Colloque de Cerisy-la-Salle « Saisir le rapport affectif aux lieux »

Argumentaire du colloque international « Saisir le rapport affectif aux lieux » du Centre Culturel International de Cerisy du vendredi 15 juin au vendredi 22 juin 2018 :

Se dirige-t-on vers une fabrique affective des lieux? Qu’il s’agisse d’architectes, de designers, d’économistes, de géographes, de paysagistes, de sociologues, d’urbanistes, d’artistes ou d’habitants, nombreux sont ceux qui, au niveau conceptuel ou pratique, manifestent un intérêt vis-à-vis du rapport affectif aux lieux. Toutefois, si les discours en ce sens se multiplient, les difficultés rencontrées sont importantes lorsqu’il s’agit de capter, comprendre, mobiliser ou encore susciter les émotions et les sentiments tant — entre aimer et ne pas aimer, témoigner de l’indifférence ou de la détestation — l’éventail est large et les mécanismes complexes. En outre, les termes employés qualifient autant la personne qui formule un sentiment, que les lieux concernés et la relation elle-même.

Questionnant la possibilité d’une fabrique affective des lieux, ce colloque a deux objectifs. Le premier consiste à saisir le rapport affectif aux lieux: d’une part, en tentant une clarification des dimensions du champ de l’affectif; d’autre part, en confrontant les méthodes scientifiques et les démarches engagées par les acteurs de terrain pour y parvenir. Le second objectif entend aborder les raisons et manières de se saisir de ce rapport affectif pour la transformation des espaces habités. Quelle place lui accorder? Dans quel but? Est-il possible, souhaitable, d’atteindre une certaine amabilité des lieux? Quels en sont les risques? Comment passer du savoir au faire et au savoir-faire?

Au cœur de ce faisceau d’interrogations, les échanges revêtiront des modalités diverses, de la communication suivie d’un débat à l’atelier in situ, de la table ronde à l’arpentage de terrain, mobilisant des compétences très diverses, académiques, opérationnelles, habitantes.

Découvrir le programme en ligne : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/lieux18.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de terrain et carnet ethnographique : approche sensible et construction du territoire

La semaine du développement local consacrée aux « territoires et à leur connaissance : quels acteurs, techniques et outils ? » s’est déroulée du 15 au 19 janvier 2018; elle a permis aux étudiants de l’IUT Bordeaux – Montaigne d’exposer leurs carnets d’enquête de terrain sur la ligne C du tram de la ville de Bordeaux. Le carnet d’enquête est en effet un outil pour une connaissance sensible d’un territoire. Afin de rendre complémentaires les disciplines de Géographie sociale et de Littérature, Jean-Luc Richelle et Emilie Fort-Ortet ont lancé l’expérience « carnet d’enquête » avec une trentaine d’étudiants de deuxième année en animation sociale et socio-culturelle de la filière ASSC « Développement local et interculturel ». Dans le cadre de cette spécialisation, ils apprennent à réaliser une enquête de terrain afin d’identifier « les ressources spatiales et sociales d’un territoire, observer et analyser les actions et acteurs porteurs de dynamique sociale », comme le définit Jean-Luc Richelle. Les quartiers des arrêts de la ligne du Tram C ont été définis comme terrains d’enquête. Et, après plusieurs semaines d’enquête in situ, les étudiants ont remis leur carnet et en ont fait une présentation orale. Une pédagogie de l’émancipation est prônée à partir de la démarche des carnets d’enquête d’Emile Zola qui reposent sur trois aspects : la sensorialité (ce que l’on voit du terrain), l’observation (ce que l’on sait et apprend du terrain) et la réciprocité art et enquête (indices collectés et rendus en arts graphiques). Sous la responsabilité de l’enseignante Chantal Crenn, certains ont aussi réalisé un « diagnostiK ethnophotographiK » sensible sur la cité du Dorat.

http://www.iut.u-bordeaux-montaigne.fr/2013/01/15/semaine-du-developpement-local-a-lire-a-voir/

Voir les articles publiés sur ce projet universitaire : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/51887

  • Dépasser les empêchements . Jean-Luc Richelle, Emilie Fort-Ortet. Le Nouvel Educateur, n°236, février 2018, ICEM Pédagogie Freinet.
  • Accompagner l’auto-émancipation en formation universitaire. Jean-Luc Richelle, Emilie Fort-Ortet. Le Nouvel Educateur, n°233, juin 2017, ICEM Pédagogie Freinet.

Mon intervention intitulée Carnet de terrain et carnet ethnographique : approche sensible et construction du territoire a tenté d’expliciter l’intérêt du carnet d’apprentissage pour l’étudiant et celui du carnet de recherche pour le chercheur. Dans la lignée de l’ouvrage La pratique du journal : l’enquête au quotidien de Remi Hess (Anthropos, 1998), le carnet est un outil de démarche ethnographique pour les sciences humaines et sociales. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de reporter des faits et d’en témoigner, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ.  Le carnet d’apprentissage, du carnet de recherche ou de terrain, est un document primaire de données brutes qu’il soit carnet ethnographique, carnet sociologique ou carnet de géographie.

La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie (La description ethnographique. François Laplantine). L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie publié en 1947. Dès 1934, dans ses carnets de récoltes, Théodore Monod transcrit sa méthode des relevés dans tous les domaines : géologie, faune, flore, étude d’objets quotidiens, vocabulaire de la langue touareg. Toute pratique, qui manifeste une identité collective, est susceptible d’être étudiée par l’ethnologue. Dès 1989, Marc Augé avec son étude du marché de l’immobilier de luxe, brouille les frontières entre ethnologie et sociologie afin de lancer une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien » qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994. L’artiste carnettiste Elsie Herberstein l’applique dans son carnet intitulé Viens chez moi, j’habite dehors publié en 1994.

         Depuis 2005, Les Carnettistes Tribulants lancent le carnet de reportage-interview, d’approche sociologique, à travers deux carnets : Vivre vieux : carnets de rencontres et Paysannes : carnet de rencontres avec des femmes engagées. Dans le premier carnet, le collectif a abordé sans tabou la question de la vieillesse à contre-courant du discours dominant. Après avoir partagé la vie quotidienne de retraité(e)s, ils recueillent en mots et en images leur art de vieillir : leurs activités, leurs lieux de vie et leurs passions. Damien Roudeau croque la vie de 140 travailleurs du port de Brest dans Brest à quai : carnet de bord des travailleurs du port de Nicolas Le Roy.

Plan de l’intervention :

  1. Des carnets de terrain, ethnographique et sociologique : démarches ethnographique , heuristique et de recherche
  2. L’approche sensible : arts graphique (photo, dessin) et sens, cartographie sensible et géographie subjective.
  3. La construction du territoire et la prise en compte des habitants : de la géographie sociale, « géographie – cartographie sensible »
  4. Une typologie de carnets / développement local (projet urbain, tourisme, environnement, interculturalités…)

Le Centre des Ressources de l’IUT a proposé de réaliser l’acquisition de la vingtaine de carnets proposée comme corpus : voir la table de présentation à la fin de l’intervention que les étudiants ont beaucoup appréciée, si curieux de les feuilleter !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de terrain : de la recherche in situ

Des mondes oubliés : carnets d’Afrique. Christian Seignobos. Parenthèses, IRD, 2017.
En près de cinquante ans passés au coeur du bassin du lac Tchad, le géographe Christian Seignobos a vu son terrain et son métier se métamorphoser. Nourri par ce parcours, cet ouvrage rassemble un vaste corpus de dessins et de textes originaux, comme autant de témoignages d’une pratique personnelle et professionnelle de la recherche. Architecture, agriculture, élevage, pêche, faune sauvage, mais aussi arrivée et progression des insécurités entre Cameroun, République centrafricaine et Nigeria : l’extrême variété des thèmes abordés traduit les différentes manières de faire et d’écrire les sciences humaines. Replaçant toujours l’homme au centre de son histoire et de son environnement, ces pages sont aussi et surtout, à travers les voix et les visages des informateurs et des interprètes, la chronique d’une Afrique qui se raconte.

https://www.editionsparentheses.com/IMG/pdf/p315_mondes_oublies_extraits.pdf

Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, exploration (1800 – 1960), exposition du 13 avril au 19 septembre 2016 – Hôtel de Soubise site de Paris. Catalogue de l’exposition sous la direction de Pascal Riviale, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2016, 197 p.

Cette exposition entend lever le voile sur cet « envers du décor » des voyages scientifiques ou documentaires montés depuis la France entre 1800 et 1960. Elle s’organise autour des trois temps du voyage : sa préparation, son déroulement et finalement ses retombées scientifiques, politiques ou médiatiques. L’exposition est l’occasion de présenter au public des fonds des Archives nationales peu connus, voire totalement inédits, provenant de diverses administrations ou déposés par des particuliers : ministère de la Marine, service des missions scientifiques du ministère de l’Instruction publique, Muséum national d’Histoire naturelle et autres organismes scientifiques, musées nationaux, Maison de France, etc. Elle bénéficie en outre de prêts de quelques grandes institutions comme le musée du quai Branly, le Muséum national d’Histoire naturelle, le Conservatoire national des arts et métiers et la bibliothèque Éric-de-Dampierre (Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, René-Ginouvès, à Nanterre).

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/documents/10157/11361/Dossier+de+presse_exposition_DES+VOYAGEURS_bd.pdf/22d51b83-2b6f-4438-8ea8-168f0023ca3c

Ateliers pédagogiques :

Carnets de voyages, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine
La visite de l’exposition permet au jeune public d’appréhender les grandes thématiques du voyage d’exploration  : sa préparation, son déroulé et sa restitution sous forme de lettres, carnets ou mémoires. En salle d’atelier, les élèves sont invités, à partir d’une sélection de documents choisis, à rédiger un carnet de voyage sous le mode autobiographique.

Dans l’atelier du cartographe, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine.
L’observation et l’analyse du corpus de cartes exposé permettent aux élèves d’appréhender les procédés techniques et les fondements de l’élaboration des cartes depuis le XVIIIe siècle. Géographes de cabinet, ils réalisent ensuite une carte selon ces techniques anciennes.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Journée professionnelle sur le carnet naturaliste, une exploration du monde

Les Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde reviennent en 2017 pour une 3e édition les 2 et 3 décembre au Marché des Douves à Bordeaux !

Cette 3e édition fera une place d’honneur aux carnets naturalistes, ces beaux objets littéraires illustrés par des carnettistes qui accompagnent des expéditions contemporaines à visée scientifique, zoologique et/ou botanique, qui participent à la sensibilisation et à la protection de l’environnement.

https://lettresdumonde33.com/3e-edition-2017/

Une demi-journée professionnelle sur « Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation » aura lieu le vendredi 1er décembre (14H – 17H). Elle s’adresse en priorité aux bibliothécaires et professeurs-documentalistes.
Elle s’inscrit dans le cadre de la manifestation culturelle « Carnet de voyage, une écriture du monde » qui se déroulera le week-end du 2 et 3 décembre au Marché des Douves sur Bordeaux (Capucins).
L’inscription en ligne est obligatoire.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet dessiné et les usages du dessin en recherche

Depuis l’époque des Grandes Découvertes et les compte-rendu d’expédition, les techniques graphiques ont fait une large place aux sciences et aux notions de terrain, recourant aux méthodes visuelles et à l’image analytique ou explicative. Elles s’insèrent dans la démarche scientifique, de l’observation à l’inventaire ou à la récolte, mais aussi dans le compte-rendu de recherche et dans la vulgarisation des connaissances. Nous souhaiterions montrer comment le chercheur peut inscrire le carnet de recherche dans sa pratique et l’intérêt que peut avoir le dessin dans le carnet de terrain qu’il soit carnet de nature (de biologie et de géologie), carnet de la terre (de géographie et de géologie), carnet de patrimoine (d’architecture et d’archéologie), carnet de l’homme (d’anthropologie et de sociologie) avec chacun sa spécificité, selon une terminologie proposée.

Le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche. Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi de terrains, d’expériences et de rencontres, en vue de restituer des faits et d’en témoigner. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ. Comprenant les fonctions de l’image (explicative et informative) et déclinant un panel de techniques créatives (des arts graphiques aux arts visuels au service des sciences de l’homme), le carnet de recherche consigne textes et images, relevés, inventaires, représentations visuelles (carte, schéma, topogramme…), découvertes et observations issues du terrain mais aussi des réflexions au quotidien dans une pratique du carnet nécessaire à la démarche de recherche. Il peut se décliner sur tous les supports audio-visuels (cinéma avec les films-essais ou « appunti ») sonores et numériques (blogs, sites web, wikis…) dans une intermédialité du carnet qui évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue (du chercheur au praticien ou au professionnel). Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet, de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation. Il se décline selon quatre objectifs (recherche, professionnalisation, inspiration créative et éveil), parfois convergents, en fonction du niveau de mise en pratique et du point de vue de l’auteur, chercheur, étudiant, artiste ou élève. Ainsi, l’outil devient carnet de terrain, carnet d’apprentissage, carnet d’esquisse ou carnet d’éveil selon les orientations de l’auteur.

Le carnet de recherche est en effet à la fois un carnet de mémoire et d’observation et un carnet de projet et d’enquête. Ainsi la collecte, l’inventaire, l’observation, le relevé constituent une banque de données personnelles qui facilite la projection, l’innovation et la créativité. Nous pourrions décrire la démarche en six temps (Argod, 2014) : observation et perception sur le terrain, interprétation et démarche heuristique, retranscription en texte et en images, vérification et va-et-vient entre théorie et terrain, élaboration du document secondaire et diffusion du carnet. Le carnet mobilise en effet la découverte du réel par les sens, le questionnement et l’imaginaire qui permet la retranscription ou la construction de symboles et met en jeu la créativité. Outil personnel de recherche et d’inspiration, ce carnet serait donc une mémoire structurée du vécu qui permettrait de se projeter dans l’avenir. En effet, il affine le regard, éveille aux émotions, met la pensée en mouvement et sensibilise à l’esprit critique.

La diversité du carnet scientifique est fonction du destinataire (soi-même, chercheurs, étudiants ou grand public) et de l’objectif visé par la discipline scientifique qu’il s’agisse de publication ou de vulgarisation, mais aussi du type de média utilisé (carnet papier, article, ouvrage ou numérique comme le blog ou le site web). La pratique du carnet dessiné est liée à l’épistémologie des sciences de l’homme, de la discipline étudiée et à une démarche de recherche, notamment en sociologie visuelle (Chauvin, Reix, 2015). La longue tradition du carnet de terrain s’ouvre aujourd’hui aux développements du numérique (tablettes, écrans, images animées, rendu 3 D, simulations, image de synthèse, mindmap). Cette pratique soulève de nombreuses questions que nous ne pourrons toutes envisager : est-elle toujours d’actualité pour le chercheur sur le terrain à l’heure des nouveaux médias ? En quoi le carnet dessiné est-il un outil et une méthode pour le chercheur et un médium adapté à la recherche et au terrain, formatif et efficient ? Quels sont les types de carnets encore usités et dans quelle science humaine et sociale ? Quel est le rôle du dessin en tant « qu’objet d’interaction » lors de l’étude de terrain ? Quel statut lui est conféré dans un processus d’enquête participative ou collaborative et en quoi contribue-t-il à construire une relation particulière à l’objet d’étude sur le terrain ? Notre intérêt se portera plus particulièrement sur les carnets de patrimoine et liés aux disciplines SHS : les croquis, rough ou notes visuelles, peuvent être utiles en phase exploratoire. Trait après trait ils reconstituent et opèrent des choix dans les détails dessinés, comme « graphique épurateur » (Piette, 1992; Chauvin & Reix, 2009) ou apporter un « gain de réflexivité » (Du et Meyer, 2008) en permettant de continuer l’observation « hors-terrain », d’autant plus que le processus de la vision englobe les mécanismes du raisonnement (Arnheim, 1997). A ces deux points de vue opposés, s’ajoute ce que peut apporter l’étude de la trame narrative et le ressenti du lecteur – spectateur.

Nous étudierons donc le contexte de la pratique du dessin, qu’il soit témoignage du réel ou mise en projet/projection :

  • d’une part, l’observation participante dans le carnet de l’ethnologue-anthropologue, le reportage graphique en sociologie, le carnet de reportage avec l’art du portrait en sciences de l’information-communication,
  • d’autre part le dessin d’architecture 3D en archéologie, le projet de création en architecture-paysagisme, la représentation de l’espace et de concepts en géographie, le carnet de voyage en sciences de l’éducation.

Comme le dessin facilite l’explication, l’observation et la visualisation, il semble pertinent de distinguer la diversité des fonctions du dessin scientifique qu’il soit conceptuel, d’observation ou participatif, puis de caractériser l’image graphique dans le carnet de terrain. Son analyse peut porter sur cinq aspects : la fonction de l’image, la composition de l’image, le lien texte-image, la carte mentale ou narration, la place de l’auteur. Le dessin est un atout pour la recherche car il inscrit le sensible et l’intime dans la démarche, et la restitution comme modalité d’enquête et comme « fabrique du patrimoine ». De plus, la pensée visuelle (Wigan, 2008) afin de concevoir un projet et le carnet en vue de l’apprentissage sur le terrain favorisent l’usage graphique et en font un outil de recherche indéniable.

  1. De l’image à l’explication, de l’observation à la visualisation
  2. Le carnet dessiné in situ, outil et méthode pour les chercheurs : témoignage du réel et relevé comme modalité d’enquête
  3. Le carnet de projection-conception, un outil pour la créativité : la pensée visuelle et la mise en projet / réalisation

Voir la carte heuristique accompagnant l’article de recherche : Le carnet dessiné, une méthode visuelle en sciences humaines et sociales

https://www.mindomo.com/fr/mindmap/le-carnet-dessine-une-methode-visuelle-en-shs-2e2d3754bc5f454380c5d8e846dfb447

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Parution de la Revue Française des Méthodes Visuelles

La Revue Française des Méthodes Visuelles est une revue pluridisciplinaire et ouverte à l’international. Elle est conçue comme un lieu de discussion et de recherche entre les disciplines sur les méthodes visuelles et, au-delà, sur l’ensemble des méthodes qui ne se limitent pas à l’écrit.

L’ambition de la revue est d’offrir un espace de dialogue aux sciences humaines et sociales et, ainsi, de construire progressivement une vision d’ensemble de ces méthodes. Les chercheurs sont de plus en plus nombreux à mobiliser l’image (fixe ou animée), ou d’autres méthodes alternatives à l’écrit, dans leurs pratiques professionnelles : les sciences de l’homme, comme toutes les sciences, ne sont pas seulement travaillées ou écrites avec des mots. Il s’agit désormais de se tourner vers ces pratiques pour tenter d’en comprendre les apports réels et d’enrichir la recherche et l’enseignement universitaires. https://rfmv.fr/projet-scientifique/

Le numéro n° 1 est paru début juillet 2017 :  MÉTHODES VISUELLES, DE QUOI PARLE-T-ON ? Images fixes   https://rfmv.fr/numeros/1/

Le numéro n°2 est en cours de réalisation pour une publication en 2018 et portera sur les Images animées. Un appel à contribution a été lancé par la MSHA, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La médiation du patrimoine : communications colloques – projets de recherche

  • Participation à sept projets de recherche (MICA de Bordeaux – Montaigne et ESPE d’Aquitaine) :

1- Projet MEDIANUM (2016-2018 sous la responsabilité de Mélanie Bourdaa) – Médiation du patrimoine via le transmédia storyelling (sous la direction de Mélanie Bourdaa) : production d’un transmédia « Carnet de voyage sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine » pour valoriser le patrimoine de la nouvelle région Aquitaine : https://medianum.hypotheses.org/

2- Projet P@TRINUM (2016-2018 sous la responsabilité de Karen Soumagnac) – développé conjointement par la Délégation Académique aux Arts et à la Culture (DAAC) du Rectorat de l’académie de Bordeaux ; la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC); et l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPE) de Bordeaux) : le projet a vocation à s’articuler autour de la médiation numérique patrimoniale exploitable dans le champ de l’éducation artistique et culturelle (EAC). De nombreuses ressources sont mises à disposition des enseignants grâce à l’action du contrat de plan « Aquitaine Cultures Connectées », portée conjointement par la DRAC Nouvelle Aquitaine et le Conseil Régional – Nouvelle Aquitaine. http://patrinum.espe-aquitaine.fr/

3- Projet européen ENSERRER sur « Enseigner la guerre, éduquer à la paix » (2014-2017) dans le cadre d’ERASMUS PLUS pour la coopération entre les  établissements d’enseignements (primaire, secondaire, supérieur) de cinq pays (Italie – France – Slovénie – Allemagne -Autriche). Le centenaire de la Grande Guerre (1ère Guerre mondiale) permet de travailler sur l’articulation entre histoire savante et histoire enseignée. Il s’agit de produire dans la langue de chacun des pays partenaires un manuel didactique exploitable dans chacun des niveaux d’enseignement concernés, tant par les élèves et les étudiants que par les enseignants. Il prendra la forme d’un livre du professeur accompagné de fiches spécifiques d’exploitation pédagogique en fonction des différents niveaux d’enseignement. Un site Internet servira de support de travail et de communication tout au long du projet et à son issue. Un petit guide mémoriel et historique sera réalisé pour un public plus large. https://erasmusplus14-18.jimdo.com/ Un colloque s’est déroulé à l’ESPE d’Aquitaine le 8 novembre 2017 : http://blog.espe-aquitaine.fr/index.php/lhistoire-de-la-grande-guerre-enseignee/

4- Projet PATRIVALPatrimoines éducatifs : valorisation et innovation pédagogiques (2016-2018 sous la responsabilité de Margurite Figeac) à l’ESPE d’Aquitaine : eefonte du site web Patrimoine Aquitain de l’éducation, Patria. Programme de recherche Patrival issu d’un partenariat entre l’ESPE d’Aquitaine (Université de Bordeaux), le Centre des Mondes Moderne et Contemporain (Université de Bordeaux-Montaigne) et la Maison des Sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA). Carnet de recherche et site web : https://pupitre.hypotheses.org/2815 et https://www.somyweb.net/site-internet/patrival/

5- Participation sur deux ans au projet PATRIA, Patrimoine de l’éducation en Aquitaine à l’ESPE d’Aquitaine (2012-2014 sous la responsabilité de Marguerite Figeac): en charge de l’inventaire de 2500 ouvrages de 1830 à 1945 de l’école normale de Caudéran et de la base de données du site web PATRIA.

6- Projet national « Méthodes visuelles » du réseau InterMSH dirigé par Alain BOULDOIRES et Fabien REIX  : parution des numéros n°1 et n°2 de la Revue Française des Méthodes Visuelles lancé par la MSHA d’Aquitaine an juin 2017. Carnet de recherche et site de la Revue : https://rfmv.fr/ et https://cdmv.hypotheses.org/

7- Programme interdisciplinaire (Géographie – Histoire – Lettres) LIDO de la Maison des sciences de l’homme de Clermont-Ferrand – CERAMAC de l’université de Clermont-Ferrand intitulé « Des lieux, des œuvres : représentations cartographiques, littéraires et iconographiques des lieux et territoires, méthodologie pour la construction de corpus » avec création d’un carnet de recherche et d’un colloque international « Dessiner les lieux, cartographier le monde » : http://lido.hypotheses.org/425

  • Dix communications en colloque sur la médiation du patrimoine :

1- Carnets de patrimoine – mémoire et carnets de guerre (parties 1 et 2) ». Pascale Argod, Colloque international européen ENSERRER « Enseigner la guerre, éduquer à la paix : « Comment et pourquoi enseigne t-on la Première Guerre mondiale aux jeunes européens ? » à l’ESPE d’Aquitaine, le 8 novembre 2016. http://pi.espe-aquitaine.fr/lhistoire-de-la-grande-guerre-enseignee-comment-enseigne-t-on-la-premiere-guerre-mondiale-en-europe/

+ l’atelier du jeudi 10 novembre : « Carnet de terrain et carnet de voyage, des outils d’apprentissage actif et des médiums  d’expression personnelle et de valeurs communes à l’Europe ».

2- «Du carnet (de terrain, de voyage, de reportage, de patrimoine), objet patrimonial et de recherches historiques en sciences humaines et sociales : vers une e-muséographie» au colloque interdisciplinaire et international PHuN « Patrimoine et Humanités numériques » à MSH-Alpes de Grenoble du 10 juin au 12 juin 2014.

3- « Le carnet, outil de formation en sciences humaines et sociales et en arts », à la Journée d’études Apprendre des carnets aujourd’hui, ESPE de Caen, MSH de Caen, le 4 décembre 2013.

4- « Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia : identité du quartier, territorialité et « géocitoyenneté » à travers les arts graphiques et numériques», colloque L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?, Université Bordeaux III – IUT Carrières sociales – UMR CNRS ADES, les 28 et 29 janvier 2013

5- «De l’aquarelle à la naissance du carnet de voyage, une esthétique des contraires : l’inventaire du monde et de la topographie / l’art du « pittoresque » et de l’exotisme orientaliste (du XVIIIe au XIXe siècle)  » au colloque « Vertu des contraires : art, artiste, société », Laboratoire d’études en sciences des arts – LESA d’Aix-en-Provence, novembre 2012.

6- « Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme », colloque Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.

7- « Le carnet de voyage intermédia, esthétique géographique et art visuel pour la valorisation des lieux touristiques et patrimoniaux : de la cartographie sensitive et de l’image composée à l’itinéraire culturel », Journée d’étude de la MSH de Clermont-Ferrand « Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? », le 16 novembre 2012

8- « Carnets de voyage, objets de recherches historiques en sciences de l’homme et en arts : patrimoine, ethnographie, altérité, géographie culturelle, illustration de l’ailleurs » au séminaire de géographie « Altérité» de l’ENS, Ecole normale supérieure, le 28 mars 2012.

9- « Le carnet de voyage et ses tendances actuelles comme œuvre d’arts graphiques : du patrimoine, du témoignage et du reportage dessiné», Symposium « Dessiner, tracer : le dessin dans tous ses états»  manifestation artistique dans 30 musées et 30 expositions dans la région Nord- Pas de Calais, organisé par Musénor, réseau des conservateurs de musées et des musées des universités libres de Bruxelles et de l’université de Lille 3 (IRHiS et CEAC) du 8 au 10 décembre 2011 à Lille.

10- « La représentation de l’ailleurs dans l’image métissée du carnet de voyage : exotisme, vision touristique ou ethnographique », colloque international « Images de l’étranger », à l’Institut National de l’Audiovisuel et à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, les 21 et 22 octobre 2010.

  •  Neuf communications en colloque sur l’hybridité et l’intermédialité du genre « carnet de voyage » :

1- « Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards journalistiques et témoignages du réel » au Colloque international & interdisciplinaire «  Dessiner les lieux, cartographier le monde  » à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand,  les 14-15 novembre 2013.

2- « Le carnet de voyage, une oeuvre artistique : exotisme, créativité et transculturel», Journée séminaire « Création, créolisation, créativité », de l’université Bordeaux 3 le 11 avril 2013.

3« L’intermédialité du genre « carnet de voyage » : un « work in progress », 3ème colloque international d’Études d’Intermédialité de l’ISMAI à l’Instituto Superior da Maia (ISMAI, Porto), sous la responsabilité du Centro de Estudos de Língua, Comunicação e Cultura de l’ISMAI (CELCC) les 6 et 7 juin 2013.

4- « Le carnet de voyage sans frontières : hybridité, intermédialité et interculturalité » au séminaire de géographie « Géographie, arts et littérature » de l’ENS, Ecole normale supérieure, le 25 janvier 2012.

5- « Le carnet de voyage numérique : des arts graphiques vers le vblog, un tournant esthétique du genre intermédial et une mutation de la profession de carnettiste », colloque international « Travail et création artistique en régime numérique : images et sons », organisé par l’université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, le Centre Norbert Elias, Laboratoire Georges Friedmann (Paris1 CNRS), Le LHIVIC (EHESS) et le GRANEM (U. d’Angers), les 24 et 27 mai 2011.

6- « La naissance éditoriale du genre « Carnet de voyage » dans les années 80, un album hybride original », In colloque international « De traits et d’esprit. Formes, histoires et fonctions de l’illustration » de l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg des 13-14 janvier 2011.

7- « Le carnet de voyage, un genre hybride entre arts et sciences humaines et intermédial », colloque international et transdisciplinaire Reims-Salzbourg « Hybridité-Hybridität-hybridations-Hybridisierungen-hybridity » à l’Université de Reims Champagne-Ardenne du 17 au 19 mars 2011.

9- « De l’image au mot : le carnet de voyage » , colloque international Le parti pris de l’album ou de la suite dans les images organisé par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) de l’Université d’Auvergne, à Clermont-Ferrand du 11 au 13 février 2009.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Pour les géographes, l’art comme représentation poétique et outil pour la recherche

  • Appel à projet Art & SHS 2017-2018 :

Le pôle recherche et prospective de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), apporte son soutien à la mise en œuvre de projets dédiés à des thématiques novatrices en sciences humaines et sociales (SHS) qui pour la période 2017-2018, porteront sur « Nouvelles conflictualités » et « Art et sciences sociales ».

« Les relations entre arts et sciences, spécialement entre arts et sciences humaines et sociales, sont manifestement en train d’évoluer. De distantes, voire antagoniques, elles sont aujourd’hui faites de rapprochements et de connexions qui vont bien plus loin que l’intérêt sociologique ou historiographique que les secondes ont su porter aux premières. Outre que nombre d’artistes recourent à des catégories ressortissant au langage scientifique ou empruntent au travail de recherche ses manières de faire, les œuvres iconographiques, musicales, littéraires, ou mêlant différents types de supports, constituent des modes d’accès au monde, à la connaissance de ses formes de vie comme à ses mises en question éthiques et politiques, qui rencontrent tout particulièrement les objets et les démarches des sciences humaines et sociales. »

http://www.fmsh.fr/fr/recherche/28265

  • Conférence intitulée « Engager l’art pour engager la recherche : pour une relecture critique et réflexive de l’engagement entre art et géographie » de Sylvain Guyot (professeur de géographie à l’UBM, Université de Bordeaux – Montaigne, UMR Passages) : http://www.passages.cnrs.fr/spip.php?article401
  • Des mondes oubliés. Carnets d’Afrique. Christian Seignobos. IRD éditions – Parenthèses, février 2017.

Extrait de la 4e de couverture :

« En près de cinquante ans passés au coeur du bassin du lac Tchad, le géographe Christian Seignobos a vu son terrain et son métier se métamorphoser. Nourri par ce parcours, cet ouvrage rassemble un vaste corpus de dessins et de textes originaux, comme autant de témoignages d’une pratique personnelle et professionnelle de la recherche. Architecture, agriculture, élevage, pêche, faune sauvage, mais aussi arrivée et progression des insécurités entre Cameroun, République centrafricaine et Nigeria : l’extrême variété des thèmes abordés traduit les différentes manières de faire et d’écrire les sciences humaines. Replaçant toujours l’homme au centre de son histoire et de son environnement, ces pages sont aussi et surtout, à travers les voix et les visages des informateurs et des interprètes, la chronique d’une Afrique qui se raconte. »

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/03/10/dans-le-bassin-du-lac-tchad-des-mondes-oublies-menaces-par-boko-haram_5092738_3212.html

Voir la collection « Architectures traditionnelles » des éditions Parenthèses:

La case obus, histoire et reconstitution. Christian Seignobos, Fabien Jamin, 2004

Fare et habitat à Tahiti. Catherine Orliac, illustrations Christian Seignobos, 2000

La Maison kanak. Roger Boulay avec la collaboration de Alban Bensa, Alain Saussol. illustrations Christian Seignobos. Parenthèses, 1991.

Le Burundi. Jean-Louis Acquier, illustrations Christian Seignobos en 1987.

  • Une géographie à l’école par la pratique artistique, Sophie Gaujal, Carnets de géographes [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016. URL : http://cdg.revues.org/623

 

  • Cartographier les récits. Mauricette Fournier. CERAMAC, n°35. PUBP, 2016.

Cartographier les récits témoigne de la richesse d’un thématique étudiée selon une grande variété d’approches émanant de nombreux contextes disciplinaires (littérature, cartographie, géographie, histoire, histoire de l’art, sciences de la communication). L’ouvrage illustre la diversité et la vitalité actuelle de la cartographie narrative, des diverses façons d’envisager les relations entre les cartes et les récits, les lieux et les mots.

Le carnet de voyage (intermédia), de l’esthétique géographique, de la cartographie sensible et de l’image composée à l’itinéraire culturel et touristique. Pascale Argod. In Cartographier les récits. Presses Universitaires Blaise Pascal, CERAMAC 35, 2016, p. 197 à 214.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le travail de la matière dans le carnet de voyage

Conférence avec les carnettistes Anne Steinlein et Thomas Duranteau (animation : P. Argod) lors des 2èmes rencontres Carnet de voyage, une écriture du monde au Marché des Douves à Bordeaux les 3 et 4 décembre 2016.

Anne Steinlein : http://annesteinlein.com/

« Globe-Croqueuse peintre voyageuse. Les carnets de voyages invitent au départ, stimulent la découverte curieuse. Amoureuse des grands espaces. Anne Steinlein est peintre voyageuse. Créatrice fertile et nomade, elle peint pieds nus des femmes sauvages, des glaneuses, des fruits… et des carnets de voyage autour du monde dans des natures encore vivantes et préservées. Sensible et passionnée, elle partage avec nous sa perception de l’incroyable diversité qui attend tout voyageur éveillé. »

Thomas Duranteau : http://www.thomasduranteau.com/

« Professeur d’histoire et de géographie, il s’intéresse à l’écriture, à l’illustration pour l’audiovisuel, à la bande dessinée et à la peinture et organise dans le cadre scolaire et dans les bibliothèques des ateliers d’écriture poétique et des ateliers BD. Le croisement entre les différentes formes d’art l’intéresse particulièrement, par exemple dans les résonances possibles entre ses textes poétiques et des œuvres plastiques, comme celles de Lydie Arickx, Marc Petit ou Philippe Croq. »

Le carnet de voyage compile des traces, des esquisses, un scénario et un témoignage ou un regard personnel. Sur le plan plastique, les traces représentent le temps passé, l’intemporalité et la durée mais contribuent aussi à donner la preuve des territoires parcourus ; les esquisses, au contraire, captent l’instant et le mouvement mais aussi le réalisme des scènes. Pour l’écriture, le scénario suggère la chronologie, la linéarité du parcours et l’évolution dans la fiction. L’ensemble offre un regard ou un témoignage subjectif et personnel sur un déplacement vécu, au contact des autres et des différences culturelles, à la quête de leurs identités. Il serait le récit autobiographique d’un déplacement (aspect géographique) illustré où l’image est centrale, voire prédominante par rapport à l’écrit, en somme, un récit pictural de la découverte qui témoigne de la confrontation de l’artiste entre ce qu’il regarde et ce qu’il voit, entre ce qu’il perçoit et ce qu’il appréhende, entre ce qu’il ressent et ce qu’il traduit. L’image serait la preuve de ce voyage d’où l’importance de l’exotisme dans le rendu pictural. Même s’il est difficile de définir ce genre autobiographique polymorphe, du moins est-il possible d’admettre qu’il met indéniablement le cap sur la découverte de l’Autre. Il tient du reportage et du témoignage, de l’itinéraire et de la carte mentale et privilégie le lien entre l’image et le texte. Sa réalisation nécessite la maitrise de techniques à partir d’un éveil des sens nécessaire à la création d’une oeuvre sensible : les arts graphiques adaptés au voyage et l’art du portrait typique. Selon les temps du voyage et de la création sur le terrain par le rough ou en atelier, la démarche conceptuelle du carnet peut amener à l’esquisse d’une oeuvre en devenir sur un autre support, de type toile ou tableau pictural. Le métissage des arts graphiques, la libre expression, l’esthétique du patchwork, l’art du collage sont à développer; pour quelques-uns, même le livre objet, la forme et la combinaison de médiums sont à expérimenter.

Voir l’ouvrage L’art du carnet de voyage. Pascale Argod. Gallimard – Alternatives, 2014.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Alternatives/Design-Alternatives/L-art-du-carnet-de-voyage

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Rencontre nationale des Urban Sketchers

La rencontre nationale des Urban Sketchers se déroule cette année dans la ville de Bordeaux du 3 au 5 juin 2016 :

« Urban Sketchers (USk) est une organisation à but non lucratif qui met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ », qui en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu’ils soient chez eux ou en voyage ». http://france.urbansketchers.org/p/qui-sommes-nous.html

Le parcours des dessinateurs croqueurs dans la ville de Bordeaux est disponible en ligne : http://france.urbansketchers.org/

Exposition Croquis et dessins in situ de Bordeaux, du vendredi 3 juin au samedi 18 juin
 à la « La Sirène » (71 Cours Anatole France
TRAM A – Palais de Justice) à Bordeaux

Projection de croquis urbains, exposition de carnets de voyage et de dessins encadrés.Travaux d’étudiants, d’architectes, d’Urban Sketchers bordelais… Croquis originaux de Léo Drouyn et de l’architecte Xavier Arsène Henry.

Vernissage de l’exposition le vendredi 3 juin à 19 H : http://france.urbansketchers.org/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage d’architecte

Les carnets d’architecte offrent une large palette créative, du carnet d’esquisse sur le terrain croqué sur le vif à l’ouvrage de recherche finalisé en vue d’une publication, du document primaire au document secondaire. Parmi les nouveautés culturelles, deux exemples retiennent mon attention  :

  • L’ouvrage Au coeur du Laos de Slovia Roginski édité par Elytis est un véritable carnet d’architecte en voyage. Entre carnet de recherche et carnet de voyage, il nous permet de partir découvrir les villages reculés de l’Asie du Sud- Est, du Laos, de Thaïlande, en Malaisie et au Cambodge au plus près de la vie quotidienne de peuples et de l’habitat traditionnel. L’ouvrage a une organisation thématique qui fait plus penser à un ouvrage de recherche illustré (beau livre grand format d’aquarelles et de photographies) qu’à un carnet au fil du périple  : l’organisation villageoise, la maison et sa structure (dont la protection contre l’humidité), les éléments influents, l’environnement, les rites et les croyances, les techniques de constructions (architecture démontable). Une sélection de cinq maisons de cinq tribus différentes montrent les variations qu’ils existent entre les ethnies. L’ouvrage s’achève par une comparaison avec la Thaïlande et la Malaisie. Slovia Roginski, architecte d’intérieur, offre un travail d’étude fouillé de recherches au fil d’un périple de six mois. Cette analyse sur le terrain semble le prolongement de son mémoire de fin d’études à l’Ecole Boulle en 2013. A travers cet ouvrage la carnettiste montre autant ses compétences de chercheur que d’artiste aquarelliste de grand talent.

http://sloviaroginski.com/WordPress3/?p=3710

  • L’exposition Chandigarh, 50 ans après Le Corbusier qui a lieu jusqu’au 29 février 2016 à la Cité de l’architecture du Palais Chaillot à Paris propose de découvrir quelques extraits des soixante carnets ou sketchbooks de Le Corbusier datés de 1950 à 1965 dont trente-cinq ont été réalisés en Inde : l’album Simla rédigé du 23 février au 8 mars 1951 est essentiel pour la compréhension de la genèse du projet de la ville de Chandigarh.  D’après la notice muséale, ces carnets « sont autant d’aide-mémoire, des mémentos d’observation des usages indiens que de supports pour les dessins de conceptions qu’il s’agisse d’architecture, de peinture ou de sculpture ».
    http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25966-chandigarh_50_ans_apres_le_corbusier.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Quand l’homme voyage : ouvrage collectif

Quand l’homme voyage : les passeurs d’empreintes. Sous la Direction de Dominique Soulancé et Jean-Louis Duhourcau. SEH, L’Harmattan, novembre 2014, 461 pages.
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=45346

Ouvrage réalisé en collaboration avec la Société d’Ecologie Humaine et publié avec le concours du Laboratoire UMR ADESS 5185 CNRS de l’université Bordeaux Montaigne et de l’université de Bordeaux. Il est issu des 25e journées scientifiques de la SEH  » L’écologie humaine en voyage », qui se sont déroulées les 19 et 20 septembre 2013 à Bordeaux en partenariat avec Cap Sciences, l’association d’2cologie Humaine Afrique et l’Atelier d’Architecture Jean Louis Duhourcau.

D’après la quatrième de couverture rédigée par Dominique Soulancé, géographe, et Jean-Louis Duhourcau, architecte :

« Comme les membres d’une expédition au retour de leur longue marche à travers la jungle humaine, les auteurs de ce livre, solitaires ou « en cordée », nous révèlent les marques et empreintes qu’is ont découvertes et qu’ils souhaitent partager avec vous.

Se « placer ailleurs » pour regarder le monde, c’est ce que les auteurs expriment tour à tour, à leur façon, sous l’éclairage de leurs compétences spécifiques et de leurs émotions personnelles.

Du rêve à la réalité, les récits surprennent par leur originalité, leur sincérité et leur profondeur.

La lecture de ce livre est une invitation à voyager « autrement ».

« Le carnet de voyage. Outil d’évaluation de l’être au monde et de la valeur initiatique du voyage ». In « Quand l’Homme voyage, les passeurs d’empreintes ». L’Harmattan – SEH, Société d’écologie Humaine, p. 401 à 412. (décembre 2014).

Le Rendez-vous du carnet de voyage s’inscrit dans une éthique et une esthétique du voyage et dans une médiation la rencontre de l’Autre : « C’est passer du statut de voyageur à celui de découvreur : ce qui change dans l’échange et le regard porté sur les autres » (Association IFAV, Il faut aller voir, organisatrice de la manifestation culturelle et artistique). Le terme safar selon le carnettiste Stefano Faravelli à l’origine de l’Ecole du voyage « Scuola di Viaggio » à Turin, exprimerait le propre du carnet de voyage qui est le dévoilement de soi, de l’Autre et du monde. Médium de communication de rencontre avec l’autre par le langage universel de l’art, il ouvre à l’observation du monde en exerçant le regard éveillé aux idées différentes et en initiant une quête de sens et de l’authentique. Il facilite le passage du jugement à l’analyse afin d’évaluer la valeur du voyage sa quête et sa portée initiatique à travers la collecte du sensible et de l’expérience vécue. Cette mémoire personnelle (Rémi Hess, 1998), culturelle, esthétique et poétique du périple évalue l’imploration-exploration. Le carnet de voyage « extime » (Michel Tournier, 2002) éduque autant à l’interculturel qu’au regard (corpus sur l’Inde). Le voyageur qui observe, analyse, confronte les points de vue, met en œuvre une aptitude à la distance et à l’élargissement de ses référents qui favorise la capacité d’adaptation à la complexité humaine. Le carnet de voyage serait donc un outil d’apprentissage par l’expérience de la mobilité, de formation et d’évaluation de « l’être au monde » dans une démarche interculturelle. Essai de vérité, de liberté, de tolérance et d’émotion personnelle, le carnet de voyage est un manifeste pour le voyage authentique et pluriel et pour la liberté d’aller à la rencontre de l’Autre sans frontières (Pascale Argod, 2011).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de paysagiste et carnet de paysage

Carnet de voyage d’un paysagiste renommé

Jacques Simon est un paysagiste formé aux Beaux-Arts de Montréal et à l’Ecole du Paysage de Versailles qui a reçu le premier Grand Prix du Paysage en 1990. Il a effectué de nombreux voyages, objets de carnets de voyage personnels qui ont nourri sa création. Il a notamment publié l’un des premiers carnets de voyage de paysagiste intitulé Voyages, paysages ibériques dans la collection Voyages paysages dirigée par Sylvie Assassin en 1999. Aquarelles, croquis, photographies rendent compte à la manière d’un road movie de ses voyages en Espagne et au Portugal dans les années 60 et 70, soit une douzaine de voyages durant quarante ans; son premier voyage en Espagne date de 1963. Les trajets ont été recomposés afin de mieux appréhender le regard et les méthodes de conceptions de cet illustre paysagiste. L’ouvrage offre un point de vue original très documenté du monde rural ibérique de l’époque. Il juxtapose impressions des lieux découverts et informations techniques sur le paysage afin de démontrer que le paysage est avant tout oeuvre humaine.

Féru de photographie, Jacques Simon rapporte de ses voyages en Amérique du Nord, dans le Bassin Méditerranéen ou Afrique plus d’une centaine de milliers de clichés photographiques en couleur ou en noir et blanc qui nourrissent ses oeuvres comme une mémoire visuelle et mentale qui favorise la comparaison des lieux, des lignes, des formes, des aménagements d’un continent à l’autre et qui nourrit ainsi les projets du créateur, en somme une banque d’images qui éclaire sa façon de projeter et de créer.

Voir les ouvrages publiés par Jacques Simon : http://simonpaysage.free.fr/

Voir la revue Les carnets de paysage, soit 26 numéros publiés par Actes Sud : http://www.actes-sud.fr/rayon/recherche/1561/all

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet scientifique et carnet de chercheur

Carnets scientifiques,  carnets de chercheur et arts graphiques

Qu’il soit ethnologue ou anthropologue, sociologue, archéologue, architecte, botaniste ou naturaliste, géologue, vulcanologue, géographe, topographe…le chercheur en sciences humaines et sociales ou en sciences du vivant utilise un carnet de recherche ou de voyage, lorsqu’il voyage ou rencontre son terrain de recherche, et devient alors un carnettiste. Quelles méthodes visuelles utilise t-il pour rendre compte de sa démarche de chercheur ? Comment définir sa pratique des arts graphiques ? En quoi les sciences humaines et les sciences du vivant ou de la terre trouvent-elles un terrain de réflexion méthodologique commune dans la tenue d’un carnet de terrain ou de recherche ? Tous participent de l’étude de l’environnement par la consignation de notes écrites et visuelles au fil d’une démarche d’appropriation des données, du terrain, des objets et du milieu. Elles permettent ensuite de rédiger une production secondaire destinée aux experts ou au contraire une vulgarisation du savoir.

Dès l’époque des Grandes Découvertes, les arts graphiques ont été au service des sciences et de la découverte du monde et de l’environnement mais comment aujourd’hui inscrire la pratique du dessin, du croquis et de l’aquarelle dans une démarche scientifique ? Dans quelle mesure est-elle complémentaire du numérique et des nouveaux outils de communication, TIC ? Est-ce que dessiner relie le terrain à la réflexion intellectuelle ? Le croquis est-il un relevé du réel ou une démarche d’abstraction scientifique ? Le geste, comme au temps de Léonard de Vinci et de ses codex est-il toujours l’essence de la créativité scientifique ? En quoi la visualisation des relevés favorise t-elle le travail scientifique ? De quelle palette d’images dispose le carnettiste scientifique ? La diversité des points de vue est-elle possible grâce à l’ aquarelle ?

Nous remarquons dans l’édition du carnet de voyage quelques carnets scientifiques ou carnets de voyage d’expéditions scientifiques mais aussi des carnets de géologues comme ceux de Georges Bronner ou de Christine Laverne, tous deux enseignants-chercheurs en sciences de la terre. Leur pratique du carnet diverge puisque l’un l’apparente au guide géologie de ballades paysagères alors que l’autre en fait un carnet de reportage de campagnes internationales de forage océanique. Georges Bronner évoque le « Guide géonautique » ou « géoballade » dans ses carnets édités par Jeanne Laffitte : Guide géonautique, de la rade d’Hyères à l’Esterel en 2004, Du delta du Rhône à la rade de Toulon : guide géonautique en 2006, De la Durance aux monts de Vaucluse : le Parc naturel régional du Luberon : géoballade, du paysage à la géologie en 2010. Dans ses carnets de bord d’une géologue, Christine Laverne décrit en textes et en aquarelles la vie à bord, le travail d’équipe, les métiers qui accompagnent les Forages sous le Pacifique (Atlantica, 2008).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets scientifiques, carnets de terrain et de recherche

Corpus de carnets scientifiques, de carnets de terrain, de recherche et de voyage : 

1- Carnets d’ethnologue et d’anthropologie :

HUET Karin, LAMAZOU Titouan. Onze lunes au Maroc : chez les Berbères du Haut-Atlas. Gallimard, 2012.

HUET Karin, LAMAZOU Titouan. Sous les toits de terre : éléments d’architecture traditionnelle et décoration picturale dans l’habitat berbère des hautes vallées. Ed. De Faucompret, 1988.

HUET Karin, LAMAZOU Titouan. Un Hiver berbère. J. Laffitte, 1990

LEVI-STRAUSS Claude. Saudades do Brasil. Paris : Plon, 1994 (réédité en2008)

MALAURIE Jean. Ultima Thulé. Paris : Bordas, 1990.

MALAURIE Jean. Les derniers rois de Thulé. Plon,1995.(Terre Humaine)

MONOD Théodore. Tais-toi et marche : journal d’exploration – El Ghallaouya-Arafane-Chingetti de 1953 à 1954. Paris : Actes Sud, 2002. (archives privées)

VICTOR Paul-Emile, ROBERT-LAMBLIN Joëlle. La civilisation du phoque.Volume 1, Jeux, gestes et techniques des Eskimaux d’Ammassalik. Armand Colin, R. Chabaud, 1989.

VICTOR Paul-Emile, ROBERT-LAMBLIN Joëlle. La civilisation du phoque. Volume 2, Légendes, rites et croyances des Eskimo d’Ammassalik. R. Chabaud, Armand Colin, 1993.

Carnets de Paul-Emile Victor : http://www.paulemilevictor.fr/chapitre10_fr_22.html

VICTOR Paul-Emile. Paul-Emile Victor, voyage(s) d’un humaniste : dessins, croquis et autres doudlinges. édition de Daphné Victor. Ouest-France, 2006.

2- Carnets d’archéologue et de paléontologie :

ADAM Catherine introduction Jean-Pierre Adam, photos Denis Rebord. Dans le sable de Saqqara. Catherine Adam. Editions Reflets d’ailleurs, 2012

CHUNIUAUD Kristell avec la contribution de Mathieu Carlier, aquarelles de Catherine Adam. Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand : carnet de fouille archéologique à Trémonteix. Kristell Chuniaud. Editions Reflets d’ailleurs, Ed. de l’INRAP, 2012

DELORD Philippe. Alexandrie : sur les pas de Louis-François Cassas. Nouveaux Loisirs – Gallimard, 2001.

DELORD Philippe. textes Christine Demillier. Regards croisés sur Chypre : sur les pas de Louis-François Cassas., Nouveaux Loisirs – Gallimard, 2004.

FLAO Benjamin, BUIGUES Bernard. Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions.. Glénat, 2002.

3- Carnets d’architecte et de paysagiste :

COSTE Pascal. Pascal Coste : toutes les Egyptes. Paris : Parenthèses, 1998.

COSTE Pascal, ARMOGATHE Daniel (Dir.), LEPRUN Sylviane (Dir.). Pascal Coste ou l’Architecture cosmopolite. Paris : L’Harmattan, 1990.

D’AUNAY Arnaud. Vauban, génie maritime. Arnaud D’Aunay. Gallimard loisirs, 2007.

JACQUES Annie. Les dessins d’architecture du XIX e siècle. Paris : Inter-Livres, Bibliothèque de l’Image, 1995.

JACQUES Annie, MIYAKE Riichi. Les dessins d’architecture de l’école des beaux-arts. Paris : Arthaud, 1998.

LAPRADE Albert. Architectures de France : à travers les croquis d’Albert Laprade. Edition Lagarde. Berger-Levrault, 1981.

LAPRADE Albert. Architectures de la Méditerranée : à travers les croquis d’Albert Laprade. édition Roger Bezombes. Berger-Levrault, 1983.

LAPRADE Albert. Les rues de Paris à travers les croquis d’Albert Laprade : édition augmentée de 12 planches. Berger-Levrault, 1995.

LAPRADE Albert. Les carnets d’architecture d’Albert Laprade. préface Vincent Barré. Kubik ed. , 2006

LAPRADE Albert. Les carnets d’architecture de la Méditerranée. Kubik ed., 2008

LE CORBUSIER. Le voyage d’Orient. Parentheses, 1987

RABEAU Daniel. Les dessins d’architecture au XVIII e siècle. Paris : Inter-Livres, Bibliothèque de l’Image, 2001.

TOMAS F., MERLIN B. Jean-Michel Dalgabio : Lyon, Athènes, Constantinople : les dessins du voyage de 1843. Saint-Etienne : Publications de Saint-Etienne, 2002. (Centre d’études foréziennes)

Fonds « Le Corbusier » ou « Charles-Edouard Jeanneret »(1887-1965) à la bibliothèque Chaux-de-Fonds de la ville de Lausanne depuis 1965

http://www.chaux-de-fonds.ch/services/bibliotheques-old/pages/pages/Fonds/LC.htm

http://www.chaux-de-fonds.ch/services/bibliotheques-old/pages/pages/Fonds/AJ.htm

Fonds « Albert Laprade» de la Cité de l’Architecture Chaillot et des Archives nationales à Paris : http://archiwebture.citechaillot.fr/awt/fonds.html?base=fa&id=FRAPN02_LAPAL_fonds-260

http://daf.archivesdefrance.culture.gouv.fr/sdx/ap/fiche.xsp?id=DAFANCH00AP_403AP

4- Carnets de botaniste et de naturaliste :

CHATELIN Yves. Audubon : peintre, naturaliste, aventurier. Paris : France-Empire, 2001.

CLAVREUL Denis. Le Mont Saint-Michel : quelques jours en été. Denis Chavanat. Equinoxe, 2010

CLAVREUL Denis. Le Mont Saint-Michel : quelques jours en hiver. Denis Chavanat. Equinoxe, 2010

CLAVREUL Denis. Carnets de Bretagne. Denis Chavanat. Equinoxe, 2013

CLAVREUL Denis. L’Agriate. Denis Chavanat. Albiana, 2014

DARWIN Charles (trad Ed. Barbier). Voyage d’un naturaliste autour du monde : fait à bord du navire Le Beagle de 1831 à 1836. Paris : La Découverte, 2006. (La Découverte poche, Littérature et voyages, n°152)

DUPLESSIS. Périple de Beauchesne à la Terre de Feu (1698-1701) : une expédition mandatée par Louis XIV. Paris : Transboréal, 2003.

JOHNSTON Alan La baie du Mont-Saint-Michel. Alan Johnston. Edition Conservatoire du littoral, Gallimard jeunesse, 1996

JOHNSTON Alan Au pays des cigognes noires : carnet de voyages d’Alan Johnston. Alan Johnston. Nouveaux Loisirs, 2000

JOHNSTON Alan Carnets d’un naturaliste en Normandie (Val d’Orne). Alan Johnston. Nathan, 2001

JOHNSTON Alan The marquenterre : from summer’s last swallow to spring’s first swallow. Alan Johnston. Equinoxe, 2012

JOHNSTON Alan Le Marquenterre : d’une hirondelle à l’autre. Alan Johnston. Equinoxe, 2012.

MUSEUM D’HISTOIRE NATURELLE. Alcide d’Orbigny, un voyageur naturaliste. Paris : Nathan, Muséum d’histoire naturelle, 2002.

MUSEUM D’HISTOIRE NATURELLE. Les planches inédites de foraminifères d’alcide d’Orbigny : à l’aube de la micropaléontologie. Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 2005. (des planches et des mots)

5- Carnets de géologue et de vulcanologie :

BRONNER Georges. Guide géonautique, de la rade d’Hyères à l’Esterel. Editions Jeanne Laffitte. 2004

BRONNNER Georges. Du delta du Rhône à la rade de Toulon : guide géonautique. Editions Jeanne Laffitte. 2006

BRONNNER Georges. De la Durance aux monts de Vaucluse : le Parc naturel régional du Luberon : géoballade, du paysage à la géologie. Editions Jeanne Laffitte, 2010

GLANGEAUD Philippe. Carnets géologiques de Philippe Glangeaud de 1899 à 1929 en Auvergne. Bibliothèque universitaire de Clermont-Ferrand

http://bibliotheque.clermont-universite.fr/glangeaud/collections

LAVERNE Christine. préface Philippe Pezard, postface Bruno Goffé. Forages sous le Pacifique : carnets de bord d’une géologue. Atlentica, 2008.

6- Carnets de géographe et d’urbanisme :

CERTU, PREVEL Anaïs (dir.), réd. Anaïs Lebois, Grazia Di Blasio, Biorana Paroucheva. Desseins du Mékong : paysages urbains. CERTU, 2006.

DRESH Jean. Carnets de voyage de Jean Dresh : 115 carnets manuscrits rédigés sur le terrain entre 1934 et 1990. Université Paris 8

http://www.bibliotheque-numerique-paris8.fr/fre/notices/104696-Les-carnets-de-voyage.html

TESSON Sylvain. photographies Thomas Goisque, illustrations Bertrand de Miollis, avec la collaboration d’Olivier Desvaux. Sibérie, ma chérie. Gallimard, 2012.

7- Carnets de sociologue ou de sociologie :

Carnettistes tribulants, préface de Farid Boudjellal. Bringuebalés : carnets de mémoires d’immigrés. La Boîte à bulles, 2014

Carnettistes tribulants, préface de Coline Serreau. Paysannes : carnet de rencontres avec des femmes engagées. La Boîte à bulles, 2013

Carnettistes tribulants, préface Roger Dadoun. Vivre vieux ! : carnets de rencontres. Alternatives, 2009

ROUDEAU Damien. Villiers rebelle : carnet de rencontres à la Cerisaie. La Boîte à bulles, 2014.

ROUDEAU Damien. De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage. Silence et partage, 2006.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts