécimen récolté dans la nature à sa naturalisation au muséum…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Un manuel créatif pour enseigner le français

« Une grande partie de notre conversation quotidienne reste de nature narrative » selon Jean-Louis Dessalles. La mémoire humaine a donc la prédisposition naturelle d’enregistrer toutes les expériences sous la forme d’une histoire, ce que nous appelons la mémoire épisodique. Aussi, nous avons souhaité appliqué cette théorie dans l’enseignement des langues étrangères : le récit personnel peut grandement faciliter le processus d’apprentissage du français.

Le manuel pour l’apprentissage de la langue française au niveau B1« Le carnet de voyage » vise à introduire la méthode narrative à travers la méthode du carnet de voyage dans l’enseignement de FLE. Grâce à cette méthode, nous avons souhaité éveiller le potentiel créatif des étudiants, stimuler leur expression authentique, atteindre un enseignement multidisciplinaire, mais aussi établir une communication bidirectionnelle entre la culture française et celle de l’étudiant. Les objectifs linguistiques ne sont pas négligés, néanmoins ils visent la valorisation de la pensée créative et l’expression libre des étudiants. Ce projet met le focus sur l’expression créative de l’apprenant, tandis que la langue française reste un moyen pour atteindre la créativité personnelle.

Le manuel comprend huit dossiers, composés d’éléments textuels et illustratifs sous la forme d’une leçon, d’un mini glossaire et d’une tâche finale qui est conçue selon la démarche pédagogique du carnet de voyage. Cette tache finale consiste en un projet créatif : écrire une recette, imaginer un dialogue entre les créatures mythologiques, faire un scénarimage pour un film, raconter une histoire d’un voyage imaginaire, décrire le tableau de peinture, dessiner un bâtiment, inventer un monument dédié à l’amour, etc. Dans la section « carnet de voyage », le texte libre en tant que la stratégie d’apprentissage reste le pilier du projet. Le texte libre joue un rôle primordial dans l’enseignement de Célestin Freinet, pédagogue français, pour toutes matières scolaires. Le texte libre a permis aux apprenants de prendre l’initiative et de participer activement au processus d’apprentissage.

En ce qui concerne la thématique des textes, chaque dossier touche un aspect culturel de la France, que ce soit l’art, l’architecture, le cinéma, la gastronomie, la littérature, etc. Dans notre projet, la culture française part à la rencontre d’une autre culture. Ce manuel cherche à éliminer le caractère culturel à sens unique dans la classe de FLE et il vise plutôt à établir un lien entre la culture française et la culture de l’étudiant, à travers la narration de l’étudiant.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter l’auteur de ce manuel scolaire créatif, Nikolija Grozdanović : artnikolija@gmail.com

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du journal de bord au carnet de voyage, la mémoire d’un projet

Héloïse Caira, Clara Guillee, Olivia Mry et Sophie Speller, quatre étudiantes du Master DPEC ACTT de l’UCA, Université de Clermont-Ferrand, sous la responsabilité de Catherine Morgan-Proux, ont lancé le projet afin d’aider les étudiants à partir étudier à l’étranger.

Un site internet a donc été créé en vue de valoriser la mobilité étudiante au sein de ce cursus universitaire. Une rubrique est dédiée à la narration du projet et envisagée comme « un carnet de voyage », mémoire du projet au fil de son avancée : en somme, un carnet de bord numérique. L’objectif vise aussi l’actualisation de l’outil en y ajoutant des témoignages d’étudiants au fil des promotions avenir : à découvrir Before You Go Go  https://beforeyougogo540056644.wordpress.com/

« La situation sanitaire empêchant notre mobilité à l’étranger, nous avons dû nous adapter aux imprévus et persévérer dans notre parcours d’étudiantes internationales. Au fur et à mesure, nous avons développé des compétences tout d’abord techniques, dans ce contexte de conduite de projet à distance. Nous avons amélioré notre communication interne et externe en utilisant de nouveaux logiciels et découvert de nouveaux outils pour créer les contenus et les visuels du site. Nous avons également déployé des techniques pour construire notre propre carnet de bord inspiré par le genre « carnet de voyage » en l’adaptant au format numérique. Ce projet nous a enrichi sur un plan humain car ce fut l’occasion d’apprendre à s’organiser au sein du groupe, chacun avec nos missions et nos contributions propres mais aussi à cultiver la coopération en constituant un véritable réseau de professionnel. Ce site web nous a aussi permis d’accroître et d’assumer notre créativité. Maintenant, nous souhaitons que cet outil soit le plus utile possible aux étudiants futurs et que l’UCA continuera de l’actualiser et de le valoriser pour faire vivre cette initiative. » d’après les propos recueillis d’Olivia Mry.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’inspiration et carte imaginaire des continents littéraires de Pratt

Le carnet de voyage narre un itinéraire à travers l’espace géographique, aussi comprend-il diverses cartes (topographiques, thématiques, créatives, imaginaires, subjectives…) et compositions de collages d’images sur les pas d’Hugo Pratt, dessinateur italien Hugo Pratt (1927-1995) renommé pour ses littératures dessinées « Les aventures de Corto Maltese ».  Cette production artistique permet d’exploiter l’exposition intitulée « Hugo Pratt : lignes d’horizon » au musée d’Aquitaine de Bordeaux et de partir sur les pas de ce romancier – ethnologue.                                                                                                 

http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/exposition-hugo-pratt-lignes-dhorizons

La carte créative de l’Afrique selon Pratt ou des imaginaires de l’écrivain sur l’Afrique, croise les tracés de quatre voyages au fil du parcours autobiographique de l’écrivain : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé. Il s’agit en effet d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire (de type bande dessinée) qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues. La créativité est à l’œuvre à partir d’une sensibilité, d’un regard critique et d’un vécu enrichissant. Ce carnet de voyage sur les pas de Pratt est donc un itinéraire vers la gestation littéraire, notamment celle de l’album « Les aventures de Corto Maltese : Ethiopiques ». La naissance de l’oeuvre littéraire se jouerait dans la biographie de l’écrivain – voyageur – ethnologue.

  • Voyage vécu: l’adolescence de Pratt en Ethiopie. Quels sont ces lieux de vie en Ethiopie de 1937 à 1942 (5 ans) ?
  • Voyage rêvé : la lecture des poèmes ou Lettres d’Afrique d’Arthur Rimbaud (ill. Hugo Pratt ed. Vertige Graphic). Quelles sont les étapes de Rimbaud dans la Corne de l’Afrique ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels africains liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ?
  • Voyage imaginé : la création de l’album des aventures de Corto Maltese « Ethiopiques ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués ?

La carte imaginaire (créative, subjective…) de la Polynésie selon Pratt retrace son parcours autobiographique : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé. Il s’agit d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture mahorie et des expériences vécues en Polynésie. Ce carnet de voyage sur les pas de Pratt est donc un itinéraire sur la gestation littéraire, notamment celle qui concerne l’album « Les aventures de Corto Maltese : La balade de la mer salée ».

  • Voyage vécu : le voyage en Polynésie. Quel est l’itinéraire du voyage d’Hugo Prat en Polynésie ?
  • Voyage rêvé : la lecture de L’île au Trésor de Stevenson, extraits de Victor Segalen. Où se situerait l’île au Trésor ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels Maoris liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ?
  • Voyage imaginé : l’album – roman graphique avec Corto Maltese « La balade de la mer salée ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués ?

Une carte imaginaire (créative, subjective…) de l’Amérique selon Pratt retrace le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues à Buenos Aires ou à Salvador de Bahia. Le carnet de voyage aboutit à la gestation littéraire, notamment de l’album « Les aventures de Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » par Hugo Pratt.

  • Voyage vécu : le voyage de Pratt en Amérique Latine. Dans quels pays a vécu Hugo Pratt sur le continent américain entre 1950 et 1960 (10 ans) ?
  • Voyage rêvé : la lecture des poèmes de Borges, des albums de Milton Caniff « Terry et les pirates » en 1934 ou ceux de Steve Canyon en 1947, l’essai « En Patagonie » de Bruce Chatwin. Quels pays décrivent les écrivains latino-américains préférés de Pratt ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels amérindiens liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ? Lesquels proviennent de l’Amazonie ?
  • Voyage imaginé : les albums des aventures de Corto Maltese. Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués dans l’album « Sous le signe du Capricorne » ?

Une carte créative (imaginaire ou sensible ) retrace le vécu d’Hugo Pratt dans les deux villes, Venise et Buenos Aires, afin d’approcher la gestation d’une œuvre fictionnelle qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues à Venise jusqu’à l’âge de dix ans et à Buenos Aires comme illustrateur. Le carnet de voyage aboutit à la gestation littéraire, notamment de l’album « Les aventures de Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » par Hugo Pratt.

  • Voyage vécu : l’enfance de Pratt à Venise et de vie de jeune dessinateur à Buenos Aires. Quels sont ces lieux de vie à Venise de 1927 à 1937 (10 ans) puis à Buenos Aires de 1950 à 1960 (10 ans).
  • Voyage rêvé : La lecture d’écrivains argentins sur Buenos Aires et sur le tango, les films de Fédérico Fellini comme « Casanova de Fellini » ou très différent comme « Dick Tracy à Venise ». Quels lieux sont destinés au Tango à Buenos Aires ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels liés à des mythes. D’où proviennent les objets ou symboles ethnographiques.
  • Voyage imaginé : les albums des aventures de Corto Maltese « Fable de Venise », « La maison dorée de Samarcande », « L’enfance de Corto ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués dans l’album ?

Extrait du Bulletin officiel spécial n°4 du 29 avril 2010  : 6. Regards sur l’autre et sur l’ailleurs
« L’objectif est d’éveiller la curiosité des élèves pour les cultures, traditions et civilisations étrangères, et de les faire s’interroger sur les différents regards dont elles peuvent faire l’objet : celui de l’ethnologue, de l’anthropologue, du sociologue, du poète ou de l’écrivain, de l’explorateur, du reporter, de l’historien, du géographe, de l’archéologue.
On leur fait prendre ainsi conscience de différentes manières de rendre compte de réalités qui peuvent être éloignées dans l’espace ou dans le temps, et des diverses émotions et facultés qu’éveille et que mobilise en nous le contact avec l’autre et l’ailleurs.
Au-delà de la découverte de la diversité humaine, dont cet enseignement doit être l’occasion pour les élèves, on les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose. On aborde ainsi concrètement les notions de regard éloigné, d’altérité et d’identité culturelle, de patrimoine. »

Les albums de la collection « Corto Maltese » chez l’éditeur Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/corto-maltese

Catalogue d’exposition édité par le musée des Confluences de Lyon : https://www.museedesconfluences.fr/fr/node/2695

Nouveauté éditoriale : Corto Hero Book, un voyage de Géo dans le monde de Corto Maltese. Géo Magazine, Prisma Média, novembre 2020. https://cortomaltese.com/fr/corto-hero-book-geo/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts