Le carnet d’inspiration pour les artistes : des lieux inspirants

Des carnets de voyage audiovisuels sur les pas d’un artiste permettent de dévouvrir les lieux d’inspiration artistique. Y sont mis en exergue les voyages inspirants ou créateurs au fil de la biographie de l’artiste peintre.  Ainsi, le magazine culturel d’ARTE intitulé « L’invitation au voyage » propose t-il des reportages sur les lieux d’inspiration artistique.

Ci-dessous une sélection de quelques documentaires sur ce sujet :

DELACROIX :

Mekmès, l’Orient idéal de Delacroix. Invitation au voyage. ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/089525-000-A/meknes-l-orient-ideal-de-delacroix/

Delacroix, d’Orient ou d’Occident. Un film d’Arnaud Xainte

http://www.tv5monde.com/programmes/fr/programme-tv-eugene-delacroix-d-orient-et-d-occident-1re-partie/74476/

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/56675_1

DUFY :

Le Havre sous les couleurs de Raoul Dufy

https://www.arte.tv/fr/videos/087177-000-A/le-havre-sous-les-couleurs-de-raoul-dufy/

GAUGUIN :

Paul Gauguin, je suis un sauvage. ARTE

https://boutique.arte.tv/detail/gauguin_je_suis_un_sauvage

Le voyage intérieur de Gauguin. 360 ARTE

https://culturevr.fr/le-voyage-interieur-de-gauguin/

KANDINSKY :

Vassily Kandinsky, bleu de Tunisie. L’invitation au Voyage. ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/089881-000-A/vassily-kandinsky-bleu-de-tunisie/

MATISSE :

Matisse, voyage à la quête de la lumière. Documentaire de Raphaël Millet (France, 2020, 51mn). ARTE France

Insatiable de lumière et de couleurs, le peintre n’a eu de cesse d’effectuer tout au long de sa vie de nombreux voyages qui l’ont mené, après sa découverte de Belle-Île-en-Mer, toujours plus au sud, d’Ajaccio à Collioure, de Tanger à l’Espagne – Grenade et Cordoue –, des atolls polynésiens à Nice et son arrière-pays, où il vivra jusqu’à sa mort en 1954

https://arte-magazine.arte.tv/programme/44352

A Vence, le crépuscule superbe de Matisse. L’invitation au Voyage. ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/091875-000-A/a-vence-le-crepuscule-superbe-de-matisse/

MONET :

Côte d’Albatre, côté lumineuse de Claude Monet. L’invitation au voyage. ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/093729-000-A/cote-d-albatre-cote-lumineuse-de-claude-monet/

Belle Île, la sauvage de Claude Monet. L’invitation au Voyage. ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/091142-021-A/invitation-au-voyage/

Claude Monet, le regard du peintre. ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/088445-000-A/claude-monet-le-regard-du-peintre/PISSARO :

Quelle est belle la Normanie de Pissaro ! L’invitation au Voyage. ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/085927-000-A/qu-elle-est-belle-la-normandie-de-pissarro/

Les îles Vierges américaines, paradis perdu de Pissarro 

https://tv-programme.com/invitation-au-voyage_magazine/replay/invitation-au-voyage-pissarro-aux-iles-vierges-lyon-chicago_5a32190ad7912

TURNER :

JMW Turner. Un film d’Alain Jaubert

http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/27775

Carnets de voyage de Turner : https://carnetswt.hypotheses.org/

Invitation au voyage : Turner le long de la Loire. ARTE

https://tv-programme.com/invitation-au-voyage_magazine/replay/invitation-au-voyage-turner-le-long-de-la-loire-san-francisco-madrid_5a84e1650976e

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage historique : essai de typologie

Le carnet de voyage est le plus souvent tourné vers la géographie et la découverte interculturelle, mais il peut offrir un point de vue narratif original sur le passé, les vestiges et l’histoire. L’expérience du transmedia « Les Voies d’Aliénor » m’a questionnée sur la narration historique et sa médiatisation contemporaine la plus adaptée au numérique. Mais le carnet de voyage offre t-il un dispositif médiatique pertinent pour enseigner l’histoire et retranscrire le passé ?

Le carnet de voyage rend compte de l’expérience du voyage, de la découverte géographique et de la confrontation à l’Autre. Il peut alors témoigner de toute découverte culturelle qui fait référence au passé. A partir du XVIIe siècle, nombreux sont les artistes qui voyageaient afin de découvrir les vestiges romains et les ruines antiques qui seront à la source de l »inspiration du Romantisme du XIXe siècle. Le carnet de voyage historique nous permet de plonger dans l’histoire et de témoigner des vestiges du passé. Il narre un voyage sur la mémoire qu’elle soit personnelle, intime ou collective et place le voyageur au centre de la narration.

Nous pourrions distinguer une typologie d’une dizaine de carnets de voyage historiques ou de restitution historique au fil d’un voyage :

  1. retour sur les lieux d’une enfance liée à l’émigration,
  2. histoire familiale suite à une immigration,
  3. docu-fiction d’un aventurier – voyageur qui a marqué l’histoire,
  4. itinéraire sur les pas d’un personnage historique,
  5. enquête historique sur les lieux historiques ou archéologiques,
  6. carnet de reportage sur les traces des mythes à partir de la narration d’un voyageur,
  7. carnet ethnographique sur la culture immatérielle (cuisine, musique…),
  8. carnet artistique – collage de documents authentiques du passé,
  9. carnet de voyage imaginaire ou d’apprentissage à destination pédagogique,
  10. carnet transmédia…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Journée d’étude sur le patrimoine transmedia

Evènement annulé et reporté !

L’équipe de recherche du MICA dans le cadre du programme Traversées communicationnelles et hybridations contemporaines organise une journée d’étude le 24 mars 2020 à la Cité du Vin. Elle a pour titre « Ré-enchanter le passé – Patrimoines et transmissions ».

https://traversees.hypotheses.org/

Affiche_JE24mars2020_Traversées

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Voyages en immersion : installations culturelles ou patrimoniales

Dans le cadre de la médiation culturelle sous la forme d’exposition ou d’installation, l’expérience du contemporain valorise l’immersion des sens et la médiation numérique mais aussi la mise en spectacle. Aussi, depuis la rentrée, trois expositions culturelles parisiennes abordent la notion de « voyage » comme une forme de médiation et d’expérience sensorielle. Comment l’expérience est-elle devenue le centre de la médiation culturelle des structures muséales et des lieux de médiation culturelle ? Comment les sens et le ludique sont-ils au coeur de l’exposition « virtuelle » ? Celle-ci se décline en « exposition dont vous êtes le héros » ou « e-lab espace ». En quoi ces nouvelles formes de médiations sont-elles liées à « l’expérience du contemporain » ? En quoi sont-elles porteuses « d’immersive art » ou « de réalité augmentée » ?

            Le premier festival dédié au Digital Design Immersif a au lieu du 18 au 24 octobre 2019 à l’Atelier des Lumières sur Paris. « Le digital design est un processus de « scupture numérique » d’utilisation de l’image créée par ordinateur pour aménager des espaces, créer des interactions avec le public. Les images projetées, combinées au design sonore, permettent de créer des univers immersifs uniques ». Ainsi, à travers L’atelier des Lumières sur Paris, est proposée l’expérience multisensorielle intitulée Japon rêvé qui est un voyage immersif dans l’art japonais. La Cité des Sciences de la Vilette propose un E-Lab Espace jeu vidéo : « des dispositifs de jeu exclusifs qui apportent une expérience inédite, dite « augmentée » et offrent au joueur la possibilité de profiter d’une immersion de jeu inaccessible chez lui ». La Citéco, Cité de l’économie à Paris, lance une exposition dont vous êtes le héros intitulée Nés quelque part : « Elle fait appel au décor immersif et à une technologie de pointe pour faire vivre au public une expérience « pas comme les autres »… Les histoires des personnages de Nés quelque part sont fictives mais toujours basées sur des faits, des situations et des projets réels…Nés quelque part vous propose, pendant 1h30, d’être Manolo, Mehiata, Nalin ou l’un des 18 personnages proposés. Au Cambodge, au Niger, au Cameroun, en Colombie, au Nigeria ou en Polynésie, vous vivrez leur quotidien, leurs questions et leurs solutions. » Concernant l’art contemporain, il nous semble intéressant d’observer le nouveau lieu de l’art urbain à Paris : Fluctuart  et son exposition Veni, Vidi, vinci, l’art urbain face au génie  ou des expositions- installations comme « Cosmopolis #2 » repenser l humain du Centre Georges Pompidou.

Autant d’expériences du contemporain culturel ou patrimonial qui ouvrent sur de nouvelles médiations qui sollicitent le numérique, le ludique et l’interactivité pour placer le spectateur en acteur de l’installation et donc comme sujet de la médiation. Le propos est bien de « vivre une expérience » unique, originale et créative qui permettrait d’intérioriser le savoir afin d’atteindre une forme d’engagement participatif. Le destinataire de l’exposition deviendrait alors le centre du propos puisque la médiation repose essentiellement sur la perception.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Sur les pas de Léo Drouyn et du patrimoine girondin

Léo Drouyn (1816-1896) est archéologue et artiste (dessinateur, peintre, graveur) girondin qui a laissé un fonds iconographique foisonnant sur le patrimoine aquitain. Dans ses carnets de voyage, il inventorie, au fil de ses promenades, le patrimoine, notamment médiéval (églises romanes, châteux et maisons fortes). Membre de l’école de Barbizon et des monuments historiques de la Gironde, il est distingué pour ses talents de graveur à l’eau forte en 1867 lors de l’exposition annuelle des Beaux-Arts à Paris.

La Fête à Léo et au Patrimoine girondin est une manifestation estivale qui, depuis douze ans, offre une découverte ludique et savante du patrimoine girondin sur les pas de Léo Drouyn. Dans ce cadre, ont été créés jusqu’à présent 38 « Circuits Léo Drouyn» de découverte de ce patrimoine départemental.

Cette valorisation du patrimoine de la Gironde à partir de carnets de voyage historiques est tout à fait exemplaire et a offert depuis trois ans de belles pistes de projets en éducation artistique et culturelle (EAC) à destination des écoles, collèges et lycées (voir la recherche – action PATRINUM de la DAAC, DRAC et ESPE d’Aquitaine autour de la médiation numérique patrimoniale exploitable dans le champ de l’éducation artistique et culturelle).

https://www.editions-entre2mers.com/la-fete-a-leo-et-autres-manifestations/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet sensoriel de patrimoine immatériel dans le cadre d’une mobilité internationale et du FLE

La réalisation d’un carnet numérique de saveurs et de gastronomie est un projet pédagogique mené par les Relations Internationales de l’ESPE d’Aquitaine à destination des étudiants ou enseignants stagiaires en mobilité internationale et pour l’enseignement du FLE, Français langue étrangère. Il s’intitule « Mon carnet de saveurs à Bordeaux : un voyage sensoriel à mon goût ».

Il s’agit de croiser le patrimoine culturel immatériel de Bordeaux avec le tourisme expérientiel et sensible des étudiants en mobilité internationale ou en ERAMUS + durant 4 à 6 mois dans notre ville classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce type de tourisme est de plus en plus valorisé dans notre région Nouvelle Aquitaine, renommée pour sa gastronomie. Comme le témoignage de l’expérience vécue est au coeur du carnet de voyage, ces productions numériques pourraient être communiquées à l’Office de tourisme. De plus, ouvrir sur la culture française est un objectif d’apprentissage lié au FLE, plus précisément ce carnet de patrimoine aborde un aspect de notre culture lié à notre région de vignobles, celui de la gastronomie. Puisque la découverte d’une culture et du patrimoine est au coeur du carnet de voyage, une ballade à la découverte de notre ville, sous l’angle du goût, incite la curiosité de nos stagiaires accueillis à l’ESPE, qui sont souvent en quête du « typique » et du caractère français du patrimoine.

Le genre « carnet de voyage » est lié à la découverte par les sens (vue, odorat, goût, toucher, ouïe) et à l’expression personnelle créative qui peut être artistique ou journalistique. Le témoignage et la narration sensorielle sont les caractéristiques du carnet de voyage. La réalisation numérique cible surtout la vue et le goût à travers une ballade sensorielle dans la ville de Bordeaux et prend la forme d’un webdocumentaire ou d’un guide touristique – album numérique : l’interactivité et les liens web sont privilégiés. C’est un outil pédagogique pour l’enseignement du FLE, notamment dans le cadre d’une mobilité. Aussi, l’expression personnelle des textes rédigés porte t-elle sur le vocabulaire des cinq sens et des sensations (deux fiches de vocabulaire mises en ligne) et sur l’art de la dégustation du vin avec l’évocation du goût et des saveurs. L’atelier numérique fait le lien avec les cours en Français afin de motiver l’écriture à partir d’une palette de formes littéraires (poème, recette, article, analyse…). La conclusion nécessite une réflexion interculturelle autour de la gastronomie comme référent culturel entre chez soi et ici mais il s’agit d’ouvrir sur des aspects plus généraux de comparaisons et de différences entre deux cultures. Chaque stagiaire explique ce qui a été enrichissant lors de sa mobilité internationale et ce qu’il retient comme types d’apprentissage dans cette expérience de mobilité. C’est la clef d’un carnet de voyage interculturel réussi !

Nous commençons d’un point de départ, le pays natal à travers l’évocation d’une recette locale puis, évoquons l’arrivée à Bordeaux avec la découverte du marché des Capucins. Tous les sens sont en éveil et le vocabulaire approprié est assimilé. Ensuite, chaque étudiant détermine un itinéraire à la recherche des lieux ou produits préférés dans la ville. Ce dernier est ponctué de plusieurs étapes dans les lieux de restauration, les marchés, les commerçants, les boutiques de spécialités régionales ou des épiceries fines… en découvrant une spécialité bordelaise dont la recette est à rédiger. Chacun peut évoquer l’art du goût, la convivialité autour d’un plat partagé entre amis, la réalisation d’une spécialité locale (vidéo), des citations littéraires, des dictons autour de la table, des poèmes personnels sur les sens (couleur, parfum, goût). En quelques pages, il s’agit de raconter son itinéraire gastronomique (culinaire) dans la ville de Bordeaux avec des haltes au fil d’une ballade gustative qui s’achève par une dégustation à la Cité du vin (voir son atelier « Au marché du monde » qui est un type carnet de voyage sensoriel). Parmi les haltes proposées, les pâtisseries et les boulangeries sont incontournables dans la gastronomie française : choix parmi 150 pâtisseries et tant de pains différents. Cette expérience sensorielle de souvenirs personnels liés au goût et aux saveurs de notre région Nouvelle Aquitaine fait l’objet d’écrits de styles variés et de créations d’images diverses (photos, croquis, vidéos…). L’itinéraire interactif est retranscrit à partir d’un plan de la ville de Bordeaux commenté par les hyperliens pour chaque étape ou halte gustative.

« Je vous propose une promenade sensorielle et gustative à travers la ville de Bordeaux afin de vous faire découvrir mes endroits de gastronomie préférés. Cette ballade parle aux cinq sens (vue, odorat, ouïe, toucher, goût) et évoque mes impressions sensorielles et poétiques au fil de mes découvertes du patrimoine gastronomique aquitain (Nouvelle Aquitaine) » (P. Argod, extrait de la trame narrative).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage sensoriel et interculturel dans le cadre d’une mobilité internationale ou du FLE

Le projet pédagogique des Relations Internationales à l’ESPE d’Aquitaine, Université de Bordeaux : réaliser un carnet numérique de voyage ou de patrimoine dans Bordeaux ou en Nouvelle Aquitaine afin de favoriser les apprentissages linguistiques et culturels.

Dans le cadre de leur mobilité internationale ou en ERASMUS +, chaque étudiant stagiaire accueilli à l’ESPE d’Aquitaine (Maurice Niwese, Responsable RI) réalise depuis deux ans un carnet de voyage numérique intitulé « Mon carnet de voyage à Bordeaux ou en Nouvelle Aquitaine« . Nous proposons à l’ensemble de la promotion de réaliser une promenade patrimoniale à travers la ville de Bordeaux afin qu’ils puissent nous faire découvrir leurs endroits préférés. Le voyage commence dans le pays d’origine afin de mieux appréhender le changement de repères culturels et de pouvoir comparer sa ville natale ou de résidence estudiantine à l’originalité de la ville de Bordeaux. L’architecture du 18e siècle est souvent une découverte et une envie d’en savoir plus sur l’histoire de Bordeaux et sur certains quartiers préservés classés UNESCO (façade des quais) ou rénovés (Mériadeck) à travers la lecture d’articles de presse en cours de Français ou de FLE, repérés sur la base MAURIAC. La description architecturale d’un monument comme le Grand Théâtre y est aussi abordée : écrire et s’exprimer de façon personnelle et originale ! Tous les genres littéraires sont abordés et le choix est adapté à la découverte géographique. Quelques oeuvres littéraires ont été étudiées à partir d’extraits qui ouvrent sur l’écriture viatique : Le journal de voyage de Stendhal et le voyage aux Pyrénées de Victor Hugo

            La promenade dans la ville que je leur suggère, à titre personnel, commence par la Place de la Bourse et s’achève à la Cathédrale St André en faisant un détour par le Vieux Bordeaux, mais chacun sera libre de changer d’itinéraire : s’exprimer librement et témoigner de son expérience personnelle en est la finalité. Mon regard est surtout patrimonial et architectural, aussi j’évoque surtout le terme de « carnet de patrimoine » régional. Le voyage peut donc s’achever dans son lieu préféré en Nouvelle Aquitaine puisque j’incite à l’ouverture culturelle, au voyage et à la curiosité. Comme tout carnet de voyage, il s’agit de retracer le périple ou la pérégrination du départ à l’arrivée, en référence à « l’album amicorum » des étudiants germaniques du 16e – 17e siècles, en quelque sorte les premiers « carnets ERASMUS ». En effet, chacun consigne en dernière page des dédicaces comme signes d’amitié ou des anecdotes partagées dans la promotion : donc surtout tisser des liens interculturels ! Chaque ballade personnelle parle aux cinq sens (vue, odorat, ouie, toucher, goût) et évoque les impressions sensorielles et poétiques au fil des découvertes du patrimoine aquitain. Envisager l’interview d’un Bordelais ou d’un Aquitain donne plus d’authenticité à la narration et nécessite la rencontre de l’Autre. De plus, toute réflexion sur l’apport interculturel du séjour en France est fortement valorisée : favoriser l’immersion et la réflexivité ! A travers ce carnet, chacun souhaite garder en mémoire ses découvertes mais aussi témoigner de sa mobilité internationale sur Bordeaux : un médium utile pour communiquer et partager avec sa famille et ses ami(e)s au retour. Cette production médiatique associe textes personnels et images (photos, croquis, aquarelles) et rend compte de l’itinéraire suivi et géolocalisé sur un plan de la ville ou de la région. Le design visuel privilégié est celui du carnet de voyage : notes de voyages, journal daté, preuves du voyage, collecte d’indices, approche sensorielle….En TD atelier numérique, j’ai insisté sur les deux démarches créatives indispensables à la réalisation du carnet de voyage :

  1. Observer, ressentir, collecter et décrire
  2. Raconter en une image : composition spatiale

A travers un florilège de carnets de voyage ou carnets de patrimoine, chacun apporte son regard sur le patrimoine régional et le présente à ses collègues lors d’un oral final d’échanges de pratiques : Carnet d’une promenade à travers le village de Saint-Emilion et sa viticulture, Mon carnet de voyage au Cap Ferret,  Mon carnet de voyage à Pessac: du Château Pape Clément à Cité Frugès, Mon carnet de voyage dans la Nouvelle Aquitaine : autour de la dune du Pilat, Mon carnet de voyage à Lormont : du Parc de l’Ermitage Sainte-Catherine à la Ferme des Iris, Mon carnet de patrimoine dans le vieux Bordeaux, Mon carnet de patrimoine 18e siècle, Mon carnet de vignobles bordelais….

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le patrimoine des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle

En 2018, plus de 250 manifestations se sont déroulées en France dans le cadre du 20ème anniversaire de l’inscription du bien « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la Liste du patrimoine mondial. Cette manifestation est retranscrite à travers les reportages suivants :

Afin de réaliser des supports de présentation d’une ou plusieurs composantes du bien « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France », l’ICR propose un guide préconisations en téléchargement sur le site dédié : http://www.cheminscompostelle-patrimoinemondial.fr/fr

En 2018, l’agence a réalisé un premier dépliant de présentation du chemin d’Arles – GR®653, valorisant son patrimoine culturel et naturel. Ce document d’appel inaugure une collection qui présentera les attraits touristiques de chacun des itinéraires. En 2019, l’agence poursuivra le développement de la collection avec le chemin du Puy-en-Velay (GR®65) et celui de Paris-Tours (GR®655). http://www.chemins-compostelle.com/sites/default/files/depliant_VA%20copie.pdf

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle : médiation culturelle, patrimoniale et touristique

Carnets de voyage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle : médiation culturelle, patrimoniale et touristique

Communication soumise au colloque international « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France : Patrimoine, territoires, historicité », les 25-26-27 octobre 2018 à Toulouse

Depuis l’époque médiévale, le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle est l’objet de guides pour le pèlerin. Aujourd’hui le pèlerinage, l’imaginaire touristique et la valorisation du patrimoine immatériel sont les enjeux que l’édition valorise. Aussi, à partir d’une analyse de l’édition française sur le thème du chemin de Saint-Jacques de Compostelle et des différents genres éditoriaux qui s’y intéressent, nous dresserons un état des lieux des publications illustrées depuis 2000 (graphiques statistiques). Parmi celles-ci, nous étudierons la place des carnets de voyage ou de patrimoine comme albums illustrés à l’aquarelle. En quoi les arts graphiques offrent-ils une représentation du patrimoine immatériel ? Comment l’aquarelle et le dessin sont-ils utilisés dans le but d’une valorisation du patrimoine ? Comment le carnet de voyage est-il devenu un médium de médiation culturelle ? A partir d’une douzaine de carnets de voyage à l’aquarelle (voir le corpus choisi depuis 2000) sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, nous souhaiterions déterminer l’originalité de ce médium par rapport aux autres carnets illustrés ou albums photographiques ou encore blogs de voyage. A travers la réalisation d’un carnet de voyage le long des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, le carnettiste devient un touriste créatif qui se réapproprie le pèlerinage comme un temps de développement personnel et de partage de sa sensibilité. Il valorise la médiation d’un patrimoine immatériel et d’une identité européenne à travers un « slow tourisme ». D’ailleurs, les offices de tourisme s’inspirent du genre éditorial « carnet de voyage » afin de valoriser leur patrimoine, notamment en Occitanie et Midi-Pyrénées. La deuxième édition du prix du patrimoine mondial en Occitanie conjointement organisé par les académies de Montpellier et de Toulouse est destinée aux scolaires et favorise la création de carnets de voyage. Le médium « carnet de voyage » est développé en classe en vue du patrimoine à travers la narration transmédia et le numérique  mais aussi dans le cadre de la formation des enseignants à l’ESPE d’Aquitaine. Suite à l’expérience du projet médiaNUM « Les voies d’Aliénor » (MICA de l’université de Bordeaux-Montaigne), il semblerait pertinent d’évoquer « le transmedia Storytelling » en vue de la valorisation patrimoniale des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

http://w3.colloquescprs.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique112&lang=fr

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Des itinéraires culturels européens aux carnets de voyage et de patrimoine

Les itinéraires culturels européens tels que la route des villes thermales historiques et les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ont initié des carnets de voyage ou de patrimoine. Ce médium facilite une médiation touristique créative et originale. 

https://www.coe.int/fr/web/cultural-routes/the-santiago-de-compostela-pilgrim-routes

https://www.coe.int/fr/web/cultural-routes/european-route-of-historic-thermal-towns

Des associations proposent des carnets de patrimoine intermédia comme les Accros du peignoir lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand

https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2017/03/les-accros-du-peignoir/

Deux nouveaux itinéraires culturels européens ont été créés en 2018 et sont porteurs de sujets de carnets de voyage : avis aux carnettistes, aux éditeurs et réalisateurs !

Les routes des Impressionnistes :https://www.impressionismsroutes.fr/

La Via Charlemagne : https://routecharlemagne.wordpress.com/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Article de recherche sur le transmédia « Les voies d’Aliénor »

Article de recherche publié en juillet 2018 sur le projet de carnet de patrimoine transmedia réalisé par l’équipe de MediaNUM, MICA, Université de Bordeaux-Montaigne :

Bideran Jessica De, Bourdaa Mélanie, Argod Pascale, Bernard Katy, « Les voies d’Aliénor ou la construction d’un médiévalisme transmédiatique », dans revue ¿ Interrogations ?, N° 26. Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge [en ligne], http://www.revue-interrogations.org/Les-voies-d-Alienor-ou-la

Auteurs:

Jessica de Bideran, Ingénieure de recherche, Université Bordeaux-Montaigne – Chercheure associée MICS LERASS, Université de Toulouse 3

Mélanie Bourdaa,MCF en Sciences de l’information – communication, MICA (EA 4426), Université Bordeaux-Montaigne

Pascale Argod, PRCE de Documentation à l’ESPE d’Aquitaine, MICA (EA 4426), Université Bordeaux-Montaigne

Avec la collaboration de Katy Bernard, MCF en Occitan moderne et médiéval, TELEM (EA 4195), Université Bordeaux-Montaigne

Résumé

Alors que la création de la nouvelle grande région Aquitaine entraîne la refonte politique et culturelle de cette nouvelle entité territoriale et administrative, la réactualisation médiatique de la figure d’Aliénor d’Aquitaine permet d’interroger les logiques contemporaines de diffusion numérique et de médiation patrimoniale. Si les pratiques documentaires et communicationnelles des professionnels et des publics du patrimoine s’établissent de plus en plus désormais dans cet espace public que représente le web, la conduite et le suivi d’un projet de valorisation du patrimoine néo-aquitain s’appuyant sur les principes du transmedia storytelling permet ainsi de réfléchir aux différentes façons dont le médiévalisme peut aujourd’hui être renouvelé par le numérique.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Colloque de Cerisy-la-Salle « Saisir le rapport affectif aux lieux »

Argumentaire du colloque international « Saisir le rapport affectif aux lieux » du Centre Culturel International de Cerisy du vendredi 15 juin au vendredi 22 juin 2018 :

Se dirige-t-on vers une fabrique affective des lieux? Qu’il s’agisse d’architectes, de designers, d’économistes, de géographes, de paysagistes, de sociologues, d’urbanistes, d’artistes ou d’habitants, nombreux sont ceux qui, au niveau conceptuel ou pratique, manifestent un intérêt vis-à-vis du rapport affectif aux lieux. Toutefois, si les discours en ce sens se multiplient, les difficultés rencontrées sont importantes lorsqu’il s’agit de capter, comprendre, mobiliser ou encore susciter les émotions et les sentiments tant — entre aimer et ne pas aimer, témoigner de l’indifférence ou de la détestation — l’éventail est large et les mécanismes complexes. En outre, les termes employés qualifient autant la personne qui formule un sentiment, que les lieux concernés et la relation elle-même.

Questionnant la possibilité d’une fabrique affective des lieux, ce colloque a deux objectifs. Le premier consiste à saisir le rapport affectif aux lieux: d’une part, en tentant une clarification des dimensions du champ de l’affectif; d’autre part, en confrontant les méthodes scientifiques et les démarches engagées par les acteurs de terrain pour y parvenir. Le second objectif entend aborder les raisons et manières de se saisir de ce rapport affectif pour la transformation des espaces habités. Quelle place lui accorder? Dans quel but? Est-il possible, souhaitable, d’atteindre une certaine amabilité des lieux? Quels en sont les risques? Comment passer du savoir au faire et au savoir-faire?

Au cœur de ce faisceau d’interrogations, les échanges revêtiront des modalités diverses, de la communication suivie d’un débat à l’atelier in situ, de la table ronde à l’arpentage de terrain, mobilisant des compétences très diverses, académiques, opérationnelles, habitantes.

Découvrir le programme en ligne : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/lieux18.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De la nature au coeur du carnet de voyage, une médiation patrimoniale sensible

La demi-journée professionnelle, lors de la manifestation Carnet de voyage, une écriture du monde au Marché des Douves, donne la parole à Stefano FARAVELLI, Grand Prix du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. Il témoigne de « L’atelier in situ » au coeur de la forêt « mystère », cachée ou sanctuaire. (http://www.stefanofaravelli.it/ ou https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/repertoire/stefano-faravelli/).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée professionnelle propose aux collègues d’imaginer un projet culturel qui facilite une collaboration entre bibliothèque et établissement scolaire. Quelques activités sont à inventer pour lancer une esquisse de fiche projet qui valorise la pluridisciplinarité ou le croisement « arts et sciences ». A partir de la problématique proposée ci-dessous (onze thèmes) autour d’une question de développement durable, des idées de projets d’éducation au développement durable émergent et prennent appui sur l’ouvrage Madagascar, une stupeur verte : carnet d’un voyage en forêt équatoriale de Stefano Faravelli et sont complétées par d’autres ressources complémentaires (audiovisuelles, numériques, romans, essais, B.D., jeux, ciné…). Les objectifs sont d’ouvrir sur les enjeux de EDD à Madagascar  (biodiversité  / faune et flore…), de cibler les défis du commerce équitable, de lancer des pistes de médiations « arts et sciences » sur le patrimoine naturel malgache, de travailler la coopération Nord – Sud, puis de découvrir des écosystèmes et biotopes « exotiques » et précieux pour le patrimoine de l’humanité.

A partir de  l’EAC, éducation artistique et culturelle, tout projet peut faire référence à des artistes peintres renommés mais aussi aux grands écrivains de la forêt tels que :

  • Rudyard Kipling (1865-1936) a vécu pendant plus de six ans en Inde, d’où est puisée l’inspiration de la majorité de ses nouvelles : en deux volumes en 1894, Le Livre de la jungle et Le Second Livre de la jungle.
  • Henry David Thoreau (1817-1862) Walden ou la vie dans les bois qui se pense pour Thoreau comme la « leçon [qu’il] est concevable, et même essentiel, que tous les hommes parviennent à leur pleine dignité d’êtres humains sans se couper de leurs racines naturelles, ni oublier leur place naturelle sur la terre ».
  • Jack London (1876-1916) Avant Adam, publié en 1907, quatre ans avant La Guerre du feu de J.-H. Rosny aîné.

Deux artistes ont deux visions différentes de la nature tropicale : Douanier Rousseau (1844-1910) et son imaginaire de la forêt, Paul Gauguin (1848-1903) et son voyage in situ. De plus, le peintre africaniste Elisabeth Faure (1906 – 1964) séjourne à Madagascar de 1951 à 1953 et le peintre – illustrateur Louis Tinayre fait, en 1898, la traversée de la forêt Anamalazotra en vue d’une publication de la revue Le Monde Illustré.

Ci-dessous la liste des onze problématiques proposées sur la biodiversité malgache :

Projet n°1 – La biogéographie de la forêt tropicale: fragilité des écosystèmes, étagement de la végétation selon l’altitude et changement climatique.

Projet n°2 – L’écosystème de la forêt tropicale : changement climatique, déforestation et pression anthropique.

Projet n°3 – De la canopée à la strate arbustive: préserver la biodiversité (faune / flore) pour lutter contre le changement climatique, compétition et adaptation.

Projet n°4 – Les plantes médicinales : la préservation de la biodiversité au service de l’homme, la déforestation, pression anthropique.

Projet n°5 – Les cultures d’exportation : matières premières, mondialisation et biodiversité.

Projet n°6 – Les épices et la diversité culinaire : mondialisation, production durable et commerce équitable

Projet n°7 – Les fruits et les cultures vivrières : économie et commerce équitables, mondialisation, diversité alimentaire à tout prix (empreinte carbone).

Projet n°8 – Sur les pas de Charles Darwin (1809-1882) à l’origine des espèces : biodiversité, théorie de l’évolution, la place de l’homme dans ce processus.

Projet n°9 – Evolution du travail de chercheur naturaliste (depuis Philibert Commerson) à l’approche systémique de l’équipe pluridisciplinaire lors d’une expédition.

Projet n°10 – Les représentations de l’homme sauvage de Mowgli à Tarzan / De l’homme civilisé vers la quête de la nature sauvage (Robinson).

Projet n°11 – Minorités et diversité culturelles, transmission et médiation : dialogue avec la nature et les premières civilisations, respect de l’environnement.

Le pré-requis commun à tous les projets concerne une sensibilisation à la biodiversité qui nécessite de revenir sur des notions comme l’interdépendance des écosystèmes, le schéma du cycle du carbone, l’équilibre écologique en péril ou encore la réserve de biosphère de forêt tropicale humide. Les ressources de CANOPE – ministère de l’éducation nationale, du Muséum national d’histoire naturelle, d’associations comme  l’IFREE ou ALTERRE permettent de les approfondir (voir la sitographie jointe).

Bibliographie Biodiversité et carnets de voyage naturaliste

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet naturaliste, outil pour l’EDD et la biodiversité

Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation

Les voyages naturalistes favorisent une prise de conscience écologique sur la nécessaire biodiversité et sur l’interdépendance des écosystèmes. La biodiversité concerne « l’ensemble des êtres vivants, de leur matériel génétique, et des complexes écologiques dont ils font partie » (Lévêque 1997). Diversité génétique, diversité des organismes et diversité des écosystèmes sont autant de composantes de la biodiversité.

Le dessin naturaliste est utilisé comme moyen d’explication de la démarche de préservation du paysage et de la nature, des gestes de protection de l’environnement. Il s’agit d’explorer les démarches scientifique et artistique à partir de l’observation in situ et de la pratique des arts graphiques. Le carnet naturaliste qui concilie « arts et sciences » est à l’origine du genre « carnet de voyage ». De plus, l’aquarelle est la technique picturale de plein air, héritée des excursionnistes dans les Alpes des 18e et 19e siècles, qui favorise l’observation de la nature et son inventaire.

La démarche naturaliste consiste en la collecte, d’inventaire et la préservation. Les pratiques d’inventaires qui reposent sur l’observation in situ. Il s’agit d’identifier la présence et l’abondance d’espèces sur un territoire et de faire remonter du terrain des données précisant le nom de l’espèce, la date et le lieu d’observation ainsi que le nom de l’observateur. Ces éléments sont consignés sur divers supports comme des carnets de notes, des fichiers informatiques, des tableurs.

Des ateliers « carnet de voyage » destinés aux visiteurs et organisés par des illustrateurs en musées ou dans les parcs naturels ont un franc succès car ils offrent une approche sensible du patrimoine ou du paysage. Les arts s’imprègnent de la nature pour apporter toute la sensibilité au carnet de voyage qui doit parler aux sens : vue, odorat, goût et toucher. Des actions sont menées à partir des spécimens naturalisés, des planches d’herbiers et des objets ethnographiques afin de créer des carnets d’exploration ou de voyage d’expédition scientifique. De plus, le carnettiste naturaliste utilise son art du dessin dans quatre domaines :

  1. La réalisation de planche naturaliste : dessin d’observation précis, détaillé, conforme à la demande du muséum
  2. Le reportage d’expédition scientifique : garder une mémoire de l’équipe, du travail sur place et médiatiser les objectifs de l’expédition
  3. Le relevé sur place in situ : croquis sur le vif, dessin de relevé de la faune en mouvement et dessin de la flore (mise en évidence par rapport au cadre naturel et aux autres plantes)
  4. L’étude du geste : pour l’archéologue, il s’agit d’ imaginer la genèse d’une œuvre dessinée sur les parois d’une caverne.

 

Stefano Faravelli, Grand Prix du Rendez-vous du carnet de voyage 2017

Madagascar, stupeur verte. Carnet d’un voyage en forêt équatoriale. Stefano Faravelli. Elytis éditions, 2017.

Carte mentale ou heuristique « Le carnet (de voyage) naturaliste pour éduquer à la biodiversité et à l’EDD, Education au développement durable » (P. Argod) https://www.mindomo.com/fr/mindmap/a6b948c4566b40368e4b78d4b2838504

Demi-journée professionnelle « Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation », manifestation Carnet de voyage, une écriture du monde à Bordeaux, le 1er décembre 2017.

https://lettresdumonde33.com/apres-midi-professionnelle/

Article en anglais : Du carnet naturaliste au carnet de voyage – patrimoine : une approche sensible de l’environnement par l’art, les sens et les émotions. Tvergastein, Interdiscilpinary journal of environnement, n°8, Université d’Oslo, 2016.

https://issuu.com/tvergasteinjournal/docs/tvergastein8-web

Education à l’environnement et carnets de voyage, Fiche thématique IFREE, n°29, 2008. http://www.ifree.asso.fr/images/publications/fichethematiques/pdf/fiche-29.pdf

Pistes bibliographiques

Histoire de l’illustration naturaliste

BERTRAND Bernard, L’herbier oublié : secrets de plantes retrouvés, Toulouse, Editions Plume de carotte, 2003.

JEANGUYOT Michèle, SEGUIER-GUIS Martine , L’herbier voyageur : histoire des fruits, légumes et épices du monde, Toulouse, Editions Plume de carotte, 2004.

HAEVERMANS Agathe et Thomas, L’herbier globe-trotter : 100 plantes extraordinaires du monde et le carnet botanique, Hachette Pratique, 2015.

PINAULT Madeleine, Le livre de botanique : XVIIe et XVIIIe siècles, BNF, 2009.

PINAULT Madeleine, Le peintre et l’histoire naturelle, Flammarion, 1990.

RICE Tony, Voyages : trois siècles d’explorations naturaliste, ed. Michel Larrieu. Delachaux et Niestlé, 2014.

Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, explorations 1800-1960, Archives nationales, 2016.

Création d’un carnet naturaliste ou d’un herbier

CHEVALLIER Jean, Petites leçons de dessin animalier. Une approche du terrain, Delachaux et Niestlé, 2013.

FLETCHER Adelene, Fleurs à l’aquarelle de A à Z., Fleuris, 2015.

RAVET-HAEVERMANS, Le dessin naturaliste, Dessain Et Tolra, 2017.

HAEVERMANS Agathe, Le dessin naturaliste en bord de mer, Dessain et Tolra, 2012

HAEVERMANS Agathe, Le dessin botanique, Dessain et Tolra, 2017.

HAEVERMANS Agathe, Dessiner les plantes et les fleurs, Larousse, 2012.

KUO Julia, WOJTECH Michael, La nature au bout du crayon : observer et croquer la nature, Mango, 2017.

MACKENZIZ Leean, L’art de la récup’jardin,  Mango Pratique, 2000.MORTIMER Ann, Orchidées à l’aquarelle, Dessain et Tolra, 2015.

CARON Ghislain, Carnet d’observations, ADP, avril 2007.

POUYET Marc, Artistes de nature : pratiquer le land art des saisons, Plume de Carotte, 2006.

SELLIGMAN Patricia, Le carnet nature de l’aquarelliste : les secrets de la peinture florale dévoilés par les plus grands artistes, Fleurus, 2005.

UDO Nils, De l’art avec la nature. Wienand et L’art dans la nature, Flammarion, 2002.

Carnets de voyage sur la nature exotique

BOULLAIRE Jacques, Tahiti : carnet de croquis, sketchbook, volume 2, Le Motu, 2006.

BOULLAIRE Jacques, Carnet de croquis, Les éditions du Pacifique. Singapour, 1992.

CHATELAIN Cyrille, Graines nomades, Equinoxe, 2007. (Regards et mémoires).

HAINARD Robert, Le monde sauvage de Robert Hainard, Louvain-la-Neuve : Duculot, 1988.

MAIRE Béatrice, Métamorphoses : le monde fascinant des insectes, BNF, France-Loisirs, 2005 (Mémoires et merveilles de la Bibliothèque nationale de France).

MARION Pascale, SIERPINSKI Jacques, Madère, le jardin de l’Atlantique, Imagynayres, 2004

MONOD Théodore, BEL José-Marie, Botanique au pays de l’encens : périple au Yémen, Maisonneuve et Larose, Solibel, 1996.

VOLOT René, Carnets d’un naturaliste en 2 CV, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2006.

Carnets de voyage sur l’Amazonie

ALIBERT Eric, Couleurs du Vénézuela : des Caraïbes à l’Orénoque, Somogy, 2007.

BARAN Claudie, Carnet d‘Amazonie, Arthaud, 2004.

CARELLI Mario, A la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence,  Gallimard-Jeunesse, 1992 (Découvertes Gallimard albums).

CLEMENT Frédéric, Museum : petite collection d’ailes et d’âmes trouvées sur l’Amazone, Ipomée – Albin Michel, 1999.

JEAUFFRE Jean-Christophe, BEZ Michel, L’expédition Jules verne à bord du trois mâts Belem : esquisses d’un voyage Amazonie – Martinique – Açores : une aventure cinématographique et scientifique, Equinoxe, 2002 (Carnets d’ailleurs).

CARELLI Mario, À la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence, Gallimard, 1992.

Carnets de voyage en Afrique équatoriale

ALIBERT, Carnet de voyage dans le Caprivi :Namibie, de l’Okavango aux chutes Victoria, Genève : Slatkine, 2006.

ASCH Florinne, BEARD Peter, Mes carnets de safari, Flammarion, 2001 (Beaux livres).

BARDEY Solenn, HUREAU Simon. Rouge Himba : carnet d’amitié avec les éleveurs nomades de Namibie. préface de Nicolas Hulot. La Boîet à Bulles, 2017

BEARD Peter, Carnets africains : exposition 1996 – 1997 à Paris, Photo Poche, 1998.

BEARD Peter, La fin du monde, Chêne, 1990.

BROQUET Virginie, BOHRINGER Richard. Carnet du Sénégal. Arthaud, 2007

CLAVREUL Denis, Magie d’Afrique, Gallimard, 2001.

CLAVREUL Denis, Carnet de Tanzanie, Gallimard, 1996 (Carnets du littoral).

DAN A, Des gorilles et des hommes : carnet de voyage naturaliste au Congo Brazzaville, La Boîte à Bulles, 2015.

D’ ELBEE François, Priscilla, Carnets de brousse : au cœur du Busanga, La Martinière, 1998.

DONALDSON Kim, Africa : carnets d’artiste, Pré-aux-clercs, 2001.

FARAVELLI Stefano, Mali secret, Gallimard, 2005.

GIROUD Franck, LE CORRE Yvon(ill.), VICOMTE Laurent (ill.), Madagascar, ma terre oubliée, Glénat, 2001.

HAINARD Robert, Croquis d’Afrique, Saint-Claude-de-Diray : Hesse, 1989.

JOHNSTON Alan, Au pays des cigognes noires : carnet de voyages d’Alan Johnston. Nouveaux loisirs, 2000.

JOLIVOT Nicolas. Aux sources du Nil : carnets de voyages en Ouganda et en Ethiopie. Elytis Editions, 2017

KREBS Laurie, Ma journée dans la savane : un voyage de Tanzanie, Hatier, 2005.

LA BALEINE BLANCHE, Chroniques tropicales : le carnet naturaliste des enfants de la Baleine blanche. Nantes : la Baleine blanche, 2003

LAMAZOU Titouan, Kin : Titouan Lamazou à la rencontre de Kinshasa, Nouveaux Loisirs, 2001

LAMAZOU Titouan, Ténèbres au paradis : Africaines des Grands lacs, Gallimard, 2011

LESAGE Marion, TAWA Kouam. Sais-tu où va le soleil ? : traces d’Afrique, La Martinière, 2008.

MAHUZIER Philippe, Les Mahuzier en Afrique, Triomphe, 2001 (La famille du tour du monde).

OGANESOFF Nadège, Animaux d’Afrique : les voyages graphiques de N. Oganesoff. Sépia, 2006.

PHILIBERT Christophe, Lumière de Guinée : carnets de voyage, Conakry : Ganndal ; Edicef, 1999.

PERROTIN Benoit, Quiçama : Angola, Hesse, 2006.

PEYTERMANN Lucie, Anibaara ! Carnet de voyage au Burkina Faso et au Mali, Atlantica, 2002.

SEIGNOBOS Christian, Des mondes oubliés : carnets d’Afrique, Parenthèses, IRD, 2017.

WATSON Annick, RICHARD Madeleine, Baobab, imbondeiro, mbondo, Cacimbo, 2005.

Albums de jeunesse

CLOUX Patrick, CINQUIN Fabienne, Rond comme un caillou en bois, Atelier du poisson soluble, 2007.

SIS Petr, L’arbre de la vie ou la vie de Charles Darwin : naturaliste, géologue et penseur, Grasset jeunesse, 2004.

TRACQUI Valérie, Mon carnet de terrain.. Milan jeunesse, 2002.

A bord de la Fleur de Lampaul. SOS planète eau. Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme, 2004.

Chroniques tropicales : le carnet naturaliste des enfants de la Baleine blanche. La Baleine blanche, 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, comme volet d’une narration transmédia

Article publié par le carnet de recherche MediaNUM sur les pistes pédagogiques du transmédia Les voies d’Aliénor, novembre 2017

Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique

Réaliser en classe le carnet de voyage d’un troubadour de l’Occitanie à l’Angleterre sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine permettrait de travailler sur la culture occitane, la langue, la poésie et la musique occitanes (Bertrand de Ventadour) mais aussi penser les limites linguistiques et géographiques de l’Occitanie. L’amour courtois est en effet né en Aquitaine au XIe siècle, sous la plume de Guillaume IX, Duc d’Aquitaine (grand père d’Aliénor d’Aquitaine). Il s’agirait de partir sur les traces médiévales ( XI – XIIIe siècles) que l’on peut découvrir dans la région Nouvelle Aquitaine et réfléchir aux formes du « médiévalisme » (Ferré, 2010).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts