Colloque international “Les méthodes créatives de recherche”

Le colloque international “Les méthodes créatives de recherche : enjeux et pratiques” se déroule les 16 et 17 juin 2022 à la Maison des Sciences de l’Homme Bordeaux, organisé par l’Université Bordeaux – Montaigne, équipe de recherche du MICA et Cap Sciences.

Ce colloque sera l’occasion de réfléchir, partager et analyser les problématiques scientifiques liées aux méthodes de recherche créatives et innovantes. Deux jours de conférences permettant de croiser les regards entre acteurs publics et privés, chercheurs, experts et professionnels. Des conférenciers internationaux et nationaux de diverses disciplines présenteront leurs travaux et discuteront de divers outils et méthodes mobilisées dans la recherche : design thinking, réalité virtuelle, technologies numériques, méthodes visuelles, jeu, recherche – action… Les chercheurs internationaux du MIT ouvriront le colloque comme invités d’honneur.

Quatre axes sont proposés :

  • Design thinking : lego, outils de construction, brainstorming …
  • Les méthodes visuelles
  • Gamification et ludification (jeux sérieux, escape game, jeux de rôle, jeux de société, jeux éducatifs …)
  • Technologies numériques et réalité virtuelle

Pour consulter le programme du colloque international : https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/events/colloque-international-methodes-creatives-de-recherche/

Communication intitulée “Le carnet dessiné et les usages du dessin en recherche : une méthode visuelle et créative en SHS”, le jeudi 16 juin à 14H

La Revue Française des méthodes visuelles (RFMV) publiée par la Maison des Sciences de l’Homme Bordeaux et l’équipe de recherche du MICA lance un appel à contribution pour son prochain numéro. A vos recherches !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Expéditions du bout du monde

L’exposition Les visages de l’exploration au 19e siècle qui a lieu à la BNF et propose des séances de projection de carnets de voyage intitulées Expéditions au bout du monde, comme par exemple celle du journal d’Ella Maillart.

La Bibliothèque nationale de France célèbre le bicentenaire de la Société de géographie, dont elle conserve les archives, en consacrant une exposition à l’exploration au XIXe siècle. S’appuyant sur le fonds exceptionnel de la Société de géographie et sur d’importants prêts extérieurs (musée du Quai Branly, Muséum national d’histoire naturelle, musée de l’Armée, musée Guimet, etc.), l’exposition rassemble carnets de notes et de croquis, cartes et photographies, instruments de mesure, objets et spécimens collectés sur le terrain… soit près de 200 pièces qui permettent d’offrir un nouveau regard sur la curiosité savante et les « découvertes » de l’époque. Le parcours proposé aux visiteurs met particulièrement en valeur toutes les figures – femmes exploratrices, guides, interprètes, etc. – qui ont été les actrices et acteurs invisibles dans le récit et l’iconographie officiels de l’exploration européenne.

Dans le cadre du congrès célébrant le centième anniversaire de l’Union géographique internationale, la BnF accueille une session scientifique intitulée « Quelle place pour le temps en géographie ? ».

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de recherche et de terrain à l’université

La démarche ethnographique repose sur l’enquête, l’interview, le carnet de reportage, le carnet de terrain…Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans le Manuel d’ethnographie publié en 1947 par Marcel Mauss. Ses Instructions d’ethnographie descriptive proviennent de son cours : «Il s’agit aujourd’hui de mener des études précises et profondes sur des données étroites, avec des méthodes rigoureuses, et non d’aboutir, à une sorte de petit panthéon des faits sociaux bien choisis, curieux, exceptionnels ou typiques où les sociologues puiseront pour leurs besoins d’exemplification ».

L’ethnographie est la méthode spécifique à l’ethnologie. Elle consiste à observer et décrire un environnement. 

  • Enquête par distanciation : à s’étonner de ce qui semblait le plus familier (ce que nous vivons quotidiennement dans la société où nous sommes nés ou qui nous accueille depuis longtemps).
  • Enquête par dépaysement : à rendre plus familier ce qui paraissait originellement étrange et étranger (les comportements, les croyances, les coutumes des sociétés qui ne sont pas les nôtres).

Telle est l’expérience même de l’ethnographie qui s’appuie sur diverses techniques : l’écriture, la photographie, la cartographie, la vidéo, l’entretien, etc.

Le chercheur François Laplantine explicite la description ethnographie« Un regard si ce n’est inquiet, du moins questionnant, qui part à la recherche de la signification des variations. C’est la raison pour laquelle il convient sans doute maintenant de différencier deux termes dont l’un est sans doute mieux qualifié que l’autre pour désigner l’entreprise ethnographique : voir et regarder. »

Pourquoi proposer une formation au carnet de recherche intermédia à l’université ? Qu’apporterait sa pratique à l’étudiant ? 

  • Evoquer une réalité sociale ou un fait de société à partir d’un ancrage dans le réel à partir d’un voyage vécu, proche ou lointain.
  • Observer et prendre le temps pour s’approprier un savoir, construire et faire sienne une observation.
  • Questionnement en situation : poser une question c’est utiliser ce que l’on sait pour la concevoir et la formuler. Changer de questionnement et de situation permet d’évoluer.
  • Favoriser une distanciation critique et questionner les représentations, le changement de repères et d’autres référents culturels issus de la confrontation à l’Autre.
  • Susciter la recherche d’information et l’investigation sur le terrain par l’écriture (interview, enquête…) et par l’image (dessin d’observation, croquis sur le vif, photographie, film…).
  • Mener une recherche qui est personnelle : tâtonnements, pistes, hypothèses, vérifications, conclusions. Cet état d’esprit du chercheur éveille à la découverte de son environnement.
  • Mettre en exergue un angle et un point de vue personnel afin de réaliser une œuvre originale.
  • Appréhender sur son cheminement, son fonctionnement et l’analyse de ses modes d’apprentissage : dispositif de métacognition. Permet de mieux mobiliser ses savoirs et ses compétences.

Nous pourrions élargir notre réflexion sur les apports de cet outil à la formation universitaire. En effet, comment un carnet (intermédia) ouvre t-il le champs disciplinaire enseigné à l’université ? Cette ouverture est-elle un enjeu pour l’enseignement universitaire ? Comment investir le terrain et la recherche par l’écriture, le dessin, l’audio-visuel et surtout le numérique ? En quoi les arts graphiques seraient-il un médium pour la recherche ? Comment les outils numériques (tablette graphique, SIG, mindmap…) facilitent-ils la prise de notes et le rendu de la pensée du chercheur in situ ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Journée d’étude sur le carnet de voyage à l’université

Une Journée d’étude « Le carnet de voyage intermédia : pratique artistique, outil d’enseignement et médium pour la recherche » a été organisée le vendredi 3 décembre 2021 sur le Campus Bordeaux – Victoire dans l’amphi Durkheim.

Carnet de voyage intermedia_journée d’étude 031221 UB Victoire_Programme

A l’occasion de l’achèvement du MOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire réelle ou virtuelle » (lancement prévu en mai 2022 par l’IMT Institut Mines Télécoms Paris porteur du projet) et de la 7ème édition des Rencontres du carnet de Voyage organisées par Lettres du Monde à Bordeaux, cette journée d’étude invite à découvrir la richesse pédagogique de l’outil carnet de voyage (qu’il soit à visée de reportage, d’apprentissage ou de communication) dans l’enseignement mais aussi de circonscrire l’intérêt de ce médium pour la recherche. Ainsi, comment le carnet, les notes visuelles et les méthodes visuelles en générale, sont-ils investis dans l’enseignement supérieur ?

En effet qu’il soit réalisé de notes textuelles et visuelles comme recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, le carnet de recherche se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire en vue de la publication, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel, des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. A travers l’enquête sur le terrain, il est aussi un outil de formation professionnelle pour les métiers de la médiation, de l’animation, de l’éducation – enseignement, de la culture et du patrimoine, entre autres… (DUT, Licence Pro, Master Pro). Carnet de voyage, carnet de terrain, carnet d’enquête, carnet de recherche, carnet de mobilité, carnet interculturel sont autant de dénominations possibles de cette notion de “carnet” où l’image a autant d’importance que le texte et facilite la pensée réflexive, l’exercice de l’esprit critique et porte la créativité à travers des apprentissages formels ou informels. La problématique soulevée en recherche par ce médium est d’autant plus d’actualité, que le 2e colloque international « Méthodes Visuelles » en sciences humaines et sociales : de la captation à la diffusion des résultats. Données, méthodes, résultats, valorisation est organisé aux Canaries (Espagne), les 9 et 10 décembre 2021. Il porte sur divers objets : enregistrement par ordiphone, appareils dédiés (app photo, caméras, enregistreurs audio), caméra 360°, capture d’écrans (pour activités impliquant un ordinateur, pour de la   visiophonie…), eyetracking – lunettes / caméras, dispositifs de vidéosurveillance (en interrogeant l’éthique associée), captation graphique des informations scientifiques, création d’infographies et d’animations vidéographiques comme trace d’une recherche et pour la diffusion d’informations scientifiques. 

 “Le carnet de recherche : démarche, pensée et méthode visuelles” à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie. En référence à l’ouvrage La description ethnographique de François Laplantine, il me semble utile de retenir quelques citation de ce chercheur. Elles m’ont été indispensable à la réflexion sur titre choisi en lien avec les méthodes visuelles :

  • «  L’indissociabilité de la construction d’un savoir (anthropologie) à partir du voir et d’une écriture du voir (ethnographie) n’a rien d’une donnée immédiate ou d’une expérience transparente. C’est une entreprise au contraire extrêmement problématique qui suppose que nous soyons capables d’établir des relations entre ce qui généralement tenu séparé : la vision, le regard, la mémoire, l’image et l’imaginaire, le sens, la forme, le langage.»
  • « Un regard si ce n’est inquiet, du moins questionnant, qui part à la recherche de la signification des variations. C’est la raison pour laquelle il convient sans doute maintenant de différencier deux termes dont l’un est sans doute mieux qualifié que l’autre pour désigner l entreprise ethnographique : voir et regarder. »
  • « C’est la capacité de bien regarder et de tout regarder, en distinguant et en discernant ce que l’on voit.»

Mes collègues ont étayé, de par leurs recherches, la thématique retenue selon le programme ci-dessous :

9h à 10h : MOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire réelle ou virtuelle », Cécile Brossaud, enseignante de FLE, Français langue étrangère, et chargée d’ingénierie pédagogique à Télécom Paris, pilote du projet Mooc Interculturel financé par l’Institut Mines Télécom Paris (IMT Paris), Pascale Argod, enseignante en SIC, Sciences de l’information et de la communication à l’INSPE, Institut national Supérieur du Professorat et de l’Education, Bordeaux.

10h à 10h30 : Le carnet de recherche : démarche, pensée et méthode visuelles, Pascale Argod (enseignante en SIC à l’INSPE Bordeaux)

10h30 à 11h : Les carnets d’enquête anthropologique : une pédagogie de la créativité au service de la science, Emilie Fort-Ortet, professeure agrégée de Lettres modernes à l’IUT Bordeaux-Montaigne, Sarah Marchiset, doctorante en anthropologie (UPV Montpellier III, UMR SENS, doctorante associée UMR Passages, projet « Food2gather »), chargée de cours à l’IUT Bordeaux-Montaigne et des étudiants et anciens étudiants de l’IUT Bordeaux-Montaigne (inscrits à l’Université de Bordeaux en sociologie)

11h à 11h30 : Cartographies, spectres et géographie affective, Thierry Lafollie, illustrateur – Résident arts et sciences Facts 2019 « Urbis Hypermnesis » à l’Université de Bordeaux

11h30 à 12h : Présentation de la Revue Française des Méthodes Visuelles, Alain Bouldoires (MCF au MICA Médiations, Informations, Communication, Arts de Bordeaux-Montaigne)

12h à 12h30 : Le carnet de voyage, une écriture du monde, Cécile Quintin, Directrice de Lettres du Monde, Xavier Mouginet, Editeur des Editions Elytis, organisateurs des Rencontres du carnet de Voyage de Bordeaux qui s’installent à l’écosystème Darwin du 4 au 5 décembre.

12h30 à 13h : Temps d’échange sur les perspectives pour les étudiants de l’université de Bordeaux avec le public (étudiants et enseignants)

13h : Clôture avec invitations à la prolongation l’après-midi

Invitations à la prolongation, l’expérimentation et la rencontre :

Invitation à découvrir l’exposition « L’objet de ma culture » créé par les étudiants et enseignants de l’Espace Langues et du Parcours International en Sciences de l’Homme.

> 15h30 : échange autour de l’exposition par Purva Darole, lectrice (en anglais) – rdv Campus Bordeaux Victoire, Atrium.  Sur inscription

Initiation au carnet de voyage dessiné (Urban Sketching) proposée par Adrien Clairet et Maud Modjo, artistes du mouvement Urban Sketcher Bordeaux à destination des étudiants et personnels de l’Université de Bordeaux. 15h à 17h  Sur inscription

Invitation à l’inauguration des 7e Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde à Bordeaux 18h30 – rdv à l’Ecosystème Darwin

Programme du week-end des 4 et 5 décembre à découvrir sur le site de Lettres du Monde

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Créer un carnet de voyage sensoriel à Rome

            Le “Tour d’Italie” a de tous temps était une recherche d’inspiration et de créativité pour les artistes, les intellectuels ou les aristocrates en quête de villégiature. Pour ma part, simple touriste, je ne pensais pas, en effectuant ce voyage à Rome la première semaine de mars 2020, que ce serait une source de vitalité et un point de repère dans le tumulte médiatique des mois suivants dus aux effets du COVID-19. Après Venise, les lacs italiens, Naples, Florence… Rome était une destination italienne rêvée et un retour à des souvenirs étudiants. De ce séjour extraordinaire du à la date, je retiens de grandes marches quotidiennes et un Forum quasi désert, des lieux touristiques très accessibles et une exigence personnelle de prudence sanitaire…mais surtout une ambiance hors du temps, si rare sous un soleil printanier réjouissant. Le temps du confinement m’a permis de me consacrer à la réalisation de mon carnet de voyage à Rome pour palier à la morosité ambiante, aux chiffres morbides des médias et au stress généralisé. Donc, ce carnet a été un retour aux sources, un lien psychologique à la vie comme un cordon ombilical à “l’après”, une sorte d’ancrage au bonheur, en somme un chant à la vie !

            Ce carnet de voyage “Rome, impressions sensorielles et créatives” consacre une place centrale aux cartes, brochures et documents authentiques récupérés sur place. L’aquarelle devient le médium de la mise en scène de vues collectées et des preuves du voyage collées et insérées. Le document authentique est le point d’inspiration de la page aquarellée. Art de la récupération et de la sublimation du quotidien, le carnet de voyage évoque les “topoï” du voyageur et les lieux de villégiature renommés. Il s’agit de capturer l’instant via le croquis sur le vif (cf au dernier “carnet de Venise”), de s”inspirer de l authentique en apportant la preuve de son voyage via le collage de documents (cf au “carnet des lacs italiens”), de témoigner de son expérience en insérant le texte dans l’image.

Mon carnet de voyage à Rome parle aux 5 sens : ouie, odorat, goût, toucher, vue… et mon objectif a été d’insérer de l’intime dans la carte postale touristique, d’insuffler du vécu dans la vue stéréotypée et de changer de point de vue (du touriste à l’artiste amateur). Ainsi, sur place, j’ai récupéré les emballages de produits alimentaires (de gâteaux, pâtes, sucreries), les serviettes en papier, les cartes de visites, les tickets ou flyers des sites touristiques…Je les insère dans la composition double page du carnet en ajoutant des papiers de couleurs coupés, découpés ou pliés… Puis, je réalise l’aquarelle en format à l’italienne qui prend en compte les collages ou reprend leurs motifs et tonalités. Je tiens compte des harmonies de couleurs entre les collages et la palette de l’aquarelle. Il s’agit de faire dialoguer les documents authentiques avec la création picturale : camaïeux, tons complémentaires, opposition lumineuse, contrastes, harmonie…Je pense à une perception sensorielle, à un sens, puis un deuxième, que je souhaite mettre en éveil et traduire. Ensuite, je choisis les collages, les couleurs et au final le motif. L’ensemble de la double page doit être harmonieux, en lecture de gauche à droite : les motifs, les couleurs et les lumières doivent se répondre. Toujours essayer de trouver une originalité dans la création et surprendre à la page suivante. Une question reste permanente au fil du chemin de fer du carnet: comment rester créatif et s’étonner en tournant la page ?

Le carnet est d’abord comme une part d’intime que je capture. L’aquarelle est un prétexte à la créativité et à l’originalité…ma démarche est la suivante : je me souviens, je vois, j’imagine, je ressens, je métamorphose, je colle et je peins. Je me laisse envahir par un sens (odorat, vue, ouie…) puis par la couleur et par l’eau de l’aquarelle. La main suit le cheminement de ma pensée…j’avoue ne pas savoir croquer sur le vif par manque de temps (hélas peu de slow tourisme), mais de toute façon, je préfère imaginer et revenir à mes souvenirs.

 

Un moment de paix intérieure via ce voyage au pays de l’imaginaire !

La confrontation de l’extérieur à l’intérieur est féconde d’images et d’idées.

Une créativité à l’oeuvre !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Numéro 4 de la Revue Française des Méthodes Visuelles

Le dernier numéro (n°4) de la Revue Française des Méthodes visuelles est en ligne ! Il est intitulé “Migration[s] en images : renouveler le regard” et édité par la MSHA, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

https://rfmv.fr/numeros/4/

Suite à la journée d’étude du 27 février 2018, organisée dans le cadre de l’atelier MMV (Médias et méthodes visuelles) et dédiée aux Migration[s] en images, nous avons souhaité coordonner ce numéro en associant les méthodes visuelles et les problématiques migratoires au prisme de différentes interprétations disciplinaires des sciences humaines et sociales. Souhaitant nous éloigner des discours médiatiques en proposant d’autres représentations des migrations et des personnes qui en sont issues, nous avons voulu inviter les chercheurs à engager une réflexion sur l’utilisation cumulée de méthodes visuelles aux côtés des méthodes d’enquête qualitatives traditionnelles – observation et entretien. Ce dossier est ainsi conçu comme un espace de réflexion méthodologique sur les usages des outils visuels, et en particulier des images fixes et animées dans les travaux de sciences sociales portant sur les personnes en situation de migration.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La carte sensible, la cartographie créative et l’itinéraire dans le carnet de voyage

Le carnet de voyage rassemble des images composées et combinées qui allient tous types d’images et différents arts graphiques. Sa lecture est complexe, sans langage propre comme la bande dessinée. Le lien texte-image est une caractéristique et parfois le texte rentre dans la composition de l’image. Aussi, en créant un carnet de voyage, comment penser la création d’une image comme narration visuelle? Quel type d’image peut accompagner le cheminement du voyage? Comment intégrer l’image didactique dans la composition d’un carnet de voyage ? Puisque l’image est centrale dans la narration « carnet de voyage », quelques réflexions émergent en tant que carnettiste : Comment penser la production à la fois visuelle et graphique ? Comment élaborer sa pensée visuelle ? Comment se projeter dans le voyage et organiser la narration centrée sur l’itinéraire et le cheminement mental et physique ?

Nous pensons à plusieurs hypothèses de transcriptions narratives :

  • L’itinéraire du voyage part du point de départ au point d’arrivée, comme le propose le chemin de fer de l’ouvrage
  • L’itinéraire peut suivre un cheminement sur les pas de…un écrivain, un artiste, un savant…
  • Il se traduit par la mention du lieu ou de la date (journal de bord) 
  • Il se montre en image grâce à la carte de l’itinéraire ou la géolocalisation.

Or, la carte dans toute sa diversité typologique, accompagne les trois stades de la narration du voyage :

  •  Avant le voyage : la carte des imaginaires pour travailler sur les représentations mais aussi la carte mentale de ses représentations à partir d’une démarche heuristique propre à la médiation en vue de l’apprentissage (pédagogie).
  • Pendant le voyage : la carte sensible pour percevoir par les 5 sens et retranscrire son expérience personnelle voir intime.
  • Après le voyage : le sketchnote pour expliciter sa pensée visuelle, pour exercer son esprit critique et vérifier l’information.

« Il n’y a pas de cartographe qui n’imagine le monde avant de le représenter » comme le souligne Gilles A. Tiberghien. C’est donc à travers le mapping, la pratique et l’invention des procédures cartographiques que l’imaginaire constructif du cartographe est le plus performant. C’est le propre de toute représentation d’opérer sur les deux registres cognitif et fictif. Ainsi, la carte sensible est une forme de cartographie « libérée » des codes habituels de représentation (échelle, couleurs des légendes, orientation, etc). A partir de l’observation in situ, de la mémoire du lieu et des ambiances saisies, des impressions et du ressenti se réalise la « carte sensible » qui est une synthèse complexe et multidimensionnelle (l’habitat, le quartier, le paysage urbain, les perceptions). Elle utilise à la fois les méthodes de la géographie, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’art. Les « cartes mentales » sont issues de déplacements dans des villes, donc du déplacement du corps dans l’espace pour fixer la mémoire du trajet.

La prise de notes visuelles, sous forme de dessins, de schémas, de graphismes et de textes, est une manière efficace de s’approprier une information, donc afin d’expliciter et d’analyser l’expérience vécue sur le terrain ou en voyage. Le Sketchnoting est une méthode de prise de notes mêlant l’écrit et le dessin, utilisée le plus souvent « en live », c’est à dire réalisée en direct lors d’un événement (une conférence, une interview, un concert, une réunion etc.). Cette technique est appelée « facilitation graphique » comme le scribing (ou graphic recording), le mindmapping, etc. Des études scientifiques dans le domaine de la créativité mettent l’accent sur la visualisation comme essentielle à la créativité car elle inclut la capacité à « manipuler mentalement les images et les idées » (Davis, 2004, p. 101).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Appel à contribution pour la Revue Française des Méthodes Visuelles

La Revue Française des Méthodes Visuelles lancée en 2017  par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, tout en reconnaissant la part prépondérante de la photographie et du cinéma dans l’évolution des pratiques de recherche, reste ouverte à d’autres types de méthodes (audio)visuelles. Et si les chercheurs peuvent se revendiquer de la sociologie visuelle ou de l’anthropologie visuelle, ils peuvent aussi s’inscrire dans d’autres disciplines, comme les sciences de l’informatioon – communication, entre autres : https://rfmv.fr/

Cet appel à contributions n° 5 sur le sujet “Images interactives et nouvelles écritures” invite les chercheuses et chercheurs à proposer des articles qui traitent de l’utilisation précise de méthodes visuelles se traduisant par des productions de recherche constituée d’images interactives (Ex : webdocumentaire de recherche ; dispositif immersif de recherche avec casques et écouteurs). La Revue Française des Méthodes Visuelles est également intéressée par des propositions de réflexion critique avec prise de recul épistémologique, tant dans la durée que dans la diversité des formes numériques qui se revendiquent des méthodes visuelles.

Calforpaper RFMV5 FR-ESP-ENG-Prolongation

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de géographe et carnet de recherche : la force du dessin

Lors de la manifestation “Carnet de voyage, une écriture du monde” du 1er décembre 2019, la rencontre avec Victor Gurrey et Christian Seignobos, animée par Stéphanie Pichon autour des livres Une saison de chasse en Alaska et Des mondes oubliés, a mis en lumière la démarche ethnographique. Ainsi, quelques questions ont guidé le fil de la conférence : 

Comment garder la mémoire du patrimoine immatériel ? Comment un carnet ethnographique évoque t-il la vie quotidienne et les pratiques culturelles des peuples autochtones ? Comment le carnettiste devient-il anthropologue et pourquoi ? Pourquoi publier un carnet de voyage? De la recherche au reportage, comment retranscrire son point de vue sur la disparition de pratiques culturelles ?

Géographe, Christian Seignobos travaille sur de nombreux thèmes de recherche. Sa démarche historique et anthropologique le positionne comme l’un des spécialistes des grandes mutations environnementales et géopolitiques en Afrique centrale et comme un expert reconnu de la situation de crise dans la région du lac Tchad. Par ailleurs, dessinateur accompli et passionné, il a toujours rempli ses carnets de terrain de plans, croquis et portraits.

Ce chercheur a publié son carnet de recherches accumulées pendant cinquante ans passés au coeur du bassin du Lac Tchad. Cette véritable Thèse de Doctorat en géographie – ethnologie démontre la force du dessin et du relevé. La précision des détails au crayon permet d’expliciter le propos et de démontrer l’importance de la représentation visuelle dans un travail ethnographique et de géographe sur le terrain. La force intemporelle du dessin apporte une valeur mémorielle à ce carnet de récolte (Théodore Monod) mais aussi au témoignage du vécu et du terrain de recherche. Aussi, une part d’intime se glisse t-elle dans la recherche scientifique sur ces “mondes oubliés d’Afrique”. Le médium du dessin est adapté au contexte afin de constituer une trace et non de capturer l’instant comme la photographie le permet. Dessiner in situ c’est créer son corpus de recherche et le penser comme objet d’étude et d’analyse dès l’observation. Les détails mis en avant sont ceux qui guideront la réflexion à postériori. https://www.editions.ird.fr/auteur/61/Christian%20Seignobos

Victor Gurrey est dessinateur et s’est intéressé avec Zoé Lamazou à l’Alaska car la fonte de la banquise attise la convoitise des acteurs de l’industrie pétrolière, qui se lancent dans des campagnes de forage exploratoire. La vie des Inupiat qui pratique la chasse est bouleversée. Comme un reporter, Victor Gurrey a élaboré un travail d’investigation afin de réaliser un reportage, en textes et en images (dessins et photographies) intitulé Une saison de chasse en Alaska. Un webdocumentaire permet médiatiser ce patrimoine culturel immatériel en mutation.

https://www.revue-boutsdumonde.com/web-doc-de-zoe-lamazou-victor-gurrey/

http://awhalingseasoninalaska.com/fr/#0-INTRO

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Méthodes Visuelles en SHS : images animées

Le numéro 2 de la Revue Française des Méthodes Visuelles intitulé “Méthodes Visuelles, de quoi parle-t-on ? Images animées vient de paraître :

https://rfmv.fr/numeros/2/

La seconde partie du dossier inaugural « Méthodes visuelles, de quoi parle-t-on ? » propose d’interroger l’usage des images animées. Poursuivant l’objectif de mettre en discussion les méthodes de travail des chercheurs avec les images, quatre contributions explorent la pratique du film. Entretiens filmés, films de recherche, films de chercheur, projets audiovisuels : la diversité des termes fait écho à la diversité des manières d’envisager le rôle des images et montre, là encore, que les méthodes visuelles constituent un foyer d’innovation pour la recherche, mais aussi une source de questionnement sur le développement et la transmission des savoirs. Apprendre à faire des images animées et les mettre à profit d’objectifs de connaissance et de formation constituent des enjeux actuels pour beaucoup de disciplines scientifiques. De la prise de vue jusqu’à la diffusion des images en ligne, les contributions réunies dans ce numéro évoquent les différents temps de la pratique des images animées. Mis en parallèle avec le premier numéro, les articles du dossier ouvrent l’argument des spécificités de la vidéo et de l’écriture filmique, tout en montrant à nouveau les réflexions méthodologiques et épistémologiques transversales qui doivent accompagner la pratique des images, fixes comme animées.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Colloque de Cerisy-la-Salle “Saisir le rapport affectif aux lieux”

Argumentaire du colloque international “Saisir le rapport affectif aux lieux” du Centre Culturel International de Cerisy du vendredi 15 juin au vendredi 22 juin 2018 :

Se dirige-t-on vers une fabrique affective des lieux? Qu’il s’agisse d’architectes, de designers, d’économistes, de géographes, de paysagistes, de sociologues, d’urbanistes, d’artistes ou d’habitants, nombreux sont ceux qui, au niveau conceptuel ou pratique, manifestent un intérêt vis-à-vis du rapport affectif aux lieux. Toutefois, si les discours en ce sens se multiplient, les difficultés rencontrées sont importantes lorsqu’il s’agit de capter, comprendre, mobiliser ou encore susciter les émotions et les sentiments tant — entre aimer et ne pas aimer, témoigner de l’indifférence ou de la détestation — l’éventail est large et les mécanismes complexes. En outre, les termes employés qualifient autant la personne qui formule un sentiment, que les lieux concernés et la relation elle-même.

Questionnant la possibilité d’une fabrique affective des lieux, ce colloque a deux objectifs. Le premier consiste à saisir le rapport affectif aux lieux: d’une part, en tentant une clarification des dimensions du champ de l’affectif; d’autre part, en confrontant les méthodes scientifiques et les démarches engagées par les acteurs de terrain pour y parvenir. Le second objectif entend aborder les raisons et manières de se saisir de ce rapport affectif pour la transformation des espaces habités. Quelle place lui accorder? Dans quel but? Est-il possible, souhaitable, d’atteindre une certaine amabilité des lieux? Quels en sont les risques? Comment passer du savoir au faire et au savoir-faire?

Au cœur de ce faisceau d’interrogations, les échanges revêtiront des modalités diverses, de la communication suivie d’un débat à l’atelier in situ, de la table ronde à l’arpentage de terrain, mobilisant des compétences très diverses, académiques, opérationnelles, habitantes.

Découvrir le programme en ligne : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/lieux18.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de terrain et carnet ethnographique : approche sensible et construction du territoire

La semaine du développement local consacrée aux “territoires et à leur connaissance : quels acteurs, techniques et outils ?” s’est déroulée du 15 au 19 janvier 2018; elle a permis aux étudiants de l’IUT Bordeaux – Montaigne d’exposer leurs carnets d’enquête de terrain sur la ligne C du tram de la ville de Bordeaux. Le carnet d’enquête est en effet un outil pour une connaissance sensible d’un territoire. Afin de rendre complémentaires les disciplines de Géographie sociale et de Littérature, Jean-Luc Richelle et Emilie Fort-Ortet ont lancé l’expérience “carnet d’enquête” avec une trentaine d’étudiants de deuxième année en animation sociale et socio-culturelle de la filière ASSC “Développement local et interculturel”. Dans le cadre de cette spécialisation, ils apprennent à réaliser une enquête de terrain afin d’identifier “les ressources spatiales et sociales d’un territoire, observer et analyser les actions et acteurs porteurs de dynamique sociale”, comme le définit Jean-Luc Richelle. Les quartiers des arrêts de la ligne du Tram C ont été définis comme terrains d’enquête. Et, après plusieurs semaines d’enquête in situ, les étudiants ont remis leur carnet et en ont fait une présentation orale. Une pédagogie de l’émancipation est prônée à partir de la démarche des carnets d’enquête d’Emile Zola qui reposent sur trois aspects : la sensorialité (ce que l’on voit du terrain), l’observation (ce que l’on sait et apprend du terrain) et la réciprocité art et enquête (indices collectés et rendus en arts graphiques). Sous la responsabilité de l’enseignante Chantal Crenn, certains ont aussi réalisé un “diagnostiK ethnophotographiK” sensible sur la cité du Dorat.

http://www.iut.u-bordeaux-montaigne.fr/2013/01/15/semaine-du-developpement-local-a-lire-a-voir/

Voir les articles publiés sur ce projet universitaire : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/51887

  • Dépasser les empêchements . Jean-Luc Richelle, Emilie Fort-Ortet. Le Nouvel Educateur, n°236, février 2018, ICEM Pédagogie Freinet.
  • Accompagner l’auto-émancipation en formation universitaire. Jean-Luc Richelle, Emilie Fort-Ortet. Le Nouvel Educateur, n°233, juin 2017, ICEM Pédagogie Freinet.

Mon intervention intitulée Carnet de terrain et carnet ethnographique : approche sensible et construction du territoire a tenté d’expliciter l’intérêt du carnet d’apprentissage pour l’étudiant et celui du carnet de recherche pour le chercheur. Dans la lignée de l’ouvrage La pratique du journal : l’enquête au quotidien de Remi Hess (Anthropos, 1998), le carnet est un outil de démarche ethnographique pour les sciences humaines et sociales. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de reporter des faits et d’en témoigner, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ.  Le carnet d’apprentissage, du carnet de recherche ou de terrain, est un document primaire de données brutes qu’il soit carnet ethnographique, carnet sociologique ou carnet de géographie.

La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie (La description ethnographique. François Laplantine). L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie publié en 1947. Dès 1934, dans ses carnets de récoltes, Théodore Monod transcrit sa méthode des relevés dans tous les domaines : géologie, faune, flore, étude d’objets quotidiens, vocabulaire de la langue touareg. Toute pratique, qui manifeste une identité collective, est susceptible d’être étudiée par l’ethnologue. Dès 1989, Marc Augé avec son étude du marché de l’immobilier de luxe, brouille les frontières entre ethnologie et sociologie afin de lancer une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien » qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994. L’artiste carnettiste Elsie Herberstein l’applique dans son carnet intitulé Viens chez moi, j’habite dehors publié en 1994.

         Depuis 2005, Les Carnettistes Tribulants lancent le carnet de reportage-interview, d’approche sociologique, à travers deux carnets : Vivre vieux : carnets de rencontres et Paysannes : carnet de rencontres avec des femmes engagées. Dans le premier carnet, le collectif a abordé sans tabou la question de la vieillesse à contre-courant du discours dominant. Après avoir partagé la vie quotidienne de retraité(e)s, ils recueillent en mots et en images leur art de vieillir : leurs activités, leurs lieux de vie et leurs passions. Damien Roudeau croque la vie de 140 travailleurs du port de Brest dans Brest à quai : carnet de bord des travailleurs du port de Nicolas Le Roy.

Plan de l’intervention :

  1. Des carnets de terrain, ethnographique et sociologique : démarches ethnographique , heuristique et de recherche
  2. L’approche sensible : arts graphique (photo, dessin) et sens, cartographie sensible et géographie subjective.
  3. La construction du territoire et la prise en compte des habitants : de la géographie sociale, « géographie – cartographie sensible »
  4. Une typologie de carnets / développement local (projet urbain, tourisme, environnement, interculturalités…)

Le Centre des Ressources de l’IUT a proposé de réaliser l’acquisition de la vingtaine de carnets proposée comme corpus : voir la table de présentation à la fin de l’intervention que les étudiants ont beaucoup appréciée, si curieux de les feuilleter !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de terrain : de la recherche in situ

Des mondes oubliés : carnets d’Afrique. Christian Seignobos. Parenthèses, IRD, 2017.
En près de cinquante ans passés au coeur du bassin du lac Tchad, le géographe Christian Seignobos a vu son terrain et son métier se métamorphoser. Nourri par ce parcours, cet ouvrage rassemble un vaste corpus de dessins et de textes originaux, comme autant de témoignages d’une pratique personnelle et professionnelle de la recherche. Architecture, agriculture, élevage, pêche, faune sauvage, mais aussi arrivée et progression des insécurités entre Cameroun, République centrafricaine et Nigeria : l’extrême variété des thèmes abordés traduit les différentes manières de faire et d’écrire les sciences humaines. Replaçant toujours l’homme au centre de son histoire et de son environnement, ces pages sont aussi et surtout, à travers les voix et les visages des informateurs et des interprètes, la chronique d’une Afrique qui se raconte.

https://www.editionsparentheses.com/IMG/pdf/p315_mondes_oublies_extraits.pdf

Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, exploration (1800 – 1960), exposition du 13 avril au 19 septembre 2016 – Hôtel de Soubise site de Paris. Catalogue de l’exposition sous la direction de Pascal Riviale, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2016, 197 p.

Cette exposition entend lever le voile sur cet « envers du décor » des voyages scientifiques ou documentaires montés depuis la France entre 1800 et 1960. Elle s’organise autour des trois temps du voyage : sa préparation, son déroulement et finalement ses retombées scientifiques, politiques ou médiatiques. L’exposition est l’occasion de présenter au public des fonds des Archives nationales peu connus, voire totalement inédits, provenant de diverses administrations ou déposés par des particuliers : ministère de la Marine, service des missions scientifiques du ministère de l’Instruction publique, Muséum national d’Histoire naturelle et autres organismes scientifiques, musées nationaux, Maison de France, etc. Elle bénéficie en outre de prêts de quelques grandes institutions comme le musée du quai Branly, le Muséum national d’Histoire naturelle, le Conservatoire national des arts et métiers et la bibliothèque Éric-de-Dampierre (Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, René-Ginouvès, à Nanterre).

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/documents/10157/11361/Dossier+de+presse_exposition_DES+VOYAGEURS_bd.pdf/22d51b83-2b6f-4438-8ea8-168f0023ca3c

Ateliers pédagogiques :

Carnets de voyages, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine
La visite de l’exposition permet au jeune public d’appréhender les grandes thématiques du voyage d’exploration  : sa préparation, son déroulé et sa restitution sous forme de lettres, carnets ou mémoires. En salle d’atelier, les élèves sont invités, à partir d’une sélection de documents choisis, à rédiger un carnet de voyage sous le mode autobiographique.

Dans l’atelier du cartographe, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine.
L’observation et l’analyse du corpus de cartes exposé permettent aux élèves d’appréhender les procédés techniques et les fondements de l’élaboration des cartes depuis le XVIIIe siècle. Géographes de cabinet, ils réalisent ensuite une carte selon ces techniques anciennes.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Journée professionnelle sur le carnet naturaliste, une exploration du monde

Les Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde reviennent en 2017 pour une 3e édition les 2 et 3 décembre au Marché des Douves à Bordeaux !

Cette 3e édition fera une place d’honneur aux carnets naturalistes, ces beaux objets littéraires illustrés par des carnettistes qui accompagnent des expéditions contemporaines à visée scientifique, zoologique et/ou botanique, qui participent à la sensibilisation et à la protection de l’environnement.

https://lettresdumonde33.com/3e-edition-2017/

Une demi-journée professionnelle sur “Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation” aura lieu le vendredi 1er décembre (14H – 17H). Elle s’adresse en priorité aux bibliothécaires et professeurs-documentalistes.
Elle s’inscrit dans le cadre de la manifestation culturelle “Carnet de voyage, une écriture du monde” qui se déroulera le week-end du 2 et 3 décembre au Marché des Douves sur Bordeaux (Capucins).
L’inscription en ligne est obligatoire.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet dessiné et les usages du dessin en recherche

Depuis l’époque des Grandes Découvertes et les compte-rendu d’expédition, les techniques graphiques ont fait une large place aux sciences et aux notions de terrain, recourant aux méthodes visuelles et à l’image analytique ou explicative. Elles s’insèrent dans la démarche scientifique, de l’observation à l’inventaire ou à la récolte, mais aussi dans le compte-rendu de recherche et dans la vulgarisation des connaissances. Nous souhaiterions montrer comment le chercheur peut inscrire le carnet de recherche dans sa pratique et l’intérêt que peut avoir le dessin dans le carnet de terrain qu’il soit carnet de nature (de biologie et de géologie), carnet de la terre (de géographie et de géologie), carnet de patrimoine (d’architecture et d’archéologie), carnet de l’homme (d’anthropologie et de sociologie) avec chacun sa spécificité, selon une terminologie proposée.

Le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche. Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi de terrains, d’expériences et de rencontres, en vue de restituer des faits et d’en témoigner. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ. Comprenant les fonctions de l’image (explicative et informative) et déclinant un panel de techniques créatives (des arts graphiques aux arts visuels au service des sciences de l’homme), le carnet de recherche consigne textes et images, relevés, inventaires, représentations visuelles (carte, schéma, topogramme…), découvertes et observations issues du terrain mais aussi des réflexions au quotidien dans une pratique du carnet nécessaire à la démarche de recherche. Il peut se décliner sur tous les supports audio-visuels (cinéma avec les films-essais ou “appunti”) sonores et numériques (blogs, sites web, wikis…) dans une intermédialité du carnet qui évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue (du chercheur au praticien ou au professionnel). Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet, de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation. Il se décline selon quatre objectifs (recherche, professionnalisation, inspiration créative et éveil), parfois convergents, en fonction du niveau de mise en pratique et du point de vue de l’auteur, chercheur, étudiant, artiste ou élève. Ainsi, l’outil devient carnet de terrain, carnet d’apprentissage, carnet d’esquisse ou carnet d’éveil selon les orientations de l’auteur.

Le carnet de recherche est en effet à la fois un carnet de mémoire et d’observation et un carnet de projet et d’enquête. Ainsi la collecte, l’inventaire, l’observation, le relevé constituent une banque de données personnelles qui facilite la projection, l’innovation et la créativité. Nous pourrions décrire la démarche en six temps (Argod, 2014) : observation et perception sur le terrain, interprétation et démarche heuristique, retranscription en texte et en images, vérification et va-et-vient entre théorie et terrain, élaboration du document secondaire et diffusion du carnet. Le carnet mobilise en effet la découverte du réel par les sens, le questionnement et l’imaginaire qui permet la retranscription ou la construction de symboles et met en jeu la créativité. Outil personnel de recherche et d’inspiration, ce carnet serait donc une mémoire structurée du vécu qui permettrait de se projeter dans l’avenir. En effet, il affine le regard, éveille aux émotions, met la pensée en mouvement et sensibilise à l’esprit critique.

La diversité du carnet scientifique est fonction du destinataire (soi-même, chercheurs, étudiants ou grand public) et de l’objectif visé par la discipline scientifique qu’il s’agisse de publication ou de vulgarisation, mais aussi du type de média utilisé (carnet papier, article, ouvrage ou numérique comme le blog ou le site web). La pratique du carnet dessiné est liée à l’épistémologie des sciences de l’homme, de la discipline étudiée et à une démarche de recherche, notamment en sociologie visuelle (Chauvin, Reix, 2015). La longue tradition du carnet de terrain s’ouvre aujourd’hui aux développements du numérique (tablettes, écrans, images animées, rendu 3 D, simulations, image de synthèse, mindmap). Cette pratique soulève de nombreuses questions que nous ne pourrons toutes envisager : est-elle toujours d’actualité pour le chercheur sur le terrain à l’heure des nouveaux médias ? En quoi le carnet dessiné est-il un outil et une méthode pour le chercheur et un médium adapté à la recherche et au terrain, formatif et efficient ? Quels sont les types de carnets encore usités et dans quelle science humaine et sociale ? Quel est le rôle du dessin en tant « qu’objet d’interaction » lors de l’étude de terrain ? Quel statut lui est conféré dans un processus d’enquête participative ou collaborative et en quoi contribue-t-il à construire une relation particulière à l’objet d’étude sur le terrain ? Notre intérêt se portera plus particulièrement sur les carnets de patrimoine et liés aux disciplines SHS : les croquis, rough ou notes visuelles, peuvent être utiles en phase exploratoire. Trait après trait ils reconstituent et opèrent des choix dans les détails dessinés, comme “graphique épurateur” (Piette, 1992; Chauvin & Reix, 2009) ou apporter un « gain de réflexivité » (Du et Meyer, 2008) en permettant de continuer l’observation « hors-terrain », d’autant plus que le processus de la vision englobe les mécanismes du raisonnement (Arnheim, 1997). A ces deux points de vue opposés, s’ajoute ce que peut apporter l’étude de la trame narrative et le ressenti du lecteur – spectateur.

Nous étudierons donc le contexte de la pratique du dessin, qu’il soit témoignage du réel ou mise en projet/projection :

  • d’une part, l’observation participante dans le carnet de l’ethnologue-anthropologue, le reportage graphique en sociologie, le carnet de reportage avec l’art du portrait en sciences de l’information-communication,
  • d’autre part le dessin d’architecture 3D en archéologie, le projet de création en architecture-paysagisme, la représentation de l’espace et de concepts en géographie, le carnet de voyage en sciences de l’éducation.

Comme le dessin facilite l’explication, l’observation et la visualisation, il semble pertinent de distinguer la diversité des fonctions du dessin scientifique qu’il soit conceptuel, d’observation ou participatif, puis de caractériser l’image graphique dans le carnet de terrain. Son analyse peut porter sur cinq aspects : la fonction de l’image, la composition de l’image, le lien texte-image, la carte mentale ou narration, la place de l’auteur. Le dessin est un atout pour la recherche car il inscrit le sensible et l’intime dans la démarche, et la restitution comme modalité d’enquête et comme « fabrique du patrimoine ». De plus, la pensée visuelle (Wigan, 2008) afin de concevoir un projet et le carnet en vue de l’apprentissage sur le terrain favorisent l’usage graphique et en font un outil de recherche indéniable.

  1. De l’image à l’explication, de l’observation à la visualisation
  2. Le carnet dessiné in situ, outil et méthode pour les chercheurs : témoignage du réel et relevé comme modalité d’enquête
  3. Le carnet de projection-conception, un outil pour la créativité : la pensée visuelle et la mise en projet / réalisation

Voir la carte heuristique accompagnant l’article de recherche : Le carnet dessiné, une méthode visuelle en sciences humaines et sociales

https://www.mindomo.com/fr/mindmap/le-carnet-dessine-une-methode-visuelle-en-shs-2e2d3754bc5f454380c5d8e846dfb447

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts