Carnet de géographe et carnet de recherche : la force du dessin

Lors de la manifestation “Carnet de voyage, une écriture du monde” du 1er décembre 2019, la rencontre avec Victor Gurrey et Christian Seignobos, animée par Stéphanie Pichon autour des livres Une saison de chasse en Alaska et Des mondes oubliés, a mis en lumière la démarche ethnographique. Ainsi, quelques questions ont guidé le fil de la conférence : 

Comment garder la mémoire du patrimoine immatériel ? Comment un carnet ethnographique évoque t-il la vie quotidienne et les pratiques culturelles des peuples autochtones ? Comment le carnettiste devient-il anthropologue et pourquoi ? Pourquoi publier un carnet de voyage? De la recherche au reportage, comment retranscrire son point de vue sur la disparition de pratiques culturelles ?

Géographe, Christian Seignobos travaille sur de nombreux thèmes de recherche. Sa démarche historique et anthropologique le positionne comme l’un des spécialistes des grandes mutations environnementales et géopolitiques en Afrique centrale et comme un expert reconnu de la situation de crise dans la région du lac Tchad. Par ailleurs, dessinateur accompli et passionné, il a toujours rempli ses carnets de terrain de plans, croquis et portraits.

Ce chercheur a publié son carnet de recherches accumulées pendant cinquante ans passés au coeur du bassin du Lac Tchad. Cette véritable Thèse de Doctorat en géographie – ethnologie démontre la force du dessin et du relevé. La précision des détails au crayon permet d’expliciter le propos et de démontrer l’importance de la représentation visuelle dans un travail ethnographique et de géographe sur le terrain. La force intemporelle du dessin apporte une valeur mémorielle à ce carnet de récolte (Théodore Monod) mais aussi au témoignage du vécu et du terrain de recherche. Aussi, une part d’intime se glisse t-elle dans la recherche scientifique sur ces “mondes oubliés d’Afrique”. Le médium du dessin est adapté au contexte afin de constituer une trace et non de capturer l’instant comme la photographie le permet. Dessiner in situ c’est créer son corpus de recherche et le penser comme objet d’étude et d’analyse dès l’observation. Les détails mis en avant sont ceux qui guideront la réflexion à postériori. https://www.editions.ird.fr/auteur/61/Christian%20Seignobos

Victor Gurrey est dessinateur et s’est intéressé avec Zoé Lamazou à l’Alaska car la fonte de la banquise attise la convoitise des acteurs de l’industrie pétrolière, qui se lancent dans des campagnes de forage exploratoire. La vie des Inupiat qui pratique la chasse est bouleversée. Comme un reporter, Victor Gurrey a élaboré un travail d’investigation afin de réaliser un reportage, en textes et en images (dessins et photographies) intitulé Une saison de chasse en Alaska. Un webdocumentaire permet médiatiser ce patrimoine culturel immatériel en mutation.

https://www.revue-boutsdumonde.com/web-doc-de-zoe-lamazou-victor-gurrey/

http://awhalingseasoninalaska.com/fr/#0-INTRO

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

“Mon pays en 180 secondes” lors de la Semaine internationale de l’université

Comme chaque année, les étudiants internationaux accueillis à l’INSPE Bordeaux concourent au Prix INSPE lors de la Semaine internationale de l’université de Bordeaux en présentant en 180 secondes un aspect de leur culture ou un angle de vue sur leur pays. 

Les Suisses allemandes ont souhaité valoriser les coutumes locales et le patrimoine immateriel suisse.

Bienvenue dans un Hirschen : goutez un menu gastronomique suisse !

Une fête villageoise bruyante : la transhumance alpine

Le Stradivarius de la Suisse : un instrument traditionnel et artisanal

Le combat des méchants de la Suisse : la lutte, le sport national

Les Espagnoles et des Turcs ont mis en scène leur patrimoine architectural et un point de vue sur la société d’aujourd’hui : 

L’Alhambra classée au patrimoine mondial de l’humanité : suivez le guide !

Avilla, ma ville natale dans les nuages : la ville la plus haute d’Espagne !

Le sport féminin en Espagne : une bataille gagnée !

Antalya, une ville de conte de fées : venez écouter la conteuse au “Pays des Merveilles”!

La solitude d’un intellectuel Turc : Prix Palme d’or à Cannes

De plus un webzine a été créé à partir des cartes postales de la promo envoyées à leurs collègues pendant les vacances de Toussaint. Des mots d’amitiés partagées qui donnent envie de découvrir d’autres cultures et pays !

“Mon pays en 180 secondes” a permis de découvrir “La France en carnets de voyage” (P. Argod), j’ai alors proposé une sélection de livres d’art à l’aquarelle sur le patrimoine français des deux régions les plus touristiques en France : la Provence et le Val de Loire.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil de formation pour le FLE, Français langue étrangère

Une conférence – débat intitulée “Le carnet de voyage, outil de formation pour le FLE (Français Langue Etrangère)” a été organisée dans le cadre de la 5e édition des rencontres Carnet de voyage, une écriture du monde, le samedi 30 novembre 2019 à 14H30.  Nous avons essayé de définir les apports du voyage et du carnet dans l’enseignement du FLE mais aussi plus largement dans le cadre d’une mobilité internationale. Avec plusieurs collègues, nous avons dressé un panorama des possibles éducatifs et des atouts pédagogiques du carnet de voyage.

Le CECR définit les compétences en langues en six niveaux, de A1 à C2, qui peuvent être regroupés en trois niveaux généraux (utilisateur élémentaire, utilisateur indépendant et utilisateur expérimenté) ou subdivisés selon les besoins du contexte local. En 2018, un nouveau volume a été publié et actualisé avec un ajout sur la médiation et la compétence plurilingue/pluriculturelle. Nous avons rappelé les objectifs linguistiques (s’exprimer en langue française), les objectifs pragmatiques (organiser son discours), les objectifs socioculturels (connaissances culturelles, usages et comportements) puis la méthodologie de l’enseignement du FLE à l’Alliance Française (qui propose différents stages). Nous avons apprécié le schéma de Kohls sur le thème des “niveaux d’influence de la culture” (l’iceberg) et évoqué plusieurs points d’ancrage pour l’enseignement du FLE en lien avec le carnet de voyage, puis des exemples de productions “carnets de voyage” en classe multiculturelle ou auprès des élèves allophones ainsi que les carnets numériques réalisés par les étudiants internationaux à l’INSPE Bordeaux. Cette table ronde fut un moment proprice aux échanges créatifs entre les enseignants représentants plusieurs structures de formation. Y ont été conviés quelques collègues afin d’animer les échanges :

Maurice Niwese, Maitre de conférences des universités en sciences du langage, Responsable RI de l’INSPE Bordeaux,

Laetitia Darricau, Professeur agrégée de Lettres modernes, Formatrice PRAG à l’INSPE de Bordeaux,

Pascale Ladroitte, Professeur certifée de Documentation, Formatrice au CASNAV,

Emilie Fort-Ortet, Professeur agrégée de Lettres modernes à l’IUT Bordeaux – Montaigne,

Cécile Brossaud, Professeur de langue, DIRENS, Paris, MINES ParisTech,

Béatrice Boyer, Enseignante de Français Langue Etrangère, DEFLE, Bordeaux-Montaigne

Pascale Argod, Professeur certifée, PRCE en SIC à l’INSPE et chercheuse au MICA.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Narrations transmédia et expressions du voyage

Une demi-journée professionnelle intituée ” Narrations transmédia et expressions du voyage” à destination des bibliothécaires et enseignants organisée par ALCA, Agence Livre, Cinéma, Audio-visuel en Nouvelle Aquitaine, le vendredi 29 novembre 2019 lors de la 5e édition des Rencontres “Carnet de voyage, une écriture du monde”.

https://lettresdumonde33.com/programme-du-week-end/

Objectifs :

– Monter des projets ensemble (bibliothèques et établissements scolaires) pour favoriser l’expression personnelle ou l’écriture collective et confronter les usages éducatifs du carnet de voyage.

– Envisager la diversité des carnets d’expression (littéraire, linguistique, artistique et médiatique) selon l’objectif de médiation ou de formation.

– Penser la narration transmédia (tous supports) comme un outil de médiation (trois exemples : Les voies d’Aliénor, Carnet de paysage transmédia, Carnets de voyage interarts du lycée Magendie)

– Exploiter en médiathèque, au CDI ou en classe le carnet de voyage transmédia et le numérique au service de la réalisation du carnet.

Echanger avec le carnettiste ou l’éditeur pour découvrir ses usages du numérique et de l’audio-visuel dans le cadre d’une réalisation éditoriale transmédia.

– Lancer des pistes de projet transmédia en EAC ou en EMI, notamment pour sensibiliser aux langues et cultures de l’Antiquité et à des projets d’écriture créative sur les voyages rêvés ou vécus.

– Valoriser les cultures latines et grecques, l’éducation à l’interculturel et à la mobilité (via les échanges, les voyages et les sorties scolaires), notamment en Italie et en Grèce.

Programme :

14 H : La carte mentale des imaginaires (ressenti), la cartographie sensible et le sketchnote, outils graphiques pour les trois temps du carnet de voyage (par Pascale Argod, PRCE à l’INSPE Bordeaux)

14 H 30- 15 H 30 : La narration transmédia : écritures créatives, collaboratives et numériques (par Pascale Argod, Jessica de Bideran, chercheuses au MICA, Médiations, Informations, Communication et Arts de l’Université Bordeaux-Montaigne, Axe IDEM : https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/experience-du-contemporain/)

15 H 30 – 16 H : Un projet éditorial transmédia 37Degrees (par l’éditeur Xavier Mouginet, Editions Elytis) https://www.librairieduvoyageur.com/editeur/elytis et https://37degrees-worldtour.com/fr/le-concept

16 H – 17 H : La diversité des carnets d’expression pour la formation aux humanités : le carnet de voyage en Grèce et le carnet de lecteur (par Florence Pélissier, Agrégée de Lettres Classique, lycée F. Mauriac) http://arelabor.com/pedagogie/les-carnets-de-voyage-du-lycee-francois-mauriac-bordeaux/

Découverte de carnets d’expression réalisés par les lycéens et de PPN projets pédagogiques numériques “Carnets de voyage” lancés par les enseignants stagiaires de l’INSPE Bordeaux

17 H : visite libre pour découvrir la dizaine d’artistes – carnettistes exposants et les expositions de leurs oeuvres originales (tableaux, carnets, planches…)

18 H 30 : invitation à l’inauguration de la 5e édition des Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde.

Voir le programme : https://lettresdumonde33.com/demi-journee-professionnelle/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Concours scolaires du carnet de voyage

Concours scolaire du carnet de voyage 2020 lancé par l’IFAV :

Peuvent participer tous les élèves des établissements français du monde entier, de la maternelle à la terminale. Les établissements étrangers peuvent se joindre à des établissements français, afin de mettre en place un échange sur la thématique des carnets de voyage, et concourir à ce titre, en tandem. http://daac-arts-culture.ac-besancon.fr/2019/11/08/lancement-concours-scolaire-carnet-de-voyage-2019-2020/

Concours artistique lancé par ARELIM et ARELABOR :

Créer une affiche publicitaire pour un lieu ou une destination antique, type agence de voyage sur la thématique « Sur la route ». http://arelabor.com/concours-artistique/

Dis-moi dix mots sur la thèmatique de l’eau lancé par le ministère de la Culture :

Les dix mots « au fil de l’eau » choisis par les partenaires francophones pour illustrer cette thématique sont : aquarelle, à vau-l’eau, engloutir, fluide, mangrove, oasis, ondée, plouf, ruisseler, spitant.

http://www.dismoidixmots.culture.fr/concours-pedagogiques/concours-des-dix-mots-scolaires

Le Calame d’or, concours scolaire en 5e : De la légende à l’histoire

Durant cette activité, des latinistes de 5e doivent resituer les différentes étapes du voyage d’Énée en Méditerranée à l’aide de l’éditeur de cartes numériques Umapper en associant à chaque repère géographique une courte description des aventures du héros. http://www.lecalamedor.fr/domus/concours

  • La 14e édition du festival européen latin-grec propose du 23 au 29 mars 2020 à Lyon propose des animations, des conférences, des parcours au Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière ou encore des spectacles conçus pour les collégiens (cycles 3 et 4) et les lycéens : http://festival-latingrec.eu/programme-scolaire-2020/
  • ODYSSEUM, la nouvelle plateforme de ressources des langues, cultures et cvilisations de l’Antiquité sur EDUSCOL : https://eduscol.education.fr/odysseum/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Mobilité internationale ERASMUS+

La Commission européenne a publié l’appel à propositions 2020 pour le programme Erasmus+.

Le budget prévu pour l’année à venir s’élèvera à plus de 3 milliards d’euros (en hausse de 12% par rapport au budget 2019) et permettra de financer encore plus de projets d’éducation et de formation.

Dans le cadre de cet appel à propositions, la Commission lancera un deuxième projet pilote pour la création de nouvelles universités européennes.

  • Programme scolaire :

http://www.agence-erasmus.fr/page/erasmus-plus-enseignement-scolaire

  • Programme enseignement supérieur :

http://www.agence-erasmus.fr/page/erasmus-plus-enseignement-superieur

  • Génération ERASMUS pour les étudiants :

https://www.generation-erasmus.fr/

  • Guide du programme ERASMUS + 2020 :

https://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/resources/documents/erasmus-programme-guide-2020_fr

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Des appels à contribution pour la recherche sur les migrations et la mobilité internationale

Deux colloques de recherche sont en cours d’élaboration et seront organisés par l’Université Bordeaux-Montaigne en 2020 : 

  • EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines : histoire et traces de/ en Nouvelle-Aquitaine avec l’équipe de recherche AMERIBER (2019 – 2021) propose les journées d’études sur les “Migrations : traces, inscriptions et textualités. Europe/Amérique Latine”, les jeudi 13 et vendredi 14 février 2020.
  • https://americanistes.hypotheses.org/projets-proyectos
  • Journée d’études L’expérience du contemporain avec l’équipe de recherche MICA Médiations, Informations, communication, Art le vendredi 12 juin 2020.
  • https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/experience-du-contemporain/

Deux revues de recherche qui sont éditées sur Bordeaux publient leur prochain numéro sur le thème de la mobilité :

  • La revue Journal of International Mobility. Moving for Education,Training and Research de l’Agence Erasmus + France Education & Formation va publier son numéro 7 sur le thème : Mobilités virtuelles /mobilités qualifiées : quels liens et quels enjeux en Europe et dans le monde ?
  • http://www.agence-erasmus.fr/page/JIM
  • La RMV Revue Française des méthodes visuelles va publier son prochain numéro 4 sur le thème “Migration(s) en images” :
  • https://data.msha.fr/rfmv/rfmv04/appel_pour_numero_4.pdf

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le 20e anniversaire du Rendez-vous du carnet de voyage à Clermont-Ferrand

Affiche du Rendez-vous du carnet de voyageCette édition du Rendez-vous du carnet de voyage à Clermont-Ferrand du 15 au 17 novembre 2019 a célébré les 20 ans de la manifestation culturelle et artistique, pionnière en 1999. L’espace a été encore agrandi sur tout le rez-de-chaussée du polydôme : soit 3 700 m2 en comptant le restaurant et le café fort appréciés pour échanger. Comme chaque année, pendant trois jours,100 carnettistes français et étrangers ont exposé leurs carnets de voyages et rencontré le public. “De l’aquarelle à la bande dessinée, du carnet traditionnel aux carnets numériques et sonores, tous les styles sont représentés, faisant du Rendez-vous clermontois la plus grande manifestation du genre” en France et au niveau international.

https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/le-rendez-vous/

L’Association IFAV nous a encore proposé un programme exceptionnel avec de grands noms tels qu’Emmanuel Michel, Stefano Faravelli, Elsie Herberstein et Cathy Beauvallet…et bien d’autres ! Créée en 1997 par Jean-Pierre Frachon, Eric Gauthey, Daniel Lefebvre, Michel Renaud (président fondateur) et Pierrette Viel, l’association Il Faut Aller Voir (IFAV) regroupe des personnes attachées à découvrir d’autres cultures et d’autres horizons. L’IFAV promeut une forme de voyage qui privilégie l’autonomie et l’indépendance, qui permet de s’éloigner du tourisme traditionnel au profit d’une approche très centrée sur l’Homme, la découverte et le respect des différences.

Aussi, la rencontre intitulée “Voyager autrement, le grand débat ” avec les écrivains Jean-Christophe Rufin et Nédim Gürsel a affiché complet dès l’ouverture soit 650 places comme la remise des huit prix “Carnet de voyage” remis la veille. Un très bel et vibrant hommage a été rendu à Michel Renaud décédé lors de l’attentat à Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.

La rencontre de l’écrivain Jean-Christophe Rufin intitulée “Une vie de voyages” a été un moment suspendu à l’écoute de l’Académicien qui a consacré sa vie à l’esprit et au coeur autant qu’à la création et à l’action. Parmi les douzes projections de films, j’ai particulièrement apprécié le film “Les voyages extraordinaires d’Ella Maillart” de Raphaël Blanc comme un clin d’oeil aux quatorze ans au sein de la manifestation pour la journée des scolaires (parcours pédagogique et concours scolaire), des étudiants (journée d’études et prix universitaire) et des enseignants (stages de formation nationale et projets EAC). L’association IFAV, “Il faut Aller Voir” évoqué les propos d’Ella Maillart : « Lire, lire, lire, ça ne vaut rien, il faut aller voir ». Un conseil à donner à tous les lecteurs rêveurs afin de découvrir le monde et se faire son propre regard sur l’Ailleurs !

https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2019/09/programme-jour-jour-2019/

Le Prix universitaire international du carnet de voyage Etudiant vient d’être relancé cette année pour l’année 2020 afin de pouvoir envoyer son carnet de voyage original au mois de septembre au service Culture de l’université de Clermont-Ferrand. La remise des prix aura lieu comme les années précédentes le vendredi lors du Rendez-vous du carnet de voyage.

https://culture.uca.fr/7eme-prix-international-du-carnet-de-voyages-etudiant-178959.kjsp?RH=1548232848084

https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2018/11/laureats-2018/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Voyages en immersion : installations culturelles ou patrimoniales

Dans le cadre de la médiation culturelle sous la forme d’exposition ou d’installation, l’expérience du contemporain valorise l’immersion des sens et la médiation numérique mais aussi la mise en spectacle. Aussi, depuis la rentrée, trois expositions culturelles parisiennes abordent la notion de “voyage” comme une forme de médiation et d’expérience sensorielle. Comment l’expérience est-elle devenue le centre de la médiation culturelle des structures muséales et des lieux de médiation culturelle ? Comment les sens et le ludique sont-ils au coeur de l’exposition “virtuelle” ? Celle-ci se décline en “exposition dont vous êtes le héros” ou “e-lab espace”. En quoi ces nouvelles formes de médiations sont-elles liées à “l’expérience du contemporain” ? En quoi sont-elles porteuses “d’immersive art” ou “de réalité augmentée” ?

            Le premier festival dédié au Digital Design Immersif a au lieu du 18 au 24 octobre 2019 à l’Atelier des Lumières sur Paris. “Le digital design est un processus de “scupture numérique” d’utilisation de l’image créée par ordinateur pour aménager des espaces, créer des interactions avec le public. Les images projetées, combinées au design sonore, permettent de créer des univers immersifs uniques”. Ainsi, à travers L’atelier des Lumières sur Paris, est proposée l’expérience multisensorielle intitulée Japon rêvé qui est un voyage immersif dans l’art japonais. La Cité des Sciences de la Vilette propose un E-Lab Espace jeu vidéo : “des dispositifs de jeu exclusifs qui apportent une expérience inédite, dite « augmentée » et offrent au joueur la possibilité de profiter d’une immersion de jeu inaccessible chez lui”. La Citéco, Cité de l’économie à Paris, lance une exposition dont vous êtes le héros intitulée Nés quelque part : “Elle fait appel au décor immersif et à une technologie de pointe pour faire vivre au public une expérience « pas comme les autres »… Les histoires des personnages de Nés quelque part sont fictives mais toujours basées sur des faits, des situations et des projets réels…Nés quelque part vous propose, pendant 1h30, d’être Manolo, Mehiata, Nalin ou l’un des 18 personnages proposés. Au Cambodge, au Niger, au Cameroun, en Colombie, au Nigeria ou en Polynésie, vous vivrez leur quotidien, leurs questions et leurs solutions.” Concernant l’art contemporain, il nous semble intéressant d’observer le nouveau lieu de l’art urbain à Paris : Fluctuart  et son exposition Veni, Vidi, vinci, l’art urbain face au génie  ou des expositions- installations comme « Cosmopolis #2 » repenser l humain du Centre Georges Pompidou.

Autant d’expériences du contemporain culturel ou patrimonial qui ouvrent sur de nouvelles médiations qui sollicitent le numérique, le ludique et l’interactivité pour placer le spectateur en acteur de l’installation et donc comme sujet de la médiation. Le propos est bien de “vivre une expérience” unique, originale et créative qui permettrait d’intérioriser le savoir afin d’atteindre une forme d’engagement participatif. Le destinataire de l’exposition deviendrait alors le centre du propos puisque la médiation repose essentiellement sur la perception.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La créativité numérique à l’école : PPN “Carnet de voyage”

Dans le cadre de la formation à l’ESPE d’Aquitaine en vue du Professorat des écoles, le PPN, Projet pluridisciplinaire numérique, privilégie le croisement de quatre disciplines d’enseignement (géographie, arts, français et langues) afin de cibler les domaines majeurs d’apprentissage : le langage, les activités artistiques et la découverte du monde. Aussi, l’imaginaire géographique, la pratique artistique, l’expression écrite et l’apprentissage précoce des langues et des cultures sont sollicités dans une démarche active centrée sur la créativité et sur la production de textes et d’images dialoguant avec la trame narrative du voyage. Certains stagiaires ont tissé le fil pluridisciplinaire alors que d’autres ont ouvert leur PPN à l’EDD ou aux sciences : Carnet de voyage en EDD « Réduire, recycler, réutiliser les déchets » d’Emilie TEN SHONG et Kéranne LAULAN (Prix ESPOIR ESPE 2019), Carnet de voyage imaginaire d’une canette de soda Comprendre le concept et l’intérêt du recyclage (économie circulaire au programme de géographie) de Charlieœ GUILHERMET, Mon voyage dans l’Univers de Louis BOIREAU et Marine CAPDEVIELLE et Carnet de voyage naturaliste au jardin de Thomas LESCOULIER.

            Chaque stagiaire a réalisé sa démarche de projet à partir d’une carte mentale en ligne et a dû faire le choix entre trois types de carnet de voyage  : « imaginaire » à partir de ressources (album, reportage audiovisuel…), « réel » pour exploiter une sortie de classe ou « virtuel » grâce à un échange via un réseau ou un appariement de classe. Toutes les combinaisons sont envisageables voire souhaitables dans le cadre d’une démarche pédagogique « exhaustive » à partir des trois temps : avant, pendant et après le voyage. La moitié des PPN ont été construits à partir d’une sortie scolaire dont trois à visée scientifique, précédemment cités. Ces carnets de reportage sur le terrain ont facilité l’usage de la vidéo, la prise de photos, le journal de bord in situ. Ainsi, en vue du carnet de patrimoine A la découverte du Périgord, Ophélie GUIYOULE a utilisé plusieurs outils numériques. Certains stagiaires se sont demandés à quel moment la sortie serait la plus pertinente dans le projet : A la découverte du Bassin d’Arcachon de Léa SANCHEZ, Les CM1/CM2 voyagent dans les Landes de Léa DUBOURDEAUX. Le choix de placer la sortie en amont du travail afin d’exploiter a posteriori toutes les traces et preuves du voyage cadre mieux avec l’exigence de l’évaluation PPN : A la rencontre des habitants de Camblanes d’Aude Le COADOU et Mathilde LAVESQUE, Les sorties de la classe de CM2 de Paloma NUNES et Morgane LE HIR, Une semaine au conservatoire de Morgane GEOFFROY.

            L’autre moitié des PPN a concerné les voyages imaginaires à partir d’un album ou de ressources numériques qui facilitent l’apprentissage de la géographie culturelle, en CP – CE1 et notamment en maternelle. Cette année, les quatre professeurs stagiaires en école maternelle ont excellé dans leur pédagogie de projet : Les carnets de voyage de Marguerite de Laurence BOUTET qui a privilégié la rencontre avec l’Autre et les langues étrangères, A la découverte de l’Australie d’Emilie BORDES qui a valorisé les arts, Découverte de 5 pays en maternelle :  Australie, Japon, Espagne, Brésil, Afrique du Sud d’Eugénie HAZARD qui a ciblé les différences culturelles, Mon voyage dans l’Univers de Louis BOIREAU et Marine CAPDEVIELLE qui ont favorisé l’imaginaire du récit et la narration créative en vue de la réalisation d’un album d’aventures. A l’école primaire, la lecture d’un album a impulsé le PPN Carnet de Voyage imaginaire du loup par Mathilde GOUBE qui a crée avec ses élèves (https://users.wix.com/signin) un blog avec WIX ; la recherche sur le web de documentaires a inspiré le PPN A la découverte des écoles du monde de Maïlys BORIE et Déborah ROQUES et l’origine familiale des élèves a donné envie à Vanessa SOUSSI de créer Un tour du monde culinaire à la découverte de neuf pays. Solange LAUGA-CAMI, quant à elle, s’est questionnée sur l’inclusion scolaire d’élèves en situation de handicap à l’origine de son PPN Tour du monde des sens. Du voyage proche au voyage lointain, les objectifs interculturels sont déclinés selon le projet : de la connaissance anthropologique dans le Carnet de voyage au Vanuatu de Maurine CHOUVET à l’apprentissage précoce des langues dans Vis ma vie d’écolier anglais d’Iris DUCREUX. La rencontre est souvent le moment privilégié du voyage, aussi certains stagiaires ont pensé leur projet autour de l’échange, comme l’illustre le remarquable PPN Les carnets de voyage de Marguerite de Laurence BOUTET qui explique « le voyage de Marguerite est à la fois réel (les week-end en famille), et imaginaire (ses escapades autour du monde) ». Ainsi, elle croise des personnages de contes (le petit aborigène) mais aussi des personnes réelles qui viennent directement à la rencontre des élèves. Recevoir une lettre, interviewer des locaux, inviter des allophones en classe, échanger via un réseau social, monter un projet d’appariement via e-Twinning sont autant d’occasions plus ou moins virtuelles pour favoriser le dialogue des cultures et des langues et se frotter à l’interculturel. Le carnet de voyage qui peut se décliner de la production médiatique à l’oeuvre artistique parle aux sens : le récit est orienté par les émotions et les moments forts vécus par son auteur.

Nous retenons de toutes ces expériences des plus-values pédagogiques : la motivation des élèves dans un projet de classe qui donne du sens aux apprentissages, les différents temps proposés qui mobilisent différents types d’intelligence, la projection dans un projet annuel porteur d’une dynamique collective, la diversification des pratiques d’enseignement. Le Forum PI a su nous faire partager l’enthousiasme de nos stagiaires devenus enseignants et leur envie de réinvestir cette pédagogie active initiée par le PPN dans de plus larges ambitions : l’école en inter-cycles, une action éducative académique, un concours scolaire, des échanges européens…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

PPN Carnet de voyage numérique à l’ESPE d’Aquitaine

Le Forum PI qui a eu lieu le 28 juin 2019 à l’ESPE d’Aquitaine a su nous faire partager l’enthousiasme de nos stagiaires devenus enseignants et leur envie de réinvestir la pédagogie active initiée par le PPN dans de plus larges ambitions : l’école en inter-cycles, une action éducative académique, un concours scolaire, des échanges européens…L’ heure du bilan annuel des PPN est venue et ce dispositif de formation est plébiscité par nos stagiaires ! Nous retenons de toutes ces expériences PPN des plus-values pédagogiques : la motivation des élèves dans un projet de classe qui donne du sens aux apprentissages, les différents temps proposés qui mobilisent différents types d’intelligence, la projection dans un projet annuel porteur d’une dynamique collective, la diversification des pratiques d’enseignement. 

Sur les vingt-quatre stagiaires M2 en formation au Professorat des écoles qui ont suivi le PPN Carnet de voyage, seulement six projets pédagogiques pluridisciplinaires ont été réalisés en binôme sur les deux vagues (A et B), donc dix-huit PPN ont été réalisés. Alors que la pédagogie de projet, la pluridisciplinarité et l’usage du numérique sont les objectifs du dispositif, nous souhaiterions évoquer l’originalité des projets mis en œuvre, la diversification des pratiques d’enseignement et l’analyse réflexive sur l’outil “carnet de voyage”.

La durée du projet (deux semestres) permet aux professeurs des écoles stagiaires de réaliser des passerelles avec l’option du Tronc Commun (EMI, EAC, EMC…), facilite la problématique du mémoire MEEF et participe de la validation du C2I2E via le portfolio Exabis. Par exemple, Solange LAUGA-CAMI a rédigé son mémoire en menant une réflexion sur la démarche sensorielle en classe pour construire l’imaginaire géographique à partir de son PPN « Tour du monde des sens ». Dans le cadre de ce dispositif de formation, chacun a en effet remis une analyse critique des usages du numérique, le tableau des séances réalisées afin d’aboutir au carnet de voyage intermédia (papier, audiovisuel, numérique, échange) en classe présenté sous la forme numérique : de type webdocumentaire comme le permet Genial.ly ou Prezi, blog grâce à Wix, parfois un album sonorisé via Créadona ou un mur de productions via Padlet. L’essentiel réside dans l’expérimentation en classe et la créativité qu’offre ce dispositif innovant dans la formation de l’enseignant en devenir. Les passionnés ont même investi deux productions différentes pour parfaire leur maîtrise du numérique (vidéo + blog, album sonore + webdoc…). De plus, certains ont pensé le carnet de voyage transmédia à la fois comme spectacle vivant (chant, théâtre d’ombres chinoises, danses chorégraphiées) ou comme challenge interclasses sur un pays et comme support numérique (à destination de tous les parents d’élève).

Concernant les Professeurs d’Allemand stagiaires dans le cadre du PPN Carnet de voyage pour l’enseignement des langues, nous retiendrons l’intérêt pédagogique de l’outil “carnet de voyage” en classe d’Allemand afin d’ouvrir à l’altérité, à la pratique d’une langue et sur la culture des pays germanophones. Nos stagiaires ont regretté de ne pas avoir le temps matériel d’investir leur classe dans le concours scolaire du Goethe Institut de Bordeaux mais elles ont su valoriser les activités proposées dans le cadre de leur projet pédagogique.

Notre année scolaire a débuté par une mise en projet fictive sur le thème de la ville de Berlin (anniversaire de la réunification à la rentrée) afin d’ouvrir à des approches pluridisciplinaires en travaillant avec d’autres collègues disciplinaires (Hist-géo, Arts…). Perle LE VAN RA a approfondi les TD “Berlin” en créant un PPN intitulé Carnet de visite – guide voyage à Berlin/dans les pays germanophones (3e) comme l’a proposé Dorothée ADAM Carnet de voyage imaginaire Berlin : un voyage découverte à travers l’histoire et les arts (2e). D’autres stagiaires ont préféré imaginer un projet très personnel et original qui valorisent autant la création plastique que numérique. Ainsi Véronique DARRIET a lancé un Carnet d’exploration : l’amitié franco-allemande, une histoire à écrire à tous les temps (2e) et Bénédicte THOMAS – STEPHANO une approche très géographique du paysage allemand dans un Carnet au fil de l’eau : Chiemsee (3e) : activités humaines et gestion de l’eau sur les lacs. Chaque année je remarque, en tant que formatrice à l’ESPE, que la qualité du projet PPN ne repose pas sur la maîtrise du numérique que nous abordons en TD, mais sur l’originalité du scénario pédagogique et la créativité que l’enseignant déploie dans sa médiation pédagogique.

Relier créativité et médiation sont l’ambition de l’enseignement. En route pour des nouveaux projets à la rentrée !

Voir quelques présentations vidéos du PPN par des professeurs stagiaires :

https://vimeopro.com/user53139911/ppn-2019-pargot

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Sur les pas de Léo Drouyn et du patrimoine girondin

Léo Drouyn (1816-1896) est archéologue et artiste (dessinateur, peintre, graveur) girondin qui a laissé un fonds iconographique foisonnant sur le patrimoine aquitain. Dans ses carnets de voyage, il inventorie, au fil de ses promenades, le patrimoine, notamment médiéval (églises romanes, châteux et maisons fortes). Membre de l’école de Barbizon et des monuments historiques de la Gironde, il est distingué pour ses talents de graveur à l’eau forte en 1867 lors de l’exposition annuelle des Beaux-Arts à Paris.

La Fête à Léo et au Patrimoine girondin est une manifestation estivale qui, depuis douze ans, offre une découverte ludique et savante du patrimoine girondin sur les pas de Léo Drouyn. Dans ce cadre, ont été créés jusqu’à présent 38 « Circuits Léo Drouyn» de découverte de ce patrimoine départemental.

Cette valorisation du patrimoine de la Gironde à partir de carnets de voyage historiques est tout à fait exemplaire et a offert depuis trois ans de belles pistes de projets en éducation artistique et culturelle (EAC) à destination des écoles, collèges et lycées (voir la recherche – action PATRINUM de la DAAC, DRAC et ESPE d’Aquitaine autour de la médiation numérique patrimoniale exploitable dans le champ de l’éducation artistique et culturelle).

https://www.editions-entre2mers.com/la-fete-a-leo-et-autres-manifestations/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet ethnographique ou de recherche, outil et méthode à l’université

Communication au Congrès international d’Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation, AREF 2019, organisé par l’Université de Bordeaux, les 3, 4 et 5 juillet 2019 : 

Le carnet ethnographique ou de recherche : une « méthode visuelle » pour la formation universitaire

Le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche. Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article scientifique, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de “reporter” et de témoigner de faits, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ. Il peut se décliner sur tous les supports – audio-visuel sonore et numérique – et écrans dans une intermédialité du carnet et évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue ou regards du chercheur au praticien ou professionnel. Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet qu’il soit de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation.

            La démarche ethnographique facilite une pédagogie de l’émancipation et l’anthropologie semble porter une éducation de l’échange et de la rencontre. Trois expérimentations dans l’enseignement supérieur permettront de déterminer ce qui caractérise le carnet ethnographique ou de recherche sur le terrain. La conférence – débat intitulée Le carnet de voyage, un outil de formation universitaire lors de la 4e édition des Rencontres bordelaises Carnet de voyage, une écriture du monde a permis de croiser le regard de trois formatrices : Catherine Morgan – Proux dans le cadre de la formation de Guides interprètes (Licence Pro) de l’université de Clermont-Ferrand, Emilie Fort-Ortet dans le cadre de la formation d’animateur développement local de l’IUT de Bordeaux-Montaigne (DIUT) et Pascale Argod dans la formation d’enseignant, notamment ERASMUS (Master 2) de l’ESPE d’Aquitaine. Carnet de patrimoine, carnet d’enquête sociologique et carnet interculturel sont autant de projets d’expression personnelle à partir d’une démarche ethnographique qui allie réflexivité et créativité. Nous envisagerons quelques axes de réflexion à partir de la pédagogie de l’émancipation (Le Nouvel éducateur, n°233 “Les chemins de l’émancipation”), de la pédagogie de l’échange et des rencontres (OFAJ, 2018), de la place de l’anthropologie comme éducation (Tim Ingold, 2018) et surtout celle de l’expérience (Dewey, 1934). Depuis la mise en oeuvre des ateliers d’ethnographie lancés en 2009 (Chantal Deltendre-De-Bruycker) pour les scolaires jusqu’aux méthodes visuelles en SHS (réseau inter MSH lancé en 2014 par le MICA et la MSHA) pour les chercheurs et professionnelles, la démarche ethnographique s’inscrit dans les cursus de formation et dans transversalité des disciplines d’enseignement. Nous essaierons de déterminer en quoi le carnet ethnographique ou de terrain relie la recherche à la formation universitaire, notamment professionnelle en vue des métiers de la médiation culturelle, de l’éducation et de l’enseignement (DUT, Licence Pro, Master Pro) et facilite des apprentissages transversaux universitaires.

Bibliographie

Arborio Anne-Marie, Fournier Pierre. L’observation directe. 4e édition. Armand Colin, 2015

Copans Jean. L’enquête ethnologique de terrain. Armand Colin, 2011.

Dewey John. L’art comme expérience. 1934, Gallimard, 2010 (Folio Essais).

Dewey John. LogiqueThéorie de l’enquête. PUF, 1967.

Hess Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Anthropos, 1998.

Ingold Tim. L’anthropologie comme éducation. Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2018, 122 p., postf. Yves Citton, trad. Maryline Pinton.

Laplantine François. La description ethnographique. Armand Colin, 2015.

Lubart. Todd. Psychologie de la créativité. Armand Colin, 2003

Paugam Serge. L’enquête sociologique. PUF, 2012.

Richelle Jean-Luc, Fort-Ortet Emilie, Dépasser les empêchements, Le Nouvel Educateur, n°236, février 2018 : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/51887

La centralité de l’image dans la pratique ethnographique, RAE, 2015.

Argod Pascale. Carnet de voyage, du livre d’artiste au journal de bord en ligne. CRDP d’Auvergne-SCEREN, ministère de l’éducation nationale, novembre 2005, 271 p. (Argos Démarche).

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Deux mémoires de recherche Master 2 sur le carnet de voyage à l’ESPE d’Aquitaine

Carnet de voyage sensoriel et confrontation à l’altérité : “le tour du monde des sens” par Solange Lauga-Cami, Professeur des écoles stagiaire à l’ESPE d’Aquitaine, 2018-2018

Outre le fait de développer la sensibilité de chacun, l’empathie et l’empathie et l’expression de ses émotions, le carnet de voyage sensoriel est conçu pour permettre aux élèves de s’ouvrir au monde, à l’altérité, mais aussi pour se découvrir eux-mêmes. Via la pédagogie active, le projet de Tour du monde des sens en classe de CM1-CM2 se donner pour ambition la construction de l’imaginaire géographique et culturel du pays par les élèves. Suite aux 64 exposés sur différents pays réalisés par les 29 élèves durant le premier trimestre et dans le but d’insérer deux élèves en situation de handicap, nous avons souhaité mener un projet de sensibilisation au handicap : actes du quotidien les yeux bandés, avec une seule main, sans entendre…expérimenter le braille et communiquer par des signes. Le projet de carnet de voyage par les sens est né afin que tous puissent voyager autour du monde en imaginant l’ailleurs. Aussi chaque élève (par trinôme) construit-il le carnet de voyage de son pays à partir de la découverte d’un objet, d’une musique traditionnelle ou d’une spécialité culinaire (odeur et goût). Dix pays visités par les sens sont valorisés lors de la fête de fin d’année et avec la création d’un escape game sensoriel. Il s’agit donc de développer sa sensibilité à travers une exploration sensitive afin de voyager grâce à des morceaux de musique à écouter, des objets à toucher, des odeurs à sentir et des recettes à goûter. La co-réalisation d’une carte mentale, la création d’une carte sensible et le profil des intelligences multiples de chaque élève ont été des outils pédagogiques pertinents pour la mise en oeuvre des séances : ils ont facilité l’expression des émotions et du ressenti ainsi que la rédaction des productions écrites. La problématique de la recherche est la suivante : dans quelle mesure une pédagogie active basée sur la création d’un carnet de voyage sensoriel peut-elle permettre la construction de l’imaginaire géographie et culturel d’un pays et ouvrir à l’altérité ? Mais le plus intéressant réside dans l’expérience du voyage vécu pour deux d’entre eux car celle-ci a modifié l’expression sensitive. Par exemple, le carnet de voyage en Finlande a suscité l’intérêt d’une élève pour le projet de voyage familial et le carnet préalablement réalisé l’a motivée pour la rédaction de son journal de voyage personnel in situ. L’élève a ainsi prêté une attention particulière à la différence culturelle et aux sensations gustatives et olfactives.

Comment favoriser l’implication et la réussite des élèves par l’outil et le projet du carnet de voyage ? par Isabelle Bacqué-Cazenave, Professeur certifiée de Lettres stagiaire à l’ESPE d’Aquitaine, 2018-2019.

Afin de favoriser l’implication et la réussite des élèves de la classe de cinquième, la méthode du carnet est proposée dans le but de travailler d’une façon réflexive, ludique et collaborative. Le carnet tel qu’il est conçu, tout au long de cette année scolaire, doit être analysé à plusieurs niveaux. Chaque séquence s’accompagne d’un carnet spécifique qui est lié au thème, aux objectifs, aux textes et aux notions traités. Ce dispositif doit donc d’abord être envisagé d’une façon pragmatique comme un point d’appui pour l’élève, le conduire à revenir sur la séquence et les différentes séances afin de préparer les évaluations par le biais d’écrits intermédiaires. C’est ainsi qu’il est clairement présenté aux élèves. On veille à donner le carnet à réaliser assez tôt dans la séquence et on l’utilise à nouveau, systématiquement, à la fin, dans le cadre de la séance bilan, séance consacrée à la fiche de réussite. Pour autant, il n’est pas question de surcharger le travail de l’élève mais au contraire de favoriser le transfert des savoirs et des savoir-faire. La conception se veut créative et ludique car, l’élève n’est pas évalué par l’enseignant dans les exercices proposés. Par le biais du carnet, on a donc à cœur d’installer « un espace hors menace » (Meirieu). On a aussi le souci de choisir des activités variées et dans la mesure du possible, innovantes. En outre, le carnet constitue un espace d’échange. Le travail  collaboratif, entre pairs et par groupes, y trouve largement sa place. Enfin, la méthode du carnet doit amener à échanger à l’extérieur de la classe. L’enseignant   incite l’élève à présenter le carnet à ses proches, à  sa famille, mais aussi à l’ensemble de la communauté scolaire et pour ce faire, un projet est mené avec la classe de 4ème SEGPA. Puis, une exposition des carnets est organisée au CDI. Le support papier individuel deviendra, à mi-parcours, un support numérique collectif, consultable sur le site du collège et envoyé, en fin d’année, au collège partenaire de Malaga. Il sera utilisé par la responsable des échanges européens, dans le but de présenter Bordeaux aux élèves de la classe Euro-français. Les élèves sont invités à réaliser un carnet de voyage, personnel et collectif sur le thème BORDEAUX : une ville au creux d’un fleuve. Sous un format papier et numérique, le carnet présente un parcours mettant en valeur les lieux incontournables de Bordeaux et les caractéristiques fluviales de la ville. La progression annuelle prévoit, à chaque séquence, un carnet particulier qui permet de réinvestir les notions vues en cours mais qui propose aussi un prolongement culturel, soit neuf carnets différents : le carnet de musée, le carnet de rencontre, le carnet d’émotions, le carnet patrimoine, le carnet d’utopies, le carnet de recettes, le carnet de jardin, le carnet d’architecture, le carnet de marin. Chaque production est adaptée à la séance en fonction des thèmes du programme au fil de l’année: Le voyage et l’aventure, Héros, héroïnes et héroïsmes, Imaginer des univers nouveaux, Avec autrui, familles, réseaux, L’homme et la nature.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le Japonisme, les arts graphiques et le carnet de voyage

La conférence intitulée “Le Japonisme, les arts graphiques et le carnet de voyage : quelle filiation avec le manga ? De la profusion d’images et du croquis sur le vif” (P. Argod) a été proposée lors de l’exposition et le salon d’arts japonais “Japon, culture et tradition” organisés par l’artiste carnettiste Béatrice Hauchemaille, les 8, 9 et 10 juin 2019 à Montereau-Fault-Yonne (77). Une exposition de peintures et des dessins accompagne les présentations artistiques des artistes japonais invités : la cérémonie du thé, l’origami, le Kamishibaï, le jeu Go, une pièce du théâtre Nô. Autant d’expériences immersives qui prolongent l’ouvrage Japon, l’art du raffinement rédigé par Béatrice Hauchemaille. (Artisans-Voyageurs éditeurs, 2014).

Résumé de la conférence :

La filiation du carnet de voyage et du manga serait liée à l’Orientalisme et à la curiosité des Occidentaux pour les arts japonais retranscrits sous le trait maîtrisé et passionné de Béatrice Hauchemaille, artiste exposant au Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand[1]. En effet, fondre images et mots dans une lecture instantanée est le principe des mangas[2] : « Man » fait sur le vif et « Ga » dessin, donc croquis ou rough, dont le plus célèbre exemple date de 1814, « la manga » d’Hokusai. Originaire de Chine, « l’Emaki » fut du IXe au XVe siècle l’un des principaux moyens d’expression au Japon : c’est un rouleau peint horizontal sur lequel l’association de mots écrits et d’images peintes raconte une histoire ou une légende. A l’époque Edo (1603-1868) sont nés les « ehon » livres imprimés à partir de planches gravées avec des textes[3] et des dialogues accompagnant les images. Edmond Goncourt évoquait en 1896 dans son ouvrage Hokusaï. L’art japonais au XVIIIe siècle cet art graphique qui pourrait être transféré au carnet de voyage : « La mangwa, cette profusion d’images, cette avalanche de dessins, cette débauche de crayonnages, ces quinze cahiers où les croquis se pressent sur les feuillets, comme les œufs de la ponte des vers à soie sur une feuille de papier, une œuvre qui n’a pas de pareille chez aucun peintre de l’Occident ! La mangwa, ces milliers de reproductions fiévreuses de ce qui est sur la terre, dans le ciel, sous l’eau, ces magiques instantanés de l’action, du mouvement, de la vie remuante de l’humanité et de l’animalité, enfin, cette espèce de délire sur le papier du grand fou de dessin de là-bas ! ».

Deux dessinateurs célèbres à l’origine du genre « carnet de voyage » découvrent le Japon et retranscrivent à travers le lien « image et texte » leurs impressions : Félix Régamey en 1876 qui lance la vogue du japonisme et Mathurin Méheut en 1914 qui ouvre la voie aux carnettistes avides de pittoresque et de scènes du quotidien. Félix Régamey, dessinateur renommé, est engagé par Emile Guimet, industriel lyonnais, grand collectionneur des arts asiatiques afin de mener une vaste enquête sur les religions du Japon à l’origine du musée Guimet constitué en 1889 à partir du musée des religions à Lyon[4]. Ils passent ensemble deux mois au Japon entre Tokyo, Ise, Kyoto, Osaka et Kobe, séjour qui éblouit Félix Régamey : « Je t’écris du pays des rêves…c’est un enchantement perpétuel –le nu dans toute sa splendeur – le costume aussi beau que l’antique avec la variété de coupe et de couleur en plus. Un paysage merveilleux, enfin tout…L’âge d’or, ni plus, ni moins »[5]. Félix Régamey illustre le feuilleton Okoma dans le Monde illustré de 1879 à 1883 et l’exposition universelle de 1878 d’une quarantaine de tableaux et publie un article intitulé Le Japon vu par l’artiste dans l’ouvrage Le Japon pratique. Avec Emile Guimet le premier tome de leur récit relate leur séjour à Yokohama et à Kamakura, Les promenades japonaise[6], publié en 1878, puis le deuxième en 1880 sous le titre Tokio-Nikko[7]. A l’origine de la vogue du japonisme, Guimet et Régamey font connaître le Japon à travers des conférences que Régamey illustre par la réalisation simultanée de dessins. Fondateurs de la Société franco-japonaise, ils font des émules parmi les artistes qui partent au Japon et réalisent des carnets de voyage : Georges Ferdinand Bigot (1860-1927) y demeure dix-huit ans comme caricaturiste et par la suite, le peintre Mathurin Méheut[8] y séjourne cinq mois en 1914 doté de la bourse Autour du monde, financée par la fondation Albert Kahn dans le cadre du projet des Archives de la planète. Mathurin Méheut réalise des reportages dessinés sur le vif pour les prestigieuses revues comme Art et décoration, L’illustration ou La Bretagne touristique. Il rapporte de sa mission au Japon de nombreuses aquarelles qui font l’objet aujourd’hui d’un carnet de voyage – rétrospective qui confronte deux regards à presque un siècle de distance, celui du peintre et celui de ses arrières  petites – filles : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914 (Ouest-France, 2004). Il livre sa découverte enthousiaste du Japon : « tout a été réuni, concentré, pour la joie du peintre, de l’architecte ou du littérateur. Immédiatement, nous songeons à Hokusai prodigieusement vrai, prodigieusement moderne. »

Artistes et intellectuels reviennent en effet éblouis par le raffinement de la culture japonaise et l’esthétique du quotidien[9] comme Roland Barthes, Augustin Berque, Paul Claudel, Claude Lagoutte, Pierre Loti, Henri Michaud, Victor Segalen notamment. Lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand des carnettistes évoquent leurs impressions japonaises à travers diverses techniques artistiques :   , Yann Breton au crayon et au pinceau, Florent Chavouet au crayon, Philippe Delord à l’aquarelle, Stefano Faravelli au soucis du détail, Karen Guilorel au numérique et au multimédia, Alan Johnston au dessin naturaliste, Nicolas Jolivot à l’illustration, Sébastien Lebègue aux arts graphiques, Rémi Maynègre et Sandrine Garcia en version bilingue dans le style manga, Bruno Pilorget à l’acrylique, Gwenaelle Trolez à l’art du collage, entre autres. La diversité de la palette du carnet de voyage pourrait en effet faire l’objet d’une exposition collective afin d’attiser la curiosité pour le soleil levant et créer un nouveau pont artistique entre le Japon et la France. En effet, à travers cette « profusion d’images » sur l’ailleurs en référence au manga, c’est bien la devise des voyageurs du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand qui appelle au voyage : « Il faut aller voir !»[10].

Les Editions Elytis proposent plusieurs récentes publications sur le Japon dont trois magnifiques carnets de voyage en format à l’italienne : https://www.librairieduvoyageur.com/editeur/elytis

Tokaido 53 : à scooter, sur les traces de Hiroshige. Philippe DELORD

Japon, à pied sous les volcans. Nicolas JOLIVOT

Japon : carnets d’un explorateur au pays du soleil levant. Gwenaëlle TROLEZ

 

[1] Le 20e Rendez-vous du carnet de voyage à Clermont-Ferrand du 15 au 17 novembre 2019 : plus d’une centaine d’artistes carnettistes exposants sur trois jours avec conférences et projections sur le voyage et ateliers artistiques de création de carnets. https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

[2] Après le département du musée municipal de Kawasaki créé en 1988, le musée international du Manga de Kyoto, ouvert en novembre 2006, abrite plus de 200 000 mangas et des équipes de chercheurs en histoire de l’art sur le manga ancien : www.kyotomm.com

[3] Au XVIe siècle apparaît la technique du tout en un – image et texte gravés sur un seul élément d’impression – ce qui se distingue de l’estampe japonaise.

[4] qu’il réalise en 1879 afin de rassembler ses collections d’art bouddhique rapportées de Chine, d’Inde et du Japon qu’il étend à l’art Khmer à partir de 1890 puis aux échanges entre l’Inde et de la Chine avec la mission de Paul Pelliot à Dunhang.

[5] Extrait de la lettre envoyée à son frère en 1876 tirée de l’ouvrage : Quand le Japon s’ouvrit au monde. Emile Guimet et les arts d’Asie. Keiko Omoto, Francis Macouin. Gallimard, 1990. (découvertes Gallimard).

[6] Promenades Japonaises. Emile Guimet. Dessins d’après nature (dont six aquarelles reproduites en couleur) par Félix Regamey. Paris, G. Charpentier, 1878; in-4, 212 pp., 21 planches en noir et 6 planches coloriées h.t., cart. décoré de l’éditeur. Voir la BNF : http://expositions.bnf.fr/socgeo/grosplan/biblio.htm

[7] Les esquisses et les romans de Félix Régamey de 1883 à 1900 sont les trésors du fonds du Touring Club de France actuellement intégré à la Bibliothèque du tourisme et des voyages du Trocadéro de la ville de Paris.

[8] Peintre décorateur et illustrateur naturaliste formé à l’école des Beaux-arts de Rennes, puis à l’école nationale des arts décoratifs de Paris et enfin à l’école normale d’enseignement du dessin, il collabore avec des écrivains tels que Genevoix, Colette et Loti.

[9] Esthétiques du quotidien au Japon. Sous la direction de Jean-Marie Bouissou. illustrations Nicolas de Crécy. Institut français de la mode, 2010.

[10] Selon Ella Maillart et le nom de l’association IFAV qui a créé le Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand en 1999.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts