Le carnet de voyage politico-culturel

Le carnet de voyage peut se décliner sous l’angle journalistique à partir d’une réflexion politique ou géopolitique ou bien d’ un regard aiguisé sur la condition sociale. Deux carnets de voyage sur le nouveau continent déclinent un regard original de voyageur routard « on the road ».

 

Le journaliste Jérémy Michalak a réalisé un carnet de voyage aux Etats-Unis sur les traces du mouvement hippie et nous interroge sur son héritage 50 ans après, soit après deux générations de creuset culturel fécond et créatif. 

Sur les traces des hippies réalisé par Jérémy Michalak, France 5, diffusé le 30 août 2020.

 

A travers ce voyage aux Etats-Unis, Jérémy Michalak raconte la naissance, l’histoire et l’impact du mouvement hippie. Législation du cannabis, amour libre, spiritualité, pacifisme, écologie, retour à la nature, do it yourself…jamais leurs mantras et combats n’onts été autant d’actualité. Mais lesquels sont-ils vraiment gagnés et réussi à imposer ? Entre images d’archives, découvertes et rencontres, ce voyage 100% Summer of love nous plonge au coeur de l’Amérique des 60’s. Un road trip de San Francisco à Woodstock, en passant par Venice Beach, Boulder (Colorado) et Nashville (Tennessee), sur le straces de ces jeunes qui avaient tous la même idée en tête « changer le monde ».

https://www.france.tv/documentaires/voyages/1884737-sur-les-traces-des-hippies.html

https://www.facebook.com/france5/videos/sur-les-traces-des-hippies-interview-de-j%C3%A9r%C3%A9my-michalak/297343284664916/

 

Les deux voyageurs Nans et Mouts ont tenté l’expérience de partir en voyage avec le  rêve comme seul moteur, sans bien et sans argent, en ne comptant, pour s’en sortir, que sur la solidarité des personnes rencontrées en chemin. Dans Objectif Québec en deux épisodes, ils rencontrent des défenseurs de la nature et des autochtones qui dévoilent leur identité familliale et amérindienne.

« Ils s’en sont allés un beau matin sans rien, ni pour se vêtir, ni pour se nourrir, ni pour se déplacer. Leur idée était de troquer d’échanger et de réussir à assouvir des vieux fantasmes d’enfants, comme faire du parapente en Corse ou du tandem en Hollande. Deux caméras fixées sur leur baluchon ont filme leurs périples hors du commun ».

Nus et culottés : Objectif Québec (Objectif Montréal et Objectif Lac Saint-Jean),  Nans Thomassey et Guillaume Tisserand-Mouton, Saison 6 (3 x 52 min – 2018), Bonne PIoche Télévision, avec la participation de France Télévisions et TV5 Monde.

 

En partant des campagnes du sud-est du Québec, Nans et Mouts rêvent de rejoindre les rives du lac Saint-Jean, l’un des plus vastes de la région, pour y construire leur « cabane au Canada ». Mais, avant de se lancer à la découverte de la Belle Province, les deux baroudeurs doivent se procurer des outils et du bois pour la bâtir et, plus difficile encore sans un sou vaillant, dénicher un pick-up pour le transport et le déplacement… Uniquement équipés de caméras baluchon à l’épaule comme d’habitude, ils font rapidement la connaissance du patron d’une multinationale, qui leur trouve de quoi s’habiller dans ses bureaux ! Les voilà parés pour le voyage. Au gré des rencontres, Nans et Mouts explorent la culture québécoise, de sa gastronomie à ses expressions.

https://www.francetelevisions.fr/Nus-culottes-Quebec

https://www.france.tv/france-5/nus-et-culottes/saison-6/562459-objectif-quebec-1-2.html

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage et construction de soi : retour aux sources

Comme le carnet de voyage est autobiographique et évoque l’intime à travers une écriture souvent introspective, ou du moins réflexive à portée existentielle, il peut donc être un médium favorisant la construction de soi. Dans le cadre d’un voyage vers le retour aux sources, le carnet de voyage consigne les impressions et les sentiments ressentis liés à la découverte du pays natal et aux rencontres de proches oubliés ou distancés. Ainsi, des Suissesses et des Suisses sont partis dans leur pays d’origine sur les traces de leur passé lié souvent à un parcours d’adoption. Ces réalisations audiovisuelles sont chargées d’émotions et de réflexions sur la construction identitaire, sur son parcours de vie lié à la mobilité et aux changements de lieu de résidence et de nationalité. Il y transparaît l’importance des racines dans la projection existentielles et la quête de son identité culturelle pour la construction de soi.

De nombreuses questions se posent aux narrateurs – découvreurs lors de leur voyage « retour aux sources » : comment ce type de voyage favorise t-il la construction de la personnalité ? En quoi apporte t-il des réponses aux questions déclencheuses du départ ? Qu’apporte ce type de voyage ? Comment renouer avec sa culture natale ? A quoi la biculturalité est-elle confrontée à ses mythes ou ses idées préconçues? Comment concilier deux cultures, deux familles, deux pays dans la construction d’un parcours de vie ? Ce voyage favorise t-il la mise en projet existentiel ou le retour aux sources (voire les deux) ?

Voyage au Mozambique réalisé par Katrin Blum, Oliver Roth et Karen Ballmer (saison 2, Suisse, 2019)

Quarante ans après, Filomena retourne dans son pays natal, le Mozambique, en compagnie de son fils, Renato. L’occasion pour celui-ci d’en savoir plus sur la terre de ses ancêtres. Un voyage chargé d’émotion, dans un pays qui a subi énormément de changements et qui va leur paraître un peu étranger.

Laos réalisé par Katrin Blum, Oliver Roth, Karen Ballmer (saison 2, Suisse, 2019)

Chanti s’apprête à entreprendre le voyage de sa vie en compagnie de Sabrina, sa petite amie. Ils se rendent au Laos, le pays natal du jeune homme. L’occasion pour lui de replonger dans son passé. Ensemble, ils vont partager des moments qu’ils n’oublieront jamais et faire des rencontres chargées d’émotion.

Colombie réalisé par Katrin Blum, Oliver Roth, Karen Ballmer (saison 2, Suisse, 2019)

Vingt-sept ans après avoir quitté son pays natal, Lina retourne pour la première fois en Colombie. Toute petite, elle a été adoptée par une famille suisse. En compagnie de son petit ami Stéphane, Lina va enfin découvrir la terre de ses racines. Pour le couple, c’est un voyage chargé d’émotion.

Finlande réalisé par Katrin Blum, Oliver Roth, Karen Ballmer (saison 2, Suisse, 2019)

Aurora entreprend le voyage de sa vie vers la Finlande, le pays d’origine de sa mère. Avec son compagnon, elle découvre des coutumes qui lui sont étrangères et une nature sauvage enchanteresse. Un périple qui donne lieu à des rencontres inattendues et pleines d’émotions.

Voyage au Sri Lanka réalisé par Adrian Schmon, Olivier Roth, Karen Ballmer (saison 1, Suisse, 2018)

Jee et Yathu sont nés au Sri Lanka, qu’ils ont fui pour la Suisse, lors de la guerre civile. C’est le premier retour de Jee au pays. Yathu, quant à lui, n’est encore jamais retourné dans le Nord, où vit sa famille. Ce voyage les confronte à leur passé.

Panama réalisé par Adrian Schmon, Olivier Roth et Karen Ballmer (saison 1, Suisse, 2018)

Vince, 70 ans, a quitté son pays natal, il y a cinquante-trois ans. Il n’a jamais été nostalgique du Panama. Raoul, son fils, veut pourtant mieux connaître ses origines. Avec sa soeur Nadia, ils accompagnent leur père dans ce voyage. À Buen Retiro, Vince est face à son passé.

Angola réalisé par Adrian Schmon, Olivier Roth, Karen Ballmer (saison 1, Suisse, 2018)

Angela, citoyenne suisse, a décidé de retourner dans son pays natal, l’Angola, qu’elle a fui quarante-deux ans auparavant pour échapper à la guerre civile. En compagnie de sa fille Mélanie, elle part sur les traces de son passé, plus précisément à Lubango. Angela va-t-elle sortir indemne de cette expérience ?

Inde réalisé par Adrian Schmon, Olivier Roth, Karen Ballmer (saison 1, Suisse, 2018)

Satbir se sent chez lui dans le canton de Berne. Il a fui l’Inde, son pays d’origine, trente ans auparavant. Son fils, Benjamin, souhaite connaître le pays de son père et l’accompagne dans ce périple vers le nord du pays, au Pendjab. Père et fils partagent un voyage plein d’émotion.

Pérou réalisé par Adrian Schmon, Olivier Roth, Karen Ballmer (saison 1, Suisse, 2018)

Il y a quarante-deux ans, Corinne Studer était bébé et arrivait en Suisse pour y être adoptée. Depuis, elle n’a pas revu son pays natal le Pérou. Ce retour aux sources va lui permettre de rencontrer sa famille, dont elle ignore tout. Son mari, Adrien, l’accompagne dans ce voyage émouvant.

Roumanie réalisé par Adrian Schmon, Olivier Roth, Karen Ballmer (saison 1, Suisse, 2018

À 31 ans, Mircea Mathis décide d’aller en Roumanie rencontrer sa mère biologique, pour trouver des réponses à ses questions. Adopté à 4 ans par un couple suisse, Mircea n’est plus jamais retourné dans son pays natal. Il découvre la vie simple de la campagne roumaine et retrouve sa mère.

https://www.rts.ch/play/tv/emission/retour-aux-sources?id=10078804

http://www.tv5monde.com/programmes/fr/programme-tv-retour-aux-sources-colombie/97281/

https://europe.tv5monde.com/fr/guide-tv/documentaires/retour-aux-sources/voyage-au-mozambique-295376

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage audiovisuel et historique dans le sillage d’Ulysse

Des ruines de Troie à l’île d’Ithaque, l’aventurier Sylvain Tesson se plonge dans les mythes extraordinaires de l’Odyssée. Le voyageur mêle le réel à l’imaginaire : il part à la rencontre de spécialistes, d’habitants et de marins, qui lui content les liens entre la poésie homérique et les traditions ancestrales des lieux où Ulysse est passé…Un voyage hors du temps !

En cinq épisodes de 27 minutes, Sylvain Tesson propose un carnet de voyage -reportage audio-visuel à la quête des traces historiques et mythiques de l’illustre héros d’Homère qui a fondé notre esprit latin et notre culture « européenne ». Aussi, le talent polymorphe de l’écrivain, du géographe et du découvreur qu’est Sylvain Tesson ouvre t-il la voie à de multiples pistes pédagogiques à destination des collégiens qui étudient les langues et les civilisations de l’Antiquité.

Nombreux sont les enseignants qui auront plaisir à inscrire l’Antiquité dans la découverte contemporaine du voyage en Méditerranée (littérature du voyage dans les programmes) en croisant plusieurs disciplines telles que l’histoire, la géographie, les lettres, le latin, le grec et bien sûr les arts visuels, si l’objectif visé est la réalisation de carnets de voyage en classe.

Merci Sylvain Tesson pour votre regard toujours en quête d’horizons à (re)découvrir !

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-019267/dans-le-sillage-d-ulysse-avec-sylvain-tesson/?xtor=SEC-694–[Voyages_decouvertes_programme]-[Sylvain_Tesson]–[]&gclid=CjwKCAjwztL2BRATEiwAvnALctzOtFqfMRCMYhmhBK2dnNpX-yfkg3LtTSE_PnKDtsffOUBzxj4UxhoCjdUQAvD_BwE

Ouvrage : Un été avec Homère : voyage dans le sillage d’Ulysse. Sylvain Tesson, tableaux de Laurence Bost, photographies de Frédéric Boissonnas. Ed. des Equateurs, France-Inter, 2020.

https://editionsdesequateurs.fr/enLibrairie/oo/Sylvain_Tesson

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage audiovisuels : essai de typologie du genre

Au fil de la programmation télévisuelle des trois derniers mois (avril, mai et juin 2020) , je vous propose de découvrir plusieurs documentaires qui racontent le voyage d’une façon originale et innovante. Cet essai de typologie du genre « Carnet de voyage audiovisuel » se décline en quatre catégories : le carnet de voyage audiovisuel sur les lieux d’inspiration, le carnet de voyage audiovisuel comme retour aux sources culturelles, le carnet de voyage audiovisuel à la découverte de la nature et le carnet de voyage audiovisuel comme reportage sociologique.

  1. Le carnet de voyage audiovisuel sur les lieux d’inspiration :

Invitation au voyage : le magazine de l’évasion culturelle. ARTE

Linda Lorin nous emmène à la découverte de lieux de notre patrimoine artistique, culturel et naturel qui ont inspiré les artistes.

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-014340/invitation-au-voyage/RC-015588/l-inspiration/

Matisse, voyage à la quête de la lumière. Documentaire de Raphaël Millet (France, 2020, 51mn). ARTE France

Insatiable de lumière et de couleurs, le peintre n’a eu de cesse d’effectuer tout au long de sa vie de nombreux voyages qui l’ont mené, après sa découverte de Belle-Île-en-Mer, toujours plus au sud, d’Ajaccio à Collioure, de Tanger à l’Espagne – Grenade et Cordoue –, des atolls polynésiens à Nice et son arrière-pays, où il vivra jusqu’à sa mort en 1954.

https://arte-magazine.arte.tv/programme/44352

Blaise Cendrars – Comme un roman. Jean-Michel Meurice. ARTE

Ecrivain et voyage insatiable, mais aussi réalisateur, commis en bijouterie, pianiste de cinéma, marin, chercheur de diamants, reporter, grand amoureux devant l’Eternel : une traversée poétique du XXe siècle dans les pas de Blaise Cendrars (1887-1961), portée par sa voix inimitable.

https://www.arte.tv/fr/videos/075808-000-A/blaise-cendrars-comme-un-roman/

Streetphilosophy. ARTE

Streephilosophy descend dans les rues de Berlin, de Neukölln à Kreuzberg, au milieu des gens, dans des döners et des bars de nuit. Dans une ville où l’individualisme règne en maître, où chacun cherche prioritairement son épanouissement personnel, deux questions se posent : qui sommes-nous et comment voulons-nous vivre ?

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-014424/streetphilosophy/

La route des arts : regard sur les objets polynésiens, Frédéric Bouquet et La route des arts : Paroles Kanaks. FRANCE O

https://www.programme-tv.com/television/681691244/la-route-des-arts-paroles-kanak.html

https://www.france.tv/documentaires/art-culture/1470433-la-route-des-arts-regard-sur-les-objets-polynesiens.html

Sentir ou ressentir. écrit par Arnaud Gobin et Alban Guillien et réalisé par Arnaud Gobin. Coproduction France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur / AMDA.

Grasse est un terroir en matière de parfumerie est désormais inscrit par l’UNESCO au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Le film va à la rencontre de celles et ceux qui conçoivent les parfums et arômes, qui les fabriquent, les utilisent en aromathérapie ou en olfactothérapie dans le milieu hospitalier.

https://www.france.tv/documentaires/voyages/1507615-sentir-ou-ressentir.html

  1. Le carnet de voyage audiovisuel comme retour aux sources culturelles

Retour aux sources : voyage au Mozambique. Katrin Blum, Oliver Roth, Karen Ballmer. TV5 Monde et Retour aux sources : voyage au Laos, TV5 MONDE

Des Suissesses et des Suisses partent dans leur pays d’origine sur les traces de leur passé.

https://www.programme.tv/c4607620-retour-aux-sources/

Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson. ARTE

Des ruines de Troie à l’île d’Ithaque, l’aventurier Sylvain Tesson se plonge dans les mythes extraordinaires de l’Odyssée. Le voyageur mêle le réel à l’imaginaire : il part à la rencontre de spécialistes, d’habitants et de marins, qui lui content les liens entre la poésie homérique et les traditions ancestrales des lieux où Ulysse est passé…Un voyage hors du temps !

https://www.arte.tv/fr/videos/081562-001-A/dans-le-sillage-d-ulysse-avec-sylvain-tesson-1-5/

Enquêtes archéologiques : un voyage à travers le temps et l’espace. ARTE

Sur les traces de l’archéologue belge Peter Eeckhout, une exploration des plus grands chantiers réçents et leurs extraordinaires découvertes.

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-016232/enquetes-archeologiques/

  1. Le carnet de voyage audiovisuel comme découverte de la nature

Simon Reeve : expédition Océan Indien. réalisé par Dominic Ozanne. FRANCE O

Simon Reeve part à la découverte du delta du Tana, le plus long fleuve du Kenya. Ce territoire qui abrite environ 350 espèces d’oiseaux est en péril depuis que le gouvernement projette d’y développer la culture de la canne à sucre.

https://www.france.tv/france-o/simon-reeve-expedition-ocean-indien/

  1. Le carnet de voyage audiovisuel comme reportage sociologique

Chemins d’école, chemins de tous les dangers. réalisé par Joachim Förster. ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/046547-002-F/chemins-d-ecole-chemins-de-tous-les-dangers/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Un genre cinématographique : du roadmovie au « voyage sauvage »

Article en version trilingue anglais – portugais et français, Pascale Argod, Via Review Tourism, n°14, 2018 Représentations du tourisme au cinéma

Du roadmovie au « voyage sauvage » : la quête d’aventure sur la route et le mythe du voyageur héroïque

https://journals.openedition.org/viatourism/2885

Les conceptions de « Wild », abordées dans le carnet de voyage cinématographique de fiction interrogent le rapport de l’homme à l’espace et la forme du voyage qui suscitent le dépassement de soi par la confrontation à l’environnement. L’expérience vécue du voyage initiatique (aventure, exploration, expédition) définit le genre « carnet de voyage  » devenu un médium du tourisme « hors des sentiers battus». Les deux carnets de voyage cinématographiques américains que sont « Into the wild » de Sean Penn en 2007 et « Wild » de Jean-Marc Vallée en 2015 font en effet référence à Sur la route de Kérouac et au front pionnier américain et marquent une génération de voyageurs carnettistes en quête d’idéal et d’antivoyage. Le retour à la nature sauvage comme confrontation culturelle, dépassement de soi et voyage de formation qui déterminerait le genre carnet de voyage. Ce dernier se décline comme une écriture de soi ou un film autobiographique sur l’expérience du déplacement, parfois « biopic » ; nous élargissons ainsi le genre du road movie à la robinsonnade et au film en milieu naturel expérimenté. L’esthétique de l’image, du paysage panorama et de la nature grandiose serait l’héritage de la notion de « pittoresque » et de « front pionnier » et les mythes renouvelés du héros « vagabond » (Benoliel, 2011et de la quête d’un nouveau monde seraient hérités des références littéraires de Sur la route de Kérouac et de l’« ethos Beat» de la Beat Génération.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Nouveau carnet de reportage numérique : le Projet 51

Conférence Changer le monde avec Marion, Ayméric et Alexandre , association Projet 51 – un tour du monde au féminin (animation : P. Argod) lors des 2èmes rencontres du Carnet de voyage, une écriture du monde au Marche des Douves à Bordeaux, les 3 et 4 décembre 2016. Selon leurs propos, quelques extraits de l’intervention :

Le Projet 51, c’est un voyage itinérant de 10 mois dans 19 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient à la rencontre d’entrepreneurs sociaux, de responsables associatifs et de nombreux autres acteurs et actrices du changement de la condition féminine sur notre chère planète. Ce sont aussi des rencontres quotidiennes avec des citoyens et citoyennes lambda, bref, un périple au plus près des réalités locales pour comprendre ce que signifie être une femme en 2015 en Mauritanie, au Burundi, en Inde, en Iran, et dans 15 autres pays de notre chère planète Terre. Quels sont les problèmes spécifiques qu’elles connaissent, quelles sont les initiatives prises par la société civile comme par les autorités publiques pour y faire face, mais aussi quelles sont les progrès réalisés et les aspects positifs constatés : nous traiterons toutes ces questions et bien d’autres à travers nos articles, vidéos et photos. Alors, pour voyager avec nous, découvrir d’autres horizons et en même temps vous documenter sur des pays que l’on connaît généralement peu et sur la condition féminine sous d’autres cieux, suivez nous !  https://projet51.com

Originalité du parcours :

  • Nos profils très différents qui ne nous ont pas empêchés de nous réunir autour d’un même projet ;
  • Le fait de développer ce projet alors que nous étions encore étudiants (pour deux d’entre nous) et que nous n’avions que peu de ressources mobilisables immédiatement (tant financières et qu’en termes de réseaux) ;
  • L’originalité du concept : allier voyage itinérant et rédaction d’articles / programmation de rencontres autour d’un sujet défini à l’avance, tel un « voyageur social », qui s’intéresse à l’environnement dans lequel il voyage, aux gens qui y vivent, et pas seulement aux attractions touristiques majeures qui s’y trouvent.
  • L’originalité du tracé de notre itinéraire : nous nous sommes concentrés sur trois zones (Afrique – Asie – Moyen-Orient) où se posaient selon nous le plus d’enjeux relatifs à la condition féminine, et nous avons essayé d’inclure un maximum de pays peu visités par les touristes, routards et amateurs de tours du monde.

Originalité de la réalisation : https://projet51.com/

Proposer des contenus différents, qui traitent des sujets relativement peu communs, dans des pays souvent oubliés, d’une manière nouvelle. Nous n’avions pas la prétention de produire des contenus extrêmement documentés (comme un papier académique ou un article de journalisme d’investigation), mais nous souhaitions dépasser le niveau d’un récit de voyage exclusivement personnel et anecdotique, en ajoutant des informations contextuelles ou recueillies auprès de professionnels.

Concernant la partie voyage, se rendre, avec nos modestes moyens et notre mode de voyage « routard », dans des pays parmi les moins visités au monde et les moins adaptés au voyage itinérant : Burundi, Bangladesh, Mauritanie, Arménie, Iran, etc.

Chaque mois 3 vidéos, accessibles à tous et d’une durée maximum de 10-15 minutes :

« les rencontres marquantes du mois » : compilation de nos meilleures interviews

« les découvertes du mois » : micro-reportage sur un pays  et un sujet particulier

« le clip du mois » : compilation de photos prises sur la route, le tout monté sur une musique que nous avons entendu loin de chez nous !

Les articles seront rédigés dès que nous aurons des choses à raconter. Certains présenteront les enjeux d’un sujet précis qui touche les femmes d’un ou plusieurs pays et les résultats de nos études de terrain, d’autres seront les récits de notre voyage et des anecdotes de notre itinérance, d’autres expliqueront les initiatives prises par la société civile pour relever le défi de l’égalité hommes-femmes et lutter contre les discriminations injustes qu’elles subissent.

Enfin, des « cartes d’identité » seront aussi rédigées pour chaque pays. Elles feront une présentation rapide et efficace du pays et de la situation des femmes et expliqueront pourquoi nous avons choisi de nous y rendre.

3 supports vous permettront d’avoir un accès total à nos travaux : 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Passages entre art, médias d’information et industries culturelles

Communication intitulée « Du reportage graphique au carnet de société, passages et ambiguïtés entre art, médias d’information et industries culturelles ». Pascale Argod. Colloque international Les devenirs artistiques de l’information organisé par l’université de Paris, les 9, 10 et 11 juin 2015.
https://devenirsartistiquesinformation.wordpress.com/

La définition du reportage, du témoignage et la notion même d’information déterminent ce que nous entendons par « reportage graphique » pour pouvoir envisager le traitement de l’information. Blaise Cendrars voit l’art du reportage comme un art avant tout littéraire à rapprocher de la poésie et du roman : « Un reporter n’est pas un simple chasseur d’images, il doit savoir capter les vues de l’esprit ». A la différence du journaliste, le dessinateur transmet le ressenti et l’ambiance ou l’atmosphère. La notion de témoignage à travers le croquis oscille entre plusieurs regards celui du journaliste ou de l’ethnologue tout en reflétant l’émotion de l’artiste par le trait du crayon ou par la touche du pinceau. L’enjeu documentaire ne serait pas en effet de reproduire le monde mais de l’interroger et d’en chercher des angles de vue révélateurs afin d’effectuer une composition ou un montage significatif. La critique sociale est primordiale dans le reportage illustré qui raconte une histoire en images, spécifique au métier d’illustrateur. Le reportage dessiné trouve sa voie dès 1999 sous le trait d’Eric Corbérian ou d’Etienne Davodeau puis à partir de 2001, de François Saint-Remy sur la fermeture de l’usine Levi’s et de Denis Lecat sur le centre de Sangatte. Les reportages graphiques comme ceux de Troub’s sur les derniers bouilleurs de cru, de Michaël Mattys sur les usines sidérurgiques de Charleroi, de Damien Roudeau sur une grève, de Fabrice Bloch sur la marche de mineurs vers Bucarest (Les gueules noires de Roumanie). Ainsi, les trois atouts de « la pensée visuelle » semblent transférables au carnet de reportage, c’est à dire la critique sociale, le reportage illustré et le récit. Sa filiation semble en effet clairement lisible depuis le reportage illustré des années 1950 et 1960 avec les essais picturaux de Paul Hogarth, Robert Weaver et Robert Andrew Parker qui inaugurent la voie au journalisme visuel ou à l‘illustration journalistique du dessinateur-reporter. C’est l’esprit de la Revue XXI et de la Revue dessinée mais surtout des carnettistes exposant au Rendez-vous du carnet de voyage tiraillés entre art, journalisme et production éditoriale, trois dispositifs parfois contradictoires qui ont leurs caractéristiques propres mais qui tissent la portée sémiologique, sociologique et médiatique du reportage graphique. Les carnets de reportage numériques proposent de nouvelles formes d’écritures, entre art et information, qui insèrent le reportage dessiné et les arts graphiques, parfois dans un dispositif transmédia qui ouvre de nouveaux territoires et pratiques médiatiques pour l’artiste, le journaliste et le sociologue. A partir d’exemples de carnets ouvrages et numériques nous étudierons les caractéristiques de cette « pensée visuelle » ou de «média-art».

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du reportage graphique et du carnet de reportage

Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards de reporters et témoignages du réel. Pascale Argod, Belgeo [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 17 décembre 2014, URL : http://belgeo.revues.org/12843

http://belgeo.revues.org/12843

Résumé :
Selon le regard du dessinateur de presse, du journaliste ou du carnettiste, une typologie de carnets de voyage-reportage contemporains se dessine à travers l’historique du reportage graphique depuis 1820. Elle oscille entre deux tendances, le roman graphique de reportage dessiné et le documentaire de reportage multi arts graphiques, et deux regards sur l’actualité, celui du journaliste et celui de l’artiste. L’angle de vue choisi, la composition (montage significatif) de l’image permettent d’appréhender les lieux et les liens de la narration entre texte-image. Il s’agit de définir ce qu’est le carnet de reportage comme genre éditorial et de voir comment s’articule le regard journalistique avec le témoignage vécu et la réalité, à partir de l’analyse de quatre titres sur des territoires à la géopolitique brûlante depuis 2004 (Afghanistan, Irak, Palestine et la Mer d’Arabie). La combinaison d’images et d’arts graphiques ouvre sur une nouvelle narration visuelle qui définit ce genre, devenu intermédia

TITLE : The graph reporting and reporting book: geopolitical images, views of reporters and the real testimonials
Depending on the look of a cartoonist, journalist or cartoonist traveling (carnettiste), a typology of contemporary reportage travelogues emerges through the history of graphic reportage since 1820. It oscillates between two trends, the graphic novel designed and reporting reportage documentary multi graphics, and two look at the news, the journalist and that of the artist. The selected angle, composition (significant assembly) of the image allow to understand the places and the links between narrative text and image. This is to define what the story book as editorial genre and see how revolves journalistic look with lived witness and reality, from the analysis of four titles in territories to geopolitics burning since 2004 (Afghanistan, Iraq, Palestine and the Arabian Sea). The combination of images and graphic arts opens a new visual narrative that defines this media genre, became intermedial.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Déclinaisons artistiques et littéraires du genre carnet de voyage « de l’album aux écrans »

Séminaire interdisciplinaire (cinéma et langues vivantes) « Fiction et non fiction : le carnet de voyage » de l’université de Caen – LASLAR
Afin d’approfondir notre recherche et de la rendre plus féconde nous avons décidé de construire les quatre séances de l’année 2014-2015 autour d’un axe unique, « le carnet de voyage », genre et format hybrides par excellence, qui se trouve au carrefour entre fiction et non fiction et constitue en soi l’une des passerelles privilégiées entre littérature, arts graphiques, arts plastiques, photographie et cinéma. Le carnet de voyage comme axe thématique qui peut être journal de bord, carnet de route, carnet d’illustrateur invite aussi à examiner les liens et les différences avec le récit de voyage et le journal intime, entre autres, selon les propos de Vincent Amiel, Anouck Linck, Ina Salazar, David Vasse, Christian Viviani (voir le  site du LASLAR : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/laslar/2867 )

Conférence du 5 février 20015 intitulée Déclinaisons artistiques et littéraires du genre carnet de voyage « de l’album aux écrans » : transferts, mutations, hybridités, intermédialité, transmédia pour « Faire création du réel » (P. Argod)

Le genre circule d’un média à l’autre dans un processus complexe d’intermédialité. Né à l’époque romantique, le carnet de voyage serait issu d’une interaction esthétique entre les arts et les médias, conséquence d’une histoire d’interférences et d’interactions (E. J. Muller). De l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, un sous-genre des littératures populaires ou des paralittératures, et tendrait actuellement à devenir un genre médiatique des mass média, voir intermédiatique. De l’écrit à l’écran, il semble subir des « mutations génériques et des mutations médiatiques » (J. Migozzi). L’édition du carnet de voyage migre de l’album de voyage dessiné vers une hybridité, supports combinés et nouvelles formes de médiations
– Certains carnets de voyage s’inscrivent dans la transposition du récit de voyage à d’autres médias, d’autres plus spécifiquement dans la notion de carnet de voyage multimédia ou d’intermédia.
– Quelques uns dans une nouvelle forme de documentaires telle que l’illustre la collection « Carnets de voyage » de Gédéon programmes.
– Blogs et vidéoblogs de voyage font évoluer le genre « carnet de voyage » autant que la démarche créative du carnettiste, devenu un « web graphiste » ou un « blogueur reporter ».
Le carnet de voyage – ouvrage se situe entre le journal de bord, le carnet de route et le carnet d’illustrateur et utilise le reportage graphique. Comme il place la narration en images au centre de sa définition, il se décline de la littérature au cinéma, des arts graphiques et plastiques aux arts visuels, images fixes et animées, plus largement, entre récit de voyage et journal intime.
Il établit des ponts entre littérature et cinéma avec des problématiques :
– Quels sont les supports et quelles formes prend le carnet de voyage ?
– Quels sont les transferts d’un support à l’autre ?
– Comment définir la narration par l’image selon les types de supports ?
– Quelles sont les hybridités d’un art à l’autre ?
– Comment définir l’hybridité du carnet de voyage cinématographique ? Et évoque-t-on uniquement le « road movie » pour le cinéma?
– Est-ce un mode de perception et de compréhension « fictionnalisant » ou « documentarisant » (Odin, 2000) ? « Fiction ou non fiction » ?
– Quel statut ont le témoignage, la trace ou l’indice du vécu, dans ce genre de documentaire de création, expérimental ou « film-essai »?
– Parle-t-on de « carnet de voyage » ou « de carnet de reportage » ?
– Peut-on parler de « carnet de voyage intermédia » ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Appunti, du carnet de voyage cinématographique, du film – essai et du documentaire expérimental

Appunti (carnet de notes de Pier Paolo Pasolini), du carnet de voyage cinématographique, du « film-essai » et du documentaire expérimental
Carnet de notes pour une Orestie africaine et Notes pour un film sur L’Inde révèlent le talent de poète-réalisateur qu’est Pier Paolo Pasolini mais aussi une forme du genre cinématographique « carnet de voyage » entre carnet d’esquisses et carnet de recherche audio-visuel. L' »appunti » est-il d’un documentaire expérimental et de repérages pour un film en devenir et donc à jamais inachevé ? Et donc la trace d’une recherche cinématographique en gestation ? Le définit-on comme un film-essai ? Qu’est-ce qui le caractérise comme « carnet de voyage » ? Quel est l’héritage littéraire de l’appunti ? Est-ce la forme mosaïque d’histoires fragmentaires et inachevées ? L’inachevé est-il le propre du genre intermédia carnet de voyage ? Ou est-ce plutôt le collage d’images ? Ou encore la poétique du déplacement ? Les notions de « géopétique » et d »ex-time » sont-elles présentes ?
Ce carnet d’annotations visuelles renvoie à un film à réaliser ultérieurement, une sorte de « work in progress» en vue de son vaste projet Notes pour un poème sur le tiers-monde, poème filmique en cinq parties : l’Inde, l’Afrique, les pays Arabes, l’Amérique du Sud et les ghettos d’Amérique du Nord. Il n’y a d’ailleurs jamais eu de « film à faire », sinon comme alibi pour ce magma formel totalement libre qu’est le Carnet de notes. L’inachèvement est la marque de fabrique du « cycle des Appunti », selon l’expression de J.-C. Biette reprise par Hervé Joubert-Laurencin pour désigner toute la production « parallèle » des « films-essais » de Pasolini, caractérisés entre autres par l’innovation formelle. Roberto Chiesi le définit comme un « « film-laboratoire » : « Carnet de notes pour une Orestie africaine affiche une fertile contamination de registres. C’est un film de repérages, mais il comprend une séquence où quelques vers des Choéphores d’Eschyle (Orestie sur la tombe d’Agamemnon et sa fuite, pourchassé par les furies) sont mis en scène par Pasolini, avec un interprète trouvé sur place. C’est un film de montage (il inclut de violents extraits d’archives sur la guerre du Biafra pour évoquer le siège de Troie), mais c’est également un travail métalinguistique, dans lequel l’auteur remet en question le film lui-même. »
Notes pour un film sur l’Inde est un autre de ces Appunti. En 1961, Pasolini découvre l’Inde pour la première fois, avec Alberto Moravia et Elsa Morante. Comme l’Afrique, l’Inde imprègnera une grande partie de son activité artistique, à commencer par le récit issu de ce voyage, L’Odeur de l’Inde. Entre décembre 1967 et janvier 1968, le cinéaste repart en Inde, pour y tourner les Notes pour un film sur l’Inde, probable élément du projet des Notes pour un poème sur le Tiers-monde. Il serait très pertinent de comparer cette oeuvre avec celles de Louis Malle, L’Inde Fantôme ou Calcutta, réalisées la même année dans la vague des hippies routards ou « Backpakers » vers l’Inde.

http://www.cineclubdecaen.com/realisat/pasolini/notespourunfilmsurlinde.htm
http://www.critikat.com/dvd-livres/dvd/carnet-de-notes-pour-une-orestie.html
https://www.franceculture.fr/oeuvre-carnet-de-notes-pour-une-orestie-africaine-de-pier-paolo-pasolini.html

A lire :
Anne-Violaine Houcke, « Pasolini et la poétique du déplacement », Conserveries mémorielles [En ligne], #6 | 2009, mis en ligne le 26 décembre 2009. URL : http://cm.revues.org/399

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage – reportage numérique

Du carnet de voyage numérique à l’expérience transmédia. Pascale Argod, Numéro 2 de la revue Échappées, revue annuelle d’art et de design – recherche intitulé Graphic design and multimedia – uses and users in the digital age de l’École supérieure d’art des Pyrénées Pau Tarbes, mai 2014.

http://recherche.esapyrenees.fr/echappees/fr/index.php

La mobilité du numérique produit une transfiguration de la relation à l’espace, notamment du déplacement physique et du voyage qui évolue vers un espace virtuel, partagé, de flux et d’interaction, parfois vers une poétique de l’imaginaire et de la mobilité numérique. Le carnet de voyage met en question la territorialité liée aussi à un autre temps du voyage, entre retenue et passage de flux. La question du statut de l’oeuvre « carnet de voyage » interroge ainsi le régime de l’art. Comment expérimente-t-on le rendu du voyage de l’artiste à l’heure de l’oeuvre numérique ? De l’écrit à l’écran, le carnet de voyage semble subir des mutations génériques et des mutations médiatiques : de l’album de voyage dessiné et du documentaire audio-visuel vers une hybridité de supports combinés et de nouvelles formes de médiations (blog, streaming, e-pub…). L’hybridité du genre rend nécessaire la création d’une typologie qui puisse différencier les carnets de voyage multimédia et numériques en fonction de plusieurs critères. Du blog de voyage ou « blog-reportage » au web documentaire, la transgression des frontières entre documentaire et fiction semblerait alors « la marque de fabrique » du carnet de voyage qui pourrait tendre vers une virtualisation de la notion de voyage.

Voir l’intégralité de l’article sur le site de la revue en ligne :

http://recherche.esapyrenees.fr/echappees/fr/index.php

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Des arts graphiques dans le carnet de voyage numérique

Article publié : Des arts graphiques dans le carnet de voyage numérique : de l’image dessinée à l’évolution du genre « carnet de voyage », Pascale Argod, Revue Interfaces numériques, n° 5, octobre 2013, Dossier : L’image artistique à l’ère de la reproduction numérique : sémiotique visuelle et interfaces dirigé par Anne Beyaert-Geslin et Marie Renoue, éditeurs Lavoisier, Designers interactifs.

Les caractéristiques génériques du carnet de voyage sont floues puisqu’il est issu d’une hybridation, d’une circulation artistique et médiatique, mais les arts graphiques, l’image dessinée et aquarellée seraient sa spécificité y compris numérique. Album et livre d’artiste, il sollicite l’illustration comme preuve du voyage, le reportage graphique, les notes visuelles et l’observation sensitive sur le terrain afin de restranscrire  une narration visuelle du voyage. A l’heure de l’image photographiée et de la vidéo, en quoi et pourquoi les arts graphiques sont-ils caractéristiques d’une intermédialité du carnet de voyage orientée vers le numérique ? Offrent-ils une plus-value médiatique ? La notion « d’extime » (extérieur – intime) et la fonction plurielle du dessin entre arts et sciences en feraient une œuvre hybride. Les blogs des carnettistes souhaitent œuvrer à la reconnaissance artistique de leur médium et mettent en exergue leurs talents de peintre-dessinateur. De nouvelles formes de médiation numérique du genre carnet de voyage orienté vers l’artialité se dessinent : carnet animé, déclinaisons transmédia et crossmédia dont l’exposition – installation.

http://rin.revuesonline.com/accueil.jsp

The generic characteristics of the travelogue or travel sketchbookare blurred because it is from a hybridization of art and media traffic but graphics, rough, cartoon and watercolor image would specificity including digital. The album and book artist seeks the illustration as a proof of travel, graphic report, notes and visual sensory observation on the ground to restranscrire a visual narrative of the journey. At the photographed image and video, how and why the graphic arts are characteristic of intermediality travel sketchbook to digital? They offer a gain media? The notion of « extime » (outerinner) and the design of the plural function between arts and science would make a hybrid work. The blogs of artists « carnettistes » want recognition of their artistic medium and highlight their talents as a painter draftsman or a roughman. New forms of mediation gender digital book trip or digital travelogue tomixed-arts and mixed-média while seeking the graphics are emerging : travel book animated, versions transmedia and crossmedia including exposure.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage et le numérique : pratiques, intérêts et évolutions

« Le carnet de voyage et le numérique : pratiques, enjeux et évolutions » : une enquête ménée auprès des carnettistes du Rendez-vous du carnet de voyage

P. Argod, le 27 janvier 2013

Partie  1 : votre point de vue d’auteur de blog ou de site web

1- Si vous tenez un blog ou site web, dans quels buts numérisez-vous les images artistiques de vos carnets ?

2- Comment sélectionnez-vous les images en vue d’une numérisation ? Quels sont vos critères ?

Quels types d’images (rough, aquarelle, collage, photo…) ?

Merci à titre d’exemple de mentionner l’adresse – lien web de votre blog / site vers une page numérisée de votre choix :

3- Combien d’images tirées de vos carnets de voyage (sans compter la page de couverture) proposez-vous sur votre blog ou site web ?

4- Est-ce que vous numérisez intégralement vos carnets sur votre blog / site web? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

5- Les images artistiques numérisées sur votre blog / site web sont-elles une plus-value de votre travail sur te terrain ? du « carnet de voyage papier » ? de l’ouvrage édité ? Et pourquoi ?

6- Votre blog ou site web oeuvre-t-il à la reconnaissance de votre métier ? Comment ?

7- La numérisation de vos oeuvres sur votre blog / site pourrait-elle nuire au respect du droit d’auteur / d’artiste ?

Partie 2 : votre avis sur le numérique en général

8- Est-ce que vos carnets sont diffusés dans une revue en ligne ou webzine ? Laquelle ? Lesquelles seraient appropriées à vos créations ?

9- La reconnaissance artistique de l’oeuvre d’art « carnet de voyage » passe-t-elle par le numérique ?

10- D’après vous, quelles sont les transformations du carnet de voyage (ouvrage) vers « le carnet de voyage numérique » ?

11- Le « carnet de voyage numérique » (cf aux Prix du rendez-vous) a-t-il des liens avec le carnet de voyage classique ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ?

12- D’après vous, le webdocumentaire est-il un « carnet de voyage numérique » ?

13- La narration cross (utilisation de médias complémentaires) ou trans média (utilisation combinée de médias différents) est-elle adaptée au carnet de voyage ?  Oui, non, pourquoi ?

14- Préférez-vous l’exposition – installation au numérique ? Pourquoi ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’intermédialité et du transmédia : le genre carnet de voyage

De l’intermédialité et du transmédia : le genre carnet de voyage

– Communication sur  « L’intermédialité du genre « carnet de voyage »  : un « work in progress » en arts visuels » au 3ème Colloque International d’Études d’Intermédialité de l’ISMAI, Les 6 et 7 juin 2013 à l’Instituto Superior da Maia (ISMAI, Porto), sous la responsabilité du Centro de Estudos em Letras (CEL) et du Centro de Estudos de Língua, Comunicação e Cultura de l’ISMAI (CELCC).

– Communication sur « Le carnet de voyage interarts, crossmédia et transmédia : histoire d’un genre transmédia hérité de l’intermédialité et de l’artialité » à la Journée sur l’histoire du transmédia organisé par le Laboratoire ASTRAM (EA 4673) de l’université d’Aix-Marseille à Aubagne, le 31 mai 2013.

            De l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, donc un sous-genre des paralittératures[1] et ensuite un genre médiatique des mass média, voir intermédiatique.  Né à l’époque romantique[2], il serait issu d’une interaction esthétique entre les arts et les médias, conséquence d’une histoire d’interférences et d’interactions entre différents médias. La circulation dans la complémentarité des médias pourrait engendrer un carnet de voyage cross et transmédia. Il semblerait que la notion de voyage, qui est le propre de ce genre, pourrait être tout à fait propice au voyage entre les médias. En effet, Nicolas Bry définit le transmédia sur le site « transmedialab » à partir de la thèse « Transmedia Storytelling » de G A. Long (2007) qui repose sur l’innovation de la narration[3] qu’ a développé Henri Jenkins lors de ses conférences en Europe durant le mois de mai 2012[4]. Ce serait le projet de l’artiste numérique Karen Guillorel[5] qui a reçu le Prix du carnet de voyage numérique de Vidéoformes[6] en novembre 2011 lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand pour sa création Je sakura, Japon sous la forme d’une bande dessinée autofictionnelle qu’elle souhaiterait prolonger vers le transmédia qu’elle définit comme «  la possibilité de créer un puzzle narratif gigantesque dont les différents éléments sont racontés sur plusieurs médias qui se répondent et sont à la fois des histoires en soi mais participent à un échafaudage narratif plus vaste. On peut ainsi raconter de grandes histoires, des épopées et s’exprimer par des médias trèsdifférents. On revient à l’ère des conteurs grâce au transmédia» [7]. Son travail en collaboration avec Yann Minh compte exploiter ce potentiel créatif pour le projet « E-Migration »[8]. Mais avant cette récente création transmédia comment le genre « carnet de voyage » a-t-il innové et cherché sa voie tranmédia ?

A l’heure du carnet de voyage transmédia, comment retracer sa récente histoire depuis 2006 ? Quelle en est son origine médiatique ? Est-ce que des ouvrages « carnets de voyage » pourraient en annoncer les prémices avant 2006 ? Quels ont été les stades de son émergence ? Est-ce que l’exposition-installation des littératures graphiques en serait le déclencheur (voir Enki Bilal et Goscinny, François Schuiten et Benoît Peeters) ? Comment, au fil des productions de carnets de voyage de ces six dernières années, peut-on distinguer les processus d’innovation ? Le carnet de voyage intermédia et interarts serait-il enclin à la narration transmédia ? En quoi l’artialité dans les arts visuels a-t-elle pu initier cette évolution ? Le transmédia serait-il le stade ultime du « work in progress » de l’intermédialité ? A partir d’un corpus d’une douzaine de carnets de voyage, nous avons distingué deux temps dans cet essai de chronologie de l’émergence du transmédia pour le carnet de voyage : d’une part la reconnaissance du genre « carnet de voyage » entre intermédialité et artialité axé sur le carnet – ouvrage puis d’autre part l’essor du carnet de voyage transmédia à partir de sa circulation médiatique de type installation. Aussi après l’explosion éditoriale de 2000 à 2004 d’ouvrages édités, l’édition s’essouffle et se déploie alors une ère de circulation médiatique du genre vers l’audio-visuel et vers le numérique. A partir de 2006 une convergence médiatique grâce au numérique amène à penser le transmédia.


[1] Etudiées par Gabriel Thoveron : Deux siècles de paralittératures : lecture, sociologie, histoire. Vol. 2, 1895-1995. Gabriel Thoveron. Liège : Ed. du CEFAL, 2008. (Bibliothèque des paralittératures)

[2] L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision, Jürgen E. Müller, Cinémas, vol.10,n°2-3, 2000, p. 105-134.

[3] « – une histoire dont les chapitres sont diffusés sur différents médias (TV, Cinéma, Web, Mobile, …)».

[5] Karen Guillorel est affiliée au laboratoire ENER mené par Francois Garnier et Pierre Hénon. à l’ENSAD, Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris.

[7] Entretien réalisé par Pascale Argod à partir de l’interview de Karen Guillorel en décembre 2011 intitulé : « Karen Guillorel, artiste transmédia et d’arts numériques : de la narration du voyage vécu au voyage virtuel ».

Le « carnet de voyage numérique » à distance : vers un « espace partagé de création » ou vers un « voyage virtuel » ?, Journée d’études Création(s) à distance : Quand le numérique offre de réelles possibilités, MISHA de l’Université de Strasbourg, 19 avril 2012.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Oeuvres cinématographiques sur le voyage et carnets de voyage : corpus

Carnets de voyage et Œuvres cinématographiques sur le voyage : corpus

Gédéon Programmes (2007) La collection Carnets de voyage : exploration aventure, collection de huit DVD documentaires, Paris : Gédéon Programmes, Arte G.E.I.E.

ARTHUS-BERTRAND, Yann, Asociation Goodplant (2009). 6 Milliards d’Autres un projet de Yann Arthus-Bertrand et de l’Association Goodplanet. réalisé par Sibylle d’Orgeval et Baprsite Rouget-Luchaire. 6 milliards d’Autres- Gooplanet, Edition vidéo France Télévisions Distribution, Gooplanet, CNC.

BERGERET Jean-Claude (1957). KRIER Jacques. A la découverte des Français, ORTF.

BOURGEOIS Yves (2000). Portés disparus, Le mystère de Vanikoro sur les traces de Lapérouse. Coproduit ATOM-France 3.

BOURGEOIS Yves (1997). Parfum d’aventure. ATOM, France 3,Thalassa.

BRINGUIER Jean-Claude, KNAPP Hubert (1973-1979). Des paysans et Le dernier battage. INA, 2 DVD, Couleur ; 165 mn.

BRINGUIER Jean-Claude. KNAPP Huber, Pierre Sabbach (1957-1962). Les croquis. Les provinciales.

CLOT Christian (2005). Ultima Cordillera, au coeur des tempêtes. Ultimaterra- Production MC4, France 5, TSR.

CLOT Christian (2005). Ultima Cordillera, aux origines du monde. Ultimaterra- Production MC4, France 5, TSR, 52 mn.

COUSIN Christophe. Les routes mythiques d’Echappées belles : treize épisodes. France 5. 13 x 52 mn.

DE MAXIMY Antoine (2004-2007). J’irai dormir chez vous. Diffusé par France 5. Paris : Bonne Pioche, Voyage, 13 X 52 mn et 10 x 52 mn.

DEPARDON Raymond (2000, 2001). Profils paysans : chapitre 1 L’approche Palmeraie et désert; Canal+ , 90 mn.

DEPARDON Raymond (2004, 2005). Profils paysans : chapitre 2 Le quotidien, Palmeraie et désert; Canal+ , 85 mn

DEPARDON Raymond (2008). La vie moderne, Un certain regard, coproduction Arte, 1H30.

DUBOIS Bastien (2008). Carnet de voyage à Madagascar, éditions Reflets d’Ailleurs, DVD, 2011. http://www.bastiendubois.com/mada/

FLAHERTY Robert (1922). Nanouk, l’esquimau, Etats-Unis : Revillon Frères.

FRANCESCHI Patrice (2006). La Boudeuse autour du monde. Envol Productions. Diffusée France 5.

GIRAUDEAU Bernard (1992). Les carnets de voyage de Bernard Giraudeau Editions Montparnasse, 2005. (DVD : la trilogie des films diffusée sur Canal Plus)

HOPPER Denis, FONDA Peter (1968). Easy Rider,. Columbia Pictures, Raybert Productions, Pando Company, William L. Hayward, Bert Schneider, Paul Lewis, 94 mn.

IMBERT Henri-François (1996). Sur la plage.

IMBERT Henri-Francois (1999). Doulaye – saison des pluies. Libre Cours (Paris), 80 mn.

KRAMER Robert (1989). Route One USA. RAI Tre, Channel Four (London), La Sept Cinéma, Les Films d’Ici (Paris), 248 mn.

LECONTE Patrice (2004). Dogora : ouvrons les yeux. TF1 Vidéo, Epithète Films (Boulogne-Billancourt) Zoulou Films, 80 mn.

LEVY Bernard-Henri (textes) (2007), HERZOG Gilles, HABIC Alexandre (scénario), NETCHAK Michko (réalisation), (2006). American Vertigo, Les Films du Lendemain, France 2 Cinéma, Z Company (Bruxelles), 95 mn.

MALLE Louis (1968), L’Inde fantôme, réflexions sur un voyage, Etienne Becker, Jean-Claude Laureux, Elliott Kastner, NEF – Nouvelles Éditions de Films (Paris). 7 x 52 mn (rééd DVD Arte France Développement, 2005)

MALLE Louis (1968). Calcutta, Etienne Becker, Jean-Claude Laureux, Elliott Kastner, NEF – Nouvelles Éditions de Films (Paris), 105 mn (rééd DVD Arte France Développement, 2005)

MARKER Chris (1982-1983). Sans soleil, Anatole Dauman, Argos Films.

MAKER Chris. Dimanches à Pékin (1956), Argos Films, Pavox Films, 22 mn.

MAKER Chris. Lettres de Sibérie (1958), Anatole Dauman, Argos Films, Procinex, 67 mn.

MAKER Chris. Cuba si (1961). Pierre Braunberger, Les Films de la Pléiade (Paris), 57 mn.

MAXIMY De Antoine (2007-2008). J’irai dormir à Hollywood, Bonne Pioche productions avec la participation de France 5, Canal+ et Cinémage 2, Buena Vista Home entertainement 1H 40 DVD.

MITTERAND Frédéric (1982). Lettres d’amour en Somalie. Les Films du Losange, 1H 35.

ROSSELLINI Roberto (1959). J’ai fait un beau voyage, O.R.T.F. – Office de Radiodiffusion et Télévision Française, 239 mn.

ROSSELLINI Roberto (1959). India, Jean Bhownhagari Aniene Film (Roma), Edition SFS, 90 mn DVD.

ROUCH Jean Rouch. Les Maîtres fous (1956). Les Films de la Pléiade, Fonds Jean Rouch, 28 mn

SABBACH Pierre (1961). Le magazine des explorateurs.

SALLES Walter (2004 – 2005). Che Guevara : carnets de voyage (The Motorcycle diaries), Filmfour Limited , Diaphana édition vidéo, 2005. 2H 06.

MACKINTOSCH SMITH Tim (2006). Sur les pas d’Ibn Battuta : la passion du voyage (Journey of Ibn Battuta). BBC.1H.

TELMON Priscilla (2005). Le sens de la marche. réalisé par Henri de Gerlache & Augustin Viatte, Gédéon Programmes, France5, 3×52 mn.

TELMON Priscilla (2005). A Travers la Pierre de Luc-Henri Fage, Media Vidéo, France5, 52 mn.

TELMON Priscilla (2005-2006). Thierry Robert. Voyage au Tibet interdit. réalisé par Henri de Gerlache, Fréderic Febvre… Bonne Pioche, France3, Voyage, RTBF… 60 mn et 75 mn.

TELMON Priscilla (2001). La chevauchée des steppes avec Sylvain Tesson, Addis productions, 52 mn.

VANIER Nicolas (2004). Le dernier trappeur. Jean-Pierre Bailly (MC4), le groupe TF1, MC4 PRODUCTION, 1H 34.

VERTOV Dziga (1928-1929). L’homme à la caméra (Celovek kinoapparatom), VUFKU, 70 mn.

WENDERS Wim (1984). Paris-Texas, Road Movies Filmproduktion (Berlin) Argos Films, WDR – WestDeutscher Rundfunk (Köln), Channel Four (London), 150 mn.

WIEDER Alain, GUIDECELLI Jean-Claude, DESPORTES Luc (2006). L’aventurière. Paris : France 5, La Compagnie des Taxi-Brousse, Lobster Films, 6 x 52 mn.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts